Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La pluralité des mondes de Lewis

Jacques Roubaud, La pluralité des mondes de Lewis, Paris, Gallimard (Blanche), 1990, 120 p.

« Ces méditations s’inscrivent dans la continuité du dernier livre de Jacques Roubaud, Quelque chose noir, qui était inspiré par un deuil intime. La première partie de l’ouvrage fait penser à la récente exposition de ces natures mortes “philosophiques” qu’on nommait, au XVIIe siècle, des Vanités. Le titre du livre fait référence à un ouvrage anglais de logique mathématique de David Lewis. On pourrait avancer l’hypothèse de lecture suivante :
Encore en proie à la souffrance et à la perte de l’être aimé, le poète cherche un refuge possible à la solitude du malheur dans les ressources que peut offrir à l’être acculé au mur de la mort la possibilité (logique et logiquement exposée dans le livre de David Lewis) de l’existence d’autres univers, à l’envers ou dans un ailleurs de ce mur de la mort. Chaque texte – de méditation – tourne, et retourne, comme un mathématicien maniant des théorèmes, les possibilités d’une délivrance de l’enfermement douloureux du deuil. La qualité de ces textes, souvent énigmatiques, c’est que le fonctionnement de l’intellect et la douleur affective y sont indissolublement liés. La seconde partie, La maladie de l’âme, abandonne la réflexion logique et mathématique. La troisième, Cercles en méditation, conduit à un climat plus apaisé, un retour de l’âme non vers une “happy end”, mais vers le vide vivant de la vie. »
(Bulletin Gallimard, oct. 1991)

Documentation critique

KINZER, Greg, « Possible Worlds: Trans-world Travel, Haecceity and Grief in Jacques Roubaud’s The Plurality of Worlds of Lewis », Journal of Modern Literature vol. 34, n° 3 (printemps 2011), p. 162-181. +++ Article de revue

### Abstract
This essay examines the role of mathematical logic in Jacques Roubaud’s response to his wife’s death in The Plurality of Worlds of Lewis. At the heart of his thinking is a basic problem: each poem addresses the ““you”” of his beloved wife, yet that ““you”” no longer has a referent in the world. Refusing the consolation of the traditional elegy, Roubaud turns instead to David Lewis’s notorious book of formal logic, On the Plurality of Worlds, in which Lewis makes a mathematical argument in favor of the existence of multiple worlds. If Alix Cleo no longer exists in this world, perhaps she exists in other possible worlds. I demonstrate how the mathematical logic of possible worlds is necessary to move beyond the impasse of Some Thing Black to construct what is finally a more satisfying formal response to her death in The Plurality of Worlds of Lewis. In the process, I show how Roubaud’s emphasis on potentiality reveals important consequences for the way we understand the work of literature in relation to that of science and mathematics.

Kinzer, 2011, PDF ###

MARSAL, Florence, « Mourning and the Call to Possible Worlds in Jacques Roubaud’s Poetry », Sites: The Journal of Twentieth Century Contemporary French Studies, vol. 6, n° 2 (automne 2002), p. 357-369. +++ Article de revue

### Porte également sur Quelque chose noir ###



La pluralité des mondes de Lewis (oeuvre)
TitreLa pluralité des Mondes de Lewis
AuteurJacques Roubaud
Parution1990
Tripluralité des mondes de Lewis
Afficheroui

Outils de la page

complaint