Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Christian Oster - ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

MURA-BRUNEL, Aline (dir.), Christian Oster et Cie : retour du romanesque, Amsterdam / New York, Rodopi, (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 45), 2006, 139 p. +++ Collectif

###Table des matières : 
« L’air de rien, ou la suspension de la langue dans le minimalisme en général et chez Christian Oster en particulier » / Johan Faerber.*
« Loin d’Odile, c’est fini ou l’amour impossible » /  Beryl Schlossman.*
« ″Mais au diable la peinture sociale″ : les objets quotidiens dans quelques romans de Christian Oster » / Florence Bouchy.*
« Constellation d’objets dans quelques romans de Christian Oster » / Christine Jerusalem.*
 « Utilisation des poncifs romanesques dans l’œuvre de Christian Oster : l’exemple du départ » / Nadine Laporte.*
« Entretien avec Christian Oster » / Françoise Auger.
 « Mon côté gauche » / Christian Oster.
* Références disponibles sur auteurs.contemporain.info * Oster et Cie, Mura-Brunel, 2006, html ###

FAERBER, Johan, « L’air de rien, ou la suspension de la langue dans le minimalisme en général et chez Christian Oster en particulier », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Christian Oster et Cie : retour du romanesque, Amsterdam / New York, Rodopi, (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 45), 2006, p. 65-76. +++ Chapitre de collectif

### * Oster et Cie, Mura-Brunel, 2006, html ###

BOUCHY, Florence, « ″Mais au diable la peinture sociale″ : les objets quotidiens dans quelques romans de Christian Oster », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Christian Oster et Cie : retour du romanesque, Amsterdam / New York, Rodopi, (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 45), 2006, p. 83-92. +++ Chapitre de collectif

### * Oster et Cie, Mura-Brunel, 2006, html ###

GELS, Andreas, « Figures de mouvement dans quelques romans de Christian Oster », dans Bruno BLANCKEMAN, Aline MURA-BRUNEL et Marc DAMBRE (dir.), Le roman français au tournant du XXIe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 407-412. +++ Chapitre de collectif

### * Figures de mouvement ###

MOUGIN, Pascal, « Au diable la peinture sociale ! : généalogie, enjeux et limites d’une position de principe. A partir des romans de Christian Oster », dans Michel COLLOMB (dir.), L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980. Actes du colloque de février 2004, Montpellier, Publications de l’Université Paul Valéry - Montpellier III, 2005, p. 227-238. +++ Monographie

LEBRUN, Jean-Claude, « À propos de Christian Oster », postface dans Christian OSTER, Loin d’Odile, Paris, Minuit, 2001 (1996), p. 130-141. +++ Autre

HOUPPERMANS, Sjef, « Le désir à l’épreuve de Samuel Beckett à Christian Oster », dans Samuel Beckett & compagnie, Amsterdam / New York, Rodopi, (Faux Titre, 235), 2003, p. 129-140. +++ Monographie

### * Le désir à l'épreuve ###

JERUSALEM, Christine, « Constellation d’objets dans quelques romans de Christian Oster », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Christian Oster et Cie : retour du romanesque, Amsterdam / New York, Rodopi, (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 45), 2006, p. 93-104. +++ Chapitre de collectif

### * Oster et Cie, Mura-Brunel, 2006, html ###

LAPORTE, Nadine, « Utilisation des poncifs romanesques dans l’œuvre de Christian Oster : l’exemple du départ », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Christian Oster et Cie : retour du romanesque, Amsterdam / New York, Rodopi, (CRIN - Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature française, 45), 2006, p. 105-124. +++ Chapitre de collectif

### * Oster et Cie, Mura-Brunel, 2006, html ###

SCHULMAN, Peter, « Christian Oster : Flight, disappearance and the modern bachelor », Francofonia, no 55 (automne 2008), p. 33-47. +++ Article de revue

###« Le célibataire français tel qu’il est conçu dans la littérature de l’extrême contemporain est-il comparable à celui qu’Howard Chudacoff décrit en tant qu’“éléphant à la dérive” dont le va-et-vient ressemble à celui d’“un fantôme silencieux”? Dans les romans de Christian Oster, par exemple, le célibataire est, en effet, un être quasi-fantômatique qui est souvent en train de fuir la société ou de s’en isoler, se permettant parfois de se soustraire à la vie quotidienne dite “normale”. Mais que fuit-il exactement? Au XIXe siècle, de célèbres célibataires fuyaient toutes sortes de normes ou de structures qu’ils détestaient. Le célibataire d’Oster, cependant, réussit à se glisser dans des situations et des relations intéressantes de façon passive et sans trop réfléchir. En fait, Oster crée un nouveau type de célibataire littéraire capable de se définir à travers ses propres normes, souvent par hasard, mais toujours d’une manière qui le rend plus sage. » (résumé joint à l’article)###

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « Christian Oster : From Courtly Love to Modern Malaise », SubStance, vol. 35, no 3 (2006), p. 23-34. +++ Article de revue

### * Hippolyte, 2006, html ###

VAN NELSON, Alina, « Le désœuvrement dans la littérature française contemporaine », thèse de doctorat, department French and Italian, University of Colorado at Boulder, 2009, 270 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Le but de cet essai est d’explorer thématiquement comment ces suppositions théoriques se déploient au niveau de la pratique d’écriture dans le cas de cinq auteurs contemporains : Christian Oster, Eric Laurrent, Christian Gailly, Marie Redonnet et Lydie Salvayre. Il est mon propos de montrer que tous ces écrivains sont préoccupés par ce fantôme de la mort, du dehors, du vide, du désœuvrement, mais aussi que cette thématique est strictement reliée à la problématique de la littérature, à l’expérience de l’écriture. Chacun des univers romanesques étudiés déploie sans doute des thèmes et stratégies diverses pour ce faire, mais ce qui les réunit est une constante réflexion sur ce que la littérature, la parole, le livre signifient de nos jours. L’introduction explore les contextes où la notion de désœuvrement s’insère dans deux livres de Blanchot, L’espace littéraireet Le livre à venir, tout aussi bien que dans son article “La littérature et le droit à la mort”. L’étude de ces occurrences me sert de points de repère dans mon approche des cinq auteurs choisis. Un chapitre est consacré à chaque écrivain, où j’essaie de m’approprier leur espace romanesque par le biais du désœuvrement, dans le but de montrer comment la réflexion sur la littérature est inséparable de l’idée de mort, de vide, dans chacun de ces cinq univers romanesques. » (extrait du résumé joint à la thèse) ###

ASHOLT, Wolfgang, « Die Minimalisten : Patrick Deville-Christian Oster », dans Der Französische Roman der Achtziger Jahre, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994, p. 49-59. +++ Monographie

REIG, Christophe, « Les Qui perd gagne de Christian Oster », dans Murielle Lucie CLÉMENT (dir.), Le Malaise existentiel dans le roman français de l’extrême contemporain, Sarrebruck, Editions Universitaires Européennes, 2011, p. 57-70. +++ Chapitre de collectif

###« Les narrateurs de Christian Oster connaissent bien ces tiraillements voire ces déraillements de l’existence, ces fuites (de soi) et ces “ratages” des autres qu’accompagnent une forme de déréalisation permanente, une ironie qui mine tout. On tente de bien de s’amarrer au monde, aux us et coutumes, à la logique dépressurisée, aux aspérités des plus petites choses, et pourtant l’on est déjà perdu. On crie à l’aide et l’on y croit (ou l’on fait semblant). C’est que la machine fantasmatique et romanesque est quand même initialisée. Itinéraires rendus aléatoires par des rencontres fortuites ou des pertes d’objets (Dans le train, Mon grand appartement), Oster fait du malaise existentiel typique de l’extrême contemporain une stratégie d’écriture. » ###

BARRÈRE, Anne, et Danilo MARTUCCELLI, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Le regard sociologique), 2009, 373 p. +++ Monographie

###« La compréhension du monde contemporain ne peut pas se faire en tournant le dos à la production artistique de son époque. Mais alors qu’au XIXe siècle, le roman réaliste et la sociologie naissante se sont naturellement inspirés, la conversation entre sciences sociales et littérature s’est progressivement brouillée et affaiblie. Ce processus est même devenu extrême en France, où une critique, inlassablement reprise depuis des années, a décrété la production romanesque actuelle comme désocialisée, insignifiante et enfermée dans les arcanes du moi.

Ce livre est animé par une toute autre conviction, celle que certaines œuvres recèlent, à condition de bien savoir les lire, des sources majeures pour la compréhension de notre époque. En s’appuyant sur l’analyse de 200 romans, signés par 20 écrivains français contemporains, tous vivants et en pleine activité, il permet de comprendre comment le roman reste une source privilégiée de connaissance et d’imagination pour les sciences sociales.

###

SAUGUES, Sylviane, « Quand l’écriture du bonheur se lit dans le bonheur de l’écriture : les romans de Christian Oster ou la jubilation du désenchantement », dans Ruth AMAR (dir.), L’écriture du bonheur dans le roman contemporain, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 151-164. +++ Chapitre de collectif

###« Thème philosophique aussi bien que poétique, sociologique et psychologique, le bonheur s’édifie à la mesure de chacun. “N’est-il pas vrai que, nous autres hommes, nous désirons tous être heureux ?” (Platon). Or dans notre monde actuel dominé par la technique, la recherche à outrance du productif et de l’efficacité, qu’en est-il du bonheur ? Est-il encore présent aux écritures romanesques contemporaines ? Sous quelles formes se présenterait sa recherche ? Ce “devoir de bonheur propre à la deuxième moitié du XXe siècle” dont parle Pascal Bruckner, continue-t-il toujours à être d’actualité ? S’est-il renforcé ou, au contraire, s’est-il affaibli?

Le projet d’un questionnement du bonheur dans le roman contemporain comportait de gros risques, mais il offrait en même temps des possibilités stimulantes. A la suite du colloque international organisé à l’université de Haïfa en mai 2010, les textes réunis dans ce livre, cherchent à élaborer des éléments de réponse à ces questions. Le volume offre un état des lieux du bonheur dans le roman depuis 1980 et présente une large diversité d’approches, de définitions, d’interrogations sur l’écriture du bonheur sur trois décennies.

Le recueil s’articule autour d’axes qui ont servi de base aux différentes approches du bonheur en Europe et d’événements historiques et sociaux qui ont pu influencer l’écriture du bonheur aux différentes périodes du XXe et XXe siècles, telles que l’Holocauste, la dystopie en Russie, le postmodernisme et le consumérisme, le quotidien, les différents paradoxes du bonheur, les nouveaux modes de vie.

Nouvelle écriture du bonheur? Du moins, ce volume vise-t-il le contemporain sans figer les œuvres, tout en tenant compte des fluctuations du sujet, de sa diversité, de ses paradoxes surtout, tout en conservant la lecture précise des textes et en respectant la particularité de l’écriture des auteurs traités. » ###

BELLATORRE, Andre et SAUGUES, Sylviane. L’aventure narrative. Lecture à deux voix des romans de Christian Oster, Paris, Hermann, 2013, 240 p. +++ Monographie

### Résumé
L’œuvre de Christian Oster occupe une place singulière dans le paysage du roman contemporain. Nous nous sommes essayés ici à rendre compte du caractère inattendu de cette entreprise romanesque. L’écriture d’Oster possède quelque chose de « déplacé » au sens où elle privilégie le déplacement sous toutes ses formes et invite le lecteur hors des sentiers battus. La fiction ostérienne explore, il est vrai, des territoires géographiques peu exotiques mais se caractérise par une étonnante et souvent hilarante étrangeté. Le romancier y met certains aspects majeurs de notre époque paradoxalement à distance par une approche microscopique des choses, un sens minutieux du détail. Son œuvre aventureuse tente le pari risqué d’un narrateur récurrent, toujours le même et tout à fait autre, qui témoigne, dans ses égarements mélancoliques et burlesques, de la difficulté d’être. Cette suite romanesque placée sous le signe de la surprise donne à voir, dans tous ses états, une écriture de l’imprévu tour à tour excentrique, précieuse et humoristique, qui ré-enchante le roman contemporain.

Compte-rendu
http://www.fabula.org/acta/document8908.php ###

GUILLOIS, Raphaëlle, « Percevoir et penser le monde. La cognition en question chez les personnages-narrateurs de Christian Oster », dans temps zéro, nº 9 (2015)[en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
Les personnages-narrateurs de Christian Oster, malgré leur apparente drôlerie, perturbent nos repères. En effet, leurs perceptions partielles et désordonnées du réel, de même que leurs multiples interprétations subjectives,laissent place à une certaine part d’inintelligibilité cognitive. Partant de la représentation concrète de la cognition dans trois romans d’Oster, soit L’imprévu (2005), Sur la dune (2007) et Dans la cathédrale (2010), nous tenterons donc de déterminer la spécificité de la conception de la cognition que ces personnages véhiculent. Nous verrons que les romans ostériens supposent une conception remaniée de la cognition où celle-ci déstructure le monde plus qu’elle ne le structure.

Abstract
Despite their apparent drolerie, Christian Oster’s character-narrators unsettle our points of reference. In fact, their partial and confused perception of reality, in much the same way as their multiple subjective interpretations, give way to a certain cognitive unintelligibility. Beginning with the concrete representation of cognition in three of Oster’s novels L’imprévu (2005), Sur la dune (2007), Dans la cathédrale (2010), we will attempt to determine the specificity of the concept of cognition mobilized through these characters. We shall see that Oster’s novels assume a retooled conception of cognition in which the latter destructures the world more than structuring it.

Guillois, 2015, HTML###

BARJOLLE, Mathilde et BARJOLLE, Éric, « Christian Oster », dans Le français aujourd’hui, nº 139 (2002)[en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article s’intéresse aux romans jeunesse de Christian Oster.

http://www.cairn.info/revue-le-francais-aujourd-hui-2002-4-page-107.htm.###

GUILLOIS, Raphaëlle, « En périphérie de l’intelligible : cognition, action et affects chez les personnages-narrateurs de Christian Oster », mémoire de maîtrise, département des Arts et lettres, Université du Québec à Chicoutimi, 2013, 108 p. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Ce mémoire de maîtrise porte sur les romans L’imprévu, Sur la dune et Dans la cathédrale de Christian Oster. Il s’intéresse plus spécifiquement à la relative inintelligibilité cognitive, actionnelle et affective des personnages-narrateurs ostériens qui, malgré leur apparente banalité et leur caractère ludique, bouleversent nos repères. Dans cette optique, notre projet consiste à saisir les manifestations discursives et narratives de leur décalage, ainsi que les enjeux conceptuels qui y sont liés. Nous cherchons essentiellement à démontrer en quoi ces personnages s’éloignent des conceptions plus traditionnelles du personnage, de l’action et du récit, et de ce fait, contribuent au renouvellement de nos façons de raconter. » (extrait du résumé joint au mémoire)

http://constellation.uqac.ca/2697/###



Christian Oster - ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreChristian Oster - ensemble de l'oeuvre
AuteurChristian Oster
Parution9999
TriChristian Oster - ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint