Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Au piano

Jean Echenoz, Au piano, Paris, Éditions de Minuit, 2003, 224 p.

« La pratique professionnelle du piano suppose une discipline stricte. Elle exclut tout divertissement susceptible d’éloigner l’artiste de son clavier. Pourtant il aimerait, lui aussi, jouir de la lumière du monde, de la douceur de vivre, de la tiédeur de l’air et de l’amour des femmes. Eh bien non : mort ou vif, le pianiste se doit d’abord à son public. »

(Extrait du site de l’éditeur)

Documentation critique

JÉRUSALEM, Christine, « Variations Au piano de Jean Echenoz. Ni tout à fait le même ni tout à fait un autre », Critique, n° 671 (avril 2003), p. 223-231. +++ Article de revue

LANGEVIN, Francis, « Lire la connivence et l’ironie: construction de la personnalité narrative chez Jean Echenoz », mémoire de maîtrise, département de lettres, Université du Québec à Rimouski, 2004, 107 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
Cette étude des romans Un an (1997) et Au piano (2003) de Jean Echenoz donne à lire un parcours de lecture qui observe ses propres stratégies interprétatives de manière à proposer, même (et surtout) temporairement, un outil de lecture pour aborder l’ensemble de l’œuvre de Jean Echenoz. Les signaux délibérément ambigus du texte (narrateurs non fiables, dérèglements de l’intrigue, focalisation à géométrie variable, frasques rhétoriques, narratives et syntaxiques et posture énonciative ambiguë) agissent comme autant de stimuli à une lecture fine, attentive, peut-être un peu obsessive – et sans doute déceptive pour qui chercherait à produire une interprétation définitive, « stabilisée ». Le repérage et la compréhension des énoncés ironiques mobilise et condense les stratégies et les compétences cognitives du lecteur; le repérage passe par la reconnaissance (ou l’hypothèse) d’une intention ironique. Aussi le territoire de l’ironie est-il, à l’instar des romans de Jean Echenoz, un espace incertain, mouvant, glissant, où la lecture rencontre en miroir (en écho) ses compétences, ses stratégies, ses succès et ses échecs. L’introduction du mémoire revisite les lectures critiques sédimentées autour de l’œuvre de Jean Echenoz et présente l’approche de l’ironie qui traversera toute l’étude. Le premier chapitre est consacré à l’intrigue déceptive d’Un an, qui donne l’occasion d’observer un certain nombre d’incohérences entre les registres narratifs; c’est ce premier échec apparent qui sert de déclencheur à une lecture plus attentive des procédés. Le chapitre II montre une lecture collectionneuse qui se serait affûtée aux achoppements énumérés au premier chapitre, et permet d’entrevoir une instance au-dessus du narrateur qui, ironique, alimente perversement les hypothèses d’un lecteur trop perspicace. Le chapitre III met en évidence la personnalité du narrateur d’Au piano, aperçue à l’occasion de nombreuses interventions de régie, de métalepses, de foyers d’évaluation incertains, etc. Le chapitre IV présente le repérage des listes, des cumuls qui ponctuent Au piano et qui dévoilent une instance narrative dotée d’une forte personnalité. La conclusion assemble le incongruités repérées, et la manière tout à la fois enthousiaste et méfiante de les repérer, pour proposer que la lecture des romans de Jean Echenoz autorise paradoxalement la connivence et s’y refuse.

Langevin, 2004, PDF###

ROCHLITZ, Rainer, « Affres du cœur », Critique, n° 634 (mars 2000), p.191-201. +++ Article de revue

GODARD, Roger, « Jean Echenoz, Au piano », dans Itinéraires du roman contemporain, Paris, Armand Colin, 2006, p. 149-164. +++ Monographie

DANGUY, Isabelle, « Orphée Au piano : rien n’égale sa douleur », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 81-90. +++ Chapitre de collectif

LE DANTEC, Jean-Pierre, « Architecture, ville et paysage dans Au piano », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 159-166. +++ Chapitre de collectif

ROCHE, Anne, « Au piano : Da Capo », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 205-214. +++ Chapitre de collectif

MOTTE, Warren, « A Novel Afterlife : Play and Performance in Jean Echenoz’s Au piano », The Modern Language Review, vol. 101, n° 4 (octobre 2006), p. 979-991. +++ Article de revue

HABIB, Claude, « Jean Echenoz », Esprit, n° 293 (mars-avril 2003), p. 301-303. +++ Article de revue

MURA-BRUNEL, Aline, « Balzac / Echenoz : un couple insolite », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 27-36. +++ Chapitre de collectif

###« Echenoz […] n’a pas fini de croiser Balzac même s’il ne se reconnaît pas la moindre dette à son égard - du moins explicitement. Par un phénomène étrange et somme toute banal, plus on l’éloigne du romancier, plus on le retrouve. En quelques mots, je vais donc esquisser ce rapprochement improbable. » (Extrait de l’introduction, p. 28) ###

RUBICHON, Jackie, « Au piano de Jean Echenoz : un roman néo-réaliste », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 53-62. +++ Chapitre de collectif

###« Il convient de souligner […] que l’aspect paradoxal du thème sous-jacent de ce volume se retrouve d’une certaine manière dans ma problématique : à la question “comment peut-on être à la fois maximaliste et minimaliste ?” fait écho l’énigme suivante : comment un écrivain ou du moins un roman peut-il être réaliste tout en se positionnant à la fois en deçà et au-delà du réalisme ? De plus, comment Jean Echenoz réussit-il ici, avec une esthétique plus ou moins minimaliste - menus détails a priori anodins et insignifiants, parfois peu de mots pour beaucoup de sous-entendus - à atteindre une sorte d’hyperréalisme, ce qui est plutôt lié à l’esthétique maximaliste - détails abondants, accumulation de longues phrases descriptives ? Dans cette perspective, il est intéressant d’analyser plus particulièrement le roman Au piano et de se demander en effet en quoi cette oeuvre - dont une partie sur les trois qui la composent est entièrement consacrée à la vie post-mortem du personnage principal, Max, dans l’au-delà - peut pourtant être révélateur d’une certaine réalité contemporaine, de l’univers le plus quotidien qui soit et être alors considéré comme un roman réaliste ou, si l’on préfère, néo-réaliste. » (Extrait de l’introduction, p. 53) ###

FOURNOU, Marie, « Représentations du féminin chez Théophile Gautier et Jean Echenoz, une postérité déroutante : de l’ascendance niée au renouvellement », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 37-51. +++ Chapitre de collectif

###« La figure féminine d’Echenoz, sans cesse prête à s’évanouir, déterminée justement par son indétermination et le doute quant à son appartenance à la réalité, n’appelle-t-elle pas alors, en filigrane, les représentations proposés par l’oeuvre fantastique de Théophile Gautier, multipliant les silhouettes, les ombres indécidables, les revenantes éphémères et fugitives ? La filiation peut certes paraître insolite, il est cependant de nombreux indices pouvant nous permettre de la suggérer. […] Aussi allons-nous resserrer notre propos sur ces points de convergence, ces traces substantielles laissant deviner les liens stylistiques, thématiques et linguistiques que ces représentations suscitent ; l’ascendance résiduelle des représentations fantastiques de Gautier, en palimpseste des figures échenoziennes, ne serait-elle pas alors autorisée, voire requise, bien que reposant sur un rapprochement expérimental ? » (Extrait de l’introduction, p. 37-38) ###

BONNEMASON-RICHARD, Sébastien, « Les filiations insolites - Jean Echenoz, avant-garde l’air de rien », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 73-79. +++ Chapitre de collectif

###« Les oeuvres dites minimalistes ont […] été conçues sous l’influence d’une écriture expérimentale. Le rapport entre l’écriture dite minimaliste et l’expérimentation avant-gardiste repose autant sur la continuité que sur la rupture. Cet oxymore est fondamental pour comprendre le nouvel élan amorcé chez Minuit depuis le début des années 80. […] Cette révolution a lieu dans un cadre, classique, contre lequel les Nouveaux Romanciers luttaient : Echenoz, notamment renoue avec l’intrigue, les personnages et le décor. Cependant ce retour à la narration est bien plus une réappropriation de ce que Barthes nomme les “matérieux du récit” qu’un calque du roman réaliste du XIXe siècle. L’auteur jour avec l’attente du lecteur qui envisage l’histoire en bonne et due forme avec introduction et fil conducteur. La réappropriation des matériaux constitutifs du récit par le détournement est faite sans violence. » (Extrait de l’introduction, p. 74) ###

DIDIER, Béatrice, « Personnage et évocation musicale dans quelques romans du XXIe siècle », dans Aude LOCATELLI et Yves LANDEROUIN (dir.), Musique et roman, Paris, éditions Le Manuscrit (L’Esprit des lettres), 2008, p. 303-317. +++ Chapitre de collectif

###« J’ai […] choisi d’étudier Au piano d’Echenoz (2003), La musique d’une vie de Makine (2001), Ingrid Caven de Schuhl (2000). Ces trois romans du XXIe siècle diffèrent profondément, pour ce qui concerne l’évocation musicale, des oeuvres de Balzac, de George Sand, d’Hoffmann ou même de Thomas Mann, et les descriptions musicales n’y ont pas la même longueur, la richesse que l’on trouve dans ces textes antérieurs. […] Mais alors le rapport du personnage à la description musicale devient paradoxal : le personnage qui justifiait par sa présence et portait dans le texte romanesque l’évocation musicale, ne va-t-il pas dès lors se trouver chargé de manifester la difficulté sinon l’impossibilité pour l’oeuvre littéraire de donner la traduction de la musique ? Cette difficulté ne s’exprimerait plus par ces subterfuges rhétoriques, voisins de la prétérition, qui consistaient à faire précéder l’ekphrasis de formules exprimant l’impossibilité de dire l’indicible musique, après quoi l’écrivain romantique s’y risquait néanmoins ; cette impossibilité va-t-elle s’exprimer par d’autres moyens narratifs ? C’est ce que j’aimerais étudier ici. » ###

ASHOLT, Wolfgang, « “Dense avec légèreté” ou Au piano de la fiction », dans Bruno BLANCKEMAN et Marc DAMBRE (dir.), Romanciers minimalistes, 1979-2003, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2012, p. 283-293. +++ Chapitre de collectif

LÉVY, Clément, « Métropolitain : Panorama de Tôkyô depuis la ligne Yamanote », Revue des Sciences Humaines, n° 294 (avril-juin 2009), p. 139-158. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article propose le concept de panorama métropolitain pour désigner le paysage que l’on aperçoit depuis les fenêtre d’un wagon sur une ligne ferroviaire aérienne, circulaire et desservant les quartiers d’une ville. Le cas étudié ici est celui de la ligne Yamanote, à Tôkyô. J’étudie des descriptions de ces paysages variés dans deux romans et deux recueils de poèmes de Murakami Haruki, Jean-Philippe Toussaint, Richard Brautigan et Jacques Roubaud. Il s’agit d’un dispositif optique sophistiqué, qui permet de donner de la ville une image insolite, mais il est utilisé avec plus de succès au cinéma (en particulier chez Ozu Yasujirô et Hou Hsiao-Hsien) et par Jean Echenoz, qui fait d’un panorama métropolitain de Paris un véritable morceau de bravoure dans Au piano (2003).

Lévy, 2009, PDF ###

PANAÏTÉ, Oana, « Poétiques de récupération, poétiques de créolisation », Littérature, n° 151 (septembre 2008), p. 52-74. +++ Article de revue

### Résumé
S’appuyant sur la contemporanéité historique et esthétique des univers romanesques de Jean Echenoz et de Patrick Chamoiseau, l’article examine d’abord l’attitude des deux écrivains à l’égard la fiction et de la catégorie générique du roman ainsi que la place que celui-ci occupe dans le cadre des tentatives récentes de revalorisation de la littérature. L’analyse procède ensuite à cerner les particularités rhétoriques et formelles de deux poétiques romanesques contemporaines — les poétiques de récupération et les poétiques de créolisation — et à souligner leurs lignes de partage.

Abstract
The comparative reading of Jean Echenoz and Patrick Chamoiseau’s novels first addresses issuses such as the historic and esthetic concept of contemporary literature, the status of fiction and the novel as a genre in the current debates about the political dimension of literature. The article then analyzes the distinctive formal and rhetorical traits which characterize two recent poetics of the novel — the poetics of recuperation and the poetics of creolization — while also indexing their common features.

Panaïté, 2008, PDF ###

LAPORTE, Nadine, « Jean Echenoz : Pour une littérature vagabonde: de L’Équipée malaise à Au piano », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam / New York, Rodopi (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 50), 2008. +++ Chapitre de collectif

JULLIEN, Dominique, « Echenoz’s Modern Day Mystics », SubStance : A Review of Theory and Literary Criticism, vol. 35, n° 3 (2006), p. 51-63. +++ Article de revue

### Disponible sur MUSE ###

KEMP, Simon, « Urban Hell : Infernal Cities in Modern French Literature », dans Christian EMDEN, Catherine KEEN et David MIDGLEY (dir.), Imagining the City, Volume 1: The Art of Urban Living, Oxford, Peter Lang, 2006, p. 95-108. +++ Chapitre de collectif



Au piano (oeuvre)
TitreAu piano
AuteurJean Echenoz
Parution2003
TriAu piano
Afficheroui

Outils de la page

complaint