Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Le dernier des Égyptiens

Gérard Macé, Le dernier des Égyptiens, Paris, Gallimard (Le Chemin), 1988, 144 p.

« “De Champollion, j’ai d’abord su qu’il n’était pas en Égypte avec Bonaparte ; que de la pierre de Rosette il n’a jamais vu que des copies plus ou moins fautives ; qu’il souffrait de la goutte et de ses pieds enflés comme ceux d’Œdipe ; qu’il entendait rugir un lion dans le nom de Cléopâtre, et qu’il s’évanouit devant son frère quand il eut trouvé le secret des hiéroglyphes…
Puis j’ai su que pendant l’hiver 1827 on lui fit la lecture des romans de Fenimore Cooper, en particulier Le dernier des Mohicans. Je l’ai suivi sur cette piste romanesque, à travers une forêt qu’il cherchait peut-être à déchiffrer en même temps qu’il s’intéressait aux mœurs et aux coutumes ‘des nations sauvages de l’Amérique’ ”.
Gérard Macé. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

BOULAÂBI, Ridha, « Le signe du lion dans Le Dernier des Egyptiens », Revue des Sciences Humaines, n° 297 (janvier-mars 2010), p. 85-103. +++ Article de revue

RABATÉ, Dominique, « Sur ‘la piste romanesque’ de Champollion », dans Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines - 9. Gérard Macé : la « pensée littéraire », Caen, Minard (Revue des lettres modernes), 2007, p. 131-147. +++ Chapitre de collectif



Le dernier des Égyptiens (oeuvre)
TitreLe dernier des Égyptiens
AuteurGérard Macé
Parution1988
Tridernier des Égyptiens
Afficheroui

Outils de la page

complaint