Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Copies conformes

Monique LaRue - Montréal / Paris, Éditions Lacombe / Denoël, 1989, 189 p.

« Comment une jeune femme isolée qui se préoccupe de son enfant et s’interroge sur l’apparente banalité de sa vie se sortira-t-elle d’une équipée où, dans la nuit de San Francisco, elle croise les personnages de Dashiell Hammett transformés en petits faussaires de l’informatique ? À la recherche de disquettes perdues ou volées, une Québécoise est entraînée dans un monde étrange, qui est peut-être le nôtre. Un dédale ensoleillé où les ordinateurs ne cessent de s’interposer entre elle et les Californiens plutôt extravagants qu’elle cherche à rencontrer.

Dans Copies conformes, Monique LaRue mène une intrigue policière avec jubilation et parle avec force de l’amour, de la maternité, de la langue et du sentiment d’appartenance. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

L’HÉRAULT, Pierre, « Enquête sur l’identité : l’instance policière dans Copies conformes, La mauvaise foi et Paye-moi une bouffe, poète ! », dans Tangence, no 38 (décembre 1992), p. 8-23. +++ Article de revue

###« J’avais lu pour le plaisir, au moment de leur parution, c’est-à-dire presque d’affilée, Copies conformes de Monique LaRue, La mauvaise foi de Gérald Tougas et Paye-moi une bouffe, poète ! de Marie-Françoise Taggart. Une deuxième lecture, pour les besoins d’un cours mais non dénuée pour autant de plaisir, transforma en conviction l’impression de la première que la présence de l’instance policière dans les trois romans était plus qu’une coincidence. Ne s’agissait-il pas plutôt d’une conjonction significative à laquelle ne serait pas étranger le caractère emblématique reconnu, par la critique et les distinctions, à ces récits marquant le passage entre les décennies quatre-vingt et quatre-vingt dix ? Le métissage formel, résultat du croisement des romanesques canonique et policier ne signalait-il pas, en effet, au delà des singularités de chaque texte, leur appartenance à une esthétique postmoderne, seule convenable à des récits moins axés sur la recherche de l’identité que sur sa problématisation, qui serait moins une quête de l’identité qu’une enquête sur elle ? » (Extrait, p. 8)

###

GUILLEMETTE, Lucie, « Formes impures dans Copies conformes de Monique LaRue : la jonction du postmodernisme et du féminisme », dans Lucie JOUBERT (dir.), Trajectoires au féminin dans la littérature québécoise (1960-1990), Québec, Nota bene, 2000, p. 87-104. +++ Chapitre de collectif

###« […] L’Amérique, comme traduction imparfaite et en différé du paradis adamique, d’une part, et comme décentrement de l’Europe, d’autre part, s’articule comme une composante imaginaire susceptible de transformer l’Autre féminin. Si la rencontre littéraire du postmodernisme et du féminisme peut s’opérer dans des textes illustrant l’Amérique, il n’en demeure pas moins que les deux discours présentent des différences à certains égards. Le postmodernisme, qui clame la mort du sujet et la dissolution des savoirs homogènes, rappelons-le, est pris en charge par une voix fragmentée et neutre qui prétend ne pas avoir de liens avec un corps sexué. Parallèlement, le féminisme demeure sceptique à l’endroit du discours postmoderne qui, si empressé soit-il d’abolir les oppositions constituées sous le règne de la raison analytique, mine à la base le concept de sujet sexué. Je me propose d’illustrer la tension dialectique actualisée par les discours postmoderne et féministe à partir d’un roman de Monique LaRue. Il s’agit particulièrement de Copies conformes, paru à la fin des années quatre-vingt : un récit qui relate l’histoire d’une Québécoise de passage en Californie. La pensée postmoderne, telle qu’elle est véhiculée dans Copies conformes, articule deux orientations théoriques distinctes, orientations qui elles-mêmes renvoient à un système d’opositions axiologiques : d’une part un postmodernisme négateur dont la vision catastrophée est alimentée surtout par un espace américain modalisé par le règne de l’image et du paraître, et, d’autre part, un postmodernisme optimiste qui projette des images de vie et de recommencement conformes au projet féministe. » (Extrait, p. 91-92) ###

SAINT-GELAIS, Richard, « L’Amérique virtuelle de la science-fiction québécoise », dans Jaap LINTVELT, Richard SAINT-GELAIS, Will M. VERHOEVEN et Catherine RAFFI-BÉROUD (dir.), Roman contemporain et identité culturelle en Amérique du Nord / Contemporary Fiction and Cultural Identity in North America, Québec, Nota bene, 1998, p. 141-153. +++ Chapitre de collectif

###« Plus complexes sont les stratégies de lecture qui voient dans l’Amérique représentée une manière de miroir où un individu ou une communauté cherche, à travers la distanciation, à capter son identité propre. L’échiquier rhétorique n’est pas, dans ce cas, posé au départ, mais bien construit au fil même du discours. Le récit de voyage se fait alors volontiers roman d’apprentissage – même si celui-ci, déroutant parfois, aboutit moins à un savoir assuré qu’à de nouvelles incertitudes, imprévues peut-être. À cet égard, tant La première personne de Pierre Turgeon (1980) que Copies conformes de Monique LaRue (1989) constituent des cas exemplaires. La lecture croisée de ces deux romans ne peut d’ailleurs que relever leurs nombreuses similitudes. » (Extrait) ###

SHERRY, Simon, « Chapitre VI. Les langues antagoniques de la ville », dans Le trafic des langues : traduction et culture dans la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 1994, p. 129-147. +++ Monographie

###« Très préoccupée par le dessin des espaces urbains, la critique a été moins attentive à la pluralité qui s’exprime par les langues. La ville est aussi multiple par les accents divers qui s’ y font entendre. Dans La Québécoite de Régine Robin, Copies conformes de Monique LaRue et Babel, prise deux de Francine Noël, on entend dans le roman de la ville des années quatre-vingt une pluralité des langues. Ces voix disent le désordre et la confusion de la ville cosmopolite ; elles disent la multiplicité des codes qui circulent dans l’espace public et les tensions qui se créent quand ils entrent en contact. Parmi ces romans, autant de définitions du texte plurilingue, autant de stratégies de mise en oeuvre de la pluralité des codes. Le plurilinguisme se présente sous la forme d’une diversité de registres linguistiques, de l’intégration de mots et d’expressions de langue étrangère dans le texte, ou bien sous la forme de ce que Régine Robin définit comme le rapport “fantasmatique” aux langues étrangères. » (Extrait, p. 131-132) ###

CHASSAY, Jean-François, « L’invention d’une ville (Des villes et des fantômes) », dans Simon HAREL (dir.), L’ambiguïté américaine. Le roman québécois face aux États-Unis, Montréal, XYZ éditeur (Théorie et littérature), 1995, p. 167-185. +++ Chapitre de collectif

###« Nous sommes toujours aux prises avec la même question, inénarable ou insoutenable, farce ou tragédie selon le point de vue que l’on adopte, embrassant le large spectre des émotions les plus diverses : qu’est-ce que le réel ? […] C’est sur le plan cognitif d’abord que le roman interroge cette chose étrange qui n’existe(rait) pas (ou si peu) : la réalité. Dans Petites violences de Madeleine Monette et Copies conformes de Monique LaRue, la présence fantomatique de Montréal (qui hante l’esprit) invite à s’interroger sur le statut particulier de la ville, sur la place “réelle” qu’elle occupe dans la pensée des deux narratrices de ces romans, habitant de grandes cités américaines à la fois très proches et très éloignées de celles du Québec. L’incertitude s’installe au coeur de ces deux ouvrages et ne peut se dissocier de Montréal, ville à la fois absente (avalée par la cité américaine) et inévitable (parce que tout dépend d’elle). » (Extrait) ###

IRELAND, Susan, « Monique LaRue’s Copies Conformes : An Original Copie », dans Quebec Studies, no 15 (automne 1992 - hiver 1993), p. 21-30. +++ Article de revue

###« Dans Copies conformes, Monique LaRue se sert des conventions du roman policier pour créer une nouvelle version du Faucon maltais de Dashiell Hammett dans laquelle une mère de famille joue le rôle de détective. Son enquête l’amène à examiner les notions de l’originalité et de la conformité au niveau de l’individu, de la société, et de l’écriture. Elle établit ainsi un parallèle entre la redéfinition de l’identité de la mère au sein de la famille et sa propre réécriture parodique qui conteste le canon de l’intérieur. » (Résumé joint à l’article)

###

DOS REIS, Véra Lucia, « Clés du mensonge, copies de la vérité dans Copies conformes de Monique LaRue », dans Voix et Images, dossier « Monique LaRue », sous la direction de Jean-François CHASSAY et Katherine ROBERTS, vol. 28, no 2 (no 83 - hiver 2003), p. 61-72. +++ Article de revue

###« Le présent article porte sur Copies conformes et s’intéresse à la représentation du réel, à partir de l’analyse des effets de mise en abyme provoqués par la réécriture du livre de Dashiell Hammett, Le faucon maltais. Le texte prend aussi en considération le récit d’énigme comme forme privilégiée de réflexion sur la fiction et sur le rapport entre mensonge et vérité. » (Résumé joint à l’article)

###

CANTY, Daniel, « Le jeu d’imitation dans Copies conformes de Monique LaRue », dans Voix et Images, vol. 21, no 2 (no 62 - hiver 1996), p. 324-336. +++ Article de revue

###« La lecture de Copies conformes de Monique LaRue soulève une série de questions d’ontologie fictionnelle. Elles sont motivées par l’environnement dans lequel évoluent les personnages : San Francisco et ses environs immédiats, envisagés à travers la représentation de la technologie dans le roman comme un foyer de la simulation (Baudrillard) et de l’utopie de la communication (Wiener). La machine de Turing fournit un modèle de la narration et le jeu d’imitation symbolise les interactions des personnages. Leurs dilemmes ontologiques trouvent une solution imaginaire dans les métaphores techniques de Turing. » (Résumé joint à l’article)

###

GOULD, Karen, « Copies conformes : la réécriture québécoise d’un polar américain », dans Études françaises, vol. 29, no 1 (printemps 1993), p. 25-35. +++ Article de revue

###« […] s’il est évident que toute discussion sur l’américanité de la littérature québécoise ne peut se limiter à une simple définition restreinte, la lecture de textes publiés aux États-Unis semble avoir tout de même contribué à la vigueur et à l’originalité de son expression. Dans le cas de Copies conformes de Monique LaRue, l’américanité s’avère doublement présente ; en effet, l’intertexte-clé, qui fonctionne ici comme véritable infratexte ou premier texte, est The Maltese Falcon de Dashiell Hammett, et par ailleurs ce roman originel ainsi que le palimpseste de LaRue se situent tous les deux en Californie, lieu mythique de la postmodernité états-unienne. » (Extrait, p. 26)

###

DION, Robert, « Let’s Talk English Here. Les représentations de l’anglais dans Copies conformes et Volkswagen blues », dans Barbara BUCHENAU et Annette PAATZ (dir.), Do the Americas have a Common Literary History, Francfort / Berlin / Berne / Bruxelles / New York / Oxford / Vienne, Peter Lang (Interamericana), 2002, p. 427-447. +++ Chapitre de collectif

###« Pour les besoins de l’analyse, j’ai retenu deux romans de la décennie 1980 : Copies conformes, de Monique LaRue (1989), et Volkswagen blues, de Jacques Poulin (1984). Ces deux oeuvres ont en commun d’avoir connu un large retentissement et, surtout, de se dérouler aux États-Unis, ce qui justifie l’omniprésence de l’anglais dans la fiction. Représentatifs de la tendance, assez répandue dans les années 1980, à situer l’action en-dehors de l’espace québécois, dans un territoire imaginaire beaucoup plus vaste (par exemple, la Californie d’Une histoire américaine de Jacques Godbout, l’Inde des Silences du corbeau d’Yvon Rivard et le Berlin du Bateau d’Hitler de Pierre Turgeon), les romans de LaRue et de Poulin permettent d’aborder la question de l’hétérolinguisme dans la perspective d’une internationalisation, tout au moins diégétique, de la littérature du Québec depuis vingt ans. Dans ces récits, l’enjeu n’est pas tant de rendre compte de la diversité montréalaise et québécoise, d’une culture de plus en plus composite et multiculturelle, que d’inscrire le Québec francophone dans le grand tout de l’Amérique. » (Extrait) ###

DION, Robert, « La littérature (im)médiate : Copies conformes », dans Le moment critique de la fiction, Québec, Nuit blanche éditeur, 1997, p. 39-59. +++ Chapitre de collectif

###« Le roman de Monique LaRue auquel je m’arrêterai ici, Copies conformes (1989), pose toute une série de problèmes en ce qui concerne l’activité herméneutique - et plus généralement cognitive - prise en charge par la littérature. L’intérêt de ces problèmes provient du fait que ce roman est à la fois un récit à énigme pseudo-policière (“récit d’espionnage” serait sans doute plus juste, puisqu’il est question d’une affaire de piratage informatique qui correspond approximativement à ce qu’Alfred Hitchcock appelait un “MacGuffin”, c’est-à-dire un prétexte - Truffaut, [1966] 1983) et un récit à enjeu proprement littéraire, au sein duquel la lecture et l’analyse du Faucon de Malte de Dashiell Hammett ([1929-1930] 1950) jouent un rôle de premier plan. D’une manière générale, et d’entrée de jeu, on pourrait dire que Copies conformes représente un roman du truchement : truchement surtout littéraire, en l’occurence, puisque la diégèse n’est réellement lisible dans tous ses enjeux qu’à travers le filtre de la fiction que représente le récit de Hammet - tout comme, sur un autre plan, les rapports entre les personnages passent de façon privilégiée par le canal de la littérature. » (Extrait, p. 40) ###

ZAHND, Elizabeth A, « Images of the United States in Contemporary Narratives of Quebec and the Francophone Caribbean », thèse de doctorat, Department of French, University of Illinois at Urbana-Champaign, 1999, 150 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« This dissertation deals with Francophone American prose narratives of the 1980s and 1990s. I consider the various ways in wich writers from Québec and the Caribbean use images of the United States as a vehicle for addressing the problems of cultural identity and alterity in the context of Americas. Specifically, I establish that individual and national identities are negotiated in relation to a dominant United States. Part of my discussion explores how Francophone American novelists alternately choose to abrogate or appropriate of myths of the United States as a means of articulating their own “américanité”.

After an introduction in wich the general problem and historical background are outlined, the firts chapter addresses the role of myths in Volkswagen Blues by Jacques Poulin and Une histoire américaine by Jacques Godbout. I show how both narratives are structured in such a way as to deconstruct utopian images of the United States and revalorize the history and cultural traditions of Québec. Chapter Two explores a quite different approach to New World mythology in Dany Laferrière’s Cette grenade dans la main d’une jeune nègre, est-elle une arme ou un fruit ?, demonstrating how the Caribbean protagonist suffers a crisis in self-image when he appropriates utopian ideology and sets out to achieve the american dream. Chapter Three suggests that Monique LaRue’s establishment of parallel between computer simulation and cultural imitation in Copies conformes allows the author to examine critical questions concerning her own identity and Québec’s cultural autonomy in relation to a dominant United States. » (Résumé joint à la thèse)

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement auprès de UMI - Proquest.###

RICHARD, Chantal, « Le problème du locuteur anglophone dans le roman québécois se déroulant aux États-Unis : du métissage à l’assimilation », dans Robert VIAU (dir.), La création littéraire dans le contexte de l’exiguïté, Beauport (Québec), Publications MNH (Écrits de la francité, no 4), 2000, p. 231-252. +++ Chapitre de collectif

###« Le but de cette analyse transdisciplinaire est double : en premier lieu, je développerai un cadre conceptuel permettant d’appréhender l’aspect psychosocial et idéologique de la langue dans trois romans québécois se déroulant aux États-Unis. Ce sont : Une histoire américaine de Jacques Godbout, Copies conformes de Monique LaRue et La Première Personne de Pierre Turgeon. J’examinerai le concept de l’américanité, ses définitions et sa place dans le roman québécois. L’américanité comme notion littéraire n’est pas forcément ancrée aux États-Unis d’Amérique ; qu’est-ce qui incite donc ces auteurs québécois à situer leurs personnages dans un paysage états-unien ? Je proposerai que le roman québécois qui se déroule aux États-Unis donne une forme littéraire au désir dionysien pour l’aventure, la liberté et les espaces ouverts et que cet aspect contribue de façon importante à la notion de l’américanité dans la littérature contemporaine, étant donné que “[l]'aventure américaine […] paraît se définir en fonction de la tendance dionysienne.” » (Extrait) ###

SCHWERDTNER, Karin, « Entre l’être et l’action: Errances au féminin chez Monique LaRue », dans Voix et images, vol. 32, no 2 (no 95 - hiver 2007), p. 63-75. +++ Article de revue

###« Le présent article, qui s’inspire en partie des théories de l’errance et des réflexions de Chantale Chawaf sur l’écriture du corps et de l’affectivité, examine l’hypothèse selon laquelle Copies conformes (1989) de Monique LaRue prévilégierait les errances répétées d’une mère de famille voyageuse. Les errances la situeraient entre l’être et l’action, hors des assignations liées à la dichotomie féminin / masculin, et indiqueraient plutôt ce que les femmes et les hommes ont en commun. » (Résumé joint à l’article)

###

SCHWERDTNER, Karin, « “Comment être dans un monde postmoderne ?” : une Québécoise en Amérique dans Copies conformes », dans Studies in Canadian Literature / Études en littérature canadienne, vol. 26, no 1 (automne 2001), p. 98-111. +++ Article de revue

###« Dès le titre du roman de Monique LaRue, les notions de copie, d’image, de “la récurrence orbitale des modèles et  […]  [de] la génération simulée des différences” (Baudrillard 1981) se mettent progressivement en relief. Ce sont des notions dites postmodernes qui viennet caractériser l’univers de référence que constitue San Francisco. Elles viennent tout particulièrement décrire les citoyens de cet univers qui sont chacun “ pur écran, pure surface d’absorption et de résorption des réseaux d’influence” (Baudrillard 1987). Dans ce cas, il n’est pas étonnant que la protagoniste-énonciatrice montréalaise (Claire Dubé) se voit confrontée au phénomène du “simulacre” (Baudrillard 1981) depuis son arrivée dans la ville américaine. Au lieu de se conformer toutefois à une norme de simulation, en adoptant peu à peu le mode de vie des Californiens à l’instar d’autres étrangers, Claire choisit une démarche auto-interrogative, en posant implicitement la question suivante. Comment être dans un monde postmoderne ? Autrement dit, comment y assumer une identité authentique ? » (Extrait, p. 98)

###

GUILLEMETTE, Lucie, « Le voyage et ses avatars dans Copies conformes de Monique LaRue : dérive et / ou délire identitaire », dans John LENNOX (dir.), Voyages. Real and Imaginary, Personal and Collective / Réels et imaginaires, personnels et collectifs, Montréal, Association for Canadian Studies / Association d’études canadiennes (Canadian Issues / Thèmes canadiens, vol. 16), 1994, p. 77-87. +++ Chapitre de collectif

OPREA, Denisa-Adriana, « De l’effritement à l’androgyne: L’image du couple dans le roman québécois contemporain au féminin », dans Voix plurielles, vol. 7, no 1 (mai 2010), p. 116-134. +++ Article de revue

### « À travers l’analyse d’un corpus de romans québécois contemporains, nous tentons ici de baliser les éléments d’un parcours qui va de l’effritement à l’androgyne. Cette évolution est symptomatique tant de la remise en question du couple qu’engendre le féminisme radical que du passage du féminisme de la deuxième vague au féminisme de la troisième vague. Les romans que nous avons retenus sont Le sexe des étoiles (1987), de Monique Proulx, Copies conformes (1989), de Monique LaRue et la trilogie Soifs de Marie-Claire Blais. » (Résumé joint à l’article)

DEN TOONDER, Jeanette, « Une littérature nord-américaine de langue française », dans Rachel KILLICK (dir.), Uncertain Relations: Some Configurations of the “Third Space” in Francophone Writings of the Americas and of Europe, Oxford, Peter Lang, 2005, p. 49-62. +++ Chapitre de collectif

GOULD, Karen, « Rewriting ‘America’: Violence, Postmodernity, and Parody in the Fiction of Madeleine Monette, Nicole Brossard, and Monique LaRue », dans Mary Jean GREEN, Karen GOULD, Micheline RICE-MAXIMIN, et al., Postcolonial Subjects: Francophone Women Writers, Minneapolis, University of Minneapolis Press, 1996, p. 186-209. +++ Chapitre de collectif

IRELAND, Susan, « American Stories by Monique LaRue and Jacques Godbout », dans Québec Studies, vol. 20 (printemps-été 1995), p. 47-55. +++ Article de revue

ZUPANCIC, Metka, « L’orphisme réécrit au féminin », dans Ginette ADAMSON et Jean-Marc GOUANVIC (dir.), Francophonie plurielle, Québec, Hurtubise HMH, 1995, p. 51-63. +++ Chapitre de collectif

CHASSAY, Jean-François, « La contrainte américaine: Madeleine Monette et Monique LaRue », dans Benoît MELANÇON et Pierre POPOVIC (dir.), Montréal 1642-1992: Le Grand Passage, Montréal, XYZ, 1994, p. 219-229. +++ Chapitre de collectif

GOULD, Karen, « Refiguring the Mother: Quebec Women Writers in the 80s », dans International Journal of Canadian Studies/Revue Internationale d’Etudes Canadiennes, vol. 6 (automne 1992), p. 113-125. +++ Article de revue

### Cet article traite aussi de La cohorte fictive (1979). ###

FUGÈRE, Diane, « Copies conformes, de Monique LaRue: un dire féminin en exil », mémoire de maîtrise, département de lettres et communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, 1997, 110 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « […] C’est précisément parce que le troisième roman de Monique LaRue est représentatif d’un mouvement d’écriture polarisé par l’hétérogène et, partant, qu’il permet de cerner la mouvance de l’identitaire, tel qu’il s’actualise dans un contexte québécois, que nous avons choisi Copies Conformes comme objet de la présente étude. Paru en 1989, le texte présente un Je féminin qui séjourne en Californie et privilégie les formes discursives du déplacement, de l’exil, de lieux tant référentiels qu’imaginaires. Écrit sous la forme d’une enquête policière, le roman met en scène un personnage qui s’interroge sur son identité à la fois comme amoureuse et mère, bref, comme un être féminin à part entière.

La naissance de ce dire féminin, sous forme d’un discours de pensées théoriquement soumises à aucune censure et qui révèlent la difficulté de cerner le rapport à l’Autre et d’achever la quête identitaire, présente un intérêt majeur pour notre mémoire qui se divise en trois parties. Une première énonce d’abord le contexte théorique de la prise de parole identitaire puis, par la suite, veut montrer comment la figuration sémiotique de l’espace pose l’extraterritorialité comme l’illustration de la dialectique de l’identité et de l’altérité. L’analyse des caractéristiques de l’espace californien et des valeurs sociales qui s’y rattachent, telles que mises en opposition avec celles de l’espace québécois, permettront de comprendre à la fois la fascination exercée par la ville américaine et l’énonciation de l’altérité du personnage féminin. C’est plus particulièrement le parcours labyrinthique, c’est-à-dire l’exploration des obstacles et des dilemmes vécus par l’héroïne et dont les résonances se répercutent dans sa propre conscience, qui sera décrit ici. Je compte démontrer que le sentiment éprouvé par la narratrice à l’effet d’être une étrangère dépasse largement le dépaysement spatial et tient plutôt à sa condition de femme.

C’est ainsi que la deuxième partie vise à examiner les rapports d’inégalité entre les hommes vus comme sujets et les femmes considérées comme des objets. Il sera question des motifs de l’exclusion des femmes de la sphère du public. D’une part, il s’agit d’examiner et de déconstruire le discours androcentrique, largement fondé sur la rationalité et la vérité : une telle démonstration donne lieu à l’examen du discours masculin dans les énoncés des personnages, tels Diran Zarian, Ron O’Doorsey, Alain Vasseur. En fait, c’est le discours social lui-même qui sera mis en relief. D’autre part, l’analyse des paroles et des silences de quelques personnages féminins, plus spécifiquement les récits de paroles de l’Américaine Brigid Q’Doorsey, serviront à illustrer en quoi l’apprentissage et la soumission aux rôles sociaux génèrent, chez certaines femmes, l’isolement, le désespoir et la perte d’identité.

La troisième partie vise à montrer l’intérêt de dépasser une conception dualiste de l’identité et de l’altérité, c’est-à-dire le Soi opposé à l’Autre et la nécessité d’aller vers l’ouverture et l’hétérogène en vue de résoudre une quête identitaire. La narratrice-actrice de Copies Conformes, mise en présence de sa genèse, de sa mémoire, de son expérience de femme et de mère, saura-t-elle réinterpréter les mythes qui l’ont influencée et s’échapper du labyrinthe du discours patriarcal? De fait, cette dernière partie porte sur le dire féminin comme moyen d’être soi-même avec l’autre et d’élaborer une relation dans le respect des libertés et de soi-même. » (Extrait de l’introduction, f. 2-4.)

###

GÉLINAS, Marie-France, « Quête identitaire et américanité: Étude de trois héroïnes en terre états-unienne dans le roman québécois contemporain », mémoire de maîtrise, département de lettres et communication sociale, Université du Québec à Trois-Rivières, 2008, 118 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « À partir de ces trois œuvres romanesques [Copies conformes (1989) de Monique LaRue, Cassiopée (2000) de Michèle Marineau et Les vacances de Rosalie (1990) de Ginette Anfousse], nous allons donc tenter d’illustrer cette manifestation de l’américanité des personnages féminins québécois en terre américaine à travers leur rapport à l’espace (géographique et temporel), au langage (langue anglaise, langage informatique, etc.) et à l’Autre (personnages américains ou autres rencontrés), et de voir comment ces différents facteurs influencent la quête identitaire des héroïnes. Les rapprochements effectués permettront, pensons-nous, de faire ressortir certaines récurrences qui, par la suite, pourront servir de critères d’analyse pour d’autres romans abordant la problématique de l’américanité. Bref, il s’agira de voir comment cette ouverture sur l’autre et sur le monde à travers “la nature, l’espace, le voyage, la langue, les lectures, l’appartenance sexuelle et générationnelle [contribue] à construire […] une américanité tangible” chez ces protagonistes.

Dans le tout premier chapitre, intitulé “Américanisation et américanité”, nous esquisserons l’épistémologie de ces deux principaux concepts théoriques, essentiels à l’analyse du corpus choisi. À la fois différents, mais indissociables, les notions d’américanisation et d’américanité seront exposées à travers les perspectives de plusieurs spécialistes afin de dresser le portrait le plus englobant possible et de produire, par la suite, l’étude la plus représentative qui soit. Par la suite, nous exposerons quelques configurations que peut prendre le concept d’américanité dans les œuvres littéraires québécoises.

Comme la découverte de l’ailleurs, dans le texte dit de l’américanité, passe d’abord et avant tout par l’espace américain, nous mettrons en lumière, dans la seconde partie “Espace et atmosphère américains”, le rapport à la ville et à l’environnement états-uniens qu’entretiennent les héroïnes de chacun des romans à l’étude. Ainsi que l’annonce l’intitulé, il s’agira pour nous de non seulement prendre en compte le territoire, mais également l’atmosphère qui se dégage des différents endroits fréquentés par les protagonistes.

Dans la section “Le langage: frontière et ouverture”, nous tenterons d’illustrer en quoi la langue anglaise, le langage informatique ou toute autre forme de langage possible peut être représentée à la fois comme frontière à la communication et comme concept d’ouverture à l’Autre et sur le monde. Nous essaierons de voir comment les narratrices, posées comme pratiquement monoglottes, parviennent à s’affranchir dans l’univers cosmopolite américain.

Enfin, par l’entremise du dernier chapitre “Rencontre de l’Autre et remise en cause de l’identité”, nous voulons montrer que les protagonistes, confrontées à la société de consommation et au monde de l’image fortement présent aux États-Unis, doivent faire face à des stéréotypes de toutes sortes, à leurs idées préconçues et à leurs préjugés. Dans ces lieux où les sujets font l’expérience de la différence, nous décrirons comment les nombreuses rencontres avec des personnages états-uniens participent à l’évolution de la quête identitaire des héroïnes. » (Extrait, f. 9-11)

###

DION, Robert, « L’instinct du réel : fuites et retours dans Les faux-fuyants, Copies conformes et La démarche du crabe de Monique LaRue », dans Voix et Images, dossier « Monique LaRue », sous la direction de Jean-François CHASSAY et Katherine ROBERTS, vol. 28, no 2 (no 83 - hiver 2003), p. 30-45. +++ Article de revue

###« Les voyages constituent, dans l’oeuvre romanesque de Monique LaRue, un facteur d’irréalisation du monde, de mise en cause des mythes contemporains et des fausses identités. Saisis tantôt sous l’angle de la fuite, tantôt dans la perspective du retour, ils jouent un rôle de révélateur chez les protagonistes des Faux-fuyants, de Copies conformes et de La démarche du crabe. Dans le présent article, c’est l’aspect cognitif ou, plus largement, gnoséologique des déplacements et du dépaysement qui sera envisagé, afin de voir comment l’expérience du voyage dessine chez LaRue, entre fuite et retour, une variante de la Bildung, une certaine façon d’habiter le monde actuel cerné par les faux-fuyants et les faux-semblants. » (Résumé joint à l’article)

###

OPREA, Denisa-Adriana, « Une poétique du personnage dans cinq romans québécois contemporains au féminin (1980-2000). Métaféminisme et postmoderne », thèse de doctorat, département des littératures, Université Laval, 2008, 375 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Ce travail a comme objectif de montrer le fonctionnement et de préciser le statut du personnage dans cinq romans québécois contemporains au féminin. Par le biais d’une approche poétique et psychosociologique, sont analysés Le sexe des étoiles (1987), de Monique Proulx, Copies conformes (1989), de Monique LaRue, Baroque d’aube (1995), de Nicole Brossard et L’hiver de pluie (1990) et La danse juive (1999), de Lise Tremblay.

Le personnage est situé à la charnière d’une problématique double. En premier lieu, il relève du métaféminisme, c’est-à-dire d’un féminisme autre, distinct des courants de la deuxième vague. Il sous-tend une image nouvelle de la femme, de l’homme et de leurs rapports. Son fonctionnement témoigne d’un déplacement dans la définition des rôles sexuels et de genre. Dans le métaféminisme, le féminin et le masculin tendent à devenir des entités impures, poreuses, empruntant l’une à l’autre. Le personnage féminin métaféministe apparaît comme une femme libre et libérée. Sujet de son être et de son faire, elle revalorise l’amour, le couple et la maternité, tout en cherchant l’accomplissement professionnel et l’affirmation de soi au plan social. Sur un fond de remise en question des paramètres traditionnels de la masculinité, le personnage masculin métaféministe se présente comme changeant, en devenir. Il peut apparaître soit comme vulnérable, incapable de répondre aux attentes de la femme, soit comme équilibré, véritable “homme nouveau”.

En second lieu, dans les romans étudiés, le personnage est issu d’une problématique postmoderne. Dans cette perspective, une double série typologique est mise en évidence ici : une série qui se revendique du postmoderne du décentrage et une série qui participe du postmoderne du vide. Le personnage du décentrage est impur et en devenir. Il perturbe la binarité du système de sexe et de genre et met de l’avant une ontologie provisoire et performative. Il s’appuie sur une conscience et sur une subjectivité nomades. Il est fragmenté et décentré, se refusant à la causalité et à la téléologie. La / le nomade est l’archétype de l’identité postmoderne. Le personnage du vide est éclaté, désubstantialisé, excessif et marginal. Il est le reflet d’un temps trouble, que dominent à la fois le désabusement et l’urgence de vivre, le mépris de la vie et la soif de sens, le manque d’« énergie vitale » et la tentation du geste.

Dans les romans étudiés, le personnage relève d’une “philosophie métisse”, à la charnière du métaféminisme et du postmoderne. Des personnages tels la transsexuelle, l’androgyne ou la / le nomade témoignent d’une alliance entre le métaféminisme et le postmoderne du décentrage. Cette alliance s’appuie sur une remise en question des systèmes binaires de sexe et de genre, sur une pensée impure, sur une ontologie en déplacement, sur des identités provisoires et performatives, etc. En revanche, un conflit axiologique oppose le métaféminisme et le postmoderne du vide. Il peut prendre la forme de la confrontation entre une culture des femmes, ancrée sur les valeurs de l’espoir, de la solidarité, de la responsabilité, de l’art, et une culture postmoderne, que dominent les simulacres et les simulations, les non-lieux et la violence.

Par ce travail, nous prônons la pertinence du concept de métaféminisme au sein de l’espace critique, mais pas uniquement québécois, et une lecture plus nuancée, tant esthétique qu’épistémologique, du féminisme, du métaféminisme et du postmodernisme. » (Résumé joint à la thèse)

GUILLEMETTE, Lucie, « Littérature québécoise et expérience continentale : américanité et/ou américanisation? », dans Action nationale, vol. 90, no 6 (juin 2000), p. 51-65. +++ Article de revue

###

MILAT, Christian, « Copies conformes de Monique LaRue, ou de la difficulté de se constituer en sujet », dans Pierre BERTHIAUME et Christian VANDENDORPE (dir.), La passion des Lettres. Études de littérature médiévale et québécoise en hommage à Yvan Lepage, Ottawa, Les éditions David (coll. « Voix savantes »), 2006, p. 279-290. +++ Chapitre de collectif



Copies conformes (oeuvre)
TitreCopies conformes
AuteurMonique LaRue
Parution1989
TriCopies conformes
Afficheroui

Outils de la page

complaint