Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Sylvie Germain - ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

BRICCO, Elisa, « La dynamique des avant-textes dans les romans de Sylvie Germain », dans Rosa GALLI PELLEGRINI (dir.), Stratégies narratives 2. Le roman contemporain, Bari / Paris, Schena / Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003, p. 143-165. +++ Chapitre de collectif

BRICCO, Elisa, « Les jeux et enjeux des péritextes dans les romans de Sylvie Germain », dans Toby GARFITT (dir.), Sylvie Germain. Rose des vents et de l’ailleurs, Paris, L’Harmattan, p. 163-179. +++ Chapitre de collectif

BRICCO, Elisa, « Sylvie Germain romancière des destins perdus et retrouvés », dans Rosa GALLI PELLEGRINI (dir.), Trois études sur le roman de l’extrême contemporain. Marie Ndiaye, Sylvie Germain, Michel Chaillou, Bari / Paris, Schena / Presses de l’Université de Paris- Sorbonne, 2004, p. 51-120. +++ Chapitre de collectif

GARFITT, Toby, « Pour déchiffrer le monde », dans Toby GARFITT (dir.), Sylvie Germain. Rose des vents et de l’ailleurs, Paris, L’Harmattan, p. 203-214. +++ Chapitre de collectif

BISHOP, Michael, « Modes de conscience. Germain, N’Diaye, Lépront et Sallenave », dans Jan BAETENS et Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines, vol. II, Minard (Lettres modernes), 1999, p. 99-114. +++ Chapitre de collectif

PICOCHE, Jean-Louis, « Sylvie Germain et la littérature hispanique », dans Toby GARFITT (dir.), Sylvie Germain. Rose des vents et de l’ailleurs, Paris, L’Harmattan, p. 87-94. +++ Chapitre de collectif

SCHAFFNER, Alain, « L’Europe centrale dans les derniers romans de Sylvie Germain », dans Jacqueline LÉVI-VALENSI et Alain FENET (dir.), Le roman et l’Europe, Actes du Colloque d’Amiens, 21-23 novembre 1996, Paris, Presses universitaires de France, 1997, p. 341-353. +++ Chapitre de collectif

FISCHER, Claudine Guégan, « Germain la falseuse de mythes», Revue francophone de Louisiane, n° 7 (1992), p. 131-143. +++ Article de revue

BOBLET, Marie-Hélène et Alain SCHAFFNER (dir.), dossier « Le livre des nuits, Nuit-d’ambre et Eclats de sel de Sylvie Germain », Roman 20-50, n° 39 (2005), p. 7-106. +++ Dossier de revue

###Sommaire du dossier «Le livre des nuits, Nuit-d ‘ambre et Eclats de sel de Sylvie Germain »

  • « Sylvie Germain : parcours d’une œuvre » / Bruno Blanckeman.
  • « Images, mythèmes et merveilleux biblique dans l’œuvre de Sylvie Germain » / Bénédicte Lanot
  • « “Du mal d’aimer dans le désert” ou les céphalophores, disciples modernes d’Orphée dans l’œuvre de Sylvie Germain » / Laurence Creton.
  • « Des Erinyes au sourire maternel dans Le Livre des Nuits » / Alain Goulet.
  • « Le Livre des Nuits, Nuit-d’Ambre : des corps enchantés aux corps chantés » / Séverine Gaspari.
  • « Le diptyque effeuillé » / Laurent Demane.
  • « L’écriture des commencements de Sylvie Germain ou le lyrisme “au bord extrême du rêve” » / Cecile Narjoux.
  • « “Mémoire mendiante” et “magie de l’encre” : l’écriture au seuil du mythe » / Sylvie Ducas.
  • « Des écritures à l’écriture : L’un des “étranges chemins” menant à la connaissance » / Hélène Dottin.

###

ROUSSOS, Katherine, « Le réalisme magique en quête de liberté chez des romancières contemporaines : Maryse Condé, Marie NDiaye, Sylvie Germain », thèse de doctorat, département de lettres modernes, Université Paul Valéry (Montpellier), 2005, 492 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

CROMMELINCK, Luc, Traces de visages. Lecture d’Emmanuel Lévinas et de Sylvie Germain, Malonne, Feuilles Familiales, 2005, 104 p. +++ Monographie

KOOPMAN-THURLINGS, Mariska, Sylvie Germain. La hantise du mal, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2007, 276 p. +++ Monographie

Dossier « Sylvie Germain, éclats d’enfance », Cahiers Robinson, n° 20 (2006). +++ Dossier de revue

###Sommaire du dossier « Sylvie Germain, éclats d’enfance »

  • « L’enfance absolue » / Bruno Blanckeman.
  • « La convocation de l’enfance » / Marie-Hélène Boblet.
  • « La quête de la mère» / Mariska Koopman- Thurlings.
  • « Le complexe d’Isaac » / Bénédicte Lanot.
  • « La chambre enclose dans le miroir: mélancolie de l’enfance » / Laurent Demanze.
  • « Enfance, deuil et construction identitaire » / Sylvie Ducas.
  • « L’enfance à travers la philosophie de l’existence » / Mireille Lévy.
  • « Le cri de la naissance » / Evelyne Thoizet.
  • « La figure de l’enfant poète » / Milène Moris-StetKovic.
  •   « La voix des anges » / Anne-GaelIe Weber.
  • « L’enfance des noms » / Edith Perry.
  • « Écrire pour la jeunesse: L’Encre du Poulpe » / Guillemette Tison.
  • « L’Enfant Méduseou l’enfance bestournée » / Christian Morzewski.
  • « L’enfant de la guerre: Ferdinand en son corps monument » / Diane Vanhoutte.
  • « L’Enfant Méduse###

MICHEL, Jacqueline, et Isabelle DOTAN (dir.), Sylvie Germain et son œuvre, Bucarest, EST : Samuel Tastet Éditeur, 2006, 149 p. +++ Collectif

###Sommaire du collectif Sylvie Germain et son œuvre

  • « Sylvie Germain et son œuvre » / Alain Goulet
  • « Sylvie Germain ou le surcroît de réalité » / Daniel Leuwers
  • « Langage et incarnation dans l’œuvre de Sylvie Germain » / Léopold Peeters
  • « Sylvie Germain et le récit de la couleur » / Jacqueline Michel
  • « Dans les plis de l’œuvre: sensations et perception du monde » / Pierre-Yves Soucy
  • « La grammaire du merveilIeux dans quatre romans de Sylvie Germain: Le livre des Nuits, Eclats de sel, La Chanson des mal-aimants, Magnus » / Jacques Houriez et Catherine Mayaux
  • « Échos du silence » / Bénédicte Lanot
  • « Sylvie Germain, biographe de la voix » / Laurent Demanze
  • « Magnus : conte, roman d’apprentissage, fable » / Alain Goulet
  • « Dire l’indicible: Sylvie Germain et la question juive » / Mariska Koopman-Thurlings
  • « Poétique de la brume et du tissage chez Sylvie Germain » / Bruno Tritsmans
  • « Le sel comme métaphore de l’écriture dans Eclats de sel» / Ruth Amar
  • « Le corps mélancolique: présence de l’androgyne dans l’œuvre de Sylvie Germain » / Laetitia Logié
  • « Narrer la douleur: La Pleurante des rues de Prague » / Isabelle Dotan
  • « Echos du silence », propos de Sylvie Germain recueillis par Marie-Line Jacquet.

###

DOTAN, Isabelle, Les clairs-obscurs de la douleur. Regards sur l’œuvre de Sylvie Germain, Namur, Éditions Namuroises, 2009, 160 p. +++ Monographie

GOULET, Alain, Sylvie Germain : œuvre romanesque. Un monde de cryptes et de fantômes, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2006, 284 p. +++ Monographie

###Voir aussi
Alain Goulet, « Cryptes et fantômes : à la source des fictions de Sylvie Germain », dans Alain GOULET (dir.), L’univers de Sylvie Germain, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2008, p. 241-261. ###

TAUTZ, Mirjam, « Transferts littéraires contemporains : Jean Echenoz et Sylvie Germain en Allemagne », Roman 20-50, n° 44 (décembre 2007), p. 151-164. +++ Article de revue

KOOPMAN-THURLINGS, Mariska, « Du père, du fils et du Saint-Esprit (à propos de Sylvie Germain) », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Relations familliales dans les littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles. La figure du père, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 237-244. +++ Chapitre de collectif

GOULET, Alain (dir.), L’Univers de Sylvie Germain, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2008, 360 p. +++ Collectif

### Présentation de l’éditeur
Ce bouquet d’études dialoguant entre elles tout en approfondissant l’enquête sur la figure et l’oeuvre de Sylvie Germain – romancière etessayiste capitale de notre temps – constitue un vaste panorama éclairant les principales facettes de son univers : sa pensée et savision du monde, son esthétique et son éthique, son interrogation sur le sens de l’existence, sa création.
Chaque spécialiste s’est attaché à mettre en évidence une de ses caractéristiques, de sorte que c’est un premier bilan qui est ici rassemblé, où se succèdent des considérations sur l’histoire littéraire et la grande Histoire, la situation de la pensée de l’auteur, les spécificités et le travail de son imaginaire et de son écriture, ses conceptions esthétiques et éthiques, l’univers propre à ses romans et les modalités de sa création romanesque, la singularité de sa voix. Le tout est accompagné par la présence,l’écoute et les réactions de Sylvie Germain, et suivi d’une bibliographie de référence.

Table des Matières

  • Introduction, par Alain GOULET
  • Situation
  • À côté de / aux cotés de: Sylvie Germain, une singularité située, par Bruno BLANCKEMAN
  • Le rapport à la bibliothèque, par Anne ROCHE
  • Des voix singulière à Prague, par Gérard POULOUIN
  • Implication éthique et politique, d’Immensités à Magnus, par Marie-Hélène BOBLET
  • “Être aimé à vide”, par Sandra TRAVERS DE FAULTRIER
  • Sylvie Germain et Emmanuel Levinas, par Toby GARFITT
  • Référents bibliques dans l’oeuvre de Sylvie Germain. Le silence, l’ange et le vent, par Aliette ARMEL
  • Sylvie Germain et la peinture. Analyse visuelle, évocation et imaginaire, par Isabelle DE LE COURT
  • Écriture
  • Les mots dans les romans de Sylvie Germain, par Valérie MICHELET-JACQUOD
  • Cris et pépiements dans l’oeuvre de Sylvie Germain, par Laetitia LOGIÉ-MASQUELIER
  • La saisie du temps dans l’oeuvre de Sylvie Germain. Les formes en-ant, par Pierre CAHNÉ
  • “Quelle est cette main ?” ou l’énonciation paradoxale dans Les Personnages de Sylvie Germain, par Cécile NARJOUX
  • L’écriture de l’effacement dans les romans de Sylvie Germain, par Milène MORIS-STEFKOVIC
  • L’univers romanesque
  • Sylvie Germain: les plis du baroque, par Laurent DEMANZE
  • Des éclats de miroir au miroir du livre, par Evelyne THOIZET
  • Voyage aux pays des pères, par Hélène CHAREYRON
  • Pour une poétique de la mémoire, par Mariska KOOPMAN-THURLINGS
  • Discussion
  • Cryptes et fantômes: à la source des fictions de Sylvie Germain, par Alain GOULET
  • Les échappées tragiques de la douleur, par Isabelle DOTAN
  • Reconstruire, dit-elle. Les représentations du désir et du manque (étude comparée du Ravissement de Lol V. Stein et de Magnus), par Bénédicte LANOT
  • Table ronde, animée par Alain GOULET avec la participation d’Anne CLANCIER, Mareike WOLF-FÉDIDA, et Bénédicte LEHALLE: Ouvertures et résonances psychanalytiques actuelles de l’oeuvre de Sylvie Germain
  • En guise de conclusions: questions à Sylvie Germain
  • Bibliographie
  • Résumés
  • Notes sur les auteurs

###

GOULET, Alain, « Sylvie Germain et son œuvre », dans Jean-Michel PLACE (dir.), Sylvie Germain et son œuvre, Bucarest, EST-Samuel Tastet Éditeur, 2006, p. 13-16. +++ Chapitre de collectif

GOULET, Alain, « Sylvie Germain romancière : notre contemporaine capitale ? », Mémoires de l’Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Caen, n° 44 (2008), p. 69- 81. +++ Article de revue

GOULET, Alain, « Cryptes et fantômes : à la source des fictions de Sylvie Germain », dans Alain GOULET (dir.), L’univers de Sylvie Germain, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2008, p. 241-261. +++ Chapitre de collectif

###Voir aussi
Alain Goulet, Sylvie Germain : œuvre romanesque. Un monde de cryptes et de fantômes, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2006, 284 p. ###

DOTAN, Isabelle, « Les échappées tragiques de la douleur dans l’œuvre de Sylvie Germain », dans Alain GOULET (dir.), L’univers de Sylvie Germain, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2008, p. 263-272. +++ Collectif

GOULET, Alain, « L’œuvre de Sylvie Germain », Littera (Ankara), n° 24 (2009) p. 19-32. +++ Article de revue

GOULET, Alain, « Pourquoi la création romanesque ? », Littera (Ankara), n° 22 (8 mai 2008), p. 15-28. +++ Article de revue

###Pour la traduction turque, voir les pages 29-40. ###

TERMITE, Marinella, Vers la dernière ligne, préface de Marie Thérèse JACQUET, Bari, Edizioni B.A. Graphis (Marges critiques/Margini critici, 4), 2006, p. 55-63.+++ Autre

GOLOPENTIA, Sanda, « Sylvie Germain : un rappel au mystère de l’être humain », dans Michael BISHOP et Christopher ELSON (dir.), French prose in 2000, Amsterdam, Rodopi (Faux titre), 2002, p. 143-154. +++ Chapitre de collectif

### EXtrait, p. 144
« Sylvie Germain est l’une des voix majeures de la prose française contemporaine […]. Ses romans et récits ont été salués par un succès d’estime, des prix littéraires et une critique d’accueil unanime à en souligner l’importance. La critique interprétative est en retard cependant, en France comme sur le continent américain. Quant à la traduction en anglais, elle se fait attendre à son tour, intimidée à juste titre par le formidable organe langagier de Germain […]. C’est à expliquer cette hésitation de la critique universitaire devant Sylvie Germain que nous nous attacherons dans ce qui suit. L’aborder de front nous semble être en effet le prélude obligé des lectures plus serrées que  nous voudrions entreprendre autant que stimuler chez d’autres par la suite. La comprendre pourrait en plus profiter à quiconque s’intéresse sans parti pris au destin du roman français en cette fin de siècle qui le voit renaître. »

Golopentia, 2002, HTML ###

DOTAN, Isabelle, « Du bonheur dans l’oeuvre de Sylvie Germain », dans Ruth AMAR (dir.), L’écriture du bonheur dans le roman contemporain, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2011, p. 207-216. +++ Chapitre de collectif

### Quatrième de couverture
« Thème philosophique aussi bien que poétique, sociologique et psychologique, le bonheur s’édifie à la mesure de chacun. “N’est-il pas vrai que, nous autres hommes, nous désirons tous être heureux ?” (Platon). Or dans notre monde actuel dominé par la technique, la recherche à outrance du productif et de l’efficacité, qu’en est-il du bonheur ? Est-il encore présent aux écritures romanesques contemporaines ? Sous quelles formes se présenterait sa recherche ? Ce “devoir de bonheur propre à la deuxième moitié du XXe siècle” dont parle Pascal Bruckner, continue-t-il toujours à être d’actualité ? S’est-il renforcé ou, au contraire, s’est-il affaibli?
Le projet d’un questionnement du bonheur dans le roman contemporain comportait de gros risques, mais il offrait en même temps des possibilités stimulantes. A la suite du colloque international organisé à l’université de Haïfa en mai 2010, les textes réunis dans ce livre, cherchent à élaborer des éléments de réponse à ces questions. Le volume offre un état des lieux du bonheur dans le roman depuis 1980 et présente une large diversité d’approches, de définitions, d’interrogations sur l’écriture du bonheur sur trois décennies.
Le recueil s’articule autour d’axes qui ont servi de base aux différentes approches du bonheur en Europe et d’événements historiques et sociaux qui ont pu influencer l’écriture du bonheur aux différentes périodes du XXe et XXe siècles, telles que l’Holocauste, la dystopie en Russie, le postmodernisme et le consumérisme, le quotidien, les différents paradoxes du bonheur, les nouveaux modes de vie.
Nouvelle écriture du bonheur? Du moins, ce volume vise-t-il le contemporain sans figer les œuvres, tout en tenant compte des fluctuations du sujet, de sa diversité, de ses paradoxes surtout, tout en conservant la lecture précise des textes et en respectant la particularité de l’écriture des auteurs traités. » ###

HAMAD, Salwa Ben, « L’Inceste dans l’œuvre romanesque de Sylvie Germain : un crime châtié », Irish Journal of French Studies, n° 12 (2012), p. 139-156. +++ Article de revue

### Résumé
L’inceste, pratique qui transgresse les lois morales et sociales, trouve dans l’œuvre romanesque de Sylvie Germain un traitement particulier. En effet, si dans ses premiers romans il est souvent présenté comme un acte naturel et inoffensif, n’engendrant guère de la culpabilité, dans L’Enfant Méduse, il acquiert toute son horreur parce qu’il est un crime perpétré contre une petite fille de neuf ans par son grand-frère. D’un roman à l’autre, les causes et les formes de l’inceste se multiplient et se compliquent; et au fil des romans les châtiments que l’auteure réserve aux personnages incestueux se durcissent davantage sans pour autant qu’elle tranche sur leur culpabilité car jamais ils ne sont casés comme des criminels mais sont souvent présentés comme des personnages traumatisés qui ne font que reproduire un mal qu’ils ont déjà subi.

Hamad, 2012, PDF ###

GHIȚEANU, Serenel, « Symbolique religieuse et noms des personnages chez Sylvie Germain », Word and Text: A Journal of Literary Studies and Linguistics, vol. 1, n° 1 (2011), p. 100-106. +++ Article de revue

KOOPMAN-THURLINGS, Mariska (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, 177 p. +++ Collectif

### Présentation de l’éditeur
Sylvie Germain est l’auteur d’une importante œuvre romanesque, mais elle a écrit aussi un grand nombre d’ouvrages que, faute d’un terme plus approprié, l’on désigne par le mot d’ « essai ». Dans quelle mesure ces ouvrages, qui sont souvent des méditations poétiques, se distinguent-ils des œuvres romanesques ? Les auteurs de ce recueil se penchent sur l’éclatement générique et les interférences entre écriture romanesque et écriture essayistique. À toutes les questions soulevées dans les différentes contributions, Sylvie Germain répond par un « essai » qui clôt le présent ouvrage : écrire c’est « tester », prêter l’oreille aux bruits confus de la langue, témoin de l’Histoire et du mystère du monde, c’est revivifier les mots de la tribu, transmettre « la voix de fin silence ». Peu importe donc si cette écriture prend la forme d’un roman, d’un récit, d’un essai ou d’une méditation poétique, elle est fondamentalement transgénérique.

Sommaire

  • Oeuvres et abréviations
  • Mariska Koopman-Thurlings: Les essais, un espace transgénérique – Introduction
  • Bruno Blanckeman: Sylvie Germain essayiste : quand la pensée déambule (étude de Céphalophores)
  • Sylvie Ducas: « Prose pensive » et pensée nomade : se dire sans parler de soi
  • Mariska Koopman-Thurlings: Essai-fiction, fiction-essai
  • Catherine Rannoux: Le bruissement des discours : Les Personnages, Grande Nuit de Toussaint, Céphalophores de Sylvie Germain
  • Pierre-Marie Beaude: Exercice de lecture
  • Marie-Hélène Boblet: Éloge de la caresses : Lire aux éclats l’œuvre de Sylvie Germain
  • Toby Garfitt : Traire les biques: de l’essai comme traite
  • Ria van den Brandt: Sylvie Germain, Etty Hillesum et le mal
  • Matthew Moyle: Le mot « Dieu » comme écho du silence
  • Élisa Bricco: Patience et songe de lumière de Sylvie Germain : entre essai et poésie
  • Nathalie Roelens: Sylvie Germain, éblouie par la peinture
  • Evelyne Thoizet: « La visibilité secrète » des choses dans les essais de Sylvie Germain
  • Sylvie Germain: Variations autour du verbe tester
  • Résumés

###

DUCAS, Sylvie, « ‘Prose pensive’ et pensée nomade: Se dire sans parler de soi », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 25-43. +++ Chapitre de collectif

KOOPMAN-THURLINGS, Mariska, « Essai-fiction, fiction-essai », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 45-58. +++ Chapitre de collectif

RANNOUX, Catherine, « Le Bruissement des discours: Les Personnages, Grande Nuit de Toussaint, Céphalophores de Sylvie Germain », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 59-73. +++ Chapitre de collectif

BEAUDE, Pierre-Marie, « Exercice de lecture », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 75-82. +++ Chapitre de collectif

BOBLET, Marie-Hélène, « Éloge de la caresse: Lire aux éclats de Sylvie Germain », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 83-96. +++ Chapitre de collectif

GOULET, Alain, « Voir l’au delà du visible, dans les romans de Sylvie Germain », Littera, n° 32 Juin 2013), p. 33-40. +++ Article de revue

### Porte sur Le Livre des nuits, Nuit d’ambre, Enfant Méduse et La Pleurante des rues de Prague. ###

MORIS-STEFKOVIC, Milène, Vision et poésie dans l’œuvre romanesque de Sylvie Germain, Paris, Honoré Champion, 2014, 312 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
L’oeuvre de Sylvie Germain est constellée d’images insolites et de visions fulgurantes sorties de son inconscient ou nourries de références mythologiques et bibliques. Or, le style foisonnant et baroque du premier versant de l’oeuvre tend à s’épurer dans le deuxième versant, constitué des romans pragois et des récits initiatiques centrés sur la quête des origines. Comment et pourquoi passe-t-on d’une écriture ostentatoire à une prose poétique hantée par le silence ? Cet effacement ne correspond pas seulement, selon nous, à un projet esthétique, mais aussi à une quête spirituelle: l’auteur tente de capter des échos du silence et des traces du divin au coeur du visible. Elle s’engage dans une voie nouvelle qui « consent au silence […] sans le clore sur un vide définitif » et tente, à l’heure de la tentation du nihilisme, de renouer les liens perdus avec la transcendance. Guidée par une démarche phénoménologique et poétique, cette étude met en relief la vision mystique de la romancière, imprégnée de la tradition de la théologie négative. L’analyse des images, du rythme et de la prosodie permet de dégager les caractéristiques d’une écriture paradoxale, dont l’enjeu est d’exprimer l’Absence dans une langue sensuelle et incarnée. La pensée de Merleau-Ponty, Levinas ou encore Ricoeur permet d’éclairer autrement la manière dont Sylvie Germain explore l’envers du visible et « la prose du monde ».

Table des matières ###

GARFITT, Toby, « Sylvie Germain : Fable, Cri, Echolalia », dans Lorna MILNE et Mary ORR (dir.), Narratives of French Modernity: Themes, Forms and Metamorphoses, New York, Peter Lang, 2011, p. 279-299. +++ Chapitre de collectif

GOULET, Alain, « Les Nuits de Sylvie Germain et le pari de Pascal », dans Lorna MILNE et Mary ORR (dir.), Narratives of French Modernity: Themes, Forms and Metamorphoses, New York, Peter Lang, 2011, p. 271-277. +++ Chapitre de collectif

THOIZET, Evelyne, « “La Visibilité secrète” des choses dans les essais de Sylvie Germain », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 149-166. +++ Chapitre de collectif

MOYLE, Matthew, « Le mot ‘Dieu’ comme écho du silence », dans Mariska KOOPMAN-THURLINGS (dir.), Sylvie Germain: Les essais - Un espace transgénérique, Amsterdam, Rodopi, 2011, p. 113-122. +++ Chapitre de collectif

### Porte sur Échos du silence, Mourir un peu et La Pleurante des rues de Prague. ###

MURPHY, Carol, « Sylvie Germain, sculpteur des lieux de mémoire », Dalhousie French Studies, n° 93 (hiver 2010), p. 27-32. +++ Article de revue

### Murphy, 2010, PDF ###

BOBLET, Marie-Hélène, « L’Holocauste dans les romans de Sylvie Germain: Allusions, hallucinations, méditations », Esprit Créateur, vol. 50, n° 4 (hiver 2010), p. 67-80. +++ Article de revue

### Boblet, 2010, PDF ###

Dossier « Sylvie Germain », Littera, n° 24 (juin 2009), p. 5-166. +++ Dossier de revue

GOULET, Alain et Nedim KULA [traduction],« Sylvie Germain’in Yapıtları », Littera, n° 24 (juin 2009), p. 33-46. +++ Article de revue

NARJOUX, Cécile, « L’écriture des commencements de Sylvie Germain ou le lyrisme ‘au bord extrême du rêve’ », Roman 20-50: Revue d’Etude du Roman du XXe Siècle, n° 39 (juin 2005), p. 73-84. +++ Article de revue

CRETON, Laurence, « ‘Du mal d’aimer dans le désert’ ou les céphalophores, disciples modernes d’Orphée dans l’œuvre de Sylvie Germain », Roman 20-50: Revue d’Etude du Roman du XXe Siècle, n° 39 (juin 2005), p. 35-37. +++ Article de revue

MOYLE, Matthew A., « Places, faces, and the word “God” in three novels by Sylvie Germain », thèse de doctorat, University of Wisconsin - Madison, 2008, 224 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This dissertation examines three novels by contemporary French author Sylvie Germain. Germain was born in 1954, and completed a doctorate from the Université de Paris-Nanterre in 1981, after which she began to write fiction. Her first novel, Le Livre des Nuits, was published in 1985, and since then she has published several more novels as well as numerous essays.
The story of Jacob’s fight with the angel in Genesis 32 is a key intertext of Sylvie Germain’s œuvre and a preliminary link between the three themes this dissertation analyzes in her novels. When he defeats the angel, Jacob names the spot “Penuel,” which means “face of God” (Gen. 32:30). He thus inscribes the story of his encounter with God upon the place, and acknowledges the singularity of seeing God face-to-face. In the three works studied here (Nuit-d’Ambre , 1987; La Pleurante des rues de Prague, 1992; and Immensités, 1993), places are shown to be texts; that is, places hold stories that have been inscribed on them in the past and which Germain brings to the surface. Face-to-face encounters in her novels are also turned into textual events on the margins of perception, but here it is the command “Thou shalt not kill” that is silently expressed, revealing the influence of philosopher Emmanuel Levinas. Germain’s writing of place and face opens the way for an understanding of the word “God” that also exists on the margins of comprehension. Rather than being a usual word with a known referent, the word “God” instead names a call and response structure. Germain places her characters in situations where they have the opportunity to act according to an ethics of attentiveness: to history, to the marginalized, to the silent and silenced, to the face of the other, and to the call and response of the word “God.” It is in hearing the part of silence in speech, and in seeing the part of the unwritable in text, that characters find a partial reconciliation with the other person and with the world.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

ALLEN SEKHAR, Amy L., « Rewriting and reconfiguring alterity: Transformations of Lévinassian ethics and the hidden god in the works of Sylvie Germain », thèse de doctorat, Boston University, 2006, 230 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Contemporary French novelist Sylvie Germain has received impressive attention from both the French press and critics alike, winning various literary prizes including the prestigious Prix Fémina in 1989 and most recently the Prix Goncourt des Lycéens in 2005. Much of the acclaim centers around Germain’s unique narrative style, which is often associated with magical realism, and her treatment of the question of God and the origin of evil, or le mal. Although these are perhaps the elements of her texts that most readily attract attention, I will argue that these questions are inextricably linked to Germain’s own particular representation of Lévinassian ethics. This dissertation will analyze Germain’s corpus using Lévinassian philosophy as its contextual framework. I will argue that Germain’s texts enter into a dialog with Lévinas that transforms Lévinassian ethics, and ultimately theosophy. Germain’s literary relationship to Lévinas is revealed through Charles Mauron’s intertextual and psychoanalytical technique of the superimposition of an author’s texts in order to reveal the fundamental structure of the metatext. The principal theoretical approaches to Germain’s text will therefore be both philosophical and psychoanalytic.
The first chapter introduces the device of the double as the subject of a close analysis; for, it is the figure of the double that leads us most quickly and readily to Lévinas. This will then lead to an analysis of the role of the double as Other in particular with regard to Lévinassian phenomenological thought on the Self-Other relationship. The second chapter will also focus on the notion of alterity, turning the discussion to the psychological implications of a doubled Self, alienated individuals who also treat the Self as an Other. Both of theses chapters will also problematize the Lévinassian notion of reciprocity in the Self-Other relationship. The third chapter of the thesis will concern the ethical dilemma that arises from the problem of reciprocity in the first two chapters and will examine the role of the Third Party with regard to reciprocity. The fourth chapter will concentrate on the theosophical implications of Germain’s shift in Lévinas’ philosophy and will examine Germain’s particular understanding of the Pascalian “hidden God,” deus abscondicus.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

JACQUOD, Valérie Michelet, « Fragments de bonheur: Poétique de l’instant zero chez Sylvie Germain », Littera, n° 24 (juin 2009), p. 103-117. +++ Article de revue

HUTTON, Margaret-Anne, « ‘Il n’y a pas de troisième voie’ (There Is No Third Way): Sylvie Germain and the Generic Problems of the Christian Novel », dans Gill RYE et Michael WORTON (dir.), Women’s Writing in Contemporary France: New Writers, New Literatures in the 1990s, Manchester, Manchester University Press, 2002, p. 182-194. +++ Chapitre de collectif

SHAIR, Deborah Lucile, « Magical realism and the power of creation in the novels of Sylvie Germain: A reading », thèse de doctorat, Washington University in St. Louis, 2000, 199 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Magical realism, a term initially used by Franz Roh in 1925 to describe the movement in painting that followed Expressionism, has mainly been associated with Latin American literature. As a technique, magical realism can be applied to several novels written by Sylvie Germain, a contemporary French author. Her unique use of magical realism allows a theory of creation to emerge from her novels, for she presents us with a life cycle in constant motion that differs from those to which we are accustomed in fictional worlds. Birth and death, the markers of the cycle, become magical transitional events. Inside the cycle, coincidence transforms characters’ lives in a world where traditional notions of time and space become challenged. Both the positive and negative energies of passion drive the force of this new life cycle. Despite the destruction that passion causes as a negative force, the positive energy of creation prevails in four of the five novels studied through the power of reconciliation, which is at the core of the act of writing itself. Certain characters possess supernatural powers, which reflect the author’s magical touch. Often, they take on the form of angels, but the discrepancy between what the reader expects and the way in which angels behave creates a strange atmosphere where the ambiguity of passion reigns. Ultimately behind the dynamic life cycle lies the author. Sylvie Germain constructs her magical world by rewriting scripture and with unexpected uses of imagery and hyperbole. Coming full circle, she also passes on certain tools to her characters so that they in turn might become active creators in their world.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest###

HORACKOVA, Clare Frances, « Traumatic histories: representations of (post-)communist czechoslovakia in Sylvie Germain, Daniela Hodrová, and Jean-Gaspard Páleníček », thèse de doctorat, University of Exeter [United Kingdom], 2014. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Through a study of the work of three important writers, this thesis engages with the traumatic memories of the second half of the twentieth century in Czechoslovakia in order to highlight the value of literature in widening critical understandings of the continuing legacy of this complex era, which was dominated by totalitarian regimes under the Communist governments which gained control after the upheaval of the Second World War. Whilst these years were not unilaterally traumatic, many lives were dramatically affected by border closures and by the experience of living under a regime that maintained control through methods including confiscation of property, surveillance, arbitrary imprisonment, show trials, and executions. Many of the stories of this era could not be published openly because of censorship, and the persecution of intellectuals led to a wave of emigration, during which a number of writers moved to France. Using theories of trauma, exile, illness, and of self and other, this thesis opens up a dialogue between the work of three writers who engage, albeit from very different perspectives, with this little-explored intersection between Czech and French. The first chapter explores Daniela Hodrová’s translated Prague trilogy as a first-hand witness to her nation’s dispossession and as a form of resistance to the deletion of memory. The second chapter considers the painful transgenerational legacy of the era as it plays out in the work of bilingual writer Jean-Gaspard Páleníček. Chapter Three considers the ways in which the Prague novels of established French author Sylvie Germain negotiate the fine line between an appropriation of the stories of the other and a moral responsibility to bear witness. By bringing these authors together for the first time and locating their work within French Studies, my work foregrounds the need for Western criticism to pay attention to other valuable voices who can contribute to our understandings of the traumatic experience that has shaped modern history. ###

PONNOU-DELAFFON, Erin Tremblay , « The Echoes of Silence: Silence as an Ethical and Textual Problem in Contemporary French Literature », thèse de doctorat, Yale University, 2011, 253 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Contemporary writers Albert Camus, Eric-Emmanuel Schmitt, Elie Wiesel, and Sylvie Germain transpose the problem confronting the biblical Job in a century of total wars and genocides. Broadly influenced by a range of (a)theological perspectives, these authors grapple with existential experiences of divine silence in the face of both ordinary human suffering and the extraordinary horror of the Shoah. Despite their differences, they renegotiate surprisingly similar ethical and aesthetic responses to what has traditionally been conceived of as the “problem” of evil. Drawing on the work of philosophers from Gabriel Marcel to Emmanuel Levinas, I show how Camus, Schmitt, Wiesel, and Germain shift the terms and focus of the debate and propose ethical praxis as a way out of the aporia of theodicy. Charting varieties of post-secular literary production in French, they imagine narrative as a site of spiritual inquiry and moral commitment. Their work suggests the possibility of a silence-imbued literature after-the-disaster, in which metaphysical silence reshapes practices of speaking, writing, and reading.
The specifics of these responses—ethical and religious, literary and aesthetic—vary from author to author, as I draw out in each chapter. For Camus, indictment of the muteness of God and scandal of suffering catalyzes revolt, including rejection of explanations of evil, denunciation of silences that mask suffering, and refusal of any Kierkegaardian leap or Pascalian wager of belief. Schmitt’s narratives and dramas enact existential and epistemological crises in which characters confront both suffering and the (im)possibility of knowing themselves and others. As he reworks the wager and leap motifs, Schmitt advances a seemingly absurd faith and articulates an apology for the transformative power of encounters—with other humans, the silent Other, and even works of art.
Wiesel looks to Job as an explicit ethical and narrative model and counter-model from which he departs. His craft of silence-infused writing and turn to ethics become the leap to faith hoping to renew language and restore dialogic relation with both God and fellow humans in a post-Holocaust world. Finally, from the boisterous deity of the Book of Job’s conclusion we shift to a different biblical paradigm, that of Elijah’s encounter with the “small, still voice” ever present in Germain’s work. Recasting silence as an active, ethical mode, Germain proposes attentiveness to the textures of silence as a spiritual posture—and as a way of understanding acts of reading and writing. She radicalizes the notion of writing as containment of suffering which Camus hints at and Schmitt and Wiesel develop, suggesting a theory of re-enchantment and even possible redemption through literature.
With their renewed concern for the theoretical, thematic, and stylistic implications of metaphysical silence, these four contemporary writers reevaluate the relationship between word and silence and question if and how God-language can possibly be conceivable today. Beyond the literary and theological interest of their work, these authors offer an urgent message to a world divided, often violently, along ideological and religious lines. Their work proposes more discreet modalities of being-in-the-world as a corrective to the aggressive intolerance rearing its head across the globe.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest###

ROUSSOS, Katherine, Décoloniser l’imaginaire. Du réalisme magique chez Maryse Condé, Sylvie Germain et Marie NDiaye, Paris, L’Harmattan (Bibliothèque du féminisme), 2007, 258 p. +++ Monographie

### Présentation
Le réalisme magique, genre littéraire d’Amérique latine, repris aujourd’hui par les auteurs postcoloniaux, est né de la rébellion contre l’oppression colonisatrice. Cet ouvrage étudie le rôle important des romancières fondatrices qui ont utilisé ce genre littéraire pour remettre en cause la domination masculine et s’attache ensuite à étudier particulièrement les oeuvres romancières de Maryse Condé, Sylvie Germain et Marie Ndiaye. ###

POIRIER, Jacques, « Anus mundi, ou le glas des Pythre », Roman 20-50, n° 53 (2012), p. 11-20. +++ Article de revue

### Poirier, 2012, HTML ###

CAHNÉ, Pierre-Alain, « Le concept de forme et celui de signifié de puissance », dans Lectures lentes. Linguistique et critique littéraire, Paris, Presses universitaires de France (Formes sémiotiques), 2011, p. 5-24. +++ Monographie

### Voir plus particulièrement :
II. La saisie du temps dans l’œuvre de Sylvie Germain. Les formes en -ant
1. Pourquoi la fixation sur les formes en -ant – gérondif, participe présent ou adjectif verbal ?
2. Le participe présent et le thème de la métamorphose
3. La conscience et les formes en -ant de la conjugaison française ###

NARJOUX, Cécile et Jacques DÜRRENMATT, (dir.), La langue de Sylvie Germain : en mouvement d’écriture, Dijon, Éditions universitaires de Dijon (Langages), 2011, 242 p. +++ Collectif

### Présentation
Sylvie Germain a plusieurs fois témoigné de son attention extrême au langage, à sa vibration, aux mots, aux « labyrinthes » de la langue que doit emprunter le romancier entré « en mouvement d’écriture ». Ce volume se penche sur cet aspect peu étudié de son œuvre et cherche à voir comment l’écrivain mène cette exploitation et cette exploration des potentialités d’une langue qui définit le style. ###

Dossier « Sylvie Germain, Approches, n° 164 (décembre 2015). +++ Dossier de revue

### Sommaire
Sar Mir Wo Die Blen Sind (nouvelle inédite), Sylvie Germain
Grimspound, poème à Sylvie Germain, Toby Garfitt
En écho et miroir à Grimspound, Sylvie Germain
Sylvie Germain, romancière chrétienne ? Pour une troisième voie, Toby Garfitt
Entretien avec Sylvie Germain, Denise Le Dantec
Sylvie Germain en diagonale, Alain Goulet
Sylvie Germain ou les avènements du monde, Pierre Campion
Visions oniriques enfantines dans l’œuvre de Sylvie Germain, Évelyne Thoizet
En mode mineur : Petites scènes capitales, Marc Dambre
« La nuit arborescente » : apprendre à voir au versant du visible, Milène Stefkovic
L’écriture des larmes, Sylvie Germain
Les nuits de Sylvie Germain et le pari de Pascal, Alain Goulet
Le livre des nuits de Sylvie Germain, cent ans de bruit et de fureur, Sylvie Vignes
Tobie des montagnes, Tobie des marais, Olivier Got
Le langage des hommes, Guy Samama
Histoire d’une (dés)incarnation littéraire – Soliloque, au miroir de Sylvie Germain, Julie Francis, illustré par Arthur Cavagné
Chroniques (Journal Sud Ouest), Sylvie Germain
###

BOBLET, Marie‑Hélène, Terres promises. Émerveillement et récit au XXème siècle (Alain-Fournier, Breton, Dhôtel, Gracq, Germain), Paris, José Corti (Les Essais), 2011, 265 p. +++ Monographie

### Résumé
Si le roman a cru ne plus pouvoir croire en rien au point de ne plus assumer ni intrigue ni message ni personnage, quelques francs-tireurs ont parié sur la foi en l’événement, sur le sens et sur la présence quand même. Le Grand Meaulnes, les récits surréalistes, Le Rivage des Syrtes, les romans d’André Dhôtel ou de Sylvie Germain, ces récits ont l’outrecuidance de raconter l’émerveillement qui suspend à son incandescence toute temporalité, existentielle comme narrative. L’émerveillement est une émotion paradoxale, composée d’effroi et d’extase, de stupeur et d’éblouissement. Le « merveilleux pouvoir de sentir » dont s’enorgueillit Alain-Fournier irrigue le pari du récit surréaliste sur le réel qui inclut « tout l’au-delà de cette vie », tandis que « le sentiment de la merveille unique d’avoir vécu dans ce monde et dans nul autre » anime les personnages gracquiens. «L’ art de la défaillance » dhôtelien s’accorde à la « science de l’égarement ». Enfin Sylvie Germain, dans une oeuvre complexe et composite, épique et lyrique, chante « la splendeur et la douleur d’être ». En des temps d’indigence et de détresse, la nécessité éthique de s’étonner, se réjouir, s’émerveiller s’aiguise et réenchante le réel de la logique du sensible et du possible. Face à la problématicité de la modernité, l’énigmaticité suscite un rapport émotionnel et imaginaire du sujet à l’objet fait d’adhésion, de confiance, d’abandon. Il y a une énergie dans l’émerveillement, une réponse à un envoi, une activité dans la passivité, une passion dans l’état de suspension.
Le propre des romans est d’articuler, d’agencer des histoires qui, pour ordinaires qu’elles soient, font vibrer un peu de cette stupeur d’être au monde. Ils mettent en musique et en récit une posture existentielle, une relation affective et imaginaire de l’ordre de la croyance. Dans ce quand même, qui résonne de Breton à Ricoeur, me semblent se tenir et des défis esthétiques et des enjeux éthiques pour le vingt-et-unième siècle naissant. ###

KOOPMAN-THURLINGS, Mariska (dir.), « Accumulation et répétition dans l’écriture de Sylvie Germain. Un cas de tension et de belligérance textuelles entre la liste et le texte descriptif », dans Michelle LECOLLE, Raymond MICHEL et Sophie MILCENT-LAWSON (dir.), Liste et effet liste en littérature, Paris, Classiques Garnier (Rencontres), 2013, p. 291-309. +++ Chapitre de collectif

VECHE, Bogdan, « Attente(s) et effet d’anticipation dans l’oeuvre romanesque de Sylvie Germain », Dialogues francophones, n°16 (2010), p. 113-124. +++ Article de revue

COX, Fiona, « Le rôle d’Orphée chez Sylvie Germain », dans Séverinne CLÉMENT-TARANTINO et Florence KLEIN (dir.), La Représentation du «couple» Virgile-Ovide dans la tradition culturelle de l’Antiquité à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion (Cahiers de philologie), 2015. +++ Chapitre de collectif

BONORD, Aude, « L’anonymat, une mythologie de l’auteur contemporain ? (Cendrars, Dhôtel, Michon, Sylvie Germain, Louis-Combet) », dans Joël LOEHR & Jacques POIRIER (dir.), Retour à l’auteur, Paris, Épure, 2015. +++ Chapitre de collectif

FRACKOWIAK, Jean-François, « Les renouvellements du roman symbolique : Henry Bauchau, Sylvie Germain, Philippe Le Guillou », Les Cahiers du CERACC, n° 7 (2014). +++ Article de revue

### Frackowiak, 2014, PDF ###



Sylvie Germain - ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreSylvie Germain - ensemble de l'oeuvre
AuteurSylvie Germain
Parution9999
TriSylvie Germain - ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint