Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Attentat

attentat.jpg

Amélie Nothomb, Attentat, Paris, Albin Michel, 1997.

« Épiphane Otos serait-il condamné, par sa laideur, à vivre exclu de la société des hommes et interdit d’amour ? Tour à tour martyr et tortionnaire de ses contemporains, il sera ambassadeur de la monstruosité internationale, juré d’un concours de beauté au Japon, mais aussi et surtout, amoureux. Car que peut une âme sensible enfermée dans un corps disgracié, sinon vénérer l’absolu sous les traits d’une femme ? »

Documentation critique

CONSTANT, Isabelle, « Construction hypertextuelle : Attentat d’Amélie Nothomb », French Review, vol. 76, n° 5 (avril 2003), p. 933-940. +++ Article de revue

COLLINGTON, Tara, « Hugo à la rencontre de Rabelais : l’esprit carnavalesque dans Attentat d’Amélie Nothomb », Études françaises, vol. 42, n° 2 (2006), p. 149-166. +++ Article de revue

###

Résumé
Dès le premier paragraphe d’Attentat, Amélie Nothomb fournit l’intertexte le plus important de son roman, qui raconte l’histoire d’un homme laid s’étant épris d’une belle femme : Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. La réécriture du texte hugolien s’effectue ici sous l’égide de ce que Mikhaïl Bakhtine nomme l’esprit carnavalesque, et doit ainsi beaucoup à un autre antécédent littéraire : l’oeuvre de François Rabelais. Dans la présente étude, qui s’inspire aussi des travaux de Linda Hutcheon sur la parodie, nous analysons le lien entre la réécriture, le postmodernisme et le carnaval, avant de passer à une analyse des éléments carnavalesques dans Attentat. De plus, nous étudions la façon dont Hugo, dans William Shakespeare, interprète le carnaval rabelaisien. Les commentaires de Bakhtine à ce sujet permettent de réévaluer les réactions critiques à l’égard d’Attentat. La plupart des critiques ont tendance à souligner le côté destructif de la réécriture nothombienne de texte connus, y voyant l’anéantissement de la tradition littéraire. Cependant, même si la parodie brise les conventions de la bienséance des romans « classiques » et nous encourage à réévaluer des textes bien connus, il est aussi vrai qu’elle les réactive en tant que modèles génériques qui déterminent toujours l’horizon d’attente lors de la lecture. C’est ainsi que, loin de signer la mort du roman, le style tout à fait rabelaisien de l’oeuvre postmoderne de Nothomb signale plutôt sa « renaissance ».

Abstract
From the very first paragraph of her novel Attentat, Amélie Nothomb introduces an important intertext for this story of a hideously ugly man who becomes smitten with a beautiful woman : Notre-Dame de Paris by Victor Hugo. I argue that Nothomb’s rewriting of the Hugo classic is strongly influence by what Mikhail Bakhtin identified as the presence of the carnival in literature, and therefore owes much to another literary antecedent, the works of François Rabelais. Taking Linda Hutcheon’s work on parody as my starting point, I will examine the link between intertextual rewriting, postmodernism and Bakhtin’s concept of the carnival ; I will then identify carnivalistic elements in Attentat. Finally, I will examine how Hugo, in his study William Shakespeare, interprets the carnival in Rabelais, and how Bakhtin’s comments on Hugo’s Reading might help to reevaluate recent critical reaction to Attentat * Collington, 2006, html ###

LOUSSEL, Claire, « Amélie Nothomb : l’écriture de l’Attentat », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Bourgogne (Dijon), 2007, 221 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

AMANIEUX, Laureline, « Amour, meurtre et langage dans l’oeuvre d’Amélie Nothomb », L’Esprit créateur, vol. 45, n° 1 (printemps 2005), p. 79-86. +++ Article de revue



Attentat (oeuvre)
TitreAttentat
AuteurAmélie Nothomb
Parution1997
TriAttentat
Afficheroui

Outils de la page

complaint