Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


La terre et le ciel de Jacques Dorme

la_terre_et_le_ciel_de_jacques_dorme.jpg Andreï Makine, La terre et le ciel de Jacques Dorme. Chronique d’une amour, Paris, Mercure de France, 2002, 198 p.

«C’est alors que, d’une voix presque éteinte, en acceptant l’échec et ne demandant plus rien, je parlai de Jacques Dorme. Je réussis à dire sa vie en quelques phrases brèves, nues. Je me trouvais dans un état d’abattement tel que j’entendais à peine ce que je disais. Et c’est dans cet état seulement que je fus capable d’exprimer toute la douloureuse vérité de cette vie. Un aviateur venu d’un pays lointain rencontre une femme du même pays que le sien et, pendant très peu de jours, dans une ville dont il ne restera bientôt que des ruines, ils s’aiment ; puis il part au bout de la terre pour conduire les avions destinés au front, et meurt, en s’écrasant sur un versant de glace, sous le ciel blême du cercle polaire.
Je l’avais dit autrement. Non pas mieux, mais plus brièvement encore, plus près de l’essence de leur amour.»
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

THOMPSON, Henry, « Jacques Dorme : héros de notre temps », dans Margaret PARRY, Marie Louise SCHEIDHAUER et Edward WELCH (dir.), Andreï Makine : perspectives russes, Paris, L’Harmattan, 2005, p. 27-31. +++ Chapitre de collectif

BELLEMARE-PAGE, Stéphanie, « La littérature au temps de la post-mémoire : écriture et résilience chez Andreï Makine », Études littéraires, vol. 38, n° 1 (automne 2006), p. 49-55. +++ Article de revue

### Résumé
Dans cet article, nous explorons les concepts d’écriture, de mémoire et de résilience sous l’angle de la post-mémoire, terme employé par Marianne Hirsch pour décrire l’expérience d’artistes qui ont grandi entourés de récits de survivants de la Seconde Guerre mondiale. Nous analysons Le testament français et La terre et le ciel de Jacques Dorme, d’Andreï Makine, en nous attachant au processus d’écriture qui permet à la fois l’évacuation de ces récits d’expériences traumatisantes et la transmission d’une mémoire transgénérationnelle.

Bellemare-Page, 2006, PDF ###

JACQUET, Marie-Line, « Poétique du temps et de l’espace dans La terre et le ciel de Jacques Dorme : échos chez Bounine et Tchekhov », dans Margaret PARRY, Claude HERLY et Marie Louise SCHEIDHAUER (dir.), Andreï Makine : le sentiment poétique. Récurrences chez Bounine et Tchekhov, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 185-193. +++ Chapitre de collectif

WIERBOWSKA, Ewa Malgorzata, « Un roman au rythme de staccato. La terre et le ciel de Jacques Dorme de Makine », dans Murielle Lucie CLÉMENT (dir.), Andreï Makine, Amsterdam / New York, Rodopi (CRIN, vol. 53), 2009, p. 55-67. +++ Chapitre de collectif

HANSEN, Julie, « Stalingrad Statues and Stories: War Remembrance in Andreï Makine’s The Earth and Sky of Jacques Dorme », Canadian Slavonic Papers/Revue Canadienne des Slavistes: An Interdisciplinary Journal Devoted to Central and Eastern Europe, vol. 54, n° 3-4 (septembre-décembre 2012), p. 341-356. +++ Article de revue

### Abstract
This article examines representations of war remembrance in the francophone Russian writer Andreï Makine’s novel La terre et le ciel de Jacques Dorme [The Earth and Sky of Jacques Dorme, 2003]. The novel portrays events and experiences of World War II from three temporal perspectives: that of the eponymous French pilot, who flies transports for the Soviets in the Alaska-Siberia air bridge during the war; that of the narrator as a child, who witnesses the construction of Stalingrad monuments and the emergence of the Soviet war cult in the mid-1960s; and that of the adult narrator, who searches for Dorme’s remains in post-Soviet Russia and seeks to commemorate the nowforgotten pilot by writing about his life. Makine portrays official monuments and commemoration of the Battle of Stalingrad as attempts on the part of the Soviet state to manipulate the collective memory. By contrast, he depicts individual remembrance as a more authentic alternative to collective commemorative practices. This article interprets Makine’s depiction of war remembrance against the background of the Soviet war cult, showing how the novel privileges individual over collective memory. It argues that Makine represents individual oral and written narratives in particular as an alternative to official histories and public commemoration. ###

PERY-BORISSOV, Valéria, « Dire la violence dans le roman et dans l’essai. Le cas d’Andrei Makine », Questions de style, dossier « Genres littéraires et pratiques énonciatives » (agrégation 2010), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article étudie les différences de l’inscription de la subjectivité énonciative dans deux textes d’Andrei Makine appartenant à deux genres différents – le roman et l’essai. Ces deux textes ont un objet commun : la mise en mots discursive critique de cas de violence physique. Le premier volet de l’article est consacré à la définition des contraintes génériques concernant la spécificité du statut de l’énonciateur et du fonctionnement de l’argumentation dans ces deux genres. Si le but poursuivi est, dans les deux cas, de dire l’« insoutenable légèreté » du rapport de la société civile à ce genre d’événement, les stratégies discursives et/ou rhétoriques de l’énonciateur diffèrent en fonction du cadre générique. L’étude de ces stratégies est au centre de la deuxième partie de ma contribution. On essaiera de démontrer que l’ethos de l’essayiste et celui du romancier sont antithétiques : l’assurance et les certitudes affichées du premier contrastent avec le désarroi et les incertitudes du second qui relègue les prises de position critique dans l’implicite. On tentera aussi enfin de proposer quelques réponses à la question : pourquoi en est-il ainsi ?

Abstract
This article analyzes the differences of the subjective utterances in two generically different texts – a novel and an essay by Andrei Makine. Both texts deak with the same matter : the critical verbalizing of physical violence. In the first part of the article, I define a number of generic constraints concerning some features of the utterer’s status and of the argumentative functions of the two genres. While the goal in both cases, is to express the “unbearable lightness” of attitude toward violence in civil society, there are nevertheless differences in the utterer’s discursive and/or rhetoric strategies related to genre. The second part of the paper is devoted to a study of these strategies. I will try to demonstrate how the essayist’s ethos and the novelist’s ethos are antithetic : the assurance and certainty of the essayist contrast with the disarray and doubts of the novelist who transmits his point of view by recurring to the implicit mode. I will try also to propose a few answers to the question of the the reasons that have led to this situation.

Porte également sur Cette France qu’on oublie d’aimer.

Pery-Borissov, 2010, HTML ###



La terre et le ciel de Jacques Dorme (oeuvre)
TitreLa terre et le ciel de Jacques Dorme
AuteurAndreï Makine
Parution2003
Triterre et le ciel de Jacques Dorme
Afficheroui

Outils de la page

complaint