Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Normand Chaurette - ensemble de l'œuvre

Documentation critique

GODIN, Jean Cléo, « Chaurette Playhouse », dans Jean Cléo GODIN et Dominique LAFON (dir.), Dramaturgies québécoises des années quatre-vingt, Montréal, Leméac, 1999, p. 103-146. +++ Chapitre de collectif

###Ce chapitre de livre reprend, en les modifiant, les articles suivants : « Chaurette Playhouse », Études françaises, vol. 26, no 2 (automne 1990), p. 53-59 ; « Chaurette, critique et création », La Licorne. Littérature de langue française en Amérique du Nord, vol. 27 (1993), p. 187-193 ; « Normand Chaurette, écriture et représentation », Théâtre / Public, no 117 (1994), p. 52-53 ; « Le peintre invisible et la reine muette », dans Chantal HÉBERT et Irène PERELLI-CONTOS (dir.), Théâtre, multidisciplinarité et multiculturalisme, Québec, Nuit Blanche, 1997. ###

VILLEMURE, Geneviève, « La spirale dans l’œuvre de Normand Chaurette de 1980 à 1986 », mémoire de maîtrise, département de langue et littérature françaises, Université McGill, 1997, 107 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « L ’organisation textuelle des pièces Rêve d ’une nuit d’hôpital, Provincetown Playhouse… et Fragments d’une lettre d’adieu… de Normand Chaurette est mystérieuse. Elle nécessite un déchiffrage exact afin d’en saisir l’orientation et cela par l’étude du mouvement de la folie, donc de l’écriture. Ce mouvement est héliocoïdal, en spirale, i.e. qu’il est constitué de reprises de thèmes, de redites, et alimenté par des phénomènes de répétition, de redoublement, de mise en abyme. La spirale symbolise l’élan cyclonique du tourment des personnages, élan qui tente de cerner l’essence même de ce tourment. Mais la déraison ne peut être révélée raisonnablement. Le mystère qui nourrit les pièces de Chaurette reste toujours entier.

Le premier chapitre met en relief la structure héliocoïdale en entonnoir dans Rêve d’une nuit d’hôpital, structure qui s’établit autour de deux pôles, temporel et spatial, et par laquelle on est transporté au coeur du rêve d’Emile Nelligan. Nous observons, les diverses manifestations du génie du poète dont la pensée sombre, malgré l’hallucination du paradis, dans l’abîme du rêve. Avec Provincetown…, la spirale joue avec les dédoublements d’espaces, de temps, de personnages, et avec les phénomènes de mise en abyme et de double dénégation qui effacent la distance entre le réel théâtral et la réalité. Mais le mouvement héliocoïdal s’articule surtout autour des infinis redites qui forment le récit. Le personnage de Charles Charles est condamné à survivre par ces redites, garantes de sa consciente folie.

Dans Fragments…, on prend conscience des incapacités du langage. Des géologues tentent d’expliquer les causes de la mort de leur chef d’expédition. Comme Rêve…, cette pièce présente une structure en entonnoir qui veut circonscrire une vérité. Plus qu’une simple enquête sur la mort d’un homme, cette pièce est une quête de son âme. Le mystère restera entier parce que nul ne saura trouver les mots pour dire le silence de l’eau, omniprésente.

Le travail consiste à dégager de chaque texte les structures en spirale récurrentes pour ensuite expliquer leur présence et leur fonctionnement comme une tentative pour dire ce que le langage du texte est impuissant à dire: l’essence de la déraison d’une âme. » (Résumé joint au mémoire)

###

LOFFREE, Carrie, « Normand Chaurette : pour mieux saisir l’insaisissable », Nuit blanche, no 55 (mars-mai 1994), p. 59-62. +++ Article de revue

###

###

LÉPINE, Stéphane et Jean-Michel SIVRY (dir.), La Société de Normand Chaurette – Figures et manières, Montréal, Théâtre UBU, 1996, 84 p. +++ Collectif

GODIN, Jean Cléo, « Deux dramaturges de l’avenir ? », Études littéraires, vol. 18, no 3 (hiver 1985), p. 113-122. +++ Article de revue

###

###

HUFFMAN, Shawn Lewis, « L’affect en cachot : la sémiotique des passions et le théâtre québécois d’enfermement chez Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois », thèse de doctorat, Department of French, University of Toronto, 1998, 409 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « L’écriture et l’enfermement captent l’imagination. Le théâtre québécois contemporain ne fait pas exception à cette observation, car on peut y trouver des exemples de drames claustrophiles à toutes les époques. Malgré cela, les années quatre-vingt marquent une véritable période d’engouement pour l’espace clos au théâtre. Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois livrent une suite d’univers clos où l’espace et l’émotion se conjuguent au sein d’un sujet passionnel. Dans cette thèse, j’étudie la manière dont l’enfermement au théâtre façonne non seulement l’émergence d’un sujet affectif, mais aussi l’être du sujet empreint de passion. Menée à l’intérieur des paramètres établis par la sémiotique théâtrale, telle que développée par Ubersfeld et Pavis, entre autres, et par la sémiotique de l’affect, surtout celle présentée par Greimas et Fontanille dans Sémiotique des passions (1991), mon étude illustre que le sujet théâtral sert de lien sensible entre une dimension affective à l’intérieur et un espace clos dans lequel il est situé. En effet, chacune des pièces à l’étude met en scène la problématique de la scission entre lêtre et le paraître, et ce de façon presque systématique par une mise en relation du système spatial avec l’économie affective propre à chaque pièce.

La première section comporte trois chapitres et constitue la mise en contexte théorique de l’étude. Je tâche de montrer : (1) que l’économie théorique greimassienne, a fortiori formelle, procède d’une “idéologie de la forme”; (2) que le sujet passionnel est un lieu d’instabilité actantielle, ce qui occasionne le parcours passionnel; (3) les implications et les applications théâtrales de ces deux derniers points. La prochaine section traite in extenso de ce que l’on convient d’appeler la “scène passionnelle”. J’aborde l’articulation spatiale en termes de géométrisation, étudiant les manifestations de ce procédé sous trois formes: (1) les territoires affectifs; (2) la crypte; (3) le théâtre dans le théâtre. Dans la dernière partie de la thèse, je me tourne vers l’art de la scène afin d’observer la manière dont le clos et la passion sont articulés sur les planches. » (Résumé joint à la thèse)

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

HUFFMAN, Shawn, « Modalities of mourning : Lamentation and traumatic grief in the theater of Normand Chaurette », Québec Studies, vol. 37 (printemps-été 2004), p. 63-78. +++ Article de revue

###

###

MOSS, Jane, « “Still crazy after all these years”. The uses of madness in recent Quebec drama », Canadian Literature, no 118 (automne 1988), p. 35-45. +++ Article de revue

###

###

DAVID, Gilbert, « Un théâtre à vif : écritures dramatiques et pratiques scéniques au Québec, de 1930 à 1990 », thèse de doctorat, département d’études françaises, Université de Montréal, 1995, 451 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

D’ANGER, Tanya Margaret, « New World Visions : A Textual Analysis of the Plays of Normand Chaurette, René-Daniel Dubois and Jean Marc Dalpé, from 1975-1996, Exploring their Growing Preoccupation with the Status and the Role of the Individual in the Western Society », thèse de doctorat, Graduate Centre for Study of Drama, Université de Toronto, 2003, 296 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« This thesis proposes the work of francophone playwrights Normand Chaurette, René-Daniel Dubois, and Jean Marc Dalpé as major illustrations of the post-Referendum detachment from sovereigntist politics that characterised the mainstream of French-Canadian theatre from the early 1980s on, and as illustration of a subsequent focus on the status and role of the individual in western society. It explores the evolution of these playwrights’ dramaturgy, in selected plays, from their earliest works in 1975, 1979, and 1982, respectively, up to 1996, one year after the second Quebec Referendum, demonstrating evidence of a significant shift within each corpus subsequent to the 1980 Referendum vote. My primary concern is with the texts these authors have produced over the years in question, and the methodology I have chosen offers a close textual analysis that seeks to represent an original contextualisation in the continuum of world theatre.

From a methodological perspective, my joint focus on the role of the artist and on questions of identity has led to a consideration of how a playwright’s dramatic vision evolves and matures over an extended period of creativity, with particular attention to the reflection of this evolution within the semantic construction of the playtext. What follows is thus an in-depth, chronological analysis of the selected plays of Chaurette, Dubois, and Dalpé, using some of the tools of semiotics in order to focus on the connotative and denotative use of recurring theme, metaphor, and motif. Although any artistic or dramatic construct must eventually stand upon its own merits, I propose that an appreciation of the motives (both conscious and subliminal) that appear to underlie authorial intention serves to enrich both spectatorial and practical interpretation; hence the limitation of this study to an analysis of the playtext alone. » (Résumé joint à la thèse)

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

Dossier « Normand Chaurette », Voix et images, vol. 25, no 3 (no 75 - printemps 2000), p. 419-615. +++ Dossier de revue

### Sommaire du dossier « Normand Chaurette » :

  • « De Nelligan à Martina North : une traversée de l‘œuvre de Normand Chaurette » / Marie-Christine Lesage et Pascal Riendeau.
  • « Inédit. Transformations » / Normand Chaurette.
  • « L’écriture comme exploration : propos, envolées et digressions. Entretien avec Normand Chaurette » / Pascal Riendeau.
  • « Scènes d’enfants, un roman sur l’art du théâtre » / Jean-Pierre Ryngaert. *
  • « La poétique de la détection dans Provincetown Playhouse » / Stéphanie Nutting. *
  • « Le Stabat Mater II, un oratorio de la douleur » / Denyse Noreau. *
  • « De l’emprunt à l’empreinte : le plagiat dans Le passage de l’Indiana » / Marie-Christine Lesage. *
  • « Ici comme ailleurs : le territoire de la traduction dans Les Reines de Normand Chaurette » / Shawn Huffman. *
  • « Bibliographie critique de Normand Chaurette »  / Nicolas Sarrasin.

* Références disponibles sur auteurs.contemporain.info. ###

LAVOIE, Sylvain, « Normand Chaurette, esthète monstrueux de la dramaturgie québécoise », Ponts, no 8 (2008), p. 79-90. +++ Article de revue

THERRIEN, Eve Irène, « De l’autopsie à l’utopie : le rituel dans le théâtre expérimental québécois chez le collectif Momentum, Normand Chaurette et Denis Marleau », thèse de doctorat, Department of French, New York University, 2006, 240 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « This thesis looks at the experimental movement in Quebecois theater, which is currently shaping the contemporary scene. I define as “experimental” those works that destabilize preconceived notions of theater. All artists studied question the conventional rapport established by the live presence of actors and audience. The main thrust of their experimentation focuses on the liaison between actors and audience, a rapport that is closely related to ritual. In its practices, contemporary Quebecois theater uses implicit or explicit forms of ritual to reflect upon dramatic art and its relationship with the collectivity.

More specifically, my research examines recent works from 1980 until the present by the avant-garde group Momentum, by a controversial playwright, Normand Chaurette, and by a director, Denis Marleau. In Quebec, the 1980’s are recognized as a pivotal point in theatrical production, coinciding with the rise of individual artistic quest rather than search for national consciousness, a theme that dominated Quebec’s theater in the 1970’s. Attracted by the dichotomy on which theater lies, my thesis subjects explore the presence of the body, which is both present and absent, true and fictitious. Their theater work asks questions about cultural and personal identity: what it means to be somebody and to be a body, also how do we look and how are we looked upon?

In Chapters One and Two, I treat the ritual aspect of Momentum’s twelve month-production, Douze messes, and Les Laboratoires Crête. Momentum uses ritualistic forms of representation or “medical” proceedings, a sort of sadomasochist ceremony, to explore the borders between reality and fiction. Chapter Three examines Chaurette’s theatrical corpus in which the recurring figure of sacrificial child symbolizes the relationship between life and death, reality and art. Finally, chapter Four analyses Marleau’s treatment of the ghostly presence of the actor’s body. I argue that dramatic writing like that of Chaurette or performances such as those of Momentum and Marleau, by figuratively maiming and slashing bodies (including the body of the text) unfold the mechanisms of representation, language and physical presence. » (Résumé joint à la thèse)

La thèse est en français.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

BEAUDRY, Marie-Hélène, « Étude sur l’esthétique du plagiat dans trois oeuvres de Normand Chaurette ; suivie d’une récriture d’un texte dramatique à l’aide de cinq pièces de la dramaturgie québécoise : Le caractère unique du flocon », mémoire de maîtrise, École supérieure de théâtre, Université du Québec à Montréal, 2011, 144 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Condamnable sous son aspect juridique, le plagiat, lorsqu’il est abordé d’un point de vue littéraire et artistique, peut être considéré comme une esthétique. Le plagiat est un des procédés qu’embrasse la notion d’intertextualité ; il est commun, en cela, à la citation, la parodie, le pastiche, etc. L’intertextualité est la voie par laquelle sont analysés ces procédés par lesquels un texte entre en relation avec un ou plusieurs autres textes et les modalités à partir desquelles ceux-ci dialoguent entre eux. Le concept a contribué largement à remettre en question le mythe de l’auteur et du génie créateur, hérité du romantisme. Il a surtout servi à remettre le texte au cœur de l’analyse textuelle (littéraire, dramatique) en considérant celui-ci comme phénomène de production. L’intertextualité remet donc en cause l’idée que l’auteur soit un sujet unique dont le discours serait homogène. Dans l’esprit de l’intertextualité, il n’existe qu’un seul grand livre dont tout le monde s’inspire et que chacun pille allègrement. La mort de l’auteur, décrétée par Roland Barthes en 1968, renvoie à bien des égards à cette figure de l’écrivain plagiaire. L’essentiel consiste alors à voir le travail du texte dans ses nombreux commerces avec la littérature et, plus largement, avec le langage, ce qui exclut de fait tout positionnement moral face au plagiat.

Ce mémoire entend examiner ces questions de deux manières. Dans un premier temps, en faisant l’étude de l’esthétique du plagiat dans l’œuvre de l’écrivain québécois Normand Chaurette. Trois œuvres dramatiques de cet auteur seront soumises à examen : Le Passage de l’Indiana (1996), Fragments d’une lettre d’adieu lus par des géologues (2000) et Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans (1981). Cette partie interroge, outre les procédés plagiaires proprement dits, la figure du créateur qui se trouve au centre de l’univers chaurettien. Dans un deuxième temps, en proposant à notre tour un texte fabriqué sur le modèle du centon, soit un collage de répliques empruntées à divers textes appartenant à la dramaturgie québécoise récente : Aphrodite en 04 (2006) d’Evelyne de la Chenelière, Lentement la beauté (2004) de Michel Nadeau et le Théâtre Niveau Parking, Les enfants d’Irène (2000) de Claude Poissant, Téléroman (1999) de Larry Tremblay et Pitié pour les vieilles chiennes sales (1999) de Marie-Ève Gagnon. Notre texte s’intitule Le caractère unique du flocon. À la fois œuvre originale et exercice de style inspiré des travaux de l’Oulipo, cette pièce se lit comme la décantation d’une expérience de lecture et ainsi comporte une dimension réflexive, qui n’emprunte pas la voie classique du commentaire, à propos d’un certain théâtre québécois contemporain. » (Résumé joint au mémoire)

GODIN, Jean Cléo, « “Le texte est sur la table…” : Chaurette et la primauté du texte », L’Annuaire théâtral, nos 50-51 (automne 2011-printemps 2012), p. 115-124. +++ Article de revue

### « À partir d’une indication scénique de Provincetown Playhouse — “Le texte est sur la table” —, cet article analyse les multiples aspects de la primauté du texte, souvent posé comme hypotexte de sa propre représentation, dans l’oeuvre de Normand Chaurette, dont l’écriture “musicale” engendre des récits se développant selon une étrange logique et dont la genèse réserve des surprises. » (Résumé joint à l’article)

RIENDEAU, Pascal, « Normand Chaurette face à Shakespeare ou Traduisez Comme il vous plaira… », L’Annuaire théâtral, no 24 (automne 1998), p. 17-34. +++ Article de revue

###

MARTIN, Roxanne, « Chaurette devant Shakespeare : la traduction comme processus de création », Jeu, no 133 (2009), p. 73-77. +++ Article de revue

###

TREMBLAY, Julie, « Le texte autophage dans l’oeuvre de Normand Chaurette », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2007, 120 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « À partir de trois pièces de Normand Chaurette, soit Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans, Stabat Mater II et Le Petit Köchel, nous entendons montrer le mouvement du texte autophage, un “corps-texte” replié sur lui-même, pli phénoménologique qui va à l’infini. Chez Chaurette, les mises en abîme, les multiples répétitions, viennent complexifier les paroles proférées, mais du même coup s’emparent d’une partie du sens et rappellent le caractère primordial de la textualité au théâtre. La démultiplication des points de vue et l’emploi d’énonciateurs multiples pour un même rôle, une même phrase ou un même mot, montrent la désincarnation de la parole émise et accusent un vide atemporel, un espace morcelé. Les signes sont ici soufflés (au sens où Derrida l’entend), quittant la voix qui les a formulés et s’échappant vers un “infratexte” (écrit sous-jacent à la représentation, texte originel qui ne prend sens qu’à partir du texte qu’il sous-tend) qui leur est, et qui nous est voilé. Ce repli du texte en lui-même, mouvement propre au texte en fragments, met l’accent sur le refus de la figuration, la négation de la vérité logocentrique, la place donnée à l’insaisissable, et se pose alors comme l’essence de la musique à l’œuvre dans les pièces de Chaurette : une expérience singulière infiniment renouvelée qui ne nous permet pas de découvrir un contenu latent mais qui ne cesse de le transcender. Pour mettre à jour ce mouvement souterrain, nous aurons principalement recours à des notions de phénoménologie (Merlau-Ponty, Deleuze) et ferons allusion à des quelques concepts développés en sémiotique (Fontanille, Peirce, Langer). » (Résumé joint au mémoire)

HUFFMAN, Shawn, « Dans les coulisses de la fiction : le dramaturge préfacier dans le théâtre québécois contemporain », L’Annuaire théâtral, no 34 (automne 2003), p. 58-80. +++ Article de revue

### « L’image du maître du bunraku, ainsi que les fonctions d’art et d’écriture que Barthes y attribue, sont à l’origine de l’étude sur la préface théâtrale proposée dans cet article. Travaillant à partir d’un corpus de textes associés au théâtre québécois contemporain et rédigés par des dramaturges, à savoir Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois, l’auteur décrit les stratégies employées par chacun et constate l’émergence d’une nouvelle fonction préfacielle qu’il nomme “coopérative”. » (Résumé joint à l’article)

VÉRICEL, Ludivine, « Des masques et des marques, après la catastrophe : étude comparée des oeuvres de Normand Chaurette et de Daniel Danis », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2012, 132 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Ce mémoire est né du désir de comprendre le rôle du motif de la catastrophe inaugurale dans les rhapsodies de la mémoire du théâtre québécois des années 1980 à nos jours. Pour cela, nous avons choisi un corpus d’envergure, c’est-à-dire les œuvres complètes de deux auteurs qui marquent fortement le paysage théâtral contemporain : Daniel Danis et Normand Chaurette. Notre travail de recherche fait apparaître le caractère structurant du motif non seulement au sein des pièces considérées séparément, mais aussi dans l’ensemble des œuvres. En effet, celles-ci s’articulent autour d’une même problématique. Elles inscrivent leur cheminement dans sa remise en jeu, et le redéploiement autour de celle-ci d’un nombre limité de motifs. Notre démarche comparatiste nous permet de mettre en valeur les choix et les partis esthétiques des deux auteurs en montrant la complémentarité de démarches rarement rapprochées. Au sein des deux œuvres, la catastrophe inaugurale provoque les mouvements qui animent le texte. Le premier que nous identifions est “horizontal” : la catastrophe déclenche le mouvement des corps dans un espace donné. Nous l’abordons à l’aune du concept de “déterritorialisation” élaboré par Gilles Deuleuze et Félix Guattari dans L’Anti-Œdipe et Mille Plateaux. Ce mouvement est situé au sein d’un espace territorial caractérisé par une certaine organisation sociale, dont il va venir éprouver les rapports de pouvoir. Au sein du texte, ce mouvement est lui-même emporté par un autre : celui du retour. Les œuvres de notre corpus présentent en effet une dimension métapoétique, et réfléchissent sur leur propre genèse. Au centre de cette réflexion se trouve à nouveau l’événement catastrophique, qui, par son intensité, vient confronter le langage au silence de l’expérience sensible. C’est à l’aune du concept de “répétition”, élaboré par G. Deleuze dans Différence et répétition, que nous interrogeons la dimension métapoétique de la forme rhapsodique, cherchant à comprendre comment le langage met en scène l’opération de sélection par laquelle il est parvenu à sa propre forme stylisée. Loin de résoudre les paradoxes qu’elle met en scène, la rhapsodie épouse les conflits qu’elle représente pour remettre sans cesse en jeu les interrogations qui la travaillent : comment transmet-on la mémoire catastrophique? Quels rôles l’écriture dramaturgique peut-elle tenir dans cette transmission? » (Résumé joint au mémoire)

BOUCHARD, Cassy, « Les eaux primordiales et leurs figures dans l’oeuvre dramatique de Normand Chaurette : liminalité, dissémination et plénitude », mémoire de maîtrise, département d’études littéraires, Université du Québec à Montréal, 2014, 132 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Cette étude brosse un portrait de l’eau en tant que figure d’obsession de premier ordre dans l’œuvre dramatique de Normand Chaurette. ll y est soutenu que les eaux chaurettiennes constituent des constructions de l’imaginaire fondamentalement opérantes depuis un traumatisme psychique, de même qu’elles engagent, en ce sens, une influence primordiale sur la redéfinition d’origines identitaires problématiques, entre réel et rêverie. Trois grands types de figures hydriques sont différenciés dans ce mémoire, selon leurs principales manifestations phénoménales ou emblématiques retransmises par le travail d’imagination matérielle (Bachelard). Le premier chapitre est consacré à l’analyse des articulations liminales de l’eau dans Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans (1981) et La Société de Métis (1983). Les notions de rites de passage et de liminalité (Van Gennep, Turner) viennent éclairer la figuration d’eaux de frontières et de transitions chez des personnages en marge du réel, pour lesquels le seuil aquatique génère un monde de miroirs et d’illusions. Le chapitre deux montre ensuite que des pièces comme Fragments d’une lettre d’adieu lus par des géologues (1986) et Le Petit Kochel (2001) présentent l’eau en tant qu’agent transformateur. En rapprochant les forces diluviennes, érosives et corruptrices de l’eau au propre de la dissémination (Derrida), les analyses de cette partie traitent de puissances mouvantes et fluctuantes qui décomposent et recomposent tant de 1’extérieur que de l’intérieur la matière, le sens ainsi que l’être. Le dernier chapitre porte enfin sur des eaux de fécondité incitant aux fantasmes de réclusion et de reproduction qui se répondent et s’enchaînent notamment dans Le Passage de l’Indiana (1996) et dans Stabat Mater Il (1999). Assimilables au processus (re)producteur de la réception (Jauss, Iser), ces figures de profondeurs, aussi meurtrières que nourricières, font montre de frictions entre plénitude embryonnaire et plénitude matricielle dans l’atteinte d’un idéal de filiation. Quelle qu’en soit la ligne de force directrice, les eaux primordiales chaurettiennes dynamisent inévitablement l’esprit créateur livré à la catharsis. Elles se prêtent à des intentions et des pratiques sacrificielles au nom d’une pureté unitive impossible à réaliser. Leurs figures investissent ainsi, chaque fois, une prise de parole intime mythifiant quelque ravissement originaire ineffable, fondateur de vérités insaisissables. » (Résumé joint au mémoire)

RIENDEAU, Pascal, La cohérence fautive : L’hybridité dans l’oeuvre de Normand Chaurette, Québec, Nuit blanche éditeur (Études), 1997, 168 p. +++ Monographie

### « Dès le début des années 1980, Normand Chaurette s’est imposé comme l’un des créateurs les plus originaux de la dramaturgie québécoise. Déroutants, déstabilisants, les textes de Chaurette offrent touours des territoires de lectures polysémiques. Avec Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans, sa pièce la plus connue, et Scènes d’enfants, un roman qui est malheureusement presque passé inaperçu, Chaurette interroge merveilleusement la conception et le sens de l’écriture dramatique. Ces deux textes ont en commun de poser fondamentalement la même question : “Qu’est-ce que le théâtre?” Pour explorer les possibilités du théâtre, ils puisent autant aux sources traditionnelles de la littérature qu’à même les conditions particulières de la représentation théâtrale.

Lit-on un texte dramatique de la même façon qu’on lit un roman? Certes non, mais comment cloisonner les deux genres quand des textes postmodernes comme ceux de Chaurette invitent à une lecture transdiscursive et transgénérique? L’étude critique de Provincetown Playhouse, juillet 1919, j’avais 19 ans et de Scènes d’enfants que propose Pascal Riendeau permet de repenser le rapport texte/représentation. En insistant sur l’importance de la lecture de la dramaturgie en tant que discours autonome, cette étude montre aussi à quel point les textes dramatiques (et ceux de Chaurette en particulier) ne peuvent pas constituer qu’un simple matériau linguistique transformable pour les besoins d’une mise en scène. » (Quatrième de couverture)

GAGNON, Chantal, « Le Shakespeare québécois des années 1990 », Theatre Research in Canada / Recherches théâtrales au Canada, vol. 24, nos 1-2 (printemps-automne 2003), p. 58-75. +++ Article de revue

### « Translation scholar Annie Brisset has demonstrated that between 1968 and 1988, Quebec translations of foreign plays were linked to the nationalist discourse. The present research tries to establish, with a case study, if the same statement applies to the 1990s. In order to do so, three Quebec translations of Shakespeare’s The Tempest have been studied: Michel Garneau’s (1989), Antonine Maillet’s (1998) and Normand Chaurette’s (1998). After having analysed the language, the versification and the paratext in each translation, and after having briefly discussed retranslation of Shakespeare’s plays in Quebec, the author concludes that nationalist ideas play an important part in these translations. However, the Quebec theatre institution has taken up the task and it struggles for its own cultural, economic and symbolic survival. » (Résumé joint à l’article)

L’article est en français.

SAINT-PIERRE, Christian, « Briller par son absence : la figure de l’enfant dans le théâtre de Normand Chaurette », Jeu, no 142 (2012), p. 62-67. +++ Article de revue

###

VIGEANT, Louise, « De l’écriture baroque ou les nouveaux défis de la mise en scène », L’Annuaire théâtral, no 10 (automne 1991), p. 103-114. +++ Article de revue

###

BLONDE, David, « Entre Oreste et Barbe-Bleue : la violence dans la scène familiale québécoise, 1981-2002 », L’Annuaire théâtral, no 32 (automne 2002), p. 129-149. +++ Article de revue

### « La représentation sur une scène de la violence filiale remonte au théâtre grec, qui met en scène le meurtre de Clytemnestre dans l’Orestie d’Eschyle. Comme la trilogie d’Eschyle, diverses pièces québécoises créées dans les années 1980 et 1990 mettent en scène le meurtre symbolique de la mère (Vie et mort du roi boiteux de Jean-Pierre Ronfard, Soirée bénéfice pour tous ceux qui ne seront pas là en l’an deux mille de Michel Marc Bouchard), ce qui, d’un point de vue anthropologique, pourrait être envisagé comme marquant le passage d’une filiation matrilinéaire (Les belles-soeurs) à une filiation patrilinéaire. Cet article cherchera à montrer qu’à la différence du traitement mythologique de la violence, l’évolution de la violence dans la scène familiale québécoise ne saurait se réduire à l’opposition matrilinéaire/patrilinéaire, car, dès les années 1990, la structure verticale parents-fils cède peu à peu la place à une cellule horizontale qui renverse le pouvoir des parents. Comment les atteintes à l’ordre familial fictif se traduisent-elles sur les plans sociopolitique et esthétique? » (Résumé joint à l’article)

DESROCHERS, Nadine, « Avatars dramaturgiques ou idéologiques : confession, contrition et comparution dans le théâtre québécois contemporain », L’Annuaire théâtral, no 31 (printemps 2002), p. 119-133. +++ Article de revue

### « Le retour en arrière est un élément majeur du théâtre québécois des vingt dernières années. De nombreuses pièces québécoises contemporaines sont en effet construites autour d’intrigues plutôt minces, mais qui autorisent de formidables remises en question du passé. Les thématiques récurrentes sont explorées dans des structures qui s’articulent moins autour du suspense — et donc, par extension, de l’action — que du dévoilement de l’intériorité des personnages. Les nombreux récits qui découlent de ces structures renvoient aux modèles référentiels policiers et religieux, en évoquant ou en imitant l’acte de confession; toutefois, l’influence des croyances et rituels païens, qui s’infiltre par moments, semble témoigner d’une volonté de renouvellement à la fois des références et des formes qu’elles adoptent au théâtre. » (Résumé joint à l’article)

BOUCHET, Pauline, « La fabrique des voix : l’auteur et le personnage dans les écritures théâtrales québécoises des années 2000 », thèse de doctorat, faculté des arts, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 / Université du Québec à Montréal, 2014, 547 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### « Cette thèse de doctorat en études théâtrales propose d’étudier les modèles et pratiques d’écriture du personnage dans les écritures théâtrales québécoises des années 2000, et, à partir de cette analyse à la fois dramaturgique (études de pièces et définition d’une typologie des personnages) et génétique (entrée dans la fabrique de plusieurs auteurs pour comprendre comment ils créent leurs personnages), de définir la ou les figures de l’auteur dramatique dans ce contexte de création. La dramaturgie québécoise présente des survivances du personnage, quand d’autres ne cessent de le remettre en question. Mais loin de perpétuer un réalisme psychologique américain, les auteurs québécois des années 2000 mettent en scène des êtres profondément déterritorialisés dont la profondeur psychologique disparaît au profit d’une profondeur intertextuelle ou métathéâtrale. Ces personnages-créatures invitent à entrer dans la fabrique des auteurs pour interroger le partage des voix qu’ils opèrent afin de détourner un réalisme encore majoritaire dans les dramaturgies d’Amérique du Nord. À partir des pôles d’écriture du personnage que sont la langue, le corps, l’intertexte et la scène, la thèse analyse les pratiques d’écriture de plusieurs auteurs issus de générations et de formations différentes : Normand Chaurette, Daniel Danis, François Godin, Étienne Lepage et Larry Tremblay. Ces auteurs, qui doivent négocier sans cesse avec une altérité, qu’elle soit réelle (le contexte de production québécois invite les auteurs à échanger avec les autres actants du processus théâtral) ou fictive (les auteurs sont profondément habités par des autres qui parlent à travers eux), se trouvent démultipliés dans le processus d’écriture. Il semble alors que, face à cette démultiplication et à la difficulté de plus en plus grande pour l’auteur de faire entendre sa voix, les auteurs québécois choisissent le chemin de l’autopoïétique et exploitent dans leurs dernières créations leur moi d’auteur comme un matériau et comme un hyper-personnage surplombant la fiction. C’est alors une voix de l’écriture unifiée, toujours aux limites de l’autofiction et de l’autobiographie, qui habite des dramaturgies qui ne seraient plus capables de faire advenir l’autre, un personnage entièrement détaché de la voix de son créateur. » (Résumé joint à la thèse)

VIGEANT, Louise, « Du réalisme à l’expressionnisme : la dramaturgie québécoise récente à grands traits », Jeu, no 58 (1991), p. 7-16. +++ Article de revue

###

JUBINVILLE, Yves, « Portrait de l’auteur dramatique en mutant », Voix et images, vol. 34, no 3 (no 102 - printemps-été 2009), p. 67-78. +++ Article de revue

### « La situation de l’auteur dramatique dans l’organisation de la pratique théâtrale au Québec apparaît pour certains préoccupante, pour d’autres le reflet d’une évolution naturelle qui prescrit les conditions d’une pratique renouvelée de la dramaturgie. Si l’on admet le principe d’un déplacement du pouvoir vers la personne du metteur en scène, il convient aussi de constater en effet combien l’environnement actuel contribue à la diversification des écritures et, par le fait même, à redéfinir le métier d’auteur de théâtre. Notre ambition dans cet article est d’apporter un éclairage historique sur ces questions et, plus précisément, de penser, à partir d’un certain nombre de cas, l’élaboration d’un modèle historiographique qui remplacerait celui, longtemps pratiqué au Québec, de la galerie de portraits qui va de pair avec la constitution d’un répertoire canonique. Posant d’emblée l’hypothèse que la nature même du travail de l’écrivain se voit transformée par le statut relatif du texte dans la représentation, nous cherchons à tracer la voie d’une histoire des pratiques dramaturgiques au Québec. » (Résumé joint à l’article)

JUBINVILLE, Yves, « La vie en reste. Sur quelques cas de témoignage dans la dramaturgie québécoise actuelle (Danis, Chaurette, Tremblay) », dans Chantal HÉBERT et Irène PERELLI-CONTOS (dir.), Le théâtre et ses nouvelles dynamiques narratives. La narrativité contemporaine au Québec, vol. 2, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004, p. 43-60. +++ Chapitre de collectif



Normand Chaurette - ensemble de l'œuvre (oeuvre)
TitreNormand Chaurette - ensemble de l'œuvre
AuteurNormand Chaurette
Parution9999
TriNormand Chaurette - ensemble de l'œuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint