Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La nuit juste avant les forêts

Bernard-Marie Koltès, La nuit juste avant les forêts, Paris, Éditions Stock, 1980, 194 p.

« Le jeune homme que fait parler Koltès, jeune frère de Rimbaud et de Genet, tente de retenir, en usant de tous les mots dont il dispose, un inconnu qu’il a abordé dans la rue un soir où il était seul, seul à en mourir. Il parle, il parle aussi frénétiquement qu’il ferait l’amour, il crie son univers : ces banlieues où l’on traîne sans travailler et où pourtant l’usine guette, ces rues où l’on cherche un être ou une chambre pour une nuit, ou un fragment de nuit, où l’on se cogne à des loubards partant à la chasse aux ratons, aux pédés, un univers nocturne où il est l’étranger, l’orphelin, et qu’il fuit en se cognant partout dans sa difficulté d’être et sa fureur de vivre. C’est admirable : un texte superbe, sans littérature… »
(Commentaire disponible sur le site Théâtre et traduction)

Documentation critique

MISHRA, Sulagna, « Body performative and agency in contemporary novels and theater in French\postcolonial Afro -Caribbean and French encounters », thèse de doctorat, Purdue University, 2008, 238 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This dissertation examines the construction of the body as a performative agent in contemporary novels and theater from the Afro-Caribbean diaspora and France. This study focuses on the trope of the body performative, in the following novels and plays written and performed in the last thirty years by authors of the Francophone or French diaspora: Marguerite Duras’s L’amant (1984) Ken Bugul’s Le baobab fou (1982), Gisèle Pineau’s L’espérance macadam (1995), and Chair Piment (2002), Calixthe Beyala’s Amours sauvages (1999) and Femme nue, femme noire (2003), Michel Houellebecq’s Plateforme (2001), Bernard-Marie Koltès’s La nuit juste avant les forêts, (1977), and Sony Labou Tansi’s La parenthèse de sang (1981).

The thesis includes both French and Francophone plays and novels, thereby revealing how metropolitan “center” and ex-colonial “periphery” are inextricably intertwined. In spite of their geographical and historical differences, the seven writers I study identify the body as the primary locus of historical woundings of continuing global, neo-colonialist economic forces. They investigate the limits of the body subjected to physical violence and trauma such as torture, rape, imprisonment and physical depravation. Yet these writers, by questioning the limits of the body as it is traditionally understood in terms of ethnicity, sex, and gender, in their texts effect resistance and give the body performative its agency.

Chapter 1 “Questions in Theory” is about the theoretical underpinnings of this dissertation. Within the larger framework of intertextuality, Chapters 2 and 3 study the critical insights of Pineau, Bugul, and Beyala into post/colonial theories of resistance such as Negritude, Antillanité, and Créolité in their novels. Chapter 4 reads the city of Paris as postcolonial spatial practices of the body within specific historical contexts in Beyala, Duras, Houellebecq, Koltès, and Pineau. Each text interrogates national, gendered, sexed, and racial identity underpinned by the uneven global socio-political and economic shifts from industrial to postindustrial capitalism. Finally, Chapter 5 is about the discursive intersections of theater as a post/colonial representational construct, nationalism, and embodiment in Sony.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

ROZÉFORT, Farrah, « Étude de l’apport artistique de l’interculturalité dans la mise en scène de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès à partir des théories de communication interculturelle », mémoire de maîtrise en théâtre, Université du Québec à Montréal, 2006, 35 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Cette recherche consiste à étudier l’apport de l’interculturalité dans un processus de création théâtrale en se basant sur les théories de communication interculturelle. La pièce choisie pour l’élaboration de ce mémoire-création est La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès. Cette pièce a été interprétée par trois comédiens d’origines culturelles diverses en juin 2004. Le travail en répétition nous a permis de tirer nos conclusions sur la pertinence de la communication interculturelle dans un processus théâtral. Les bases théoriques auxquelles nous avons eu recours sont des ouvrages de Peter Brook, Edward T.Hall, Carmel Camilleri, Adam Kiss et Patrice Pavis.

Rozéfort, 2006, PDF ###

GERSON, Christine, « La nuit juste avant les forêts : le lieu théâtral comme espace d’interaction », Theatre Research in Canada/Recherches théâtrales au Canada, vol. 23, n° 1-2 (printemps-automne 2002). +++ Article de revue

### Gerson, 2002, PDF ###

PETITJEAN, André, « Le monologue adressé et la dialogie : l’exemple de La nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès », dans Florence FIX et Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE (dir), Le monologue au théâtre (1950-2000) : la parole solitaire, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2006, p. 105-119. +++ Chapitre de collectif



La nuit juste avant les forêts (oeuvre)
TitreLa nuit juste avant les forêts
AuteurBernard-Marie Koltès
Parution1980
Trinuit juste avant les forêts
Afficheroui

Outils de la page

complaint