Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Petits traités

Pascal Quignard Paris, Editions Clivages, 1981 (tome I), 110 p.

L’intégrale des Petits Traités est parue dans un coffret de luxe des éditions Maeght en 1990 (tomes I à VIII), puis regroupée en deux volumes dans la collection Folio de Gallimard en 1997.

« Les Petits traités ne sont ni des essais ni des fictions. Cela n’entrait dans aucun genre. C’étaient de courts arguments déchirés, des contradictions laissées ouvertes, des mains négatives, des apories, des fragments de contes, des vestiges. Je ne retenais que ce qui du temps était rejeté par l’Histoire tandis qu’elle prétendait écrire sa grande narration mensongère. Je ne retenais des livres des Anciens que ce que la Norme expulsait des littératures du passé pour asseoir son autorité collective et académique. J’ai toujours aimé les choses désavouées. C’est presque devenu une seconde nature. On regarde de haut ce qu’on méprise alors que le trésor qui reste du monde humain est peut-être ce qu’il a rebuté. Pascal Quignard. » (Présentation de Gallimard)

Documentation critique

ARFAOUI, Saïda, « Penser l’amitié avec Pascal Quignard. De Petits traités à Leçons de solfège et de piano », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 40-48. +++ Article de revue

###« Since Petits traités, there has been an evolution in Quignard’s thought about friendship, which moved from a memory-based to an ontology-based approach. Initially, the concept of virtus plays a significant role in shifting the focus from pathos to ethos in his vision of the friendly link. Through this Roman concept, friendship is, for Quignard, closely related to the original dash of the jadis rather than to the individual memory. Through the etymological relation between philia and physis, friendship reconnects with a pre-Socratic physis that hosts the harmony of the opposites. Unbound by the linear human time, it is also withdrawn from the system of symbolic exchanges so much so that friends, according to the author of Leçons de solfège et de piano, «partag[ent] la position sujet en amont du dialogue». However, the anchoring of friendship in the alogos push of physis leads to an ontological denial and returns back to an otherness, so difficult to conceive that we run up against the question of death while raising that of friendship. That’s why it is more appropriate to include the thought of friendship in the movement of the “search”. Indeed, being held prior to various theorizations, Quignard places friendship at the centre of an experience of limits. » (Résumé joint à l’article)

###

BLANCKEMAN, Bruno, « La folle étude », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 33-39. +++ Article de revue

###« Quignard’s Petits traités is a work of and about studies. It is closely linked with the cultural field through what it has to say about literary studies, through the way it defines them with its own specific approach, on the margins of official practices. It is also closely linked with the question of learning, of training, of exercising language, and therefore of thinking, or at least of a certain, speculative, form of thinking. Reading this work brings us back to the question of literary studies in general. Petits traités confronts two dominant views of studying, which map onto two different conceptions of education. The first is inherited from childhood; it therefore maintains the elementary cultural violence of school and identifies with a regime of scholarly servitude. The second is a literary practice; it is therefore a free activity, combined with a search for something: exploring a noetic object which, resistant and approachable all at once, requires an attempt at intensively appropriating knowledge and learning. In the context of a body of works that has gained major recognition, including in the academic sphere, by an author whose status is now fully established in the current literary world, Petits traités allows us to question the evolution of literary studies themselves. » (Résumé joint à l’article)

###

BLANCKEMAN, Bruno, « La tentation du défaut (sur quelques récits d’enfance) », dans Anne Chevalier et Carole Dornier (dir.), Le Récit d’enfance et ses modèles. Colloque de Cerisy-la-Salle (27 septembre au 1er octobre 2001), Caen, Presses universitaires de Caen, 2003, p. 271-279. +++ Chapitre de collectif

###

###

DE HERDT, Irina, « Le rôle du “kairos” dans les Petits traités de Pascal Quignard », Lendemains, vol. 34, no 136 (2009), p. 19-30. +++ Article de revue

###

###

DEMANZE, Laurent, « L’encyclopédisme inactuel de Pascal Quignard. Lecture renaissante des Petits traités », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 68-76. +++ Article de revue

###« Pascal Quignard develops his work against the totalizing ambition of encyclopaedism, by tracking the irrational and the wildness in the depths of our culture. However he is also reviving old forms of encyclopaedism, especially that of the Renaissance. This article attempts to analyze this inactual approach in Petits traités. » (Résumé joint à l’article)

###

GENETTI S., « Sifiloglogia di Pascal Quignard. Una lettura del Petit Traité su Girolamo Fracastoro », Rivista di Letterature Moderne e Comparate, no 60 (2007), p. 51-74. +++ Article de revue

GORRIS CAMOS, Rosanna, « La passion pour Guy Le Fèvre de La Boderie et la flamme sombre du “Zohar” », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 77-91. +++ Article de revue

###« Set against the background of the frequent references to the French and Italian Renaissance scattered in Petits traités – particularly in tome VI – and spanning from Marot to Scève, from Du Bellay to Montaigne, from Ariosto to Strozzi, this close reading of the text concerning the Norman kabalist erudite and poet Guy Le Fèvre de La Boderie (1541-1598) illustrates many recurrent and intertwining themes and images. The sea or riverside (bridges, vessels and shipwrecks), the starlit sky and the color yellow form a highly symbolic hibernal Flemish landscape. Biographical sketches and death scenes, the identification of the author’s life with his work, the solitude and the silent voice of any reader and writer delineate a portrait of the artist. Mystical and philosophical sources and implications of Le Fèvre’s work – especially his orphic voyage Encyclie and his Galliade, both structured in circles – are explained in order to draw a parallel between Quignard’s Petits traités and Le Fèvre’s linguistic dream of reviving the act of creation by reuniting the whole world in a single word. In so far as they are traces and echoes of an originary alphabet, etymology, anagrammatism and toponymy stand out among the means of an obsessive investigation in, and restoration of, the sacred essence of nomination. Defined by the ascensional spirals in his work, Guy’s “passion” is a transcendental quest and, at the same time, an obsessive illusion. » (Résumé joint à l’article)

###

LAPEYRE, Chantal, « Petits traités du ravissement. Lire Pascal Quignard avec Marguerite Duras », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 49-57. +++ Article de revue

###« “Ravishing” occurs fairly rarely in Pascal Quignard’s work, but the phenomenon and its related mechanisms are at the heart of the thinking and logic underpinning the Petits traités. These “treatises” describe ravishing by language, by the body, by Otherness, but also, more strangely, by reading or writing. They contrast these violent experiences of destitution with sudden absences from the self, sudden dispossession, illustrated by the key scene of the songearts villants. In this case, ravishment becomes a fascinating encounter. The Petits traités, which are perhaps a contemporary form of the mystical fable, build up lists of the mechanisms likely to result in an encounter with such terrible and yet also fruitful effects. » (Résumé joint à l’article)

###

MARCOIN, Francis, « Le lecteur comme copiste et naufragé. Une lecture presque romanesque des Petits traités », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 92-98. +++ Article de revue

###« The reader of Pascal Quignard’s work is, we might say, robbed of the faculty of interpretation and reduced to the state of copyist, which is in fact the state that Pascal Quignard also attributes to the author, since it goes hand in hand with a certain desire for all-inclusiveness. This encyclopaedic aspect is boundless and embarks the reader on a sort of odyssey which leads to another figure the writer also associates with the reader, that of the shipwreck victim. Therefore, the act of reading is not related to the notions of invention or originality, although the question of origin repeatedly crops up. The act of reading is seen in its most trivial, sensorial and material form, as a gesture and posture of abandonment. In Petits traités, the “romantic” perspective is connected with the author’s fondness for the sordidissima. » (Résumé joint à l’article)

###

PAUTROT, Jean-Louis, « Petits traités, thésaurus d’une œuvre », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p.14-23. +++ Article de revue

###« I propose that Petits traités be considered the thesaurus of Pascal Quignard’s œuvre, in which the main elements of his style combine into a first original and recognizable expression: a fragmentary form, the appearance of a lexicon that will become inseparable from his works, the affirmation of a theory of literature as rooted in ancient, animal gestures, the intrication of the speculative and the narrative, the exploration of literary and cultural memory, the preoccupation with origins. I show that Petits traités resonates with just about every book that follows, and I argue that the memory thus activated functions in a musical manner in the author and in the reader. » (Résumé joint à l’article)

###

RABATÉ, Dominique, « Réflexion et aveuglement dans les Petits traités », Studi Francesi, vol. 61, no 181 (2017), p. 24-32. +++ Article de revue

###« Written in the late 70s, published in 1990, the Petits traités invent a new form. They are the peculiar solution that Quignard invents to break out from oral speech and philosophy, to assert the paradoxical muteness of literature. He claims to be a «misologue», but does not repeat the reflexive gesture of the late modernity. On the contrary, he points out to the necessary blind spot of vision and of writing. Denying any possibility of self-reflexivity, he favors a tragic speculation about the origin and about the void that gives literature its energy. » (Résumé joint à l’article)

###

FARASSE, Gérard, «17 juillet », dans Philippe BONNEFIS et Dolorès LYOTARD (dir.), Pascal Quignard, figures d’un lettré, Paris, Galilée, 2005, p. 445-453. +++ Chapitre de collectif

###« C’est sur le commentaire de ce tableau [La découverte du corps de saint Alexis] que s’achève le petit traité que Quignard consacre à Georges de La Tour. Peut-être parce que cette toile est la seule dans l’oeuvre du peintre “dont le sens soit assuré” (p. 66). […] Le sens de ces images qu’aucune désignation n’oblitère ou que leur multiplication vient brouiller, devient flottant. S’y ouvre une lézarde qui rend possible l’interpértation. Et Quignard de s’y glisser […]. » (Extrait, p. 447) ###

BLANCKEMAN, Bruno, « Une écriture intraitable », Études françaises, vol. 40, no 2 (2004), p. 13-24. +++ Article de revue

###« Les Petits traités constituent le point d’orgue de l’oeuvre de Pascal Quignard. Mais comment définir leur identité générique ? L’écrivain mène en effet le traité aux confins de la littérature (il brasse plusieurs champs disciplinaires) et à l’intersection de plusieurs catégories littéraires, l’une romanesque, l’autre poétique. Intraitable alors, le traité ? L’article montre comment cette indécidabilité statutaire et générique relaie une visée intime (s’écrire à la source, au plus près des pulsations de la psyché, dans les dénivelés et les heurts de la conscience) et une visée spéculative (faire jouer le texte, pointer ses failles, ses lacunes, les gouffres qu’il recouvre, donner ainsi à entendre une “alerte au néant”, selon la formule de Jean-François Lyotard). » (Résumé joint à l’article)

###

BOSMAN-DELZONS, Christine, « Pascal Quignard, un passeur de vies », Rapports Het Franse boek, vol. 68, no 3 (1998), p. 156-165. +++ Article de revue

MONTOYA-CAMPUZANO, Pablo, « Las músicas de Pascal Quignard », Revista Universidad de Antioquia, vol. 276 (avril-juin 2004), p. 68-75. +++ Article de revue

RIENDEAU, Pascal, « Les Petits traités de Pascal Quignard : une nouvelle éthique du lecteur et de la lecture », Dalhousie French Studies, vol. 64 (automne 2003), p. 101-110. +++ Article de revue

###

###

WYBRANDS, Francis, « Un trouble au pays de l’écriture : les Petits traités de Pascal Quignard », Études, vol. 386, no 1 (janvier 1997), p. 91-94. +++ Article de revue

CHAZAUD, Olivier, « L’écriture à l’épreuve de la défaillance », Scherzo, dossier « Pascal Quignard », sous la direction de Richard ROBERT, no 9 (septembre-novembre 1999), p. 37-41. +++ Article de revue

###« Ouvrons les Petits traités. Rien n’y est plus vigoureusement contesté que l’idée même de maîtrise. Du côté du lecteur, bien entendu, si prompt à s’identifier à son propre désir d’identification (donc d’aliénation). Du côté de l’écrivain, également, pour autant qu’il ne cède pas au leurre de fétichiser son expérience en objet de savoir » (extrait, p. 37-38). ###

ROGER, Jérôme, « L’essai, point aveugle de la critique ? », Études littéraires, vol. 37, no 1 (automne 2005), p. 49-65. +++ Article de revue

### « Une réflexion sur l’essai critique contemporain ne peut faire l’économie de la perspective historique, tant le terme d’“essai” est porteur de malentendus. Quoi de commun en effet entre l’entreprise téméraire de Michel de Montaigne et l’institutionnalisation progressive de l’essai comme discours de maîtrise du savoir ? L’article se propose de comparer tout d’abord le début des XXe et XXIe siècles, en interrogeant les oeuvres parallèles de Proust et de Péguy, qui s’approprient la forme de l’essai critique pour se démarquer du positivisme et inventer un nouveau mode de relation avec le lecteur. La situation est à la fois plus trouble et plus tendue aujourd’hui, alors que l’écrivain ne peut faire oeuvre critique, au plein sens du terme, que sous des formes indécidables, comme c’est le cas de Pascal Quignard et de Richard Millet, ou bien, à l’instar de Nancy Huston et de Florence Delay, en mettant en valeur ce qui résiste au concept : la force de répulsion ou de séduction des oeuvres. Ces voix dissidentes, que les stratégies éditoriales hésitent à légitimer, permettent pourtant de comprendre la façon dont la littérature nous donne à penser, autrement que dans le champ des savoirs cautionnés par l’institution. » (Résumé joint à l’article)

###

LEPAPE, Pierre, « Chasser, lire, écrire : le silence des traces », dans Adriano MARCHETTI (dir.), Pascal Quignard, la mise au silence, Seyssel, Champ Vallon, 2000, p. 75-84. +++ Chapitre de collectif

###Chapitre portant aussi sur Rhétorique spéculative.

« On irait sans doute trop vite et sur un terrain trop instable en affirmant qu’il est possible d’organiser l’ensemble des opérations de lecture et de littérature – écrite et non-écrite – autour de ces deux axes de l’interprétation de l’invisible, l’un, celui des chasseurs, tout entier porté vers la métonymie (la transposition, la contiguïté) ; l’autre, celui des prêtes, entraîné vers la métaphore (le transport, l’analogie). Contentons-nous donc de remarquer que les livres de Pascal Quignard invitent avec vigueur à explorer ce chemin qui retourne vers les sources – Tout ce qui crée, dit-il, fait entendre l’origine – et que la métaphore n’est pas leur manière préférée de se mouvoir. » (Extrait, p. 78-79) ###

WALD LASOWSKI, Patrick, « Les Tragiques », Revue des sciences humaines (Lille), dossier « Pascal Quignard », sous la direction de Dolorès LYOTARD, no 260 (octobre-décembre 2000), p. 237-246. +++ Article de revue

KRISTEVA, Irena, « Pascal Quignard : la fascination du fragmentaire », thèse de doctorat, département des lettres, Université Paris 7, 2005, 392 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« La singularité des Petits traités a suscité le désir de problématiser cette oeuvre de Pascal Quignard en évitant toutefois de la réduire à des schémas interprétatifs. Le problème de la “Fascination du fragmentaire” est déployé en trois parties. La première partie, “Rhétorique du fragment”, vise à décortiquer la rhétorique spéculative et à souligner la discontinuité narrative supposée par le fragment. La deuxième, “Poétique du mythe”, à relever les enjeux du mythe qui assure la continuité du récit fragmentaire. Et finalement, la troisième, “Éclats esthétiques du fascinant” : regarder, écouter, lire, - à jeter de la lumière sur le fonctionnement de la fascination du sujet par l’Autre qu’il regarde, écoute, lit. L’effet de fascination, provoqué par les traités quignardiens, est dû au bouleversement des attributions conventionnelles d’identité et d’existence. Quant au fragment, il représente pour l’écrivain le dépôt déposé par le mouvement de la pensée. À la fois trace et négation d’une mémoire particulière, par lesquelles on accède à l’originel en empruntant la voie de l’anamnèse, le fragment renvoie à l’absence en tant que “principe” organisateur des Petits traités. Témoin de l’échec de toute tentative de remplir le vide, d’échapper au rien, de tromper la mort, il permet une entrée adéquate dans leur structure. Le fascinus, qui s’y incorpore par l’instant, est le trait essentiel du fragment. Le mythe, qui s’évertue à établir un lien entre la parole et le silence, assure l’articulation narrative de la succession des fragments. » (Résumé joint à la thèse)

« The peculiarity of the Little treatises has aroused the desire to problematize this work of Pascal Quignard, avoiding however its reduction to interpretative schemes. The problem of the “Fascination of fragmentary” is unfolded in three parts. The first one, “Rhetoric of fragment”, aims at dissecting the speculative rhetoric and emphasising the narrative discontinuity supposed by the fragment. The second one, “Poetic of myth”, aims at showing the stakes of the myth that assures the continuity of the fragmerrtary story. And finaly, the third one, “Aestetical components of the fascinating” : look, listen, read, aims at bringing tight to the workings of subject’s fascination by the Other whom this subfect looks at, listens to, reads. The fascinating effect of Quignard’s treatises is due to the upheavai of the conventional attributions of identity and existence. As to the fragment, it represents for the writer a kind of sediment settled by the mouvement of thought. At the same time trace and negation of a specifie memory, through which we reach the original by the way of anamnesis, the fragment refers to the absence as a “principle” that organizes the Little treatises. Witness of the failure of every attempt to fit the emptiness, to elude the nothing, to fool the death, he allows an appropriate entry in their structure. The fascinus, which incorporates in it by the instant, is the essentiel feature of the fragment. The myth, which struggles to estabtish a relationship between the word and the silence, ensures the narrative articulation of the fragments’ sequence. » (Abstract) ###

BLANCKEMAN, Bruno, « La transposition dans la transposition: les Petits Traités de Pascal Quignard », Protée, vol. 31, no 1 (printemps 2003), p. 101-115. +++ Article de revue

### « Pascal Quignard est l’un des écrivains français majeurs de la littérature immédiatement contemporaine. Les Petits Traités, son œuvre principale, peuvent être rattachés au genre du traité tel que l’âge classique le pratiqua. Plusieurs éléments attestent de cette filiation : l’importance de certains topiques comme le sentiment de la langue ou du chaos ; l’usage d’argumentaires à visée didactique ; le recours fréquent à une pensée de type axiomatique. Mais chez Quignard, le traité est l’objet d’un double processus de transposition, l’un qui tend à le fictionnaliser de façon romanesque, l’autre à l’accomplir sur un plan poétique. Chacune de ces opérations est à la fois cumulative et réversible. Le traité devient ainsi un lieu littéraire dans lequel le penseur est confronté à l’instabilité de sa propre démarche de connaissance - figure d’un lettré des temps modernes au savoir et au pouvoir soumis à l’épreuve du doute autant que de la mélancolie. » (Résumé joint à l’article)

KRISTEVA, Irena, Pascal Quignard. La fascination du fragmentaire, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2008, 351 p. +++ Monographie

### « La singularité des Petits traités, l’oeuvre majeure de Pascal Quignard, suscite le désir de définir la problématique de l’ouvrage en évitant toutefois de le réduire à des schémas interprétatifs. Le problème de la Fascination du fragmentaire est déployé en trois temps. Le premier vise à décortiquer la rhétorique spéculative et à souligner la discontinuité narrative supposée par le fragment. Le deuxième relève les enjeux du mythe qui assure la continuité du récit fragmentaire ; le troisième éclaire le fonctionnement de la fascination du sujet par l’Autre qu’il regarde, écoute, lit. » (Présentation de l’éditeur) ###

GENETTI, Stefano, « Fragments de vie, de corps, de langue: Littré et Pascal Quignard, littéraires », Contemporary French and Francophone Studies, vol. 18, no 3 (2014), p. 234-241. +++ Article de revue

### « Pascal Quignard’s biographical petit traité concerning Littré is analysed in a metalinguistic and metaliterary perspective. The metamorphosis of the lettré into his own work and Littré’s archaistic translations of Homer and Dante support a vision of literary language which is both literal and legendary, achronological and heterotopian. » (Résumé joint à l’article)

L’article est en français.

PLOUVIER, Paule, « Le sujet aphoristique. À propos de Quignard », dans Pierre PIRET (dir.), La littérature à l’ère de la reproductibilité technique. Réponses littéraires aux nouveaux dispositifs représentatifs créés par les médias modernes. Penser la représentation I, Paris, L’Harmattan (Champs visuels), 2007, p. 75-85. +++ Chapitre de collectif

LESTRINGANT, Frank, « De Louis Cordesse et de quelques procédés rhétoriques à la renaissance. Additif aux Petits traités de Pascal Quignard », Revue des sciences humaines (Lille), dossier « Pascal Quignard », sous la direction de Dolorès LYOTARD, no 260 (octobre-décembre 2000), p. 147-165. +++ Article de revue

### « Une manière contre une autre. Quignard cultive le maniérisme de la rupture, de préférence au maniérisme du raccord. Le fragment contre l’essai. La Bruyère ou Pierre Nicole, La Rochefoucauld surtout, plutôt qu’Érasme ou Montaigne. Anticicéronien comme Montaigne, Quignard surenchérit et se proclame de surcroît antisénéquien. […] Le sublime de Quignard est un sublime de la rétention et de la perte brusque, une écriture de l’à-pic, “le logos déchirant le legein qui est à sa source”, et révélant la fascinante nudité de l’être, l’abîme de la chair ouvert sous les mots. » (Extrait de la conclusion, p. 165) ###



Petits traités (oeuvre)
TitrePetits traités
AuteurPascal Quignard
Parution1990
TriPetits traités
Afficheroui

Outils de la page

complaint