Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La démarche du crabe

Monique LaRue - Montréal, Boréal, 1995, 220 p.

« Une jeune fille survient dans la vie sans intérêt d’un dentiste. Il la soigne, elle repart, il a l’impression que tout craque. Plus tard, il comprend qu’elle était la messagère de son passé et qu’il détient, réciproquement, le secret du sien. Roman tendu, captivant, La Démarche du crabe est l’histoire d’un homme en détresse qui raconte sa dérive de Montréal jusque dans la forêt, un trajet qui est aussi une remontée de sa génération à celle de sa mère et à la génération antérieure, de même que la quête, in extremis, du sens de l’existence au-delà de l’individualité. De quel poids pèse sur nous la terre où nous sommes nés? Les triomphes et les échecs des êtres qui nous ont donné la vie seront-ils toujours les nôtres? » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

SUHONEN, Katri, « Avancer à reculons : une nouvelle trajectoire pour l’identité masculine dans La démarche du crabe de Monique LaRue », dans Voix et Images, dossier « Monique LaRue », sous la direction de Jean-François CHASSAY et Katherine ROBERTS, vol. 28, no 2 (no 83 - hiver 2003), p. 73-85. +++ Article de revue

###« La tradition patriarcale divise le monde en deux sphères séparées, le masculin et le féminin, ce qui nie l’origine double de l’être humain. De plus, en mettant l’accent sur l’héritage qui passe de père en fils, cette tradition ignore l’importance de la filiation maternelle dans la vie de l’homme. La démarche du crabe interroge l’identité masculine patriarcale en mettant en avant l’origine double de l’être humain et l’importance, pour l’homme, de la filiation maternelle. Les personnages féminins du roman conduisent le protagoniste sur la trace de ses aïeules, à la redécouverte d’une composante identitaire refoulée - le féminin - et au rajustement de son identité. L’identité masculine devient alors une énigme qui contient des éléments multiples (présents, absents, masculins, féminins, refoulés, manifestés) et sur laquelle l’homme n’aura jamais une emprise totale. » (Résumé joint à l’article)

###

GUILLEMETTE, Lucie, « À la croisée du hasard et du déterminisme : atomisme logique et fractalité postmoderne dans La démarche du crabe de Monique LaRue », dans Tangence, no 61 (décembre 1999), p. 113-146. +++ Article de revue

###« À l’exemple des auteurs orientés vers des problématiques postmodernes, Monique LaRue s’intéresse à la question de l’identité dans un contexte d’écriture marqué par la multiplicité d’un monde en devenir, à travers lequel réalité et fiction ne tendent plus à s’opposer. À certains égards, l’oeuvre romanesque de LaRue consiste à dégager de diverses traditions de pensée des axiomes qui n’accordent plus à la raison et à l’essence du langage une importance privilégiée pour dire et expliquer le monde. En 1989 paraît Copies conformes dont le récit confond sans ambages le vrai et le faux au sein d’une Californie figurant comme un lieu éminent de découvertes issues de la technologie informatique. Rappelons que la fiction s’articule autour de la notion de simulacre dont Lucrèce a livré une théorie pénétrante dans son poème De la nature des choses. À partir d’une interprétation contemporaine du matérialisme antique de Lucrèce, disciple et continuateur des travaux d’Épicure, la romancière façonne le matériau textuel à même le langage des apparences et de l’imitation. Le texte récuse ainsi le monde idéel platonicien correspondant aux essences immatérielles et immuables. Or, Monique LaRue introduit des thèses philosophiques du même type dans un plus récent roman paru en 1995, La démarche du crabe. Toujours dans la filiation du matérialisme, l’ouvrage fait de la question des origines, inextricablement liée à la genèse des êtres qui naissent puis qui meurent, la thématique centrale de la diégèse. Si l’écrivaine répudie à nouveau le réalisme platonicien au fil de l’élaboration de la trame narrative, son propos prend appui sur les travaux de certains philosophes de la nature suivant lesquels l’univers est corruptible et ne se constitue d’autre substance que la matière. C’est plus particulièrement en se référant à la doctrine de l’atomisme, selon laquelle l’univers est formé d’atomes associés en combinaisons fortuites, que l’auteure développe la structure romanesque. […] Notre questionnement s’énonce ainsi : suivant quels procédés textuels de l’autoreprésentation, l’instance narrative entreprend- elle de décrire le passé afin d’en extraire un sens quelconque ; à quelles fins le récit littéraire transpose-t-il un énoncé théorique reprenant certaines thèses atomistes relatives à la compréhension de l’Univers ; comment prend forme une pensée relativiste et postmoderne qui situe un discours de l’identité à la croisée du déterminisme et du hasard au sein de la narration. » (Extraits, p. 115-116)

###

DION, Robert, « L’instinct du réel : fuites et retours dans Les faux-fuyants, Copies conformes et La démarche du crabe de Monique LaRue », dans Voix et Images, dossier « Monique LaRue », sous la direction de Jean-François CHASSAY et Katherine ROBERTS, vol. 28, no 2 (no 83 - hiver 2003), p. 30-45. +++ Article de revue

###« Les voyages constituent, dans l’oeuvre romanesque de Monique LaRue, un facteur d’irréalisation du monde, de mise en cause des mythes contemporains et des fausses identités. Saisis tantôt sous l’angle de la fuite, tantôt dans la perspective du retour, ils jouent un rôle de révélateur chez les protagonistes des Faux-fuyants, de Copies conformes et de La démarche du crabe. Dans le présent article, c’est l’aspect cognitif ou, plus largement, gnoséologique des déplacements et du dépaysement qui sera envisagé, afin de voir comment l’expérience du voyage dessine chez LaRue, entre fuite et retour, une variante de la Bildung, une certaine façon d’habiter le monde actuel cerné par les faux-fuyants et les faux-semblants. » (Résumé joint à l’article)

###

SUHONEN, Katri, Prêter la voix. La condition masculine et les romancières québécoises, Québec, Nota bene, 2009, 290 p. +++ Monographie

### Le dernier chapitre est consacré à une analyse de La démarche du crabe de Monique LaRue.

Compte rendu de Lucie Joubert: JOUBERT, Lucie, « Écoutez quand “je” parle », dans Voix et images, vol. 35, no 1 (no 103 - automne 2009), p. 132-140.###



La démarche du crabe (oeuvre)
TitreLa démarche du crabe
AuteurMonique LaRue
Parution1995
Tridémarche du crabe
Afficheroui

Outils de la page

complaint