Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Dit-il

dit-il.jpg Christian Gailly, Dit-il, Paris, éditions de Minuit, 1987, 192 p.

« Christian Gailly, né le 14 janvier 1943, a manqué sa naissance, ses parents, enfance et adolescence, études, service militaire, mariage, enfants et tous ses premiers romans. Moi, lui dit sa femme, à ta place, je donnerais des nouvelles. De qui ? dit-il. De toi, dit-elle, la vie et la mort, l’impuissance à vivre et à mourir, l’amour de la lumière, la beauté, en peinture, musique, et littérature, lecture et écriture, édition, que sais-je encore ? Et moi donc ? dit-il. Non, il a dit non, mais c’est comme s’il avait dit oui. Il s’y est mis et voilà ce que ça donne. Rien d’important, dit le livre. Reste le plaisir d’être tenu sous un regard. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

TOBIASSEN, Elin Beate, « Des notes entre les mots : le passage de la musique à la littérature chez Christian Gailly », L’esprit créateur, vol.47, n° 2 (été 2007), p. 71-87. +++ Article de revue

###« Je me propose […], adoptant une perspective attentive au passage du monde des notes au champ des mots, de mieux faire ressortir la situation d’écriture qui caractérise la première oeuvre de Christian Gailly [Dit-il], à travers l’écriture de cette situation telle qu’elle se présente dans le texte même. […] Quel rôle la musique joue-t-elle dans cet effort de l’écriture pour se tirer d’embarras ? De quelle façon l’écriture est-elle pour notre romancier ce qu’il nomme “le prolongement d’une activité musicale inaboutie” ? L’écrivain puisera-t-il dans l’écoute musicale, fort présente dans Dit-il, l’inspiration nécessaire lui permettant, dans son roman suivant, K. 622, que je rapprocherai de Dit-il, d’opérer un déblocage de sa maîtrise créatrice ? De quelle manière l’art de la musique a-t-il nourri la création du romancier ? Et qu’est-ce que sa littérature nous apprend, enfin, sur ce phénomène obscur qu’est l’audition musicale ? Ce sont là les questions auxquelles je chercherai à répondre dans la présente étude. »
(Extrait de l’introduction, p. 72)

Tobiassen, 2007, HTML

Cet article a été repris en volume :
TOBIASSEN, Elin Beate, « Notes entre les mots. L’oeuvre première de Christian Gailly », La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p. 101-140. ###

TOBIASSEN, Elin Beate, « La genèse marsupiale de Christian Gailly : Dit-il », Romansk Forum, vol. 20, n° 1 (2005), p. 95-106. +++ Article de revue

###« [J]e voudrais considérer […] le texte en question de façon isolée, au présent. Mon but est de mieux faire ressortir la situation d’écriture qui caractérise la première oeuvre de Christian Gailly, à travers l’écriture de cette situation telle qu’elle se présente dans le texte même. Dit-il est en effet un de ces ouvrages où la difficulté d’écrire se fait objet d’écriture, le texte exposant sans cesse, au fil des pages, le pénible état dans lequel se trouve l’écrivain “pas assez mûr”, perdant sa bataille quotidienne avec la production littéraire. L’un des traits originaux de ce roman, comme bien d’autres romans modernes, est ainsi la présence explicite de l’écrivain mise en abyme, le narrateur de l’oeuvre portant un nom et un prénom identiques à ceux portés par son auteur réel même. Dans mon analyse, je m’attacherai à cerner les questions et les enjeux avec lesquels cette figure de l’auteur abymé se débat.
Au sein de l’étude, il s’agira également de rendre compte de quelques lignes directrices qui caractérisent la littérature française contemporaine dans son ensemble, tels que le retour du récit et du sujet, le recul de l’écriture expérimentale, dont l’ouvrage en question est le reflet. Subordonnant le particulier au général, la partie au tout, je n’aborderai donc pas l’oeuvre en ignorant le contexte littéraire dans lequel elle s’inscrit, prenant au contraire le soin de montrer comment un certain nombre de questions posées dans Dit-il rejoignent des interrogations relatives à de vastes pans de la prose contemporaine française. »
(Extrait de l’introduction, p. 95-96) ###

TOBIASSEN, Elin Beate, « Notes premières entre les mots. L’oeuvre première de Christian Gailly », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p. 101-140. +++ Monographie

###« En prêtant l’oreille aux NOTES ENTRE LES MOTS, nous nous attacherons à montrer que l’écrivain, en quête dès Dit-il d’une “écriture charnelle”, puisera dans l’écoute musicale l’inspiration nécessaire lui permettant, dans son roman suivant, K. 622 (1989), que nous rapprocherons de Dit-il, d’opérer un déblocage de sa matière créatrice. »
(Extrait de l’introduction, p. 104)

Ce chapitre est d’abord paru sous la forme d’un article :
TOBIASSEN, Elin Beate, « Des notes entre les mots : le passage de la musique à la littérature chez Christian Gailly », L’esprit créateur, vol. 47, n° 2 (été 2007), p. 71-87. ###

DANGY, Isabelle, « Soulager l’informe : l’opus 1 de Christian Gailly », dans Marie-Odile ANDRÉ et Johan FAERBER (dir.), Premiers romans 1945-2003, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2005, p. 111-120. +++ Chapitre de collectif

###« Avec son titre aussi laconique que citationnel, Dit-il est le premier texte publié par Christian Gailly, alors âgé de quarante-quatre ans et antérieurement sollicité par le jazz et la pratique psychanalytique avant de trouver sa voie dans l’écriture. Publié en 1987 par les Éditions de Minuit, ce premier opus a été suivi de dix romans dont le plus récent, Un soir au club, a reçu le prix du Livre Inter 2002. À analyser les implications d’un titre qui résume les aléas d’une accession difficile à l’écriture romanesque, Dit-il se révèle, malgré certaines apparences, comme un véritable premier roman. En tant que tel, il constitue aussi pour l’oeuvre à venir un abondant réservoir thématique et le laboratoire d’une écriture personnelle orientée vers une esthétique minimaliste. »
(Extrait de l’introduction, p. 111) ###



Dit-il (oeuvre)
TitreDit-il
AuteurChristian Gailly
Parution1987
TriDit-il
Afficheroui

Outils de la page

complaint