Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La brisure

la_brisure.jpg Hélène Lenoir, La brisure, nouvelles, Paris, Minuit, 1994, 128 p.

« Un petit tableau représentant une scène amoureuse est retrouvé en morceaux, une dizaine peut-être…
Ça commence banalement par un baiser… et, dès le moment où ils s’écartent, où ils se mettent à parler, à mal entendre, à sous-entendre, à croire entendre… ça se fissure, ils prennent peur, ils ne peuvent plus se toucher.
Ou alors ils établissent un code et ils s’installent dans cette matière figée, reproduisent les mécanismes qui les font fonctionner depuis l’enfance, l’un mangeant goulûment l’autre qui se laisse voluptueusement faire, engourdi par le charme… Ou bien ils sont expulsés et c’est peut-être leur seule chance, quand ils ont encore assez de force pour se tenir debout… »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

TOBIASSEN, Elin Beate, « Lecture palimpsestueuse. De Nathalie Sarraute à Hélène Lenoir : filiation, réécriture », Orbis Litterarum. International Review of Literary Studies (Danemark), vol. 62, n° 2 (2007), p. 89-109. +++ Article de revue

###Résumé
« Hélène Lenoir, témoignant à la fois d’une dette et d’une contestation, semble avoir construit certaines nouvelles de son ouvrage La Brisure de façon à réécrire Nathalie Sarraute, et ceci, sur un point précis. Reprenant des thèmes de Tropismes liés à des rapports à chaque fois interpersonnels, entre deux êtres de sexe opposé, Lenoir les convertit pour injecter en eux une sensualité et une sexualité absentes de l’univers de son prédécesseur : à la décence de Nathalie Sarraute, Hélène Lenoir répond par des outrages répétés à la pudeur. L’article de Elin Beate Tobiassen procède dans cette optique à ce que Gérard Genette, à la suite de Philippe Lejeune, nomme une lecture palimpsestueuse, adjectif dérivé de la vieille image du palimpseste où l’on voit, sur le même parchemin, un texte se superposer à un autre qu’il ne dissimule pas entièrement, mais qu’il laisse paraître par transparence ; de cette manière, une structure nouvelle s’ajoute et s’emmêle à une fonction ancienne, et c’est la contradiction entre ces deux éléments simultanément présents qui donne « sa saveur » à l’ensemble textuel. Cette lecture relationnelle, qui lit un texte en fonction d’un autre, définit le rapport entre La Brisure et Tropismes comme étant d’ordre hypertextuel. »

Cet article a été repris en volume :
TOBIASSEN, Elin Beate, « Outrages à la pudeur. La brisure d’Hélène Lenoir », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p.141-163. ###

TOBIASSEN, Elin Beate, « Outrages à la pudeur. La brisure d’Hélène Lenoir », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p.141-163. +++ Monographie

###Quatrième de couverture
« La littérature contemporaine française est éminemment attentive aux actes d’écrire et de lire ; l’aborder, c’est souvent s’engager dans une voie où, comme le dit Gérard Genette en faisant référence au principe de l’anneau de Möbius, “l’écriture ne cesse de se lire” et “la lecture ne cesse de s’écrire et de s’inscrire”. L’un des traits caractéristiques est ainsi de construire des variétés de rubans littéraires qui, tout en ayant pour dénominateur commun d’éclairer deux versants inséparables du texte, possèdent chacun leurs méandres propres.
À travers l’analyse de cinq oeuvres d’écrivains contemporains, les études rassemblées dans cet essai développent de nombreux aspects de la relation Écriture/Lecture. Les textes d’Éric Chevillard, de Pierre Michon, de Christian Gailly et d’Hélène Lenoir révèlent un réseau complexe de questions entrecroisées incitant le lecteur à emprunter plusieurs circuits en suivant, pour chacune des oeuvres, leurs cheminements singuliers. »

Ce chapitre a d’abord paru sous la forme d’un article :
TOBIASSEN, Elin Beate, « Lecture palimpsestueuse. De Nathalie Sarraute à Hélène Lenoir : filiation, réécriture », Orbis Litterarum. International Review of Literary Studies (Danemark), vol. 62, n° 2 (2007), p. 89-109. ###



La brisure (oeuvre)
TitreLa brisure
AuteurHélène Lenoir
Parution1994
Tribrisure
Afficheroui

Outils de la page

complaint