Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Au secours pardon

Frédéric Beigbeder - Paris, Grasset, 2007, 318 p.

Ce roman est présenté comme la suite de 99 francs (2000).

« Au secours pardon raconte l’histoire d’un homme qui se croit libre comme la Russie, et qui va s’apercevoir que la liberté n’existe pas. « C’est l’année de mes quarante ans que je suis devenu complètement fou. » A Moscou, Octave Parango est chargé par une marque de cosmétiques de trouver la plus jolie femme du monde. Lena a la détermination boudeuse des jeunes filles et la beauté d’un ange démoniaque. On se damnerait pour la sauver ou se perdre avec elle. A Moscou, puis à Saint-Petersbourg, Octave fera les deux. Dans la cathédrale récemment reconstruite, il confesse ses turpitudes à un pope qui hoche la tête avec compassion. Lequel des deux sauvera l’autre ? Lequel des deux périra le premier ? » (Quatrième de couverture, Le Livre de poche, 2008)

Documentation critique

CRÉPU, Michel, « Journal littéraire. Pamuk, Thibaudet, Beigbeder, Cheever, Rollin, Mak…», La Revue des deux mondes, no 7-8 (2007), p. 9-18. +++ Article de revue

SCHOOLCRAFT, Ralph, « “L’amour est un drôle de drame” : Romans familiaux du libéralisme. Maupassant et Beigbeder », dans Richard J. GOLSAN et Marc DAMBRE (dir.), L’exception et la France contemporaine : Histoire, imaginaire, littérature, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2010, p. 97-107. +++ Chapitre de collectif

GAUTHIER, Mélissa-Jane, « L’ambivalence identitaire et discursive chez le narrateur de Frédéric Beigbeder dans 99F et Au secours pardon », mémoire de maîtrise, département des arts et lettres, Université du Québec à Chicoutimi, 2012, 120 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Le présent mémoire porte sur l’ambivalence identitaire et discursive chez le narrateur de Frédéric Beigbeder dans les romans 99 F (2000) et Au secours pardon (2007). Octave fait partie des « publicitaires publiphobes » (99F, p. 228), pour reprendre l’expression de Beigbeder, un paradoxe lourd à surmonter dans l’impitoyable monde de la pub. Il tient en effet deux discours contradictoires dans 99 F et Au secours pardon, soit les discours publicitaire et confessionnel. Tout en maîtrisant le discours publicitaire axé sur l’illusion, sur le travestissement verbal de la réalité, il le critique en lui opposant celui de la confession. Il ne s’attaque cependant pas qu’à la publicité, il est également lui-même la cible de ses reproches.

Le premier chapitre s’attarde au discours publicitaire et au paradoxe qui le sous-tend, à savoir qu’Octave critique ouvertement ce discours tout en continuant de l’employer. Le narrateur fait ainsi de la publicité contre la publicité, se servant d’elle pour la détruire.

Le deuxième chapitre porte sur le discours confessionnel, discours d’aveu dans 99 F et un discours plus spécifiquement religieux dans Au secours pardon. Il est surtout question de démontrer comment ces deux discours se construisent dans chacun des textes de mon corpus et en quoi ils se ressemblent ou s’opposent.

Le troisième chapitre se tourne davantage vers le narrateur lui-même, comme individu. Il démontre l’ambivalence qui se trouve au coeur même de l’identité d’Octave, un être empreint de contradictions. Des notions telles la responsabilité, la prise de conscience et la volonté d’agir y sont abordées en plus de diverses oppositions fondamentales chez le narrateur, dont l’alternance entre les postures de coupable et de victime.

Il s’agit donc de montrer que les romans qui constituent mon corpus se construisent autour de discours opposés, ces discours étant révélateurs d’une ambivalence identitaire plus profonde, fondamentale chez le personnage d’Octave. » (résumé joint au mémoire)

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###



Au secours pardon (oeuvre)
TitreAu secours pardon
AuteurFrédéric Beigbeder
Parution2007
TriAu secours pardon
Afficheroui

Outils de la page

complaint