Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La possibilité d'une île

Michel Houellebecq, La possibilité d’une île, Paris, Éditions Fayard, 2005, 485 p.

« Le pitch ? Quel pitch ?
Il est impossible d’en dévoiler un. Le quatrième roman de Michel Houellebecq, par son ampleur, ses ambitions, sa façon bien à lui de déjouer tout pronostic, échappe à cette pratique paresseuse de la critique moderne.
Alors qu’en dire ?
Dire que les éditeurs étrangers les plus importants (US, Grande-Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne, Suède, Japon?), l’ont lu sur manuscrit et aussitôt acheté. Dire aussi qu’ils n’ont pas été avares de compliments. L’un louant son humour décalé, l’autre célébrant son lyrisme, le troisième avouant à quel point il avait d’abord ri, puis frémi devant cette fresque admirablement construite, où tout est à sa place, sans effort apparent, comme soulevé par une intelligence qui lance un défi à la raison, un avertissement salutaire.
En un mot, soufflé par l’auteur lui-même : “Je crois que c’est mon meilleur livre.”
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

CEUNEBROECK, Fanny van, « Michel Houellebecq ou la possibilité d’une bible »,, dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 209-219. +++ Chapitre de collectif

REMY, Maud Granger, « La Possibilité d’une île, ou ‘Le Livre des Daniel’ », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 221-231. +++ Chapitre de collectif

MUNOZ BALLESTA, Antonio, « Houellebecq au-delà de Houellebecq », traduit par Murielle Lucie Clément, dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq à la Une, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2011, p. 233-245. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur La peau ###

BECK, Stefan, « A Satyr against Mankind », New Criterion, vol. 24, n° 7 (mars 2006), p. 15-20. +++ Article de revue

ATALLAH, Marc, « Expérimenter une vie sans fin », Versants, n° 52 (2006), p. 53-72. +++ Article de revue

###« […] je me propose […] d’étudier le thème central du récit qui est, est-ce un hasard ?, celui autour duquel les polémiques se sont faites les plus vives : la présence au sein du roman des thèses raëliennes. Cependant, par la délicatesse nécessaire à un tel traitement, il me paraît essentiel de ne pas me laisser emporter par des jugements hâtifs et réducteurs : ce n’est pas la doctrine de Raël qui m’intéresse ici, mais plutôt la manière dont elle est traitée dans le récit de Houellebecq. L’épochè [“suspension volontaire de la faculté de juger”] évoquée ci-dessus doit donc m’amener à interroger ce thème en tant que motif littéraire : quel est son contenu propre ? comment est-il mis en scène ? quelles conséquences symboliques ou réflexives entraîne-t-il ? C’est à de telles questions que j’aimerais m’atteler à présent. » (Extrait de l’introduction, p. 56-57) ###

ZIELONKA, Anthony, « La recherche du bonheur dans La possibilité d’une île de Michel Houellebecq », dans Ruth AMAR (dir.), L’écriture du bonheur dans le roman contemporain, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 197-206. +++ Chapitre de collectif

###« Thème philosophique aussi bien que poétique, sociologique et psychologique, le bonheur s’édifie à la mesure de chacun. “N’est-il pas vrai que, nous autres hommes, nous désirons tous être heureux ?” (Platon). Or dans notre monde actuel dominé par la technique, la recherche à outrance du productif et de l’efficacité, qu’en est-il du bonheur ? Est-il encore présent aux écritures romanesques contemporaines ? Sous quelles formes se présenterait sa recherche ? Ce “devoir de bonheur propre à la deuxième moitié du XXe siècle” dont parle Pascal Bruckner, continue-t-il toujours à être d’actualité ? S’est-il renforcé ou, au contraire, s’est-il affaibli?

Le projet d’un questionnement du bonheur dans le roman contemporain comportait de gros risques, mais il offrait en même temps des possibilités stimulantes. A la suite du colloque international organisé à l’université de Haïfa en mai 2010, les textes réunis dans ce livre, cherchent à élaborer des éléments de réponse à ces questions. Le volume offre un état des lieux du bonheur dans le roman depuis 1980 et présente une large diversité d’approches, de définitions, d’interrogations sur l’écriture du bonheur sur trois décennies.

Le recueil s’articule autour d’axes qui ont servi de base aux différentes approches du bonheur en Europe et d’événements historiques et sociaux qui ont pu influencer l’écriture du bonheur aux différentes périodes du XXe et XXe siècles, telles que l’Holocauste, la dystopie en Russie, le postmodernisme et le consumérisme, le quotidien, les différents paradoxes du bonheur, les nouveaux modes de vie.

Nouvelle écriture du bonheur? Du moins, ce volume vise-t-il le contemporain sans figer les œuvres, tout en tenant compte des fluctuations du sujet, de sa diversité, de ses paradoxes surtout, tout en conservant la lecture précise des textes et en respectant la particularité de l’écriture des auteurs traités. » ###

BUZAY, Emmanuel, « Nouveaux espaces et ‘paradigme de l’indice’ dans l’épilogue du roman de Michel Houellebecq La Possibilité d’une île », Contemporary French and Francophone Studies, vol 15, n° 4 (septembre 2011), p. 477-484. +++ Article de revue

### Abstract
When Daniel 25 follows in Marie 23’s footsteps at the end of Michel Houellebecq’s novel The Possibility of an Island, he knows that he is engaged in a journey without return. Crossing a desert where human post-apocalyptic civilizations remain, Daniel 25 first experiences this escape as liberation. The use of his body, which is only limited as a neohuman by his thirst, gives him a rich experience of his very own physical limits. This article explores how this crossing is the occasion for Daniel 25 to reappropriate his body and to reflect. This reflection is accompanied by the emergence of the evidential paradigm, to cite Carlo Ginzburg’s expression, which serves to complete a semiotic inquiry and to resign Daniel 25 to his ultimate destiny. ###

BOILEAU, Gilles, « Communion of the Flesh: Original Sin According to Michel Houellebecq », Australian Journal of French Studies, vol. 50, n° 3 (septembre-décembre 2013), p. 305-317. +++ Article de revue

### Abstract
This article analyses the religious theme in two novels of Michel Houellebecq, Les Particules élémentaires and La Possibilité d’une Île. These two novels oppose the dying contemporary world with its future in a way that makes them mirrors of each other: they reinterpret Christian dogma in a technological fashion, giving birth to two opposed Utopias, the first achieving total success through a complete annihilation of the “old” humankind and the second representing the utter failure of its attempt to bring back the dead. Three theological themes are illustrated in Houellebecq’s works: communion of the Saints, resurrection of the flesh, and Original Sin, whose role is central to the two novels. In La Possibilité d’une Île, it is precisely because the old humankind is resurrected as such, still in the throes of Original Sin, that the new world cannot arise.

Boileau, 2013, PDF ###

POSTHUMUS, Stéphanie, « Les Enjeux des animaux (humains) chez Michel Houellebecq, du darwinisme au post-humanisme », French Studies: A Quarterly Review, vol. 68, n° 3 (juillet 2014), p. 359-376. +++ Article de revue

### Résumé
Le présent article se propose d’analyser la représentation des êtres humains et nonhumains dans deux romans de l’auteur français contemporain Michel Houellebecq: Les Particules élémentaires (1998) et La Possibilité d’une île (2005). Dans un premier temps, il sera question d’examiner le cadre darwiniste tel que mis en évidence dans Les Particules élémentaires, où le lien entre humains et animaux est affirmé, mais où les animaux ne sont qu’un miroir de la cruauté humaine. Dans un deuxième temps, il s’agira d’analyser le cadre post-humain dans La Possibilité d’une île, où l’on trouve un portrait plus complet du monde après la fin de la civilisation humaine, mais où la promesse de l’être post-humain comme dépassement de l’être humain ne se réalise pas. Tout en maintenant la thèse de la lutte du plus fort, le deuxième roman n’embrasse pas la fin de l’espèce humaine comme le premier; il cherche plutôt à redéfinir ce qu’est l’humain, non pas comme animal darwiniste, mais comme homo literatus, c’est-à-dire comme être capable de raconter sa vie. Ainsi, la littérature s’avère le lieu où et par lequel l’être humain se définit continuellement et indéfiniment.

Posthumus, 2014, HTML###

POSTHUMUS, Stéphanie et Stéfan SINCLAIR, « « L’Inscription de le nature et de la technologie dans La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 15, n° 3 (juin 2011), p. 349-356. +++ Article de revue

MOORE, Gerald, « Gay Science and (No) Laughing Matter: The Eternal Returns of Michel Houellebecq », French Studies: A Quarterly Review, vol. 65, n° 1 (janvier 2011), p. 45-60. +++ Article de revue

### Abstract
Michel Houellebecq has repeatedly presented his literary work as something of a return to Schopenhauer. Yet this interpretation risks understating the complexity of Houellebecq’s negotiations with Nietzsche — the self-proclaimed enemy of Schopenhauer — and the Nietzscheanism of la génération 68. In particular, it overlooks both his repetition of the Nietzschean themes of eternal return and Zarathustran laughter and the constitutive parody of this repetition, the effect of which is simultaneously to offer, withdraw, and suspend the withdrawal of the criticisms he articulates. The ambiguity plays out across Les Particules élémentaires (1998) and La Possibilité d’une île (2005), both of which can be read as staging a tension between two extreme, commodified versions of eternal return, namely the exhausted pseudo-transgression of popularized Zarathustra and a literal eternal return achieved through the science of cloning. These parodies of science and laughter contribute to Houellebecq’s depiction of lifelessness rather than the joys of existence, but manage to preserve the prospect of affirming life in spite of nihilism. Filtered through an imminent critique of the post-68 reduction of philosophy to laughter, parody becomes a condition of Houellebecq’s earnest reworking of the French Nietzschean legacy.

Moore, 2011, PDF###

LLOYD, Vincent, « Michel Houellebecq and the Theological Virtues », Literature & Theology: An International Journal of Religion, Theory, and Culture, vol. 23, n° 1 (mars 2009), p. 84-98. +++ Article de revue

### The controversial contemporary French author Michel Houellebecq is generally regarded as anti-religious. His works explore the implications of postmodern, capitalist-dominated culture. I argue that, particularly in The Possibility of an Island, Houellebecq in fact offers resources for thinking constructively about religion in postmodernity. Particularly, Houellebecq explores the themes of faith, hope and love. I suggest that Houellebecq’s discussion of the theological virtues has Augustinian resonances. Through a close reading of The Possibility of an Island, I explicate what Houellebecq has to say about the theological virtues, and I begin to consider broader implications of Houellebecq’s work.

Lloyd, 2009, PDF ###

MORARU, Christian, « The Genomic Imperative: Michel Houellebecq’s The Possibility of an Island », Utopian Studies: Journal of the Society for Utopian Studies, vol. 19, n° 2 (2008), p. 265-283. +++ Article de revue

### Abstract
“The Genomic Imperative” focuses on French writer Michel Houellebecq’s 2005 dystopia The Possibility of an Island (La possibilité d’une île). In its introduction, the essay links Houellebecq’s work to the recent tradition of postmodern fiction (on the one hand) and to modern philosophies of the “human” (on the other). The introduction is followed by an analysis of the cultural-existential predicament of Houellebecq’s “neohuman” world with particular emphasis on the cloning theme. “Neohumanism,” I argue, rests on a radical abolition of difference. Identity is eminently serial in a disenchanted “society” where “the freedom of indifference” is the ultimate ideal. Notably, indifference is not just a matter of psychology, an attitude toward others. It also speaks to a dedifferentiated world that smudges the vital demarcations between self and other, private and public, interior and exterior, and culture and nature.

Moraru, 2008, PDF ###

PRÖLL, Julia, « “Plus de médium, plus d’image …”: le remplacement du lien familial par le clonage dans l’œuvre de Michel Houellebecq : une possibilité de survie? », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine van WESEMAEL (dir.), Relations familiales dans les littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles. La Figure de la mère, Paris, Harmattan, 2008, p. 217-226. +++ Chapitre de collectif

CARLSTON, Jacob, « Ecriture houellebecquienne, écriture ménippéenne? », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 19-30. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Les particules élémentaires ###

KIPPUR, Sara, « Le voyeurisme impossible chez Houellebecq : l’oeil, le regard, et la disparition de l’humanité », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Michel Houellebecq sous la loupe, Amsterdam, Rodopi, 2007, p. 253-264. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Les particules élémentaires ###

THUOT, Jonathan, « Les figures de la lecture dans La possibilité d’une île de Michel Houellebecq », mémoire de maîtrise, département des Littératures de langue française, Université de Montréal, 2009, 102 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Dans ce mémoire, je compte étudier la lecture représentée dans l’œuvre de Michel Houellebecq. Mon travail sera divisé en deux parties. D’abord, je m’attacherai aux figures de lecteurs dans La possibilité d’une île et dans les autres romans de Houellebecq. Je verrai alors comment la lecture est incarnée dans les romans et quelles sont les fonctions des personnages-lecteurs. Par exemple, j’examinerai comment les personnages s’expriment sur la littérature dans La possibilité d’une île. Je compte pour ce faire utiliser les concepts de « liseur », de « lu » et de « lectant » proposés par Michel Picard dans La lecture comme jeu, mais dans le sens que leur donne Marcel Goulet dans ses travaux. La deuxième partie se centrera sur un « lecteur » particulièrement important : Houellebecq lui-même. Adoptant la définition de l’intertextualité donnée par Gérard Genette dans Palimpsestes, je me concentrerai uniquement sur les traces explicites d’autres textes dans La possibilité d’une île. Je me concentrerai d’abord sur les auteurs fréquemment cités, ceux dont Houellebecq se réclame ou dont il s’écarte. Je me questionnerai ensuite sur le rapport souvent négatif de Houellebecq avec la littérature du passé, pour essayer d’y voir une représentation de cette lecture critique à laquelle l’auteur tente de nous initier. Le travail sur l’intertextualité servira à identifier ce que Pierre Bayard nomme la « bibliothèque intérieure » de l’auteur et à questionner son rapport à celle-ci.

Abstract
In this thesis, I will study the readings represented in the works of Michel Houellebecq. My work will be separated in two parts. Firstly, I will study the figures of the readers in La possibilité d’une île and in the other novels by Houellebecq. I will then see how the readings are represented in the novels and what are the functions of these character-readers. For example, I will observe how the characters talk about literature in La possibilité d’une île. I will use the concepts of “liseur”, “lu”, and “lectant” established by Michel Picard in La lecture comme jeu, but in the sense of Marcel Goulet’s works. The second part will be centered on another reader who is important: Houellebecq himself. To do so, I will use the theory of the intertextuality of Gérard Genette’s Palimpsestes, which means that I will focus on the explicit traces of other texts in La possibilité d’une île. I will first concentrate my study on the most quoted authors, those that Houellebecq admires or dislikes. Then, I will question myself about the fact that Houellebecq has most of the time a negative relationship with past authors and books – I will try to prove that my author wants the reader to adopt the same kind of criticism towards literature than him. This part will serve to identity what Pierre Bayard calls the author’s “bibliothèque intérieure” (inner library) and to understand his relationship towards it.

Thuot, 2009, PDF ###

LETENDRE, Daniel, « Le discours utopique dans La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq », mémoire de maîtrise, département des Littératures de langue française, Université de Montréal, 2008, 137 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Ce mémoire vise à analyser la construction du discours utopique dans le roman La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq. Ce texte, mêlant le récit d’anticipation, la science-fiction et une réflexion sur la société contemporaine, présente un amalgame des modalités utopiques classiques et modernes - utopie, anti-utopie, uchronie, etc. Nous nous attacherons d’abord à définir ces différentes modalités utopiques en prenant soin d’énumérer les conditions littéraires et sociales de leur apparition. Cette typologie nous permettra ensuite d’évaluer l’appartenance du texte de Houellebecq à l’une ou l’autre de ces modalités. Cependant, l’écrivain s’amuse à détourner les modèles utopiques, à déjouer les attentes du lecteur en faisant le récit d’une utopie en élaboration et celui de sa réalisation quelque 2 000 ans plus tard. L’utopie prend alors des airs d’antiutopie, et nous postulons que ce changement du paradigme utopique s’inscrit dans un effet de lecture créé par l’ironie, composante essentielle de l’écriture houellebecquienne. Nous établirons finalement que l’ironie a partie liée à la fois avec l’utopie et avec la morale - l’héritage des satiristes et des moralistes en faisant foi - en ce sens que, chez Houellebecq, elle dénonce un état de société en laissant sous-entendre celui qu’il aimerait voir régner. La dernière partie du mémoire sera donc consacrée à lire, sous l’ironie, l’utopie réelle que Houellebecq propose: une nouvelle morale fondée sur la liaison des êtres humains.

Letendre, 2008, PDF ###

BANVILLE, Annie, « Cynisme et bonheur dans Plateforme et La possibilité d’une île de Michel Houellebecq : effet de cassure, effet de lecture », mémoire de maîtrise, Université du Québec à Montréal, 2013, 100 f. +++ Article de revue

### Résumé
Ce travail se propose d’étudier la construction de la notion de bonheur dans deux romans de Michel Houellebecq : Plateforme et La possibilité d’une île. Le premier chapitre présente la conception du bonheur de l’auteur, fortement teintée par celle de Schopenhauer, pour qui le bonheur n’existe pas. Il s’avère qu’une logique de construction/déconstruction du bonheur opère au sein des romans, car celui-ci n’est atteint par les personnages que pour un court laps de temps. Se dégage ainsi un cynisme virulent; puisque le bonheur n’existe pas, autant faire fi des conventions sociales et des principes moraux établis. Le deuxième chapitre montre en quoi cette logique est mise en abyme dans la forme privilégiée par Houellebecq pour l’écriture de ces deux romans. Les procédés de transposition générique, rendus manifestes par l’insertion de passages atypiques dans le contexte romanesque, créent des microcassures dans sa forme attendue, microcassures qui participent de cette logique de construction/déconstruction dégagée au premier chapitre : Houellebecq propose tantôt une construction du roman « typique », tantôt sa déconstruction par l’introduction d’un essai sur le tourisme (Plateforme) ou d’une utopie futuriste (La possibilité d’une île). Finalement, dans le troisième chapitre, on constate que ce principe de construction/déconstruction agit sur la réception des œuvres. Les microcassures, de même que les procédés intertextuels, participent de ce principe de construction/déconstruction : la vision du bonheur proposée par Houellebecq se trouve dédoublée par ce que vit le lecteur au moment de sa lecture. En effet, le plaisir de lire (modalités d’identification par sympathie; catharsis) côtoie, chez certains, la consternation et la colère (modalité d’identification ironique). Ces sentiments, qui constituent des effets de lecture, peuvent donc parfois nourrir et entretenir l’« enchantement » romanesque, parfois au contraire contribuer à le rompre.

Banville, 2013, PDF ###

FRANKLIN, Adrian S., « On Loneliness », Geografiska Annaler. Series B, Human Geography, vol. 91, n° 4 (décembre 2009), p. 343-354. +++ Article de revue

### Abstract
Contemporary Western societies are characterized by ‘until further notice’ relationships (and precarious or very loose social bonds), historically high levels of mobility of both capital and labour and growing numbers of single person households. As artefacts of freedom and choice these social arrangements do not inevitably give cause for concern but they may come at a price and that might involve more frequent and more sustained experiences of loneliness. This article argues that we know very little about loneliness even though some observers have described it as a new plague. The article sets out to describe the dimensions of a sociology of contemporary loneliness in terms of its social distribution, its extent and impact as well as its nature as an emotional and ontological experience. While we may be heading towards a civilization which, as Michel Houellebecq darkly hints in the recent novel The Possibility of an Island (2006), may have little further need for ‘the social’, for the time being it seems as though this problem (that would ‘rather not’ speak its name) is the cause of considerable suffering and pain.

Franklin, 2009, PDF ###

CLOONAN, William, « Houellebecq, Huston, and the Novel in 2005 », The French Review, vol. 80, n° 1 (octobre 2006), p. 44-60. +++ Article de revue

### Abstract
This essay examines the fiction produced in 2005 from the dual perspective of the importance accorded to Michael Houellebecq’s latest novel, La Possibilité d’une île, and the critique of trendy nihilism found in Nancy Huston’s study, Les Professeurs de désespoir. Following Huston’s lead, the essay considers why sundry forms of existential anxiety are so popular among the well-housed, well-employed, and well-fed. The conclusion suggests that the prominence given to Houellebecq today reflects a nostalgia for an era where France did indeed have its “grands écrivains,” and that the despair associated with Houellebecq’s view of the world is the latest permutation of “nombrilisme” in contemporary French literature.

Cloonan, 2006, PDF ###

POSTHUMUS, Stéphanie, « Portraits de l’homo litteratus dans le darwinisme littéraire et La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq », @nalyses, vol. 9, n° 2 (printemps-été 2014), p. 70-95. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article se propose d’analyser les nombreux croisements entre le darwinisme littéraire et le roman La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq : l’emploi de la théorie de l’évolution, le concept de nature humaine et le portrait de l’homo litteratus comme narrateur de son propre récit de vie. Un tel rapprochement permettra de poser le problème du futur de notre capacité de lire et d’écrire des textes littéraires dans le contexte plus général de l’évolution de l’espèce et de l’environnement.

Posthumus, 2014, PDF ###

GRASS, Delphine, « Domesticating Hierarchies, Eugenic Hygiene and Exclusion Zones: The Dogs and Clones of Houellebecq’s La Possibilité d’une île », Esprit Créateur, vol. 52, n° 2 (été 2012), p. 127-140. +++ Article de revue

### Abstract
This article discusses the links between animality, cloning, sexuality, and capitalism in Houellebecq’s novel La Possibilité d’une île (2005). In the novel, sexuality and the laws of natural selection are portrayed as discourses that naturalise the capitalist ideology of competitiveness at a biopolitical level. This article argues that, by reflecting beyond the nature versus culture debate in relation to human cloning, La Possibilité d’une île politicises the question of biotechnological reproduction as a matter of collective ownership.

Grass, 2012, PDF ###



La possibilité d'une île (oeuvre)
TitreLa possibilité d'une île
AuteurMichel Houellebecq
Parution2005
Tripossibilité d'une île
Afficheroui

Outils de la page

complaint