Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Addolorata

addolorata.jpg Marco Micone, Addolarata, Montréal, Guernica, 1984.

Addolorata, pièce créée le 16 février 1983, est le deuxième volet de la trilogie consacrée aux problèmes de l’immigration italienne. La trilogie complète - Gens du silence (1982), Addolorata (1984), Déjà l’agonie (1988) - fut publiée sous le titre Trilogia, chez VLB, en 1996.

« Addolorata, c’est cette jeune fille italienne qui, voulant s’affranchir de son père, tentera de trouver la liberté dans le mariage. On la voit, dix ans plus tard, désillusionnée. Le machisme de son père se perpétue en Giovanni, son mari. »
(Extrait de la quatrième de couverture)

Documentation critique

TREMBLAY, Janie, « Le personnage de la mère dans trois pièces québécoises des années 1980 », mémoire de maîtrise, département de langue et littérature françaises, McGill University, 2002, 102 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
«  La pensée hétérogène fait son entrée au Québec durant les années 1980 et donne lieu à l’apparition de nouveaux modèles de comportements. Les transformations ayant lieu dans la société s’inscrivent en filigrane dans la dramaturgie québécoise, principalement par l’intermédiaire de l’écriture immigrante, la critique du discours nationaliste, l’écriture des femmes et l’écriture homosexuelle.
Les tensions à l’intérieur de la cellule familiale apparaissent comme un leitmotiv dans la dramaturgie des années 1980. On y présente la mère comme un monstre dont l’emprise maternelle étouffe les enfants ou comme une victime de la loi du Père. Or, le modèle de la “mère patriarcale” s’écroule à partir du moment où la femme décide de prendre la parole et de redéfinir elle-même la maternité ; la famille est ainsi bouleversée, forcée de reconnaître la reconfiguration de son univers.
Nous proposons une analyse sémiologique pour chacune des pièces de notre corpus. Le premier chapitre de notre étude est consacré à l’analyse de la pièce Addolorata de Marco Micone, où la prise de parole féminine, maternelle bouleverse non seulement l’univers familial, mais remet aussi en question les structures établies à l’intérieur de la communauté italo-québécoise. La pièce Aurélie, ma soeur de Marie Laberge, objet de notre deuxième chapitre, illustre principalement la (re)construction de la cellule familiale autour d’un rapport maternel qui n’est pas biologique. Le troisième chapitre est réservé à l’analyse de la pièce Les muses orphelines de Michel Marc Bouchard, où l’accès à la parole et à la maternité se fait par l’intermédiaire du mensonge et de la vérité. Dans la conclusion du mémoire, nous dégageons les principaux traits des voix féminines et maternelles qui traversent les trois pièces, voix qui sont caractérisées par le désir, le besoin d’affirmer leur subjectivité. »

Abstract
« The various transformations that Québec society was undergoing throughout the 1980s are reflected in the dramaturgy of the period, notably in the critique of nationalist discourse, and in the writing of hitherto marginalized groups such as women, immigrants, and gays and lesbians.
The tensions within the family unit are one of the leitmotivs of Québec theatre in the 1980s, which usually represents the mother either as a sort of monster who suffocates her children, or as a victim of the Law of the Father. When a woman decides to speak and to redefine motherhood, this dual model of the “patriarchal mother” crumbles and the universe of the family must be reconfigured.
In this thesis, we propose a semiological analysis for each of the plays of our corpus. The first chapter analyzes Addolorata, by Marco Micone. In this play, the mother’s taking possession of speech not only destabilizes her family but also calls into question established structures within the Italo-Québécois community. The second chapter examines Marie Laberge’s Aurélie, ma soeur, a play which illustrates the (re)construction of the family unit around a nonbiological maternal bond. The third and final chapter studies Michel Marc Bouchard’s Les Muses orphelines, in which access to speech and to the condition of mother is achieved through lies and truth. In the conclusion of this thesis, we bring together the principal characteristics of the feminine and maternal voices which are heard in the three plays, voices which are all defined by the desire, the need to affirm their subjectivity. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

BYCZYNSKI, Julie Anne, « Minority Languages as Resistance in Marco Micone’s Addolorata, Betty Quan’s Mother Tongue, and Guillermo Verdecchia’s Fronteras Americanas », mémoire de maîtrise, College of Arts, University of Guelph (Canada), 1999, 96 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« This thesis is an investigation of the use of untranslated minority languages (that is, the presence of “foreign” words or phrases in the dialogue of plays written in Canada’s “official languages”) as resistance to dominant discourses in three Canadian plays emerging from immigrant or ethnic cultures. Marco Micone’s Addolarata (in its original French and in its English translation), Betty Quan’s Mother Tongue, and Guillermo Verdecchia’s Fronteras Americanas represent varying degrees and types of resistance. The thesis draws on post-colonial theorists and on such writers as Mikhail Bakhtin, Michel de Certeau, Baz Kershaw, and Homi Bhabha, to explore the often ambivalent linguistic power relationships among French, English, Italian, Cantonese, American Sign Language, and Spanish languages and cultures in English Canada and Quebec. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

CLAASEN, Sigrid Ulrike, « The Black Madonna Figure as a Source of Female Empowerment in the Works of four Italian-Canadian Authors », mémoire de maîtrise, département des lettres et communication, Université de Sherbrooke, 1997, 130 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
«“L’image de la madone noire comme source de puissance chez la femme, analysée dans quatre oeuvres italo-canadiennes”
L’image de la madone noire est la figure centrale du présent mémoire. La madone noire du paganisme d’avant Jésus-Christ est, selon Lucia Chiavola Birnbaum, une métaphore des croyances italiennes héréditaires. Souvent interprétée comme déité souterraine, la figure de la madone noire représente sans doute une femme gardant un position puissante en confrontation avec la société patriarcale. En outre, elle exprime une icône religieuse préchrétienne que l’on trouve sous forme de statues diffusées dans au moins trois continents, soit l’Europe, l’Afrique et l’Asie.
En effet, la madone noire ne représente pas l’image soumise et obéissante de la Vierge Marie, comme le propose l’Église catholique. Quand le christianisme fit son apparition, l’image de la madone fut réduite à celle de la Sainte incarnant la virginité et l’obéissance. La couleur des statues de ces madones noires, d’après Birnbaum, est bien plus une indication de leurs origines païennes. Cette couleur des statues réfère à la peau d’une déesse préchrétienne de la végétation, de la régénération et de la vie.
La notion de l’icône représentant la madone noire propose l’image d’un potentiel féminin vigoureux et inspirateur. De plus, elle rappelle des valeurs de femmes gouvernant la société. En rejetant la position de la femme historiquement subordonnée, l’image de la déesse noire délaisse cette marginalité sociale et politique, ainsi que la conception de la femme comme figure soumise, proposée par l’Église catholique et la société androcentrique.
L’image de la madone noire peut être expliquée par l’influence importante du paganisme sur la vie quotidienne italienne, qui comprend entre autres le concept païen du mauvais oeil. La madone noire ne possède pas seulement une qualité apaisante, mais représente aussi la cessation de la vie. La mort est une des trois “vies” de la madone noire (la naissance, la maturité, la mort). La croyance italienne dans le mauvais oeil, appelé mal’occhio en italien, est toujours vivante aujourd’hui, surtout dans les régions rurales.
Les mythologies occidentales ont tendance à être patriarcales. Par conséquent, la femme apparaît souvent mystifiée selon des mythes masculins. Les sociétés catholiques ont rendu conventionnelle l’image de la Madone projetant l’archétype de la femme en deuil, pure et silencieuse. Quelques-unes de ces caractéristiques idolâtres sont reflétées par les personnages féminins des livres sélectionnés pour le  présent mémoire. Les deux romans et les deux pièces de théâtre sont : le roman de Nino Ricci, Lives of the Saints, le roman de Frank Paci Black Madonna, les pièces de théâtre The Last Adam de Vittorio Rossi et Addolorata de Marco Micone.
Toutes les oeuvres analysées dans le présent mémoire témoignent de rôles spécifiques selon le sexe et de la position de la femme italienne suggérée par la société patriarcale. Néanmoins, elles offrent une image de la femme forte et indépendante qui s’oppose à celle de la femme servile. Suggérant l’image de la déesse primordiale, la figure de la madone noire, d’après Birnbaum, suscite en plus l’idée de l’être féminin fort, lequel ne se conforme pas aux modèles traditionnels de la suprématie patriarcale.
La question principale du présent mémoire est la suivante : la figure de la madone noire fonctionne-t-elle comme véhicule d’une grande force chez les femmes décrites dans les oeuvres sélectionnées ? Une partie des femmes montrées dans ces livres se conforment toujours, au moins partiellement, aux exigences de leur environnement patriarcal. Pourtant, elles occupent toutes d’une façon ou d’une autre une position de puissance dans le microcosme familial.
Les oeuvres sélectionnées montrent l’importance de l’efficacité et de la compétence féminines. En outre, ces femmes acquièrent de la puissance dans la famille aussi bien qu’en dehors de celle-ci, au moyen de l’image de la madone noire, cette image faisant partie de leur histoire ethnoculturelle. Nous formulons dès lors l’hypothèse suivante : l’image de la madone noire est une source de puissance pour les femmes, fait observé dans les oeuvres. Cet archétype est moins dogmatisé, donc plus controversé que les symboles et les images judéochrétiens ; il faut alors chercher des origines plus implicites.
Les femmes décrites reçoivent toutes une force d’une source d’inspiration véhiculée par l’image d’une déité féminine. Cette force rejette, soit partiellement, soit entièrement, les valeurs patriarcales.  À l’opposé de l’hypothèse de l’image de la madone noire, nous retrouverons l’image de la Vierge Marie, silencieuse, car réduite au silence. […]
La pièce de théâtre Addolorata suggère encore une fois un changement significatif après la mort de la mère. L’héroïne Lolita-Addolorata devient sa propre mère pour se libérer de l’oppression patriarcale, représentée par son père et son mari. Ici, la nourriture est devenue un symbole d’oppression, dénonçant la marginalisation de la femme. Représentant d’abord la statue symbolique (l’archétype de la femme asexuée, produit du patriarcat et de l’Église catholique), elle devient sa propre madone noire après la mort de sa mère. […] »

Abstract
« This thesis deals with the image of the black madonna, a pre-Christian female deity, in the works of four Italian-Canadian authors : the works include Nina Ricci’s novel Lives of the Saints, Frank G. Paci’s novel Black Madonna, Vittorio Rossi’s play The Last Adam, and Marco Micone’s play Addolorata.
The black madonna, the central figure of this thesis, is not an exclusively Italian phenomenon. Most people probably associate her with the image of the Southern European, predominantly old, often Italian peasant woman, who is dressed in black clothes from head to toe. The black madonna statues, however, are possibly connected with the veneration of a female divinity, the Great Mother, Great Goddess, primordial goddess, and even earth mother. In his early myth and folklore collection, Sir George Frazer concluded that the “great Mother Goddess (of Western Asia), the personification of all the reproductive energies of nature, was worshipped under different names but with a substantial similarity of myth and ritual” (Frazer 299).

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

SIMON, Sherry, « Écrire la différence. La perspective minoritaire », Recherches sociographiques, vol. 25, n° 3 (septembre-décembre 1984), p. 457-465. +++ Article de revue

###Extrait, p. 465
« […] Ils ne sont pas encore très nombreux ces textes qui proposent comme thème explicite une exploration de la culture québécoise à partir d’une perspective minoritaire. Fennario, Micone, Robin, Jonassaint - à partir de communautés et de points d’origine très diverses - proposent non pas tant un regard sur la culture majoritaire qu’une expression de leurs propositions marginales. Nous n’apprenons pas beaucoup sur ceux qui occupent le centre culturel ; nous circulons sur les contours de la société. Il ne faut pas oublier que, dans le cas de Fennario, par exemple, l’ouvrier canadien-français partage avec l’ouvrier anglo-québécois une même impuissance et occupe une même position excentrique par rapport au centre, au pouvoir. […] »

Simon, 1984, PDF ###

SIMON, Sherry, « Speaking with Authority : The Theatre of Marco Micone », Canadian Literature, n° 106 (automne 1985), p. 57-64. +++ Article de revue

###Étude de Gens du silence et d’Addolorata. ###

AMPRIMOZ, Alexandre L., « Féminisme italo-québécois au masculin : Addolorata de Marco Micone », Italian Canadiana, vol. 6 (1990), p. 30-40. +++ Article de revue



Addolorata (oeuvre)
TitreAddolorata
AuteurMarco Micone
Parution1984
TriAddolorata
Afficheroui

Outils de la page

complaint