Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Portrait d'un inconnu

Nathalie Sarraute, Portrait d’un inconnu, Paris, Robert Marin, 1948, 238 p.

« Sous l’apparence conventionnelle de deux personnages - un vieil «avare» et sa fille - sous leurs attitudes, leurs paroles, leurs pensées, celui qui raconte cette histoire découvre un monde invisible. C’est comme une vision au microscope. Mais ce qui se révèle ainsi est tellement complexe, rapide, insaisissable qu’il finit par être contraint d’abandonner et de revenir à l’apparence, aux conventions.
Une passionnante exploration que ne permettent pas les formes du roman traditionnel. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

SIMONSEN, Karen-Margrethe, « The Poetic Microscope: Puzzle-Pictures, Portraits and Other (In)Visibilities in Nathalie Sarraute’s Portrait d’un inconnu », dans Karen-Margrethe SIMONSEN, Marianne Ping HUANG et Mads Rosendahl THOMSEN, Reinventions of the Novel: Histories and Aesthetics of a Protean Genre, Amsterdam, Rodopi, 2004, p. 227-241. +++ Chapitre de collectif

TOBIASSEN Elin Beate, Vers l’instant: Lecture de Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute, Berne, Peter Lang, 2003, 225 p. +++ Monographie

### Sommaire
Première étape: Vers le portrait
Deuxième étape: Vers le gouffre
Troisième étape: Vers l’instant
Tropisme et épiphanie ###

CORMIER, Christine, « Topos, tropismes et toponymes dans Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », Études Françaises, vol. 36, n° 1 (2000), p. 109-125. +++ Article de revue

### Résumé
La poétique de Nathalie Sarraute se situe au coeur d’une tension entre le non nommé et le code qu’est la langue, ce qui se traduit dans le texte par une dynamique entre le tropisme et le lieu commun (celui-ci pris dans une définition très large). Dans Portrait d’un inconnu, un des phénomènes désignés comme lieux figés est la mise en série de noms de lieux. Une microlecture de ce phénomène fait entendre le jeu des conflits entre les personnages, alors que l’implicite permet de préciser l’enjeu des conflits dits/non dits par la conversation banale.

Abstract
Nathalie Sarraute’s -poetics stands at the core of a tension between the unnamed and the code that is language, the result is a texte driven by the dynamics between tropism and the commonplace (taken in a broad definition). In Portrait d’un inconnu, one of the phenomenon the text bears to the attention of commonplace is the serialization of places-names. A microreading of such a phenomenon lets hear the conflict between the characters and through the implicitness what is at stake and said/nonsaid in those hackneyed conversational sentences.

Cormier, 2000, PDF ###

GJERDEN, Jorunn S., « Le Portrait selon Nathalie Sarraute: Configurations du sujet moderne dans Portrait d’un inconnu et Ici », Revue Romane, vol. 34, n° 2 (1999), p. 265-284. +++ Article de revue

GOSSELIN-NOAT, Monique, « Vertiges et prestiges de l’espace dans Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », Roman 20-50: Revue d’Etude du Roman du XXe Siècle, dossier « Études sur Portrait d’un inconnu et Tu ne t’aimes pas de Nathalie Sarraute », vol. 25 (juin 1998), p. 5-22. +++ Article de revue

SAMU, Draman, « Les aventures du roman : une étude narratologique, textuelle et sociocritique d’Eugenie Grandet d’Honore de Balzac et de Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », thèse de doctorat, Queen’s University, 1994, 345 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest. ###

GERVAIS, Kelly, « Portrait d’un connu: A Comparative Analysis of the Speech Acts in the Novel Portrait d’un inconnu and the Autobiography Enfance of Nathalie Sarraute », New Novel Review: Nueva Novela/Nouveau Roman Review, vol. 2, n° 2 (avril 1995), p. 44-59. +++ Article de revue

CLAYTON, Alan J., « Nathalie Sarraute et Rainer Maria Rilke : une course de relais jamais interrompue », La Revue des Lettres Modernes: Histoire des Idees et des Litteratures, n° 1133-1141 (1993), p. 67-92. +++ Article de revue

DESORMIÈRE, Catherine, « Nathalie Sarraute et Rainer Maria Rilke: La Lisière de la métamorphose », La Revue des Lettres Modernes: Histoire des Idees et des Litteratures, n° 1133-1141 (1993), p. 93-119. +++ Article de revue

MIGUET, Marie, « Nathalie Sarraute et les chefs-d’œuvre inconnus : lecture intertextuelle de Portrait d’un inconnu », Revue des Sciences Humaines, vol. 93, n° 217 [1] (janvier-mars 1990), p. 127-138. +++ Article de revue

WIKTOROWICZ, Cécilia, « Espace artistique et tropismes dans Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », Protée: Théories et Pratiques Sémiotiques, vol. 18, n° 1 (hiver 1990), p. 101-109. +++ Article de revue

BRUNEL, Pierre, « ‘Dieppe .. on parlait de Dieppe’: Essai de lecture comparatiste d’une page de Nathalie Sarraute », Neohelicon: Acta Comparationis Litterarum Universarum, vol. 12, n° 1 (1985), p. 17-25. +++ Article de revue

### Brunel, 1985, PDF ###

MINOGUE, Valerie, « The Imagery of Childhood in Nathalie Sarraute’s Portrait d’un inconnu », French Studies: A Quarterly Review, n° 27 (1973), p. 177-186. +++ Article de revue

WIKTOROWICZ, Cécilia, « Spatialisation, sens et tropismes dans Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », mémoire de maîtrise, département des littératures, Université Laval, 1988, 183 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

ENGLISH, Jeri Lin, « Les stratégies préfacielles au féminin : les métamorphoses des préfaces aux oeuvres de femmes au vingtième siècle », thèse de doctorat, University of Toronto, 2007, 231 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
En gardant en tête le statut complexe et changeant des femmes par rapport à l’institution littéraire française, nous cherchons dans cette thèse à tracer l’évolution des préfaces allographes et auctoriales aux ouvres de femmes du vingtième siècle. Puisque l’une des fonctions principales de la préface est la mise en valeur de l’oeuvre préfacée, il n’est pas surprenant que les femmes, largement exclues du champ littéraire au dix-neuvième siècle, se soient prévalu de préfaces allographes signées par des écrivains consacrés afin de promouvoir leurs récits. Au vingtième siècle, au contraire, on remarque que c’est plutôt la préface auctoriale qui domine: l’écrivaine prend elle-même la parole pour présenter son propre texte.
Plusieurs questionnements soutiennent cette thèse: quels rôles les préfaces allographes aux textes de femmes jouent-elles au cours du vingtième siècle, à une époque où les rapports entre les femmes et l’institution littéraire française ne sont plus aussi problématiques qu’ils l’étaient auparavant? Quels sont les effets d’une prise de parole paratextuelle au féminin? Quelles sont les stratégies discursives mises en jeu lors de la rédaction d’une préface à un récit d’auteure?
Afin de répondre à ces questions, nous étudions certaines préfaces rédigées à des textes de femmes au cours du vingtième siècle. Il s’agit dans le premier chapitre de consolider les bases de notre projet en examinant le point de jonction entre le discours préfaciel, l’institution littéraire et les écrivaines. Dans les deuxième et troisième chapitres, nous analysons quatre préfaces allographes célèbres: celle de Maurice Barrès à Monsieur Vénus de Rachilde, celle de Jean Paulhan à Histoire d’O de Pauline Réage, celle de Jean-Paul Sartre à Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute et enfin, celle de Simone de Beauvoir à La Bâtarde de Violette Leduc. Dans les quatrième et cinquième chapitres, nous nous penchons sur les paratextes auctoriaux de deux incontournables: Marguerite Yourcenar et Simone de Beauvoir. Au terme de cette analyse, nous aurons montré que le genre préfaciel connaît certaines métamorphoses radicales au cours du vingtième siècle et que les enjeux de la préface à une oeuvre d’auteure ne sont plus ce qu’ils étaient autrefois.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

LEE, Deborah Jean, « From fission to fusion: The evolution of the reader’s role from modernist to postmodernist French fiction », thèse de doctorat, Brown University, 1991, [nombre de feuillets inconnu]. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
The demands made on the reader by the twentieth-century French novel have changed as novelists have reacted against the norms of realism. Those changes constitute a two-stage evolution: from fission, or the demand to split oneself into two roles, which I call the realist reader and the modernist (or skeptical) reader, to fusion, or the demand to overcome the split by linking textual fragments, thus playing the postmodernist reader. Fusion also implies the ability to make connections between opposites, like subject/object, text/reader and fiction/reality.
The works I study are all non- or anti-realist novels that exemplify the evolution of the reader’s role since realism. I start with Flaubert’s Bouvard et Pecuchet because Flaubert is the novelist most often cited as the great precursor of everything from realism to postmodernism. It still seems important to understand how we read Flaubert today, and so I approach him though the entry about him in E.D. Hirsch’s Dictionary of Cultural Literacy, which leads to a consideration of modernist and postmodernist readings of Flaubert.
Sartre’s La nausée offers a clear example of the modernist reader’s role, since it asks the reader to suspend and resist her expectations of realist convention without questioning the underlying referential illusion. Nathalie Sarraute’s Portrait d’un inconnu also demands a modernist reader, but her interest in psychology adds new dimensions to what the reader is asked to do. Robbe-Grillet’s Dans le labyrinthe is an anti-realist book that calls for the death of the realist reader. But in so doing, it offers a different kind of identification, metafictional identification, to replace reader-hero identification, and it also raises the possibility of fusion. Maurice Roche’s Compact makes full use of metafictional identification and of fusion and, thus, demands a completely postmodernist reader. In my Conclusion, I take a look at the recent works of autofiction by Sarraute, Robbe-Grillet and Roche. These hybrid works fuse fiction and reality, raising intriguing new possibilities for the continued evolution of the reader’s role. ###

GOURLEY, Sharon, « Le cliche et la poésie : Autour du Portrait d’un inconnu de Nathalie Sarraute », mémoire de maîtrise, University of Calgary, 1990, 130 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Dans cette thèse nous traitons principalement le rapport symbiotique qui, selon Sarraute, existe entre la conversation et la sous-conversation.
Tout d’abord nous examinons le rôle et le fonctionnement du cliche dans le langage–son râle phatique, son inévitabilité pour tout locuteur–et l’insuffisance du langage pour tout dire, surtout l’unicité de l’individu.
Nous abordons également la “philosophie” sarrautienne qui nous conduit a croire qu’il y a deux réalités–celle de la conversation et celle de la sous-conversation.
Nous montrerons, d’ailleurs, que, à la difference de Sartre, Nathalie Sarraute n’est pas une écrivaine engagée. Elle ne prétend nullement que l’une des realités est préférable a l’autre. Nous signalerons qu’une interprétation sartrienne de l’oeuvre sarrautienne va a l’encontre de ce que Sarraute cherche a faire. Nous soulignons le fait que Sarraute ne cesse pas d’affirmer l’interdépendance des deux réalités. ###

RAILLARD, Georges, « Notes en marge d’un “livre difficile” : Portrait d’un inconnu », Littérature, dossier « Nathalie Sarraute », n° 118 (juin 2000), p. 35-42. +++ Article de revue

### Abstract
Sartre’s Preface abounds in references to painting, explored and diversi-fied to illuminate — as Rimbaud would have it — this and the work.

Raillard, 2000, PDF ###



Portrait d'un inconnu (oeuvre)
TitrePortrait d'un inconnu
AuteurNathalie Sarraute
Parution1948
TriPortrait d'un inconnu
Afficheroui

Outils de la page

complaint