Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Les amoureux de l'hôtel de ville

Philippe Delerm, Les amoureux de l’hôtel de ville, Paris, Éditions du Rocher, 1993, p.

« “Le Baiser de l’Hôtel de Ville. Je n’aimais pas cette photo. Tout ce noir et blanc, ce gris flou, c’était juste les couleurs que je ne voulais pas pour la mémoire.”
La librairie où François travaille ferme ses portes ; à l’approche de la quarantaine, il se retrouve face à lui-même. Les souvenirs se bousculent, amplifiés par la vogue des années cinquante. Il éprouve alors le sentiment d’être dépossédé de son enfance. Pourquoi ses parents ont-ils toujours prétendu être les amoureux que l’on voit sur cette photo de Doisneau ? »
(Quatrième de couverture, édition Folio)

Documentation critique

DEFRAEYE, Julien, « Paris dans l’optique : cadre photographique et cadre littéraire chez Philippe Delerm », Voix plurielles, n° 13 (2016), p. 2-12. +++ Article de revue

### Résumé
« Ajoutez deux lettres à Paris : c’est le paradis » (Renard 202) : tel est l’engouement qui motive le projet de tant d’ouvrages qui prétendent à capturer la capitale française. Des photographies de Doisneau aux textes canoniques de la littérature de Zola ou d’Hugo, il faut à tout prix documenter la Ville-Lumière afin de saisir cet espace protéiforme. Les amoureux de l’Hôtel de Ville de Philippe Delerm et Paris l’instant, ouvrage photo-littéraire réalisé conjointement avec sa femme Martine Delerm, s’inscrivent dans la continuité de cette tradition qui saisit le lieu, d’une manière ou d’une autre. Bien que très différents, ces deux projets explicitent un questionnement quasi-millénaire : Qu’est-ce que Paris ?

Defraeye, 2016, PDF ###

VESTBERG, Nina Lager, « Photography as Cultural Memory : Imag(in)ing France in the 1950s », Journal of Romance Studies, vol. 5, n° 2 (été 2005), p. 75-90. +++ Article de revue

### Abstract
This article explores how memory, whether construed as personal, collective or cultural, may be mobilized in and through mass-disseminated ‘documentary’ photography. Drawing on Halbwachs’s models for the production of memory and informed by Georges Perec’s concept of ‘fictive memory’, it argues that the work of so-called humanist photographers like Robert Doisneau and Willy Ronis can be said to have structured visual cultural memory in and of France in the postwar period. Philippe Delerm’s novel Les Amoureux de l’Hôtel de Ville (1993) is enlisted as a symptom of the extent to which an image like Doisneau’s Le Baiser de l’Hôtel de Ville has provided a public site of convergence for the personal memories of many, while the text written by Didier Daeninckx for Ronis’s book Belleville-Ménilmontant (1999), is brought to bear on the importance of revision, narrative and imagination in the construction of a photographic work of memory. ###



Les amoureux de l'hôtel de ville (oeuvre)
TitreLes amoureux de l'hôtel de ville
AuteurPhilippe Delerm
Parution1993
Triamoureux de l'hôtel de ville
Afficheroui

Outils de la page

complaint