Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Un enfant à ma porte

Ying Chen - Montréal, Boréal, 160 pages.

« “La peur de perdre cet enfant me hantait. C’était une peur de moi-même, de mon manque de mérite en tant que mère, du manque d’instinct maternel en moi, je suppose, qui, ordinairement, tire les parents par les cheveux et leur fait jouer ce rôle jusqu’au bout, jusqu’à ce qu’ils n’en puissent plus, jusqu’à leur mort.”

Une femme trouve un enfant sur le pas de sa porte. Recroquevillé, muet. Elle décide de l’adopter et se retrouve soudain investie du rôle de mère. Son mari, ses voisins, ses amis ne la considèrent plus de la même façon. Elle, la première, se sent menacée au plus profond de son être. Ne doit-elle pas désormais consacrer sa vie à combler les besoins de sa progéniture ? N’est-elle pas tout à coup engagée dans une vaste entreprise, sa descendance, qui s’étendra bien au-delà de sa mort, de celle de son fils, mais qui ne peut que provoquer son propre anéantissement ?

Ne se trouve-t-elle pas condamnée, comme la femelle du ver à soie, à mourir, épuisée, après avoir assuré la survie de l’espèce ?

Renversant la perspective qui était celle de son troisième roman, L’Ingratitude, Ying Chen donne ici un livre dérangeant, choquant, scandaleux. Avec une dévorante ironie, elle dynamite les bons sentiments qui encombrent immanquablement les discours au sujet de la maternité.

En montrant l’impossibilité d’être mère, elle révèle au grand jour la tragédie qui se cache au creux de chacun de nos gestes, même les plus banals. En démontrant, au fond, l’impossibilité de vivre, elle nous permet paradoxalement de cerner au plus près ce qu’est cette chose révoltante, insaisissable : la vie. »

Présentation des Éditions du Boréal

Documentation critique

BEAUDOIN, Réjean, « La littérature québécoise reste un paradoxe », dans Liberté, vol.50, n˚4 (2009), p.24-33. +++ Article de revue

### (Voir plus précisément les pages 29 à 31.)

BEAUDOIN, 2009, PDF ###

RODGERS, Julie, « “Comment peut-on être moi quand on est Mère ?” Une étude de la maternité dans Un enfant à ma porte (2009) de Ying Chen », dans International Journal of Candian Studies/ Revue internationale d’études canadiennes, n˚45-46 (2012), p.403-416. +++ Article de revue

### Résumé :

« Cet article discute des conséquences de la maternité sur la subjectivité de la femme en se focalisant sur Un enfant de ma porte de Ying Chen, publié d’abord par Boréal en 2008 et ensuite par Seuil en 2009. Bien que ce roman ne constitue pas la première tentative de la part de Ying Chen d’examiner le thème de la maternité dans son écriture, ce qui est intéressant dans le roman Un enfant à ma porte, c’est que l’auteure nous donne accès à la voix de la mère au lieu de faire narrer son histoire par le biais d’un autre personnage. Cet article considérera l’idée de l’ambiguïté maternelle ainsi que les obstacles auxquels la mère doit faire face dans la lutte pour préserver sa propre identité tout en s’occupant d’un autre. »

Abstract :

« This article discusses the impact of motherhood on female subjectivity, as depicted in Ying Chen’s Un enfant à porte, published first by Boréal in 2008 and then by Seuil in 2009. Although this is not the first time that Ying Chen has examined the theme of motherhood in her writing, what is unique about Un enfant à ma porte is that it gives us direct access to the mother’s voice, as opposed to her story being narrated through another character. This article will look at the issue of maternal ambiguity and the difficulties enountered by the mother in her effort to maintain a sense of self while caring for another. »

RODGERS, 2012, PDF ###

SILVESTER, Rosalind, « From the individual to the universal : Ying Chen’s Un enfant à ma porte », dans International Journal of Francophone Studies, vol.15, n˚1 (2012), p.119-130. +++ Article de revue

### Abstract :

« The question of the universal, figuring in the majority of Ying Chen’s texts due to the lack of spatial and temporal reference points, develops into a major theme in Un enfant à ma porte (2009). A foundling, adopted by the narrator and her husband, causes the former to become strongly attached to the present and to contemplate the future in depth, rather than to remain preoccupied with the memories of her previous reincarnations. The text proves to be much more than a simple ‘récit de filiation’, as some critics have understood it, since it not only presents the individual and unusual circumstances of an unconventionally formed family, but it also raises concerns affecting the whole of humanity in the twenty-first century. In this way, it acts as a social manifesto, both advocating the re-evaluation of the role of mothers and warning against the possible demise of our species. »

Résumé :

« La question de l’universel, soulevée dans la majorité des textes de Ying Chen à cause notamment de la relative absence de références temporelles et culturelles, est placée au centre de son texte Un enfant à ma porte (2009). Un enfant trouvé et adopté par la narratrice et son mari provoque un sentiment d’attachement fort au présent, et mène la narratrice à une contemplation approfondie de l’avenir qui contraste avec ses précédentes préoccupations au sujet de ses réincarnations antérieures. Davantage qu’un simple ‘récit de filiation’ centré sur une famille atyp- ique comme ont pu l’écrire certains critiques, ce texte dépasse l’individuel pour aborder des problèmes universels et contemporains et peut être lu comme une sorte de manifeste social prônant, d’une part, une revalorisation du rôle de la mère et, d’autre part, une mise en garde contre le risque de la disparition de notre espèce. » ###

SILVESTER, Rosalind, « De l’individuel à l’universel : Un enfant à ma porte de Ying Chen », dans Rosalind SILVESTER et Guillaume THOUROUDE (dir.), Traits chinois / Lignes francophones, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2012, p.159-175. +++ Chapitre de collectif

PARENT, Anne Martine, « Héritages mortifères. Rupture dans/de la filiation chez Ying Chen et Jane Sautière », dans Temps Zéro, n˚5 (2012), [en ligne]. +++ Article de revue

### Résumé :

« Les récits Nullipare (2008) de Jane Sautière et Un enfant à ma porte (2008) de Ying Chen mettent tous deux en scène des femmes qui se révèlent incapables d’être mères. Le présent article montre que cette incapacité à avoir un enfant vient du fait que pour les deux narratrices, la filiation est liée à la mort, à la perte et à l’absence ; dans les deux textes, un héritage mortifère fait rupture et empêche la filiation de se poursuivre. »

Abstract :

« Jane Sautière’s Nullipare (2008) and Ying Chen’s Un enfant à ma porte (2008) both portray a woman unable to become a mother. This article shows that the inability to have a child stems from the fact that, for the narrators of each work, filiation is linked to death, to loss, and to absence; in the two texts, a deadly legacy breaks the line of filiation and prevents its continuation. »

PARENT, 2012, HTML ###



Un enfant à ma porte (oeuvre)
TitreUn enfant à ma porte
AuteurYing Chen
Parution2008
TriUn enfant à ma porte
Afficheroui

Outils de la page

complaint