Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La confession négative

Richard Millet, La confession négative, Paris, Gallimard (Blanche), 2009, 528 p.

« Ce n’était plus la guerre fantomatique à quoi, depuis mon arrivée à Beyrouth, je m’étais habitué et qui ne venait pas ; ce n’était plus du roman devenu vague rêverie au fond de l’ennui ; c’était l’essence même de toute littérature : la guerre, violente, exigeante, dangereuse, enivrante, aussi, car j’y ai retrouvé les gestes qui étaient les miens, enfant dans les bois de Siom, quand je jouais à la guerre et que je mourais ou tuais avec une ivresse qui me laissait croire que j’étais la proie d’autre chose que de la fièvre du jeu.
Mais à Beyrouth, cette nuit-là, au premier étage du magasin que nous devions tenir, dans le bruit des armes, les éclats, l’odeur de poudre, d’huile et de métal chaud, je sentais les autres miliciens bien plus proches de moi que mes anciens compagnons de jeu.
Tout ça me plaisait dans une dimension inquiétante, voire terrifiante du plaisir : celle qu’on connaît dans les très grandes amours. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

TAMRAZ, Nayla, « Sympathie et système de valeurs: Pour une réception de La Confession négative de Richard Millet », Littératures, n° 63 (2010), p. 111-124. +++ Article de revue

SANGARS, Romaric, « L’autre Origine du monde. Au sujet de la réception de La Confession négative », dans Mathias RAMBAUD (dir.), Lire Richard Millet, Paris, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, 2015. +++ Chapitre de collectif

LAPEYRE-DESMAISON, Chantal, « L’écriture impossible de Richard Millet », Littératures, n° 63 (2010), p. 125-137. +++ Article de revue



La confession négative (oeuvre)
TitreLa confession négative
AuteurRichard Millet
Parution2009
Afficheroui

Outils de la page

complaint