Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Dora Bruder

Patrick Modiano - Paris, Gallimard, 1997, 160 p.

« J’ignorerai toujours à quoi elle passait ses journées, où elle se cachait, en compagnie de qui elle se trouvait pendant les mois d’hiver de sa première fugue et au cours des quelques semaines de printemps où elle s’est échappée à nouveau. C’est là son secret. Un pauvre et précieux secret que les bourreaux, les ordonnances, les autorités dites d’occupation, le Dépôt, les casernes, les camps, l’Histoire, le temps - tout ce qui vous souille et vous détruit - n’auront pas pu lui voler. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

DOUZOU, Catherine, « Naissance d’un fantôme. Dora Bruder de Patrick Modiano », dans Protée, vol. 35, no 3 (hiver 2007), p. 23-32. +++ Article de revue

###« Dora Bruder est une oeuvre ambiguë en ce qu’elle se présente comme un livre d’archives et de traces, construit sur l’enquête que mène un narrateur pour découvrir la vérité sur une jeune fugueuse pendant l’Occupation. Il a d’abord appris son existence par un avis de recherche lu dans un vieux journal de 1941. Mais ces archives, sans cesse sollicitées et citées, ne permettent pas d’accéder à ce que cherche le narrateur. Il ne peut communier avec la jeune Juive, finalement déportée à Auschwitz, que par un effet d’identification et d’imagination qui reconstruit la fiction là même où, doutant de la littérature, il voulait la bannir. L’enquête comme mise en scène de l’archive se penche alors sur l’écriture de l’Histoire comme sur le pouvoir de la littérature à dire le réel et à conserver la mémoire. Le livre mémorial devient lui-même archive et trace, tombeau monumental de destins minimes, mais redécouvre la valeur heuristique et dénonciatrice de la fiction. » (résumé joint à l’article)

###

GOLSAN, Richard J., « Vers une définition du “roman occupé” depuis 1990 : Dora Bruder de Patrick Modiano, La compagnie des spectres de Lydie Salvayre, et La cliente de Pierre Assouline », dans Bruno BLANCKEMAN, Aline MURA-BRUNEL et Marc DAMBRE (dir.), Le roman français au tournant du XXIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 125-132. +++ Chapitre de collectif

###« Comme c’est le cas pour le champ culturel français en général […], il est bien probable que “l’histoire” - ou plutôt le passé - qui se fait le plus sentir dans le roman depuis 1980 est celui de Vichy et de l’Occupation. […] Étant donné l’existence [d’une] longue tradition littéraire et romanesque depuis 1944, en quoi consisterait la spécificité du “roman occupé” des années quatre-vingts, et surtout des années quatre-vingt-dix? Cette spécificité existe-t-elle vraiment? Pour donner des réponses mêmes provisoires à ces questions, il faut aborder le sujet du passé et de la mémoire - de l’Occupation et de Vichy dans un contexte plus étendu. » (Extrait de l’introduction, p. 125) ###

HIGGINS, Lynn, « Lieux de mémoire et géographie imaginaire dans Dora Bruder », dans Bruno BLANCKEMAN, Aline MURA-BRUNEL et Marc DAMBRE (dir.), Le roman français au tournant du XXIe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2004, p. 397-405. +++ Chapitre de collectif

###« L’analyse des procédés de la narration dans Dora Bruder nous permettra […] de délimiter les sources, les pouvoirs - et les risques - du romanesque modianien. Bien qu’ils soient strictement circonscrits, mélangés à ses “lieux de mémoire”, Dora Bruder contient aussi des “lieux d’imagination”, et de deux sortes : littéraires et géographiques. » (Extrait de l’introduction, p. 399) ###

MCGLOTHLIN, Erin, Second-Generation Holocaust Literature : Legacies of Survival and Perpetration, New York, Camden House, 2006, 254 p. +++ Monographie

###Voir le chapitre « Documenting Absence in Patrick Modiano’s Dora Bruder ». ###

SILVERMAN, Max, « Interconnected Histories : Holocaust and Empire in the Cultural Imaginary », dans French Studies : a Quarterly Review, vol. 62, no 4 (octobre 2008), p. 417-428. +++ Article de revue

### « Interconnections between fascism and colonialism and between antisemitism and colonial racism, perceived by post-war theorists of racialized violence such as Hannah Arendt and Aimé Césaire, have for a long time fascinated a number of writers and filmmakers in post-war France, yet their works are not often received from this point of view. This article considers Georges Perec’s W ou le souvenir d’enfance (1975) and Patrick Modiano’s Dora Bruder (1997) to show how these are not simply post-Holocaust works but contain an overlapping vocabulary, imagery and, ultimately, history of racism, dehumanization and apocalyptic violence which embraces the Holocaust and Empire. It also argues that the interconnections sought by the post-war generation of theorists of modern forms of violence can be more clearly exposed in imaginative works (rather than historical or sociological works) because these blur the frontiers between the literary imagination, memory and history. Repetitions, substitutions and transformations - the very substance of the literary imagination - open up an alternative history (though one announced by Arendt and others), which challenges the compartmentalization of metropolitan history, colonial history and the history of European genocide. » (résumé joint à l’article)

###

LINCHET, Dominique, « Ambiguïté narrative et fragmentation dans Dora Bruder de Patrick Modiano », dans South Carolina Modern Language Review, vol. 6, no 1 (printemps 2007), [En ligne]. +++ Article de revue

###

MORRIS, Alan, « “Avec Klarsfeld, contre l’oubli” : Patrick Modiano’s Dora Bruder », dans Journal of European Studies, vol. 36, no 3 (septembre 2006), p. 269-293. +++ Article de revue

MURPHY, Ann L., « Origins, Loss, and Recovery in Patrick Modiano’s Voyage de noces and Dora Bruder », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 29, no 2 (été 2005), p. 323-339. +++ Article de revue

LEVY, Karen D., « Solitude and the Restlessness of the Immemorial : Levinasian Traces in the Discourse of Patrick Modiano », dans Orbis Litterarum : International Review of Literary Studies, vol. 59, no 4 (2004), p. 299-316. +++ Article de revue

###« Emmanuel Levinas contested Western ontology’s insistence on the importance of individual autonomy and systematized knowledge, developing a new description of how identity and intersubjectivity are constructed. In the early De l’existence à l’existant and Le Temps et l’autre, he explains how the effort of existing is assumed, creating a sense of mastery but also of solitude, for the ego and the self are tied to one another, but it is not until Totalité et Infini that he elaborates on the ethical encounter with the face as discourse. In his last major work Autrement qu’être ou au-delà de l’essence, he focuses on the consequences of this epiphany for the subject, and relates this to the trace, a special kind of sign that focuses not so much on the relationship between sign and referent as on the irreversible passing of those who left them. The paired texts of Patrick Modiano’s Voyage de noces and Dora Bruder most strikingly inscribe the simultaneous self-absorption and tedium of existing, but also depict how traces from the immemorial shatter the subject’s autonomy. Modiano is haunted by the missing person ad’s description of a runaway girl who disappeared in December 1941, was interned in Drancy the following summer and then deported to Auschwitz. He first wrote Voyage de noces to exorcise the spell the ad cast upon him, was eventually compelled to respond directly to the summons by composing Dora Bruder. Modiano tries to retrieve fragments of the adolescent Dora’s past and rescue her from oblivion, but his efforts prove largely futile, for there is no memory to retrieve. His insistence on Dora’s decision to remain in Drancy with her father makes it possible for him to forgive his own father’s failings and acknowledge his admiration both for him and all those who defied Occupation hypocrisy. Lastly, Modiano’s text calls upon us as readers to become the guardians of the pleas that French authorities ignored and thereby accept the summons of the immemorial ourselves. » (Résumé joint à l’article)

###

DAMAMME-GILBERT, Béatrice, « Au-delà de l’auto-fiction : Écriture et lecture de Dora Bruder de Patrick Modiano », dans French Forum, vol. 29, no 1 (hiver 2004), p. 83-99. +++ Article de revue

WAREHIME, Marja, « Paris and the Autobiography of a Flaneur : Patrick Modiano and Annie Ernaux », dans French Forum, vol. 25, no 1 (janvier 2000), p. 97-113. +++ Article de revue

###Il s’agit d’une étude de l’autobiographie, de la flânerie et de la représentation de la ville chez Modiano (Dora Bruder) et Ernaux (Journal du dehors).

KAHN, Robert, « Les lambeaux de la mémoire : Dora Bruder de Patrick Modiano et Austerlitz de W.G. Sebald », dans Carola HÄHNEL-MESNARD, Marie LIÉNARD-YETERIAN et Cristina MARINAS (dir.), Culture et mémoire : représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Paris, École Polytechnique, 2008, p. 401-408. +++ Chapitre de collectif

NORDHOLT, Annelies Schulte, « Dora Bruder : Le témoignage par le biais de la fiction », dans John E. FLOWER (dir.), Patrick Modiano, Amsterdam, Rodopi (Faux Titre), 2007, p. 75-87. +++ Chapitre de collectif

JURT, Joseph, « La mémoire de la Shoah : Dora Bruder », dans John E. FLOWER (dir.), Patrick Modiano, Amsterdam, Rodopi (Faux Titre), 2007, p. 89-108. +++ Chapitre de collectif

KHALIFA, Samuel, « Chroniques de l’oubli : La place de l’étoile et Dora Bruder de Patrick Modiano », dans Norman BUFORD (dir.), The Documentary Impulsein French Literature, Amsterdam, Rodopi (French Literature Series), 2001, p. 97-112. +++ Chapitre de collectif

ROSE, Sven-Erik, « Remembering Dora Bruder: Patrick Modiano’s Surrealist Encounter with the Postmemorial Archive », dans Postmodern Culture, vol. 18, no 2 (janvier 2008), [En ligne]. +++ Article de revue

###

###

GOLSAN, Richard J., Vichy’s Afterlife : History and Counterhistory in Postwar France, Nebraska, University of Nebraska Press, 2000, 234 p. +++ Monographie

###Voir le deuxième chapitre, p. 43-56. ###

PORFIDO, Ida, « Le questionnement de l’histoire par le roman », dans Matteo MAJORANO (dir.), Le goût du roman, Bari, B.A. Graphis (Marges critiques/Margini critici, 1), 2002, p. 53-76. +++ Chapitre de collectif

XANTHOS, Nicolas, « Impressions de familiarité rompue. L’anthropologie dialogique du roman d’enquête », dans temps zéro, nº 9 (2015) [en ligne]. +++ Article de revue

### « Le présent article analyse les implications anthropologiques de Dora Bruder de Patrick Modiano, Anthropologie d’Éric Chauvier et Supplément à la vie de Barbara Loden de Nathalie Léger. Ces textes déploient une pratique intertextuelle critique à l’égard des manières de donner sens à l’être et à l’agir qui mettent en relation signifiante l’individu et des catégories sociales ou culturelles, moyennant configurations narratives centripètes et sentiments ou émotions courants. Ils élaborent en réaction conception de l’être humain, grammaire des affects et poétique narrative susceptibles de représenter des états psychologiques culturellement insolites sinon inconnus (sentiment de vacance et d’éternité, sensation de familiarité rompue). On suggère ainsi un lien constitutif entre conception de l’être humain – c’est-à-dire anthropologie – et poétique narrative. » (résumé joint à l’article)

SPERTI, Valeria, « L’ekphrasis photographique dans Dora Bruder de Patrick Modiano: entre magnétisme et réfraction », dans Cahiers de narratologie, vol. 23 (décembre 2012), 26 paragraphes. +++ Article de revue

### « L’article examine, à partir de la première édition de Dora Bruder de Patrick Modiano, la représentation de l’acte photographique, à travers neuf ekphrasis des portraits de la famille Bruder et de leur fille et de deux images énigmatiques d’un monde social et urbain disparu que l’auteur choisit d’évoquer. L’analyse, à travers les documents d’archives insérés dans la diégèse, se propose de montrer l’impuissance du déclic photographique devant la reconstruction de l’histoire de Dora. Les images en prose sont ensuite étudiées de façon à montrer comment l’écriture magnétise et réfracte le cliché, qui n’est pas reproduit dans le livre. La cohérence textuelle des descriptions des clichés au niveau de l’énoncé et de la signification dissimule des manques, des trous. L’absence de connotation émotionnelle réservée aux ekphrasis des portraits de famille apparaît comme un vide nécessaire au narrateur pour entrer en résonance avec la disparue. » (résumé joint à l’article)

NORDHOLT, Annelies Schulte, « Photographie et image en prose dans Dora Bruder de Patrick Modiano », dans Neophilologus, vol. 96, no 4 (octobre 2012), p. 523-540. +++ Article de revue

### « In Patrick Modiano’s inquiry on Dora Bruder, photographical images—mostly portraits of Dora and her parents—play an important role. But in the original edition, these photographs are not reproduced, they are only described. We thus have to do with prose images, with an ekphrasis from existing photographs. In later editions—especially the American and Japanese translations—we find reproductions of these photographs. Their addition to the text modifies the status of it, making it into a biography or document. But our analysis concentrates on the prose images themselves: how do they work out within the narrative? How do they affect the experience of the reader, who “sees” them without really seeing them? What is their relation to postmemory? How do they include the viewpoint of the narrator, who is describing the photographs? We will see that the prose image is a deliberate choice of Modiano’s, and that it perfectly fits the narrative formula of Dora Bruder, which is halfway between a memorial and an autobiography. Moreover, it is in harmony with Modiano’s mode of narration. » (résumé joint à l’article)

* L’article est en français.

XANTHOS, Nicolas, « Un sentiment de vacance et d’éternité: Dora Bruder contre l’histoire », dans MLN, vol. 127, no 4 (septembre 2012), p. 889-908. +++ Article de revue

### « À bien des égards, et malgré toute la mélancolie qui s’en dégage, Dora Bruder est un texte en lutte, qui fait de la lutte son mode d’existence et son principe poétique, et qui inscrit ces modalités agonistiques à même son écriture. Tout d’abord, ce texte s’érige contre le travail de l’oubli - un oubli causé par le temps, certes, mais aussi par la volonté de ceux qui, peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont détruit les documents incriminants de la Police des questions juives et par la volonté de ceux qui, dans l’après-guerre, ont cherché à imposer une “couche épaisse d’amnésie” sur les heures sombres de l’Occupation ; autant de “sentinelles de l’oubli” (DB, 16) dont l’action a eu pour effet de généraliser l’effacement des traces de Dora et des siens et, conséquemment, de réduire les possibilités de dire quelque chose de ces existences ordinaires. » (début de l’article)

AMAR, Ruth, « Le ton de Patrick Modiano: Du roman ironique au roman affectif », dans @nalyses, vol. 6, no 1 (hiver 2011), [en ligne]. +++ Article de revue

### « Cette étude analyse la manière dont s’exprime le ton de Modiano, la manière par laquelle l’auteur s’individualise. Un ton difficile à saisir, car s’il paraît au premier abord neutre, derrière les phrases, se cachent des éléments qui contribuent à un ton spécifique,voire à la voix de l’auteur. Au fil de l’œuvre, l’on découvre que la voix de Modiano n’est pas homogène. Le ton du jeune écrivain des années 1970 n’est pas celui des années 1980. Il s’est métamorphosé et a évolué de manière considérable. En comparant La Place de l’étoile et Dora Bruder, on est conscient de la transformation : le ton retentissant des débuts de Modiano s’est affaiblit, devenant presque imperceptible, reflétant le fait que la représentation de l’holocauste dans ces deux livres est bien différente. » (résumé joint à l’article)

Cet article traite aussi de La place de l’Étoile.

XANTHOS, Nicolas, « Sentinelles de l’oubli et reflets furtifs: Permanence, rupture et régimes d’historicité dans Dora Bruder », dans Orbis Litterarum, vol. 66, no 3 (juin 2011), p. 215-237. +++ Article de revue

### « En cherchant à dire, au présent, une histoire vieille de plus de cinquante ans, discrète et presque totalement effacée, Dora Bruder ne peut manquer de problématiser les liens entre le présent et le passé. Cet article veut montrer le caractère central, et peut-être même fondateur, de cette problématisation dans le texte de Modiano. On examine la manière dont Dora Bruder met en scène une lutte entre deux modes de relation entre présent et passé : la rupture et la permanence. Massive, la première prend appui autant sur le seul passage du temps que sur des actions concrètes accomplies durant la Seconde Guerre mondiale et dans l’immédiat après-guerre. Marginale, la seconde se manifeste discrètement dans une étrange mémoire des lieux, une extrême sensibilité narratoriale et une poétique romanesque qui superpose et relie les strates temporelles. On essaie enfin de montrer que ces modes de relation peuvent se lire comme des régimes d’historicité, et que Dora Bruder, comme énonciation, dit, même dans ses manques, la réussite du projet visant à saisir quelque chose de la vie de Dora, et donc à assurer, malgré tout, une certaine permanence du passé dans le présent. » (résumé joint à l’article)

BÖHM, Roswitha, « Fotografie und Gedächtnis im französischen Gegenwartsroman », dans Sabina BECKER et Barbara KORTE (dir.), Visuelle Evidenz: Fotografie im Reflex von Literatur und Film, Berlin, De Gruyter, 2011, p. 143-163. +++ Chapitre de collectif

HOWELL, Jennifer, « In Defiance of Genre: The Language of Patrick Modiano’s Dora Bruder Project », dans Journal of European Studies, vol. 40, no 1 (mars 2010), p. 59-72. +++ Article de revue

### « Dora Bruder, unique to Patrick Modiano’s literary repertoire, remains unclassifiable with respect to genre due to its constant oscillation between fiction, biography and autobiography. The publication of an English translation has further complicated the task of classification.While some scholars persist in their usage of the term “autofiction” to describe this work, Modiano’s reliance on visual elements such as photography and maps suggests that Dora Bruder would be more aptly classified as an instance of second-generation Holocaust ekphrasis. It is my contention that strict textual analyses that ignore Dora Bruder’s distinctive publication history fail to grasp not only the work’s defining image—text dynamic, but also its continued existence as a work in progress. The current analysis therefore proposes a new reading of Dora Bruder in an attempt to reach beyond the Western conception of canonical literature and to better understand Modiano’s Dora Bruder project. » (résumé joint à l’article) ###

NORDHOLT, Annelies Schulte, « Perec, Modiano, Raczymow et les lieux comme ancrages de la postmémoire », dans Annelies Schulte NORDHOLT (dir.), Témoignages de l’après-Auschwitz dans la littérature juive-française d’aujourd’hui: Enfants de survivants et survivants-enfants, Amsterdam, Rodopi, 2008, p. 243-256. +++ Chapitre de collectif

SULEIMAN, Susan Rubin, « “Oneself as Another”: Identification and Mourning in Patrick Modiano’s Dora Bruder », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 325-350. +++ Article de revue

### « Taking off from Paul Ricoeur’s book Soi-même comme un autre (Oneself as Another), this essay discusses two kinds of identification in Modiano’s relation to Dora: identification as appropriation, where the writer “assimilates” Dora’s story in order to explore his own relation to his parents, especially his father; and identification as empathy, where the writer underlines the differences between his and Dora’s stories and also seeks to come to a historical understanding of what happened to her. In that process, he also evokes the fate of other Jews who, like Dora and her family, were deported from France. I conclude that this kind of empathetic identification leads to mourning, which is the realization that the death of a person has left (as Jacques Lacan puts it) a “hole in the real.” » (Résumé joint à l’article)

GREENBERG, Judith, « Trauma and Transmission: Echoes of the Missing Past in Dora Bruder », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 351-377. +++ Article de revue

### « This essay begins with the ethical imperative that Dora Bruder puts forward: to pay attention to the stories of the pain of others that had been ignored during the Holocaust. But Dora Bruder is also full of “missing pieces”—missing details in Dora’s life story, missing elements in the narrator’s relationship with his father, and the missing understanding that necessarily occurs in relation to “knowing” trauma and particularly, the Holocaust. The essay looks at those “missing pieces” both through insights in trauma theory and through the lens of 9/11, which introduced a new sense of the “missing” to this writer. It proposes that the narrator’s condition or quest as haunted by the missing can be understood as an aspect of “postmemory,” a term introduced by Marianne Hirsch to describe the transmission of traumatic memories across generations. The essay explores how the narrator can represent the “next generation” that inherits the trauma of its parents as a kind of “postmemory.” In this sense, Dora Bruder captures our own predicament of being possessed by the responsibility to remember the pain of others and yet unable to adequately know that past. » (résumé joint à l’article)

HIGGINS, Lynn A. et Richard J. GOLSAN (dir.), dossier « Patrick Modiano’s Dora Bruder », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 313-480. +++ Dossier de revue

### Sommaire du dossier

  • Richard J. GOLSAN et Lynn A. HIGGINS, « Introduction: Patrick Modiano’s Dora Bruder »
  • Susan Rubin SULEIMAN, « “Oneself as Another”: Identification and Mourning in Patrick Modiano’s Dora Bruder »
  • Judith GREENSBERG, « Trauma and Transmission: Echoes of the Missing Past in Dora Bruder »
  • Steven UNGAR, « Modiano and Sebald: Walking in Another’s Footsteps »
  • Susan WEINER, « Dora Bruder and the Longue Durée »
  • Richard J. GOLSAN, « Modiano Historien »
  • Mary Jean GREEN, « People Who Leave No Trace: Dora Bruder and the French Immigrant Community »
  • Lynn A. HIGGINS, « Fugue States: Modiano Romancier »

UNGAR, Steven, « Modiano and Sebald: Walking in Another’s Footsteps », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 378-402. +++ Article de revue

### « This article studies Patrick Modiano’s Dora Bruder (1997) and W.G. Sebald’s Austerlitz (2000) in conjunction with a contemporary literature of diaspora grounded in the extended aftermath of World War II. Both texts straddle fiction and testimonial accounts such as memoirs, letters, and video/audio recordings. In addition, both raise questions with which traditional historians seldom contend, even when they group these questions under the category of memory. What understanding of the recent past might these two narratives promote? What do they imply—individually or as a set—concerning the nature and function of the historical subjectivity that literature can convey? Each in its own way, Dora Bruder and Austerlitz override conventions of literary genre by mixing elements of novel, autobiography, and essay. Accordingly, language becomes a prime point of inquiry in conjunction with the double question most likely to be raised in terms of the historical record: who is writing and to what end or purpose? These questions, in turn, direct inquiry to enunciation and point of view as components of historical subjectivity associated with the literature of a post-World War II diaspora. » (résumé joint à l’article)

WEINER, Susan, « Dora Bruder and the “Longue Durée” », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 403-414. +++ Article de revue

### « Modiano’s methods in Dora Bruder recall the Annales historiographer’s rejection of the history of events in favor of the “long duration,” but with human history as its object. Modiano’s long duration draws out repetitions and variations between his own life and Dora’s as he reconstructs and imagines it, between Dora and fictional characters, between Dora’s story and the lives of Holocaust victims and survivors known and unknown. Moreover, the author encourages the reader to take part in the uncanny connections the novel makes, through movements of the imagination not unlike Modiano’s own. In so doing, we approach Dora and those who shared her fate through their lives rather than their death, restoring to them the everyday freedom of their thoughts and actions alongside our own. » (résumé joint à l’article)

GOLSAN, Richard J., « Modiano Historien », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 415-433. +++ Article de revue

### « Beginning with the “Trilogy” (La place de l’étoile, Ronde de nuit, and Les boulevards de ceinture) of his first three novels published in the late 1960s and early 1970s, the work of Patrick Modiano has been indissociably linked with the history and memory of the Occupation. Dora Bruder is of course no exception along these lines. What makes Modiano’s Occupation novels distinctive is their combination of the “historian’s” knowledge of the historical realities of the period and the novelist’s or “poet’s” talent for powerfully evoking the feel and ambiance of “les années noires.” While Modiano’s practice as novelist has been widely discussed, his practice and especially his vision as “historian” deserves greater attention. This essay seeks to assess the novelist’s historical vision through a reading of Dora Bruder, including the “Trilogy” and the more recent Un pedigree. » (résumé joint à l’article)

GREEN, Mary Jean, « People Who Leave No Trace: Dora Bruder and the French Immigrant Community », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 434-449. +++ Article de revue

### « Although the neighborhoods where Dora Bruder once lived are now crowded with more recent immigrants, Modiano seems to have erased the contemporary French immigrant community from his narration. Yet immigrants and their children, like Modiano’s own father, are very much at the center of this text. In fact, the story of the bureaucratic subjugation of the Bruder family suggests parallels with issues affecting immigration in the book’s narrative present in 1996 and 1997, especially the deportation proceedings instituted against immigrant children who, like Dora Bruder, were born in France. Despite their remarkable absence from the streets of Modiano’s Paris, French immigrants of the narrative present become in his text visible through the traces of their absence, their history of colonial and post-colonial oppression offering ghostly echoes of long-repressed histories of war and Occupation. » (résumé joint à l’article)

HIGGINS, Lynn A., « Fugue States: Modiano Romancier », dans Studies in Twentieth and Twenty First Century Literature, vol. 31, no 2 (été 2007), p. 450-465. +++ Article de revue

### « The essay shows how in Dora Bruder, Modiano is able to call upon imagination and mobilize the novelist’s craft while remaining faithful to historical truth. » (résumé joint à l’article)

ALBA MOREYRA, Ana Inés, « Dora Bruder: Le refus de l’oubli », dans Susana G. ARTAL (dir.), Estudios argentinos de literatura francesa y francófona: Los viajes, los viajeros y el olvido, Córdoba, Comunicarte, 2004, p. 139-150. +++ Chapitre de collectif

LASSERRE, Audrey, « Le roman français contemporain aux prises avec l’Histoire. Dora Bruder de Patrick Modiano et La Compagnie des spectres de Lydie Salvayre », dans Sites: The Journal of Twentieth Century Contemporary French Studies, vol. 6, no 2 (automne 2002), p. 327-336. +++ Article de revue

###

WILSON, Laurie Christine, « Representation of the Années noires and the Evolution of Memory in Postwar French Literature », thèse de doctorat, Department of Romance Languages, University of Oregon, 2001, 217 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « This dissertation uses as a point of departure Henri Rousso’s 1987 study of the evolution of the collective memory of Vichy France, Le Syndrome de Vichy, the trajectory of which, he argues, has included mourning, burial, mythification, resurrection and demythification, Finally evolving into a stage of obsession beyond which French society does not seem to be prepared to move. Following the stages defined by Rousso, I argue that together with historical works, literary works can serve as a valuable tool in exploring this evolution and its impact on French society over time, and in enhancing the understanding of the complexity of the war years. The study concentrates on three works of fiction, each of which focuses at once on the années noires and the state of the collective memory of this period at the time the work was written: Marcel Aymé’s Uranus (1948), Marguerite Duras’s Hiroshima mon amour (1958) and Patrick Modiano’s Dora Bruder (1997). » (résumé joint à la thèse)

Voir le chapitre V : « Dora Bruder: Reflections on an obsession », f. 149-202.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

SHERIGHAM, Michael, « La figure de l’archive dans le récit autobiographique contemporain », dans Lendemains, vol. 27, no 107-108 (2002), p. 25-41. +++ Article de revue

HARTMAN, Geoffrey, « How to Recapture Selective Memories: The New Biographical Culture », dans Partisan Review, vol. 68, no 1 (hiver 2001), p. 111-126. +++ Article de revue

KHALIFA, Samuel, « The Mirror of Memory: Patrick Modiano’s La place de l’étoile and Dora Bruder », dans Andrew LEAK et Georges PAIZIS (dir.), The Holocaust and the Text: Speaking the Unspeakable, New York, St. Martin’s Press, 2000, p. 159-173. +++ Chapitre de collectif

LIPMAN, Ruth A., « The journey back: Revisiting childhood trauma », thèse de doctorat, Department of Foreign Languages and Literatures, City University of New York, 2014, 273 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « This dissertation examines the adult’s endeavor to revisit childhood trauma in four sets of literary texts that are not typically studied together. These works, all published after 1968, address the central problem of revisiting childhood trauma in order to open a potential for mourning and sometimes for healing. I explore connections between individual/family trauma and collective/historical trauma. I argue that the use of objects and/or photographs is integral to the process of touching and representing the buried, embodied wounds of childhood, propelling the journeys and conveying the experience to the reader. Each pairing of literary works concerns a different kind of journey. Saul Friedländer’s Quand vient le souvenir and Sarah Kofman’s Rue Ordener/rue Labat emerge from the experiences of children, both members of the 1.5 generation of Holocaust survivors, who were hidden in France during World War II. Philippe Grimbert’s Un Secret and Patrick Modiano’s Dora Bruder are suffused with the presence of absence in which the first person narrators, children of Holocaust survivors, who experience feelings of belatedness characteristic of the second generation, try to unravel secrets about people who perished during the Holocaust. Edwidge Danticat’s Breath, Eyes, Memory and Annie Ernaux’s L’Autre fille contrast texts with substantial differences in genre, style, setting and situation, but Danticat’s novel and Ernaux’s memoir L’Autre fille both focus on central themes of shame and secrecy. Marie Cardinal’s Les Mots pour le dire and Marie- Célie Agnant’s Le Livre d’Emma explore the theme of hidden truth. Locating embodied trauma and expressing it to an empathic witness is the difficult and liberating trajectory of these two narratives. The analyses utilize a range of theoretical approaches such as theory about testimonial objects, postmemory and traumatic realism. I emphasize the role of the empathic witness as well as literary devices and structures (such as metaphors, homonyms and intertextuality) that are part of this process. » (résumé joint à la thèse) ###

BOUTIN, Frédéric, « Du devenir-écrivain du narrateur modianien au devenir-archives du roman Dora Bruder », mémoire de maîtrise, département des arts et des lettres, Université du Québec à Chicoutimi, 2000, 129 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « D’emblée nous parlerons du narrateur modianien, en tant qu’instance productrice des différents récits, des différents récits issus de la plume du même scripteur, portant tous la même signature, et constituants une oeuvre. Nous reviendrons ultérieurement et avec plus de détails sur le développement de cette hypothèse qui nous permettra d’aborder le parcours, déterminant chez Modiano, de ce narrateur dans son rapport au projet même de l’écriture (romanesque). Cela en tant que le narrateur modianien se présente dans plusieurs ouvrages comme un narrateur-scripteur, rédigeant (ou ayant rédigé) ce que le lecteur a sous les yeux et qui représente son récit. Dans d’autres ouvrages, c’est le personnage (narrateur) qui aura été, jadis, dans une «ancienne vie», un écrivain de métier et qui mettra en scène (en représentation, dans la diégèse) la littérature et l’écriture.

Dans le cadre du questionnement de cette particularité narrative, nous nous attarderons d’abord sur l’oeuvre de Modiano en général, mais uniquement dans la mesure où Dora Bruder fait partie intégrante de cette oeuvre, s’inscrivant dans son évolution et sa cohérence, et où surtout la présence du narrateur-scripteur y prend toute son importance lorsqu’on la considère à la lumière de cette cohérence. » (résumé joint au mémoire)

CIMA, Denise, Étude sur Patrick Modiano. Dora Bruder : jeux de miroir biographiques, Paris, Ellipses (Résonances), 2003, 111 p. +++ Monographie

HENDRIX, Julie, « Memory and History in the Modern French Novel: Patrick Modiano and the New Orientation », mémoire de maîtrise, French department, University of Tennessee, 2002, 109 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « During the twentieth century, historians began to reevaluate the techniques used in the study of history in an attempt to redefine the notion of “truth” in history. This process of reexamination, referred to as historiography, resulted in a new appreciation for the connection between history and memory. Through revisions in philosophical thought and the re-analysis of historiography, a new conception of memory as the foundation for all history expressed a revolutionary view of the relationship between memory and history. This challenging reconfiguration of the relationship between memory and history contrasted with the previously conceived notions of what defined and separated these two domains. The reexamination of memory and history affected not only historians, however, but also novelists, who for centuries have woven these two areas dealing with perceptions of human experience into literary creation. » (extrait de l’introduction)

Ce mémoire traite aussi de Voyage de noces.

AUBIN, Julie, « Mémoire juive et espace urbain dans Dora Bruder et La Québécoite », mémoire de maîtrise, département des littératures de langue française, Université de Montréal, 2011, 126 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Ce mémoire propose des lectures croisées de la mémoire urbaine dans Dora Bruder de Patrick Modiano et La Québécoite de Régine Robin. Les deux récits mettent en scène des narrateurs héritiers de la mémoire de la Shoah qui déambulent dans les villes de Paris et Montréal. La ville est espace d’intelligibilité dont les signes sont porteurs de sens à activer par l’observateur. À l’aide de la sémiotique de la ville (Benjamin) et des pratiques de la ville (De Certeau) et en tenant compte de la position particulière des narrateurs autour des enjeux du témoignage et de l’écriture, ce mémoire cherche à étudier comment la ville participe au déploiement d’une mémoire juive en même temps qu’elle contribue à son inévitable perte. La Deuxième Guerre mondiale a eu lieu en partie à Paris, qui en porte les traces dans une forte densité mémorielle, tandis que Montréal, ville diasporique où les événements ne se sont pas déroulés, accueille les mémoires écorchées qui se fixent d’une autre manière dans l’espace urbain. Dans les deux récits, l’espace urbain est nécessaire à la mise en texte de la rupture et de la perte, qui se dévoilent à la fois au niveau thématique (destruction urbaine, échecs répétés, perte identitaire) et formel (remise en question du récit, hybridité générique.) » (résumé joint au mémoire)

GEFEN, Alexandre, Inventer une vie. La fabrique littéraire de l’individu, préface de Pierre MICHON, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles (coll. Réflexions faites), 2015, 304 p. +++ Monographie

### « Parues en 1895, les Vies Imaginaires de Marcel Schwob scellent l’acte de naissance d’un genre littéraire, la fiction biographique, dont les dérivées contemporains pullulent dans nos librairies depuis les Vies minuscules de Pierre Michon, les récits de Pascal Quignard, de Jean Echenoz ou de Patrick Modiano. Excentriques ou mélancoliques, ardentes ou ironiques, poétiques ou fantaisistes, romanesques ou fragmentaires, ces vies traduisent une volonté de décrire avec la liberté de la littérature l’originalité des êtres et des mœurs. Elles traduisent notre passion moderne pour les minores ou les contre-légendes des illustres, notre fascination pour la sainteté des cœurs simples ou simplement notre nostalgie poétique des contes et hagiographies. Art littéraire de la mémoire, ces récits résonnent de la religion de transmission propre à notre culture comme de notre orgueil des différences et de notre besoin des secrets. Rêvés ou réinventés par les écrivains, produisent une mythographie proprement littéraire fondée sur ce que M. Schwob nommait le sentiment moderne du particulier et de l’inimitable : elles enrichissent, aux marges de la grande Histoire, nos vies de possibles.

C’est un voyage parmi ces vies imaginaires, fil secret de notre histoire littéraire et laboratoire précieux de nos identités modernes, et une réflexion sur ce genre désormais central de la littérature française et pourtant jamais encore étudié en tant que tel, la biofiction, que cet essai veut proposer. » (quatrième de couverture)

Voir plus particulièrement le chapitre XXII: « Dora Bruder, enfant sans identité ». ###

FRÖHLICHER, Peter, « Du Bellay, Hugo, Modiano - trois figurations de la ville-palimpseste » dans Ursula BÄHLER, Peter FRÖHLICHER, Patrick LABARTHE et Christina VOGEL (dir.), Figurations de la ville-palimpseste, Tübingen, Narr Francke Attempto, 2012, p. 11-20. +++ Chapitre de collectif

### « Susceptible d’être définie par la superposition de différentes couches à la manière d’un palimpseste, la ville se donne à lire comme un espace complexe de significations renvoyant à une pluralité d’époques, de mythes et d’idéologies. Dans les textes littéraires, la ville ainsi configurée pose le problème du déchiffrement des discours qu’elle subsume et donne lieu en même temps à l’inscription de nouveaux contenus: les empreintes historiques et les traces des pratiques sociales dans le scénario urbain s’articulent en effet à diverses stratégies narratives et plus généralement énonciatives. Se dessinent ainsi les facettes d’une poétique de la ville-palimpseste entendue comme archive et lieu de mémoire, mais aussi comme source de contenus poétologiques inédits. Les contributions réunies dans ce volume se proposent d’étudier ces facettes dans des oeuvres du XIXe au XXIe siècle, de Victor Hugo et Charles Baudelaire à Marie NDiaye en passant par Marcel Proust, Blaise Cendrars et Jean-Marie Le Clézio pour ne citer que quelques noms. » (présentation de l’éditeur) ###

BENT, Elly van der, « La quête dans Perceval le Gallois ou le Conte du Graal, Rue des boutiques obscures et Dora Bruder : une comparaison », mémoire de maîtrise, faculté des lettres, Université d’Utrecht, 2006, 69 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « L’homme a toujours voulu avoir une réponse à la question “Qui suis-je”. Dès les premiers textes écrits les hommes sont partis à la recherche de leur identité. Les personnages dans les trois livres dont nous allons parler sont tous les trois à la recherche de leur identité. Dans le dernier quart du XIIe siècle Chrétien de Troyes écrit Perceval ou le conte du Graal. Perceval est représenté comme chevalier errant qui va d’aventure à aventure et qui accomplit de brillantes missions de défenseur des faibles et de redresseur des torts. Le but de ses aventures est le Saint Graal.

Les deux autres livres sont de Patrick Modiano. Dans Rue des boutiques obscures Guy Roland est un amnésique. Il est détective et va s’enquêter sur sa propre vie. Dans ce livre il s’agit donc d’un personnage à la recherche de sa propre histoire de vie, de sa propre identité. Dans Dora Bruder le personnage principal est une jeune fille juive qui a perdu sa vie dans l’holocauste de la deuxième guerre mondiale. C’est le narrateur que veut reconstituer la vie de cette jeune fille. Dans les chapitres 1 à 3 nous allons analyser ces trois quêtes pour essayer de donner une réponse à la question de savoir « qu’est-ce exactement que les personnages cherchent ». Dans le chapitre 4 nous nous proposons de comparer la quête de ces trois personnages pour voir comment les deux auteurs ont donné forme à cette idée et y chercher des points communs. » (introduction du mémoire)

NORDHOLT, Annelies Schulte, Perec, Modiano, Raczymow: la génération d’après et la mémoire de la Shoah, Rodopi, Amsterdam/New York, 2008, 335 p. +++ Monographie

### « À partir des années 1970, on voit en France une résurgence de la mémoire juive de l’Occupation et de la Shoah, qui va de pair avec une extraordinaire floraison de romans et de récits, indique l’éditeur. Une nouvelle génération d’écrivains prend la parole : c’est la “génération d’après”, celle des enfants de survivants et des survivants-enfants. Jusqu’à ce jour, peu de critiques ont été sensibles à la puissante unité qui relie ces œuvres, malgré la diversité des styles employés. Le présent ouvrage se veut une étude d’ensemble de la “littérature de la génération d’après”, en passant par une analyse comparative de trois œuvres: celles de Georges Perec, de Patrick Modiano et de Henri Raczymow. » (Quatrième de couverture)

Le second chapitre s’intéresse plus particulièrement à Dora Bruder: « Le témoignage par le biais de la fiction. Patrick Modiano: Dora Bruder », p. 91-128. ###

DUBOSCLARD, Joël, Dora Bruder de Patrick Modiano, Paris, Hatier (Profil d’une oeuvre), 2006, 127 p. +++ Monographie

### Sommaire:

1) RÉSUMÉ ET REPÈRES POUR LA LECTURE

2) PROBLÉMATIQUES ESSENTIELLES

  • Dora Bruder dans l’œuvre de Modiano
  • Une œuvre au carrefour des genres littéraires
  • Composition et structure de l’œuvre
  • Espace et temps
  • La mémoire et l’oubli
  • Qui est Dora Bruder ?
  • Autoportrait d’un enquêteur
  • Écriture neutre et art de la suggestion

3) LECTURES ANALYTIQUES ###

BEM, Jeanne, « Dora Bruder ou la biographie déplacée de Modiano », dans Cahiers de l’Association internationale des études françaises, vol. 52, no 1 (2000), p. 221-232. +++ Article de revue

###

GUIDÉE, Raphaëlle, « L’écriture contemporaine de la violence extrême : à propos d’un malentendu entre littérature et historiographie », dans Fabula, 2013, [en ligne]. +++ Article de revue

###

HECK, Maryline, « La Fabrique du souvenir : mémoire réelle et mémoire fictive dans W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec et Dora Bruder de Patrick Modiano », dans Texte: revue de critique et de théorie littéraire (dossier « L’autobiographique »), nos 41-42 (2007), p. 123-150. +++ Article de revue

DOUZOU, Laurent, « Quand la fiction vole au secours de la réalité: le cas Dora Bruder », dans Roger-Yves ROCHE (dir.), Lectures de Modiano, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2009, p. 123-135. +++ Chapitre de collectif

SHERINGHAM, Michaël, « Le dispositif Voyages de noces-Dora Bruder », dans Roger-Yves ROCHE (dir.), Lectures de Modiano, Nantes, Éditions Cécile Defaut, 2009, p. 243-266. +++ Chapitre de collectif

COOKE, Dervila, Present Pasts : Patrick Modiano’s (Auto)Biographical Fictions, Amsterdam, Rodopi (Faux Titre), 2005, 356 p. +++ Monographie

### Voir le chapitre 7: « Fusion and Distance: Biography in Voyage de noces and Dora Bruder, et plus précisément la section portant sur Dora Bruder, p. 283-303. ###

COOKE, Dervila, « Modiano et la flânerie », dans Anne-Yvonne JULIEN (dir.), Modiano ou Les intermittences de la mémoire, Paris, Hermann (Collection Savoir Lettres), 2010, p. 239-254. +++ Chapitre de collectif



Dora Bruder (oeuvre)
TitreDora Bruder
AuteurPatrick Modiano
Parution1997
TriDora Bruder
Afficheroui

Outils de la page

complaint