Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Tu ne me dis jamais que je suis belle

Gilles Archambault - Montréal, Boréal, 1994, 155 p.

tu_ne_me_dis_jamais_que_je_suis_belle.jpg

« Le charme opère toujours […]. Toutes ces nouvelles sont étonnantes et pourtant si proches. Elles rendent le son continu d’une seule voix murmurante, que l’on entend particulièrement bien à la fin dans celle de l’écrivain. Belle, cette prose? Oui, dans cette limpidité du narré où l’intime dit tout, par petites touches impressionnistes […]. Jacques Allard, Le Devoir » (Quatrième de couverture)

Documentation critique

DENOMME BEAUDOIN, Maude, « Le coeur bègue, recueil de nouvelles suivi de Les représentations de la vieillesse chez trois nouvelliers québécois (1994-2001) », thèse de doctorat, département des lettres et communications, Université de Sherbrooke, 2007, 300 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###« Depuis longtemps, la littérature et la vieillesse sont intimement liées, notamment par la récurrence du thème dans les écrits de tous genres ou la question de l’écriture cathartique en fin de vie. Des auteurs de tout acabit se sont penchés sur la vieillesse et leurs observations ont fait l’objet de plusieurs essais sur le sujet, mais rarement le corpus québécois a-t-il été inclus dans ces études. Pourtant, la production québécoise, et plus spécifiquement la production des vingt-cinq dernières années, offre de nombreuses représentations de la vieillesse et ce, dans tous les genres littéraires.

Cependant, on ne peut traiter tous les genres à la fois. Pour amorcer cette recherche, le genre de la nouvelle paraît tout indiqué, non seulement parce qu’il s’avère être le genre d’écriture que je pratique, mais surtout parce qu’il est rarement abordé, voire souvent traité comme un sous-genre, et parce qu’il permet de scruter un plus grand nombre de représentations, par l’accès à un corpus plus nombreux de textes courts. Du reste, la nouvelle offre une esthétique distincte de celle du roman, où l’urgence et la concision sont susceptibles de mener à une représentation plus lapidaire, plus condensée de divers phénomènes sociaux, dont la vieillesse. Il est évidemment difficile de juger du contenu social de ces nouvelles et d’en évaluer la véracité, de sorte que le but de cette thèse sur les représentations de la vieillesse n’est pas tant d’évaluer la vraisemblance des représentations que de mettre en rapport l’état des connaissances sur la vieillesse et la production littéraire, en l’occurrence la nouvelle très brève. La dynamique du genre commande une représentation certainement très différente de celle que l’on peut retrouver dans le roman ou le poème.

De fait, cette thèse est composée d’un recueil de 60 nouvelles très brèves, Le cœur bègue, dont les thèmes principaux sont l’amour, la mort, la solitude, et auxquels se greffent d’autres thèmes, tels que la vieillesse. Autant d’histoires saisies à la volée, faisant fi du drame ou de l’explication pour ne laisser qu’une impression, une image tout aussi éphémère que pénétrante. À la suite de ce recueil, on trouve une étude thématique à tendance sociocritique intitulée « Les représentations de la vieillesse chez trois nouvelliers québécois (1994-2001) », composée d’un bref tour d’horizon des recherches actuelles sur la vieillesse, tant réelle que représentée, et de l’analyse de vingt nouvelles de Gilles Archambault (Tu ne me dis jamais que je suis belle et autres nouvelles et Comme une panthère noire), Gabrielle Gourdeau (L’âge dur) et Françoise Tremblay (L’office des ténèbres). Chacun marqué par une voix pour le moins singulière, ces auteurs prennent des chemins tantôt opposés, tantôt parallèles pour proposer leur vision de la vieillesse dans une société peu encline à l’accueillir. Dans tous les cas, les exigences particulières de la nouvelle sont au service de ces représentations noires, sarcastiques ou violentes.

Enfin, le dernier chapitre consiste en une réflexion sur ma pratique d’écriture, les particularités de la nouvelle très brève et les représentations de la vieillesse et d’autres sujets qu’elle autorise. Particulièrement exigeant, cet exercice a néanmoins l’utilité d’expliquer la source de certaines représentations, reposant sur une expérience vécue presque par procuration, et de certains choix formels, redevables d’une vision du monde marquée au sceau de l’éphémère et de l’inscription dans le temps. Un temps qui passe inexorablement. » (Résumé joint à la thèse)

Porte aussi sur Comme une panthère noire.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###



Tu ne me dis jamais que je suis belle (oeuvre)
TitreTu ne me dis jamais que je suis belle
AuteurGilles Archambault
Parution1994
TriTu ne me dis jamais que je suis belle
Afficheroui

Outils de la page

complaint