Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Tropismes

Nathalie Sarraute, Tropismes, Paris, Éditions Denoël, 1939, 140 p.
[Édition modifiée parue en 1957 aux Éditions de Minuit]

« Les tropismes, a expliqué l’auteur “ce sont des mouvements indéfinissables, qui glissent très rapidement aux limites de notre conscience ; ils sont à l’origine de nos gestes, de nos paroles, des sentiments que nous manifestons, que nous croyons éprouver et qu’il est possible de définir…” Vingt-quatre petits tableaux d’oscillations intérieures presque imperceptibles à travers clichés, lieux communs et banalités quotidiennes : vingt-quatre petits récits serrés, où il n’y a plus de trame alibi, plus de noms propres, plus de « personnages », mais seulement des “elle” et “il” , des “ils” et “elles”, qui échangent leur détresse ou leur vide au long de conversations innocemment cruelles ou savamment féroces. Tropismes contient les éléments dont, ensuite, Nathalie Sarraute tirera parti : textes très courts où une conscience jamais nommée, simple référence impersonnelle. s’ouvre ou se rétracte à l’occasion d’une excitation extérieure, recevant la coloration qui permet de l’entrevoir ».
(Présentation des Éditions de Minuit)

Documentation critique

BÉNARD, Johanne, « Silence, tropisme et stéréotype chez Nathalie Sarraute », L’Annuaire théâtral : revue québécoise d’études théâtrales, n° 33 (2003), p. 78-90. +++ Article de revue

### Résumé
La première question qui se pose lorsque l’on aborde le théâtre de Nathalie Sarraute est celle de la transition qui s’est opérée de l’oeuvre romanesque à l’oeuvre dramatique. Comment l’écrivaine fait-elle passer le tropisme dans le dialogue, la sous-conversation dans la conversation? Peut-elle alors éviter les schèmes et catégories de l’imaginaire social? Je me propose ici d’examiner ce problème par le biais d’une analyse comparative de deux textes présentant une thématique semblable : la pièce Le silence (1964), dans laquelle le personnage qui se tait est un homme, et un texte de Tropismes (1939), au centre duquel on trouve un personnage de femme silencieux.

Bénard, 2003, PDF ###

TOBIASSEN, Elin Beate, « Outrages à la pudeur. La brisure  d’Hélène Lenoir », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir, Paris, L’Harmattan (Critiques littéraires), 2009, p.141-163. +++ Monographie

###« La littérature contemporaine française est éminemment attentive aux actes d’écrire et de lire ; l’aborder, c’est souvent s’engager dans une voie où, comme le dit Gérard Genette en faisant référence au principe de l’anneau de Möbius, “l’écriture ne cesse de se lire” et “la lecture ne cesse de s’écrire et de s’inscrire”. L’un des traits caractéristiques est ainsi de construire des variétés de rubans littéraires qui, tout en ayant pour dénominateur commun d’éclairer deux versants inséparables du texte, possèdent chacun leurs méandres propres.

À travers l’analyse de cinq oeuvres d’écrivains contemporains, les études rassemblées dans cet essai développent de nombreux aspects de la relation Écriture/Lecture. Les textes d’Éric Chevillard, de Pierre Michon, de Christian Gailly et d’Hélène Lenoir révèlent un réseau complexe de questions entrecroisées incitant le lecteur à emprunter plusieurs circuits en suivant, pour chacune des oeuvres, leurs cheminements singuliers. » (Quatrième de couverture)

Ce chapitre a d’abord paru sous la forme d’un article:
TOBIASSEN, Elin Beate, « Lecture palimpsestueuse. De Nathalie Sarraute à Hélène Lenoir : filiation, réécriture », Orbis Litterarum. International Review of Literary Studies(Danemark), vol. 62, n° 2 (2007), p. 89-109. ###

TOBIASSEN, Elin Beate, « Lecture palimpsestueuse. De Nathalie Sarraute à Hélène Lenoir : filiation, réécriture », Orbis Litterarum. International Review of Literary Studies (Danemark), vol. 62, n° 2 (2007), p. 89-109. +++ Article de revue

###Résumé
« Hélène Lenoir, témoignant à la fois d’une dette et d’une contestation, semble avoir construit certaines nouvelles de son ouvrage La Brisurede façon à réécrire Nathalie Sarraute, et ceci, sur un point précis. Reprenant des thèmes de Tropismesliés à des rapports à chaque fois interpersonnels, entre deux êtres de sexe opposé, Lenoir les convertit pour injecter en eux une sensualité et une sexualité absentes de l’univers de son prédécesseur : à la décence de Nathalie Sarraute, Hélène Lenoir répond par des outrages répétés à la pudeur. L’article de Elin Beate Tobiassen procède dans cette optique à ce que Gérard Genette, à la suite de Philippe Lejeune, nomme une lecture palimpsestueuse, adjectif dérivé de la vieille image du palimpseste où l’on voit, sur le même parchemin, un texte se superposer à un autre qu’il ne dissimule pas entièrement, mais qu’il laisse paraître par transparence ; de cette manière, une structure nouvelle s’ajoute et s’emmêle à une fonction ancienne, et c’est la contradiction entre ces deux éléments simultanément présents qui donne « sa saveur »à l’ensemble textuel. Cette lecture relationnelle, qui lit un texte en fonction d’un autre, définit le rapport entre La Brisureet Tropismescomme étant d’ordre hypertextuel. »

Cet article a été repris en volume :
TOBIASSEN, Elin Beate, « Outrages à la pudeur. La brisured’Hélène Lenoir », dans La relation écriture-lecture. Cheminements contemporains. Éric Chevillard, Pierre Michon, Christian Gailly, Hélène Lenoir

Tobiassen-Lenoir, 2007, HTML ###

McCONNELL, Anne, « Anonymity and the Neutral in Nathalie Sarraute’s Tropisms », dans Approaching Disappearance, Champaign, Dalkey Archive, 2013, 223 p. +++ Monographie

### Quatrième de couverture
Maurice Blanchot (1907–2003), one of the most influential figures of twentieth-century French literature, produced a wide variety of essays and fictions that reflect on the complexities of literary work. His description of writing continually returns to a number of themes, such as solitude, passivity, indifference, anonymity, and absence—forces confronting the writer, but also the reader, the text itself, and the relations between the three. For Blanchot, literature involves a movement toward disappearance, where one risks the loss of self; but such a sacrifice, says Blanchot, is inherent in the act of writing. Approaching Disappearance explores the question of disappearance in Blanchot’s critical work and then turns to five narratives that offer a unique reflection on the threat of disappearance and the demands of literature—work by Franz Kafka, Jorge Luis Borges, Louis-René Des Forêts, and Nathalie Sarraute. ###

CARUSO, Katharine H., « Whose desires are they ? The Politics of Subversion in Works by E. M. Forster, Nathalie Sarraute, and Jean Rhys », thèse de doctorat, Department of English, University of Oklahoma, 2006 , 159 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Voir plus particulièrement le chapitre « Nathalie Sarraute’s Tropismes: There is No “Other” Woman? (p. 58- 88), incluant les sous-sections « After the Feminine Subject? », « Critics of “the Feminine” and Sarraute’s Feminist Critics » et « The Feminine Subject and the Family Dance: Whose Desires Are They? ». ###

KAWAKAMI, Akane, « Nathalie Sarraute’s Accent: The Poetry of Tropismes », French Studies: A Quarterly Review, vol. 58, n° 4 (octobre 2004), p. 499-512. +++ Article de revue

### Abstract
This article explores the basis for Nathalie Sarraute’s insistence that her work be classified as poetry rather than prose. The article shows that the roots of this preference can be found in her theoretical writings, which are put into practice in her creative works. Their ‘poetic’ quality is analysed using the tools of prosody, specifically on extracts from her collection of prose poems, Tropismes. This exercise throws up interesting theoretical resemblances between Sarraute and Proust: they share an extreme sensitivity to the aural aspect of written texts. The prosodic analysis also offers a new method of exploring the Sarrautean tropism, that is to say in terms of poetic accent: the nature of the tropism is reconsidered in the context of late nineteenth-century theories of speech rhythms, and compared with the notion of the ‘accent d’impulsion’.

Kawakami, 2004, PDF ###

FONTAINE, Xavier, « Approche philologique des Tropismes de Nathalie Sarraute », Lettres Romanes, vol. 55, n° 1-2 (février-mai 2001), p. 97-106. +++ Article de revue

THYRION, Francine, « Langage et authenticité dans les Tropismes de Nathalie Sarraute : Points de vue contrastés », Lettres Romanes, vol. 51, n° 3-4 (août-novembre 1997), p. 263-273. +++ Article de revue

MINOGUE, Valerie, « The Child, the Doll, and the Hands That Hold: Tropisme 1 as a Paradigm in the Work of Nathalie Sarraute », New Novel Review: Nueva Novela/Nouveau Roman Review, vol. 3, n° 1 (octobre 1995), p. 21-34. +++ Article de revue

MENNAN, Zeynep, « Les Jeux de visions dans Tropismes de Nathalie Sarraute », Frankofoni, n° 4 (1992), p. 333-339. +++ Article de revue

MOSER-RABENSTEIN, Helga, « Nathalie Sarraute : la Dame des Tropismes », dans Gudrun M. GRABHER et Maureen DEVINE (dir.), Women in Search of Literary Space, Tübingen, Narr, 1992, p. 15-27, +++ Chapitre de collectif

HESBOIS, Laure, « Vous les entendez? Nathalie Sarraute à l’écoute des signaux secrets: Tentative de décodage », Atlantis: A Women’s Studies Journal/Revue d’Etudes sur la Femme, vol. 11, n° 2 (printemps 1986), p. 88-96. +++ Article de revue

WIGHT, Doris T., « Ironies Romantic and Naturalistic: James Joyce’s Epiphanies and Nathalie Sarraute’s Tropisms », The Rackham Journal of the Arts and Humanities (1987), p. 15-45. +++ Article de revue

BARBOUR, Sarah, « A Feminist Reading: Nathalie Sarraute’s Tropismes », French Literature Series, n° 16 (1989), p. 132-140. +++ Article de revue

HUBERT, Renee R., « Microtexts: An Aspect of the Work of Beckett, Robbe-Grillet, and Nathalie Sarraute », International Fiction Review, vol. 1, n° 1 (1974), p. 9-16. +++ Article de revue

### Résumé
Attempts to establish relationships among the short texts of Sarraute, Beckett, and Robbe-Grillet; Tropismes, Instantanés, and Textes pour rien show respectively the writer in search of a relation between man and man, man and object, man and language, focusing on a time experience restricted to the present. Each exploration encounters obstacles which prevent a cohesive overall view. This accounts for fragmentation or discontinuity. All three writers relate to the void which results in contestation of continuity in perception and expression of self. ###

MURCH, Anne C., « Eric Berne’s Games and Nathalie Sarraute’s Tropismes », Australian Journal of French Studies, n° 8 (1971), p. 62-83. +++ Article de revue

### Murch, 1971, PDF ###

LEE, Mark, « Tropismes  : le réel comme rythme de l’histoire », Études littéraires, vol. 29, n° 1 (1996), p. 11-20. +++ Article de revue

### Résumé
Comment écrire l’histoire d’un événement qui exclut celui qui en témoigne ? Cet article cherche une réponse à cette question en interrogeant la dimension rythmique et non cognitive du tropisme dans les premiers textes de Nathalie Sarraute. En faisant un rapprochement entre le réel lacanien (« ce qui revient à la même place ») et la notion de rythme en tant que forme suggérée par Émile Benveniste, cet article cerne la forme qu’adopte l’histoire sarrautienne, et montre comment le rythme du réel enchâsse Sarraute dans une histoire littéraire percutante.

Lee, 1996, PDF ###

McCONNELL, Anne C., « Communication through interruption : The dislocated conversation of writing and reading », thèse de doctorat, University of Colorado at Boulder, 2006, 216 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
Maurice Blanchot employs the concept of interruption to characterize the role of discontinuity in conversation, and in the literary work. For Blanchot, interruption both aids in understanding by allowing for the necessary pauses and intervals that define the boundaries of words and thoughts, and it also disrupts continuity by emphasizing the infinite interval separating the two parts of an exchange—speaker and listener, writer and reader, writing and the origin from which it arises. One of the most important ideas that comes out of this analysis of interruption concerns the distinction of the book and the work . In The Space of Literature , Blanchot writes, “The writer belongs to the work, but what belongs to him is only a book, a mute collection of sterile words, the most insignificant thing in the world” (23). While the writer’s task involves a sort of passive listening to the incessant murmur of the infinite work, she or he must in a sense betray the most essential quality of the work—its infinite recession into nothingness—by bringing the work to expression within the material and linguistic confines of the book. In spite of this necessary failure on the part of writing, the book, for the reader, remains the site where she or he may gain a sort of access to the work. Thus, the book becomes a means of impossible exchange between writing and reading—an exchange based upon the interruption of the work’s infinite recession. I develop a reading of Blanchot’s continual reference to the Orphic myth throughout his work as a way of considering the impossible communication of literature. After a preliminary chapter dedicated to an analysis of the Blanchotian theoretical perspective that informs my dissertation, I focus upon the notion of communication through interruption as a way of reading five short fiction texts. Franz Kafka’s “The Burrow,” Jorge Luis Borges’s “The Garden of Forking Paths,” Louis-René Des Forêts’s The Bavard , Nathalie Sarraute’s Tropisms , and Blanchot’s L’arrêt de mort all address the supposed outer limits of the text, meditating upon the interrupting function of textual space in regards to the infinite movement of the work. In addition, they focus on the interaction and communication of writing and reading within, and infinitely outside of, the text that serves as their site of exchange. Kafka’s narrator obsesses over the outer surroundings of his burrow, which propels him to keep digging, Borges proposes the possibility of unwritten narratives beyond the material space of the text, Des Forêts focuses upon the infinite quality of empty chatter, Sarraute “says” as little as possible by bringing attention to the profound “emptiness” of the text itself and the characters within, and Blanchot demonstrates the Orphic circularity of writing and reading as it erases the boundaries which create order and definition in the text. In his or her own unique fashion, each writer meditates upon the limiting factors of textual space and seems to search for a certain blankness which defies containment. This blankness provides the interval within which literary communication functions. When reading these texts through Blanchot’s theoretical perspective, we can see the way that these contemporary writers turn away from the concrete, the meaningful, the significant, in favor of a much less secure grounding that defies spatial, temporal, and cognitive limitations.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest ###

VAN DER KROGT, Annette, « Nathalie Sarraute et la réécriture de Proust dans Tropismes », dans Sjef HOUPPERMANS, Nell de HULLU-van DOESELAAR, Manet van MONTFRANS, et al., Proust dans la littérature contemporaine, Amsterdam / New York, Rodopi (Marcel Proust Aujourd’hui), 2008, 274 p. +++ Article de revue



Tropismes (oeuvre)
TitreTropismes
AuteurNathalie Sarraute
Parution1939
TriTropismes
Afficheroui

Outils de la page

complaint