Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Le coeur de la baleine bleue

Jacques Poulin, Le coeur de la baleine bleue, Montréal, Éditions du Jour (Les Romanciers du jour), 1970, 200 p.

« Noël, l’écrivain, subit une intervention chirurgicale au cours de laquelle il reçoit le coeur d’une femme.
Avec une simplicité qui rejoint les plus hallucinantes vérités, cette “histoire de coeur” fait alterner la vie quotidienne du convalescent et l’envol de son imaginaire. Roman du coeur et de l’âme, où une énorme tendresse enveloppe des êtres aux frontières de la vie. »
(Quatrième de couverture de l’édition de 1987 des Éditions Léméac)

Documentation critique

CHOQUETTE, Sylvie, « L’archétype du temps circulaire chez Ernest Hemingway et Jacques Poulin », Études littéraires, vol. 8, n° 1 (1975), p. 43-55. +++ Article de revue

### Choquette, 1975, PDF ###

DESMEULES, Georges, « Le tennis au service de Jacques Poulin », Québec français, n° 114 (1999), p. 80-82. +++ Article de revue

### Desmeules, 1999, PDF ###

LAVOIE, Carlo, « Discours sportif et roman québécois : figures d’un chasseur du territoire », thèse de doctorat, Faculty of Graduate Studies, London (Ontario), University of Western Ontario, 2002, 260 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Soulevée implicitement par notre titre - “Discours sportif et roman québécois” -, notre réflexion propose de “traquer” l’une des figures fondamentales du territoire de l’imaginaire québécois, à savoir le Chasseur.
L’analyse de la question du sport à partir de ses multiples définitions montre que le sport en général offre plusieurs notions qui sont redevables à la chasse, soit la lutte, qui prend les caractéristiques d’une quête identitaire, le territoire, qui peut offrir des lignes de fuite ou limiter l’action, le rapport agonique à l’autre, qui suppose que l’on ne peut qu’être prédateur ou proie : le devenir-animal, c’est-à-dire l’obligation de la part des protagonistes de repousser les limites de leur corps jusqu’à une certaine animalité pour accéder à leur but ultime ; la variation de la vitesse de l’action ; et le temps, qui constitue un outil dans cette quête par ses effets sur le corps. Ces éléments, bien que de façon parsemée, constituent le fondement des deux autres sports choisis pour notre lecture, soit le hockey et le baseball.
Par une interprétation sérielle d’un corpus limité de trois œuvres, soit L’Élan d’Amérique de André Langevin, Le Cœur de la baleine bleue, de Jacques Poulin et L’Emmitouflé, de Louis Caron, exploitant respectivement la chasse, le hockey et le baseball, on constate que plusieurs discours, soit culturel, collectif ou encore mythique, viennent traverser le discours sportif retrouvé dans ces textes. À la base du principe de figuration nourrissant notre acte de lecture, les traces de ces lieux discursifs conduisent vers les figures qui se dressent dans l’imaginaire du lecteur. Ainsi, que l’on parle de chasse, de hockey ou de baseball, la récurrence de ces traces permet de tisser des liens entre les divers éléments de la lecture. L’arme, le corps, le territoire et l’homosociabilité s’imposent lors de la lecture de Poulin et Caron en rendant possible des jonctions et même des disjonctions avec les premiers traits du Chasseur dégagés à l’aide de L’Élan d’Amérique.
Au terme de la lecture, il appert que la chasse, comme pratique culturelle, devient un indicateur de la posture identitaire au Québec, un opérateur de lisibilité dans le champ littéraire. »

(Voir plus précisément le chapitre 4 : « Le Cœur de la baleine bleue : la plume et le hockey », p.156-195.)

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI – Proquest. ###

MARTINEAU, Lyne, « L’Aventure au pays des fenêtres, suivi de, de la sève vers le sens : esthétique et éthique chez Jacques Poulin, Henri Lopes et Assia Djebar », thèse de doctorat, département des littératures, Québec, Université Laval, 2005, 293 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Dans la première partie (section création), je présente L’Aventure au pays des fenêtres, un ensemble de nouvelles de mode réaliste, se déroulant à notre époque, faisant appel à divers types de narrateurs et liées par une toile unificatrice qui est, me semble-t-il, l’âme humaine de divers milieux et pays. En effet, chaque nouvelle met un protagoniste – parfois une bête – vivant certains conflits, questionnements ou bonheurs mais toujours allant de l’avant.
Suit la deuxième partie (section réflexion critique): De la sève vers le sens, dans laquelle j’ai tenté d’examiner le lien entre l’esthétique et l’éthique de Jacques Poulin, Henri Lopes et Assia Djebar. Je me suis concentrée sur un seul de leurs romans respectivement Le Coeur de la baleine bleue, le Chercheur d’Afriques, La Disparition de la langue française, tout en me référant aux autres œuvres lorsque cela me semblait pertinent. Vient ensuite la réflexion de l’apprentie-écrivains, auteure de cette thèse, qui tente de montrer ce qui lui reste de toutes ces lectures et les leçons qui lui ont été d’importance dans sa formation. »

(Voir plus précisément la section « Jacques Poulin ou l’esthétique de la pudeur », p. 166-193.)

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI – Proquest.

###

MORENCY, Jean, « Le cœur de la baleine bleue de Jacques Poulin : de la poésie au roman », Urgences, n° 28 (1990), p. 30-40. +++ Article de revue

### Extrait, p. 31
« Le cœur de la baleine bleue peut nous éclairer sur ce point ; d’une part, il s’agit là sans doute du roman le plus “poétique” de Jacques Poulin, dans le sens que la poésie y occupe une place importante, exerçant son influence autant sur le contenu de l’œuvre que sur sa forme. Ce roman constitue de surcroît une remarquable méditation sur l’œuvre en train de se faire nous permettant de saisir à vif les interactions entre les genres littéraires et d’assister en quelque sorte à la naissance du langage romanesque, qui se dégage progressivement du langage poétique pour s’affirmer bientôt dans toute sa richesse et, paradoxalement, dans son dénuement absolu. »

Morency, 1990, PDF ###

SING, Pamela V., « Le village québécois : Idéologie et imaginaire », thèse de doctorat, Montréal, École Polytechnique de Montréal, 1993, 350 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Cette thèse traite du thème du “village” à trois moments de l’histoire littéraire qu’il a paru convenable d’appeler respectivement traditionnel, moderne et postmoderne. À travers l’examen des mécanismes discursifs de chaque version du “village”, elle vise à comprendre comment une société donnée figure à ses croyances et à ses valeurs. Son objectif principal consiste à contribuer à l’histoire des relations entre les textes littéraires et les contextes sociaux.
La recherche porte sur trois ouvrages ou le thème du village est soigneusement élaboré : Présences, œuvre posthume d’Édouard Montpetit, écrite vraisemblablement durant les années trente ; Le ciel de Québec de Jacques Ferron, publié en 1969 ; et Le cœur de la baleine bleue de Jacques Poulin, publié en 1970.
Après l’introduction ou les raisons du choix du thème, la démarche et les assises théoriques sont précisées, la thèse se divise en trois chapitres, chacun consacré à un des ouvrages du corpus.
Le premier, en traitant de la représentation du “village” dans le texte “traditionnel”, fournit la description et l’analyse de ce qui est considéré comme le modèle “archaïque” du thème. Dans les deuxième et troisième chapitres, l’analyse des villages ferronien et poulinien permet de voir comment les villages moderne et postmoderne constituent une “réactivation” du modèle archaïque.
Le “village” traditionnel, thème avant tout idéologique, se prête à une analyse de type structural et sémiologique. Son étude dans un texte narratif - Présences est une sorte de récit de voyage – exige que l’on tienne compte également du travail de l’écriture. Ce dernier est introduit dans la problématique de l’imaginaire. Dans les deuxième et troisième chapitres, l’analyse du “village” s’appuie sur un principe explicatif qui suggère d’emblée vers quel pôle de l’axe idéologique-imaginaire tendent les versions moderne et postmoderne du thème. La carnavalisation du “village”chez Jacques Ferron, en effet, désigne une forme extrêmement souple de la vision artistique, tandis que sa fragmentation et sa représentation problématique, a “au second degré”, chez Jacques Poulin correspondent à une vision du monde trop fragile pour être qualifiée d’“idéologique”.
La conclusion évoque un certain nombre de romans importants des deux dernières décennies, ou un traitement particulier du temps et de l’espace indique l’importance accordée à la manière d’être “villageoise”. Ainsi se confirme l’hypothèse de départ : le “village”, structure profonde de l’imaginaire québécois, évolue selon les époques. La mise en rapport de ce constat, d’ordre littéraire, avec deux autres traitements de la question du village, l’un sociologique, l’autre anthropologique, met en évidence la nature à la fois local et universelle de la pensée “villageoise”. » ###

SING, Pamela V., Villages imaginaires : Édouard Montpetit, Jacques Ferron et Jacques Poulin, Montréal, Fides – CÉTUQ (Nouvelles études québécoises), 1995, 272 pages. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
« Le village existe-t-il encore, pour nous, dans un monde urbain et technologique qui s’impose sur tous les fronts aujourd’hui ? Malgré le “village global” de McLuhan, le monde villageois n’est-il pas révolu, relégué au folklore et à la nostalgie? L’originalité du présent ouvrage est de montrer au contraire que s’il y a eu, au Québec en particulier, une idéologie conservatrice valorisant la fixité de ce monde stable et paroissial en tant que gardien de notre “âme française”, il existe aussi un imaginaire du village dont témoignent les textes littéraires, et cela tant dans la phase turbulente des mutations modernes qu’au stade plus contemporain de la post-modernité.
À travers la lecture d’œuvres d’Édouard Montpetit, Jacques Ferron et Jacques Poulin, l’auteur montre la persistance de l’expérience du village : vision du monde, manière d’habiter et de sentir, microcosme éthique et esthétique. Inspiré par les méthodes actuelles de l’analyse idéologique et par les théories littéraires sur le carnavalesque et sur la post-modernité, cet ouvrage fait apparaître un autre village : tantôt mouvant, créateur, tantôt féminin, logeant même dans la ville mais surtout, en vérité, au cœur de nous-mêmes. »

(Voir plus précisément le chapitre 3 : « Le village postmoderne de Jacques Poulin », p. 149-244.) ###

TREMBLAY, Victor-Laurent, « Masculinité et hockey dans le roman québécois », The French Review, vol. 78, n° 6 (mai 2005), p. 1104-1116. +++ Article de revue

### Résumé
« Au Québec, la popularité des “hommes forts” a pendant longtemps compensé pour l’infériorisation subie par la nation à différents niveaux. Ce désir de puissance palliatif, qu’on peut relier au mythe du Nord et ses dérivés (coureurs de bois, bûcherons, draveurs…), s’est matérialisé, lors de l’urbanisation au milieu du dixneuvième siècle, dans une activité aussi associée à l’hiver, le hockey. Dans un survol rapide, cet article démontre comment ce sport a imprégné entre autre le romanesque à un point tel qu’il est un analogon révélateur de l’évolution de la société québécoise en ce qui a trait surtout à la représentation de la masculinité. »

(Le roman Le cœur de la baleine bleue est étudié aux pages 1110 à 1112)

Tremblay, 2005, PDF ###

SOCKEN, Paul G., « Jacques Poulin’s Le coeur de la baleine bleue : A Rewriting of Gabrielle Roy’s Alexandre Chenevert ? », IJFS, n° 2 (1999), p. 106-111. +++ Article de revue



Le coeur de la baleine bleue (oeuvre)
TitreLe coeur de la baleine bleue
AuteurJacques Poulin
Parution1970
Afficheroui

Outils de la page

complaint