Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Jean-Philippe Toussaint - ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

ALBRIGHT, Arcana, « Textualité sans frontière chez Jean-Philippe Toussaint », dans Jean-Pierre MONTIER (dir.), Transactions photolittéraires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (Interférences), 2015, p. 311-320. +++ Chapitre de collectif

WAGNER, Frank, « Le miroir et le simple (des récits postmodernes) », Oeuvres et critiques, vol. 23, n° 1 (1998), p. 74-99. +++ Article de revue

SCHOOTS, Fieke, « L’écriture “minimaliste” », dans Michèle AMMOUCHE-KREMERS et Henk HILLENAAR (dir.), Jeunes auteurs de Minuit, Amsterdam - Atlanta, Rodopi (Cahiers de recherches des instituts néerlandais de langue et de littérature françaises, 27), 1994, p. 127-144. +++ Chapitre de collectif

###« […] la liberté totale de l’ère postmoderne n’empêche pas que certains auteurs de Minuit constituent un groupe à la recherche de “nourritures identiques”. L’inventaire des procédés “minimalistes” nous montrera de quels auteurs il s’agit et fera ressortir les traits qui les distinguent des autres “jeunes” auteurs de Minuit. Nous découvrirons en même temps la nature de leur relation avec ces prédécesseurs illustres qu’étaient les nouveaux romanciers. » ###

STUMP, Jordan, « Jean-Philippe Toussaint, Unfinished », Substance, vol. 35, n° 3 (n° 111 - 2006), p. 95-111. +++ Article de revue

###« The fall of 2005 was an unjoyous time in Paris. In the popular press, article after article spoke darkly of a sour mood that had settled over the French, attributed variously to a sluggish economy, faltering confidence in the future of the European Union, sheer boredom, or a vague sense that France’s best days lie behind her. Not surprisingly, the latest Michel Houellebecq novel was being touted as the book of the season, and even as the one (gloomy) bright spot in what promised to be a drab literary rentrée. Actual events, meanwhile, demonstrated the existence of real suffering in the midst of all this moping : first a series of deadly fires in apartment buildings occupied primarily by African immigrants, then a sudden and protracted eruption of rage from the marginalized communities of the suburbs (no doubt paving the way for yet another resurgence of the xenophobic far right). In short, a field day for prophets of doom of all stripes ; for everyone else, there seemed remarkably little reason to be cheerful.

Nevertheless, if you had been strolling the streets of Paris in the fall of 2005, you would have seen one spirit-lifting sight, many times reproduced in the windows of bookstores all over the city : a display consisting of a small bouquet of white-covered books, enlarged photocopies of glowing reviews, and a photograph of a tall man in a sweater, his arms raised and crossed just in front of his eyes, a sheepish grin on his lips. The photo depicted the Belgian writer Jean-Philippe Toussaint ; the subject of the glowing reviews was his latest novel, Fuir, whose appearance, Houellebecq notwithstanding, was unmistakably the major event of the 2005 literary season.

This may seem a strange thing. Toussaint has long been admired by fans of adventurous new conceptions of the novel, but he has never really imposed himself as a literary star. Neither fascinatingly reclusive nor relentlessly self-promoting, he seems to have devoted little energy to the development of an alluring media persona, and his books appear similarly unfrantic to win us over : brief, not all that numerous, often (and, up to a certain point, accurately) described as “impassive” or “minimalist,” they offer stories without clear direction, with uncertain conclusions, rather vague characters, mildly enigmatic motivations, little action, and few Big Ideas. There is of course their wonderful humor, but even that is of a somewhat unforthcoming sort, gentle and dry ; and then, in any case, humor is hardly the surest path to follow if you want to be taken seriously.

And yet there we are : little by little, Toussaint has worked his way into the French literary mainstream (an arrival confirmed by the attribution of the 2005 Prix Médicis to Fuir), demonstrating both the force of his own remarkable writing and the durability of a change in the French novel that is now some twenty years old—like Toussaint’s career, as it happens, since it was in 1985 that his first book, La salle de bain, was published by the Editions de Minuit. At the time, Minuit’s reputation as one of France’s most adventurous publishing houses was founded primarily on a glorious—but to some extent faded, or at least fading—past: the golden age of the nouveau roman, the days of Beckett, Robbe-Grillet, and Duras. But in fact Minuit had already begun to move beyond that incarnation of itself ; by the mid-1980s, it was already offering a home to a new generation of writers, and encouraging another (somewhat quieter) shift in the look and feel of the French novel. Soon this shift would be noted, and the novelists responsible for it—Jean Echenoz, Marie Redonnet, Eric Chevillard, Christian Oster, Marie Ndiaye, Jean-Philippe Toussaint, and others—would be dubbed the “new Minuit” writers. It should immediately be said, of course, that there is no “new Minuit school” ; these writers are bound by no manifesto, and their novels neither promote a common agenda nor hew to a specific shared esthetic. Nevertheless, there is a distinctive feel to their work, and a noticeable difference from the avant-garde writing of the sixties and seventies : a greater accessibility, a more self-directed sort of irony, a more playful manipulation of narrative practices, a less overt concern with questions of theory or politics. In other words (and for want of a better term), their writing is postmodern, though even that highly unconfining categorization seems to me irksomely restrictive, given the kaleidoscopic heterogeneity and consistent inventiveness of their output. »
(Extrait, p. 95-96)

Stump, 2006, PDF ###

SCHMIDT, Mirko F., Jean-Philippe Toussaint. Erzählen und Verschweigen, Norderstedt, BOD, 2001, 192 p. +++ Monographie

SCHMIDT, Mirko F. (dir.), Entre parenthèses. Beiträge zu Werk von Jean-Philippe Toussaint, Paderborn, Vigilia, 2003, 172 p. +++ Collectif

### Sommaire

  • Mirko F. Schmidt: Vorwort, S. 9-11
  • Jean-Philippe Toussaint: Impressions de Copenhague, S. 13-14
  • Jean-Philippe Toussaint: Impressionen aus Kopenhagen, S. 15-16
  • Mirko F. Schmidt: Car qu’est-ce que penser - si ce n’est à autre chose? Jean-Philippe Toussaint und die Philosophie, S. 17-28
  • Oliver Eberlen: Un mouvement en puissance: Diskursive Erzähldynamik in La salle de bain und L’appareil-photo, S. 29-44
  • Birgit Acar: Ironie und Gestik - beispielhaft untersucht an Jean-Philippe Toussaints mustergültigem Monsieur, S. 45-63
  • Oliver Scholle: Der blinde Fleck. Variationen phototheoretischer Thesen in Jean-Philippe Toussaints L’appareil-photo, S. 65-75
  • John Lambert: A Portrait of John Dory, S. 77-86
  • Pascale McGarry: T(itien) V(ecellio) / TV: défense et illustration de la culture dans La télévision, S. 87-97
  • Patrick Rebollar: Mines de riens. Essai sur La télévision de Jean-Philippe Toussaint, S. 99-115
  • Jean-Louis Hippolyte: A Tokyo comme à Bastia: le „non-lieu“ chez Jean-Philippe Toussaint, S. 117-125
  • Kai Nonnenmacher: Zwei Betrachtungsweisen von Jean-Philippe Toussaint: Minimale Bildrevisionen in Autoportrait (à l’étranger), S. 127-148
  • Mirko F. Schmidt: Bibliographie - Jean-Philippe Toussaint, S. 149-169

###

ALBERT, Claudia, « L’être contemporain. Neue Französische Romanciers », Romanistische Zeitschrift für Literatugeschichte, n° 1-2 (1990), p. 241-244. +++ Article de revue

ALBERT, Claudia, « “En toutes choses son mol acharnement”. Die einverstandenen Helden im neuen französischen Roman », dans Wolfgang ASHOLT (dir.), Intertextualität und Subversität. Studien zu Romanliteratur der achtziger Jahre in Frankreich, Heidelberg, Universitätverlag C, 1994, p. 351-364. +++ Chapitre de collectif

HENNUY, Jean-Frédéric, « Examen d’identité : voyageur professionnel et identification diasporiques chez Jean-Philippe Toussaint et Abdelkébir Khatibi », French Studies, vol. 60, n° 3 (septembre 2006), p. 347-363. +++ Article de revue

### Résumé
À travers la question du rapport à l’autre et à soi-même, la lecture des romans de Jean-Philippe Toussaint et Abdelkébir Khatibi nous forcent à une analyse où l’on est appelé à redoubler de vigilance face à des certitudes identitaires considèrèes, bien trop souvent encore, comme inébranlables et indéfectibles. Jean-Philippe Toussaint et Abdelkébir Khatibi nous rendent sensibles au fait qu’en début de ce troisième millénaire notre identité personnelle est toujours déterritorialisée. Nos voyages, nos traversées chroniques des frontières ne visent plus à fonder des territoires, mais nous forcent à faire en permanence l’examen de notre identité, à créer des identités diasporiques. Identitaires, nos voyages le sont parce qu’ils nous contraignent à former et reformer une carte d’identité composée d’une multiplicité d’appartenances. Identitaires, nos voyages le sont aussi et avant tout parce qu’ils nous mettent face au caractère protéiforme de notre étrangeté.

Également paru sous forme de chapitre dans HENNUY, Jean-Frédéric, Des iconoclastes heureux et sans complexe, New York, Peter Lang, 2007. ###

ESFANDIAR, Esfandi, « Un formalisme référentiel dans le roman français des années 1980 : Patrick Deville, Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint », thèse de doctorat, département des lettres modernes, Université Paris III, 2001, 499 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Du point de vue de la production romanesque, les années 1980 se définissent par l’éclosion des individualités ; par l’éclatement des écoles littéraires et autres regroupements d’auteurs autour d’une esthéique et de directives communes. Cet état de fait n’a cependant pas découragé la critique, toujours soucieuse de dégager des similitudes de ton, de forme et de contenu dans des oeuvres des différents écrivains. Patrick Deville, Jean Echenoz et Jean-Philippe Toussaint ont par exemple été réunis - parmi d’autres - sous l’étiquette “minimaliste”. De la même manière, cette présente étude propose, s’agissant de ces trois auteurs et par le biais d’analyses comparatives, de mettre en lumière les contours d’un modèle représentationnel à cheval entre réalisme et formalisme - où le formalisme le dispute au réalisme, et vice-versa - cela à différents dégrés et selon différentes modalités. La perspective de lecture - et partant, d’analyse - adoptée est celle d’un lecteur ordinaire participatif, confronté à des récits référentiellement parlant ambivalents, et qui constate que l’ambivalence à laquelle il a affaire réside dans la manière même dont les histoires lui sont contées. A ce titre, cette étude s’intéresse principalement à la forme des récits, et en particulier, à leur dimension discursive. » ###

BESSARD-BANQUY, Olivier, Le roman ludique. Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Éric Chevillard, Lille, Presses universitaires du Septentrion (Perspectives), 2003, 284 p. +++ Monographie

###« L’avènement, au milieu des années 1980, d’un roman dit “impassible” a piqué l’attention de la critique qui a vu là l’émergence d’une littérature de l’ère du vide - l’expression nouvelle d’une manière d’être au monde légère et désabusée . Apparu aux éditions de Minuit, ce mouvement, dont Echenoz et Toussaint sont les plus dignes représentants, a semblé à beaucoup dans la descendance directe du nouveau roman mâtiné d’un zest de formalisme ludique. Chevillard, souvent rapproché d’Echenoz et Toussaint pour sa prose désinvolte et grave, a connu dans le même temps la faveur d’une critique exigeante qui a vu chez lui le triomphe de l’ironie et de la subversion douce. Tous les trois ont en partage d’avoir incarné avec l’apparition de leurs premières œuvres un renouveau narratif joueur et cyclothymique. Qu’en est-il vraiment de ce renouveau narratif résolumnt ludique ? Est-il réellement aussi léger qu’on a bien voulu le croire ? Quelles sont ses formes et ses expressions ? Que signifie-t-il ? Que dit-il du monde contemporain et de la place qu’y occupe la littérature ? C’est à toutes ces questions que ce travail espère proposer des éléments de réponse en faux contre les discours convenus sur la mort du roman et le règne de la frivolité. » ###

SCHOOTS, Fieke, « Passer en douce à la douane ». L’écriture minimaliste de Minuit : Deville, Echenoz, Redonnet et Toussaint, Amsterdam et Atlanta, Rodopi (Faux-titres, n° 131), 1997, 234 p. +++ Monographie

###« Les quatre auteurs réunis ici, Deville, Echenoz, Redonnet et Toussaint, ont beaucoup attiré l’attention de la critique littéraire depuis la fin des années 80. Or, l’objectif de cette étude est, tout en respectant leur singularité, d’analyser leurs romans à partir de traits communs. Publiés aux Editions de Minuit, ils représentent une pratique d’écriture caractéristique de la littérature française actuelle, que l’on qualifie ici d’ “écriture minimaliste”.

Outre ce minimalisme, les recherches romanesques de ces auteurs se rejoignent sur un certain nombre de points. Ainsi, le jeu citationnel qu’ils pratiquent ne manque pas de mettre en cause la représentation de la réalité. De plus, l’organisation de leurs récits témoigne d’une réflexion sur les notion d’ordre et de chaos, de hasard et de nécessité. Enfin, l’étude de leur vision du monde montre que la réalité y fait tout de même sa rentrée “en douce”.

Le jeu d’ensemble que propose ce livre s’attache à repérer, à la lumière du Nouveau Roman et du postmodernisme, un nouveau territoire dans le paysage littéraire français et souligne en même temps quelques affinités entre la littérature et la pensée actuelles. » ###

ASHOLT, Wolfgang, « Die Minimalisten : Jean-Philippe Toussaint », dans Der Französische Roman der Achtziger Jahre, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1994, p. 21-31. +++ Monographie

JACOB, Helmut C., « Der Spielerische Umgang mit der Absurditat des Alltags in den Romanen von Patrick Deville und Jean-Philippe Toussaint », dans Wolfgang ASHOLT (dir), Intertextualitat und Subversivitat : Studieren zur Romanliteratur des achtziger Jahre im Franckreich, Heideleberg, Carl Winter Universiteitverlag, 1994, p. 331-349. +++ Chapitre de collectif

MOTTE, Warren, « Jean-Philippe Toussaint’s Ablutions », dans Small Worlds : Minimalism in Contemporary French Literature, Lincoln-London, Presses de l’Université du Nebraska, 1999, p. 70-82. +++ Monographie

### ###

BERTHO, Sophie, « Jean-Philippe Toussaint et la métaphysique », dans Michèle AMMOUCHE-KREMERS et Henk HILLENAAR (dir), Jeunes auteurs de Minuit, Amsterdam-Atlanta, Rodopi (CRIN, 27), 1994, p. 15-25. +++ Chapitre de collectif

DE DECKER, Jacques, « Jean-Philippe Toussaint », dans La brosse à relire. Littérature Belge d’aujourd’hui, Avin-Hannut, Luce Wilquin, 1999, p. 193-204. +++ Monographie

DESSY, Jean-Paul, « Voir, attendre, espérer. Trois temps d’une filiation littéraire chez Minuit à travers Claude Simon, Jean-Philippe Toussaint, Jean Rouaud », mémoire de Licence, département de philologie romane, Université Catholique de Louvain, 1996. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

DURAND, Alain-Philippe, « La Mondovision », The French Review, vol. 73, n° 3 (février 2003), p. 534-544. +++ Article de revue

### ###

LECLERC, Yvan, « Abstraction faite », Critique, vol. 45, n° 510 (novembre 1989), p. 889-902. +++ Article de revue

FLÜGGE, Manfred, « Fatiguer la réalité : Jean-Philippe Toussaint », dans Die Wiederkehr der Spieler. Tendenzen des Franzözische Romans nach Sartre, Marburg, Hitzeroth, 1993, p. 64-74. +++ Chapitre de collectif

GONTARD, Marc, « Le postmodernisme en France. Définition, critères, périodisation », dans Michèle TOURET et Francine DUGAST-PORTES (dir.), Le temps des lettres. Quelles périodisations pour l’histoire de la littérature française au XXe siècle ?, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Interférences), 2001, p. 283-294. +++ Chapitre de collectif

### ###

FLÜGGE, Manfred, « Wie man die Wirklichkeit weichmacht. Der Romancier Jean-Philippe Toussaint », Merkur, vol. 12 (novembre 1989), p. 111-116. +++ Article de revue

CURELL, Clara, « Un ejemplo de nueva narrativa francesa : Jean-Philippe Toussaint », dans Juan BRAVO CASTILLO (dir.), Actas del II coloquio sobrelos estudios de filologia francesa en la Universidad espanola, [s. l.], Universidad de la Castilla-La Mancha, 1994, p. 363-368. +++ Chapitre de collectif

WESTPHAL, Bertrand, « Le quadrillage de l’arène : temps et histoire chez Jean-Philippe Toussaint », Versants, Revue Suisse des Littératures Romanes, n° 25 (1994), p. 117-130. +++ Article de revue

WORTMANN, Anke, « Gedankenverloren und selbstvergessen : über die Romane Jean-Philippe Toussaints », Romanistische Zeitschrift für Literatugeschichte, n° 1-2 (1993), p. 135-155. +++ Article de revue

ASHOLT, Wolfgang, « Minimalismus und mehr », dans Jürgen GRIMM (dir.), Französische Literaturgeschichte, Stuttgart-Weimar, Metzler, 2006, p. 408-410. +++ Chapitre de collectif

BRANDSTETER, Nicole, Stategien Inszenierter Inauthentizität im Französischen Roman der Gegenwart : Marie Redonnet, Patrick Deville, Jean-Philippe Toussaint, München, M-Press-Meidenbauer, 2006, 272 p. +++ Monographie

OUELLET, François, « Le regard de Bataille et la pensée de Valéry sous le soleil étoilé de Minuit », Tangence, n° 52 (septembre 1996), p. 25-39. +++ Article de revue

### ###

VIDAL, Jean-Pierre, « L’inquiétante familiarité », Tangence, n° 52 (septembre 1996), p. 9-24. +++ Article de revue

### ###

TAYLOR, John, « A Deceptive Lightness of Being (Jean-Philippe Toussaint) », Paths to Contemporary French Literature, volume 2, Nouveau-Brunswick / New Jersey, Transaction Publishers, 2007, p. 60-66. +++ Monographie

RAVINDRANATHAN, Thangam, « Dépressions de voyage. Réécritures de l’ailleurs, de Michaux à Chevillard », thèse de doctorat, Department of Romance Languages, University of Pennsylvania, 2006, 316 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« The notion of a “fin des voyages” (Lévi-Strauss, 1955) is taken here to describe less the end of travelthan an impasse affecting the writing of travel. In the course of a century that has seen the end of terrae incognitae, unprecedented growth in tourism and media, decolonization and a sustained critique or erstwhile “exoticizing” discourses, writing is increasingly aware of the inefficacy of the language and categories traditionally used to render the “Elsewhere”. This dissertation examines some of the forms through which travel writing survives the supposed end of travel in 20th century French literature. In this genealogy of writings the “other” space is perceived to be in crisis ; chapters analyze the precise sites of this crisis. A look at some writings of Henri Michaux and Jean-Paul Sartre first frames the problem in terms of an exhaustion of the narrative apparatus. Words, and therefore the récit de voyage, would seem to have lost their capacity to verify the reality of the Elsewhere. An unfinished traval narrative by Sartre and the novels of Jean-Philippe Toussaint further prompt a reading of the exotic impasse as being of an essentially specular nature, indissociable, since Baudelaire, from an exacerbation of the sphere of the self. The third chapter reflects on the notion of “absolute travel”, on fictional world tours (Julies Verne, Georges Perec, Olivier Rolin) that expose the fantasies and paradoxes of a modern “pensée du monde”. The question of translation as a constitutive and problematic modality of the travel genre is examined, in the next chapter, through the works of Toussaint and a novel vy Vassilis Alexakis. Via Montaigne, Lévi-Strauss and Derrida, another chapter analyzes the critical function of the animal in writings by Michaux and Éric Chevillard, as a site wherein the epistemology of the travel genre is subverted. The final chapter reflects on instances of spatial discontinuity in the oeuvresof Perec and Nicolas Bouvier, places of dévoyagethat disrupt the trajectory of the traveler and support a dystopic imaginary of the limits of space. This study could be said to analyze a poetics of the post-exotic in modern French writings. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

COTEA, Lidia, « Se laisser transporter. Quelques considérations sur le thème du voyage dans l’oeuvre de Jean-Philippe Toussaint », Studies on Lucette Desvignes and Contemporary French Literature, n ° 17 (2007), p. 203-215. +++ Article de revue

COTEA, Lidia, « Le corps-frontière ou la dialectique du repoussoir chez Jean-Philippe Toussaint », Analele Universităţii Bucureşti, seria Limbi şi Literaturi străine, vol. 56 (2007), p. 29-38. +++ Article de revue

COTEA, Lidia, Corps à corps avec la réalité. Le corps dans l’oeuvre de Jean-Philippe Toussaint, Bucarest, Editura Universitatii din Bucuresti / Arvin Press, 2007, 78 p. +++ Monographie

###Cotea analyse l’imaginaire du corps dans l’oeuvre de Jean-Philippe Toussaint : « L’auteur [sic] de ce livre projette, ainsi, un nouvel éclairage sur l’auteur et la diversité des messages transmis par le corps, sur l’ambiguïté de certains d’entre eux, formant, dans leur ensemble, un langage qui a ses propres lois de manifestation, représentant un système de signes, non-conventionnel, qui facilite pourtant la communication, sinon entre les personnages, du moins entre le personnage et le lecteur averti, qui comprend ce qui n’est pas dit de vive voix pour se communiquer par de gestes et des mouvements qu’il faut décrypter. »
(Extrait de la préface disponible en ligne.) ###

RICHARDSON, Eve, « Space, Projection and the Banal in the Works of Jean-Philippe Toussaint and Nicholson Baker », dans Emma GILBY et Katja HAUSTEIN (dir.), Space. New Dimensions in French Studies, Bern, Peter Lang (Modern French Identities, n° 30), 2005, p. 149-161. +++ Chapitre de collectif

###

Corpus retenu
Autoportrait (à l’étranger), La salle de bain, Monsieur, La réticence###

RUFFEL, Lionel, « Le minimal, le maximal ou le deuil du moderne », dans Le dénouement. Essai, Lagrasse, Verdier (Chaoïd), 2005, p. 77-104. +++ Monographie

###« Partant du principe que la proclamation des trois fins [celle de l’histoire, celle des idéologies, celle de la modernité] relève de l’idéologie, il s’agira d’en prouver l’inconséquence “par l’absurde”, en montrant la permanence massive, dans le renouvellement des idées et des formes, de la préoccupation historique, de la dimension politique, et plus généralement des grands thèmes de la modernité, transformés et réactualisés. Parce qu’il n’est probablement pas légitime de déduire une dramaturgie historique d’une seule scène romanesque, il a fallu la situer dans un réseau de représentations, de figures ou de scènes. Ces “figures du dénouement”, une enquête les a repérées, chez des auteurs qu’on imagine proches d’Antoine Volodine : Pierre Guyotat, Valère Novarina, Olivier Rolin, mais aussi chez des auteurs en apparence plus éloignés, les écrivains “minimalistes” par exemple [Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Éric Chevillard], ou encore chez Pascal Quignard. L’enjeu était de comprendre ce qu’elles disaient de l’époque. Le réseau fut donc élargi aux “discours du dénouement”, perceptibles juste après la double chute (du mur de Berlin, des statues de Moscou) chez des philosophes marqués, de manière fort différente, par l’histoire et la pensée du marxisme. Cette articulation des discours et des figures tente de comprendre une fin de siècle, c’est-à-dire le passage d’un siècle à l’autre. » ###

KAUSS, Anja, « La dialectique de la fatigue et les stratégies narratives de Jean-Philippe Toussaint », Intervalles, vol. 1, n° 1 (automne 2004), p. 145-149. +++ Article de revue

###Kauss, 2004, HTML ###

LECLERC, Yvan, « Autour de Minuit », Dalhousie French Studies, n° 17 (automne-hiver 1989), p. 63-74. +++ Article de revue

######

RUBINO, Gianfranco, « Minimalistes et mouvement : Toussaint et autres », dans Barbara HAVERCROFT, Pascal MICHELUCCI et Pascal RIENDEAU (dir.), Le roman français de l’extrême contemporain. Écritures, engagements, énonciations, Québec, Nota bene (Contemporanéités, 3), 2010, p. 165-181. +++ Chapitre de collectif

ESFANDIAR, Esfandi, « Un formalisme référentiel dans le roman français des années 1980 : Patrick Deville, Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint », thèse de doctorat, département des lettres modernes, Université Paris III, 2001, 499 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Du point de vue de la production romanesque, les années 1980 se définissent par l’éclosion des individualités, par l’éclatement des écoles littéraires et autres regroupements d’auteurs autour d’une esthétique et de directives communes. Cet état de fait n’a cependant pas découragé la critique, toujours soucieuse de dégager des similitudes de ton, de forme et de contenu dans les oeuvres des différents écrivains. Patrick Deville, Jean Echenoz et Jean-Philippe Toussaint ont par exemple été réunis - parmi d’autres - sous l’étiquette “minimalistes”. De la même manière, cette présenter étude propose, s’agissant de ces trois auteurs et par le biais d’analyses comparatives, de mettre en lumière les contours d’un modèle représentationnel à cheval entre réalisme et formalisme - où le formalisme le dispute au réalisme, et vice-versa - cela à différents degrés et selon différentes modalités. La perspective de lecture - et partant, d’analyse - adoptée, est celle d’un lecteur ordinaire, participatif, confronté à des récits référentiellement parlant ambivalents, et qui constate que l’ambivalence à laquelle il a affaire réside dans la manière même dont les histoires lui sont contées. À ce titre, cette étude s’intéresse principalement à la forme des récits, et en particulier, à leur dimension discursive. » ###

BARRÈRE, Anne, et Danilo MARTUCCELLI, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Le regard sociologique), 2009, 373 p. +++ Monographie

###« La compréhension du monde contemporain ne peut pas se faire en tournant le dos à la production artistique de son époque. Mais alors qu’au XIXe siècle, le roman réaliste et la sociologie naissante se sont naturellement inspirés, la conversation entre sciences sociales et littérature s’est progressivement brouillée et affaiblie. Ce processus est même devenu extrême en France, où une critique, inlassablement reprise depuis des années, a décrété la production romanesque actuelle comme désocialisée, insignifiante et enfermée dans les arcanes du moi.

Ce livre est animé par une toute autre conviction, celle que certaines œuvres recèlent, à condition de bien savoir les lire, des sources majeures pour la compréhension de notre époque. En s’appuyant sur l’analyse de 200 romans, signés par 20 écrivains français contemporains, tous vivants et en pleine activité, il permet de comprendre comment le roman reste une source privilégiée de connaissance et d’imagination pour les sciences sociales.

###

ALLEMAND, Roger-Michel,  « Jean-Philippe Toussaint : la forme et la mélancolie », @nalyses, vol. 6, n° 1 (hiver 2011, [En ligne]. +++ Article de revue

### Allemand, 2011, PDF ###

ENGELBERTS, Matthijs, « Les ambiguïtés du bonheur (et de la baignade) chez Jean-Philippe Toussaint », dans Ruth AMAR (dir.), L’écriture du bonheur dans le roman contemporain, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 67-80. +++ Chapitre de collectif

###« Thème philosophique aussi bien que poétique, sociologique et psychologique, le bonheur s’édifie à la mesure de chacun. “N’est-il pas vrai que, nous autres hommes, nous désirons tous être heureux ?” (Platon). Or dans notre monde actuel dominé par la technique, la recherche à outrance du productif et de l’efficacité, qu’en est-il du bonheur ? Est-il encore présent aux écritures romanesques contemporaines ? Sous quelles formes se présenterait sa recherche ? Ce “devoir de bonheur propre à la deuxième moitié du XXe siècle” dont parle Pascal Bruckner, continue-t-il toujours à être d’actualité ? S’est-il renforcé ou, au contraire, s’est-il affaibli?

Le projet d’un questionnement du bonheur dans le roman contemporain comportait de gros risques, mais il offrait en même temps des possibilités stimulantes. A la suite du colloque international organisé à l’université de Haïfa en mai 2010, les textes réunis dans ce livre, cherchent à élaborer des éléments de réponse à ces questions. Le volume offre un état des lieux du bonheur dans le roman depuis 1980 et présente une large diversité d’approches, de définitions, d’interrogations sur l’écriture du bonheur sur trois décennies.

Le recueil s’articule autour d’axes qui ont servi de base aux différentes approches du bonheur en Europe et d’événements historiques et sociaux qui ont pu influencer l’écriture du bonheur aux différentes périodes du XXe et XXe siècles, telles que l’Holocauste, la dystopie en Russie, le postmodernisme et le consumérisme, le quotidien, les différents paradoxes du bonheur, les nouveaux modes de vie.

Nouvelle écriture du bonheur? Du moins, ce volume vise-t-il le contemporain sans figer les œuvres, tout en tenant compte des fluctuations du sujet, de sa diversité, de ses paradoxes surtout, tout en conservant la lecture précise des textes et en respectant la particularité de l’écriture des auteurs traités. » ###

DAVID, Sylvain, « Le zéro et l’infini », dans Pierre OUELLET et Serge PEPIN (dir.), Le trop et le trop peu. Une esthétique des extrêmes, Montréal, Université du Québec à Montréal (Cahiers du CÉLAT, 1), 2000, p. 17-29. +++ Chapitre de collectif

SCHNEIDER, Ulrike, « “Basta avec moi maintenant” : Konstruktionen eines Ich-Erzählers in der Tétralogie de Marie von Jean-Philippe Toussaint », Zeitschrift für Französische Sprache und Literatur, vol. 124, n° 1 (2014), p. 22-41. +++ Article de revue

WAGNER, Frank, « “Comment le sais-tu ?” La paralepse, aujourd’hui », temps zéro, « Incursion » du 23 avril 2013, [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
À partir des définitions genettiennes de la paralepse (excès d’informations par rapport au code modal dominant), il s’agit de cerner les usages et les fonctions du procédé dans la littérature narrative d’aujourd’hui, en relation homo- ou hétérodiégétique, en régime fictionnel ou semi-fictionnel. Des exemples prélevés dans divers récits contemporains (de Roegiers, Toussaint, Carrère, Echenoz) permettent de constater que la paralepse assure un renouvellement du soupçon à l’époque actuelle, en jouant un rôle de révélateur épistémologique. En effet, ce procédé narratif paradoxal engage une réflexion en acte sur la fiction, son perspectivisme, ses capacités de modélisation, et ses pouvoirs heuristiques.

Abstract
Based upon Gerard Genette’s definitions of paralepsis, (information exceeding that normally offered by the dominant mode of narrative focalisation), this article seeks to outline the uses and functions of the device in contemporary narrative literature, through its homo and heterodiegetic positioning in both fictional and semi-fictional texts. Examples taken from a variety of contemporary stories (Roegiers, Toussaint, Carrère, Echenoz) allow us to see that paralepsis plays a role of epistemological indicator, facilitating a contemporary renewal of suspicion (le soupçon) concerning narration. In fact, this paradoxical narrative device brings about a reflection upon fiction, its perspectivism, its modelling capabilities and heuristic capacities.

Wagner, 2013, HTML ###

BERNARD, Isabelle, « Saynètes de ménages. Le couple dans les romans de Jean-Philippe Toussaint », Thélème: Revista Complutense de Estudios Franceses, n° 28 (2013), p. 27-44. +++ Article de revue

BRAND, Philippe, « Moving Targets : French Fiction in the Twenty-First Century », thèse de doctorat, Departmentof French and Italian, University of Colorado, 2011, 197 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This dissertation examines the return to story in the French novel that begins in the mid- 1980s, some decades after the New Novelists called into question the most fundamental elements of the traditional novel. The first chapter focuses on certain hallmarks of literary innovation in the twentieth century, from Marcel Proust’s A la Recherche du temps perdu to the novels published by Philippe Sollers and Pierre Guyotat. In the body of the dissertation, I devote one chapter each to five writers— Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet, Éric Chevillard, Christine Montalbetti, and Xabi Molia—who reconsider the potential of “the critical novel,” namely, novels that call into question literary norms and explore new narrative possibilities through innovations of form and content. In his triptych Faire l’amour (2002), Fuir (2005), and La Vérité sur Marie (2009), JeanPhilippe Toussaint seek to capture what he has described as “a pure literary energy,” combining sheer novelistic pleasure with rigorous formal structures. Marie Redonnet’s novel Diego (2005) builds upon her earlier works, amplifying and developing some of her most distinctive themes, while striking off in a new direction toward a more explicit sense of social and political engagement. Éric Chevillard exploits what André Gide describes as the “lawlessness” of the novel, expanding its bounds beyond all measure as he deals with the limitations, possibilities and potentialities of language and writing. Parodying a wide variety of literary genres and a staggering number of scientific discourses, Chevillard is beholden to no logic but his own. An accomplished literary theorist, Christine Montalbetti has published critical works on topics such as narrative digression, the status of readers and characters, and the relations between fiction and reality. Her fiction writing, however, calls our scholarly certainties into question, blurring narratological categories and exploding the boundaries between her fiction and the phenomenal world. Xabi Molia’s Reprise des hostilités (2007) weaves a dense web of fiction and reality as he considers the cultural and literary heritage of the twentieth century, constructing a virtual space within his novel where voices from the past and figures from the present mingle together.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

GERMONI, Karine, « Flaubert, Beckett, Toussaint : d’un phrasé l’autre », Flaubert : Revue Critique et Génétique, n° 8 (2012), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
Si Flaubert, Beckett et Toussaint font partie de ce que Sainte-Beuve appelait « une famille d’esprit », c’est parce qu’ils ont en partage un même sens de l’ironie et de l’humour qui se reflète dans leur traitement respectif de la syntaxe, du style ou encore de la ponctuation. Ainsi, tandis que dans l’œuvre de Beckett, transparaît la présence de Flaubert, dans l’œuvre de Toussaint, c’est la présence simultanée de Beckett et de Flaubert qui est patente. Mais alors que Beckett imite Flaubert volontairement, pour lui rendre hommage, c’est d’abord de manière involontaire que Toussaint, à ses débuts d’écrivain, pastiche Beckett et Flaubert, avant de parvenir à se faire sa propre main, une main d’auteur confirmé chez qui demeureront, ainsi que nous le verrons, des résidus des phrasés flaubertien et beckettien.

Germoni, 2012, HTML ###

RUBINO, Gianfranco, « Jean-Philippe Toussaint : une narrativité paradoxale », dans Marc DAMBRE et Bruno BLANCKEMAN (dir.), Romanciers minimalistes, 1979-2003, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2012, p. 71-80 +++ Chapitre de collectif

XANTHOS, Nicolas, « De Zahir à Pégase : poétique de l’intériorité dans le cycle de Marie de Jean-Philippe Toussaint », dans Bruno BLANCKEMAN et Barbara HAVERCROFT (dir.), Narrations d’un nouveau siècle : romans et récits français (2001-2010), Paris, Sorbonne Nouvelle, 2012, p. 133-144. +++ Chapitre de collectif

MOUGIN, Pascal, « Réalités contemporaines chez Echenoz, Toussaint, Oster : une tentation problématique », dans Marc DAMBRE et Bruno BLANCKEMENT (dir.), Romanciers minimalistes, 1979-2003, Paris, Sorbonne Nouvelle, 2012, p. 205-215. +++ Chapitre de collectif

ALBRIGHT, Arcana, « Jean-Philippe Toussaint, écrivain de la photographie et photographe du livre », dans Denis LAOUREUX (dir.), Écriture et art contemporain, Bruxelles, Le Cri, 2011, p. 65-74. +++ Chapitre de collectif

HUGLO, Marie-Pascale et Kimberly LEPPIK, « Narrativités minimalistes contemporaines : Toussaint, Tremblay, Turcotte », Voix et Images: Littérature Québécoise, n° 106 (automne 2010), p. 27-44. +++ Article de revue

### Résumé
Le discours critique fait du minimalisme narratif une caractéristique du contemporain en France comme au Québec. Marque par excellence d’un retour à la lisibilité et au récit, le minimalisme, dans quelques-unes de ses formes marquantes, relève pourtant d’une sorte de malaise : les réductions de tous ordres, la disparition d’enjeux d’envergure et la dilution de la littérature dans un univers médiatique éclaté font de cette tendance un « amoindrissement », un « repli » plus ou moins nostalgique. Si les contextes historiques et culturels du Québec et de la France diffèrent, la critique tend de part et d’autre à associer la « réduction » minimaliste à la perte d’envergure de la littérature contemporaine, qui raconterait « malgré tout », que ce soit sur un mode fragmentaire, intimiste ou ludique. Nous proposons de revenir sur cette conception, de faire travailler les convergences et divergences critiques entre la France et le Québec pour tenter de cerner une certaine narrativité minimaliste, distincte de ce qu’on appelle parfois « le mode mineur ». Nous nous basons sur une lecture de Jean-Philippe Toussaint, Larry Tremblay et Elise Turcotte pour remettre en question l’idée d’une réduction minimaliste et reconsidérer le rapport entre le sensible et le sens, en insistant sur l’importance, peu soulignée jusqu’ici, de la tension narrative et des imaginaires qui mobilisent ce type de récit.

Abstract
Contemporary Minimalist Narrativities : Toussaint, Tremblay, Turcotte Critical discourse states that narrative minimalism is a characteristic of contemporary work in both France and Quebec. As the quintessential embodiment of a return to readability and story, minimalism, in some of its more striking forms, nonetheless reflects a kind of malaise: involving reductions of all kinds, the disappearance of far-reaching issues and the dilution of literature in a fragmented media environment, it is a “lessening”, a more or less nostalgic “withdrawal”. While the historical contexts are different in Quebec and France, criticism in both countries tends to associate minimalist “reduction” with contemporary literature’s loss of scope, at the same time as this literature keeps on telling stories “in spite of everything”, using fragmented, intimist or playful forms. Our purpose is to take a second look at this idea and examine critical convergences and divergences between France and Quebec in order to try and identify a certain minimalist narrativity distinct from what is sometimes called the “minor” mode. A reading of Jean-Philippe Toussaint, Larry Tremblay and Elise Turcotte is our basis for questioning the idea of a minimalist reduction and for reconsidering the relation between what is perceptible and meaning, as we emphasize the importance of a factor that has received little attention so far: the narrative tensions and imaginative systems that activate this type of narrative.

Resumen
Narratividades minimalistas contemporáneas Toussaint, Tremblay y Turcotte El discurso crítico convierte el minimalismo narrativo en una característica de lo contemporáneo, tanto en Francia como en Quebec. Signo por excelencia de un retorno a la legibilidad y al relato, el minimalismo, en algunas de sus formas notables, depende sin embargo de algo así como un malestar: las reducciones de todo tipo, la desaparición de retos importantes y la dilución de la literatura en un universo mediático estallado convierten esta tendencia en un ‘debilitamiento’, un ‘repliegue’ más o menos nostálgico. Si bien difieren los contextos históricos y culturales de Quebec y de Francia, la crítica tiende, en ambos lados, a asociar la ‘reducción’ minimalista a la pérdida de envergadura de la literatura contemporánea, que relataría ‘pese a todo’, ya sea en una forma fragmentaria, intimista o lúdica. Proponemos volver sobre esta concepción, hacer trabajar las convergencias y divergencias críticas entre Francia y Quebec, para tratar de delimitar cierta narratividad minimalista, distinta de lo que se llama a veces ‘el modo menor’. Nos basamos en una lectura de Jean-Philippe Toussaint, Larry Tremblay y Élise Turcotte para poner en tela de juicio la idea de una reducción minimalista y reconsiderar la relación entre lo sensible y el sentido, haciendo hincapié en la importancia, poco destacada hasta ahora, de la tensión narrativa y las imaginarias que movilizan este tipo de relato.

Huglo et Leppik, 2010, PDF ###

MEURÉE, Christophe, « Temps de la résistance : résistance au temps », Esprit Créateur, vol. 50, n° 3 (automne 2010), p. 83-98. +++ Article de revue

### Porte sur les trois premiers volumes de la série de Marie.

Meurée, 2010, PDF ###

ALBRIGHT, Arcana, « Novel Intimacies : Jean-Philippe Toussaint’s Fiction, Film and Photography », thèse de doctorat, University of Pennsylvania, 2009, 326f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
During the last quarter of a century, an innovative groups of writers has staked out a distinct yet varied territory fort itself in the field of French literature. In this new landscape, Jean-Philippe Toussaint has distinguished himself as a pioneering and enduring figure. His first novel, La Salle de bain (1985), has been a commercial and critical succes, selling 80,000 copies in its first year of publication and provoking critics to speak of a nouvelle école de Minuit and a nouveau ‘nouveau roman’. Since this auspicious debut, Toussaint has remained one of the most critically acclaimed contemporary novellist published in France. He is also an accomplished cinematographer and photographer.
While scholars have paid considerable attention to Toussaint’s writing, no manuscript has been published in either French or English that provides a sustained examination of his production. “Novel Intimacies” aims to fill this lacuna, taking as its point of departure Toussaint’s conceptualization of literature as “an intimate exchange between two human beings” (You Are Leaving the American Sector, 323) and asking how Toussaint’s own production resonates with this caracterization. This dissertation examines how Toussaint renews the French novel by engaging the problematic of intimacy with the texts. In so doing, they make a compellant argument for the viability of the novel as cultural form, suggesting its power today lies in its potential not only to illuminate but also to mitigate the contemporary paradox that connecting intimately with others remains ellusive in an age of hyper-mobility and hyper-connectivity.
Intimacy has long played a key-role in literature, speaking to one of our most basic needs as human beings. Toussaint’s production not only sheds light on a few of the complexities and ambiguities of intimacy, it also insists that art itself is an “intimate exchange, an idea that Toussaint mobilizes in the renewal of the novel as cultural form.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

WAGNER, Frank, « Monsieur Jean-Philippe Toussaint et la notion de vérité (Pour une poétique perspectiviste) », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 25-34. +++ Article de revue

### Wagner, 2010, HTML ###

DEMOULIN, Laurent et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), 191 p. +++ Dossier de revue

### Depuis la publication de La Salle de bain, il y a vingt-cinq ans, Jean-Philippe Toussaint n’a cessé de surprendre, tant il a su se renouveler au travers de ses huit romans, de ses quatre films, de son travail de photographe et de plasticien. Récipiendaire du Rossel et du Médicis, traduit dans une trentaine de langues, Toussaint est aujourd’hui un auteur reconnu. Son œuvre n’a pourtant à ce jour donné lieu à aucune publication monographique en français. Textyles a voulu remédier à cette lacune, en mettant en chantier un numéro pionnier et, à ce titre, résolument ouvert : mettre en perspective les différentes facettes de l’œuvre en multipliant les angles d’approche, tel fut l’objectif du présent dossier. Spécialistes des études littéraires, du cinéma et de la photographie s’y côtoient, qui analysent les modes de composition et les principales caractéristiques esthétiques de l’œuvre, montrent comment elle radiographie les discours contemporains et la situent dans l’histoire de la littérature.

Piret et Demoulin, 2010, PDF###

DUBOIS, Jacques, « Avec Marie », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 13-24. +++ Article de revue

### Dubois, 2010, HTML ###

PIRET, Pierre, « Portrait de l’artiste en Oriental », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 35-46. +++ Article de revue

### Piret, 2010, HTML ###

GABRIEL, Jean-Benoît, « Fuir l’image avec désinvolture (autour du court-métrage Fuir de Jean-Philippe Toussaint », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 47-56. +++ Article de revue

### Gabriel, 2010, HTML ###

RAYNAL-ZOUGARI, Mireille, « Mise en scène de l’écrivain en cinéaste patineur », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 57-66. +++ Article de revue

### Raynal-Zougari, 2010, HTML ###

MIGNON, Olivier, « Presque sans lumière. Du statut des images dans les écrits de Jean-Philippe Toussaint », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 47-56. +++ Article de revue

### Mignon, 2010, HTML ###

OST, Isabelle, « Dispositifs techniques et place du sujet dans quelques romans de Jean-Philippe Toussaint », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 77-87. +++ Article de revue

### Ost, 2010, HTML ###

LOIGNON, Sylvie, « Comment finir ? La mélancolie de Jean-Philippe Toussaint », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 89-98 » +++ Article de revue

### Loignon, 2010, HTML ###

HOUPPERMANS, Sjef, « L’autre fugitive », dans Laurent DEMOULIN et Pierre PIRET (dir.), dossier « Jean-Phillippe Toussaint », Textyles, n° 38 (2010), p. 109-120. +++ Article de revue

### Houppermans, 2010, HTML ###

BALÁZS, Ilona, « Persévérance ou inconstance de Jean-Philippe Toussaint dans les entretiens ? », Laurent ROSSION et Monica TILEA (dir.), Les brouillons sur soi : Lectures génétiques → poïétiques, Craiova, Editura Universitaria Craiova, 2010, p. 189-204. +++ Chapitre de collectif

AMATULLI, Margareth, « Jean-Philippe Toussaint e la scrittura del tempo sospeso », Nuova Corrente: Rivista di Letteratura vol. 56, n° 144 (juillet-décembre 2009), p. 265-288. +++ Article de revue

XANTHOS, Nicolas, « La poétique narrative et descriptive de Jean-Philippe Toussaint : le réel comme oubli de soi », @nalyses, vol. 4, n° 2 (printemps-été 2009), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
Le présent article a pour objectif de mettre au jour certains traits de la poétique narrative et de la poétique descriptive de Jean-Philippe Toussaint ainsi que l’expérience (fictive) du réel qu’ils impliquent. Sur le plan narratif, on essaie de détailler, d’une part, le rapport trouble que les personnages entretiennent avec l’agir comme manière d’imposer un ordre au réel et, d’autre part, la faible configuration des intrigues romanesques. Sur le plan descriptif, on s’emploie à identifier les deux principaux rapports au réel : euphorique lorsque le personnage peut y observer formes, mouvements et lumières intemporels et sans lien avec les destins humains individuels ou collectifs; dysphorique lorsque l’objet de la description devient le lieu d’inscription du passage du temps et la marque visible de l’inévitable déliquescence des êtres et des choses. On tente de montrer enfin que ces pratiques narratives et descriptives imposent une expérience du réel comme oubli de soi précisément parce que, chez Toussaint, cet oubli se fait rempart contre l’action corruptrice et mortifère du temps.

Abstract
The purpose of this article is to bring to light certain characteristics of the narrative and descriptive poetry of Jean-Philippe Toussaint as well as the poetry’s related (fictional) experiences of the real. From a narrative standpoint, we seek to detail, on one hand, the characters’troubled relationship with the notion of being able to impose order on the real through their actions, and on the other hand, the weakness of the plot structures. With respect to the descriptive elements, we seek to identify the two principle relationships to the real; the first consisting of euphoria when the character observes forms, movements and lights that are a-temporal and without link to individual or collective human destiny; the second consisting of dysphoria when the object of the description becomes the place where the passage of time and the inevitable decay of all beings and things are inscribed. Lastly, we attempt to show that these narrative and descriptive practices impose an experience of the real that is based on self-neglect (or the forgetting of self), since, in the work of Toussaint, this neglect is a veritable rampart against the corrupting and mortifying action of time.

Xanthos, 2009, PDF ###

XANTHOS, Nicolas, « Le souci de l’effacement. Insignifiance et poétique narrative chez Jean-Philippe Toussaint », Études françaises, vol. 45, n° 1 (2009), p. 67-87. +++ Article de revue

### Résumé
Le présent article se propose d’explorer la poétique narrative de Jean-Philippe Toussaint à l’aune de l’insignifiant. Il s’agit, dans un premier temps, de voir en quoi l’insignifiant s’inscrit à même la diégèse, dans un usage de l’espace et dans des activités spécifiques. Dans un deuxième temps, on tâche de montrer le travail d’indifférenciation, et partant d’insignifiance, que Toussaint fait subir à la forme narrative, autant par rapport aux rôles fondamentaux de patient (ce que ses narrateurs personnages tendent à être) et d’agent (ce qu’ils ne parviennent à peu près pas à être) que dans la structuration de l’intrigue. Dans un troisième temps, on met en relation cette poétique de l’insignifiant avec un projet narratorial qui traverse l’oeuvre de Toussaint et consiste à proposer un équivalent romanesque à cet « autoportrait […] mais sans moi et sans personne » qui semble hanter ses romans. La poétique narrative de l’insignifiant devient alors le moyen de cet effacement de soi.

Abstract
Examined here is Jean-Philippe Toussaint’s poetic narrative rife with insignificance. First we seek to discern how the insignificant is detailed within the diegesis, within space and specific activities. We then broach the work of indifferentiation, from the insignificance to which Toussaint subjects the narrative form, as per the fundamental roles of the patients (his typical characters) and the agent (what they mostly avoid being) in structuring the intrigue. Thirdly, we relate this poetic of the insignificant to a narrative palate that colours Toussaint’s oeuvre, like the Romanesqueness of this “self-portrait” (…) without me or anyone else” that haunts his novels. Thus does the poetic narrative of the insignificant serve to erase the self.

Xanthos, 2009, PDF ###

GLASCO, Sarah, « Textual Games, Intertextual Readings : Ludic Dimensions in Story and Style in the Works of Jean-Philippe Toussaint », thèse de doctorat, Department of Romance Language, University of North Carolina at Chapel Hill, 2006, 320 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Author of nine texts published by Editions de Minuit, Belgian writer Jean-Philippe Toussaint emerged onto the literary scene with his first novel in 1985. From the beginning, humor has been one of his trademarks, slapstick and crude at times, darker, more subversive, and subtler at others. While scholars all recognize the presence of humor in his works, none have really concentrated solely on this author’s novels with the depth that they demand in terms of why they make us smile and even laugh. Hence, this is precisely what this dissertation accomplishes. The focus revolves around all of the playful aspects of Toussaint’s texts in order to show how the author, as he has stated himself, privileges style over story. In the 1980’s and 1990’s, his works were often characterized as minimalist, and it is rather from this perspective that so many studies have been published. However, as his writing has evolved over the years, this description no longer seems to be valid in relation especially to his most recent works. Thorough examinations of semantic and syntactic fields have been initiated in this study in order to link the author’s ludic sensibilities to his style, despite the fact that the content of the texts often contains much humor. Furthermore, the notion of intertextuality as a ludic device as well as incongruities in both text and context are also explored in detail. Toussaint alludes to numerous authors’ works, from Pascal, Flaubert, Gide, and Proust, to Apollinaire, Beckett, Nabokov, and Kawabata among others. Although the stories themselves are often humorous on the surface, the vast pleasure of this author’s texts resides in the writing itself, the narrative style and the dialogue between his and other texts, details sometimes so subtle that they are easily overlooked.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

RUBINO, Gianfranco, « Le Cinéma de Toussaint », Roman 20-50 : Revue d’étude du roman du XXe Siècle, n° 42, (décembre 2006), p. 161-169. +++ Article de revue

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « Jean-Philippe Toussaint: Reticent Narratives », dans Fuzzy Fiction, Lincoln, University of Nebraska Press, 2006. +++ Monographie

RUBINO, Gianfranco, « L’envers du lieu : Bon, Daeninckx, Rolin, Toussaint », Lendemains: études comparées sur la France/Vergleichende Frankreichforschung, vol. 27, n° 107-108 (2002), p. 56-72. +++ Article de revue

FAUVEL, Maryse, « Narcissisme et esthétique de la disparition chez Jean-Philippe Toussaint », Romanic Review vol. 89, n° 4 (novembre 1998), p. 609-620. +++ Article de revue

LEMESLE, Marc, « Jean-Philippe Toussaint : le retour du récit ? », Oeuvres & Critiques: Revue Internationale d’Étude de la Réception Critique d’Étude des Oeuvres Littéraires de Langue Française, n° 23, n° 1 (1998), p. 102-121. +++ Article de revue

FISHER, Dominique D, « Les Non-lieux de Jean-Philippe Toussaint: Bricol(l)age textuel et rhétorique du neutre », University of Toronto Quarterly: A Canadian Journal of the Humanities, vol. 65, n° 4 (automne 1996), p. 620-631. +++ Article de revue

CALDWELL, Roy C, « Jean-Philippe Toussaint », dans William THOMPSON (dir.), The Contemporary Novel in France, Gainesville, University Press of Florida, 1995, p. 369-382. +++ Chapitre de collectif

LECLERC, Yvan, « Autour de minuit », Dalhousie French Studies, n° 17 (automne-hiver 1989), p. 63-74. +++ Article de revue

### Leclerc, 1989, PDF ###

FAUVEL, Maryse, « La société des écrans chez Jean-Philippe Toussaint », dans Scènes d’intérieur : six romanciers des années 1980-1990, Birmingham, Summa Publications, 2007, p. 13-42. +++ Monographie

### Fauvel, 2007, PDF ###

COTEA, Lidia À la lisière de l’absence : l’imaginaire du corps chez Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet et Éric Chevillard, Paris, L’Harmattan (Espaces littéraires), 2013, 209 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
« Jean-Philippe Toussaint, Marie Redonnet et Eric Chevillard proposent au lecteur ‘l’image d’un individu crépusculaire, être précaire, à corps précaire et rarement décrit, dont l’existence semble provisoire, parce que soumise tout le temps aux paradoxes et aux questionnements. Ce corps, présent-absent et vivant relégué sur une frontière, toujours à la lisière de l’absence, nous parle à sa façon de la très humaine difficulté de vivre et du tout moderne désespoir d’être » ###

ZHAO, Jia, L’ironie dans le roman français depuis 1980 : Echenoz, Chevillard, Toussaint, Gailly, Paris, Harmattan (Critiques littéraires), 2012, 299 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
« L’ironie est de retour. Nous assistons aujourd’hui à une production abondante d’œuvres littéraires et artistiques qui sont caractérisées par une « légèreté méditative ». Cette vogue d’ironie, qui a fait son entrée en France à la in des années 1970 et au début des années 1980, a une extension considérable : elle dépasse largement les domaines de la représentation et s’étend aux discours de divers ordres de la vie sociale. Cette ironie est souvent qualiiée d’ironie postmoderne du fait de ses liens avec l’ensemble des symptômes culturels de la société postmoderne. L’ironie postmoderne s’est afirmée dans la création littéraire hexagonale après l’expérimentation d’un certain formalisme littéraire incarné par le Nouveau Roman et avec l’ascension d’une nouvelle génération d’écrivains des Éditions de Minuit que la critique a regroupés sous l’étiquette d’« impassibles ». Les romanciers les plus représentatifs de ce courant sont Jean Echenoz, Eric Chevillard, Jean-Philippe Toussaint et Christian Gailly. La présente étude tente de montrer, à travers l’analyse de l’œuvre de ces quatre romanciers, que l’ironie postmoderne, comme l’ironie en général, est non seulement un mode de discours particulier, mais aussi et surtout une vision du monde qui résulte de la condition de l’individu contemporain. » ###

ZHAO, Jia, « Le roman ironique depuis 1980 : Kundera, Echenoz, Chevillard, Toussaint », thèse de doctorat, département des Langues et littératures francaises, École doctorale Littérature française et comparée, 2011. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
L’ironie est de retour. Nous assistons aujourd’hui à une production abondante d’œuvres littéraires et artistiques qui sont caractérisées par une “légèreté méditative”. Cette ironie est souvent qualifiée d’ironie postmoderne du fait de ses liens avec l’ensemble des symptômes culturels de la société postmoderne. L’ironie postmoderne s’est affirmée dans la création littéraire hexagonale avec l’ascension d’une nouvelle génération d’écrivains des Editions de Minuit dont les plus représentatifs sont Jean Echenoz, Eric Chevillard et Jean-Philippe Toussaint. S’y ajoute Milan Kundera, auteur appartenant à une autre génération et à une autre culture. Chez ces écrivains, l’ironie est non seulement utilisée comme un moyen de mise à distance de l’écriture, elle exprime aussi une vision du monde que l’on pourrait appeler le “désenchantement rieur”. Nous creusons dans notre étude le rapport de l’ironie avec la question de l’existence. L’ironie est d’abord une conscience clivée. Cet état de conscience se concrétise dans un mode de discours qui s’offre à la fois comme l’extériorisation de la conscience clivée et un moyen de se procurer une vue d’ensemble. Les questions que nous voulons approfondir dans la présente étude sont les suivantes : où nous situons-nous dans ce long processus de séparation ? que devient le sujet, son action et sa manière d’être dans le monde ? quel est le mode de discours dérivé de la conscience de ce sujet contemporain ? Nous essayons d’y répondre, à partir de nos réflexions sur le phénomène de l’ironie dans la représentation littéraire contemporaine.

Abstract
Irony is back. Today, we are witnessing a burst of literary and artistic productions which are characterized by “thoughtful lightness”. The irony is often described as postmodern irony because of his bonds with the entire cultural symptom of the postmodern society. With the rise of writers of a new generation of Editions de Minuit among whom Jean Echenoz, Eric Chevillard and Jean-Philippe Toussaint are predecessors, the postmodern irony has asserted itself in French literary creation to which added Milan Kundera who is a writer of another generation and of another culture. Irony of these writers is not only used as a way to distance from the writing, but also a vision of the world that we would call it the “cheerful disenchantment”. We explore the relationship of irony and question of existence in our research. First of all, irony is a cleaved conscience. Such conscience state has come true in a mode of speech as exteriorization of the cleaved conscience and a way of obtaining an overview. In this research, we would like to go into detail the following questions: where shall we be situated is the long process of separation? What have the subject, his action and his way of being become? Which is the mode of speech that is derived of the conscience of this contemporary subject? We try to answer these questions with our reflections brought to the irony phenomenon in the contemporary literary representation.

Zhao, 2011, PDF ###

BLANCKEMAN, Bruno, « Du flux et du fluide (usages de l’ironie dans quelques romans contemporains) », Fabula / Les colloques, Hégémonie de l’ironie ?, [en ligne]. +++ Autre (voir la description)

### Colloque en ligne
Blanckeman, 2008, HTML ###

BOUJU, Emmanuel, « Énergie romanesque et reprise d’autorité (Emmanuel Carrère, Noémi Lefebvre, Jean-Philippe Toussaint) », L’esprit créateur, vol. 54, n° 3 (automne 2014), p. 92-105. +++ Article de revue

### Bouju, 2014, HTML ###

DUBOIS, Jacques, « Marie naïade de style (Marie de Montalte, styliste et maîtresse du narrateur) – Jean-Philippe Toussaint, Faire l’amour, Fuir et La Vérité sur Marie », dans Figures du désir. Pour une critique amoureuse, Bruxelles, Les Impressions nouvelles (Réflexions faites), 2011. +++ Monographie

RUBINO, Gianfranco, « Minimalistes et mouvement : Toussaint et autres », dans Barbara HAVERCROFT, Pascal MICHELUCCI et Pascal RIENDEAU (dir.), Le roman français de l’extrême contemporain. Écritures, engagements, énonciations, Québec, Éditions Nota bene (Contemporanéités), 2010. +++ Chapitre de collectif

RAVINDRANATHAN, Thangam, Là où je ne suis pas. Récits de dévoyage, Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes (L’Imaginaire du texte), 2012, 310 p. +++ Monographie

### « Le meilleur exemple est l’œuvre de Jean‑Philippe Toussaint, où le fait d’être à Cannes, Milan, Tokyo, Hongkong, Berlin, Prague, Londres, Venise reste un simple canevas pour ses histoires minimalistes, vidés de tout exotisme, espaces de l’errance très souvent, anticipant le deuil de la rupture entre les protagonistes. De plus, l’exotisme semble être remplacé par une « inquiétante étrangeté », que l’auteur propose d’écrire comme « étrangèreté », pour insister sur cette inadéquation de l’être dans un certain espace qui le désoriente et le rend dysphorique. C’est le cas de l’« étranger » Meursault de Camus ou des Autoportraits à l’étranger de Toussaint. »
(Extrait d’un compte rendu sur Fabula) ###

YAPAUDJIAN-LABAT, Cécile, « Éric Chevillard et Jean-Philippe Toussaint à l’ombre de Beckett », dans Michel BERTRAND, Karine GERMONI et Annick JAUER, Existe-t-il un style Minuit ?, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence (Textuelles littérature), 2014. +++ Chapitre de collectif

DÉCARIE, Isabelle, « Aménager le monde. Le sujet et les lieux intimes dans certains récits de Jean-Philippe Toussaint », dans Adelaide RUSSO et Simon HAREL (dir.), Lieux propices. L’énonciation des lieux/Le lieu de l’énonciation dans les contextes interculturels, Québec, Les Presses de l’Université Laval (InterCultures), 2005. +++ Chapitre de collectif

### « Chez Toussaint un lieu est « clos, exigu » et forme souvent l’espace de ses récits. Décarie souligne l’importance de cette topographie réduite par une lecture platonicienne. Dans les romans de Toussaint, tout est affaire de vision ou bien le résultat d’une empreinte mise en scène dans une perspective multiculturelle qui se révèle de manière évidente. Par le biais des récits de Toussaint, c’est l’habitude du lieu et la confrontation d’en être exclu qui est abordée. »
(Extrait d’une compte rendu sur Fabula) ###

ZBIERSKA-MOSCICKA, Judyta, « À propos du difficile chemin vers soi-même dans quelques romans de Jean-Philippe Toussaint », Studia Romanica Posnaniensia, vol. 38, n° 1 (2011), p. 103-109. +++ Article de revue

RÜTH, Axel, « Aspects du jeu dans quelques romans de Jean-Philippe Toussaint », dans Zsuzsa SIMONFFY (dir.), Jeu, enjeu, double jeu, université de Pécs, UFR d’études Francophones, 2005, p. 74-82. +++ Chapitre de collectif

### Porte sur La salle de bain, La réticence et L’appareil-photo. ###

HIPPOLYTE, Jean-Louis, « À Tokyo comme à Bastia: le “non-lieu” chez Jean-Philippe Toussaint », dans Mirko F. SCHMIDT (dir.), Entre parenthèses. Beiträge zu Werk von Jean-Philippe Toussaint, Paderborn, Vigilia, 2003, p. 117-125. +++ Chapitre de collectif

PETRILLO, Maria Giovanna, « Le malaise de l’homme contemporain dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint », Université de Naples, 2014. +++ Monographie

### Petrillo, 2014, PDF ###

GILBERT, Marine, « Personnage et narration dans la trilogie de Marie de Jean-Philippe Toussaint : une énergie romanesque du corps », mémoire de maîtrise, département de Lettres modernes, Université Paris III - Sorbonne Nouvelle, 2013, 116 p. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Gilbert, 2013, PDF ###

CROIS, Elien, « La question de la métaphysique dans les premières œuvres de Jean-Philippe Toussaint », mémoire de maîtrise, Departement Franse Letterkunde, Universiteit Gent, 2011, 65 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Crois, 2011, PDF ###

MAESEN, Valentin, « L’individu a du style : La représentation de l’individualisme dans les romans de Jean-Philippe Toussaint, d’Emmanuel Carrère et de Michel Houellebecq », mémoire de maîtrise, département de langues et littératures françaises et romanes, Université de Liège, 2009, 115 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Maesen, 2009, PDF ###

BENFANTE, Claire, « Jean-Philippe Toussaint : nouveau “nouveau romancier” ? », mémoire de maîtrise, Faculté de Philosophie et Lettres, Université de Liège, 2009, 107 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Porte principalement sur La salle de bain, L’appareil-photo et La télévision
Benfante, 2009, PDF ###

MURINOVA, Hedviga, « Le narrateur-protagoniste dans les romans de Jean-Philippe Toussaint », mémoire de maîtrise en littérature française, Université de Brno, 2009, 39 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Introduction
L’essentiel de cet écrit consiste à une analyse du narrateur à la première personne et qui est en même temps le personnage principal, dans les romans de Jean-Philippe Toussaint La Salle de bain, Faire l’amour et Fuir. Selon les termes du théoricien Olivier BessardBanquy: « On ne peut pas dire de Toussaint qu’il suive une même dynamique de l’amplification narrative », nous voulons démontrer le fonctionnement de la narration à la première personne qui varie d’une certaine façon dans tous les trois romans et ainsi faire une analyse approfondie du point de vue narratologique. Notre but est de présenter le plus possible la technique dont l’auteur traite le personnage du narrateur et de montrer les traits typiques pour son style de la narration. Comme modèle de l’analyse nous servira la théorie de Gérard Genette, et aussi l’œuvre d’Olivier Bessard-Banquy consacrée particulièrement au style de l’écriture de Toussaint. Certes, c’est avant tout la conception de Genette que nous considérons comme essentielle pour notre analyse, surtout en ce qui concerne sa terminologie. Même si la théorie de Genette nous propose assez de sources qui seraient utiles à l’analyse du narrateur, nous sommes obligés de rétrécir notre analyse pour qu’elle soit satisfaisante pour faire une démonstration des modifications du narrateur et de l’acte de narration observées dans les trois romans. En vue de cela nous consulterons les romans surtout sur le personnage du narrateur, son omniscience et les aspects qui sont étroitement liés à l’acte de narration, c’est-à-dire la perspective narrative, le temps de la narration et la catégorie de l’espace. À savoir, il ne s’agira pas d’une analyse spéciale comme celle effectuée par un théoricien littéraire. Nous voulons seulement présenter la caractéristique du narrateur et le récit à la première personne d’une autre façon comme on le perçoit pendant la lecture courante.

Murinova, 2009, PDF ###

HANNAY, Tamara, « Quand Toussaint (Posture de Jean-Philippe Toussaint : approche socio-littéraire) », mémoire de license langues et littératures romanes, Université de Liège, 2007, 134 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Hannay, 2007, PDF ###

FRECH, Patricia, « L’humour dans l’oeuvre de Jean-Philippe Toussaint », mémoire de maîtrise, faculté des lettres, Université de Bourgogne, 2002, 138 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Frech, 2002, PDF ###

MER, Bruno, « Espace et mouvement dans les trois premiers romans de Jean-Philippe Toussaint », mémoire de maîtrise, faculté des lettres, Université Paris X Nanterre, 1993, 119 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Mer, 1993, PDF ###

MANNOORETONIL Agnès, « Jean-Philippe Toussaint ou l’art délicat de l’infinitésimal », Études, n° 4208 (septembre 2014), p. 73-82. +++ Article de revue

### Mannooretonil, 2014, PDF ###

ŠOTOLOVÁ, Jovanka, « La famille (de J.-Ph. Toussaint) chez J.-Ph. Toussaint », dans Zuzana Malinovská et Sylviane Coyault (dir.), Histoires francophones de familles. Le familier, l’inquiétant et le loufoque, Presov, Filozoficka fakulta Presovskej univerzity v Presove, 2013, p. 203-220. +++ Chapitre de collectif

### Abstract
This article documents the presence and importance of the theme of family in the novels of the Belgian writer Jean-Philippe Toussaint. Known and appreciated for studying various forms of emptiness accompanying common relations, human loneliness as well as inadvertible passage of time, the feeling of aging and death which man continually approach from a young age. Nevertheless his texts do not forget to remind us of the importance of family and they play on the side of absurdity and comedy of human relationships (man – woman in a couple, or children – parents in a family).

Šotolová, 2013, PDF ###

RUHE, Ernstpeter, « D’une poignée de vent. La vie de Marie selon Toussaint », [version augmentée de] French forum, vol. 36, n° 1 (2011), p. 95-114. +++ Article de revue

### Ruhe, 2011, PDF ###

CHARRIN, Ève, « Le roman de l’égarement français », Esprit, n° 10 (octobre 2012) , p. 12-30. +++ Article de revue

###Résumé
On s’inquiète souvent de la difficulté du roman français à rendre compte des bouleversements du vaste monde. Repli hexagonal ? Pourquoi ne pas reconnaître plutôt un art d’écrire exprimant au mieux ce flou, ce trouble des certitudes géographiques, qui raconte aussi à sa manière une obsession d’époque, la peur de se perdre, commune à de nombreux auteurs actuels ?

Charrin, 2012, HTML###

RICHIR, Alice, « L’intime entre parenthèses. Fonction du commentaire décroché dans l’œuvre de Jean-Philippe Toussaint », Poétique, vol. 4, n° 172 (2012) , p. 469-479. +++ Article de revue

### Richir, 2012, PDF###

BARRÈRE, Anne et Danilo MARTUCCELLI, « La modernité et l’imaginaire de la mobilité : l’inflexion contemporaine », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 1, n° 118 (2005), p. 55-79. +++ Article de revue

### Résumé
En partant de quelques transformations sociétales majeures, et en s’appuyant sur la fiction romanesque française, l’article dessine deux grandes constellations imaginaires de la mobilité dans la modernité. La première associe le but du déplacement, l’existence d’un ailleurs, le goût de l’aventure, l’attitude de départ actif et le rôle de la mobilité comme logique de pouvoir. La deuxième, souvent en résonance avec les items précédents, souligne plutôt l’exigence de la mobilité pour la mobilité, la fin de l’idée de dehors, l’impératif de la fuite, la prolifération de l’expérience du départ passif, enfin, la centralité croissante de la mobilité dans le saisissement de la domination. Au terme de ce parcours, l’imaginaire de la mobilité apparaît comme une boussole privilégiée pour cerner les transformations de la modernité.

Summary
The article tracks two major imaginary constellations of modern mobility, through the analysis of important social transformations, illustrated by certain French novels. The first joins the goal of mobility, the existence of an « elsewhere », the taste for adventure, an active departure, and the role of mobility as a logic of power. The second, frequently in relationship with the precedent, emphasizes the idea of mobility for itself, the end of elsewhere utopia, the need to run away, the multiplication of experiences of passive departure, and finally the growing link between mobility and domination. The mobility imaginary appears at last as a privileged compass to surround the transformations of modernity.

Barrère et Martuccelli, 2005, PDF ###



Jean-Philippe Toussaint - ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreJean-Philippe Toussaint - ensemble de l'oeuvre
AuteurJean-Philippe Toussaint
Parution9999
TriJean-Philippe Toussaint - ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint