Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Antoine Volodine - ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

HIPPOLYTE, Jean-Louis, Fuzzy Fiction, Lincoln, University of Nebraska Press (Stages Series), 2006, 322 p. +++ Monographie

###« Fuzzy Fiction examines the phenomenon of “fuzziness,” both figurative and structural, in the contemporary French novel. Fuzziness, as originally conceived by Bertrand Russell a century ago, eventually led to the fuzzy set theory of mathematics, on which Jean-Louis Hippolyte bases his theory of literary criticism. In literature the use of fuzziness as a critical lens reveals how semantic ambiguity translates into ontological uncertainty, and why we should look past singularity and toward multiplicity. The paradoxical coincidence of order and disorder, the seemingly infinite exploration of narrative options, and the principle of undifferentiated identity all contribute to a general poetics of vagueness. It is this capital notion of vagueness that Hippolyte identifies as integral to contemporary French fiction and contemporary literature in general.

In Fuzzy Fiction Hippolyte examines a set of avant-garde French writers—Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet, Éric Chevillard, François Bon, and Antoine Volodine—whose aesthetic differences, he argues, exemplify the current uses of vagueness in contemporary French literature. Far from forsaking avant-gardism or pandering to the reactionary values of commercial publications, fuzzy fiction, Hippolyte suggestively argues, exceeds and subverts traditional boundaries between the avant-garde and mainstream fiction. A bold innovation in the domain of the contemporary novel, fuzzy fiction inaugurates a richly diverse discourse for the twenty-first century. » ###

SAINT-GELAIS, Richard, « Le polytexte Volodine » dans Sjef HOUPPERMANS, Christine BOSMAN-DELZONS et Danièle DE RUYTER-TOGNOTTI (dir.), Territoires et terres d’histoires. Perspectives, horizons, jardins secrets dans la littérature française d’aujourd’hui, Amsterdam / New York, Rodopi, 2005, p. +++ Chapitre de collectif

SAINT-GELAIS, Richard, « Faction Antoine Volodine », Tangence, n° 52, (septembre 1996), p. 89-104. +++ Article de revue

###Saint-Gelais, 1996, PDF ###

WILSKE, Almut, « Antoine Volodine. Résistance et subversion », dans Jan BEATENS et Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines 2 : états du roman contemporain, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes), 1999, p. 57-64. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque de Calaceite Fondation Noesis, 6-13 juillet 1996.

Corpus retenu
Alto Solo, Lisbonne dernière marge, Le nom des singes et Le port intérieur ###

BRIOT, Frédéric, « Les Chimères d’Antoine Volodine », Roman 20/50, n° 19 (juin 1995), p. 205-214. +++ Article de revue

WAGNER, Frank, « Leçon 12 : anatomie d’une révolution post-exotique », Études littéraires, vol. 33, n° 1 (automne-hiver 2001), p. 187-199. +++ Article de revue

###Résumé
Avant toute chose, cette enquête entend constituer une introduction à l’œuvre d’Antoine Volodine, et vise à faire mieux connaître ses textes intensément novateurs. J’espère également qu’elle pourra dans quelque mesure contribuer à faciliter leur compréhension. Dans ce but, l’analyse de la notion volodinienne de “post-exotisme” tend donc à dégager les implications aussi bien esthétiques qu’épistémologiques de cette somme littéraire d’un type inédit. Partant d’une étude immanente des procédés utilisés, principalement le métatextuel mais aussi l’hétéronymie, le cryptage, l’écriture sous contrainte ou encore l’intertextualité, je m’efforce de montrer comment, à la différence des principaux écrivains modernistes, loin d’utiliser ces ressources pour proclamer l’essence fictive de ses textes, Antoine Volodine les met à contribution afin de brouiller délibérément les frontières entre littérature et réalité - et lance par là-même un défi ironique aux tentatives pour penser, avec quelque assurance, son oeuvre de l’extérieur.

Wagner, 2001, PDF

VOLODINE, Antoine, « Pluralité des voix et unité de la mémoire dans le post-exotisme », dans Pierre OUELLET, Simon HAREL, Jocelyne LUPIEN et Alexis NOUSS (dir.), Identités narratives. Mémoire et perception, Québec, Les Presses de l’Université Laval (Intercultures), 2002, p. 191-197. +++ Chapitre de collectif

WAGNEUR, Jean-Didier (dir.), dossier « Antoine Volodine », SubStance, vol. 32, n° 2 (dossier 101, 2003), 108 p. +++ Dossier de revue

###Sommaire

  • « Let’s Take That From the Beginning Again » / Jean-Didier Wagneur (entretien).
  • « Introduction » / Jean-Didier Wagneur.
  • « A Fragmentary History of Trashcan Literature » / Pascale Casanova.
  • « The Clarity of Secrets » / Anne Roche.
  • « Post-exoticism, or Internal Literatures » / Charif Majdalani.
  • « Minor Angels : Toward an Aesthetics of Conflict » / Jean-Louis Hyppolyte.
  • « Interrogation : A Post-exotic Device » / Lionel Ruffel.
  • « The Post-exotic Connection : Passage to Utopia » / Marie-Pascale Huglo.

Wagneur, 2003, PDF ###

WAGNEUR, Jean-Didier, « Introduction », SubStance, dossier « Antoine Volodine», sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 3-11. +++ Article de revue

###« Literary criticism loves rebels, rebels who in a certain way come to take up a place in the duo of authorities-minorities. This is precisely not the position that Volodine wants to occupy, for he knows that it is the very falsification of literature, and he prefers to occupy a last margin (dernière marge), which is neither romantic nor heroic. Post-exoticism does not arise from an attempt to subvert official literature. It maintains no rapport with the manifestations of literature deployed outside the prison world. Post-exoticism does not want to enter into an antagonistic relationship; it does not desire to be the “other” or the margin of an official discourse. It places itself radically apart in order to imagine unheard-of objects, whose beauty has a magical quality, like “une explosante fixe.” »
(Extrait, p. 10)

Corpus retenu
Des anges mineurs, Biographie comparée de Jorian Murgrave, Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Lisbonne, dernière marge, Vue sur l’ossuaire, Nuit blanche en Balkhyrie et Dondog###

ROCHE, Anne, « “The Clarity of Secrets” », SubStance, dossier « Antoine Volodine », sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 52-63. +++ Article de revue

###Corpus retenu
Lisbonne dernière marge, Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Le nom des singes, Un navire de nulle part, Des anges mineurs, Dondog, Des enfers fabuleux et Biographie comparée de Jorian Murgrave

« “He upsets a harmony without our knowing how he succeeds in doing it : perhaps because, used to the horror of Earth, we only see the alien horror he attempts to impose on Earth” (Jorian Murgrave, 95). Thus ponders Dojna, one of the two female soldiers sent to seek out Jorian Murgrave, the being (is he human?) who wants to destroy Earth. Thus perhaps thinks the reader, confronting the universe of Volodinian fictions, who shudders as he reads, and then, closing the book, looks peacefully on his daily horror—at least more comfortable than the desolate steppes or the ravaged cities where the characters wander. Also more reassuring than these paradoxical spaces where one advances without advancing, where the monastery promising refuge constantly eludes the advance of the two deserters, where the underground passages ineluctably lead to the same shop of the lute-player of the shadows. More reassuring than these no man’s lands where dead people wander among several uncertain endings. Than these mental Moebius strips, where the linkage between dream and reality is imperceptibly made, where one can die in a dream, even if one awakens immediately in order to dodge the fire from flame-throwers, and where one investigates one’s own death, at the risk of seeing oneself condemned to ashes : “Go away…you are dead…” »
(Extrait, p. 52)###

MAJDALANI, Charif, « Post-Exotism, or Internal Literatures », SubStance, dossier « Antoine Volodine », sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 64-66. +++ Article de revue

###Corpus retenu
Vue sur l’ossuaire, Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Nuit blanche en Balkhyrie, Lisbonne dernière marge, Des anges mineurs

« The main thing is that it is an intra-novelistic “outside,” corresponding to the outside world ruled by an obscure totalitarianism that is responsible for the existence of the camps. But this “outside” is also very probably extra-novelistic; it is constituted by the world of Volodine’s readers themselves. In a metaphorical or analogical way, the schism between inside and outside proclaimed by the post-exotic novelists can easily appear as the expression of an awareness, ever-clearer and more painful, of the schism between, on the one hand, the writer immured in a stubbornness to speak outside of all worlds, outside of all conventions, in his own language, and, on the other hand, a world that no longer pays attention to literature, a world distracted by the interminable chatter of the media, a world that turns away from authentic voices, and whose historic and social conditions (veritable or media totalitarianism, flabby democracy, conveyor of mediocrity and of a self-forgetting, according to Volodine) are the proximate or distant causes for literature’s becoming “inaudible.” »
(Extrait, p. 64)###

RUFFEL, Lionel, « Interrogation : A Post-exotic Device », SubStance, dossier « Antoine Volodine », sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 78-94. +++ Article de revue

###

Corpus retenu
Rituel du mépris, Nuit blanche en Balkhyrie, Lisbonne dernière marge, Le nom des singes, Le port intérieur, Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze et Vue sur l’ossuaire\\

« Reading an interrogation, and to a greater extent analyzing it, puts one in a complex and ambiguous position. At any moment the researcher experiences the interrogationand thus may be ensnared by fiction, projected into the examiner’s position, forcing the meaning of the text, often involuntarily. By choosing this form as an essential element of his poetics, Volodine foregrounds the participatory dimension of reading and analysis, a game of the tenuous distance one strives to maintain with a text. One must then avoid a double pitfall: either to assume the interrogator’s role and risk doing violence to the text, or to accompany the interrogated party unconditionally, trapped by this complex device. Far from being a mere dramatic ploy that exposes the narrative fabric, the pervasiveness of interrogations in Volodine’s work leaves little room for doubt. Beyond the “interrogator novels” (Rituel du mépris, Le Nom des singes, Le Port intérieur), this form governs one of the diptychs in Vue sur l’ossuaire, a part of the eleventh lesson in Post-exotisme en dix leçons, leçon onze, and appears under multiple guises in all his other works. Interrogation is clearly an effective device that definitively binds aesthetics to politics. It associates language and power, the act of speaking with the seizing of power. Fiction is born as a resistance to the interrogator’s exacting demands for meaning. A conflict then arises in which two conceptions of language confront each other. Furthermore, interrogation offers a reflection on writing put to the question, on a literature under constraint, from which fiction attempts to distance itself. It portrays duality as a source for both alterity and separation. On the other hand, the language of fiction constructs the possibility of a community, thereby achieving the egalitarianism to which the texts lay claim. Thus the dimension of conflict in this writing style can be conceived as a product of this essential device. » ###

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « Minor Angels : Toward an Aestetics of Conflict », SubStance, dossier « Antoine Volodine », sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 67-77. +++ Article de revue

###

Corpus retenu
Le nom des singes, Biographie comparée de Jorian Murgrave, Le post-exostisme en dix leçons, leçon onze et Des enfers fabuleux

« The post-exotic universe is a world devastated by wars, a dystopia where violence has marred reference points, erasing geographical, historical and ontological differences. Violence is, as we know, the behavioral component of aggression, but the violence of the post-exotic chaosphere goes beyond the mere depiction of violent scenes or acts. Rather, violence operates here as a narrative device, used for dramatic purposes, forcing characters and events toward a brutal and often gruesome end. If violence is, as the Webster’s states, “an intense and directed action toward a person or object,” it also points toward narrativity, plotting and rhetorical intent. And as importantly, it compels the text to reach its own end, its own closure (before its eventual revival in other narratives, as is the case here). In the wake of Georges Sorel, the many narrators of the post-exotic archive propose a praxis of conflict. They advocate violence not so much as a necessary strategy of social change, since they have long abandoned their erstwhile utopias […], but they propose a radical swerve from official discourses and aesthetics. They strike first and foremost at literary conventions, and consequently at the political and cultural paradigms that inform them. Ultimately, because truth is mediated through fiction, they question the way we force meaning out of a text. » ###

HUGLO, Marie-Pascale, « The Post-Exotic Connetion : Passage to Utopia », SubStance, dossier « Antoine Volodine, sous la direction de Jean-Didier WAGNEUR, vol 32, n° 2 (dossier 101, 2003), p. 94-108. +++ Article de revue

###Corpus retenu
Des anges mineurs, Des enfers fabuleux, Le nom des singes et Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze

« In Volodine’s work, utopia is inscribed in a discursive space that is complex and paradoxical. Established by the (utopian ?) non-opposition of opposites, it juxtaposes a radical political credo and an absolute nihilism that rejects all faith in any imaginable political or religious solution. This utopia without hope annihilates all possibility of an ideal world, and projects the principle of futureless revolution into an imaginary and remote geography. » ###

GARCIN, Christian, « Qui est Khrili Gompo ? Sur Antoine Volodine », dans Labyrinthes et Cie, Lagrasse, Versier, 2003, p. 32-42. +++ Monographie

###Ce texte est paru une première fois dans la Nouvelle revue française###

RUFFEL, Lionel, « Les fictions de Volodine face à l’histoire révolutionnaire », dans Bruno BLANCKEMAN, Aline MURA-BRUNEL et Marc DAMBRE (dir.), Le roman français au tournant du XXIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 163-172. +++ Chapitre de collectif

RUFFEL, Lionel, « Face au vingtième siècle, esthétique et politique dans l’œuvre d’Antoine Volodine », thèse de doctorat, département des lettres modernes, Université de Toulouse II - Le Mirail, 2003, 464 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Ce travail possède un double objectif : étudier les relations entre esthétique et politique dans la littérature contemporaine; proposer la première monographie de l’oeuvre d’Antoine Volodine (1950-) qui pousse ces relations à leur plus haut point d’exigence. Notre étude générale constate qu’un grand nombre d’oeuvres littéraires ont su résister au discours qui voudrait que la littérature soit entrée, depuis le début des années 1980, dans une phase de régression et ont au contraire profondément renouvelé la pensée et la création contemporaines. C’est exemplairement le cas de celle d’Antoine Volodine qui fait des relations entre esthétique et politique l’un de ses enjeux fondamentaux, notamment en se confrontant au vingtième siècle dont elle développe une chronique fantasmée. Cette étude possède donc une dimension historique et déborde le cadre national pour étudier les littératures étrangères qui nourrissent l’imaginaire de ce qu’Antoine Volodine a baptisé le “post-exotisme”. » ###

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « Xenofiction : Singular Alterities in Contemporary French Fiction », thèse de doctorat, University of Colorado, 1998, 839 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« In the yet uncharted domain of the extreme contemporary, several bold new innovators have appeared. They elaborate a series of fictions, singular in their aesthetics, yet similar in their subvertive purposes. These various and vastly different writings constitute a “xenofiction,” that is, a resolutely foreign fiction in the broader field of French literature. To achieve such estrangement, new experimentalists like Jean-Philippe Toussaint, Eric Chevillard, Marie Redonnet, Antoine Volodine, and Francois Bon have taken to task structures and themes of disorder, constructing narratives based on aleatory processes and dynamics, disturbing the relation between novelistic cause and effect. So doing, they constitute a reappraisal of fiction and its referents, and a challenge to the concept of literature as experience of the limits. Far from forsaking avant-gardism, or pandering to the reactionary values of commercial publications, xenofiction has become alien both to the concerns of mainstream literature and those of former avant-gardes, for it exceeds and subverts traditional boundaries between the avant-garde and mainstream fiction. Xenofiction goes beyond the Beckettian dead end, and endeavors to survive the death of the author and of the text, while underlining the unaccountability and duplicity of literature. Reading, like writing, must then be approached as a challenge and a transgression. After the “era of suspicion” initiated by the New Novel, xenofiction problematizes the re-emergence of plot and subject. But the plot becomes fragmented, belated, fuzzy, and subverts traditional narrative teleologies. Likewise, xenofiction’s speaking subject is a fractal one, a polyphonic self, transgressive and unreliable, who shows that singularity can only be experienced through multiplicity and difference. Articulating the need for an inventory of narrative and ontological categories, xenofiction stands as the French fin-de-siecle’s boldest innovation in the domain of the novel, and it inaugurates a richly diverse discourse for the twenty-first century. » ###

BRUNELLO, Michaël, « La déconstruction du personnage post-exotique en trois mémorats, quatrième mémorat », mémoire de maîtrise, faculté des lettres et sciences humaines, Université de Provence, 2003, 140 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

SAINT-ARNOULT, Thierry, « Polyphoniques : Pierre Bergounioux, Nathalie Sarraute, Claude Simon, Antoine Volodine », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence (Aix, Marseille 1), 2004, 183 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

SALGAS, Jean-Pierre, « Défense et illustration de la prose française », dans Michel BRAUDEAU, Lakis PROGUIDIS, Jean-Pierre SALGAS et Dominique VIART, Le roman français contemporain, Paris, Ministère des affaires étrangères - adpf, 2002, p. 73-127. +++ Chapitre de collectif

###Corpus retenu
Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze, Le port intérieur et Lisbonne, dernière marge ###

VIART, Dominique, « Écrire avec le soupçon - enjeux du roman contemporain », dans Michel BRAUDEAU, Lakis PROGUIDIS, Jean-Pierre SALGAS et Dominique VIART, Le roman français contemporain, Paris, Ministère des affaires étrangères - adpf, 2002, p. 129-174. +++ Chapitre de collectif

###Corpus retenu
Lisbonne, dernière marge, Le nom des singes, Vue sur l’ossuaire et Des anges mineurs ###

BRIOT, Frédéric, «La littérature et le reste : Gilbert Lascault, Olivier Rolin, Jacques Roubaud, Antoine Volodine », dans Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines 1. Mémoires du récit, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes), 1998, p. 157-175. +++ Chapitre de collectif

ROCHE, Anne (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen,  Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, 281 p. +++ Collectif

###Sommaire

  • « Avant-propos » / Anne Roche.
  • « Portrait de l’auteur en chiffonnier » / Anne Roche.
  • « Situer Volodine ? Fictions du politique, esprit de l’Histoire

et anthropologie littéraire du “post-exotisme” » / Dominique Viart.

  • « “Pour une meilleure transparence de la désinformation” : le commentaire-fiction d’Antoine Volodine » / Joëlle Gleize.
  • « Portrait du lecteur “post-exotique” en camarade (note sur la réception des fictions d’Antoine Volodine) » / Frank Wagner.
  • « Illusions et désillusions karmiques : lecture du récit “post-exotique” » / Charif Majdalani.
  • « Les “Scènes” d’Antoine Volodine » / Lionel Ruffel.
  • « La houle du virtuel : les non-lieux d’Antoine Volodine » / Jean-Louis Hippolyte.
  • « La Bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine : un contre-minument baroque »/ Frédérik Detue.
  • « La polyphonie mutilée : la faillite de la révolution russe selon Volodine » / par Thierry Saint-Arnoult.
  • « Volodine dans le palais de la double hache ou De la nécessité de l’élaboration d’une Unterkritic» / Jean-Didier Wagneur.
  • « Le vindicatif présent : éthique de la vengeance dans l’univers de Volodine » / Pierre Ouellet.
  • « Une lecture de Bardo or not bardo: mange tes morts (et dis bonjour à la poule) » / Bruno Blanckeman.
  • « “On recommence depuis le début…” : entretien avec Antoine Volodine » / Jean-Didier Wagneur.

###

ROCHE, Anne, « Portrait de l’auteur en chiffonnier », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 9-27. +++ Chapitre de collectif

###Cet article examine l’esthétique de la récupération chez Volodine, en en dégageant les principaux effets sur la lecture et la narration. ###

VIART, Dominique,  « Situer Volodine ? Fictions du politique, esprit de l’Histoire et anthropologie du “post-exotisme” », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 29-66. +++ Chapitre de collectif

######

GLEIZE, Joëlle, « “Pour une meilleure transparence  de la désinformation” : le commentaire-fiction d’Antoine Volodine », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 69-84. +++ Chapitre de collectif

######

WAGNER, Frank, « Portrait du lecteur “post-exotique” en camarade (note sur la réception des fictions d’Antoine Volodine) », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 85-102. +++ Chapitre de collectif

######

MAJDALANI, Charif, « Illusions et désillusions karmiques : lecture du récit “post-exotique” », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 103-112. +++ Chapitre de collectif

######

RUFFEL, Lionel, « Les “scènes” d’Antoine Volodine », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 113-125. +++ Chapitre de collectif

######

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « La Houle du virtuel : les non-lieux de Volodine », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 127-140. +++ Chapitre de collectif

######

DETUE, Frédérik, « La Bibliothèque de Babel d’Antoine Volodine : un contre-monumet baroque », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 141-158. +++ Chapitre de collectif

######

SAINT-ARNOULT, Thierry, « La polyphonie mutilée : la faillite de la révolution russe selon Volodine », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 159-176. +++ Chapitre de collectif

######

WAGNEUR, Jean-Didier, « Volodine dans le palais de la double hache ou De la nécessité de l’élaboration d’une Unterkritic », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 177-188. +++ Chapitre de collectif

######

ROCHE, Anne, « “Le vide pour tous en 49 leçons” : le réalisme dans l’oeuvre d’Antoine Volodine », dans Michel COLLOMB (dir.), L’empreinte du social dans le roman depuis 1980, Montpellier, Université Paul-Valéry (Centre d’étude du XXe siècle), 2005, p. 163-175. +++ Chapitre de collectif

###« Titre bizarre. C’est le titre du numéro 139 de la “bibliographie” (“du même auteur, dans la même collection”) qui constitue la “leçon dix” de l’ouvrage Le post-exotisme en dix leçons, leçon onzed’Antoine Volodine. Cette bibliographie compte 343 titres, tous plus étranges les uns que les autres, et témoignant d’une fécondité remarquable chez leur auteur : mais il est vrai que “le vide pour tous en 49 leçons” est d’un “collectif anonyme”, et que les autres ouvrages, pour la plupart imaginaires, sont signés de noms improbables, dont les noms de… personnages des romans de Volodine. Et que parmi ces titres sont dissimulés les titres des ouvrages réels de Volodine, mais attribués à des personnages fictifs. » (Extrait, p. 163) ###

PASQUIER, Renaud, « L’oeuvre indistincte (Vasset, Volodine, Delaume, Bon) », dans Matteo MAJORANO (dir.), La caméra des mots, dans le spectacle du roman, Bari, B.A. Graphi (Marges Critiques), 2007, p. 49-69. +++ Chapitre de collectif

###« Roman et spectacle : ils seraient, selon Italo Calvino, liés dès l’origine, le premier étant même le fils du second, auquel il emprunterait quatre traits - l’intrigue, le jeu, la performance d’auteur, l’illusion. Le XXe siècle avant-gardiste aurait tenté de “tuer le père”, de distinguer à tout prix le roman du spectacle, en quête d’une introuvable pureté littéraire, qui ne le menait qu’à l’autodestruction. La nouvelle alliance scellée depuis les années quatre-vingt ne serait donc qu’un sage retour aux sources, à l’impureté spectaculaire fondamentale. Elle représente pourtant une autre impasse, en dissolvant le roman dans le tout-marchandise, et le rendant ainsi indistinct du produit. On cherchera à montrer comment certains romanciers cherchent à relever le défi de la double impasse, en assummant “l’indistinction” de leurs oeuvres avec les fictions-marchandises. “Indistinction”, c’est-à-dire ressemblance “presque” parfaite - tout est dans le “presque”. On analysera quatre exemples, quatre auteurs (Philippe Vasset, Antoine Volodine, Chloé Delaume, François Bon), quatre oeuvres qui correspondent chacune à l’un des traits originels du roman-spectacle définis par Italo Calvino. » ###

BRICCO, Elisa, « Au spectacle chez Volodine », dans Matteo MAJORANO (dir.), La caméra des mots, dans le spectacle du roman, Bari, B.A. Graphis (Marges Critiques), 2007, p. 110-123. +++ Chapitre de collectif

###« Les différentes formes de spectacles présentes dans l’oeuvre de Volodine remplissent plusieurs fonctions narratives et ontologiques. Le désir de comprendre cet univers post-exotique passe du spectacle composé par la scénographie offerte au lecteur au spectacle tant comme représentation imaginaire que comme mise en scène à l’aide de métaphores théâtrales. Mais c’est à l’ironie qu’il revient de gérer les situations les plus controversées. » ###

RUFFEL, Lionel, Le dénouement. Essai, Lagrasse, Verdier (Chaoïd), 2005, 107 p. +++ Monographie

###« Partant du principe que la proclamation des trois fins [celle de l’histoire, celle des idéologies, celle de la modernité] relève de l’idéologie, il s’agira d’en prouver l’inconséquence “par l’absurde”, en montrant la permanence massive, dans le renouvellement des idées et des formes, de la préoccupation historique, de la dimension politique, et plus généralement des grands thèmes de la modernité, transformés et réactualisés. Parce qu’il n’est probablement pas légitime de déduire une dramaturgie historique d’une seule scène romanesque, il a fallu la situer dans un réseau de représentations, de figures ou de scènes. Ces “figures du dénouement”, une enquête les a repérées, chez des auteurs qu’on imagine proches d’Antoine Volodine : Pierre Guyotat, Valère Novarina, Olivier Rolin, mais aussi chez des auteurs en apparence plus éloignés, les écrivains “minimalistes” par exemple [Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Éric Chevillard], ou encore chez Pascal Quignard. L’enjeu était de comprendre ce qu’elles disaient de l’époque. Le réseau fut donc élargi aux “discours du dénouement”, perceptibles juste après la double chute (du mur de Berlin, des statues de Moscou) chez des philosophes marqués, de manière fort différente, par l’histoire et la pensée du marxisme. Cette articulation des discours et des figures tente de comprendre une fin de siècle, c’est-à-dire le passage d’un siècle à l’autre. » ###

BEDRANE-TSALPATOUROS, Sabrinelle, « Les recueils de récits brefs au tournant du second millénaire (1980-2005) : hybridité, multiplicité, généricité », thèse de doctorat, département des lettres modernes, Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III, 2006, 501 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« De nombreux recueils de textes courts sont très visibles au tournant du second millénaire. Au-delà de l’effet “fin de siècle” rendu par une structure en éclats, une tendance se dessine, articulant deux thèmes, celui des minuscules et celui de la fin d’un monde. L’on ne peut, toutefois, parler d’un archigenre des petites proses. Seules les formes narratives nous intéressent. Ces textes font montre d’une hybridité prononcée, hybridité qui intervient à deux niveaux, celui des récits courts et celui du recueil. La dimension “recueil” doit en effet être prise en compte et étudiée pour elle-même et non pas seulement en termes de manque par rapport au livre continu. Nous montrons en quoi le recueil de récits brefs fonctionne différemment du recueil de fragments. Cet objet complexe participe aujourd’hui du retour au récit. Par son hybridité au carré et sa dimension plurielle, le recueil de récits brefs renouvelle les questions de généricité. »

Abstract
« Many compilations of short texts are very visible at the turn of the second millennium. Beyond the “millennium effect” rendered by a fragmented structure, a tendency takes shape, articulating two topics, that of the tiny and that of the end of a world. One cannot, however, speak of an arch-genre of small prose. Only the narrative forms interest us. These texts show a pronounced hybridity, hybridity which intervenes on two levels, that of the short accounts and that of the collection. The “collection” dimension must indeed be taken into account and be studied for itself and not only in terms of a lack as compared to the continuous book. We show in what way the collection of short narrative forms functions differently from the collection of fragments. This complex object partakes today of the return to the account. By its square hybridity and its plural dimension, the collection of short accounts casts a new light on the questions of generics. » ###

HUGLO, Marie-Pascale, « La connection post-exotique : Volodine et al. », dans Le sens du récit. Pour une approche esthétique de la narrativité contemporaine, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (Perspectives, n° 1021), 2007, p. 147-162. +++ Monographie

SIDAOUI, Sihem, « Pour une approche socio-poétique du roman contemporain : la figure du sujet dans la narration », Trans, n° 1 (décembre 2005), [en ligne]. +++ Article de revue

###

Résumé
Est-il possible de trouver des points de rencontre entre la manière de raconter une histoire et la façon dont l’Histoire est comprise dans telle ou telle société ? Nous avons posé cette question à des romans français et tunisiens contemporains, afin de déceler les différences entre ces deux aires culturelles et sociales.

Abstract
Are there any connections between the way of telling a story and how we understand History in a society or another ? We have questioned some French and Tunisian contemporary novels in order to look for social and cultural differences.

Resumen
¿ Existe la posibilidad de saber si hay alguna relación entre la forma de narrar una historia y la forma en que entendemos la Historia en una sociedad cualquiera ? Hemos planteado esta cuestión a algunas novelas francesas y tunecinas contemporáneas con la finalidad de distinguir sus respectivas diferencias culturales y sociales.

Sidaoui, 2005, HTML ###

BRIOT, Frédéric, « Conflictualité du roman et de la nouvelle dans les oeuvres d’Antoine Volodine », dans Catherine DOUZOU et Lise GAUVIN (dir.), Frontières de la nouvelle de langue française. Europe et Amérique du Nord (1945-2005), Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2006, p. 57-65. +++ Chapitre de collectif

RUFFEL, Lionel, Volodine post-exotique, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2007, 330 p. +++ Monographie

###Présentation sur Fabula###

CALAND, Fabienne Claire, « Comment l’homme est tombé de l’homme », dans En diabolie. Les fondements imaginaires de la barbarie contemporaine, Montréal, VLB (Le soi et l’autre), 2008, p. 129-147. +++ Monographie

GIBOURG, Pascal, L’homme couvert de fourmis (essai sur Antoine Volodine), Publie.net (Voix critiques), 2009, 82 p. [En ligne] +++ Monographie

###En ligne sur Publie.net ###

RUFFEL, Lionel, « L’impensable révolutionnaire », Chaoïd, n° 1 (été 2000) [en ligne]. +++ Article de revue

###« Antoine Volodine est un parfait représentant de ces rares auteurs politiques traversés par l’ère du soupçon dont l’œuvre est tendue par la fascination de la langue (fort différente cependant de la génération précédente) mais aussi par la capacité qu’elle a de subvertir, de décevoir, d’échouer volontairement à sa saisie directe. La rumination de l’échec se renverse en un mensonge activiste, une arme pour échapper aux pressions totalitaires. L’architecture même de ses livres et au-delà de l’œuvre suit une xénologique (Jean-Louis Hippolyte) qui travaille l’étrange et qui malgré l’impossible transitivité “étrange” ses lecteurs. Revenons alors à la question de départ : quels sont les éléments qui rendent impensable la politique à quelqu’un né dans le dernier quart du siècle ? »

Ruffel, 2000, HTML ###

RUFFEL, Lionel, et David RUFFEL, « Oui ou non répondez », Chaoïd, n° 3 (printemps 2001) [en ligne]. +++ Article de revue

###Ruffel, 2001, HTML ###

BESSON, Anne, « Le cycle objet du cycle. Transfictionnalité et réflexivité chez Will Self et Antoine Volodine », dans René AUDET et Richard SAINT-GELAIS (dir.), La fiction, suites et variations, Québec / Rennes, Nota bene / Presses Universitaires de Rennes, 2007, p. 179-198. +++ Chapitre de collectif

DAVID, Sylvain, « Le zéro et l’infini », dans Pierre OUELLET et Serge PEPIN (dir.), Le trop et le trop peu. Une esthétique des extrêmes, Montréal, Université du Québec à Montréal (Cahiers du CÉLAT, 1), 2000, p. 17-29. +++ Chapitre de collectif

TJELL, Mette, « Posture d’auteur et médiation de l’œuvre : L’Écrivain en porte-parole chez Antoine Volodine », Revue de Sociologie de la Littérature, dossier « L’Ethos en question: Effets, contours et perspectives » (Reindert Dhondt, Katrien Horemans, Beatrijs Vanacker et Karen Vandemeulebroucke, dir.) n° 13 (2013). +++ Article de revue

### Résumé
Cet article se propose de mettre l’accent sur la notion rhétorique d’ethos dans l’élaboration de ce que Jérôme Meizoz (2007) appelle une « posture » d’auteur. Il s’attache à montrer que le concept de posture dépasse l’idée de positionnement dans le champ littéraire, pour jouer un rôle dans le processus de médiation de l’œuvre dans l’espace social. En prenant pour objet d’étude l’écrivain français Antoine Volodine (1950-) et son monde romanesque, cet article développe une réflexion sur les spécificités du travail postural dans une œuvre fictionnelle dont la matière du récit n’est pas autobiographique. Si l’on peut supposer que la discrétion de l’écrivain au sujet de sa vie privée relève d’une posture comme une autre, choisir la fiction comme terrain d’analyse demande une prise en compte des modalités complexes par lesquelles l’auteur y manifeste sa présence. L’article s’appuie sur les apports théoriques proposés par Ruth Amossy (2009) dans le domaine de l’argumentation, où l’ethos de l’énonciateur textuel dans un corpus fictionnel, dit « ethos auctorial » est conçu comme un moyen d’influence sur le lecteur pouvant être dégagé entre autres à partir des thèmes, de la mise en intrigue, de l’imagerie et du style.

Abstract
The aim of this article is to highlight the importance of the rhetorical concept of ethos in the development of what Jérôme Meizoz (2007) calls a writer’s ‘posture’. The ambition is to show that the concept of posture exceeds the idea of positioning in the literary field, stating that a writer’s self-presentation is a central feature in the mediation process of the literary work in the social space. Using the example of the French writer Antoine Volodine and his fictional work, the article reflects upon the articulation of the posture in fictions whose story is not autobiographical. If one can assume that the discretion of a writer about his private life is a part of his posture, choosing fiction as a field of analysis requires taking into account the complex modalities in which the author manifests his/her presence in the text. The article applies the theoretical contributions developed by Ruth Amossy (2009) in the field of argumentation, where the ethos of the textual enunciator in a fictional corpus - the ‘auctorial ethos’ - is conceived as a means of influence on the reader, which can be deducted from different aspects of the text, such as themes, plot development, imagery and style.

Tjell, 2013, PDF ###

BELLOS, David, « French as a Foreign Language: The Literary Enterprise of Antoine Volodine », Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, dossier « New Visions and Re-Visions in 20th and 21st Century French Literature », vol. 36, n° 1 (hiver 2012), p. 101-116. +++ Article de revue

### Abstract
Volodine’s fictions all resemble each other save for names and settings. They expose a world where the Revolution has failed and its protagonists are either dead, incarcerated, or holed up in the putrefying carcass of an abandoned building. Protagonists keep the memory of their political dreams alive by telling the stories of lost comrades, in works tapped out in code on the drainage pipes of a high-security prison or the asylum where they are held without charge, or else circulated, samizdat-style, among sympathizers. The authors of these narratives are themselves the subjects of others. So the characters created by Volodine become the authors of his work, such that Antoine Volodine is just one name among the many contributors to the literature of the post-exotic world. With formal roots in science fiction and thematic sources in France’s continuing nostalgia for the revolutionary road, Volodine’s dreamworld seems quite unrelated to the main trends of contemporary writing, yet it forms one of the most ambitious literary projects of our times. Couched in language of exquisite precision and grace, Volodine’s not entirely imaginary construction of a ruined world simultaneously denies individual authorship and reasserts human individuality through the memorializing function of storytelling.

Bellos, 2012, PDF ###

LAMARRE, Mélanie, « “Ici Breughel, il fait très noir: Répondez” : Figures de la communication dans l’œuvre d’Antoine Volodine », Roman 20-50: Revue d’Étude du Roman du XXe Siècle, n° 46 (décembre 2008), p. 149-160. +++ Article de revue

DETUE, Frédérik, « Des langues chez Volodine : un drame de la survie », Littérature, n° 151 (septembre 2008), p. 75-89. +++ Article de revue

### Résumé
Suivant la fiction qu’il construit, Antoine Volodine traduit les œuvres « post-exotiques » de ses personnages. Derniers survivants de la culture révolutionnaire, relégués dans un monde concentrationnaire, ces personnages produisent une littérature dans la langue de la révolution, comme pour résister à l’anéantissement ; hors du monde concentrationnaire, leur camarade Volodine recueille les œuvres qui lui parviennent et les fait paraître en français. Il s’agit de considérer comment ce dispositif conditionne le lecteur à recevoir la fiction comme une œuvre de témoignage. D’un côté, la langue de la révolution reste une arme de combat (une contre-langue), et en minorant le français, Volodine en témoigne. D’un autre côté, cette langue subit les effets de l’entropie, du fait qu’elle est une langue quasi-morte, que ses locuteurs perdent la faculté de parler ; et cela aussi, la langue de traduction de Volodine doit l’inscrire. Expérience de mort et de régénération, la littérature post-exotique est comme une bouteille à la mer ; survivance de l’original, la traduction offre une culture en héritage. Abstract
Of Languages in Volodine : A Survival Drama Volodine constructs a fiction wherein he is translating the “post-exotic” works of characters who, last remnants of a revolutionary culture, are relegated to a world of concentration camps, where they write in the language of revolution, as though to resist annihilation; outside, Volodine gathers their works and translates them into French. How does this device lead the reader to understand this fiction as witness literature?

Detue, 2008, PDF ###

MOTTE, Warren, « Antoine Volodine’s Crossings », Symposium, A Quarterly Journal in Moden Litteratures, vol. 65, n° 3 (automne 2011), p. 167-185. +++ Article de revue

### Abstract
Antoine Volodine’s writing distinguishes itself by virtue of its ambitious scope, the originality of its vision, and the way that it resists conventional strategies of reading. Volodine imagines canny fictional worlds whose internal coherence is never in doubt, as strange as those worlds may seem when compared with our own. Characters in his novels are peripatetic, constantly in motion, as if mobility itself provided them with the surest guarantor of an otherwise dubious existence. They are always crossing frontiers, changing from one state to another, or migrating into new territories. No less important are the boundaries that loom on literature’s horizon of possibility. For there, too, it is largely a question of crossings: from the real to the fictional, from the name to the heteronym, from the exotic to the postexotic, from a passive mode of reading to one that is necessarily far more critical.

Motte, 2011, PDF ###

GERVAIS, Bertrand et Amélie PAQUET, « Le Bardo littéraire, ou le fardeau de la preuve », dans Jean-Paul Engélibert, Yen-Maï Tran-Gervat (dir.), La Littérature dépliée: Reprise, répétition, réécriture, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, p. 419-429. +++ Chapitre de collectif

DETUE, Frédérik et Anne ROCHE (dir.), dossier « Antoine Volodine », dans Europe: Revue Littéraire Mensuelle, vol. 85, n° 940-941 (août-septembre 2007), p. 193-243. +++ Dossier de revue

### Sommaire du dossier

  • Frédérik DETUE et Anne ROCHE, « Reprenons depuis le début »
  • Frank WAGNER, « Le dernier écrivain »
  • Lionel RUFFEL, « Mille et une nuits noires »
  • Pierre OUELLET, « L’histoire en peine »
  • Frédérik DETUE, « Deux gloses du post-exotisme »
  • Antoine VOLODINE, « “Tout ce qu’on voudra mais pas homme” » ###

CAMUS, Audrey, « Sur le théâtre de la guerre post-exotique », dans Marie-Hélène Boblet et Bernard Alazet (dir.), Écritures de la guerre aux XXe et XXIe siècles, Dijon, Éditions Universitaires de Dijon, 2010, p. 155-162. +++ Chapitre de collectif

### Résumé
L’œuvre d’Antoine Volodine est l’œuvre de la guerre : le monde désolé qu’elle donne à voir, traversé de l’écho des déflagrations atomiques et hanté par la mémoire des camps, ne connaît plus que la guérilla et la lutte pour la survie, la « guerre de tous contre tous ». Mais cette guerre omniprésente est singulièrement difficile à cerner : quand l’univers volodinien confond rêve, souvenir et réalité, ses personnages parlent volontiers d’autre chose… Ce déportement, cette esquive dans la représentation tendent à déplacer l’antagonisme au cœur de l’écriture : une écriture en lutte avec le monde, celle d’un écrivain en lutte avec la langue et avec son lecteur, relayé par une pléthore de personnages schizophrènes pour incarner ce combat dérisoire et lui donner voix. Motif récurrent de l’œuvre qui multiplie et décline duos et adresses à l’absent, le face à face apparaît comme le lieu où se joue véritablement la représentation de la guerre volodinienne, en des termes dramaturgiques dont on montre qu’ils confèrent une performativité au roman et posent à nouveaux frais la question de l’engagement. ###

WAGNER, Frank, « Antoine Volodine : le dernier écrivain », Europe: Revue Littéraire Mensuelle, dossier « Antoine Volodine » (Frédérik Detue et Anne Roche, dir.), vol. 85, n° 940-941 (août-septembre 2007), p. 197-204. +++ Article de revue

DETUE, Frédérik, « Deux gloses du post-exotisme », Europe: Revue Littéraire Mensuelle, dossier « Antoine Volodine » (Frédérik Detue et Anne Roche, dir.), vol. 85, n° 940-941 (août-septembre 2007), p. 226-234. +++ Article de revue

OUELLET, Pierre, « Le vindicatif présent : éthique de la vengeance dans l’univers de Volodine », dans Anne Roche (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris, Minard, 2006, p. 189-207. +++ Chapitre de collectif

CALAND, Fabienne, « Le memento par le vide traumatique chez Antoine Volodine », dans Architecture, littérature et espaces, textes réunis par Pierre Hyppolite, préface de Philippe Hamon, Limoges, Presses universitaires de Limoges (Espaces Humains). +++ Chapitre de collectif

DURIEZ, Shawn, « Les voix de la subversion : esthétique et politique dans le post-exotisme d’Antoine Volodine », mémoire de maîtrise en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2008, 110 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
L’objectif de ce mémoire est de cerner les enjeux du rapport entre esthétique et politique dans l’œuvre romanesque d’Antoine Volodine, rassemblée sous l’appellation «post-exotisme», en s’appuyant sur l’analyse de quatre œuvres: Vue sur l’ossuaire (1998), Le post-exotisme en dix leçons, leçon onze (1998), Des anges mineurs (1999) et Nos animaux préférés (2005). Ses trois chapitres concernent respectivement les modalités d’appréhension du réel dans la logique spatio-temporelle de la réclusion à perpétuité; les particularités thématiques et génériques de la littérature carcérale comme manifestations concrètes des structures intelligibles qui organisent la communauté des prisonniers; et, finalement, la politicité de la littérature post-exotique, envisagée à travers les tensions entre les œuvres des prisonniers révolutionnaires et le métadiscours qui en rend compte. L’étude de l’œuvre romanesque d’Antoine Volodine, auteur parmi les plus novateurs de l’extrême contemporain, s’ouvrira, en conclusion, sur une réflexion à propos de l’inscription du politique dans le champ de la littérature contemporaine.

Duriez, 2008, PDF ###

DETUE, Frédérik et Pierre OUELLET (dir.), Défense et illustration du post-exotisme en vingt leçons : avec Antoine Volodine, Montréal, VLB éditeur (Soi et l’autre), 2008, 399 p. +++ Collectif

### « Face à notre époque en proie au présentisme, la littérature post-exotique d’Antoine Volodine entreprend de créer des lignes de fuite, de trouver de nouvelles perspectives. De se dégager de l’eau fangeuse et stagnante du présent, dans un sens, pour s’engager dans le fleuve de l’histoire à contre-courant, et dans l’autre, pour se projeter vers la fin de cette histoire; de rompre avec le partage du sensible qu’on fait ordinairement entre réel et imaginaire, entre veille et rêve, pour accéder à une autre compréhension du monde, plus onirique. Le post-exotisme se caractérise ainsi d’abord par sa puissance d’arrachement… »
(Extrait du site de l’éditeur)

Article de Frédérik Detue extrait de ce collectif paru en ligne sur Vox-Poetica###

RICHARD, Claire, Politiques de la littérature, politiques du lien chez Antoine Volodine et François Bon, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2012, 224 p. +++ Monographie

### Présentation
“À quoi peut res­sem­bler une poli­ti­que de la li­té­ra­ture contem­po­raine ? Aux pay­sa­ges post-exo­ti­ques d’Antoine Volodine, à ses step­pes de suie et aux com­bat­tants défaits qui com­po­sent des poèmes dans les camps. Mais aussi aux ouvriè­res lor­rai­nes, aux marges indus­triel­les, aux lan­gues mineu­res qu’ explore François Bon. Ce ne sont pas là des démons­tra­tions ou des allé­go­ries, mais des pen­sées de la forme, des actions menées sur les repré­sen­ta­tions, un tra­vail qui agit avec et sur le lan­gage et l’ima­gi­naire. Ce livre pro­pose une tra­ver­sée des œuvres de Volodine et Bon au prisme de leur poli­ti­que. Il met en lumière deux poé­ti­ques bien dis­tinc­tes, et pour­tant unies par une com­mu­nauté de ques­tions et de situa­tion, qui tra­vaillent à une poé­ti­que lit­té­raire, his­to­ri­que mais non déter­mi­niste, il entend mon­trer que la poli­ti­que de la lit­té­ra­ture est une poli­ti­que de l’ima­gi­na­tion sou­ve­raine et puis­sam­ment tra­ver­sée par son époque.”

C’est peut-être une des fonc­tions des recher­ches de lit­té­ra­ture géné­rale et com­pa­rée d’ouvrir la ques­tion lit­té­raire sous l’angle des “fic­tions de la mon­dia­li­sa­tion”, enten­dant par là le résul­tat concret de ce phé­no­mène sur nos vies (ce dont l’œuvre de Bon s’empare volon­tiers, par exem­ple dans Daewoo), mais sur­tout peut-être la pos­si­bi­lité d’une lit­té­ra­ture en régime mon­dia­lisé.Les textes-cahiers de doléan­ces de Bon sont cons­truits pour paraî­tre sim­ples, mais la bizar­re­rie apo­ca­lyp­ti­que de Volodine trace des libel­les poli­ti­ques plus directs qu’il n’y paraît. La mon­dia­li­sa­tion est un mythe qui a pris le pou­voir. Le post-exo­tisme de Volodine conduit la décons­truc­tion du mythe de ce temps, le main­tien et la résis­tance de l’écriture lit­té­raire dans la nuit renou­ve­lée du 4 août dont elle invente les figu­res, le person­nel, et les situa­tions, face aux formes de la domi­na­tion. ###

ASSELIN, Guillaume, « Entropologiques métamorphoses du sacré dans la littérature contemporaine », thèse en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2008, 312 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Le problème capital de la fin du siècle sera le problème religieux », déclarait André Malraux en 1955. Si l’on cite volontiers son mot selon lequel le XXle siècle verrait l’éclosion d’un phénomène spirituel majeur, on omet presque toujours la suite. L’écrivain avait pourtant bien pris soin de préciser que ce phénomène ne serait pas forcément la naissance d’une nouvelle religion. L’auteur de La métamorphose des dieux pressentait ainsi « qu’une renaissance religieuse se fonderait sur des données qui ne sont pas les nôtres » et que le problème spirituel se poserait probablement « sous une forme aussi différente que celle que nous connaissons que le christianisme le fut des religions antiques ». À observer ce que la spiritualité devient dans la littérature contemporaine, force est d’admettre qu’il avait vu juste. De Dieu, des dieux, ne reste plus qu’un « effet de trace » là où la croyance s’est pratiquement effacée de l’espace public et artistique. Ce sont ces « survivances » et leurs effets de spectralité qu’il s’agit ici d’interroger sur la base des œuvres d’André Malraux, de Louis-Ferdinand Céline, de Marcel Moreau, d’Antoine Volodine, de Juan Garcia, de Pascal Quignard, de Valère Novarina, d’Éric Chevillard et de Philippe Beck. Toutes ont en commun de prendre en charge cet héritage qui a modelé si profondément nos façons de penser, de percevoir, d’agir et de vivre en société, afin d’en extraire le suc et de mettre à jour ce qui avait été voilé sous le manteau des mythes et de leurs images : une énergie pure, à laquelle il s’agit dorénavant de donner corps par l’écriture, libre de toute servitude théologique. Ce qui paraît ainsi pour la première fois à la lumière de cet effacement est ce que les dieux et leur cortège mythologique n’auront jamais cessé d’occulter : la parole elle-même comme démiurgie et fonds abyssal des théogonies et des rêveries d’absolu, comme sous-bassement poïétique du sacré et de ses figures tutélaires. La méthode employée pour étudier ces vestiges du sacré, « l’entropologie », fait écho à une proposition de Claude Lévi-Strauss qui, dans Tristes tropiques, suggérait de fonder sous ce néologisme une science qui se chargerait d’étudier les processus et les lois préludant aux phénomènes, complexes, d’usure et d’entropie. À la religion qui, fuyant la multiplicité chaotique des phénomènes en dressant l’écran d’un arrière-monde, tend à oblitérer les forces cosmiques sous des formes vidées de toute potentialité, la littérature oppose une parole vive qui brise le carcan des formes instituées, afin de libérer et de recycler l’énergie qui y est fossilisée. Les métamorphoses du sacré que donnent à lire les œuvres soumises à l’analyse se traduisent ainsi par le passage d’une représentation traditionnelle, substantielle de l’espace, des corps et de la parole à des modalités de spatialisation, d’incarnation et de matérialisation éminemment paradoxales, spectrales. Ce sont ces nouvelles modalités qu’il s’agit ici d’étudier, en trois temps bien distincts (métamorphoses de l’espace, des corps et de la matière).

Asselin, 2008, PDF###

DETUE, Frédérik et Lionel RUFFEL (dir.), Volodine, etc. : post-exotisme, poétique, politique : colloque de Cerisy, Actes du colloque organisé à Cerisy du 12 au 19 juillet 2010, Paris, Classiques Garnier, 2013, 433 p. +++ Collectif

### Table des matières

Centre culturel international de Cerisy …  p.7
Frédérik Detue et Lionel Ruffel, Introduction …  p.11
Table des abréviations. Œuvres post-exotiques les plus citées dans ce volume … p.25

Première partie : Traduction
Valéry Kislov, Traduire du post-exotique … p.29
Brian Evenson, Littérature de l’illusion : Volodine en Amérique … p.45

Deuxième partie : Langue
Dominique Soulès, Vocables mystérieux et langue facétieuse (ou vice-versa) chez Antoine Volodine … p.59
Fabienne Claire Caland, Conjugaisons et désaccords … p.73
Gaspard Turin, La stratégie du silence dans « La stratégie du silence dans l’œuvre de Robert Malipiero » d’Antoine Volodine … p.85

Troisième partie : Voix
Joëlle Gleize, Dispositif romanesque et mise en livre post-exotiques … p.103
Frank Wagner, « Des voix et rien d’autre ». Sur les voix narratives post-exotiques : essai de poétique … p.121
Bruno Blanckeman, La charge de la brigade légère. L’humour chez Volodine … p.137
Nicole Caligaris, Mille centres de forces … p.151

Quatrième partie : Images
Guillaume Asselin, La prairie des images. Pour une « fantastique transcendantale » … p.163
Patrick Rebollar, Onirologie post-exotique … p.177

Cinquième partie : Genres
Audrey Camus, Roman à la limite … p.197
Anne Roche, Volodine, théâtre … p.213

Sixième partie : Présent
François Bizet, Crise sans sortie, apocalypse sans royaume, fin sans fin … p.231
Jean-Pierre Vidal, La stase apocalyptique ou l’après indéfini … p.249
Sylvie Servoise, Présentisme et post-exotisme : les frères ennemis … p.265

Septième partie : Politique
­Arno Bertina, L’animal humilié, l’homme escamoté … p.283
Mélanie Lamarre, Antoine Volodine et la fiction idéologique… p.287
Philippe Roussin, L’après-révolution, la littérature et le pouvoir … p.301

Huitième partie : Communautés
Pierre Ouellet, Poétique de l’être-contre. Portrait en négatif de la communauté post-exotique … p.317
Simon Saint-Onge, Quelques détails sur l’âme des faussaires et la communauté des amants … p.333

Neuvième partie : Utopie
Antonin Wiser, Un archipel post-exotique. Essai de lecture topographique de Des Anges mineurs … p.349
Annie Epelboin, L’utopie de la fin et la fin de l’utopie … p.365

Dixième partie : « Après »
Catherine Coquio, «Comme une féerie». Péripéties d’un refus de témoigner … p.383
Frédérik Detue, Volodine lecteur des témoins : le dispositif d’éveil post-exotique … p.405

Bibliographie générale des œuvres post-exotiques … p.423
Index des noms … p.425 ###

HAREL, Simon, « La méchanceté littéraire : les figures malaisées de l’autre en soi », Le Coq-Héron, n° 192 (2008), p. 57-69. +++ Article de revue

### Résumé
L’écriture de la méchanceté correspond à un paradigme identitaire qui présente un discours inconvenant que nous ne savons pas lire. Par pétition de principe, nous devons être solidaire de l’autre. Ce discours fait valoir que l’empathie et la compréhension ont le beau rôle. Pourtant, les œuvres de Volodine et de Naipaul offrent un regard sans aménité. Détruire, mettre à mal, somme toute être cruel, comme l’entendait Artaud, voilà des actes narratifs qui bouleversent les formes établies de la géographie corporelle, affective, tout autant que territoriale. On comprendra que l’écriture de la méchanceté n’a pas pour objectif de répertorier les formes fixes de l’espace propre que sont les appartenances à la nation, à la famille, à une norme sociale et sexuelle. Ainsi, nous nous intéresserons aux braconnages culturels qui traduisent de manière malaisée une rencontre toujours ponctuelle avec l’autre en soi.

Harel, 2008, PDF ###

MANCAS, Magdalena Silvia, « Du post-exotique postmoderne et du postmodernisme exotique : Stratégies narratives chez Antoine Volodine », dans Wolfgang AHOLT et Marc DAMBRE (dir.), Un Retour des normes romanesques dans la littérature française contemporaine, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2010, p. 181-195. +++ Chapitre de collectif

ANDRÉ, Sarah, « Un Regard oblique sur la vérité historique : Le Monde virtuel du post-exotisme », Trans: Revue de Littérature Générale et Comparée, dossier « Le Faux », n° 7 (2009). +++ Article de revue

### Résumé
Antoine Volodine construit un univers imaginaire baptisé « post-exotisme » fonctionnant avec ses règles propres. Parmi celles-ci, la falsification des identités des personnages et des instances auctoriales. Les brouillages des voix narratives confère à leurs récits un aspect fantastique, a priori éloigné du monde réel. Cependant, en recoupant les différents niveaux de récit par exemple, il n’est pas difficile d’apercevoir des correspondances entre les textes très fictionnels et la réalité contemporaine.

André, 2009, PDF ###

LAMARRE, Mélanie, Ruines de l’utopie. Antoine Volodine, Olivier Rolin, Lille, Presses universitaires du Septentrion (Perspectives), 2014, 320 p. +++ Monographie

### Présentation de l’éditeur
Les romans d’Antoine Volodine et d’Olivier Rolin se saisissent de l’histoire du XXe siècle pour en méditer le cours. Hantés par l’échec de l’utopie collectiviste, ils soulignent avec une ironie mordante l’écart que celle-ci entretenait avec le réel social. Mais, nostalgiques envers l’élan du sublime qu’elle inscrivait dans le champ de nos représentations, ils se désolent des renoncements du temps présent à l’action collective. Et leur lucidité se trouble d’une indéfectible mélancolie. Première étude comparée de deux œuvres majeures du panorama littéraire contemporain, cet ouvrage souligne les paradoxes de la représentation romanesque de l’utopie dans un monde désenchanté. Résolument sociocritique, il envisage les rapports que la fiction littéraire noue avec les représentations idéologiques et, joignant l’analyse de l’imaginaire social à l’approche formelle des textes, met en évidence la consignation douloureuse d’une mémoire du politique. Quelle pertinence le recours à la littérature peut-il avoir face aux espoirs et aux errements du XXe siècle ? Telle est la question majeure de ce livre qui retraverse le champ des questions esthétiques et les affronte aux mutations de l’imaginaire politique des sociétés occidentales.

Sommaire
Introduction
Métamorphoses de l’utopie
Reflux du Grand récit socialiste, effacement de l’utopie collectiviste
Renouvellements du roman français contemporain : Antoine Volodine et Olivier Rolin
Roman contemporain et imaginaire social : une approche sociocritique

Première partie
Le meilleur des mondes ?
L’utopie à l’épreuve de l’espace et du temps romanesques

Chapitre 1
Antoine Volodine et la fiction apocalyptique

Un prisme fictionnel complexe : la mise en scène de l’histoire dans le roman volodinien
La réfutation du Grand récit socialiste

Chapitre 2
Olivier Rolin et le « sens » de l’histoire

L’histoire entre répétition et décadence : Phénomène futur
Une histoire polémologique : Méroé

Deuxième partie
Le « passé d’une illusion »

De la déprise du politique à la mémoire du politique

Chapitre 3
Antoine Volodine entre révolution impossible et révolution trahie

Des romans critiques de l’idéologie
Une littérature travaillée par le sentiment de la perte

Chapitre 4
Olivier Rolin : « Paradise lost » ou le deuil impossible de l’engagement

Une énigmatique fidélité : Phénomène futur
Un passé redéchiffré : Tigre en papier

Troisième partie
Des utopistes endeuillés affrontés au présent


Chapitre 5
Antoine Volodine et la communauté « post-exotique »

La polyphonie « post-exotique »
Contre le contemporain
Échapper à une rationalité destructrice

Chapitre 6
Olivier Rolin : itinéraires d’un sujet mélancolique

La naissance problématique d’une identité d’écrivain : Phénomène futur et Bar des flots noirs
L’Invention du monde ou l’écrivain héroïque
De Port-Soudan à Tigre en papier : l’écrivain anachronique

Conclusion
Index
Bibliographie
###

GUÉRIN, Michel, « Les anamorphoses de la barbarie moderne selon Antoine Volodine », La pensée de midi, n° 31 (2010), p. 120-153. +++ Article de revue

###Guérin, 2010, PDF ###

LAMARRE, Mélanie, « Antoine Volodine : une prose inactuelle ? », Critique, n° 744 (2009), p. 433-438. +++ Article de revue

### Lamarre, 2009, HTML ###

CAMUS, Audrey, « Roman et antiroman : Chevillard, Senges, Volodine », Littérature, n° 180 (décembre 2015), p. 92-104. +++ Article de revue

### Résumé
Si le genre romanesque n’a pas bonne presse chez les écrivains français aujourd’hui, pour Éric Chevillard, Pierre Senges et Antoine Volodine, écrire contre le roman, c’est écrire tout contre. Parce qu’ils sont romanciers malgré eux dès lors que, pour reprendre une affirmation provocatrice du premier, « bientôt, le terme roman sera définitivement devenu synonyme de livre », mais surtout parce que les formes qu’ils inventent constituent des variations sur le genre romanesque qu’ils malmènent pour mieux le renouveler. Explorant les rapports qu’entretiennent roman et antiroman à la lumière de cette pratique contrapuntique, l’article montre que ce couple notionnel ne coïncide qu’incidemment avec celui qui oppose le romance au novel, et que c’est l’illusion mimétique qui constitue le véritable enjeu pour l’antiroman, par-delà ses manifestations singulières au cours du temps. Ce déplacement permet de reconsidérer la cible de l’antiroman comme un modèle abstrait dont l’antiroman trace les contours en creux, expurgeant ainsi les formes sclérosées qui tendent à figer le genre romanesque, comme autant de mues, afin de maintenir le vague du roman, qui le garde toujours vivant.

Camus, 2015, HTML ###

TURIN, Gaspard, « Volodine, le roman singulier de la fin de l’individu », dans Rolf WINTERMEYER et Michel KAUFFMANN (dir.), Figures de la singularité, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2014, p. 139-151. +++ Chapitre de collectif

HOLLISTER, Lucas C., « Point of No Return? Antoine Volodine’s ‘Post-Exotic’ Romanesque », dans « Problematic returns: On the romanesque in contemporary French literature », thèse de doctorat, University of Pennsylvania, 2013, p. 177-237. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé de la thèse
This dissertation examines the discourse that emerged in the late 1980s positing a “retour du romanesque” in French literature. Through a survey of the scholarly work on the subject of contemporary literature and the romanesque, as well as a close analysis of three major authors associated with the “retour du romanesque”—Jean Echenoz, Jean Rouaud, and Antoine Volodine—this dissertation aims to provide a fuller account of the modalities, stakes and goals of the contemporary novel. In particular, it seeks to address the question of how the contemporary return to the romanesque contributes to defining the aesthetic postulates that underpin the last thirty years of French literary production. The broader aim of this study is to interrogate the theoretical positions that might justify alternative readings of a development that could otherwise be considered purely in terms of regression to conservative standards of literary quality. The three authors considered in this study are exemplary of the diverse understandings of the developments of 20th-century literature, and the ways in which these understandings influence decisions pertaining to literary kinship and filiation. Jean Echenoz riffs on the standards of conventional genre fiction, at once sabotaging and renewing its clichés. Jean Rouaud polemically refuses what he sees as a tradition of experimental fiction, and returns to the romanesque as a literature of slow contemplation and strong axiological positions. Antoine Volodine constructs violent alternate realities, as well as an entire fictional community, in an attempt to sever his literary works from any relation to literary past, present, or future. This dissertation finally argues that these writing projects all point to the need for a theoretical paradigm which would reconcile critical and naive, reflective and immersive reading practices.

Hollister, 2013, PDF ###



Antoine Volodine - ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreAntoine Volodine - ensemble de l'oeuvre
AuteurAntoine Volodine
Parution9999
TriAntoine Volodine - ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint