Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Ça va aller

Catherine Mavrikakis, Ça va aller, Montréal, Leméac, 2002, 160 p.

« Catherine-Didon utilise l’autofiction dans ce roman-pamphlet, mettant en scéne une incarnation de la Bérénice de Ducharme en lutte contre tous les préjugés de l’intelligentsia québécoise. »
(Présentation de l’éditeur)

Documentation critique

FILION, Louise-Hélène, « “L’Allemagne que j’abhorre. L’Allemagne que j’adore” : la perception polémique de l’Autre dans Ça va aller de Catherine Mavrikakis », Voix et Images, vol. 41, n° 1 [121] (automne 2015), p. 123-142. +++ Article de revue

### Résumé
Le roman Ça va aller (2002), de Catherine Mavrikakis, entremêle les filiations littéraires, culturelles et généalogiques en empruntant à la fois au « roman familial » et au « récit de filiation » : c’est ainsi qu’il est notamment porteur d’un imaginaire allemand aux ramifications considérables. Le roman étonne par le traitement qu’il réserve aux cultures germanophones, sa narratrice oscillant entre germanophobie et germanophilie. Ambivalente, la perception de l’Allemagne fait souvent glisser le texte du côté de l’injonction ou de la sommation idéologique. Cet article a pour objectif de décrire la perception globale de l’Autre proposée dans Ça va aller, à partir d’analyses sémiologique, sociocritique, interdiscursive et intertextuelle, lesquelles dévoilent tour à tour la dimension polémique, voire éthique de la perception de l’Allemagne.

Abstract
Catherine Mavrikakis’s novel Ça va aller (2002) entwines literary, cultural and genealogical filiations, borrowing simultaneously from the “family novel” and the “filiation narrative”. Among other things, the novel carries an imaginary German realm that has widespread ramifications. The novel deals with German-language cultures in a surprising way as the narrator wavers between Germanophobia and Germanophilia. The ambivalent perception of Germany often causes the text to move towards injunction or ideological warning. This article proposes to describe the overall perception of the Other put forward in Ça va aller on the basis of semiological, sociocritical, interdiscursive and intertextual analyses, which successively disclose the polemical, or even ethical, dimension of the perception of Germany.

Filion, 2015, PDF ###

NARDOUT-LAFARGE, Élisabeth, « Le personnage Réjean-Ducharme dans trois romans contemporains », Voix et Images, vol. 30, n° 2 [89] (hiver 2005), p. 51-66. +++ Article de revue

### Résumé
Réjean Ducharme est le personnage principal de trois romans des années 2000 (L’envie de Hugo Roy, Le coeur est un muscle involontaire de Monique Proulx et Ça va aller de Catherine Mavrikakis) qui exploitent sa légende d’écrivain invisible. L’enjeu de ces appropriations, qui se donnent à lire chaque fois comme l’allégorie d’une relation littéraire avec l’oeuvre, est moins d’inventer une biographie à Ducharme que d’imaginer sa rencontre par un narrateur ou une narratrice qui reste au centre de son récit.

Abstract
Three novels published since 2000—L’envie by Hugo Roy, Le coeur est un muscle involontaire by Monique Proulx and Ça va aller by Catherine Mavrikakis—present Réjean Ducharme as a main character, exploiting his legend as an invisible writer. These appropriations, which in each case are offered as allegories of a literary relationship with the work, are less concerned with inventing a biography for Ducharme than with imagining his meeting with a male or female narrator who remains at the centre of the narrative.

Nardout-Lafarge, 2005, PDF ###

LEBRUN, Valérie, « Je (ne) suis (pas) Antigone : les filles et le tragique dans Ça va aller et Fleurs de crachat de Catherine Mavrikakis », mémoire de maîtrise, département des Littératures de langue française, Université de Montréal, 2012, 95 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Ce mémoire porte sur les romans Ça va aller et Fleurs de crachat de Catherine Mavrikakis. Il s’appuie sur une réappropriation ambigüe de la figure d’Antigone afin d’en questionner les répercussions sur l’expression identitaire des narratrices et sur le désir prophétique qu’elles nourrissent à l’égard d’une filiation au féminin. Il est divisé en deux chapitres : le premier portant sur la façon dont se manifeste l’héritage d’Antigone ainsi que sur son inscription problématique tant dans l’histoire littéraire que dans les romans de Mavrikakis, tandis que le second s’intéresse à la manière dont y est dépassé cet héritage par le travail d’une langue excessive et le choix d’une posture « cannibale et mélancolique ». Puis, au-delà des questions de transmission, d’héritage et de filiation, nous montrerons à partir des marques laissées par un féminisme radical que c’est à la communauté des filles d’Antigone qu’est destinée la possibilité d’être (in)fidèles au tragique en portant avec violence l’espoir de réinventer le futur, certes, mais surtout de rompre avec lui.

Abstract
This M.A thesis addresses the novels Ça va aller and Fleurs de crachat by Catherine Mavrikakis. It will focus on the ambiguous reappropriation of Antigone in order to question the narrators’ expression of identity and the prophetic desire they envision of another future. Divided into two chapters: the first looks into the development of Antigone’s heritage and its problematic entry in both literary history and the works of Mavrikakis, while the second takes an interest in the manner of transmission of this heritage through the use of excessive language and a “cannibalist and melancholic” posture. In addition to the questions of transmission, heritage and filiation, this work shows how stemming from the traces of radical feminism, Antigones’ girls are destined towards the possibility of being (un)faithful to tragic fate all the while keeping a violent hope of reinventing their future, but especially of breaking through it.

Lebrun, 2012, PDF ###

AMRIT, Hélène, « Une Antigone prisonnière du roman : Ça va aller de Catherine Mavrikakis », dans Rose DUROUX et Stéphanie URDICIAN (dir.), Les Antigones contemporaines (de 1945 à nos jours), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal (Mythographies et sociétés), 2010. +++ Chapitre de collectif

ABDELMOUMEN, Mélikah, « L’autofiction québécoise. Pastiche et mise en abyme chez Catherine Mavrikakis et Nelly Arcan », dans Lise GAUVIN, Cécile VAN DEN AVENNE, Véronique CORINUS et Ching SELAO (dir.), Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures, Lyon, ENS Éditions (Signes), 2013, p. 65-75. +++ Chapitre de collectif

###Porte également sur Deuils cannibales et mélancoliques.

Abdelmoumen, 2013, HTML ###



Ça va aller (oeuvre)
TitreÇa va aller
AuteurCatherine Mavrikakis
Parution2002
Afficheroui

Outils de la page

complaint