Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Bernard-Marie Koltès - Ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

UBERSFELD, Anne, Bernard-Marie Koltès, Paris, Actes Sud (Papier), 2001, 208 p. +++ Monographie

BON, François, Pour Koltès, Besançon, Solitaires intempestifs (Essais), 2000, 75 p. +++ Monographie

BIDENT, Christophe, Bernard-Marie Koltès, généalogies, Tours, Farrago, 2000, 118 p. +++ Monographie

DAUZINCOURT, Alexandre, « La vengeance chez Koltès », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence, 2001, 142 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

GAUTHIER, Roger-François, Koltès, combats avec la scène, Paris, CNDP (Théâtre aujourd’hui), 1996, 200 p. +++ Monographie

###Cet ouvrage contient, en plus des chapitres critiques, seize diapositives, un disque compact ainsi qu’un entretien avec le metteur en scène Patrice Chéreau. ###

SÉBASTIEN, Marie-Paule, Bernard-Marie Koltès et l’espace théâtral, Paris / Budapest / Torino, L’Harmattan (Univers théâtral), 2001, 158 p. +++ Monographie

THOMADAKI, Marika, La dramaturgie de Koltès : approche sémiologique, Athènes, Paulos, 1995, 182 p. +++ Monographie

MAGDALENA, Malicka, « Visages du désir : théâtre de Bernard-Marie Koltès », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Paris III, 1996, 94 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

LADRET, Ludivine, « Le Deal dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence, 2001, 105 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

MOZOLEWSKA, Agata, « La quête identitaire du personnage du théâtre de Bernard-Marie Koltès », mémoire de maîtrise, département de lettres, cultures et imaginaires, Université Jean Moulin (Lyon III), 2002, 99 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

AYRES, Didier, « De l’étrangeté dans le théâtre de B.-M. Koltès », thèse de doctorat, département de littérature française, Université Paris VIII, 2003, 360 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé (Abes)
« Aborder le théâtre de Koltès ne va pas de soi. C’est un massif textuel varié qui a souvent été conçu de manière homogène. Pour notre compte, et pour ternir compte du fluage de la dramaturgie koltésienne, nous avons parlé au sujet de son théâtre d’étrangeté. Ce concept qui jouait sur les notions d’étrange, d’étranger, d’étrangeté, était assez souple pour ne pas faire acte de réification des notions d’identité, de groupe ou d’espace. En effet, ce qui importait, c’était de parler des liens plutôt que des frontières. Ainsi, nous avons nous-mêmes fluer du clos à l’ouvert au gré du fluage des notions de personnage, lequel tremblait à la fois dans son identité, dans son groupe et dans son espace. Nous avons pour cela utilisé le champ des sciences humaines et parfois des sciences exactes. » ###

MOUNSEF, Donia, Chair et révolte dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès, Paris / Budapest / Torino, L’Harmattan (Univers théâtral), 2004, 213 p. +++ Monographie

GOTHOVA-JOBERT, Daniela, « Le théâtre de Bernard-Marie Koltès : le dialogue dramatique réinventé », thèse de doctorat, département de littérature française, Université Paris VIII, 2001, 421 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé (Abes)
« Ce travail analyse les six pièces majeures de Bernard-Marie Koltès, écrites entre 1977 et 1989 : La nuit juste avant les forêts, Combat de nègre et de chiens, Quai Ouest, Dans la solitude des champs de coton, Le retour au désert, Roberto Zucco. Il s’inscrit dans une optique double : d’une part, il veut contribuer à la lecture globale de l’oeuvre dramatique de Koltès par des trouvailles et des conclusions factuelles concernant le fonctionnement du dialogue ; d’autre part, il s’interroge sur les méthodes d’approche des textes contemporains destinés par leurs auteurs “pour le théâtre”, mais qui n’obéissent plus aux principes dramaturgiques traditionnels, et qui exigent d’autres outils d’analyse. Ces méthodes d’approches, applicables plus particulièrement au théâtre français contemporain, qui annonce à présent le retour au texte, à la textualité, voire à la littérature, s’inspirent dans la sémiologie, la pragmatique, la philosophie du langage et la théorie de réception, en redécouvrant en même temps l’utilité de l’analyse rhétorique et stylistique… » ###

LANTERI, Jean-Marc, « L’oeuvre de Bernard-Marie Koltès : une esthétique de la distance », thèse de doctorat, département des lettres modernes, Université Paris III, 1994, 505 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

DESPORTES, Bernard, Koltès : la nuit, le nègre et le néant, Charlieu, Éditions la Bartavelle, 1993, 161 p. +++ Monographie

###Incipit
« L’oeuvre de Koltès tient de l’abîme et du labyrinthe. Ses rares indications semblent le plus souvent ne répondre à rien ou, plus que des repères, ouvrent sur de nouvelles chutes. C’est qu’ “il y a, dit Oscar Wilde, deux espèces d’artistes : les uns apportent des réponses, et les autres, des questions. Il faut savoir si l’on est de ceux qui répondent ou bien de ceux qui interrogent ; car celui qui interroge n’est jamais celui qui répond. Il y a des oeuvres qui attendent, et qu’on ne comprend pas pendant longtemps ; c’est qu’elles apportaient des réponses à des questions qu’on n’avait pas encore posées ; car la question arrive souvent terriblement longtemps après la réponse. ” Ainsi, sans me soucier trop de méthode, me suis-je plutôt attaché à l’errance en cette oeuvre si parfaitement originale et marquée d’une intelligence aiguë des problèmes de notre temps […] » ###

MOQUILLON, Estelle, « Pour la création d’un nouveau personnage avec Koltès et Bon », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Aix-Marseille 1, 2002, 206 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

RODRIGUEZ, Greta, « La dialectique de la matière dans l’univers dramatique de Koltès », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Montpellier III, 1995, 147 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

CHANGEUX, Anne, « L’espace dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès : poétique de la verticalité », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université François Rabelais de Tours, 1992, 141 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

POUJARDIEU, François, « L’espace mythique de la rencontre dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès », thèse de doctorat, département de littérature française et comparée, Université Bordeaux III, 1994, 682 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Dans cette thèse est analysé le processus de genèse de l’écriture dramatique de Bernard-Marie Koltès en identifiant les structures imaginaires de sa prime inspiration. Des correspondances sont établies entre les textes de jeunesse et les oeuvres de la maturité (1970-1988) afin d’indiquer les étapes importantes des recompositions esthétiques opérées. Dans la première partie, sont étudées les rapports de complémentarité entre la première adaptation theâtrale de cet auteur et sa dernière réalisation dramatique. À cette démonstration succède une analyse structurale des archétypes qui déterminent, en filigrane, “une généalogie” des personnages. Les données élémentaires de leurs premières confrontations dramatiques - la mise en jeu du regard dans l’amorce de leur rencontre et l’origne hystérique de leur dépense verbale - resteront des repères fondamentaux de la dramaturgie koltésienne. Le deuxième volet amène une interrogation sur les déplacements réservés à la figure de l’autre : la quête originelle d’une écriture partagée entre plusieurs destinations et l’enjeu spéculaire du Noir dans les prolongements imaginaires de sa malédiction. Le thème de la rencontre s’est également confondu avec l’hybridité formelle de deux textes complémentaires dans le rapport inversé de leurs constructions : La nuit juste avant les forets et Dans la solitude des champs de coton. Le titre, “L’espace mythique de la rencontre”, résume le cheminement créatif de B.-M. Koltès, le parcours de notre réflexion ainsi que la nature profondément dialogique des rapports que cet auteur a toujours noués avec ses personnages et les destinataires de son oeuvre. » ###

THOBOIS, Anne, « La famille dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès, ou le principe d’ambivalence », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Paris III, 1995, 190 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

DUBEZ, Nicolas, « Relations et transactions : vers une thématique de la survie dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Bordeaux III, 1998, 145 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

BIGNAMINI, Maria Riccarda, « Éléments du devenir scénique dans l’oeuvre de Koltès, Handke, Strauss. Espace et regard : du texte à la scène », thèse de doctorat, département d’études théâtrales, Université Paris III, 2000, 493 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

COURCIER, Céline, « La violence et les mots chez Bernard-Marie Koltès : le rapport entre le langage et la violence dans ces trois pièces, Combat de Nègre et de Chiens, Dans la solitude des champs de coton, Roberto Zucco », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Jean Moulin (Lyon), 1999, 118 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

MOUNSEF, Donia, « À corp(u)s perdus : corporéité et spatialité dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès et d’Hélène Cixous », thèse de doctorat, Faculty of Arts, University of British Columbia, 2000, 255 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« This thesis deals with the representation of the body and space in the theatre of Bernard Marie Koltès and Hélène Cixous. From the theoretical point of view, it looks at transition in French theatre from a modern to a postmodern predicament, from a discursive to a corporeal theatre. It then looks at the ways postmodern culture maps, configures, disciplines, and violates the body, particularly through the relationship of the new textuality to its stage manifestations. Textually, it analizes three plays by each playwright. The juxtaposition of the works of Koltès and Cixous allows for an in depth look at the theatre of the 1970’s and 80’s in France, a period marked by theatrical decentralisation and experimentation. Both favoured a strong tie to theatre practice while developing a close relationship with a theatre director: Patrice Chéreau, in the case of Koltès, and Ariane Mnouchkine, in the case of Cixous.

Aside from looking at the relationship with theatre practitioners, this thesis examines a number of aesthetic and political affinities which bring Koltès and Cixous together, such as redefining a postmodern mythology and a political role for theatre. Unlike many postmodernist theatre practices that try to evade political commitment, both Cixous and Koltès are preoccupied with the resistance to a nihilistic discourse, and propose an evolving and corporeal stage presence inscribed in a pluralistic space of representation. For Koltès, the body on the stage resists symbolic categorization in Combat de nègre et de chiens(1979), it then becomes related to spatial reality outside language in Quai ouest(1985), and finally the corporeal body is culturally and ideologically mapped in Le Retour au désert (1988). This triple dimension is also reflected in the work of Cixous, for whom the theatre is a space of feminist praxis. First, the space of representation, through the subversive performativity of the body, questions the premises of the psychoanalytic gaze in Portrait de Dora(1976), then classical mythology is rewritten to disrupt patriarcal discourse in Le Nom d’Oedipe: chant du corps interdit(1978), and a post-colonial role for theatre is redefined in order to question the historical subject in L’Indiade ou l’Inde de leurs rêves (1987).

Finally, this thesis looks at the ways both Koltès and Cixous join in with postmodernism in declaring the impossibility of grand-narrative, while trying to show how identity cannot be based on essentialist categories of race, gender, ethnicity, or sexual orientation, but on the performance of all these various categories as they intersect in the performing body. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

SUMMERS, Julie, « The Economics of Love : the Deal in the Drama of Bernard-Marie Koltès », dans Sarah F. DONACHIE et Kim HARRISON (dir.), Love and Sexuality : New Approaches in French Studies, Oxford, Peter Lang (Modern French Identities), 2005, p. 33-57. +++ Chapitre de collectif

DIGLIO, Carolina, « Rimbaud et Koltès », dans Giovanni DOTOLI et Carolina DIGLIO (dir.), Rimbaud et la modernité, Fasano / Paris, Presses Universitaires de Paris-Sorbonne, 2005, p. 183-196. +++ Chapitre de collectif

FANCY, David, « The ‘Darkness’ at the End of the Theatre : Chéreau, Koltès, Nanterre », Contemporary Theatre Review : An International Journal, vol. 14, n° 4 (novembre 2004), p. 68-82. +++ Article de revue

DIGLIO, Carolina, « L’eau et la catharsis dans les oeuvres de Bernard-Marie Koltès », Annali Istituto Universitario Orientale, Napoli, Sezione Romanza, vol. 44, n° 2 (été 2002), p. 411-427. +++ Article de revue

DELGADO, Maria et David FANCY, « The Theatre of Bernard-Marie Koltès ans the ‘Other Spaces’ of Translation », New Theatre Quarterly, vol. 17, n° 2 (mai 2001), p. 141-160. +++ Article de revue

### Abstract
The work of the French playwright Bernard-Marie Koltès, although phenomenally successful in continental Europe, has been staged less frequently in Anglo-American theatres; and a major feature on his work in NTQ49 in February 1997, and the publication by Methuen later in the same year of a collection of three of his plays in English translation, brought him only belated recognition in print. In this paper, first presented at a recent gathering in France to mark the tenth anniversary of Koltès’s death, Maria Delgado and David Fancy trace the trajectory of a number of his plays through the space of translation, including Roberto Zucco, Dans la solitude des champs de coton (In the Solitude of the Cottonfields), Quai Ouest (Quay West), and Combat de nègre et de chiens (Black Battles with Dogs). Koltès asserted in 1986 that ‘I have always somewhat disliked the theatre because theatre is the opposite of life; but I always come back to it and love it because it is the one place where you can say: this is not life’; and the poetic specificity of his work has posed significant challenges for an Anglo-American theatre culture imbued with actors’ identification with character. Relying on testimonials from a variety of directors, translators, and actors, as well as evidence from productions in the UK, Ireland, and the US, the authors, who are both Koltès translators, trace the challenges that have faced English-speaking artists wishing to stage this demanding writer. Maria Delgado is Senior Lecturer in Drama at Queen Mary, University of London, and David Fancy is a freelance director based in Canada who is currently completing a PhD on Koltès’s work. ###

CORDONIER, Noël, « Le théâtre de Koltès, une écriture ‘de la modernité bien tempérée’ ? », Revue d’histoire du théâtre, vol. 4, n° 212 (2001), p. 333-350. +++ Article de revue

BRAULT, Pascale-Anne, « Bernard-Marie Koltès : théâtre et vérité », Romance Notes, vol. 38, n° 1 (automne 1997), p. 103-110. +++ Article de revue

BRADBY, David, « Bernard-Marie Koltès : Chronology, Contexts, Connections », New Theatre Quarterly, vol. 13, n° 49 (février 1997), p. 69-90. +++ Article de revue

KOUTSOYANNOPOULOU, Pighi, « Prison et évasion dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès », Oeuvres & Critiques : revue internationale d’étude de la réception critique des oeuvres littéraires de langue française, vol. 21, n° 2 (1996), p. 153-167. +++ Article de revue

HEED, Sven Ake, « Le regard de l’autre dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès », Moderna Sprak, vol. 88, n° 1 (1994), p. 52-59. +++ Article de revue

### Porte sur Le Retour au désert, Dans la solitude des champs de coton et Roberto Zucco ###

FREUND, Eva, Gefährdetes Gleichgewicht : das Theater des Bernard-Marie Koltès, Frankfurt am Main / New York, P. Lang (Bonner romanistische Arbeiten), 1999, 220 p. +++ Monographie

UBERSFELD, Anne, « Le quasi-monologue dans le théâtre contemporain. Yasmina Reza, Bernard-Marie Koltès », dans Sieghild BOGUMIL et Patricia DUQUENET-KRÄMER (dir.), Bernard-Marie Koltès au carrefour des écritures contemporaines, Louvain, Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, 2000, p. 88-97. +++ Chapitre de collectif

DUQUENET-KRÄMER, Patricia, « Un théâtre de l’insolence poétique : le bloc didascalique dans les pièces de Bernard-Marie Koltès », dans Sieghild BOGUMIL et Patricia DUQUENET-KRÄMER (dir.), Bernard-Marie Koltès au carrefour des écritures contemporaines, Louvain, Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, 2000, p. 98-110. +++ Chapitre de collectif

TRIAU, Christophe, « La résolution en raz-de-marée : sur les fins de pièces koltésiennes », dans Sieghild BOGUMIL et Patricia DUQUENET-KRÄMER (dir.), Bernard-Marie Koltès au carrefour des écritures contemporaines, Louvain, Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, 2000, p. 111-122. +++ Chapitre de collectif

FREUND, Eva, « L’art de déjouer les catégories », dans Sieghild BOGUMIL et Patricia DUQUENET-KRÄMER (dir.), Bernard-Marie Koltès au carrefour des écritures contemporaines, Louvain, Centre d’études théâtrales de l’Université catholique de Louvain, 2000, p. 140-147. +++ Chapitre de collectif

HIRSCHMULLER, Sarah, « Le jeu du désir », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 11-36. +++ Chapitre de collectif

TRIAU, Christophe, « La dialectique de la langue », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 37-58. +++ Chapitre de collectif

DESPORTES, Bernard, « “Quand il fera nuit, qu’est-ce que je ferai” », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 59-70. +++ Chapitre de collectif

BIDENT, Christophe, « Dostoïevski à Manhattan ? », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 77-84. +++ Chapitre de collectif

HEYMÈS, Lorraine-Soëli, « Manques, frontières, clivages : Koltès et Kane », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 107-120. +++ Chapitre de collectif

VÉDRENNE, Véronique, « Beckett et Koltès : le sujet en suspens ou la scène comme lieu problématique », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 121-132. +++ Chapitre de collectif

SALADO, Régis, « Koltès et Shakespeare : hériter, adapter, traduire », dans Christophe BIDENT, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, p. 149-168. +++ Chapitre de collectif

RYNGAERT, Jean-Pierre, « Nommer sa place dans le monde », dans André PETITJEAN (dir.), Koltès : la question du lieu, Metz, CRESEF, 2001, p. 33-44. +++ Chapitre de collectif

BENHAMOU, Anne-Françoise, « Le lieu de la scène : quelques hypothèses sur l’oeuvre de Koltès dans son rapport au plateau de théâtre », dans André PETITJEAN (dir.), Koltès : la question du lieu, Metz, CRESEF, 2001, p. 45-62. +++ Chapitre de collectif

BIDENT, Christophe, « Le change du dehors : la communauté comme question », dans André PETITJEAN (dir.), Koltès : la question du lieu, Metz, CRESEF, 2001, p. 63-72. +++ Chapitre de collectif

VOSS, Almuth, « Bernard-Marie Koltès en Allemagne : mises en scène, critiques, publics », dans André PETITJEAN (dir.), Koltès : la question du lieu, Metz, CRESEF, 2001, p. 73-84. +++ Chapitre de collectif

FANCY, David et Maria DELGADO, « Les espaces “autres” de la traduction : Koltès et le mode anglo-saxon », dans André PETITJEAN (dir.), Koltès : la question du lieu, Metz, CRESEF, 2001, p. 85-104. +++ Chapitre de collectif

SIMON, Anne, « Koltès et les labyrinthes de la dialectique », Poétique, n° 130 (avril 2002), p. 191-210. +++ Article de revue

NICHET, Jacques, « La seconde naissance de Koltès ou l’envers du monde », Études théâtrales, n° 20 (2001), p. 67-72. +++ Article de revue

BRADBY, David, « Images of the Algerian War on the French Stage, 1988-1992 », French Cultural Studies, vol. 5, n° 14 (juin 1994), p. 179-189. +++ Article de revue

BRADBY, David et Annabel POINCHEVAL (dir), Le théâtre en France de 1968 à 2000, Paris, Honoré Champion, 2007, 752 p. +++ Collectif

###Présentation de l’éditeur
Cette étude prend sa place dans la série d’ouvrages lancée par les ÉditionsHonoré Champion qui retrace l’histoire du théâtre français depuis ses débuts jusqu’à la fin du XXe siècle. Elle commence par une analyse approfondie de la grande déflagration de 1968. Elle montre l’importance des “événements” pour la vie théâtrale en France tant sur le plan politique et administratif que sur le plan artistique et esthétique.Elle suit par ailleurs l’évolution des mouvements successifs : la création collective ; la mise en scène ; le théâtre d’expression physique ; le théâtre du quotidien; la nouvelle dramaturgie. Les carrières des grands créateurs sont étudiées: les metteurs en scène tels Antoine Vitez, Ariane Mnouchkine, Patrice Chéreau ou Peter Brookainsi que les dramaturges comme Michel Vinaver, Bernard-Marie Koltès,Jean-Lue Lagarce ou Philippe Minyana.

Le Chapitre 12 de cet ouvrage s’intitule « Metteurs en scène et auteurs modernes : Koltès et Vinaver ». ###

BOUCHARD, Sébastien, « Koltès : zones d’ombre dans la cité contemporaine », mémoire de maîtrise, faculté des lettres, Université Laval, 2006, 122 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Bouchard, 2006, PDF###

PATRICE, Stéphane, Koltès subversif, Paris, Éditions Descartes & Cie (Essais), 2007, 224 p. +++ Monographie

###Extrait de la préface de Catherine Tasca
« […] À mes yeux, Koltès a si bien senti et pressenti les pauvretés du monde et un certain malheur contemporain qu’il a su donner des mots aux silences. Son écriture est comme un souffle ininterrompu et qui ne s’épuise pas. […] Ceci nous prouve que la langue de Koltès, sa pensée, son théâtre sont comme une source neuve qui n’a pas fini de creuser son lit, ses rives, et de créer ses échos. C’est sans doute cela la subversion. » ###

VAN BUUREN, Maarten, « Au coeur des ténèbres : à propos des Africains dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès », dans Michèle AMMOUCHE-KREMERS et Henk HILLENAAR (dir.), Jeunes auteurs de minuit, Amsterdam / Atlanta, Rodopi, 1994, p. 69-76. +++ Chapitre de collectif

DIGLIO, Carolina, Bernard-Marie Koltès, Napoli, Istituto universitario orientale, 1998, 266 p. +++ Monographie

DIGLIO, Carolina, Bernard-Marie Koltès : un giovane scrittore e la sua opera, Fasano, Schena, 2003, 236 p. +++ Monographie

DIGLIO, Carolina, Un ventennio di critica koltesiana, Fasano, Schena, 2005, 276 p. +++ Monographie

DUQUENET-KRÄMER, Patricia, « Das poestiche Theater von B. M. Koltès », dans Konrad SCHOELL (dir.), Literatur und Theater im gegenärtigen Frankreich. Opposition und Konvergenz, Francke Verlag, Tübingen, 1991, p. 103-129. +++ Chapitre de collectif

STARAK, Grazyna, « Les Racines - Cela n’existe pas. Quelques réflexions sur l’oeuvre dramatique de Bernard-Marie Koltès », Frankofoni, n° 24 (2012), p. 189-196. +++ Article de revue

HAGE, Samar, « De la controverse à l’eristique dans l’œuvre de Bernard-Marie Koltès : une stratégie dénonciatrice », RELIEF: Revue Electronique de Littérature Française, vol. 9, n° 2 (2015), p. 66-85. +++ Article de revue

### Résumé
Les dialogues dans le théâtre de B.-M. Koltès, définis comme l’ostentation d’une dynamique argumentative, dépassent le cadre de l’argumentation éthique pour basculer dans la sophistique et la dialectique éristique du fait de nombreux « dysfonctionnements ». Le dramaturge déjoue les catégories discursives et se forge un mode argumentatif propre. Néanmoins, au-delà de la problématique stylistique, une véritable esthétique s’élabore. En mettant en scène des rapports contentieux, Koltès stigmatise une idéologie allant de la scène au réel, permettant ainsi la représentation d’une parole contestataire ainsi que la dénonciation des manipulations d’un système sociopolitique à bout de souffle.

Hage, 2015, HTML ###

MOUNSEF, Donia, « The Desire for Language, the Language of Desire in the Theater of Bernard-Marie Koltès », Yale French Studies, n° 112 (2007), p. 84-98. +++ Article de revue

### Mounsef, 2007, PDF ###

JOBERTOVÁ, Daniela, « The Dialogical Monologue and the Monological Dialogue in Dramatic Works by Bernard-Marie Koltès: From Night before the Forests to Roberto Zucco », dans Clare WALLACE (dir.), Monologues: Theatre, Performance, Subjectivity, Prague, Litteraria Pragensia, 2006, p. 66-89. +++ Chapitre de collectif

POUJARDIEU, François, « L’oralité du conte dans l’écriture de Bernard-Marie Koltès », Horizons Maghrébins: Le Droit à la Mémoire, n° 49 (2003), p. 190-198. +++ Article de revue

HALLWARD, Peter, « Bernard-Marie Koltès and Relations of Interest », Angelaki, vol. 4, n° 3 (décembre 1999), p. 41-59. +++ Article de revue

ERFANI, Amin, « Breath and Whispers: The “Theatrical” Writings of Beckett, Koltès, Novarina, and Derrida », thèse de doctorat, Emory University, 2011, 220 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This dissertation examines the status of “theater” in the works of three playwrights and a philosopher, in late twentieth and early twenty first century. In the wake of Antonin Artaud, a particular form of “theatrical writing” challenges the fundamental structure of Western thought, still grounded in the notion of mimesis since Artistotle’s Poetics. This writing seeks to establish a “primal theater” prior to representation, recognition, or identification. Relying on incantatory enunciations, it rejects mimetic language, discursive articulation, and conceptual interpretation. As a result, this writing exceeds the category of any single form or genre, be it drama, literature, philosophy, or autobiography. Its structure relies, I argue, on a distinctive notion of “ souffle.” The “breath” or “whisper” carries the speaker’s voice, while it simultaneously interrupts its transparency and robs it of its discursive ability. I read this resistance to communication as a process of transmission of affect through speech enactment, rather than a transaction of meaning through structured discourse. The inarticulate quality of this writing follows the injunction to infiltrate into language what these authors commonly call their private “incomprehensible mother tongue.” Indeed, their writing is constantly in dialogue with the evading and mute “mother.” I analyze “her” inscription in the text as both a “real” figure and a movement of discursive erasure, which establishes the act of writing prior to the separation of “text” from “life.” My first chapter demonstrates how Samuel Beckett’s later texts suffer from self-erasure under the rule of maternal repudiation, triggering an insatiable need for shifting between languages, genres, and media, to a point of utter disarticulation. The second chapter examines Bernard-Marie Koltès’ inaugural and elliptical monologues as failed efforts to reclaim the omniscient yet unintelligible maternal body, which structures the entirety of his theatrical work. The third chapter shows that Valère Novarina’s self-generating and notoriously inarticulate texts for the theater emerge from an insatiable desire to be reborn through writing. My final chapter focuses on Jacques Derrida’s call for “theoretical” writing to become elliptically “theatrical,” a call that I read as an attempt to mourn the dying figure of the mother.

Erfani, 2011, PDF ###

CRÉPON, Pascale, « Le théâtre comme processus d’humanisation », thèse de doctorat, University of Minnesota, 2009, 278 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
In my thesis, I examine the role and interrelation of the body and language in modern cultures and study the often problematic interaction between the individual and the collective. I use various interdisciplinary approaches such as Freudian and Lacanian psychoanalysis, anthropology and phenomenology of theatre to discuss the challenges of constructing identity while facing dehumanizing elements of our everyday life. I define theatre as a paradigm of analysis of human interactions and thus a process of humanization. Theatre acts to negotiate between language and body, while addressing and confronting the self in its inscription within language, culture, and environment. I first study the mirror effect in psychoanalysis as well as in cinema and theatre in order to define the human subject as a spectactor. I then study the problematic of violence as a revealing tool for defining identity using the work of the French playwright Bernard-Marie Koltès. I continue with a discussion of identity as a fluctuating concept and question the role of psychological and physical violence in the construction of identities with the work of the francophone playwright Marie N’diaye.

My dissertation moves toward a new discourse on the relationship between identity and violence, by articulating that the necessary condition for cognition is embodiment. In doing so, I situate my research between the phenomenology of the subject and that of theatre, which reaffirm together the place and responsibility of the self in relation to himself/herself and to the others.

Crépon, 2009, PDF ###

SUMMERS, Julie Anne, « ‘Writing on the frontier’ : European Identification and the Drama of Bernard-Marie Koltès », thèse de doctorat, University of Birmingham, 2004. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
The overarching aim of this thesis is to give an account of the theatre of Bernard-Marie Koltes in relation to contemporary France and Europe. It highlights the aspects of his work that convey a sense of Europe’s common cultural heritage, and considers its potential role in promoting processes of identification across national frontiers. The study is divided into two distinct sections. Part 1 focuses on textual analysis, and Part 2 on performance. Part 1 analyses the thematic structure of Koltes’s drama, together with the myths and language therein. A key argument is that, whilst Koltes’s drama is firmly located within the national context of France, traditional notions of `Frenchness’ are challenged. The ideas the plays address can be seen as also relevant to a wider European audience, and can help define a contemporary view of `Europeanness’. Part 2 examines how Koltes’s themes and ideas have been conveyed on stage. It considers productions of his drama in the differing contexts of France, Africa, Germany and Britain, in relation to the themes and ideas outlined in Part 1. The analysis teases out those aspects of the work that are perceived as `French’ - such as the language and style of the drama - and those which have apparently crossed cultural frontiers - such as its settings and themes. The thesis concludes that Koltes’s drama is both French and European. It suggests that his theatre opens channels for European identification between France and other cultures - particularly those that share western capitalist values and a history of colonial adventure. However, a further conclusion is that Koltes’s plays do not furnish audiences with a comfortable image of the individual in contemporary Western European society.

Summers, 2004, PDF ###

FANCY, D.H., « ‘The thrill of estrangement’: ethnicity and theatrical reality in Les Amertumes, Combat de Nègre et de Chiens and Quai Ouest by Bernard-Marie Koltès », thèse de doctorat, Trinity College Dublin (University of Dublin), 2003. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This thesis consists of an analysis of ethnicity and modes of theatrical reality in three plays by French dramatist Bernard-Marine Koltès, made possible by a convergence of critical strategies from postcolonialism, phenomenology and semiotics. I trace a variety of progressions related to questions of the representation of ethnicity and theatrical reality from Koltès earliest play, Les Amertumes, through to the first two of his plays staged by French director Patrice Chéreau, Combat de nègre et de chiens and Quai ouest. In the second chapter I apply postcolonial theory to a discussion of Combat de nègre et de chiens and to evidence from the various voyages that inspired Koltès to write the play. I suggest that the play’s central black character, a dramaturgical descendent of Alexis from Les Amertumes named Alboury, bears the markings of a hegemonic representation of ‘blackness’ which has resulted from the colonial discourse. I explore how, despite Koltès’ expressions of anti-imperialism and anti-colonialism in interviews and in written statements, ‘blackness’ in his plays is invariably both mythologized and pathologized. In the second half of the second chapter, I discuss the representational import of Patrice Chéreau’s staging of the text. The third chapter investigates the progressions that take place in both Koltès and Chéreau’s representation of ‘blackness’ and ethnicity in the text and staging of Quai ouest. Although Koltès was dissatisfied with the exoticism and romanticism in the production of Combat, I extend upon the explorations of the preceding chapters to demonstrate that any changes in the schema of the representation of ethnicity in Quai ouest serves simply to further promote a mythologizing and pathologizing vision of blackness and non-white ethnicity. I discuss how the central black character of Abad bears close resemblance to Alboury and Alexis before him. ###

EDMUNDSON, P.C., « Dealing with the other: exchange and alterity in the theatre of Bernard-Marie Koltès. », thèse de doctorat, University of Leeds, 2002. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This thesis approaches Koltès’s oeuvre through the motif of the deal, exploring a series of related themes and asking questions about the depiction of the relationship between Same and Other. The aim is to expose the dialectic at work in this theatre between the desire for solitude and the desire for community. Chapter One provides a biography of the playwright and an overview of the reception of plays performed during Koltès’s life-time. Chapter Two discusses Koltès’s choice of a medium towards which he had such ambivalent feelings, before focusing upon the earlier plays and looking at Sallinger, which bridges the gap between two stages in his work. The third chapter examines questions of genre and explores Koltès’s expectation that this work would be received as comedy. In the two central chapters, exchange and alterity are discussed through analysis of the deal motif and the significance of the racial other in Koltès’s work. All relationships appear to be based on exchange rather than gift economies; theories of consumerism and anthropological discourse are called upon in order to contextualise this representation of human interaction. Levinas’s philosophy of the Other is employed both in the analysis of the black characters in the plays and in relation to Koltès’s extensive comments about ‘race’. In the penultimate chapter of the thesis, the themes of flight and escape are addressed, continuous motion, journeying, and the search for a ‘better elsewhere’ being crucial to Koltès’s theatre. Returning to the subject of alterity in the final chapter, entitled ‘The Outsiders’, we examine the spaces which Koltès’s characters inhabit and the violent, criminal acts to which they are exposed or into which they are drawn. ###

CORMIER LANDRY, Jean-Benoît, « Décliner la frontière : transit et contagion de la violence dans la fiction sacrificielle de Bernard-Marie Koltès », mémoire de maîtrise, département des littératures de langue française, Université de Montréal, 2011, 159 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Ce mémoire de maîtrise traite de quatre pièces de l’auteur français Bernard-Marie Koltès. Résolument axé sur l’étude du texte écrit, il vise dans un premier temps l’analyse d’un ensemble de désajustements et d’une culture de l’équivoque dans le traitement du lieu, du temps et de l’identité. Le premier but de ces analyses est l’approfondissement de certaines avenues déjà investies par la critique (marginalité des lieux et des personnages, présence constante de la violence et de la mort, etc.), dans la recherche d’une signification globale à un ensemble de pratiques textuelles liées à la notion de limite ou de frontière. Opérant un changement de perspective, la seconde partie de l’étude s’attarde à la violence ainsi qu’aux modalités et implications de sa mise en texte dans une étude croisée de l’acte créateur et de la pratique de lecture. À partir de la théorie du sacrifice élaborée par René Girard dans La violence et le sacré, et faisant dialoguer certains textes importants d’auteurs divers (Aristote, Nietzsche, Artaud, Foucault, Derrida et Adorno), l’analyse vise à inscrire la littérarité du texte koltésien dans une entreprise plus vaste ayant à voir avec la violence, sa régulation et sa diffusion. Au carrefour des études théâtrales, de la littérature et de la philosophie, cette réflexion cherche à concevoir le théâtre de Koltès (particulièrement Roberto Zucco) comme un sacrifice rituel, afin de mieux en comprendre le rapport au réel et certaines de ses particularités du point de vue du mécanisme cathartique.

Abstract
This M.A. thesis analyzes four plays by the French author Bernard-Marie Koltès. Resolutely focused on the study of written text, it begins by analyzing several disarrangements and a culture of ambiguity in the treatment of place, time and identity. The first goal of this interrogation is the deepening of some avenues already detected by the critique (marginality of places and characters, the constant presence of violence and death, etc.) in the search for a global meaning to a set of textual practices related to the notion of limit or boundary. Operating a change of perspective, the second part of the thesis focuses on violence and on the terms and consequences of its textualisation, in a simultaneous study of the creative act and of the practice of reading. Based on the theory of the sacrifice as developed by René Girard in La violence et le sacré, and nourished by the crossing of some important texts by various thinkers (Aristotle, Nietzsche, Artaud, Foucault, Derrida, Adorno, etc.), the analysis seeks the inscription of Koltesian text’s literariness in a broader enterprise having to do with violence, its regulation and its dissemination. At the intersection of theater studies, literature and philosophy, this study is an attempt to understand Koltès’ drama (especially Roberto Zucco) as a ritual sacrifice in order to obtain a better comprehension of its relationship to reality and some of its characteristics as for the cathartic mechanism.

Cormier Landry, 2011, PDF ###

ROBITAILLE, Pascal, « Le devenir-animal dans l’oeuvre de Bernard-Marie Koltès : les cas exemplaires de La fuite à cheval très loin dans la ville, Quai ouest et Roberto Zucco », mémoire en études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2006, 106 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
L’objectif général de ce mémoire est d’étudier la présence animale dans l’oeuvre du dramaturge français Bernard-Marie Koltès. Cette expression nous sera indispensable, car elle décrit autant le peuplement animal des textes de ce dernier que la présence animale à l’intérieur de ses personnages, c’est-à-dire leur animalité. L’étude de la présence animale est féconde, puisqu’elle nous révèle à la fois l’idéologie défendue par Koltès, en plus de mettre en lumière un type très particulier de subjectivation de ses personnages littéraires: les devenirs-animaux. Les objectifs spécifiques de ce mémoire sont, premièrement, de cataloguer les divers animaux présents dans notre corpus littéraire. Nous effectuerons ce repérage dans le but de dresser le bestiaire sommaire du dramaturge. Cet exercice nous permettra ensuite de caractériser les animaux koltésiens, avant de les comparer à ceux qui constituaient le bestiaire littéraire traditionnel. Par l’entremise de cette comparaison, nous dévoilerons l’idéologie et certaines valeurs défendues par Koltès. Le deuxième objectif spécifique de ce mémoire est d’étudier, de manière théorique cette fois, l’animal en le traitant comme un processus de subjectivation des êtres. En effet, la rencontre, que nous pourrions quailifier de noce contre nature, entre les animaux et les sujets koltésiens engage ces derniers dans des phénomènes singuliers que Gilles Deleuze et Félix Guattari nomment des devenirs-animaux. En étudiant ceux-ci à partir des théories de Deleuze et Guattari, nous ferons la jointure entre l’identité des personnages du dramaturge et l’animalité. Par ailleurs, nous décrirons certaines voies qu’empruntent les devenirs pour se manifester, en analysant les cas particuliers de trois personnages de Koltès. Le troisième et dernier objectif spécifique de ce mémoire est d’aborder les conséquences affectives et perceptives -les affects et percepts -des devenirs-animaux chez les sujets devenant. Nous montrerons que les devenirs-animaux, en entraînant les personnages dans une autre dimension ontologique, suscitent en eux une intense circulation d’affects et de percepts de nature animale. Ces affects et percepts animaux déshumanisent les personnages qui se transforment en des animaux en puissance. La présence animale chez Koltès constitue un rhizome au sens deleuzien et guattarien du terme. Le rhizome conçu par le dramaturge compte trois plateaux qui correspondent à chacun des chapitres de notre mémoire. D’un chapitre à l’autre, la topique de l’animalité suit un mouvement de sémiose, c’est-à-dire que sa signification connaît des avancées. C’est dire que le rhizome koltésien est bien davantage qu’une thématique; il est plutôt une structure signifiante complexe et complète en elle-même.

Robitaille, 2006, PDF ###

TORDJMAN, Pierre, « Koltès  : la fuite, l’exil et l’extase », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 30 (2001), p. 41-58. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article trouve dans les mystères d’Eleusis la forme et le contenu essentiels à l’interprétation de la relation qu’entretiendrait le théâtre de Bernard-Marie Koltès avec les images qui motivent son écriture. Cette référence permet d’unir politique, mysticisme et théâtre dans une œuvre qui n’a cessé de renvoyer ses personnages aux images d’un bourbier dans lequel ils se débattent ainsi qu’à celles d’une contemplation extatique. Ce serait dans l’écart qui sépare ces deux types d’images, qui constituent un film virtuel représentant comme le hors-champ de ce théâtre, que s’installerait la scène d’une méditation de ce que pourrait signifier aujourd’hui l’exigence de sauver son âme.

Abstract
This articles finds in the mysteries of Eleusis the necessary form and content needed to interpret the relation between Bernard-Marie Koltès’ plays and the images which motivated his writing. This reference makes it possible to unite politics, mysticism and theatre in a body of work which has always shown its characters both struggling in the mire and having extatic visions. Into the gap between these two conflicting types of images, which constitute a virtual film, a kind of off screen narration of Koltès’ work, would appear a meditation on the meaning of “salvation”.

Tordjman, 2001, PDF ###

DANAN, Joseph, « Écritures dramatiques que le cinéma travaille (Durif, Koltès, Caron, Motton, Vinaver) », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 26 (1999), p. 57-68. +++ Article de revue

### Danan, 1999, PDF ###

BIDENT, Christophe, Régis SALADO et Christophe TRIAU (dir.), Voix de Koltès, Paris, Carnets Séguier, 2004, 213 p. +++ Collectif

### Sommaire

  • « Le jeu du désir », Sarah Hirschmuller
  • « La dialectique de la langue », Christophe Triau
  • « “Quand il fera nuit, qu’est-ce que je ferai?” », Bernard Desportes
  • « Un préjugé ou dans l’ignorance de Bernard-Marie Koltès
  • « Dostoïevski à Manhattan ? », Christophe Bident
  • « Le retour au désert : un drame algérien », Catherine Brun
  • « Manques, frontières, clivages : Koltès et Kane », Lorraine-Soëli Heymès
  • « Beckett et Koltès : le sujet en suspens ou la scène comme lieu problématique », Véronique Védrenne
  • « Le jeu du fantôme dans Le retour au désert », Pierre Katuszeuski
  • « Koltès avec Shakespeare : hériter, adapter, traduire », Régis Salado
  • « Flash-back sur le passage de Zucco sur ma table de travail » Regina Guimaraeas
  • « Douceur de Koltès. Entretien avec Nicolas Klotz », propos recueillis par Christophe Triau
  • « La nuit nous ôte la preuve », Pierre-Antoine Villemaine
  • Anthologie de citations###

BUTEL, Yannick (dir), Koltès maintenant et autres métamorphoses : actes des colloques de l’Université de Caen Basse-Normandie et de Paris-Diderot, Paris 7, Berne, Peter Lang, 2010. +++ Chapitre de collectif

### Quatrième de couverture
En France, 2009 aura été « l’année Koltès ». Une année pour rappeler la vitalité et l’actualité d’une œuvre, la fascination qu’elle exerce toujours sur les lecteurs et les metteurs en scène. Les colloques de Caen (Bernard-Marie Koltès : Démons, Chimères et autres métamorphoses, octobre 2009) et de Paris 7 (Koltès, maintenant, novembre 2009) ont ainsi été des moments d’échanges et de réflexions sur un théâtre qui n’en finit pas d’interpeller les universitaires, les chercheurs, les praticiens, les acteurs… Revenant sur les textes et leur mise en scène, sur les traductions, sur la correspondance et sur les enjeux que soulève cette écriture poétique et cinématographique, les contributions qui sont rassemblées dans ce livre témoignent de la pluralité des lectures qu’offre l’œuvre de Bernard-Marie Koltès. Regards parfois nouveaux où l’œuvre esthétique et poétique est articulée au mouvement de l’Histoire, à celle aussi que connut Bernard-Marie Koltès. ###

JOB, André, Koltès : la rhétorique vive, Paris, Hermann, 2008, 133 p. +++ Monographie

### Présentation de l’éditeur
Surplombant l’oeuvre entière, Dans la solitude des champs de coton brille des feux de la rhétorique et retrace le cheminement des corps etdes discours à l’orée du lien social, du désir et du rapport à laCité. Koltès redécouvre le modèle antique de la sophistique pour entester l’efficacité tragique.
Le présent essai s’interroge sur le sens et la portée d’un tel retour.En croisant anthropologie, philosophie, psychanalyse et sociologie,l’analyse opère un salutaire coup de force, car elle délocalise le regard porté sur l’oeuvre et montre comment la torsion de l’écriture s’empare de cette forme supposée désuète pour la hisser sur la crête de la contemporanéité.
La contrefaçon des procédures de discours empruntées au marché fait ainsi bon ménage avec une rhétorique érotisée qui manque son but mais élève les esprits et les coeurs. Partage difficile entre la « blague »et le sérieux, qui témoigne d’une très actuelle manipulation des valeurs. ###

PETITJEAN, André (dir.), Bernard-Marie Koltès : les registres d’un style, Dijon, Presses universitaires de Dijon, 2014, 301 p. +++ Collectif

### Présentation
“En 1989 disparaissait Bernard-Marie Koltès, dont les pièces auront marqué le théâtre contemporain. Si ses œuvres possèdent une telle puissance, c’est qu’elles font entendre une voix novatrice et singulière, à commencer par ‘La nuit juste avant les forêts”, dont cet ouvrage éclaire différents aspects touchant tant à l’imaginaire qu’à l’écriture. Avec ce volume, il s’agit aussi de mettre en lumière un aspect méconnu de l’auteur, à savoir son sens du comique, pour se focaliser ensuite sur la dimension théâtrale de ses pièces (les monologues, les adresses, etc.). Joués dans de nombreux pays, les textes de Koltès ont dû affronter l’épreuve des langues étrangères (le turc, l’anglais…), obligeant à chaque fois le traducteur à s’approprier une parole, comme le montre à la fin de l’ouvrage une version inédite, en américain, de 'La nuit juste avant les forêts’ ###

HAGE, Samar, Bernard-Marie Koltès : l’esthétique d’une argumentation dysfonctionnelle, Paris, Harmattan (Univers théâtral, 2011, 384 f. +++ Monographie

### Présentation
Les analyses rhétorique, pragmatique et linguistique des échanges dans les six pièces principales du dramaturge permettent d’observer le fonctionnement des échanges koltésiens, qui loin d’être des argumentations “éthiquement” circonscrites, s’avèrent truffés de dysfonctionnements et revêtent l’allure d’échanges sophistiqués et de manipulations oratoires. ###

BERNARD, Florence, Koltès, une poétique des contraires, Paris, Honoré Champion (Littérature de notre siècle), 2010, 423 p. +++ Monographie

### Présentation
Le principe qui régit l’œuvre de Koltès fait se côtoyer les extrêmes. Cette “poétique des contraires”, qui brouille la frontière entre les territoires, les époques, le rêve et réalité, n`épargne pas les personnages : il semble en effet impossible d`arrêter un jugement au sujet de leur corporéité, de leurs rapports de force et de leurs valeurs. Le texte lui-même paraît échapper à toute appréhension définitive. Débordant les catégories du genre, de l’auctorialité et du sens, il pose indirectement deux questions : celle du statut que l’auteur accorde au langage et celle de l`enjeu qu’il attribue à l’écriture. ###

BENHAMOU, Anne-Françoise, Koltès dramaturge, Besançon, Les Solitaires intempestifs (Du désavantage du vent), 2014, 235 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
Considérer Koltès comme un dramaturge‚ ce n’est pas minorer les enjeux d’une œuvre marquée par la littérature et le cinéma aussi bien que par le théâtre. C’est être attentif à la façon dont son écriture s’est nourrie de la scène – d’un rêve de la scène autant que de sa réalité. Les essais réunis dans ce livre traitent de la façon dont Koltès a voulu répondre par le théâtre à la réalité contemporaine‚ en accordant une importance particulière au statut de l’énigme et du secret dans son œuvre.
L’ouvrage se compose d’une série d’essais sur le théâtre et l’écriture de Bernard-Marie Koltès : sur l’importance du thème de l’ombre et la lumière, sur l’invention par Koltès des « lieux » de ses pièces en rapport avec l’art de Chéreau, sur le rapport de ces lieux à l’espace du théâtre, sur la place centrale de l’enfance des Amertumes à Roberto Zucco, sur la pertinence ou l’« intempestivité » de Koltès dans l’époque, sur des motifs cachés dans Combat de nègre et de chiens… Il sera augmenté d’une introduction en forme de synthèse à propos de vingt-cinq ans de relation critique et théâtrale à cette œuvre et d’un chapitre sur les représentations de l’étranger sur scène, inspiré par la mise en scène de Combat de nègre par Michael Thalheimer et de la polémique à la Comédie-Française sur Aziz dans Le Retour au désert.
Anne-Françoise Benhamou‚ universitaire‚ dramaturge‚ travaille et publie notamment sur la mise en scène‚ la dramaturgie‚ l’art de l’acteur. Elle a été l’une des premières à écrire sur le théâtre de Koltès‚ et n’a cessé de réinterroger cette œuvre au fil des années et des productions scéniques‚ questionnant avant tout son impact sur le plateau et sa pertinence dans l’époque. ###

CORMIER LANDRY, Jean-Benoit, Bernard-Marie Koltès : violence, contagion et sacrifice, Paris, Harmattan, 2012, 192 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
Par cet essai, l’auteur opère une lecture de quatre pièces majeures de la dramaturgie koltésienne : Combat de nègre et chiens, Quai ouest, Le Retour au désert et Roberto Zucco. La première partie est orientée vers l’analyse du texte écrit, puis la réflexion s’intéresse à la violence et aux modalités de sa mise en texte. A partir de la théorie du sacrifice élaborée par René Girard, voici une analyse du rôle et de la fonction du théâtre de Koltès, ayant à voir avec la violence, sa régulation, sa diffusion. ###

PALM, Stina, Bernard-Marie Koltès : vers une éthique de l’imagination, Paris, Harmattan (Univers théâtral, 2009, 191 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
Stina Palm propose par cet essai une lecture des trois oeuvres majeures de Bernard-Marie Koltès : Le combat de nègre et chiens, Quai Ouest et Le retour au désert. L’analyse a pour fin de montrer comment l’accueil de l’Autre devient une part fondamentale de la construction des existences. Dans un processus narratif de devenir, les personnages koltésiens s’orientent vers autrui, de manière à ce que l’altérité et la réflexivité s’entremêlent. ###

DUBOIS, Jérôme, « L’œuvre de Bernard-Marie Koltès : un traité sociologique ? Réflexion inspirée du livre de Siegfried Kracauer, Le roman policier : un traité philosophique », Sociétés, vol. 4, n° 110 (2010), p. 95-104. +++ Article de revue

### Dubois, 2010, HTML ###

DUBOIS, Jérôme, « Le corps de l’écrivain dans le corps de l’œuvre. Approche psychanalytico-sociologique exemplifiée à partir de Bernard-Marie Koltès», Sociologie de l’Art, vol. 1, opus 19 (2012), p. 55-74. +++ Article de revue

### Résumé
Une sociologie du corps de l’écrivain ne peut faire l’impasse sur la façon dont le corps de l’écrivain est inconsciemment présent à la poïétique qu’il met en œuvre, et celle-ci ne peut se comprendre qu’à travers la façon dont l’écrivain envisage le corps en général et le sien en particulier. Nous considérons le cas du dramaturge Bernard-Marie Koltès en nous appuyant sur la théorie psychanalytique de Didier Anzieu se rapportant aux œuvres littéraires, que nous complétons par certaines propositions de la sociologie de la littérature, en ne négligeant pas la perspective de la sociologie du corps en tant que telle.

Abstract
The body of the writer in the body of the work
Psychoanalytico-sociological approach exemplified by Bernard-Marie Koltès A body’s writer sociology cannot be unaware of the way the body of the writer is unconsciously present in the poïétique which it implements. This poïétique can be understood only through the way the writer envisages the body in general and his own one in particular. This paper considers the case of the playwright Bernard-Marie Koltès by relying on Didier Anzieu’s psycho-analytical theory about literary works, completed by some propositions of the literary sociology and without neglecting viewpoints from the sociology of the body as such.

Dubois, 2012, PDF ###

SCARPA, Marie, « Koltès ou le théâtre de la virginité perdue », Ethnologie française, vol. 44, n° 4 (2014), p. 671-678. +++ Article de revue

### Résumé
Le théâtre de Bernard-Marie Koltès met en scène un monde contemporain déstructuré, désenchanté, implacable. Un « motif » peut alors surprendre par sa dimension plutôt traditionnelle : celui de l’« honneur » des jeunes filles explicitement traduit en termes de virginité pour elles, en termes de réputation à sauvegarder pour leurs grands frères. Un « honneur » qui n’a qu’un temps : les sœurs seront déflorées. Notre contribution se propose d’étudier d’un point de vue ethnocritique la présence de cette thématique, Koltès accordant une attention manifeste à la question des « premières fois » racontées comme des « passages ». Mais ces passages toujours violents, transgressifs, inachevés, ne disent-ils pas au fond l’impossibilité de toute alliance ?

Scarpa, 2014, PDF ###

MONZANI, Stefano, « L’utopie du fratriarcat. Fraternel et fraternité dans l’œuvre de B.-M. Koltès », Cahiers de psychologie clinique, vol. 2, n° 27 (2006), p. 141-162. +++ Article de revue

### Résumé
Après un bref rappel des concepts de fraternel et de fraternité et de leur place dans la psychanalyse au regard des liens familiaux et sociaux, nous analysons ces aspects dans l’œuvre littéraire de B.-M. Koltès. Par les questions qu’elle soulève, nous considérons cette œuvre comme un observatoire des liens humains et de leurs vicissitudes dans notre modernité. Plusieurs personnages de ses textes recherchent désespérément une relation de fraternité (entre individus, mais aussi entre races), dont nous allons étudier les modalités à l’aide de la théorie psychanalytique, comme un substitut des liens familiaux perçus comme ambigus voire destructeurs. Nous soulignons le caractère « postmoderne » de cette œuvre qui met l’accent sur les relations horizontales (entre frères et sœurs, entre égaux) par rapport aux relations verticales étudiées de façon privilégiée par Freud via la théorie du complexe oedipien.

Monzani, 2006, PDF ###

LANTERI, Jean-Marc, En noir et blanc. Essai sur Bernard-Marie Koltès, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (Perspectives), 2014, 242 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
Théâtre de l’autre, pour l’autre, avec l’autre, l’œuvre de Koltès offre une expérience éthique singulière, où la conscience occidentale affronte, sans honte complaisante et sans oubli obscène, son passé d’esclavagiste et son présent de prédateur, la légende de ses conquêtes et le trouble de son désir.
Consacré spécifiquement aux six pièces créées entre la fin des années soixante-dix et la fin des années quatre-vingt, En noir et blanc cerne au plus près ce topos incontournable du théâtre koltésien : le conflit du noir et du blanc dont la violence n’a d’égale que la complexité. Avec une grande acuité de regard, une âpreté sans compromis, Bernard-Marie Koltès en a décliné toutes les figures. Riches et pauvres, dominants et dominés, autochtones et émigrés, anciens colons et nouveaux colonisés s’affrontent impitoyablement mais ces duels, qui les jettent les uns contre les autres, redorent aussi l’altérité prestigieuse de l’ennemi.
Nourri du roman anglo-saxon ou du cinéma, Koltès ouvrait la scène théâtrale sur l’horizon brûlant du monde, pour dissoudre les rouges et or du rideau dans le béton des chantiers, l’acier des hangars ou la nuit urbaine. À l’heure où l’écriture théâtrale empruntait déjà les voies du narcissisme ou du formalisme langagier, Koltès réévaluait ainsi la très ancienne dramaturgie du conflit, pour s’inscrire lui-même en tant que sujet dans son histoire et dans l’Histoire.

Sommaire

  • Le photographe et son modèle
  • I : DU SACRIFICATEUR AU CONDAMNE
  • L’apothéose des Blacks
  • Le médiateur suprême
  • L’ange exterminateur
  • Le fondement éthique
  • Figures de l’éternelle victime
  • Un destin climatique
  • Les condamnés
  • Les deux fins
  • Le fantôme du romanesque
  • Romanisations
  • Théâtre et nature
  • L’archipel faulknérien
  • II : LE DRAME AU TEMPS DU MONDIALISME
  • Le grand désenchantement
  • « L’Histoire est un cauchemar dont j’essaye de m’éveiller »
  • Politiquement neutre
  • Guerre, guérilla, duel.
  • L’espace théâtral
  • Le schisme initial
  • La plasticité du territoire
  • Un modèle transgéographique ou le camp implicite
  • Économie, économie, Horatio !
  • De la base au sommet
  • Le marginal économique
  • La grande entropie
  • III : ÉTRANGERETE ET CONNIVENCE
  • L’expérience généalogique
  • Lumière et obscurité
  • Le bestiaire koltésien
  • Archéologie de la violence, archéologie du désir
  • Le théâtre du désir
  • Masques et déviances
  • Désir et politique
  • Des arts cinétiques
  • Langage et silence
  • La toute-puissance du verbe ?
  • Vers Babel
  • La relation spéculaire
  • Le dernier auteur dramatique ?
  • Bibliographie des ouvrages cités
  • Tableau des abréviations
  • Index

###

PETITJEAN, André (dir.), Bernard-Marie Koltès. Textes et contextes, Recherches Textuelles, t. 10 (2010). +++ Dossier de revue

### Présentation de l’éditeur
En 2009, dans le cadre de la célébration par la ville de Metz du vingtième anniversaire de la disparition de Bernard-Marie Koltès, des tables rondes et des journées d’études ont eu lieu dont rend compte le présent volume. Grâce à la présence d’acteurs fort différents (universitaires, metteurs en scène, témoins historiques…) et du regard croisé de spécialistes (littéraires, linguistes, historiens), cet ouvrage devrait compléter les connaissances dont on dispose à propos de l’homme Koltès et de son oeuvre.
Concernant l’homme, nombre de contributions apportent des éclairages précieux sur son milieu (enfance et adolescence), sur le cadre de sa scolarisation et de son éducation (le collège jésuite de Saint Clément) ainsi que sur ses amitiés et ses relations. Certaines s’arrêtent plus particulièrement sur sa carrière littéraire, ses choix esthétiques, sa pratique d’écrivain ainsi que sur le sens qu’il a pu donner à sa vie. Une meilleure connaissance du contexte historique dans lequel a grandi Koltès adolescent est fournie par la table ronde consacrée à la guerre d’Algérie à Metz et en Moselle dont on sait que les événements qui lui sont liés, ont profondément marqué le dramaturge.
En écho aux Lettres de Koltès et à la première biographie du dramaturge – deux ouvrages parus en cette même année 2009 – plusieurs communications problématisent les liens existant entre une oeuvre et ses contextes de production, de diffusion et de réception. Elles ont le mérite de compléter, voire de corriger, les connaissances dont on disposait concernant sa condition d’écrivain, la genèse de ses textes ainsi que ses partis pris idéologiques, politiques et esthétiques. A propos de l’oeuvre, nombre d’études, ici réunies, montrent combien les textes de Koltès produisent un effet de “ diffraction ” du matériau biographique et de son contexte historique (ce qu’exemplifient les communications portant sur Le Retour au désert). D’autres contributions s’intéressent aux phénomènes d’écart inévitable entre l’oeuvre et ses contextes de réception, que ce soit au niveau des traductions ou des mises en scène. Du point de vue de sa poétique, il apparaît que Koltès appartient à la lignée des écrivains dramatiques qui estiment que le regard qu’ils portent sur l’humaine condition nécessite l’invention de formes nouvelles. Sont ainsi abordées au travers du traitement des dialogues et des didascalies, certaines caractéristiques du style koltésien (personnages, motifs, langages…) L’ouvrage se clôt par une recension des études consacrées à Koltès (thèses, livres, articles, émissions…) et par une brève description des événements culturels dont la ville de Metz fut le siège tout au long de l’année 2009.

Ce numéro de Recherches Textuelles recueille les interventions de : André Petitjean, Christophe Bident, Olivier Goetz, Richard Bance, Jean-Louis Bertsch, Yves Ferry, Josiane Fritz, Moni Grégo, Micheline et Lucien Attoun, Olivier Dard, Marion Abssi, Jacques Walter, Michel Corvin, Catherine Brun, Didier Ayres, Florence Bernard, Cyril Desclés, Jean-Pierre Hàn, Matthieu Protin, Raymond Michel, Hélène Kuntz, Jean-Pierre Ryngaert, Julie Sermon, Jean-Marie Privat, Marie Scarpa, Valérie Nativel, Sylvie Chalaye, Aurélie Chatton, Samar Hage, Anne-Françoise Benhamou, David Bradby, Ismail ibn Conner, Carlos Alvarez-Ossorio, Bruno Boëglin, Jean De Pange, Michel Didym, Pierre Diependaële, Catherine Marnas, Moïse Touré, Geneviève Hegron. ###

SCARPA, Marie, « Personnages liminaires dans le théâtre de Bernard-Marie Koltès », dans Véronique CNOCKAERT, Bertrand GERVAIS et Marie SCARPA (dir.), Idiots - Figures et personnages liminaires dans la littérature et les arts, Nancy, Presses universitaires de Nancy (EthnocritiqueS), 2012. +++ Chapitre de collectif

PETITJEAN, André, « Du mensonge et de sa problématisation : illustration à partir de l’œuvre de Bernard-Marie Koltès », Pratiques, n° 163-164 (décembre 2014), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
En guise d’introduction, nous rappelons que le théâtre, véritable « miroir grossissant » des interactions humaines, met en scène, quelques soient les genres du dramatique, des personnages qui pratiquent le mensonge sous diverses formes (feintes, fourberies, ruses, dissimulations …). Il importe donc, c’est l’objet de la première partie de l’article, de s’entendre sur une définition du mensonge et de préciser que le mensonge possède « une dimension irréductiblement éthique ».
Notre approche du mensonge se voulant linguistique, nous cherchons, dans une deuxième partie, à définir le mensonge d’un point de vue pragmatique.
Pour ce faire, nous avons recours principalement à la théorie des actes de langage, d’une part, et au « principe de coopération », d’autre part. Dans la troisième partie, nous essayons de décrire les différentes stratégies interactionnelles mensongères qu’utilisent les personnages de B.-M. Koltès afin de parvenir à leurs fins actionnelles. En conclusion, nous montrons que B.-M. Koltès s’ingénie à transgresser le pacte fictionnel (le « mentir-vrai » d’Aragon) et brise de ce fait l’illusion théâtrale à l’aide de procédés de distanciation.

Petitjean, 2014, HTML ###

PETITJEAN, André,« Peut-on parler de style à propos des didascalies? L’exemple de Bernard-Marie Koltès », dans Éric BORDAS et Georges MOLINIÉ (dir.), Style, langue et société, Paris, Honoré Champion (Colloques, congrès et conférences en science du langage), 2015. +++ Chapitre de collectif

MAÏSETTI, Arnaud (dir.), « De Jean Genet à Bernard-Marie Koltès : des politiques blessées », dans Ioana GALLERON (dir.), Théâtre et politique - Les Alternatives de l’engagement, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Interférences), 2012, p. 205-220. +++ Chapitre de collectif



Bernard-Marie Koltès - Ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreBernard-Marie Koltès - Ensemble de l'oeuvre
AuteurBernard-Marie Koltès
Parution9999
TriBernard-Marie Koltès - Ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint