Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Nord perdu

nord_perdu.jpg Nancy Huston, Nord perdu, suivi de Douze France, Paris / Montréal, Éditions Actes Sud / Leméac, 1999.

« Nancy Huston relève ici le défi de théoriser l’exil, avec humour et vivacité. Elle raconte ses apprentissages de la langue et de la culture françaises, sa venue en Europe, ses plaisirs et ses amis… L’auteur possède cette qualité de rendre universel le particulier, l’anecdotique. Avec simplicité et justesse, Nancy Huston parle de cet être hybride : l’écrivain-divisé.
Ni enraciné, ni déraciné, ni sédentaire, ni nomade, l’exilé part à la recherche de son identité, de son “vrai-soi”, d’un quelconque point de repère, ce Nord perdu. »
(Quatrième de couverture, Actes Sud / Leméac, 1999)

Documentation critique

HARRINGTON, Katharine, « Linguistic and Cultural Nomadism : Nancy Huston and the Case of the Bilingual Subject », Romance Review, vol. 13 (automne 2003), p. 69-78. +++ Article de revue

###Abstract
« During her 20 years of writing, Nancy Huston has continually proved to be difficult to categorize on a national or cultural level. Born and raised in Anglophone North America (Canada and the U.S.), Huston claims that it was not until she experienced the feeling of “étrangéité” living in France, immersed in the French language that she discovered her literary voice. Huston’s collection of essays, Nord perdu, reflects the conflictual mind of the expatriate caught between two or more countries, languages and cultures. In Nord perdu, she challenges such notions as the idea of being “perfectly bilingual,” and by describing what she calls the brain of a “faux bilingue” she opens up the debate on nomad thought and identity politics. Her discussion of language from everyday conversation fluctuating between French and English or the task of translating her own fiction, exposes the gap between any given linguistic and / or cultural system as well as the difference between monolingual, sedentary individuals and those who have several places to call home. For Huston, nomadism is not defined by a state of perpetual deterritorialization, but is more accurately a state of mind, a nomadic esprit which fluctuates from one cultural, linguistic model to another and more often is an expression of several at once produced by a process of negotiation. In this paper, I will discuss Huston’s idea of what it means to be a speaking and writing subject of several languages at once, and also how Nord perdu addresses the debate in identifying what Abdelkebir Khatibi calls “la patrie de l’écrivain”. » ###

VITIELLO, Joëlle, « Itinéraires spatio-temporels : exil, nomadisme, diaspora chez Nancy Huston, Régine Robin et Emile Ollivier », Présence francophone : revue internationale de langue et de littérature, vol. 58 (2002), p. 9-19. +++ Article de revue

###Résumé
« Cet article explore les dimensions diverses des concepts d’exil, de nomadisme, de diaspora et de frontière. Ces termes théoriques ont une dimension à la fois spatiale et temporelle. Ils ne se valent pas et génèrent des types différents de récits. En fait, pris dans leur stricte définition, comme John Durham Peters le montre, ils s’opposent. Pourtant, dans les textes contemporains, de fiction ou non, ils s’enchevêtrent aussi. Cet article tente de faire apparaître la mobilité complexe des termes déterminant les champs de recherche associés à la migration, littéraire ou non, à travers la lecture de trois auteurs et de leurs déambulations dans un univers mondialisé. Nancy Huston est une Canadienne anglophone qui écrit en français à Paris ; Régine Robin, aux origines slaves et d’Europe de l’Est, a grandi en France et habite à Montréal ; Émile Ollivier, écrivain et sociologue haïtien, écrit aussi à Montréal. » ###

LETARTE, Geneviève, « L’exilée et son double », Inconvénient : revue littéraire d’essai et de création, n° 4 (février 2001), p. 49-57. +++ Article de revue

FARKAS, Jeno, « L’écrivain désorienté ou les aspects de l’estitude (Dumitru Tsenepeag, Nancy Huston, Katalin Molnár) », Nouvelles études francophones, vol. 20, n° 1 (printemps 2005), p. 35-45. +++ Article de revue

### Résumé
À partir de trois romanciers francophones, le Roumain Dumitru Tsepeneag (Ed Pastenague), la Canadienne Nancy Huston et la Hongroise Katalin Molnár (Kité Moi), l’auteur définit un concept nouveau, celui de l’estitude dont les traits essentiels (l’hésitation et l’ambiguïté; la recherche de l’espace de l’entre-deux-langues et de l’entre-deux-cultures; la transgression de tout canon littéraire; les complexes de l’écrivain exilé) constituent les éléments de l’analyse du fonctionnement textuel des romans. Les trois exilés sont en une permanente quête d’une structure appropriée à leurs fantasmes qui deviennent ainsi des rêves diurnes. En refoulant la langue d’origine, l’écrivain exilé croit se débarrasser de sa condition d’exilé et il s’empare de la langue en recherchant les origines de l’écriture. Le but est de violenter tout texte, toute règle. L’estitude s’explique donc par les ruptures de style, par le besoin presque obsessionnel de transgresser le système sémiotique d’une société. L’exilé est en délit d’étrangéité, auquel le seul remède est l’écriture.

Farkas, 2005, PDF ###

KINGINGER, Celeste, « Bilingualism and Emotion in the Autobiographical Works of Nancy Huston », Journal of Multilingual and Multicultural Development, vol. 25, n° 2-3 (2004), p. 159-178. +++ Article de revue

CALDERÓN, Jorge, « Où est l’Ouest dans Nord perdu de Nancy Huston ? », Cahiers franco-canadiens de l’Ouest, vol. 19, n° 1 (2007), p. 9-25. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article est une étude de la représentation de l’Ouest du Canada et plus particulièrement de Calgary et de l’Alberta dans le livre Nord perdu publié en 1999 par Nancy Huston. Je m’intéresse plus précisément à l’analyse de la relation entre identité et altérité dans ses essais. Je questionne la manière dont l’identité est construite à travers l’altérité et comment l’altérité est également construite à travers l’identité, car l’une ne peut pas exister sans l’autre. Elle présente dans ses essais des exemples tirés de sa vie personnelle au Canada, aux États-Unis et en France. Elle explore l’émigration et l’immigration, le fait de parler et d’écrire en anglais et en français, le bilinguisme et la traduction ainsi que les relations entre l’Amérique du Nord et l’Europe. Dans ses essais, les expériences contemporaines de migrants partout à travers la planète, la traversée des frontières et la mondialisation sont centrales. Pour ces raisons, lire Nord perdu est très important afin de comprendre le point de vue d’une expatriée canadienne qui voit et tente de comprendre son identité canadienne et le Canada à partir de la France et plus précisément à partir de l’expérience de sa vie quotidienne à Paris.

Abstract
This article is a study of the representation of Western Canada and particularly of Calgary and Alberta in Nancy Huston’s Nord perdu, published in 1999. I am, more specifically, analyzing the essential links between identity and alterity in her essays. I am exploring the way identity can exist only through alterity and, reversely, how alterity can only exist through identity as one cannot be wothout the other. In her essays, Nancy Huston gives examples taken from her personnal life in Canada, in the United States, and in France. She examines emigration and immigration, delves into speaking and writing in English and French, as well as into matters of bilingualism and translation, and the relations between North America and Europe. In her essays, experiences of today’s migrants from all around the world, border crossings, and globalization are central. For these reasons, reading Nord perdu is quite important in order to understand the point of view of a Canadian expatriate who sees and tries to understand Canada and her Canadian identity from France and more precisely, from her every day life in Paris.

Calderon, 2007, PDF ###

RICE, Alison, « “Making the Familiar Foreign” : Exile and Identity in Nancy Huston’s Lettres parisiennes and Nord perdu », Essays in French Literature and Culture, n° 45 (novembre 2008), p. 105-124. +++ Article de revue

KLEIN-LATAUD, Christine, « Langue et imaginaire », TTR: Traduction, Terminologie, Rédaction, vol. 20, n°1 (2007), p. 99-111. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article explore, à partir de romans et d’essais (en particulier ceux de Ferenc Karinthy, Nancy Huston, Julia Kristeva, Claude Esteban), certaines créations imaginaires suscitées par la relation du sujet avec sa ou ses langues. Une première partie s’attache au fantasme de la langue hermétiquement étrangère puis, pôle opposé, à celui de la « panglossie » où toute langue apparaît comme connue. La deuxième partie est centrée sur la problématique langue maternelle / langue étrangère et sur l’expérience du sujet bilingue, problématique du déchirement, susceptible cependant de trouver éventuellement une résolution sur le plan de la création.

Abstract
This article will explore imaginary creations that are informed by the relationship of the subject to his or her language(s). Examples will be drawn from novels and essays by authors such as Ferenc Karinthy, Nancy Huston, Julia Kristeva and Claude Esteban. The first part of the article explores a vision of language as hermetically foreign and then moves on to the polar opposite, a “panglossic” image, in which all languages appear to be known. The second part of the article centres on the first-language/foreign-language problematic—the experience of the bilingual subject, who is torn between two languages, a problematic which can, however, find its resolution in the creative process.

Klein-Lataud, 2007, PDF ###

DANYTE, Milda, « Exile as a Way of Life: Strategies among Immigrants and Writers on Exile », dans Eva REIN et Krista VOGELBURG (dir.), Home and Exile, Tartu [Estonie], Tartu Ulikooli Kirjastus, 2006, p. 48-57. +++ Chapitre de collectif

RINNE, Marie-Noëlle et Hafid GAFAÏTI, « L’Ouest canadien : écriture d’une francophonie minoritaire », Nouvelles Études Francophones, vol. 25, n° 2 (automne 2010), p. 39-53. +++ Article de revue

### Résumé
Cet article cherche à comprendre les éléments distinctifs qui donnent aux écrits de l’Ouest canadien leur particularité, leur unicité. Une ébauche se dresse à partir de l’étude de nombreuses nouvelles et romans, faisant appel à des anthologies de la “Prairie” comme à des auteurs plus connus, tels Nancy Huston, J. R. Léveillé ou Simone Chaput. L’article explore la notion d’espace en tant qu’élément structural, le concept d’errance à mettre en parallèle avec la nature minoritaire de cette francophonie, le recours au fantastique ainsi qu’au texte concis et, enfin, la récurrence de personnages archétypiques, à savoir la “Ouesterneuse” et le Métis ou la Métisse.

[La section concernant Huston porte également sur Cantique des plaines.]

Rinne et Gafaïti, 2010, PDF ###

FARKAS, Jenő, « L’écrivain désorienté ou les aspects de l’estitude (Dumitru Tsepeneag, Nancy Huston, Katalin Molnár) », Dialogues francophones, n° 20 (2014). +++ Article de revue



Nord perdu (oeuvre)
TitreNord perdu
AuteurNancy Huston
Parution1999
TriNord perdu
Afficheroui

Outils de la page

complaint