Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La sieste assassinée

Philippe Delerm, La sieste assassinée, Paris, Gallimard (L’arpenteur), 2001, 112 p.

« Mais la minute qui compte, c’est tout à la fin. Les gestes se sont alentis, le coiffeur vous a délivré du tablier de nylon, qu’il a secoué d’un seul coup, dompteur fouetteur infaillible. Avec une brosse douce, il vous a débarrassé des derniers poils superflus. Et l’instant redouté arrive. Le coiffeur s’est approché de la tablette, et saisit un miroir qu’il arrête dans trois positions rapides, saccadées : sur votre nuque, trois quarts arrière gauche, droite. C’est là qu’on mesure soudain l’étendue du désastre… Oui, même si c’est à peu près ce qu’on avait demandé, même si l’on avait très envie d’être coiffé plus court, à chaque fois on avait oublié combien la coupe fraîche donne un air godiche. Et cette catastrophe est à entériner avec un tout petit oui oui, un assentiment douloureux qu’il faut hypocritement décliner dans un battement de paupières approbateur, une oscillation du chef, parfois un “c’est parfait” qui vous met au supplice. Il faut payer pour ça. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

PLOURDE, Nadia, « Temps tôt… Suivi de Lecture et écriture de l’implicite dans la forme brève », mémoire de maîtrise, département des lettres, Université du Québec à Rimouski, 2005, 162 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
Le mémoire est constitué de deux parties distinctes : la création et la critique. La première, est constituée d’un recueil de cinquante matins (contrainte du thème) qui tiennent sur une feuille 8 1/2 X 11 (contrainte de la forme).
La seconde partie traite de quelques enjeux de l’organisation de l’implicite dans la forme brève. En m’appuyant sur des travaux menés : principalement par Kerbrat-Orecchioni, Umberto Éco et Bertrand Gervais, je propose des interprétations pour comprendre le fonctionnement de l’implicite dans la lecture mais dans l’écriture aussi. Par l’appropriation des définitions sur l’implicite (par exemple présupposés, sous-entendu, allusions, etc.) ; par une analyse de l’utilisation du déictique “on”, de celle des “scripts”, des “plans”, des “listes” ; par l’observation des caractéristiques formelles d’un recueil comme les “titres”, les “incipit” et les “excipit”, je présente mes réflexions critiques. Pour mettre à l’épreuve ces interprétations, j’ai utilisé le recueil La sieste assassinée de Philippe Delerm en plus de m’appuyer sur mon propre travail de création sur les matins.
Mes recherches m’ont menée à développer l’idée de deux concepts opératoires : la convocation (qui appartiendrait à l’écriture) et l’évocation (qui relèverait de la lecture). Ce qui permet de relever l’implicite non seulement entre les lignes mais aussi dessus. Ce qui n’est pas dit (l’implicite entre les lignes) peut être enrichi de ce qui est dit aussi (l’implicite sur les lignes).

Plourde, 2005, PDF###



La sieste assassinée (oeuvre)
TitreLa sieste assassinée
AuteurPhilippe Delerm
Parution2001
Trisieste assassinée
Afficheroui

Outils de la page

complaint