Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Dondog

dondog.jpg Antoine Volodine, Dondog, Paris, Seuil (Fiction & Cie), 2002, 366 p. Réédition : Paris, Points, [2002] 2003, 368 p.

« La mort n’est qu’un passage, disent les chamanes. Après le décès, l’existence se poursuit comme avant. Simplement, le monde paraît plus crépusculaire. Les gestes ralentissent, l’intelligence décroît, la mémoire devient confuse. L’humour noircit. Ensuite, on s’éteint. Les plus combatifs réussissent à repousser longtemps l’échéance. Mais, lorsque, comme Dondog, on est très médiocrement doué en chamanisme, la survie dure peu.

Dondog marche dans une cité noire. Il vient de quitter les camps, après y avoir passé plus de trente ans. Un seul désir l’habite encore :  se venger, punir les responsables du malheur. Il aimerait mener à bien de terribles représailles avant que l’obscurité le rattrape. Des noms lui trottent dans la tête, des cibles qu’il faudrait frapper : Gulmuz Korsakov, Tonny Bronx, Éliane Hotchkiss. Toutefois, quand il interroge ses souvenirs, il ne comprend plus ce qu’il doit leur reprocher, à ces trois-là.

Alors, Pour que sa vengeance ait un sens, il invente un biographie tragique et des raisons de haïr. »                                                                                                                                                                                A.V.

Texte tiré de la quatrième de couverture de l’édition du Seuil.

Documentation critique

FERRER, Carolina, « Memoria e imaginación : Los mundos inenarrables de Patricio Mann y de Antoine Volodine », Taller de letras, vol. 32 (mai 2003), p. 7-26. +++ Article de revue

OUELLET, Pierre, « Le vindicatif présent : éthique de la vengeance dans l’univers de Volodine », dans Anne ROCHE (dir.), Écritures contemporaines 8 : Antoine Volodine. Fictions du politique, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 8), 2006, p. 189-207. +++ Chapitre de collectif

###Étude du thème de la vengeance dans Dondog###

DAVID, Anne-Marie, « “Pour que tout récit, toute vengeance et toute haine prennent fin”. Le héros amnésique d’Antoine Volodine », Post-scriptum.org. Revue de recherche interdisciplinaire en texte et médias, n° 10 (automne 2009), [en ligne]. +++ Article de revue

###Résumé
Le héros populaire ne le devient pas pour rien : des conjonctures expliquent et justifient sa position hors du commun. Ce passé comprend souvent une injure donnant lieu à des représailles; depuis l’archétype du genre, le comte de Monte-Cristo, les héros sont des vengeurs. Dans Dondog, Antoine Volodine fait usage de procédés similaires, si bien qu’on a pu comparer le personnage à Edmond Dantès. Le hic, c’est que Dondog est amnésique. Il ne sait plus de quel affront ou de quel traumatisme historique il doit se venger, ni sur qui. Il se dessine ainsi en anti-héros sans mémoire et sans passé, cantonné dans un présent ne débouchant sur aucun avenir. Volodine investit la figure du vengeur d’une signification nouvelle, dont il s’agira d’évaluer la portée. Comment penser l’épuisement du héros et son amnésie dans l’univers volodinien, univers d’après les révolutions et de la ruine des utopies ? En d’autres mots, de quoi précisément Dondog refuse-t-il de se souvenir, et avec quelles conséquences sur le roman ?

Abstract
A popular hero doesn’t emerge out of nowhere: specific circumstances justify his exceptional status. This past often includes an offense and subsequent vengeance, as is exemplified by the genre’s archetype, the Count of Monte-Cristo. Heroes are therefore avengers. In Dondog, Antoine Volodine’s use of a similar pattern causes a comparison between his main character and Edmond Dantès. The only discrepancy is that Dondog is an amnesiac. He has no knowledge of that defining insult or historic trauma on which he must take revenge, let alone on whom. He is thus designated as an anti-hero without memory and without past, confined to a present without a future projection. Volodine invests the figure of the avenger with a new meaning, which is the focus of this enquiry. How should we conceptualise the hero’s exhaustion and his amnesia in the Volodinian world, one at the end of all revolutions and utopia’s ruin? In other words, what exactly does Dondog refuse to remember, and with what consequences on the novel?

David, 2009, HTML ###

DAVID, Anne-Marie, « Dondog d’Antoine Volodine et Marabou Stork Nightmares d’Irvine Welsh : mémoire collective et expression de l’indicible », mémoire de maîtrise en littérature comparée, Université de Montréal, 2008, 100 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Ce mémoire s’intéresse à la manière dont la littérature peut thématiser l’intégration, à la mémoire individuelle et collective, de traumatismes historiques, et questionner les résolutions éventuelles du processus. Les romans retenus, Marabou Stork Nightmares d’Irvine Welsh et Dondog d’Antoine Volodine, mettent en fiction des épisodes tragiques de l’histoire du XXe siècle par le biais d’intrigues particulières. Ils sont construits autour d’éléments antérieurs, dont la remémoration représente l’essentiel de la trame narrative. Mais l’entreprise ne va pas sans heurts, les personnages souffrant d’amnésie: leurs pérégrinations sont l’occasion d’une exploration de la mémoire, et des mécanismes par lesquels elle peut faire face aux événements extrêmes. La figure de l’amnésique traduit, en littérature, cette difficile appréhension de l’histoire, si bien que l’incident personnel renvoie à une trame plus vaste, concentrée dans l’expérience des protagonistes. Ainsi, si ceux-ci échouent à se souvenir, les romans, eux, sont récipiendaires d’une mémoire collective qu’ils commémorent à leur manière, imaginaire.

Abstract
This M.A. thesis explores the ways through which literature can thematise historical traumatisms’ integration to individu al and collective memory, and question the possible resolutions of the process. The selected novels, Marabou Stork Nightmares by Irvine Welsh and Dondog by Antoine Volodine, put in fiction tragic episodes of the twentieth century’s history by the means of particular intrigues. They are built around previous elements, the recollection of which represents the main part of the narrative. But the remembrance does not go without clashes, the characters suffering from amnesia: their wanderings are the occasion of an exploration of memory, and of the mechanisms by which it can face extreme events. The figure of the amnesiac translates, in literature, this difficult apprehension of history, so that the personal incident represents a vaster weft, concentrated in the protagonists’ experience. So, if the characters fail to remember, the novels are recipients of a collective memory they commemorate in their imaginary way.

David, 2008, PDF ###

GUAY-POLIQUIN, Christian, « Au-delà de la “fin” : mémoire et survie du politique dans la fiction d’anticipation contemporaine : sociocritique de Dondog d’A. Volodine, Warax de P. Hak, Et je dirai au monde toute la haine qu’il m’inspire de M. Villemain », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2013, 119 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
À partir de trois fictions politiques d’anticipation, issues de la littérature contemporaine française, ce travail de réflexion vise à mettre en lumière une poétique de l’ histoire qui affirme, au-delà de certaines représentations dystopiques, la survivance du projet moderne d’émancipation. Dans Warax de Pavel Hak, Et je dirai au monde toute la haine qu’il m’inspire de Marc Villemain et Dondog d’Antoine Volodine, on retrouve des régimes autoritaires qui fondent leur domination sur l’ abolition de toute altérité sociale et historique.
En revanche, les protagonistes de ces romans, confinés dans les marges de ces sociétés systémiques, persistent à conserver une expérience du temps et de l’histoire qui, en ravivant l’ historicité du passé, ouvre l’ horizon d’attente de l’avenir. Désarticulés de toute forme de reconnaissance sociale, les personnages mis en scène dans les textes de Hak, Villemain et Volodine sont regroupés en « communautés de la survie » qui, bien qu’elles peinent à croire à des lendemains radieux, représentent une trace inversée de la pensée utopique. C’est donc parce que ces œuvres racontent l’ histoire de vaincus qui refusent de consentir à la défaite, qu’elles mettent en relief la persistance du lourd héritage culturel des utopies déchues de la modernité, de façon à problématiser les rapports existants entre les espérances d’hier et les déceptions anticipées de demain. Et s’il est vrai que les thématiques de la « fin » ouvrent sur ce qui a été et sur ce qui sera plutôt qu’elles ne marquent un terme, il faut observer que les fictions à l’ étude évoquent et participent à la mutation contemporaine de la pensée politique et de son imaginaire historique. Dans ce contexte, la résistance des communautés de la survie du corpus historicise et politise la « fin » en lui assignant un avenir qui, bien qu’incertain, redonne une actualité aux espérances du passé.

Guay-Poliquin, 2013, PDF ###

LAMARRE, Martine, « La ruine de l’utopie du progrès au XXe siècle : une étude de l’espace et du temps dans Dondog d’Antoine Volodine », dans Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines 10 : Nouvelles écritures littéraires de l’Histoire, Caen, Minard (La revue des lettres modernes, 10), 2009, p. 343-361. +++ Chapitre de collectif

SERVOISE-VICHERAT, Sylvie, « Responsabilité de l’écrivain au présent et engagement “présentiste” », Marges, n° 9 (2009), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
La « littérature engagée » aura été le nom donné tout au long du vingtième siècle à une certaine forme d’exercice de responsabilité de la part de l’écrivain. Comment les textes de la fin du vingtième siècle renouvellent-ils le paradigme de l’engagement littéraire élaboré en 1945 et devenu caduque ou, pour le dire autrement, quelles sont les possibilités et modalités d’intervention et d’action du littéraire dans le champ de l’histoire humaine dans un contexte modifié ? En se basant sur l’analyse de trois romans (d’Olivier Rolin et d’Antoine Volodine), qui s’affirment comme des récits de l’après, l’auteur propose de les envisager comme l’expression d’un type d’engagement inédit, en accord avec une conception du temps et de l’Histoire telle qu’elle a été renouvellée par les historiens François Hartog et Pierre Nora.

Porte également sur Lisbonne dernière marge.

Servoise-Vicherat, 2009, PDF ###



Dondog (oeuvre)
TitreDondog
AuteurAntoine Volodine
Parution2002
TriDondog
Afficheroui

Outils de la page

complaint