Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Autoportrait en vert

autoportrait_en_vert.jpg Marie NDiaye, Autoportrait en vert, Paris, Mercure de France (traits et portraits), 2005, 104 p.

« Décembre 2003 - C’est le soir et le niveau de la Garonne monte heure après heure dans l’obscurité. Nous savons tous que les digues qui entourent le village permettent au fleuve de dépasser de neuf mètres le niveau de son lit avant que nous soyons inondés. Cela, nous le savons. C’est la première chose qu’apprend quiconque décide de s’installer ici, dans cette région depuis toujours soumise aux crues de la Garonne. »

(Extrait de l’incipit, Éditions Mercure de France, 2005.)

Documentation critique

DELVAUX, Martine, et Jamie HERD, « Comment faire apparaître Écho ? Soeurs, saintes et sibylles de Nan Goldin et Autoportrait en vert de Marie NDiaye », Protée, vol. 35, n° 1 (printemps 2007), p. 29-39. +++ Article de revue

###Résumé
« Cet article étudie l’usage du portrait photo-textuel dans l’écriture autobiographique au féminin, par le biais de l’analyse parallèle de Soeurs, saintes et sibyllesde Nan Goldin, et de Autoportrait en vertde Marie Ndiaye. Grâce au jeu entre photographie et littérature, ces objets intermédiatiques présentent une structure en écho (et reposent sur une série d’échos) qui permet de revoir le mythe d’Écho et de Narcisse ainsi que le rapport entre le visuel et le verbal. Goldin et Ndiaye fondent leur travail sur l’indécidabilité de la photographie pour écrire entre le mythe et l’histoire personnelle, le sacré et le profane. Par ailleurs, les oeuvres étudiées peuvent être lues comme des légendes et des échos dans le cadre du corpus de chacune des auteures. Ces pratiques intermédiaires mettent en place une série de résonances qui permettent aux femmes, à l’intérieur des deux textes, d’être vues et entendues. Par le vacillement entre portrait et autoportrait, ces pratiques réussissent à faire apparaître des visages là où il y avait des voix. »

Delvaux et Herd, 2007, PDF ###

HERD, Jamie, « Hybridité et identité : les enjeux d’Autoportrait en vert de Marie Ndiaye », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2009, 101 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Ce mémoire est une étude d’Autoportrait en vert de Marie NDiaye, une oeuvre hors genre qui véhicule une identité subversive dans le climat sociopolitique actuel de la France. Il commence en situant cette oeuvre dans le contexte de la production globale de l’auteure et dans celui d’une production actuelle croissante de photo-textes en France. Il procède ensuite en élaborant une définition de travail de l’hybridité à partir de plusieurs théories littéraires, culturelles, identitaires et photographiques. Comprise le plus simplement comme un entre-deux, l’hybridité est, selon nous, stratégique dans sa manifestation la plus radicale. Elle établit un lien entre la forme performative et parodique et l’identité comme mise en scène. L’analyse d’Autoportrait en vert se fait en deux temps. Il s’agit d’abord d’examiner comment le battement entre le trop-plein et le manque de forme et l’entrecroisement des genres et des médiums laisse émerger un tiers espace où une identité subjective multiple et subversive s’exprime. Ensuite, il analyse comment l’auteure met en scène cette identité subjective dans le personnage de la narratrice-écrivaine pour contourner les oppositions binaires afin de rendre visible et intelligible un soi littéraire subversif. Nous avançons qu’en menant la littérature et l’identité à l’état de crise dans ce photo-texte, Marie NDiaye crée un entre-deux et un entre-temps qui visent à ouvrir le contexte extra-littéraire et extra-photographique à une nouvelle conception de l’identité. En ce faisant, Autoportrait en vert ouvre de nouveaux espaces où les identités mineures peuvent s’écrire et se voir en France.

Herd, 2009, PDF ###

PARENT, Anne Martine Parent, « La nostalgie de soi : l’identité en défaut dans Autoportrait en vert de Marie NDiaye », dans Daniel BENGSCH et Cornelia RUHE (dir.), Une femme puissante. L’œuvre de Marie NDiaye, Amsterdam, Rodopi (Francopolyphonies), 2013. +++ Chapitre de collectif

MOTTE, Warren, « The Greening of Marie NDiaye », French Review: Journal of the American Association of Teachers of French, vol. 85, n° 3 (février 2012), p. 426, 489-507. +++ Article de revue

JORDAN, Shirley, « Fantastic Spaces in Marie NDiaye », Dalhousie French Studies, n° 93 (hiver 2010), p. 97-108. +++ Article de revue

### Jordan, 2010, PDF ###

COTTILLE-FOLEY, Nora, « Optique fantastique, traitement de la photographie et transgression des limites du visible chez Marie Ndiaye », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 13, n° 5 (décembre 2009), p. 547-554. +++ Article de revue

### Porte aussi sur En famille. ###

JORDAN, Shirley, « Marie NDiaye : énigmes photographiques, albums éclatés », Revue des Sciences Humaines, dossier « Marie NDiaye : l’étrangeté à l’oeuvre », n° 293 (janvier-mars 2009), p. 65-82. +++ Article de revue

### Porte également sur En famille. ###

BARNET, Marie-Claire, « Déroute d’un Autoportrait en vert (mère) : vers l’errance de Marie NDiaye », Revue des Sciences Humaines, dossier « Marie NDiaye : l’étrangeté à l’oeuvre », n° 293 (janvier-mars 2009), p. 153-170. +++ Article de revue

CONNON, Daisy, « Marie NDiaye’s Haunted House: Uncanny autofiction in Autoportrait en vert », dans Margaret-Anne HUTTON (dir.), Redefining the Real : The Fantastic in Contemporary French and Francophone Women’s Writing, Oxford, Peter Lang (Modern French Identities), 2009, p. 245-260. +++ Chapitre de collectif

POISSON, Catherine, « Frictions : mot et image chez Marie NDiaye et Camille Laurens », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 11, n° 4 (octobre 2007), p. 489-496. +++ Article de revue

MOTTE, Warren, « Un sujet difficile », dans Frances FORTIER et Andrée MERCIER (dir.), La transmission narrative. Modalités du pacte romanesque contemporain, Québec, Nota bene (Contemporanéités), 2011, p. 195-205. +++ Chapitre de collectif

### « Warren Motte (« Un sujet difficile ») examine les ressorts du bonneteau narratif pratiqué par l’auteure en guise d’autoportrait et montre qu’il ressortit à l’ambiguïté identitaire de la narratrice, démultipliée en une série de femmes en vert, à l’étrangeté radicale, qui sont autant d’idéations d’une fiction de soi. »
(Extrait de l’introduction, p. 15-16.) ###



Autoportrait en vert (oeuvre)
TitreAutoportrait en vert
AuteurMarie NDiaye
Parution2005
TriAutoportrait en vert
Afficheroui

Outils de la page

complaint