Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Cowboy

Louis Hamelin - Montréal, XYZ (Coll. Romanichels), 1992, 417 p.

« Gilles a quitté Montréal. Il est naïf et plein de bonne volonté. Il vient d’échouer à Grande-Ourse, village perdu dans les régions nordiques du Québec. Il fait la connaissance de Cowboy, un Amérindien qui “avait hérité de ce surnom un soir qu’on l’avait vu venir le long de la voie ferrée, sa silhouette efflanquée se découpant sur le couchant dans une longue capote western dont les plis battaient contre ses bottes de cuir”. Gilles assiste aux conflits des races, avant d’être entraîné à son tour dans la tourmente. Une histoire qui pue la bière et qui tourne autour d’un Indien assassiné. Le silence et la haine. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

TREMBLAY, Emmanuelle, « Une identité frontalière. Altérité et désir métis chez Robert Lalonde et Louis Hamelin », dans Études françaises, vol. 41, no 1 (2005), p. 107-126. +++ Article de revue

###« La présente lecture de Sept lacs plus au nord (1993), de Robert Lalonde, et Cowboy (1993), de Louis Hamelin, vise à alimenter la réflexion actuelle sur la problématique transculturelle à partir d’un examen des formes de l’altérité Blanc / Amérindien. Plus spécifiquement, seront dégagées les constituantes symboliques d’un “désir métis”, métaphore heuristique qui rend compte d’une volonté de devenir autre au contact de la réalité autochtone. Par la reconstruction de l’Indien imaginaire, et en regard des récits de la Nouvelle-France, il sera démontré que le roman contemporain met en scène une ambivalence identitaire. Cette dernière est représentée par des héros québécois francophones hybrides, partagés entre un besoin de régénération et une angoisse de dissolution. Elle tient en l’occurrence lieu d’une identité frontalière où se joue une rencontre avec l’Histoire : entre fantasme d’une origine métisse retrouvée et conflits ethniques. » (Résumé joint à l’article)

###

MICHAUD, Marie-Andrée, « Littérature, langue et société : la quête identitaire des Québécois depuis 1980 », mémoire de maîtrise, département de lettres françaises, Université d’Ottawa, 2002, 212 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Dans son roman Le Cassé paru en 1964, Jacques Renaud a donné droit de cité au français québécois non seulement dans le discours, comme le faisaient les auteurs auparavant, mais aussi dans la narration, atténuant ainsi la distance entre les deux modes. Cette oeuvre, fortement marquée par le contexte sociopolitique dans lequel elle s’est inscrite, sert de point de départ et d’outil de comparaison pour introduire l’analyse de cinq romans québécois qui couvrent la période de 1980 à 2000 : La Vie en prose de Yolande Villemaire (1980), Encore une partie pour Berri de Pauline Harvey (1985), Cowboy de Louis Hamelin (1992), Cadavres de François Barcelo (1998) et On a raison de faire le caméléon de Jean-Marie Poupart (1999). L’étude de la langue dans la narration et dans le discours de ces oeuvres permet de constater quelle place les auteurs accordent au français québécois dans les deux modes depuis le grand saut fait par Renaud dans les années 1960. De plus, cette étude permet non seulement de déterminer si la société influence les auteurs dans leur écriture, mais elle permet aussi de constater s’il y a uniformisation ou distanciation des usages linguistiques entre narration et discours dans ces romans représentatifs de leur époque respective. » (Résumé joint au mémoire)

###

OUELLET, François, « Portrait du héros “en jeune sains-je”. La rage et Cowboy de Louis Hamelin », dans Lucie HOTTE (dir.), La problématique de l’identité dans la littérature francophone du Canada et d’ailleurs, Ottawa, Le Nordir, 1994, p. 121-128. +++ Chapitre de collectif

SCOTT, Corrie, « Cowboys et Indiens. Masculinités, métissage et queeritude chez Tomson Highway et Louis Hamelin », dans temps zéro, nº 7 (décembre 2013), [en ligne]. +++ Article de revue

### « Corrie Scott analyse tour à tour les masculinités autochtones construites par le romancier québécois Louis Hamelin dans Cowboy (1992) et celles proposées par l’écrivain cri Tomson Highway dans Champion et Ooneemeetoo [Kiss of the Fur Queen] (1998). Scott démontre que les deux auteurs jouent différemment du métissage et de son rapport avec le colonialisme : tandis que Hamelin met en scène des personnages autochtones dévirilisés et en perte d’authenticité, Highway s’appuie sur la notion amérindienne de bispiritualité pour créer des personnages queer qui transcendent les constructions binaires sur lesquelles se base la masculinité hégémonique. » (Résumé joint à l’article)

NOBLE, Peter, « La frontière mentale et physique dans Cowboy de Louis Hamelin », dans Jaap LINTVELT et François PARÉ (dir.), Frontières flottantes: Lieu et espace dans les cultures francophones du Canada/Shifting Boundaries: Place and Space in the Francophone Cultures of Canada, Amsterdam, Rodopi, 2001, p. 135-143. +++ Chapitre de collectif

RUGGERI, Paola, « Cowboy de Louis Hamelin. Le Far West québécois ou la redéfinition des frontières nordiques », dans Globe: Revue internationale d’études québécoises, vol. 1, no 2 (1998), p. 9-27. +++ Article de revue

### « Cet article fait partie de ma thèse de doctorat, une étude concernant l’image de l’Amérindien dans le roman québécois contemporain. Dans le corpus que j’ai étudié, les Autochtones sont voués à la disparition, même quand ils arrivent à établir des contacts positifs avec les Francophones, car ils représentent un danger pour la société des colonisateurs. J’ai aussi remarqué qu’en général les Indiens ne sont presque jamais au premier plan. Leur importance dans l’intrigue dépend de leurs relations avec les personnages blancs. Cela nous amène à croire que les Autochtones aident ces derniers à se définir, à se construire une identité. Comme cette quête d’identité est étroitement liée à la conquête du territoire, il est aussi question de survie. Dans le roman de Louis Hamelin, les Francophones voudraient s’enrichir par le biais de la création d’un village touristique, Grande-Ourse, où ils invitent des riches États-uniens à pratiquer la chasse et la pêche. Les Amérindiens, qui n’ont aucun intérêt pour ce genre d’entreprise, sont obligés de se déplacer vers le nord du territoire. Ils abandonnent leurs terres à l’exploitation des Blancs et leur société, qui est déjà corrompue, finit par disparaître : un trou noir va absorber leur énergie vitale et de nouvelles frontières vont être tracées dans le nord du Québec. » (Résumé joint à l’article)

BIRON, Michel, « Du nord au sud », dans Voix et images, vol. 18, no 3-54 (printemps 1993), p. 610-614. +++ Article de revue

###

NOBLE, Peter, Beware the stranger : the survenant in the Quebec novel, Amsterdam, Rodopi, 2002, 121 p. +++ Monographie

### « The stranger (survenant) represents an important theme in Quebec literature of the second half of the twentieth century. This book analyses the role of the survenant in five major novels dating from 1945 to 1992 and shows how the theme is constantly reworked and revitalised by the authors selected. The arrival of a survenant in a community brings to the surface latent conflicts and tensions. The consequences can be tragic for all concerned. At the least the society is changed forever. This is the first study about the way in which different Quebecois authors treat the survenant and should be of interest to all students of Quebec literature and culture. » (Quatrième de couverture)

Voir le chapitre « Cowboy; Louis Hamelin », p. 93-109. ###

OUELLET François et François PARÉ, Louis Hamelin et ses doubles, Québec, Nota bene (coll. « Essais critiques »), 2008, 262 p. +++ Monographie

### « Louis Hamelin et ses doubles se donne à lire à plusieurs niveaux: Hamelin et ses personnages, le héros et ses alter ego, le romancier et ses lecteurs. Doubles encore sont les lectures croisées possibles, et multiples sont les traversées, puisqu’elles partagent les sujets abordés et les relancent dans un effet de miroir mais chaque fois déformant - l’angle du regard change, les signes acquièrent de nouvelles formes de savoir. Les romans et le recueil de nouvelles Sauvages forment divers moments d’une oeuvre qui se construit, qui cherche à élaborer sa propre durée à travers un ensemble de discours fondamentaux qui sont continuellement réactualisés à partir de la perspective des principaux personnages. François Ouellet et François Paré, avec leurs propres préoccupations d’essayistes, se sont ici attardés à ces discours en alternant essais et échanges de lettres. Ils mettent ainsi en valeur une oeuvre qui tient une des premières places au sein de la génération qui fait son entrée sur la scène littéraire au tournant des années 1990. Ils mettent en lumière une écriture majeure portée par un souffle et une vigueur infatigables, et un discours dense et d’une rare richesse polysémique. » (Quatrième de couverture)

Voir plus particulièrement la section portant sur Cowboy, p. 71-119. ###



Cowboy (oeuvre)
TitreCowboy
AuteurLouis Hamelin
Parution1992
TriCowboy
Afficheroui

Outils de la page

complaint