Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Cendres de cailloux

Daniel Danis, Cendres de cailloux, Montréal / Arles, Leméac Éditeur / Actes Sud (Papiers), 1992, 122 p.

« Une tragédie autour de quatre personnages. Le chagrin s’est collé à leur peau comme une tache de naissance, la rage s’est cristallisée dans leurs yeux. Une nuit, ils se rendront dans un champ, tourneront les montagnes dans la boue, tireront et jetteront le ciel dans la rivière, déchireront la terre avec leurs dents. Au bout de leur fatigue, couchés dans le rien, leurs cœurs se lèveront de leurs corps pour les réchauffer. »
(Extrait du site du CEAD)

Documentation critique

PAPACHRISTOS, Katherine, « Le regard comme point de vue narratif dans le théâtre de Daniel Danis », dans Chantal HÉBERT et Irène PERELLI-CONTOS, Le théâtre et ses nouvelles dynamiques narratives, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p. 199-213. +++ Chapitre de collectif

###Porte aussi sur Celle-là.###

TREMBLAY, Isabelle, « La narrativité dans la dramaturgie québécoise des années quatre-vingt-dix : aperçu du phénomène à travers des textes de Daniel Danis, de René-Daniel Dubois et de Larry Tremblay », mémoire de maîtrise, département des littératures, Université Laval, 2002, 139 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Ce mémoire tente de rendre compte de certaines transformations qu’ont subi plusieurs textes dramatiques québécois des années quatre-vingt-dix par rapport aux décennies précédentes. Notre étude se construit à partir du Troisième fils du Professeur Yourolov de René-Daniel Dubois, de Cendres de cailloux de Daniel Danis et du Génie de la rue Drolet de Larry Tremblay, trois pièces d’auteurs représentatifs de la période publiées entre 1990 et 1997 où le “raconter” l’emporte explicitement sur le “faire” et où s’actualisent de nombreux jeux narratifs. Sont ainsi abordées les questions du déplacement de l’action dramatique, du remplacement du mode dialogal par le mode monologal et de la création d’une structure générale organisée autour de la mémoire qui se définit notamment par l’esthétique du tableau et du fragment, l’hybridation des genres, le bouleversement des paradigmes spatio-temporels, la superposition des niveaux de narration et l’absence de didascalies et de ponctuation. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

GENDRON, Adeline, « Hybridation textuelle et prescription de lecture chez Normand Chaurette, Daniel Danis et René-Daniel Dubois », mémoire de maîtrise, département des études françaises, Université de Montréal, 2002, 151 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Un survol de la dramaturgie québécoise des années 1980 et 1990 montre que plusieurs pièces mettent en scène des personnages écrivains et leurs œuvres, interrogeant par la même occasion les limites du genre dramatique. Parmi ces auteurs qui mettent en scène le théâtre, Normand Chaurette, Daniel Danis et René- Daniel Dubois proposent des pièces qui ont la particularité commune d’insérer dans le texte dramatique des morceaux textuels distincts, empruntés à d’autres genres. Dans 26bis, impasse du Colonel Foisy (1983), Dubois met en présence le texte dramatique, le commentaire qu’il inspire, les notes de création d’un personnage auteur et différentes formes empruntées. Dans Cendres de cailloux (1992), Danis propose un mélange serré de caractéristiques appartenant aux formes dramatiques, lyriques et épiques. Dans Le passage de l’Indiana (1996), Chaurette explore les possibles relations entre le drame, le roman et la lettre. Dans ces trois pièces se trouvent donc insérées des formes étrangères au théâtre. Que ce soit matériellement ou par emprunt plus subtil à de grandes catégories génériques, le dialogue avec d’autres textes est toujours perceptible. Il est clair qu’une présence aussi envahissante de genres autres dans le drame n’est pas sans le bouleverser. Aussi, une première étude, formelle, permettra de montrer comment s’organise le mélange des genres dans les trois pièces analysées et quelles interprétations il est possible d’en tirer. Alors que 26bis… juxtapose les matériaux en présence, Cendres de cailloux et Le passage de l’Indiana hybrident les textes, devenant par le fait même des œuvres-systèmes. L’introduction dans le drame de morceaux textuels autres et de propriétés génériques empruntées n’est pas sans modifier la façon de recevoir la pièce de théâtre. Le texte inséré serait-il un indice de lecture pour ces pièces complexes? Une étude menée à partir des textes insérés et des réactions qu’ils suscitent tant au rang des personnages que chez le spectateur permettra de voir comment 26bis, impasse du Colonel Foisy, Cendres de cailloux et Le passage de l’Indiana nous invitent à les lire. Enfin, ces trois pièces peuvent être considérées comme des échantillons de la dramaturgie québécoise des vingt dernières années. Mises en contexte, elles permettent d’en montrer quelques tendances. Ainsi, collage et hybridation textuelle pourraient s’inscrire comme deux étapes d’une autonomisation du drame québécois. » ###

MILES, Gareth, « Lludw’r Garreg : traduire Cendres de cailloux en gallois », Annuaire théâtral, n° 27 (printemps 2000), p. 100-107. +++ Article de revue

###Extrait de la base de données Repère
« Grandes lignes de l’histoire mouvementée de la nation galloise ; traduction et réception de la pièce québécoise de D. Danis au pays de Galles. »

Miles, 2000, PDF ###

LESAGE, Marie-Christine, « Archipels de mémoire. L’oeuvre de Daniel Danis », Jeu, n° 78 (mars 1996), p. 79-89. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Encore jeune, quoique déjà reconnue, la dramaturgie de Daniel Danis se présente comme une oeuvre hybride, qui participe à la fois de la logique spatiale du fragmentaire et de celle, temporelle, de la mémoire. Malgré leurs formes atomisées, Celle-là et Cendres de cailloux convient le lecteur et le spectateur à plonger dans le pur sensible, sur la trace de résidus de matière, d’objets perdus, fossilisés dans les tréfonds de la conscience. Ce n’est donc pas un hasard si la mémoire circonscrit l’espace de ces textes : ne vivons-nous pas, aujourd’hui, une manière d’effritement de la mémoire et des sensations qui l’accompagnent ? Au siècle de la vitesse, l’oubli règne en maître. Le théâtre peut-il encore s’ériger en aire de résistance ? Ainsi que l’a déjà constaté Georges Banu, “le théâtre, après avoir connu la fascination du présent, du monde, découvre de plus en plus aujourd’hui que sa vocation est de l’ordre de la mémoire. C’est sa manière de résister à la pression de l’audiovisuel et à tout ce qu’il entraîne comme exacerbation de l’actualité”. »

Porte aussi sur Celle-là.###

SAINT-PIERRE, Christian, « Quand la mort danse avec la vie. Cendres de cailloux de Daniel Danis », Jeu, n° 97 (2000), p. 63-67. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« La dramaturgie de Daniel Danis a acquis une notoriété incontestable. Tout en appartenant à la nouvelle vague de ce que la critique tend à nommer “dramaturgie de la parole”, le théâtre de Danis occupe une place à part. Le lyrisme hybride de ses pièces suscite l’intérêt d’un nombre grandissant de critiques, de lecteurs et de spectateurs. Dans le cadre de ce dossier sur les figures masculines, nous étudierons ce qui est considéré comme son oeuvre-phare : Cendres de cailloux. Nous relèverons principalement les éléments qui traduisent les rapports qu’entretiennent les deux protagonistes masculins de cette tragédie contemporaine avec ceux qui les entourent. Le rapport complexe qui y lie les hommes entre eux et la place octroyée aux femmes dans cette dynamique sont révélateurs de la motivation fondamentale de leurs actes. » ###

MOSS, Jane, « Cendres de cailloux et le langage lapidaire de Daniel Danis », Dalhousie French Studies, vol. 42 (printemps 1998), p. 173-185. +++ Article de revue

###Extrait, p. 183
« En dépit de la violence insensée de la vie, les personnages de Danis conservent un paysage intérieur qui célèbre la possibilité du bonheur. Même si le quotidien comporte sa lourde charge d’aliénation et d’oppression, les personnages de Cendres de cailloux préservent leur monde intérieur par le pouvoir de la parole, étant capables d’expression poétique  pour traduire leurs rêves et leurs émotions. Transcendant le réalisme oral du théâtre québécois des années 1970, Danis purifie le langage dramatique pour créer une dramaturgie de la parole. La lecture de ses textes révèle leur richesse poétique et leur littérarité. Si, comme l’a suggéré Renate Usmiani, le théâtre superréaliste des années 1970 est révélateur d’une perte de foi dans le potentiel de la parole et d’une vision déromantisée de la vie, il faut voir les pièces de Daniel Danis comme une tentative de restaurer l’espoir dans le devenir de l’homme. Au lieu de se contenter de rapporter le vocabulaire lacunaire et la vulgarité de la langue populaire, ce jeune et brillant dramaturge imagine la poésie vibrante enfouie dans le coeur du Québécois le plus marginal. »

Moss, 1998, PDF ###

DURIF, Eugène, « Le ratage premier de l’amour », Les Cahiers de Prospero, n° 1 (1993), p. 36. +++ Article de revue

###Porte aussi sur Celle-là. ###

LAVOIE, Catherine, « Tourner en rond : reconnaissance, jeu de langage et victimisation dans Cendres de cailloux de Daniel Danis », mémoire de maîtrise, Université du Quebec à Chicoutimi, 2007, 123 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Les personnages de Daniel Danis, dramaturge québécois contemporain, sont des êtres écorchés par la vie. Des proies traquées par la solitude, l’insécurité, la difficulté de dire. Mon mémoire s’emploiera à déployer un questionnement sur la condition des personnages dans la pièce intitulée Cendres de cailloux (1992-2000) à partir d’une triple problématique. D’une part, on les découvre incapables de se reconnaître les uns les autres; d’autre part, ils semblent maîtrisés par un discours ambiant; en outre, ils occupent différentes positions de victime. Pour élaborer cette analyse, je m’inspirerai de trois théories. La première est celle de Stanley Cavell sur la reconnaissance; la deuxième est celle de Ludwig Wittgenstein sur le jeu de langage; la troisième est celle de Margaret Atwood, sur la victimisation. La reconnaissance est à mon sens une mise à nu mutuelle, un engagement de sympathie envers autrui, l’établissement d’un dialogue. Quant au jeu de langage, il exprime le caractère non ludique, mais dissimilateur du discours, celui qui camoufle les vérités, qui transforme les personnages en conduits pour une parole éthique. Pour ce qui est de la victimisation, je l’entrevois comme un élément qui empêche les personnages de prendre leur destin en main, qui les empêche de se tourner vers l’avenir. Mais l’originalité de certains personnages me permettra de faire progresser la perspective en explorant l’espace d’une certaine liberté.

Lavoie, 2007, PDF ###

BELZIL, Patricia, « Le rituel de la vie : Cendres de cailloux », Jeu : revue de théâtre, n° 70 (1994), p. 98-104. +++ Article de revue

### Belzil, 1994, PDF ###



Cendres de cailloux (oeuvre)
TitreCendres de cailloux
AuteurDaniel Danis
Parution1992
TriCendres de cailloux
Afficheroui

Outils de la page

complaint