Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Ces spectres agités

Louis Hamelin - Montréal, XYZ éditeur (Coll. Romanichels), 1991, 288 p.

ces_spectres_agites.jpg

« Dorianne dit aimer Vincent. À la vie, à la mort. Elle a signé un pacte avec lui. Et pourtant, on la rencontre toujours au petit matin, une bouteille de rouge à la main. Titubant, caracolant, elle s’obstine à hanter le territoire de la nuit au bras d’inconnus qui pourraient, en tout temps, l’entraîner dans les sombres venelles. Elle n’en a cure. Elle continue de plus belle, jusqu’à ce que spectrale, elle voie poindre le jour. Alors, elle peut s’éteindre et sombrer dans un profond sommeil qui ressemble à la catatonie. Qui est donc cette Dorianne qui enflamme l’œil torve de tous les lascars qui fréquentent les bars ? Une allumeuse ? Une illusion ? Une pauvre loque dont la sexualité se liquéfie tant le goulot de la bouteille étrangle tout désir en elle ? Et si elle était plus que tout cela ? Quelque chose qui ressemble à un mythe, le souvenir ancien de déesses mortifères à la canine sanguinaire. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

DUQUET, Geneviève, « Du mimétisme au bouc émissaire : présence du mythe de la violence fondatrice dans les romans Pelourinho et Ces spectres agités », mémoire de maîtrise, département des littératures, Université Laval, 1998, 80 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« La théorie de René Girard, de la dynamique du désir mimétique au mécanisme du bouc émissaire, explique le fondement et le fonctionnement des sociétés sur la base de la violence et du sacre. En nous inspirant de ce modèle, et du fait que le système de pensée girardien présente une structure universelle des rapports entre les individus de toute collectivité, nous proposons une lecture mythocritique de deux romans contemporains écrits par des auteurs de cultures a prime abord fort différentes : Ces spectres agités de Louis Hamelin, jeune écrivain québécois, et Pelourinho, de l’auteur guinéen Tierno Monenembo.

Cette analyse permet de dégager, et ensuite de comparer, ce que chacune de ces deux oeuvres contient du mythe de la violence fondatrice. La première, mettant en scène un microsystème forme de quatre personnes, dévoile davantage les jeux du mimétisme, alors que la seconde décrit surtout les phénomènes de crise et de vengeance épidémique régnant au sein d’une collectivité entière. Même en privilégiant des stades distincts du rouage qui mène a la mort d’une victime émissaire, les deux auteurs se rejoignent dans l’effet catharisque qu’ils attribuent au sacrifice. Cette inscription commune des traces du mythe de la violence fondatrice dans deux oeuvres apparemment sans lien s’explique par un phénomène croissant de démystification et de désacralisation, qui révèle a l’individu son orgueil et sa violence. » (Résumé joint au mémoire)

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

BOIVIN, Aurélien et Cécile DUBÉ, « Les romanciers de la désespérance », dans Québec français, no 89 (printemps 1993), p. 97-99. +++ Article de revue

###

###

BREUX, Sandra, « Ces spectres agités (Louis Hamelin, 1991) », dans Cahiers de géographie du Québec, vol. 52, no 147 (décembre 2008), p. 471-487. +++ Article de revue

### « L’objectif de cet article est de montrer dans quelle mesure la géographie et la littérature sont deux disciplines complémentaires. L’analyse géocritique permet d’ailleurs la réalisation d’une telle complémentarité. À partir de l’analyse du roman de Louis Hamelin intitulé Ces spectres agités (1991), l’apport de la géocritique à la compréhension de l’espace sous toutes ses formes, tant en littérature qu’en géographie est mis en évidence. » (Résumé joint à l’article)

OUELLET François et François PARÉ, Louis Hamelin et ses doubles, Québec, Nota bene (coll. « Essais critiques »), 2008, 262 p. +++ Monographie

### « Louis Hamelin et ses doubles se donne à lire à plusieurs niveaux: Hamelin et ses personnages, le héros et ses alter ego, le romancier et ses lecteurs. Doubles encore sont les lectures croisées possibles, et multiples sont les traversées, puisqu’elles partagent les sujets abordés et les relancent dans un effet de miroir mais chaque fois déformant - l’angle du regard change, les signes acquièrent de nouvelles formes de savoir. Les romans et le recueil de nouvelles Sauvages forment divers moments d’une oeuvre qui se construit, qui cherche à élaborer sa propre durée à travers un ensemble de discours fondamentaux qui sont continuellement réactualisés à partir de la perspective des principaux personnages. François Ouellet et François Paré, avec leurs propres préoccupations d’essayistes, se sont ici attardés à ces discours en alternant essais et échanges de lettres. Ils mettent ainsi en valeur une oeuvre qui tient une des premières places au sein de la génération qui fait son entrée sur la scène littéraire au tournant des années 1990. Ils mettent en lumière une écriture majeure portée par un souffle et une vigueur infatigables, et un discours dense et d’une rare richesse polysémique. » (Quatrième de couverture)

Voir plus particulièrement la section portant sur Ces spectres agités, p. 47-69. ###



Ces spectres agités (oeuvre)
TitreCes spectres agités
AuteurLouis Hamelin
Parution1991
TriCes spectres agités
Afficheroui

Outils de la page

complaint