Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


René-Daniel Dubois - ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

MOSS, Jane, « “Still crazy after all these years”. The uses of madness in recent Quebec drama », Canadian Literature, no 118 (automne 1988), p. 35-45. +++ Article de revue

###

###

D’ANGER, Tanya Margaret, « New World Visions : A Textual Analysis of the Plays of Normand Chaurette, René-Daniel Dubois and Jean Marc Dalpé, from 1975-1996, Exploring their Growing Preoccupation with the Status and the Role of the Individual in the Western Society », thèse de doctorat, Graduate Centre for Study of Drama, Université de Toronto, 2003, 296 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract

This thesis proposes the work of francophone playwrights Normand Chaurette, René-Daniel Dubois, and Jean Marc Dalpé as major illustrations of the post-Referendum detachment from sovereigntist politics that characterised the mainstream of French-Canadian theatre from the early 1980s on, and as illustration of a subsequent focus on the status and role of the individual in western society. It explores the evolution of these playwrights’ dramaturgy, in selected plays, from their earliest works in 1975, 1979, and 1982, respectively, up to 1996, one year after the second Quebec Referendum, demonstrating evidence of a significant shift within each corpus subsequent to the 1980 Referendum vote. My primary concern is with the texts these authors have produced over the years in question, and the methodology I have chosen offers a close textual analysis that seeks to represent an original contextualisation in the continuum of world theatre.

From a methodological perspective, my joint focus on the role of the artist and on questions of identity has led to a consideration of how a playwright’s dramatic vision evolves and matures over an extended period of creativity, with particular attention to the reflection of this evolution within the semantic construction of the playtext. What follows is thus an in-depth, chronological analysis of the selected plays of Chaurette, Dubois, and Dalpé, using some of the tools of semiotics in order to focus on the connotative and denotative use of recurring theme, metaphor, and motif. Although any artistic or dramatic construct must eventually stand upon its own merits, I propose that an appreciation of the motives (both conscious and subliminal) that appear to underlie authorial intention serves to enrich both spectatorial and practical interpretation; hence the limitation of this study to an analysis of the playtext alone.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

HUFFMAN, Shawn Lewis, « L’affect en cachot : la sémiotique des passions et le théâtre québécois d’enfermement chez Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois », thèse de doctorat, Department of French, University of Toronto, 1998, 409 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé

L’écriture et l’enfermement captent l’imagination. Le théâtre québécois contemporain ne fait pas exception à cette observation, car on peut y trouver des exemples de drames claustrophiles à toutes les époques. Malgré cela, les années quatre-vingt marquent une véritable période d’engouement pour l’espace clos au théâtre. Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois livrent une suite d’univers clos où l’espace et l’émotion se conjuguent au sein d’un sujet passionnel. Dans cette thèse, j’étudie la manière dont l’enfermement au théâtre façonne non seulement l’émergence d’un sujet affectif, mais aussi l’être du sujet empreint de passion. Menée à l’intérieur des paramètres établis par la sémiotique théâtrale, telle que développée par Ubersfeld et Pavis, entre autres, et par la sémiotique de l’affect, surtout celle présentée par Greimas et Fontanille dans Sémiotique des passions (1991), mon étude illustre que le sujet théâtral sert de lien sensible entre une dimension affective à l’intérieur et un espace clos dans lequel il est situé. En effet, chacune des pièces à l’étude met en scène la problématique de la scission entre lêtre et le paraître, et ce de façon presque systématique par une mise en relation du système spatial avec l’économie affective propre à chaque pièce.

La première section comporte trois chapitres et constitue la mise en contexte théorique de l’étude. Je tâche de montrer : (1) que l’économie théorique greimassienne, a fortiori formelle, procède d’une “idéologie de la forme”; (2) que le sujet passionnel est un lieu d’instabilité actantielle, ce qui occasionne le parcours passionnel; (3) les implications et les applications théâtrales de ces deux derniers points. La prochaine section traite in extenso de ce que l’on convient d’appeler la “scène passionnelle”. J’aborde l’articulation spatiale en termes de géométrisation, étudiant les manifestations de ce procédé sous trois formes: (1) les territoires affectifs; (2) la crypte; (3) le théâtre dans le théâtre. Dans la dernière partie de la thèse, je me tourne vers l’art de la scène afin d’observer la manière dont le clos et la passion sont articulés sur les planches.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

HUFFMAN, Shawn, « Dans les coulisses de la fiction : le dramaturge préfacier dans le théâtre québécois contemporain », L’Annuaire théâtral, no 34 (automne 2003), p. 58-80. +++ Article de revue

### Résumé

L’image du maître du bunraku, ainsi que les fonctions d’art et d’écriture que Barthes y attribue, sont à l’origine de l’étude sur la préface théâtrale proposée dans cet article. Travaillant à partir d’un corpus de textes associés au théâtre québécois contemporain et rédigés par des dramaturges, à savoir Michel Marc Bouchard, Normand Chaurette et René-Daniel Dubois, l’auteur décrit les stratégies employées par chacun et constate l’émergence d’une nouvelle fonction préfacielle qu’il nomme “coopérative”.

WALLACE, Robert, « Homo création : pour une poétique du théâtre gai », Jeu, no 54 (mars 1990), p. 24-42. +++ Article de revue

###

###

LAFON, Dominique, « René-Daniel Dubois : la solitude du dramaturge des profondeurs », dans Jean Cléo GODIN et Dominique LAFON (dir.), Dramaturgies québécoises des années quatre-vingt, Montréal, Leméac (Coll. « Théâtre/essai »), 1999, p. 147-171. +++ Chapitre de collectif

### « Nous formulerons ici une autre hypothèse selon laquelle le corpus des années quatre-vingt balise le cheminement du créateur et explique son parcours. Un théâtre qui interroge les limites de la communication et poursuit une quête obsessive de l’identité pouvait-il trouver d’autre conclusion que l’amére retraite des dernières années ? » (Extrait, p. 149)

Ce chapitre est une version remaniée et augmentée d’une communication publiée dans HÉBERT, Chantal et Irène PERELLI-CONTOS (dir.), Théâtre, multidisciplinarité et multiculturalisme, Québec, Nuit blanche, 1997, p. 133-143, sous le titre « La dramaturgie de René-Daniel Dubois : un dispositif multiplex ». ###

LAFON, Dominique, « La dramaturgie de René-Daniel Dubois : un dispositif multiplex », dans Chantal HÉBERT et Irène PERELLI-CONTOS (dir.), Théâtre, multidisciplinarité et multiculturalisme, Québec, Nuit blanche, 1997, p. 133-143. +++ Chapitre de collectif

###« L’oeuvre de René-Daniel Dubois offre une exemplaire manifestation des affres de la dramaturgie contemporaine qui tente de réaliser une douloureuse conciliation du sens et de la multiplicité formelle. Cette tentative, j’ai voulu l’éclairer d’une métaphore technique, celle du dispositif multiplex, en raison certes de ses vertus préfixales, mais aussi parce que ce terme, issu de la technologie de la communication, permet d’analyser le texte théâtral, non seulement comme manifestation formelle, mais aussi comme partie prenante d’un processus pragmatique et idéologique.

Un dispositif multiplex est donc, pour ceux qui l’ignoreraient, un outil de communication qui permet de transmettre plusieurs communications (télégraphiques, téléphoniques, radiotéléphoniques) au moyen d’une seule voie de transmission. L’opération ainsi réalisée s’appelle un multiplexage, combinaison de signaux indépendants en un seul signal composite, destiné à être transmis sur une voie commune. Cette image technique est particulièrement opératoire pour la dramaturgie de Dubois qui concilie la multiplicité des références culturelles avec le one man show et que l’on a déjà décrit comme théâtre de voix, plus que théâtre d’action. » (Extrait, p. 134) ###

BEAUCHAMP, Hélène et Thierry HENTSCH, « Le vertige d’être ou le verbe généreux de René-Daniel Dubois », Conjonctures, no 8 (printemps 1986) p. 131-145. +++ Article de revue

###« On le voit, tous les thèmes abordés par René-Daniel Dubois se rapportent aux faits fondamentaux de l’existence, au chaos de la vie, à la violence des passions et aux quêtes impossibles. Le tout dans un ensemble vibrant que l’auteur ne se résoud pas à organiser logiquement. La vie, qu’il respecte, ne se laisse pas ainsi simplifier. Il est donc  obligé de multiplier les histoires, de multiplier les fonctions dramatiques pour théâtraliser ses propos. Ces signes sont comme autant de morceaux disparates que le spectateur doit réunir, comme en un patchwok, pour en agencer le sens. » (Extrait, p. 138)

Cet article a été traduit et publié sous le titre « The Vertigo of Being or the Generous Word of René-Daniel Dubois », Canadian Theater Review, no 50 (1987). ###

BEAUCHAMP, Hélène, et Thierry HENTSCH, « The Vertigo of Being or the Generous Word of René-Daniel Dubois », Canadian Theater Review, no 50 (1987). +++ Article de revue

### Cet article a d’abord été publié en français sous le titre « Le Vertige d’être ou le verbe généreux de René-Daniel Dubois », Conjonctures, no 8 (printemps 1986) p. 131-145.###

LE BLANC, Alonzo, « Entre le désert et le château », Québec français, no 69 (mars 1988), p. 74-77. +++ Article de revue

###« Le théâtre est la représentation d’une action mettant aux prises, dans un espace et dans un lieu déterminés, des personnages fictifs, dont le destin problématique s’accomplit en présence de spectateurs concernés. Comme toute production culturelle, le théâtre de René-Daniel Dubois exprime une forme d’articulation des rapports qui s’établissent entre un être humain et le monde. Lire le théâtre de Dubois consiste, pour le lecteur-spectateur, à décoder un texte conçu spécifiquement pour la scène, et, à travers les mots de ce texte (à défaut d’une représentation), à prendre contact avec le regard que cet auteur jette sur le monde. Ce regard du dramaturge est à la source même des images qui expriment sa vision, par la médiation d’une action et de personnages, et, s’il y a lieu, d’une histoire qui les tient ensemble. “On ne devrait jamais écrire d’un auteur sans avoir tout lu de lui et tout se rappeler”, note quelque part Montherlant. Ce postulat, ou ce préjugé, implique qu’une oeuvre est un tout et qu’il faut, même si elle est nouvelle et encore incomplète, la prendre comme tel. N’est-il pas de notoriété publique (ou critique) que les écrivains, surtout les dramaturges, refont sans cesse la même oeuvre, à partir d’un schéma inscrit dans leur nature ou dans leur “mythe personnel” ? Les modes d’articulation des forces en conflit au sein de leur conscience ou de leur subconscient ont tendance, projetés dans la fiction, à se “placer” de façon analogue, faisant surgir chaque fois les mêmes conflits fondamentaux. C’est avec ces deux postulats, qui sont peut-être des préjugés, que nous avons abordé les six pièces suivantes de Dubois, selon l’ordre chronologique de leur écriture (qui n’est pas tout à fait celui de leur publication, quoique la différence puisse être tenue pour négligeable, ce qui n’est pas chose évidente…). » (Extrait, p. 74) ###

LAFON, Dominique, « René-Daniel Dubois, de la polyphonie comme masque ou porte-voix », Théâtre / Public, no 117 (mai-juin 1994), p. 50-52. +++ Article de revue

###« La lecture de ses pièces offre, en un premier temps, la même impression de fourmillement, d’effervescence. Fourmillement des références culturelles qui s’approprient aussi bien l’univers de l’opéra que celui du western, effervescence de l’écriture dont le registre s’étend du réalisme tempéré à la polyphonie radicale de monologues “mettant en voix” plutôt qu’en scène jusqu’à dix-sept personnages. Ce sont d’ailleurs là les traits dans lesquels la critique s’est plue à reconnaître la modernité, voire la postmodernité, de cette écriture éclatée dans ses références comme dans ses composantes. Plus partition musicale que texte dramatique, sa lisibilité est soumise à son interprétation scénique. Le théâtre de René-Daniel Dubois est donc, selon la pertinente formule d’un critique, un “théâtre de voix”, que son auteur-interprète structure de sous-titres explicitement musicaux, tels “solo” ou “sonate pour un acteur”. Ne blâmez jamais les Bédouins a d’ailleurs servi de livret à la composition d’un “opéra de chambre” pour une chanteuse solo. » (Extrait, p. 50-51) ###

BOURASSA, André G., « Scènes de départ et départ scénique. Le théâtre de René-Daniel Dubois », Lettres québécoises, no 33 (printemps 1984), p. 64-65. +++ Article de revue

###« J’ai commencé ces brèves réflexions sur le théâtre de René-Daniel Dubois par les deux textes que j’avais alors en mains, Panique à Longueuil et 26bis impasse du colonel Foisy. J’eus le sentiment, ne serait-ce que par le titre, que la pièce qui me manquait, Adieu, docteur Münch…, complétait une trilogie, même si cette trilogie pouvait être involontaire. L’imaginaire de la première et de la troisième pièces, Panique et Impasse, était tellement cohérent, le renversement de l’action scénique en passivité était tellement constant que la deuxième pièce, l’Adieu, ne pouvait être que ce qu’elle est. Peu importe qu’elles aient été écrites dans l’ordre de leur publication ou pas (Panique, Adieu, Impasse) elles répondent toutes trois à une même structure, ce qui laisse percevoir que nous assistons au départ d’une écriture de grande qualité. » (Extrait, p. 64)###

GODIN, Jean Cléo, « Textes et intertextes dans le théâtre québécois », L’Annuaire théâtral, no 10 (automne 1991), p. 115-124. +++ Article de revue

###

LALIBERTÉ, Hélène, « Pour une méthode d’analyse de l’espace dans le texte dramatique », L’Annuaire théâtral, no 23 (printemps 1998), p. 133-145. +++ Article de revue

###

VIGEANT, Louise, « De l’écriture baroque ou les nouveaux défis de la mise en scène », L’Annuaire théâtral, no 10 (automne 1991), p. 103-114. +++ Article de revue

###

VIGEANT, Louise, « Du réalisme à l’expressionnisme : la dramaturgie québécoise récente à grands traits », Jeu, no 58 (1991), p. 7-16. +++ Article de revue

###

GODIN, Jean Cléo, « Deux dramaturges de l’avenir ? », Études littéraires, vol. 18, no 3 (hiver 1985), p. 113-122. +++ Article de revue

###

###

GARAND, Dominique, Philippe ARCHAMBAULT et Laurence DAIGNEAULT DESROSIERS, « L’Engagée et le Dissident : Andrée Ferretti et René-Daniel Dubois », dans Un Québec polémique. Éthique de la discussion dans les débats publics, Montréal, Hurtubise, 2014, p. 144-149. +++ Monographie

### Quatrième de couverture

Lorsque nous débattons de sujets d’ordre public, sommes-nous animés par le souci de développer un dialogue constructif avec les autres acteurs de la société ? Devant nos contradicteurs, cherchons-nous un terrain d’entente ou tentons-nous plutôt de les discréditer ?

Le présent ouvrage pose ces questions en prenant pour témoin le Québec dans son rapport parfois malaisé au débat polémique. Mais plus largement, il explore une dimension souvent négligée dans les analyses de conflits idéologiques : la part qu’y jouent l’intersubjectivité, les affects, l’image que l’on se fait de soi et de l’autre.

Jusqu’à quel point, en effet, le souci de protéger notre image publique et notre dignité personnelle interfère-t-il dans les discussions que nous engageons avec les autres ? Un simple regard sur les débats qui foisonnent dans les journaux et sur les réseaux sociaux suffit à illustrer la fréquence des glissements qui font passer du monde des idées à celui des rapports de force entre les personnes impliquées.

Ainsi, au fil d’analyses minutieuses de quelques grandes polémiques qui ont marqué le Québec des années 1990 et 2000, cet essai entend jeter un éclairage sur les motifs de tels glissements, auxquels devrait se montrer attentif tout projet de fondation d’une éthique de la communication. Dans la même foulée, il expose les principales postures polémiques des Québécois, dont on dit peut-être à tort qu’ils n’aiment pas la chicane. ###

RIENDEAU, Pascal, et Bernard ANDRÈS, « La dramaturgie depuis 1980 », dans Réginald HAMEL (dir.), Panorama de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Guérin, 1997, p. 208-239. +++ Chapitre de collectif

FORTIER, Mark, « This is, and is not, Shakespeare : (In)fidelity in Adaptation », thèse de doctorat, Faculty of Graduate Studies, York University, 1989, 411 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Cette thèse traite de Pericles de René-Daniel Dubois, son adaptation, non publiée à ce jour, de la pièce Pericles, Prince of Tyre de William Shakespeare.

Abstract

This dissertation deals with the theory and practice of recent theatrical adaptations of Shakespeare.

Part one, a theoretical introduction, follows three simultaneous arguments. First, existing definitions and categorizations of adaptation are inadequate, positing unfounded generalizations and traditional valorization of originality–an originality which is always already in part an adaptation–in the place of necessarily absent absolute criteria for analysis and judgement. Second, any attempt to return to Shakespeare’s intention, or to Shakespeare’s plays “in Shakespeare’s playhouse”, as grounds for fidelity in interpretation should recognize how incompletely such grounds can ever be known or reconstructed. Third, adaptation is best understood not through a strict definition which would set it off once and for all as a distinct object, but in its interplay with similar cultural activities of rewriting or recontextualization : intertextuality, citation, translation, parody. An emphasis is placed upon the political potential of these activities, especially their potential to disrupt hegemonic notions of genre, author, and canon.

Part two analyzes a small group of recent Shakespearean adaptations : Carmelo Bene’s Richard III, Heiner Muller’s Hamletmachine, and Herbert Blau’s–or KRAKEN’s-Elsinore and Crooked Eclipses. These works are analyzed under three headings : theory and practice, especially the interplay of verbal theory and nonverbal theatrical practice ; intertextuality, or the use that is made of Shakespeare and other intertexts ; context, both the sociopolitical context in which these works arise and the effect these works purport to have upon their context and their audience. Part two ends with discussions of René-Daniel Dubois’ Pericles, and Ann-Marie MacDonald’s Goodnight Desdemona, two Canadian works which take up the rewriting and recontextualization of Shakespearean romance.

Informed by the contemporary theory and practice examined in parts one and two, part three, by way of (in)conclusion, continues this work on romance through a provisional study or adaptation of The Winter’s Tale.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###



René-Daniel Dubois - ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreRené-Daniel Dubois - ensemble de l'oeuvre
AuteurRené-Daniel Dubois
Parution9999
TriRené-Daniel Dubois - ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint