Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Le figuier enchanté

le_figuier_enchante.jpg Marco Micone, Le figuier enchanté, Montréal, Boréal, 1992, 116 p.

« Mon enfance échoua sur une de ces collines dénudées du Mezzogiorno, enclavé entre le dénuement et le mépris, où, régulièrement, les hommes étaient recrutés pour les guerres et l’émigration. Très tôt, je fus captivé autant par les récits de grand-père, relatant ses traversées transatlantiques du début du siècle, que par les exploits des martyrs de la patrie dont nous parlait le maître d’école jour après jour. Je n’acceptais pas cependant que, à côté du monolithe érigé à la mémoire des victimes du champs d’honneur, il n’y eût pas un monument, dix fois plus grand, en souvenir des disparus de l’émigration. […] »
(Extrait de l’incipit)

Documentation critique

DION, Robert, « Aspects non narratifs du roman québécois des décennies 1980 et 1990 (Bessette, Robin, Martel, Micone, Monette) », dans René AUDET et Andrée MERCIER (dir.), La narrativité contemporaine au Québec, vol. 1. La littérature et ses enjeux narratifs, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2004, p. 137-171. +++ Chapitre de collectif

OUELLET, Réal, « L’enfance dont on ne revient jamais : Le figuier enchanté de Marco Micone et Mille eaux d’Émile Ollivier », dans Yvan G. LEPAGE et Robert MAJOR (dir.), Croire à l’écriture. Études de littérature québécoise en hommage à Jean-Louis Major, Orléans (Ontario), David, 2000, p. 277-289. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« […] Par affinité avec l’Italie et la Caraïbe, j’ai choisi de m’arrêter un instant sur deux livres publiés récemment : Le figuier enchanté de Marco Micone et Mille eaux d’Émile Ollivier. Deux livres de mémoire par des auteurs de la même génération, arrivés au Québec à l’époque de la “Révolution tranquille”. Deux livres qui se veulent à la fois bilan et quête, au terme d’un incessant va-et-vient entre le pays des origines et celui où l’on a jeté l’ancre de la famille et de la vie professionnelle. […] » ###

MATA BARREIRO, Carmen, « Identité urbaine, identité migrante », Recherches sociographiques, vol. 45, n° 1 (janvier-avril 2004), p. 39-58. +++ Article de revue

###Résumé
La littérature joue un rôle majeur dans le travail d’imaginer, dire et faire la ville. L’écriture migrante permet de voir, de l’intérieur, le processus d’acculturation, la construction de l’identité migrante et de l’identité urbaine. Après une réflexion sur les concepts d’« identité migrante », d’« identité urbaine » et d’« écritures migrantes », la littérature migrante de plusieurs espaces francophones est analysée et plus particulièrement l’interaction du travail de fiction et du travail d’analyse et / ou de recherche chez des écrivains migrants. Nous étudions l’apport de ces écrivains à la construction des images de la ville, des lectures, des représentations, des interprétations de même que leur lutte pour restaurer, valoriser et perpétuer la mémoire des immigrants et celle des espaces urbains et périurbains qu’ils ont investis et où ils ont oeuvré.

Mata Barreiro, 2004, PDF ###

DION, Robert, « Identités », Voix et images, vol. 28, n° 2 (n° 83 - hiver 2003), p. 197-203. +++ Article de revue

###Extrait, p. 199-200
« […] Que demande-t-on à un bon travail de maîtrise ? Voilà, à mon sens, la question à poser d’abord si l’on veut rendre justice à l’ouvrage de l’auteure débutante. J’imagine qu’on doit attendre d’un tel effort, résultat d’au moins deux bonnes années d’investissement intellectuel, davantage qu’un simple exercice d’école — a fortiori s’il est publié. Le mémoire exige donc qu’une question le moindrement “incisive” soit posée à un corpus bien choisi et circonscrit, et que les moyens méthodologiques et analytiques soient accordés aux fins. Est-ce le cas dans La problématique identité collective et les littératures (im)migrantes au Québec? Je serais tenté de répondre : oui et non. La question de l’identité collective, à l’heure de l’immigration massive et de la mondialisation des appartenances, mérite certes d’être soulevée, et le débat québécois indique sans conteste qu’elle est loin d’être épuisée. Seulement, l’hypothèse de Prud’Homme selon laquelle “la recherche d’une identité collective précise et le besoin d’appartenance concrète demeurent des préoccupations inscrites et travaillées dans l’oeuvre des écrivains québécois” (p. 24) m’apparaît trop générale, relativement timorée et, surtout, assez peu faite pour tirer du corpus étudié — Le double conte de l’exil de Mona Latif Ghattas, Avril ou l’anti-passion d’Antonio D’Alfonso et Le figuier enchanté de Marco Micone — toute sa substantifique moelle. […] »

Dion, 2003, HTML ###

MOUNEIMNÉ-WOJTAS, Tina, « Intertextes dans Le figuier enchanté (1992) de Marco Micone », Romanica Silesiana, n° 2 (2007), p. 70-77. +++ Article de revue

###Abstract
« The article studies Marco Micone’s Le figuier enchanté (a novel inspired by a Quebecois classic – Une saison dans la vie d’Emmanuel by Marie-Claire Blais) as the author’s attempts to get closer to the Quebecois cultural heritage. Micone is an Italian-Canadian writer who became famous for his public interventions in favor of the marginalized and the oppressed (both immigrants and workers exploited by the capitalist regime). His novel is strongly impregnated with the idea of the battle for a better tomorrow which, in his view, is possible only when all the inhabitants of Quebec get to know and help each other. » ###

GUENTHER, Beatrice, « Refracting Identity in ‘l’Ecriture Migrante’: Marco Micone’s Le Figuier enchanté », French Review: Journal of the American Association of Teachers of French, vol. 84, n° 6 (mai 2011), p. 1173-1187. +++ Article de revue

COOKE, Dervila, « Hybridity and Intercultural Exchange in Marco Micone’s Le Figuier enchanté », French Review: Journal of the American Association of Teachers of French, vol. 84, n° 6 (mai 2011), p. 1160-1171. +++ Article de revue

CUBBEDU, Stefania, « Penser et vivre la terre d’accueil…: Antonio D’Alfonso et Marco Micone, deux Italiens à Montréal », Études Canadiennes/Canadian Studies: Revue Interdisciplinaire des Etudes Canadiennes en France, n° 56 (juin 2004), p. 171-180. +++ Article de revue

PUCCINI, Paola, « L’imaginaire miconien au clair de la lune. Du récit autobiographique à la mythisation du vécu », Ponti / Ponts, n° 4 (2004), p. 393-407. +++ Article de revue



Le figuier enchanté (oeuvre)
TitreLe figuier enchanté
AuteurMarco Micone
Parution1992
Trifiguier enchanté
Afficheroui

Outils de la page

complaint