Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Les Reines

Normand Chaurette - Montréal / Arles, Leméac / Actes Sud-Papiers, 1991, 92 p.

« Londres, 20 janvier 1483. Un climat d’épouvante règne sur le palais : Gloucester s’apprête à assassiner les enfants d’Elisabeth pendant que le roi Edouard agonise. Dans la tour, six femmes s’agitent et s’affolent, qui toutes convoitent le trône d’Angleterre : la reine Elisabeth, les soeurs Anne et Isabelle Warwick, la reine Marguerite, Anne Dexter et la vieille duchesse d’York âgée de quatre-vingt-dix-neuf ans.

Immortalisées par Shakespeare, ces reines, triviales et somptueuses, se réincarnent pour perpétuer toute la déraison et la cruauté de leurs existences tragiques. » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

HUFFMAN, Shawn, « Ici comme ailleurs : le territoire de la traduction dans Les Reines de Normand Chaurette », Voix et images, vol. 25, no 3 (no 75 - printemps 2000), p. 497-509. +++ Article de revue

### « À partir de son projet de traduire Richard III de Shakespeare, projet qui n’a pas abouti, Normand Chaurette utilise les personnages féminins du dramaturge anglais pour écrire une nouvelle pièce de théâtre, soit Les reines. L’emploi de la traduction comme processus créateur relativisant le paradigme identitaire classique du Même et de l’Autre radicalise les concepts d’origine et d’appartenance territoriale et langagière pour souligner un exil féminin ressenti comme étant intérieur à l’espace et à la langue. Le « rapatriement » des personnages chaurettiens à la langue et au territoire anglais par Linda Gaboriau dans sa traduction, The Queens, permet de vérifier le bien-fondé de cette hypothèse. Traduction d’une pièce originale née elle-même d’une traduction, la version en langue anglaise réinvente les altérités élaborées dans le texte du dramaturge québécois. » (Résumé joint à l’article)

###

BLONDE, David, « Entre Oreste et Barbe-Bleue : la violence dans la scène familiale québécoise, 1981-2002 », L’Annuaire théâtral, no 32 (automne 2002), p. 129-149. +++ Article de revue

### « La représentation sur une scène de la violence filiale remonte au théâtre grec, qui met en scène le meurtre de Clytemnestre dans l’Orestie d’Eschyle. Comme la trilogie d’Eschyle, diverses pièces québécoises créées dans les années 1980 et 1990 mettent en scène le meurtre symbolique de la mère (Vie et mort du roi boiteux de Jean-Pierre Ronfard, Soirée bénéfice pour tous ceux qui ne seront pas là en l’an deux mille de Michel Marc Bouchard), ce qui, d’un point de vue anthropologique, pourrait être envisagé comme marquant le passage d’une filiation matrilinéaire (Les belles-soeurs) à une filiation patrilinéaire. Cet article cherchera à montrer qu’à la différence du traitement mythologique de la violence, l’évolution de la violence dans la scène familiale québécoise ne saurait se réduire à l’opposition matrilinéaire/patrilinéaire, car, dès les années 1990, la structure verticale parents-fils cède peu à peu la place à une cellule horizontale qui renverse le pouvoir des parents. Comment les atteintes à l’ordre familial fictif se traduisent-elles sur les plans sociopolitique et esthétique? » (Résumé joint à l’article)

HUFFMAN, Shawn, « Amputation, Phantom Limbs, and Spectral Agency in Shakespeare’s Titus Andronicus and Normand Chaurette’s Les Reines », Modern Drama, vol. 47, no 1 (printemps 2004), p. 66-81. +++ Article de revue

###

###

OWENS, Margaret E., « The Effigeal Body in Normand Chaurette’s Les Reines », Essays in theatre/Études théâtrales, vol. 18, no 1 (novembre 1999), p. 23-36. +++ Article de revue

RISSE, Mathilde, « Le personnage silencieux dans le théâtre du XXe siècle », mémoire de maîtrise, Université Paris III, 2002, 113 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

SHERLOW, Lois, « Normand Chaurette’s Les Reines : Shakespeare and the Modern in the Alchemical Oven », dans Diana BRYDON, Irena MAKARYK et Jessica SCHAGERL (dir.), Shakespeare in Canada : A World of Elsewhere?, Toronto, University of Toronto Press, 2002, p. 353-370. +++ Chapitre de collectif

GODIN, Jean Cléo, « Textes et intertextes dans le théâtre québécois », L’Annuaire théâtral, no 10 (automne 1991), p. 115-124. +++ Article de revue

### L’article traite aussi de La société de Métis.

MONAH, Dana, « La réécriture de Richard III dans Les Reines de Normand Chaurette : ouverture au monde, clins d’oeil aux siens », dans Patrice BRASSEUR et Madelena GONZALEZ (dir.), Théâtre des minorités. Mise en scène de la marge à l’époque contemporaine, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 69-76. +++ Chapitre de collectif



Les Reines (oeuvre)
TitreLes Reines
AuteurNormand Chaurette
Parution1991
TriReines
Afficheroui

Outils de la page

complaint