Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Port-Soudan

Olivier Rolin, Port-Soudan, Paris, Seuil (Fictions & cie), 1994, 128 p.

« C’est à Port-Soudan que j’appris la mort de A. Les hasards de la poste dans ces pays firent que la nouvelle m’en parvint assez longtemps après que mon ami eut cessé de vivre. Un fonctionnaire déguenillé, défiguré par la lèpre, porteur d’un gros revolver noir dont l’étui était noué à la ceinture par une lanière de fouet en buffle tressé, me remit la lettre vers la fin du jour. Son visage sans lèvres, aux oreilles en crêtes de coq, était un perpétuel ricanement. On eût dit son corps sculpté dans le bois sardonique d’une danse macabre. Comme presque tous ceux qui survivaient dans la ville, son office principal était d’ailleurs le racket et l’assassinat. Comment s’était-il procuré le pli, je l’ignore. Peut-être l’avait-il volé à la Mort elle-même. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

LAMARRE, Mélanie, « Un “patriote déçu”. Sur trois romans d’Olivier Rolin », Revue des Sciences Humaines, n° 299 (mars 2010), [n.p.]. +++ Article de revue

###« Les certitudes sont-elles également l’apanage du “patriote déçu” qui prend la parole dans les romans d’Olivier Rolin ? La critique véhémente de la France contemporaine portée par les narrateurs de Port-Soudan, de Méroéet de Tigre en papierpeut le faire croire. Pourtant, comme l’analyse Mélanie Lamarre, Olivier Rolin ne conçoit pas la littérature comme le lieu du dévoilement de “la” vérité, mais comme une tentative d’élucidation de soi à la faveur de personnages par lesquels il se fictionnalise. Dans cette perspective, la figure du polémiste est aussi celle de l’écrivain mélancolique qui, au miroir d’une époque décrite comme celle qui frappe d’archaïsme “un univers de représentations à la fois intimes et collectives”, prend conscience des paradoxes qui le fondent et ne cesse de creuser l’énigme de sa propre identité. Dans le questionnement qu’ils lancent au soi et à l’héritage, les romans d’Olivier Rolin apparaissent comme l’expression d’une “contemporanéité inquiète”, “avide d’interroger le passé afin de combler le sentiment de discontinuité qui l’habite”. »
(Extrait de l’avant-propos, reproduit sur le site de Fabula) ###

DELCROIX, Maurice, « Lectures de Port-Soudan », dans Luc RASSON et Bruno TRITSMANS (dir.), Olivier Rolin: Littérature, histoire, voyage, Amsterdam, Rodopi, 2008, p. 13-24. +++ Chapitre de collectif

BRIGNOLI, Laura, « Port-Soudan et la critique de la société », dans Luc RASSON et Bruno TRITSMANS (dir.), Olivier Rolin: Littérature, histoire, voyage, Amsterdam, Rodopi, 2008, p. 65-74. +++ Chapitre de collectif

TRITSMANS, Bruno, « Tropismes exotiques et petites géographies: Rolin écrivain-voyageur », dans Luc RASSON et Bruno TRITSMANS (dir.), Olivier Rolin: Littérature, histoire, voyage, Amsterdam, Rodopi, 2008, p. 117-125. +++ Chapitre de collectif

### Porte également sur Mon galurin gris: petites géographies ###

RASSON, Luc, « Le postmodernisme critique d’Olivier Rolin : à propos de Port-Soudan », Lettres Romanes, vol. 52, n° 3-4 (août-novembre 1998), p. 331-339. +++ Article de revue

TRITSMANS, Bruno, « Brouillards d’automne chez Julien Gracq et Olivier Rolin », Alain MONTANDON (dir.), L’Automne, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2007, p. 389-398. +++ Article de revue

### Porte également sur Méroé ###

LAMARRE, Jean-Marc, « La littérature, l’héroïsme et l’histoire », Le Télémaque, n° 23 (2003), p. 11-20. +++ Article de revue

### Résumé
Y a-t-il encore place pour une morale de l’héroïsme ? Pour Olivier Rolin, il semble bien que non, même s’il en a porté la possibilité jusqu’à sa plus extrême limite. Ou bien n’en était-ce que la caricature ? Et, partant l’indication de sa disparition – la perte irrémédiable. N’y a-t-il d’héroïsme que dans la visée de l’absolu et l’acceptation de la mort ? Ou peut-on concevoir, avec Hannah Arendt, une autre dimension de l’héroïsme où s’exprime le pouvoir proprement humain de réinventer, toujours, un monde neuf ? N’y a-t-il d’héroïsme que tragique ? Seule la littérature peut alors en porter l’ombre et l’éblouissement, et s’il prend une forme ridicule ou comique, c’est la littérature encore qui en permet, de façon non moins tragique, l’expression la plus juste.

Porte également sur Tigre de papier

Lamarre, 2003, HTML ###



Port-Soudan (oeuvre)
TitrePort-Soudan
AuteurOlivier Rolin
Parution1994
TriPort-Soudan
Afficheroui

Outils de la page

complaint