Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer

Dany Laferrière, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, Montréal, VLB, 1985, 155 p.

« Première oeuvre d’un jeune auteur d’origine haïtienne, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer est toujours d’actualité dix-sept ans après sa parution. Entre-temps, le roman est devenu un classique de la littérature québécoise et Dany Laferrière a été reconnu comme un écrivain majeur de la littérature d’expression française. Acclamé par une critique unanime et un public enthousiaste, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer a connu un succès retentissant dans plusieurs pays, notamment dans le monde anglophone où l’on a comparé son auteur à Bukowski et à Miller. »
(Quatrième de couverture de la réédition)

Documentation critique

THIBEAULT, Jimmy, « “Je suis un individu” : le projet d’individualité dans l’œuvre romanesque de Dany Laferrière », Voix et Images: Littérature Québécoise, n° 107 (hiver 2011), p. 25-40. +++ Article de revue

### Résumé
Dans Le cri des oiseaux fous de Dany Laferrière, le narrateur affirme sans honte son individualisme, se réclamant du droit d’exister comme il est et où il est, et ce, indépendamment de ses origines, de sa race et de sa nationalité. Ce discours, Laferrière le reprend pour lui-même — notamment dans J’écris comme je vis — en revendiquant son refus de toute étiquette qu’on serait tenté de lui accoler afin de définir son oeuvre. Cette individualité que proclame le narrateur correspond au projet identitaire qu’on retrouve dans l’ensemble de l’oeuvre. Le présent article propose d’étudier comment, de Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer à L’énigme du retour, ce projet d’individualité prend forme et se réalise à travers le regard d’un soi qui invente constamment le monde qu’il habite.

Abstract
“I am an Individual” :The Project of Individuality in the Novels of Dany Laferrière
In Dany Laferrière’s Le cri des oiseaux fous, the narrator shows no compunction in asserting his individualism, claiming the right to exist as he is and where he is, regardless of origin, race or nationality. Laferrière takes up this discourse on his own behalf—particularly in J’écris comme je vis—in asserting his refusal of any label that one might be tempted to use in defining his work. The individuality proclaimed by the narrator is connected with the quest for identity that appears throughout Laferrière’s work. This article attempts to show how the project of individuality takes form, from Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer to L’énigme du retour, and how it is carried out under the gaze of an I that constantly invents the world it inhabits.

Thibeault, 2011, PDF ###

LAMONTAGNE, André, « On ne naît pas Nègre, on le devient : la représentation de l’Autre dans Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière », Quebec Studies, n° 23 (printemps-été 1997), p. 29-42. +++ Article de revue

###« Nous proposons ici une étude de la représentation de l’autre dans le premier de Dany Laferrière, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer. Non pas l’Autre tel que le définit Jacques Lacan – ce qui constituerait par ailleurs un objet intéressant pour une psycho-lecture, mais plutôt les atttributs de la différence tels que le sujet de l’énonciation les conçoit dans une dynamique de “l’identitaire, c’est-à-dire l’identité considérée comme une construction” (Simon 1991, 9). Plus spécifiquement, nous analyserons les modalités de la relation entre le moi et l’autre en fonction de cinq paramètres établis de façon explicite par le roman de Laferrière : l’autoreprésentation, le regard d’autrui, la représentation de l’autre, l’écriture noire et le travail intertextuel, qui peut se définir comme citation des mots des autres. Une entrevue que nous avons réalisée avec l’auteur viendra étayer l’argumentation. » ###

DUBOIS, Christian, « La raison des passions : les discours de l’identité dans quatre romans d’auteurs immigrants au Québec », mémoire de maîtrise, département de littérature canadienne-française, Université Laval, 2002, 147 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Ce mémoire fait l’analyse du thème de l’identité dans quatre romans d’auteurs immigrés au Québec : La Québécoite de Régine Robin, Les lettres chinoises de Ying Chen, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière et Le pavillon des miroirs  de Sergio Kokis. Situant sa démarche dans le sillage des recherches portant sur la “littérature migrante”, il emploie la méthode sociocritique pour saisir son objet. L’analyse des oeuvres du corpus permet de dégager la présence de cinq “discours de l’identité” distincts – la famille, l’autre sexe, l’ethnicité, la langue et la modernité, respectivement – tous construits autour d’oppositions sémantiques. Il en ressort que la vision “migrante” de l’identité tend à rejeter les identités collectives, ce qui la place en opposition avec certaines formes de nationalisme caractéristiques de la modernité. Il s’avère également que l’identité des individus est doublement ancrée : d’une part dans leur affectivité et, d’autre part, dans leur intellect. En ce sens, il faut concevoir l’identité comme l’application de la raison à la compréhension des passions. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

BRISEBOIS, Sophie, « Dany Laferrière : parcours d’une écriture », mémoire de maîtrise, département des études littéraires, Université du Québec à Montréal, 1998, 119 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Placé d’entrée de jeu sous le signe du parcours, ce mémoire suit le mouvement d’une écriture voyageuse : celle de Dany Laferrière. Voyageuse, non seulement parce qu’elle fait intervenir des signes appartenant à des univers culturels hétérogènes, mais aussi parce qu’elle fluctue suivant la position géographique qu’occupe le narrateur, un romancier d’origine haïtienne. Écrire en Amérique du Nord, en Haïti, ou encore dans cet espace fantasmatique que nous nommerons l’“entre-deux-langues”, ne commande pas les mêmes stratégies narratives ni ne suscite les mêmes préoccupations chez l’écrivain.

De Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer (1985) à Pays sans chapeau (1996), l’identité du narrateur évolue de concert avec l’expression littéraire de Laferrière. Plus qu’une simple coïncidence, cette double progression s’effectue dans un rapport de causalité, car au fur et à mesure que l’auteur investit son travail romanesque d’une sensibilité créole, l’histoire personnelle du personnage se précise. Le premier chapitre fait office d’introduction au corpus et circonscrit les stades de l’évolution qui s’y profile.

La seconde partie du travail porte sur les conditions du migrant haïtien en Amérique du Nord. Bien que des préoccupations d’ordre matériel amènent le protagoniste à prendre la plume, des motivations plus profondes se trouvent à l’origine de son projet. En effet, dans les romans de l’“arrivée en ville”, il existe un rapport d’équivalence entre le fait de devenir écrivain et celui de devenir quelqu’un. Par la voie de la création, le sujet s’emploie à reconquérir la dignité que lui a fait perdre le regard déshumanisant de l’Autre.

La traversée des frontières linguistiques s’avère un enjeu capital de l’expérience migratoire. Le troisième chapitre questionne l’espace marginal qu’occupe la langue vernaculaire qui apparaît, dans les romans de Laferrière, comme objet du discours et non comme pratique discursive : le narrateur ne parle pas créole, mais parle ducréole. Nous examinerons, par le fait même, son problème de lectorat et les débats que suscite la créolisation littéraire.

En dernière analyse, nous verrons dans quelle mesure le discours pictural primitif traverse Pays sans chapeauet comment les emprunts aux techniques de l’art naïf font de ce roman un tableau scripturaire et inédit de la société haïtienne.  Ce rapport de filiation artistique, dans lequel s’inscrit le roman, permettra de saisir le caractère mouvant et ouvert de la créolité qui, comme toute identité culturelle, se trouve en constant devenir. ###

PURDY, Anthony, « Altérité, authenticité, universalité : Dany Laferrière et Régine Robin », Dalhousie French Studies, vol. 23 (automne-hiver 1992), p. 51-59. +++ Article de revue

###« Les années 80 ont vu, au Québec, une prolifération de textes littéraires qui explorent, sinon la négritude, du moins certains aspects de la problématique qui s’y associe et que je viens d’esquisser : problématique de l’altérité, de l’authenticité, de l’universalité, selon laquelle l’identité culturelle du groupe minoritaire ou dominé se construit souvent au prix d’une aliénation radicale. Les remarques qui suivent ont pour but de mettre en évidence deux variantes – très différentes l’une de l’autre – de ce dispositif général et d’émettre à leur égard un certain nombre d’hypothèses. Les romans dont il sera question ici sont La Québécoitede Régine Robin et Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer »###

BENALIL, Mounia, « La carnavalisation de la prose narrative francophone (post)moderne (Québec-Maghreb) », thèse de doctorat, Department of French, Hispanic and Italian Studies, University of British Colombia, 2003, 361 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« This study deals with the deconstruction of the representation of the Orient in the francophone contemporary novel and short story. It shows how francophone literary texts mirror carnivalesque praxis in their representation of the Orient. I adopt a comparative approach to examine how writers as various as Marie José Thériault and Dany Laferrière from Québec, Assia Djebar and Abdelhak Serhane from the Maghreb inscribe their perception of the Orient as both the Other and the Same. I postulate that a carnivalesque reading of a selected body of novels by these writers can provide an appropriate means of systematizing a whole neo-orientalist and counter-neo-orientalist mouvement in the literatures of the francophone world.From the theoretical point of view, I demonstrate how the concepts of the carnivalesque and the dialogic, developed by Mikhaïl Bakhtine, allow for a post-colonial and a post-modern reading of the francophone novel in its multi-faceted and contradictory textualities of the Orient. First, I compare orientalist practice in a novel and two collections of short stories by Thériault, Les demoiselles de Numidie (1984), L’envoleur de chevaux (1986) and Portraits d’Elsa (1990) to a novel by Laferrière,Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer (1985). For Thériault, orientalizing the chronotope of creation goes along with the fantastic articulation of a feminist project. For Laferrière, the orientalist re-invention of Islam through the aesthetic of the kitsch offers a possibility of questioning the stereotypes about Negroes in the Quebec of the 1980. Second, I compare a novel by Djebar, L’amour, la fantasia (1992) to a novel by Serhane, Le soleil des obscurs (1992). The polyphony at work in the novel of Djebar is intended to bring the Arab woman on the scene of History during colonized Algeria. Serhane relies on the body’s corporeality to subvert the ostracizing structures of the Moroccan tradition. For both writers, resistance to orientalism (as counter-orientalism) is located deconstructively within a project of historical recuperation of the transformational process of identity.Finally, this work shows how, despite the limitations of Bakhtine’s theory, the critical function of the carnival brings basic affinities between francophone writers allowing for a reading of a wide range of orientalist practices not only in the literatures of Québec and the Maghreb, but also in the literatures of the afro-caribbean world and beyond. In the unresolvable debates on identity and alterity, the francophone contemporay novel takes on a carnivalesque move by showing the interactions of the myriad forms of cultural display, the material exigencies of reading and the political implications of criticism. » ###

SIMON, Sherry, « La culture en question », dans Lise GAUVIN et Franca MARCATO-FALZONI (dir.), L’âge de la prose. Romans et récits québécois des années 80, Rome / Montréal, Bulzoni / VLB, 1992, p. 51-65. +++ Chapitre de collectif

COLEMAN, Daniel, « Masculine Migrations : Reading the Postcolonial Male in “New Canadian” Narratives », thèse de doctorat, Departement of English, University of Alberta, 1995, 353 p. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Masculine Migrations argues that assumed gender practices are often troubled when a person migrates from one culture to another, so migrant narratives offer an opportunity to examine commonly hidden masculine codes at a time when they are under transition and reevaluation. Drawing on social constructionist theories of gender and sexuality, as well as the insights of postcolonial and Canadian multicultural studies, this work dismantles the conventional male/female gender binary by examining masculinities in a diversified field of social relations, which includes considerations of ethnicity, race, class, inherited colonial history, transcultural migration, and contemporary postcolonial politics. The dissertation considers how the cultural disruptions in contemporary narratives by male Canadian authors of non-European descent intensify the struggles between social constraints and innovative practices in representations of migrant masculinities.

In delineating the historical, cultural, economic, and political structures that constrain these masculinities, Masculine Migrations seeks not only to expose illusions of masculine self-sufficiency and plenitude, but also to observe how different masculinities have various relations to social power. Chapter One shows how the codes that exclude non-white immigrants from the centres of financial power in Toronto simultaneously call forth and condemn the protagonist’s struggle for social status in two stories from Austin Clarke’s collection, Nine Men Who Laughed. Chapter Two demonstrates how th  historical and continuing commodification of black men’s sexuality in North America limits the liberatory potential in Dany Laferrière’s parody How to Make Love to a Negro, threatening to recuperate it back into demeaning discourses of racialized sexuality. Chapters Three and Four examine Neil Bissoondath’s A Casual Brutalityand Michael Ondaatje’s Running in the Familyrespectively, while Chapter Five focuses on Rohinton Mistry’s Such a Long Journeyand Ven Begamudre’s Van de Graaff Days. These three chapters show how traumatic histories of colonial and postcolonial migration work intimately in family structures to challenge and displace the conventions of male authority expressed in patrilineal continuity  patriotic loyalty, and patriarchal power. By focusing on the historicity of masculinities’ shaping factors, Masculine Migrations emphasizes a kinetic and diversified, rather than static and monological, conception of gender. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

LAMONTAGNE, André, « Intertextualité et altérité : Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière », dans Le roman québécois contemporain. Les voix sous les mots, Montréal, Fides, 2004, p. 155-179. +++ Monographie

###« L’étude que je propose cherche à corréler intertextualité et représentation de l’autre dans le premier roman de Dany Laferrière, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer. Non pas l’Autre tel que le définit Jacques Lacan, mais plutôt les attributs de la différence tels le sujet de l’énonciation les conçoit dans une dynamique de “l’identitaire, c’est-à-dire l’identité considérée comme une construction”. J’analyserai donc la fonction de l’intertextualité dans la constitution identitaire du sujet noir dans ses rapports avec le sujet blanc. Pour saisir la façon dont l’intertextualité détermine les modalités de la relation entre le moi et l’autre, j’ai retenu trois paramètres : l’autoreprésentation, le regard d’autrui et la représentation de l’autre. Une entrevue que j’ai réalisée avec l’auteur viendra étayer l’argumentation. » ###

XAVIER, Subhagnana, « L’Économie du texte migrant : pour une théorie de la littérature migrante française », thèse de doctorat, Department of French and Italian, University of Wisconsin-Madison, 2007, 209 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« This dissertation lays groundwork for the comparative study of French-language texts that derive from the global phenomenon of migration. Central to its argument is the play among multiple connotations of the word “economy,” both as it is commonly understood as a structure of monetary relations and, more importantly, in its broader sense as an “arrangement” or “mode of operating” as it pertains to language and the construction of literary texts. The dissertation weighs the textual strategies that constitute the migrant literary experience against the commercial success of novels by Mehdi Charef ( Le Thé au harem d’Archi Ahmed ), Azouz Begag ( Le Gone du Chaâba ), Dai Sijie ( Balzac et la Petite Tailleuse chinoise), Leïla Sebbar ( Je ne parle pas la langue de mon père), Naïm Kattan ( Adieu Babylone), Régine Robin ( La Québécoite ), Dany Laferrière ( Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer), and Ying Chen ( Les Lettres chinoises ). The dissertation thus explores the poetics of French literature of migration without abstracting these texts from their economic consequences wherever possible.

In its foray into the complex workings of theorization, the dissertation is divided into four chapters that strive to capture the prosaic reality and the wounded poetry, the losses and the gains incurred by a literature of migration. The first chapter examines the history of an idea, the very notion of the migrant subject. By searching for the figure of the migrant in theories of postcolonialism and nationalism that abstract and exclude it, it engages in an against-the-grain reading of two theoretical paradigms. Building on this theoretical exegesis, the next three chapters examine a variety of novels by immigrant authors publishing in France and Quebec, identifying the specific linguistic, cultural, and feminist strategies they use to mobilize a poetics of migrant writing. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest. ###

PABST, Naomi, « Always a Little Different : A Politics of Blackness », thèse de doctorat, Department of Feminist Studies, University of California (Santa Cruz), 2000, 216 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« This dissertation examines literary, filmic, and critical contestations of the cultural and ideological parameters of blackness. Establishing African-American cultural heterogeneity and hybridity as immanent, I demonstrate how narrow, overdetermined constructions of blackness reify deleterious exclusions and hierarchies. I negotiate the “cultural politics of difference” as a disputed socio-political and aesthetic approach to theorizing black collective identity, arguing that a focus on group complexity is neither apolitical nor ahistorical. I suggest that foregrounding, and where necessary forging, connections across and between various spectrums of difference, in combination with more nuanced, compelling articulations of intra-racial alterity, would enable a more inclusive, politically efficacious recasting of black identity. Holding in tension the ways that race, culture, ethnicity, nationality, class, sexuality, and gender are fluid and interactive, I problematize absolutist representations, which serve to homogenize and regulate the sign of blackness. My dissertation is itself a conceptual struggle over and within the sign of blackness, which critically engages other discursive disruptions of fixed, essentialist castings of black culture.

Chapter One intervenes in academic debates about essentialism and the politics of belonging, examining what is explicitly political about the “cultural politics of difference.” Here I also negotiate difference’s discontents. Chapter Two historicizes difference as an approach to conceptualizing blackness and investigates its long-standing antecedents. Chapter Three reflexively juxtaposes the already overlapping discourses of black identity and critical mixed race studies. Chapter Four explores multiple modes of transnational border-crossing and addresses the impact of diasporic movement on converging local and global conceptions of blackness. Throughout the dissertation, I critically engage expressive cultural productions and criticism in my effort to disrupt over-determined categories of belonging and to consider how blackness might be cast as a more complex, user-friendly construct. For circulating discursive artifacts influence cultural ideology and common sense, and can constitute a form of cultural theory. Hence, my dissertation’s multiple trajectories converge in my exegeses of the works of such cultural producers as Frederick Douglass, W. E. B. Du Bois, Jean Toomer, Nella Larsen, Zora Neale Hurston, Audre Lorde, Marion Riggs, and Dany Laferrière. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès deUMI-Proquest. ###

MAYR, Suzette, « Absent Black Women in Dany Laferrière’s How to Make Love to a Negro », Canadian Literature, n° 188 (printemps 2006), p. 31-47. +++ Article de revue

###

Abstract :

In effect, the novel operates in a strange vacuum that disregards elements such as white francophones and black women who “do not fit Laferrière’s plan” (86) to expose and counter the power relations that occur when a black male francophone immigrant decides to get back at white men by fucking white anglophone women. Brand’s feminist analysis of the dearth of representations of authentic, non-conformist, black female sexuality applies very easily to the situation of Vieux the writer, the intellectual and artistic “Black Stud” trying to find a “decent life” (115) rather than continue his role as a strictly sexual organism who will sleep with “girls that no one will take except the blacks and the bums” (115).

Cet article est disponible aux membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest. ###

BENALIL, Mounia, « La carnavalisation du religieux dans la littérature migrante au Québec. L’islamisme de Dany Laferrière », Protée, vol. 35, n° 2 (automne 2007), p. 95-104. +++ Article de revue

### Résumé
Il va sans dire que l’écriture migrante au Québec travaille à la refonte des perspectives de l’identitaire québécois. Chez certains écrivains de l’émigration comme Dany Laferrière, la thématisation du phénomène religieux est une façon de poser la problématique du dialogue intercuturel et des conditions politiques et culturelles de sa réalisation au sein de la société d’accueil. Dans cet article, je me propose d’interroger l’architectonie religieuse de Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguerde Dany Laferrière pour montrer que, si l’auteur se sert de l’islam et du Coran pour réviser la condition des Noirs au Québec, la représentation de cet islam aboutit à un dialogue – classiquement – problématique avec l’Orient musulman en tant qu’altérité objective et concrète. Le savoir sur l’islam proposé dans le roman est médiatisé par le kitsch et par le stéréotype qui inscrivent la démarche de l’auteur dans la mouvance d’une esthétique orientaliste québécoise où le rapport à l’Autre reste très limité. Cet Autre ici est le musulman reculé de l’Histoire, l’étranger schizophrène sans repères fixes. L’intervention et la préfabrication de l’islam chez Laferrière aboutit à une sorte d’islamisme (ou d’expérience de l’islam) qui est de l’ordre de la « flottaison ». Si cette tendance est propre au récit de la postmodernité en général, elle demeure problématique dans la conjugaison d’un véritable dialogue avec l’Autre.

Abstract
It goes without saying that the literature of migration in Quebec plays a fundamental role in the construction of identity of the Quebecois subject. For some migrant writers such as Dany Laferrière, the thematization of the religious phenomenon serves as a strategy to help establish an intercultural dialogue, as well as the political conditions of its realisation in the host society. This article aims to question the religious structure of Laferrière’s How to Make Love to a Negro. If the author uses Islam and the Coran in order to revise and assess the black condition in Quebec, the representation of this Islam problematizes in almost a classical way the dialogue with the Islamic Orient as an objective reality. Laferrière’s novel textualizes a type of knowledge about Islam that is largely mediated and governed by the kitsch and the stereotype as aesthetic modalities that inscribe the author’s writing in the orientalist discourse of Quebec literature. It is in the light of this textuality that the relationship to the Muslim Other as the outsider and the shizophrenic at the margins History has to be understood. Laferrière’s prefabricated idea of islamic religion allows for an experience of Islam which does not transcend the levels of “flottaison” and superficiality. If the postmodern discourse is marked by these tendancies, the latter serve as an agent of closure that evacuates all the complexity of the dialogue with the Other.

Benalil, 2007, HTML ###

###« Dans ce travail, j’essaierai de comprendre comment et jusqu’à quel point la parole migrante déployée par Dany Laferrière dans Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, réussit ou échoue à subvertir la cuirasse des lieux communs et des images toutes faites touchant à la représentation de l’Autre qui rendent parfois difficile le dialogue entre les voix venues d’ailleurs et celles de la société d’accueil. » ###

LABRECQUE, Diane, « Dany Laferrière et Sergio Kokis : la redécouverte de l’Amérique », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2001, 100 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Le mythe américain est fantastique machine à faire rêver, autant aujourd’hui qu’au moment de sa création, au début de la colonisation américaine. Ce mythe a été étudié, observé, décortiqué. Il est une expression, une vision, une façon d’être en Amérique.

Cependant, le mythe ne constitue pas la seule façon d’être en Amérique. D’autres visions de ce continent fusent d’un peu partout. Les deux auteurs étudiés dans ce mémoire, Sergio Kokis et Dany Laferrière, proposent leur vision toute personnelle de l’Amérique, souvent bien différente du mythe.

Ce travail tente d’exposer comment cette façon différente de voir l’Amérique permet aux personnages principaux des oeuvres à l’étude, Boris et Vieux, de se libérer de leur complexe d’Oedipe et de s’accomplir en tant qu’être humain. Par le biais de différents travaux de psychanalyse, l’auteur veut démontrer que le mythe américain est un système de valeurs qui maintient les gens dans un état de non-résolution de leur complexe d’Oedipe. Cependant, les personnages principaux des oeuvres du corpus développent leur propre système de valeurs, la position créatrice, qui leur permet de s’explorer en tant qu’individu et de développer leur propre personnalité. La création est un moyen, pour Boris et Vieux, de se découvrir individuellement alors que le mythe tend à un nivelage des différences.

En revanche, bien que les deux systèmes de valeurs soient diamétralement opposés, les théories psychanalytiques viennent démontrer que les mêmes motivations humaines de base provoquent la création de ces deux systèmes.

Bref, pour s’accomplir individuellement, Boris et Vieux, devront renoncer au fantasme collectif qu’est le mythe américain et affronter seuls le monde. Cette libération du mythe leur demandera pourtant un effort immense. Ce qui fait que même s’ils y renoncent, le mythe américain conserve une envergure importante dans ces oeuvres et continuent d’exercer sa fascination sur Boris et Vieux. » ###

XAVIER, Subhagnana, « The Economy of the Migrant Text : Theorizing a French Literature of Migration », thèse de doctorat, College of Letters and Science, The University of Wisconsin - Madison, 2007, 209 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« This dissertation lays groundwork for the comparative study of French-language texts that derive from the global phenomenon of migration. Central to its argument is the play among multiple connotations of the word “economy,” both as it is commonly understood as a structure of monetary relations and, more importantly, in its broader sense as an “arrangement” or “mode of operating” as it pertains to language and the construction of literary texts. The dissertation weighs the textual strategies that constitute the migrant literary experience against the commercial success of novels by Mehdi Charef (Le Thé au haremd’Archi Ahmed), Azouz Begag (Le Gone du Chaâba), Dai Sijie (Balzac et la Petite Tailleuse chinoise), Leïla Sebbar (Je ne parle pas la langue de mon père), Naïm Kattan (Adieu Babylone), Régine Robin (La Québécoite), Dany Laferrière (Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer), and Ying Chen (Les Lettres chinoises). The dissertation thus explores the poetics of French literature of migration without abstracting these texts from their economic consequences wherever possible.

In its foray into the complex workings of theorization, the dissertation is divided into four chapters that strive to capture the prosaic reality and the wounded poetry, the losses and the gains incurred by a literature of migration. The first chapter examines the history of an idea, the very notion of the migrant subject. By searching for the figure of the migrant in theories of postcolonialism and nationalism that abstract and exclude it, it engages in an against-the-grain reading of two theoretical paradigms. Building on this theoretical exegesis, the next three chapters examine a variety of novels by immigrant authors publishing in France and Quebec, identifying the specific linguistic, cultural, and feminist strategies they use to mobilize a poetics of migrant writing. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

SADKOWSKI, Piotr, « L’écrivain “transaméricain” se met en scène québécoise ou Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière », dans Pierre MOREL (dir.), Parcours québécois. Introduction à la littérature du Québec, Kichinev, Cartier, 2007, p. 156-166. +++ Chapitre de collectif

İLDEM, Arzu Etensel, « Dany Laferrière: Noir et blanc à Montréal », Frankofoni, n° 25 (2013), p. 181-188. +++ Article de revue

SCOTT, Corrie, « Une race qui ne sait pas mourir : une analyse de la race dans plusieurs textes littéraires québécois », thèse de doctorat, University of Toronto, 2011, 244 f. +++ Article de revue

### Résumé
Cette thèse présente une étude de la représentation de la race et son rôle dans la formation des discours littéraires et identitaires au Québec. À partir de la phrase célèbre de Félix-Antoine Savard, ‘une race qui ne sait pas mourir’, jusqu’au roman de l’écrivain haïtien Dany Laferrière, Je suis un écrivain japonais, en passant par L’appel de la race de Lionel Groulx, sans oublier les propos sanglants de Michèle Lalonde dans « Speak White » et ceux de Pierre Vallières dans Nègres blancs d’Amérique, la littérature canadienne-française et québécoise est hantée par la question de la race. C’est précisément à cause de la présence persistante, souvent angoissante, du concept que je me propose d’en analyser les modalités discursives et les significations dans des textes écrits à divers moments clés entre 1839 et 2008 : le rapport de Lord Durham (1839); L’appel de la race (1922) de Lionel Groulx; Menaud, maitre-draveur (1937) de Félix-Antoine Savard; Ashini (1960) d’Yves Thériault; « Speak White » (1974) de Michèle Lalonde; Nègres blancs d’Amérique (1972) de Pierre Vallières; Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer (1985) et Je suis un écrivain japonais/ (2008) de Dany Laferrière; et Quatre mille marches (2004) de Ying Chen. Pour ce faire, cette thèse se situe dans un cadre théorique interdisciplinaire qui intègre la théorie critique de la race, le féminisme et la théorie queer.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

SAINT-MARTIN, Lori, « Une oppression peut en cacher une autre : Antiracisme et sexisme dans Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière », Voix et Images: Littérature Québécoise, n° 7 (hiver 2011), p. 53-67. +++ Article de revue

### Résumé
Dans son premier roman, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, Dany Laferrière déploie un discours antiraciste et anticolonialiste rendu possible à la fois par l’effacement narratif des femmes noires et par l’exploitation de stéréotypes sexistes à propos des femmes blanches. Alors qu’il remet en question au moyen de l’intertextualité et de l’ironie, notamment, les stéréotypes touchant le « Nègre », Laferrière reconduit ceux qui touchent la Blanche ; en fait, ce sont ces derniers qui permettent la mise en oeuvre de son discours antiraciste, comme si le racisme justifiait le sexisme. Il en découle une déshumanisation de la femme blanche, un effacement de sa subjectivité qui permet l’affirmation de celle du narrateur. Or, si le racisme est problématique, le sexisme ne l’est pas moins, et il importe de le rappeler.

Abstract
One Oppression Can Hide Another Antiracism and Sexism in Dany Laferrière’s Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer
In his first novel, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, Dany Laferrière deploys an antiracist and anticolonialist discourse made possible both by the narrative erasure of black women and the exploitation of sexist stereotypes concerning white women. While he uses intertextuality and irony, in particular, to question stereotypes concerning “Negroes,” Laferrière renews those that oncern white women; these stereotypes in fact allow him to bring his antiracist discourse into play, as if racism were a justification for sexism. What ensues is the dehumanization of white women and an erasure of their subjectivity that allows the narrator to assert his. We need to remember that while racism is objectionable, so is sexism, and to the same degree.

Saint-Martin, 2011, PDF ###

IRELAND, Susan, « Declining the Stereotype in the Work of Stanley Lloyd Norris, Max Dorsinville, and Dany Laferrière », Québec Studies, n° 39 (printemps-été 2005), p. 55-77. +++ Article de revue

### Ireland, 2005, PDF ###

BRAZIEL, Jana Evans, « Trans-American Constructions of Black Masculinity: Dany Laferrière, le Nègre, and the Late Capitalist American Racial machine-désirante », Callaloo: A Journal of African-American and African Arts and Letters, vol. 26, n° 3 (été 2003), p. 867-900. +++ Article de revue

### Braziel, 2003, HTML###

MIRAGLIA, Anne Marie, « Dany Laferrière, l’identité culturelle et l’intertexte afro-américain », Présence Francophone: Revue Internationale de Langue et de Littérature, n° 54 (2000), p. 121-139. +++ Article de revue

### Porte également sur Cette grenade dans la main du jeune nègre est-elle une bombe ou un fruit? ###

DE SOUZA, Pascale, « Comment écrire un roman sans se fatiguer : stratégies perlocutoires d’un best-seller chez Dany Laferrière », Québec Studies, n° 27 (printemps-été 1999), p. 62-69. +++ Article de revue

### Abstract
Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer was well received by both the Québécois public and literary critics. Four narrative strategies enable Dany Laferrière to ensure this dual success. The mimetic strategy consists of writing an authentic-looking document, the temporal strategy aims at creating the illusion of a “live” writing process, the affective strategy appeals to the reader’s sympathy while the tensorial strategy seeks to maintain suspense throughout the novel. Laferrière applies all four successfully to explore the complexities of a three-faceted identity, torn between the Canadian, Québécois and Haitian poles.

De Sousa, 1999, PDF ###

EKOTTO, Frieda, « Shamelessness as a Creative Mechanism in Jean Genet’s Notre-Dame-des-Fleurs and Dany Laferrière’s Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer », Esprit Créateur, vol. 39, n° 4 (hiver 1999), p. 80-89. +++ Article de revue

### Ekotto, 1999, HTML###

VASSAL, Anne, « Lecture savante ou populaire: Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, de Dany Laferrière », Discours Social/Social Discourse: Analyse du Discours et Sociocritique des Textes/Discourse Analysis and Sociocriticism of Texts, vol. 2, n° 4 (hiver 1989), p. 185-202. +++ Article de revue

RUNGOO, Usha, « “Je est d’autres”: Intermédialité et alterité chez Dany Laferrière et Sergio Kokis », mémoire de maîtrise, Queen’s University, 2010, 147 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer (1985) by Dany Laferriere and L’art du maquillage (1997) by Sergio Kokis, are two novels that are part of what is known as migrant literature in Quebec. Both explore the question of identity and alterity, one from a racial perspective and the other, from an individual and artistic one. If, on the one hand, the presence of otherness within identity refers to the importance of the other for the subject within the diegesis of the novels, on the other hand, it also represents the trace of a discursive other in the writing of the two novels. Hence, this thesis explores the importance of the other through a study of intermedial references to four paintings that prove to be significant for a better understanding of both novels. In Laferrière’s novel, the subject objectifies the other through his perception and his literary creation, and through this process, he objectifies himself. In Kokis’s novel, not only does the subject’s quest to reach the real Other end in failure, but by representing the other in art, he will eventually change the other’s identity. Acting as a theoretical framework for this analysis are Jacques Lacan’s psychoanalytic studies on the relationship between the subject and the other, and Irina O. Rajesky’s and Peter Wagner’s respective theoretical texts on intermediality, with the help of which the links between the paintings and the themes at play in the novels are explored.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

AL-HALOOLM Musa, « In quest of Miranda: Towards a postcolonial semantics of transitive sex », thèse de doctorat, The Pennsylvania State University, 1995, 172 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
By examining three postcolonial novels in a comparative context, the aim of this dissertation is to study the social, political, and philosophical significance of the ways in which the sexual adventures of three young black men with the white women of their former colonizers are depicted. The three novels under study are Mawsim al-Hijra ila al-Shamal (Season of Migration to the North) by the Sudanese Tayeb Salih (1966), The Adventures of Catullus Kelly by the Jamaican Andrew Salkey (1969), and Comment faire l’amour avec un Negre sans se fatiguer (How to Make Love to a Negro) by the Haitian-Quebecois Dany Laferriere (1985). The focus on the adventures of black men with white women has been inspired by two facts: first, in contemporary postcolonial discourse, the color dichotomy is one of the most readily recognizable transpositions of the primordial Prospero-Caliban paradigm, a paradigm in which Miranda becomes the embodiment of a polysemous quest; second, in patriarchal and racially divided societies, the relationship between a black male and a white female has always been the subject of explosive social debates and wild speculation.

By highlighting the discursive continuum between the colonizer’s sexualization of colonial conquests, on the one hand, and the postcolonial character’s response that combines erotic adventure with anticolonial ideology, on the other, my goal is to interrogate the dialectical movement of the colonizer-colonized relationship in a manner somewhat similar to Hegel’s Master-Slave dialectic. While this study takes the spirit of national renewal and political confusion in recently decolonized or neocolonized societies as the driving force behind the fictional adventures of the three postcolonial “Calibans” with the “Mirandas” of the West’s Empire, it does not pretend to offer either an analysis of colonialism, as a historical phenomenon, or a sociological model for future investigations of interracial sexual relations. Rather, it attempts to articulate a strictly localized “postcolonial semantics of transitive sex” as it is manifested in the phallic endeavor by three fictional black men who seek to achieve either political revenge, psychological decolonization, or economic uplift by affirming their sexual prowess with the women of their former colonizers or exploiters.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

BENALIL, Mounia, « La fictionnalisation de la négritude dans Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière : ses au-delàs et ses limites », Studies in Canadian Literature / Études en littérature canadienne, vol. 32, n° 1 (2007), p. 192-211. +++ Article de revue

### Benalil, 2007, HTML ###

MOLINIERM, Pascale, « Autre chose qu’un désir de peau… Le Nègre, la Blanche et le Blanc dans deux romans de Dany Laferrière », dans Elsa DORLIN (dir.), Sexe, Race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France, 2009, p 231-254. +++ Chapitre de collectif

### « À partir de deux romans de Dany Laferrière (Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer et Vers le Sud), Pascale Molinier met au jour l’enchevêtrement du désir hétérosexuel avec la race. Dans ces romans, des jeunes hommes noirs entretiennent des relations sexuelles avec des femmes blanches de la bourgeoisie. L’analyse de Molinier montre en quoi ces relations satisfont le désir des deux partenaires, subvertissant pour chacun·e son propre assujettissement à son rapport de domination : le rapport de genre en ce qui concerne la “Blanche”, le rapport de race pour le “Nègre”. Cette double subversion est polarisée par le même tiers absent, le [homme] “Blanc”, indissociable des fantasmes tant féminins que masculins qui sous-tendent l’excitation de l’aventure sexuelle hétéroraciale. Car, paradoxalement, la relation Nègre-Blanche répond à des “fantasmes qui sont précisément ceux dont les protagonistes aimeraient bien ne pas les avoir parce qu’ils les savent implantés de l’extérieur et qu’ils s’inscrivent au cœur de leur désir leur position de dominé” (p. 235). Ainsi, la femme blanche peut laisser cours à ses fantasmes d’être dominée sexuellement parce que l’homme racisé ne la domine pas socialement, alors que pour l’homme noir, l’excitation que procure la revanche sur l’homme blanc (dont il possède la femme) est une composante essentielle de son fantasme hétéroracial masculin. En dernière conséquence, Molinier montre en quoi l’imbrication de l’hétérosexualité avec la race met au jour le fait qu’“il n’y a de véritable relation sexuelle qu’inégale” (p. 235). »
(Extrait d’un compte rendu de Natalie Benelli dans Nouvelles Questions Féministes) ###

ARENTSEN, Maria Fernanda, « Le rôle - complexe - des stéréotypes dans le discours du narrateur migrant de Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer », Dalhousie French Studies, n° 79 (été 2007), p. 93-110. +++ Article de revue

### Arentsen, 2007, PDF ###

ANDREI, Carmen, « Démythification / démystification identitaire dans Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer de Dany Laferrière », Communication interculturelle et littérature, n°5 (janvier-février-mars 2009), p. 9-14. +++ Article de revue

### Abstract
D. Laferrière’s novel, Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer, represents an extraordinary example of Postmodern writing, focusing on the identity issue from two different points of view: firstly, the alienated black immigrant, arriving in Montréal in 1980 (turned into a sexual object by the young white students belonging to the English upper-classes) and secondly, the identity of the allophone writer experiencing new representation forms and thus arguing both socio-cultural stereotypes and fictional conventions. ###

PRZYCHODZEN, Janusz, De la simplicité comme mode d’emploi : le minimalisme en littérature québécoise, Québec, Presses de l’Université Laval, 2014, 185 p. +++ Monographie

### Présentation de l’éditeur
nscrite dans le paradoxe d’une poétique qui cherche à éviter l’esthétique, la littérature minimaliste reformule le sens de la réalité d’une manière qui oblige à revoir les évidences les mieux établies. Sous l’apparence de la simplicité, cette écriture se démarque par une concision qui, à la place du profond, exerce un effet décisif sur de nombreux aspects de la représentation. La conscience morale qui la nourrit tient à distance la norme juridique et la convention sociale pour laisser le lecteur, en dehors de ces contraintes et de ces illusions, face à la fragilité de la praxis. ###



Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer (oeuvre)
TitreComment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer
AuteurDany Laferrière
Parution1985
TriComment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer
Afficheroui

Outils de la page

complaint