Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Pour un oui ou pour un non

Nathalie Sarraute, Pour un oui ou pour un non, Paris, Gallimard (Blanche), 1982, 57 p.

« Dans une action concentrée, où tout ce qui compte est ce qui n’est pas dit, deux hommes s’affrontent, prennent à tour de rôle la position du dominant ou du dominé, deux amis se brouillent - peut-être - «pour un oui ou pour un nom». La tension qui existe sous les mots les plus simples, les mouvements physiologiques et psychiques souterrains communiquent au public une sensation de malaise, en même temps qu’ils le fascinent. Car cette dispute est la nôtre, ces mots, nous les avons prononcés, ces silences, nous les avons entendus. Tout un passé refoulé se représente, une profondeur inconsciente, des pulsions agressives. Par les mots, nous nous déchirons nous-mêmes, et nous déchirons les autres. Mais le silence est pire. »
(Quatrième de couverture)

Documentation critique

VERRIER, Jean, « Sur le théâtre radiophonique », dans Joëlle GLEIZE et Anne LEONI (dir.), Nathalie Sarraute, un écrivain dans le siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2000, p. 83-91. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque international de l’Université de Provence - Janvier 1996. ###

HUBERT, Marie-Claude, « L’incarnation de la voix », dans Joëlle GLEIZE et Anne LEONI (dir.), Nathalie Sarraute, un écrivain dans le siècle, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2000, p. 93-103. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque international de l’Université de Provence - Janvier 1996. ###

PHILLIPS, John, « Chapter eight : The Bad Breast », dans Nathalie Sarraute : Metaphor, Fairy-Tale and the Feminine of the Text, New York, Peter Lang (Writing About Women : Feminist Literary Studies, vol. 13), 1994, p. 193-220. +++ Monographie

PHILLIPS, John, « Language on trial : Nathalie Sarraute’s Pour un oui ou pour un non », La Chouette, n° 19 (novembre 1987), p. 43-53. +++ Article de revue

ROTHENBERG, John, « The Problem of Character in the Theatre of Nathalie Sarraute », Nottingham French Studies, vol. 40, n° 2 (automne 2001), p. 37-45. +++ Article de revue

###Étude de Pour un oui ou pour un non (1982), Le silence (1967) et Elle est là (1978). ###

ER, Ayten, « Logo-Dram ve Bir Uygulama : Nathalie Sarraute’un Sudan Bir Nedenle’si », Frankofoni, vol. 9 (1997), p. 215-225. +++ Article de revue

MINOGUE, Valerie, « Voices, virtualities and Ventriloquism : Nathalie Sarraute’s Pour un oui ou pour un non », French Studies, vol. 49, n° 2 (avril 1995), p. 164-177. +++ Article de revue

###Abstract (EBSCO)
« Studies virtualities in Nathalie Sarraute’s play Pour un oui ou pour un non. Transitory feeling ; Chasms that lie behind apparent trivialities ; Operation of linguistic tyrannies ; Paralyzing power of truths in common places. » ###

WAHL, Philippe, « Sarraute : “C’est ça, hein ?”. Aléas de la référence », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 23-40. +++ Chapitre de collectif

BERNARD, Michel, « “Mes mots à moi” : aperçus lexicométriques sur l’oeuvre de Nathalie Sarraute », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 59-69. +++ Chapitre de collectif

FAVRIAUD, Michel, « La ponctuation de Nathalie Sarraute ou le théâtre de la phrase », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 163-173. +++ Chapitre de collectif

CHAUDIER, Stéphane, « Sarraute, l’hyperbole et le soupçon », dans Agnès FONTVIELLE et Philippe WAHL (dir.), Nathalie Sarraute : du tropisme à la phrase, Lyon, Presses Universitaires de Lyon (Textes & Langue), 2003, p. 247-254. +++ Chapitre de collectif

LASSALLE, Jacques, « Nathalie Sarraute ou l’obscur commencement », dans Conférences : Elisabeth Badinter, Lucette Finas, Jacques Lassalle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2002, p. 43-65. +++ Chapitre de collectif

###Une étude critique mêlée à des digressions et des entretiens avec Sarraute ###

RYKNER, Arnaud, « Le petit pan du mur rose », Critique, vol. 58, n° 656-657 (hiver 2002), p. 94-104. +++ Article de revue

###Rykner étudie, entre autres, Pour un oui ou pour un non (1982) et Enfance (1983).

« […] Sarraute se situe, elle, en amont non en aval du langage, comme si elle tentait - et réussissait - l’impossible pari de se tenir résolument dans l’envers de l’écran, dans l’en-deçà de la coupure (là où gît le tropisme lui-même, qui n’est peut-être que la forme poétique contemporaine du Réel). L’échec du langage, vécu jusque là comme une catastrophe, devient la matière même de l’oeuvre, et son triomphe propre. Derrière l’écran des mots, le monde vient enfin à naître, dans une sorte de big bangcontinu, dont la déflagration est la marque même de la vie - la vie est là, ni simple, ni tranquille, mais bien à l’état pur. » (Extrait, p. 104)

Article publié à nouveau, en 2004, dans :
RYKNER, Arnaud, « IV. Le petit pan de mur rose », dans Pans. Liberté de l’oeuvre et résistance du texte###

RYKNER, Arnaud, Théâtre du nouveau roman : Sarraute, Pinget, Duras, Paris, José Corti, 1988, 240 p. +++ Monographie

### Rykner, 1988, PDF ###

EIGENMANN, Éric, La Parole empruntée. Sarraute, Pinget, Vinaver : théâtres du dialogisme, Paris, L’Arche, 1996, 256 p. +++ Monographie

ROTHENBERG, John, « Gender in Question in the Theatre of Nathalie Sarraute », Forum for Modern Language Studies, vol. 35, n° 3 (été 1999), p. 311-320. +++ Article de revue

FERRATO-COMBE, Brigitte, « Le théâtre de Nathalie Sarraute : à lire, à voir, à écouter ? », dans Jean-François LOUETTE (dir.), Impossibles théâtres XIXe-XXe siècles, Chambéry, Comp’ Act (L’acte même), 2005, p. 216-229. +++ Chapitre de collectif

SELLIER, Pauline, « Théâtre et polyphonie dans Le Square de Marguerite Duras et Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute », dans Bernard ALAZET et Mireille CALLE-GRUBER (dir.), Marguerite Duras 1. Les récits des différences sexuelles, Paris-Caen, Lettres Modernes Minard, 2005, p. 155-185. +++ Chapitre de collectif

###Compte rendu de l’ouvrage disponible sur Fabula. ###

RYKNER, Arnaud, « Théâtre et cruauté : les écorchés de la parole », Autour de Nathalie Sarraute, Paris, Les Belles Lettres (Série Littéraires, vol. 4, Annales littéraires de l’Université de Besançon, n° 580), 1995, p. 241-255. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque international de Cerisy-La-Salle des 9 au 19 juillet 1989. ###

ROTHENBERG, J., « Imagery in the Theatre of Nathalie Sarraute », Neophilologus, vol. 82, n° 3 (juillet 1998), p. 385-392. +++ Article de revue

VINAVER, Michel, « Pour un oui ou pour un non », dans Écritures dramatiques. Essais d’analyse de textes de théâtre, Arles, Actes Sud, 1993, p. 15-45. +++ Monographie

GARAND, Dominique, « Le théâtre du malentendu », dans Eero TARASI (dir.), Acta Semiotica Fennica XVI, Finland, International Semiotics Institute at Imatra, Semiotic Society of Finland, 2003, p. 153-164. +++ Article de revue

RYNGAERT, Jean-Pierre, « Représentations de la parole », dans Monique GOSSELIN-NOAT et Arnaud RYKNER (dir.), Nathalie Sarraute et la représentation, Lille, Roman 20-50 (Actes), 2005, p. 81-88. +++ Chapitre de collectif

###« La représentation des pièces de Nathalie Sarraute pose de manière plus radicale que d’autres la question de l’incarnation du verbe par des personnages, de l’apparence physique de ceux-ci et du style de jeu imposé par la mise en scène ; à un moindre degré, se pose la question du choix de l’espace, qui participe à l’effet de réel, à l’impression que nous assistons à un drame qui a bien lieu dans le monde, le nôtre, et parfois dans un espace social identifiable, celui des milieux bourgeois et intellectuels. Or, la pluspart des mises en scène à ce jour ne servent pas forcément ce qu’Arnaud Rykner appelle, à juste titre, le logo-drame, ou le “drame de parole”. Pourtant, l’analyse dramaturgique du texte de Pour un oui ou pour un non, exemple sur lequel je m’attarderai, confirme qu’il s’agit bien là de l’essentiel. L’ambiguïté qui demeure n’est peut-être pas entièrement à la charge de la représentation ou du style de jeu dominant. Il est possible que certaines déclarations de Sarraute elle-même, notamment à propos du tropisme, ne soient pas étrangères aux interprétations de type psychologique que nous connaissons. » ###



Pour un oui ou pour un non (oeuvre)
TitrePour un oui ou pour un non
AuteurNathalie Sarraute
Parution1982
TriPour un oui ou pour un non
Afficheroui

Outils de la page

complaint