Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Extension du domaine de la lutte

extension_du_domaine_de_la_lutte.jpg Michel Houellebecq, Extension du domaine de lutte, Paris, Éditions Maurice Nadeau, 1994, 180 p.

« Autour de lui, les personnages luttent pour un peu d’amour, de plasir sexuel ou d’argent. Il est technicien en informatique ; il n’a plus d’ambition. Sa vie est une succession de déceptions banales ; les repères sociaux s’effritent. Il va perdre son emploi, il ne trouvera pas de femme. L’enfance est finie : au-dessus de lui, il sent grandir l’aile sombre de la dépression. Un roman d’apprentissage : l’apprentissage du dégoût. »
(Extrait de la quatrième de couverture)

Documentation critique

ASHOLT, Wolfgang, « Une littérature de risques ou les risques de la modernité? À propos du premier roman de Michel Houellebecq Extension du domaine de la lutte », Lendemains, n° 146-147 (2011), p. 18-31. +++ Article de revue

DION, Robert, « Faire la bête. Les fictions animalières dans Extension du domaine de la lutte », C.R.I.N, dossier « Michel Houellebecq », sous la direction de Sabine VAN WESEMAEL, vol. 43, n° 1 (juin 2004), p. 55-66. +++ Article de revue

SCHUEREWEGEN, Frank, « Scènes de cul », C.R.I.N, dossier « Michel Houellebecq », sous la direction de Sabine VAN WESEMAEL, vol. 43, n° 1 (juin 2004), p. 91-98. +++ Article de revue

DUFFY, Larry, « Networks of Good and Evil: Michel Houellebecq’s Fictional Infrastructures », Australian Journal of French Studies, vol. 49, n° 3 (septembre-décembre 2012), p. 211-225. +++ Article de revue

### Abstract
A striking feature of Michel Houellebecq’s fiction is the pervasive presence of infrastructure, whether consisting of nineteenth-century transport and administrative networks underpinning a national territory, or modern-day electronic networks underpinning those of distribution and exchange in a liberal economy. The former are presented in a largely positive light, and are depicted as creating bonds which connect a cohesive community; the latter, despite their overwhelming presence in all areas of social life, succeed only in disconnecting human beings. The network is thus for Houellebecq a means of establishing the ideological problematics of his work, which critiques the demise of community based on shared moral values, and the rise of an amoral individualism. It represents also a thematic link with other infrastructural networks: those of nineteenth-century fiction. In deconstructing the networks underpinning modern activity, and demonstrating their functioning - and collapse into dysfunction - Houellebecq constructs, like his naturalist predecessors, an epistemological infrastructure of the contemporary world.

Duffy, 2012, PDF ###

VAN WESEMAEL, Sabine, « Le freudisme de Michel Houellebecq. Extension du domaine de la lutte, une histoire de maladie », C.R.I.N, dossier « Michel Houellebecq », sous la direction de Sabine VAN WESEMAEL, vol. 43, n° 1 (juin 2004), p. 117-126. +++ Article de revue

ROBITAILLE, Martin, « Houellebecq, ou l’extansion d’un monde étrange », Tangence, n° 76 (automne 2005), p. 87-107. +++ Article de revue

###Résumé
« Extension du domaine de la lutte met en scène un narrateur anti-héros qui sombre graduellement dans la dépression. Le monde qu’il habite lui paraît alors de plus en plus étrange. Dans une lutte à finir avec le genre humain, le protagoniste tentera de convaincre un collègue de travail de commettre un meurtre, avant de retourner cette violence contre lui-même et de se retrouver en institution psychiatrique. Cet article propose de revoir la notion d’étrangeté à la lumière de la position qu’occupe ce narrateur, soit celle d’un observateur-ethnologue qui, malgré son état dépressif, conserve cette sorte d’hyperacuité du regard et de l’analyse qui lui permet d’appréhender le monde autrement, en dégageant à la fois une théorie du libéralisme économique et sexuel, et une vision poétique de la réalité basée sur l’expérience de l’étrangeté - comme si la dépression ouvrait un autre espace de conscience, affligeant mais cristallin, sombre et pourtant salvateur. »

Robitaille, 2005, HTML

###

TREMBLAY, Isabelle, « L’emploi du stéréotype dans le roman Extension du domaine de la lutte ou l’extinction de l’altérité », Symposium, vol. 59, n° 4 (hiver 2006), p. 225-236. +++ Article de revue

PROGUIDIS, Lakis, « II. Preuves irréfutables de la non-existence de la société. Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq », dans De l’autre côté du brouillard. Essai sur le roman français contemporain, Québec, Nota bene, 2001, p. 51-78. +++ Monographie

HUGLO, Marie-Pascale, « L’art d’enchaîner. La fluidité dans le récit contemporain », Protée, vol. 34, n° 2-3 (automne-hiver 2006), p. 127-137. +++ Article de revue

### Huglo, 2006, HTML ###

HÜBENER, Thomas, Maladien für Millionen : eine Studie zu Michel Houellebecqs “Ausweitung der Kampfzone”, Hannover-Laatzen, Wehrhahn, 2007, 476 p. +++ Monographie

WIERZBOWSKA, Ewa Małgorzata, « La technique de la description chez Houellebecq - Extension du domaine de la lutte », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 165-175. +++ Chapitre de collectif

WESEMAEL, Sabine van, « Fais-moi un gros câlin », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 271-295. +++ Chapitre de collectif

WRONSKA, Olga, « Les Avatars de l’œdipe contemporain », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 325-334. +++ Chapitre de collectif

SWEENY, Carole, « “And Yet Some Free Time Remains…”: Post-Fordism and Writing in Michel Houellebecq’s Whatever », Journal of Modern Literature, vol. 33, n° 4 (été 2010), p. 41-56. +++ Article de revue

###Abstract
Narrated by a depressive and socially isolated protagonist, Michel Houellebecq’s first novel Whatever traces the disaggregating effects of post-Fordism on the intimate spaces of human affect. Set in the burgeoning information technology industry of the mid-1990s among a hitherto literarily neglected social group of middle managers (cadres), the novel suggests that the cultural project of post-Fordist capitalism blights all human relations and leads to an existential pauperization of everyday life. The affective spaces of the human subject are no longer sites of pleasure but deeply agonistic ones. Heir neither to the hygienic aesthetic of the nouveau roman nor to a ‘death of affect’ strain of literary postmodernism, Houellebecq’s work is generically difficult to situate in the French or Anglo-American novelist tradition. A terse rejoinder to its socio-economic epoch, What-ever tests the viability of novelistic form in the face of the ‘indifference and nothingness’ of the post-Fordist subject.

Sweeny, 2010, PDF ###

STEMBERGER, Martina, « (Des-)Illusionen: Skepsis und Stereotypie in Michel Houellebecqs Extension du domaine de la lutte », Romanische Forschungen, vol. 120, n° 2 (2008), p. 190-200. +++ Article de revue

### Résumé
Les textes de Michel Houellebecq, à maints égards, constituent une provocation voulue, une infraction stratégique aux règles de la political correctness. Les narrateurs houellebecquiens, désillusionistes professionnels, font étal d’un scepticisme radical — qui peut aussi servir d’alibi narratif et idéologique, permettant de réhabiliter le cliché le plus trivial, de le re-découvrir comme une vérité nouvelle. Cet essai analyse ce double jeu à partir de la stéréotypie antisémite — assez discrète, comparée à l’usage d’éléments de discours misogynes — dans Extension du domaine de la lutte. Un des protagonistes du roman, le très laid et très ridicule Raphaël Tisserand, hanté par une obsession sexuelle éternellement frustrée, est juif; un fait que le narrateur apprend par hasard et voue aussitôt à l’oubli, le déclarant insignifiant, un peu trop vite peut-être. Car en y regardant de plus près, force est de constater que ce triste anti-héros, personnage chroniquement déplacé, est pourvu de toute une série de traits et surtout de fonctions narratives stéréotypés à l’extrême. Cette analyse montre comment le regard désillusioniste sur le monde risque de rester sujet au régime des idées reçues.

Stemberger, 2008, PDF ###

MOSAKOWSKI, Marek, « Michel Houellebecq : un moderniste antimoderne », Frankofoni, n° 21 (2009), p. 403-412. +++ Article de revue

### Porte également sur Les particules élémentaires. ###

AMAR, Ruth, « L’ère “entre-deux” de Michel Houellebecq », Lettres Romanes, vol. 61, n° 3-4 (août-novembre 2007), p. 349-356. +++ Article de revue

### Porte également sur Les particules élémentaires.

Amar, 2007, PDF ###

LOIGNON, Sylvie, « “Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris…” », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 393-402. +++ Chapitre de collectif

SAINT-ONGE, Simon, « De l’esthétique houellebecquienne », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 69-80. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Les particules élémentaires ###

CORNILLE, Jean-Louis, « Extension du domaine de la Littérature ou J’ai lu L’Etranger », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 133-143. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Les particules élémentaires ###

DUMAS, Nathalie, « Lutte à 99F: La Vie sexuelle selon Michel H. et son extension à Frédéric B. », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 215-225. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Plateforme ###

VAN WESEMAEL, Sabine, « La peur de l’émasculation », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 169-183. +++ Chapitre de collectif

PELLETIER, Martin, « Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq, sociologie, romance et didactisme littéraire », mémoire de maîtrise, Université du Québec à Rimouski, 2009, 120 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Dans le but de porter un autre regard sur l’oeuvre de Michel Houellebecq, ce mémoire s’intéresse à la mise en discours de thèses sociologiques dans le premier roman de l’auteur : Extension du domaine de la lutte.
Après une récapitulation précise des concepts sociologiques de la théorie sociale antilibérale véhiculée par le roman, l’étude souhaite cerner les mécanismes de l’expression de thèses sociologiques et philosophiques en fiction. Il s’agit surtout de déterminer comment un texte de fiction peut servir à illustrer et à expliquer des idées sur le monde.
L’étude identifie le contenu diégétique comme étant un vaste « trait de soulignement » des idées mises de l’avant par le texte. Adoptant le didactisme comme principe porteur, la narration met en place de nombreux procédés servant à crédibiliser ces idées sur la société. L’illustration par exemplification, le réalisme ainsi que le recul critique sont les pierres angulaires de ce didactisme et le mémoire s’intéresse particulièrement aux moments où celles-ci entrent en conflit. Si le développement de l’argumentation passe souvent par la mise en place d’éléments constituant une narration réaliste par excellence, il arrive que l’auteur favorise le récit allégorique, le commentaire omniscient et d’autres traits de l’invention subjective tenant de l’invraisemblable. Il devient par contre clair que ces pratiques, tranchant drastiquement avec l’effet de réel, servent le didactisme.
En utilisant la théorie reprise par Vincent Jouve, il est remarqué que la réglementation ambigile du rapport à la fiction qu’instaure l’auteur repose sur la même idée. Sélectionnant des procédés de la « lecture participative » - comme la vraisemblance et l’intrigue linéaire - et des procédés de la « lecture distanciée » - comme les jeux onomastiques, les titres rhématiques, l’intertextualité explicite et surtout la position d’observateur - l’auteur exploite habilement la « mise en évidence » des thèses sociologiques.
Finalement, l’évidente volonté de communiquer des thèses qui émane du texte porte à considérer ce roman comme appartenant au genre du roman à thèse. Se servant de la définition détaillée du genre qu’a faite Susan Rubin Suleiman, l’étude souligne cependant que, même si Extension du domaine de la lutte emprunte certaines méthodes didactiques au roman à thèse, il s’y rattache difficilement en raison du flou moral qui entoure le personnage principal, avant tout porté sur la détention de la vérité plutôt que sur l’incarnation irréfutable du bien que représente obligatoirement le héros de roman à thèse.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

MORREY, Douglas, « Sex and the Single Male: Houellebecq, Feminism, and Hegemonic Masculinity », Yale French Studies, n° 116/117 (2009), p. 141-152. +++ Article de revue

### Porte également sur Les particules élémentaires

Morrey, 2009, PDF ###

DUBOIS, Jacques (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose contemporaine, Lièges, Presses universitaires de Liège (Situations), 2015, 224 p. +++ Collectif

### Un chapitre porte sur Extension du domaine de la lutte. ###



Extension du domaine de la lutte (oeuvre)
TitreExtension du domaine de la lutte
AuteurMichel Houellebecq
Parution1994
TriExtension du domaine de la lutte
Afficheroui

Outils de la page

complaint