Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Biographie de la faim

biographie_de_la_faim.jpg Amélie Nothomb, Biographie de la faim, Paris, Albin Michel, 2004.

« La faim c’est moi. »

Documentation critique

CHALUMEAU, Caroline, « L’écriture de la faim : étude réalisée à partir d’un livre d’Amélie Nothomb, Biographie de la faim », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Lyon 2, 2005, 112 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

LAMBERT-PERREAULT, Marie-Christine, « Le Soleil noir d’Amélie Nothomb : lecture psychanalytique de Biographie de la faim, Post-Scriptum.ORG: Revue de Recherche Interdisciplinaire en Textes et Médias, n° 14 (été 2011). +++ Article de revue

### Résumé
Travaillés par une nostalgie de l’origine, les récits autobiographiques d’Amélie Nothomb dépeignent un inconfort devant la perte, un malaise face à la migration géographique. Dans cet article, je propose une lecture psychanalytique de Biographie de la faim (2004) basée sur la notion de mélancolie, définie par Mélanie Klein (1976) et Julia Kristeva (1987) comme un mode de fonctionnement psychique fondé sur une incapacité à gérer le deuil. Pour Kristeva (1974), la mélancolie est associée au sémiotique et constitue une fonctionnalité antérieure au langage, proche du corps et du maternel, pouvant influencer le symbolique, c’est-à-dire le sujet de l’énonciation. Je défendrai ici la thèse que la mélancolie constitue une structure infralangagière qui organise toute la production d’Amélie Nothomb. Je montrerai qu’elle transparaît notamment dans Biographie de la faim à travers les affects et passages à l’acte de la protagoniste (avatar de l’écrivaine), chez qui les épisodes dépressifs alternent avec des phases maniaques.

Abstract
Driven by a nostalgia for an origin, Amelie Nothomb’s autobiographical work presents a discomfort towards loss and geographic migration. In this article, I propose a psychoanalytical reading of Biographie de la faim (The Life of Hunger, 2004) based on the notion of melancholia, defined by Melanie Klein (1976) and Julia Kristeva (1987) as a psychic economy founded on the incapacity to deal with mourning. For Kristeva (1974), melancholy is linked to semiotic and constitutes a functionality prior to language, close to the body and the maternal, able to influence the symbolic, i. e. the subject of the enunciation. I will defend the thesis that melancholia constitutes an infralinguistic structure that organizes Amelie Nothomb’s whole production. I will demonstrate that melancholia appears in Biographie de la faim through the affects and acting out of the protagonist (avatar of the writer), whose depressive episodes alternate with manic phases.

Lambert-Perreault, 2011, HTML ###



Biographie de la faim (oeuvre)
TitreBiographie de la faim
AuteurAmélie Nothomb
Parution2004
TriBiographie de la faim
Afficheroui

Outils de la page

complaint