Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Le Voyage en pot

Louis Hamelin - Montréal, Boréal (Papiers collés), 1999, 234 p.

« Voyager en emportant ses racines, quel beau rêve… Quel cauchemar. On voudrait devenir un autre, mais les racines sont là, elles nous suivent, leur terreau nous colle aux talons: rêves, souvenirs, images des absents, et jusqu’à l’avenir lui-même. Un seul besoin: la lumière. Assis sur mon petit bout de sol natal, je suis une forme qui fluctue.

Ce sont les fluctuations de cette entité parfois floue que j’ai essayé de fixer, sans toujours m’en rendre compte, et parce qu’il faut bien écrire, quand on a fait la gaffe de se déclarer d’entrée de jeu écrivain. Comme une plante en pot, j’ai exposé mes feuilles à un soleil de douze mois. Les textes réunis ici se promènent entre la Gaspésie et la Mauricie, lieux des souvenirs d’enfance et de la vérité première, et entre Montréal et Paris, là où, parfois brutalement, j’ai été éjecté dans l’univers. Si mon identité, en tant que représentation d’une créature distincte, existe, elle ne se définit jamais mieux que par ma relation avec mon chat, ne se trouve pas ailleurs que dans ce lac encore sauvage de la Mauricie où, par une chaude fin d’après-midi qui laisse le monde inchangé, je m’immerge jusqu’aux narines et commets quelques brasses, pendant qu’un couple de huards qui refait périodiquement surface me crie après.

Voilà. Se fondre dans le monde et, perpétuellement, naître. C’est la seule aventure dont il sera question ici. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

THIBEAULT, Jimmy, « L’expression du sujet en tant qu’“entité” : Se définir chez Louis Hamelin », Voix et images, dossier « Louis Hamelin », sous la direction de Michel NAREAU et Jacques PELLETIER, vol. 41, no 1 (no 121 - automne 2015), p. 49-63. +++ Article de revue

### « Depuis le début des années 1980, plusieurs écrivains québécois se sont intéressés au caractère américain de la société québécoise, c’est-à-dire à l’expérience historique de cette société francophone qui a pris forme certes dans un rapport de filiation à la France, mais également dans une proximité culturelle avec d’autres sociétés qui se sont formées en parallèle sur le continent. Louis Hamelin occupe une place importante dans cette lignée d’auteurs qui ont inscrit leur oeuvre sous le signe de l’américanité. Chez Hamelin, cette américanité, si elle renvoie au territoire continental et à la culture états-unienne, est néanmoins empreinte d’une certaine conscience francophone qui participerait à définir le territoire, ouvrant ainsi la voie à une recomposition de l’imaginaire continental par sa franco-américanité. Le présent article propose d’étudier comment Louis Hamelin participe à la réflexion sur la franco-américanité en s’intéressant essentiellement au rapport qu’entretient son écriture avec les discours identitaires qui marquent le Québec, notamment dans son rapport avec la France et avec les États-Unis. Il sera question, dans un premier temps, de la représentation de la France dans la construction identitaire du Québec telle qu’elle apparaît dans quelques textes du livre Le voyage en pot et, dans un deuxième temps, de la construction du sujet en marge d’une certaine représentation du mythe américain dans Le joueur de flûte. » (Résumé joint à l’article)



Le Voyage en pot (oeuvre)
TitreLe Voyage en pot
AuteurLouis Hamelin
Parution1999
Afficheroui

Outils de la page

complaint