Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

Les deux révisions précédentes Révision précédente
oeuvres:vie_secrete [2018/06/09 18:34]
Laurianne Thibeault [Documentation critique]
oeuvres:vie_secrete [2018/06/09 18:35] (Version actuelle)
Laurianne Thibeault [Documentation critique]
Ligne 11: Ligne 11:
 OUALLET, Yves, « Le silence, l’écrit. //Vie secrète//, les silences de Pascal Quignard », //Loxias//, no 32 (février 2011). +++ Article de revue en ligne OUALLET, Yves, « Le silence, l’écrit. //Vie secrète//, les silences de Pascal Quignard », //Loxias//, no 32 (février 2011). +++ Article de revue en ligne
  
-###« Pascal Quignard dans Vie secrète lie la recherche du silence à une triple expérience : choix existentiel originel, expérience musicale, activité littéraire. L’expérience du silence permet d’abord de comprendre un parcours de vie. Dans la mesure où cette vie se définit finalement dans la destination littéraire,​ la méditation sur le silence devient inséparable d’une réflexion sur la littérature. Mais cette réflexion est plus profondément une pensée de l’humain face au langage et à ses limites. L’opposition frontale de l’écriture et de l’oralité se révèle ici dans le vis-à-vis du regarder et de l’entendre. Manière de vivre autant qu’archéologie de l’espèce humaine, la littérature apparaît ainsi comme “la mise au silence du langage”. » (Résumé joint à l’article)+###« Pascal Quignard dans //Vie secrète// lie la recherche du silence à une triple expérience : choix existentiel originel, expérience musicale, activité littéraire. L’expérience du silence permet d’abord de comprendre un parcours de vie. Dans la mesure où cette vie se définit finalement dans la destination littéraire,​ la méditation sur le silence devient inséparable d’une réflexion sur la littérature. Mais cette réflexion est plus profondément une pensée de l’humain face au langage et à ses limites. L’opposition frontale de l’écriture et de l’oralité se révèle ici dans le vis-à-vis du regarder et de l’entendre. Manière de vivre autant qu’archéologie de l’espèce humaine, la littérature apparaît ainsi comme “la mise au silence du langage”. » (Résumé joint à l’article)
  
   *[[http://​revel.unice.fr/​loxias/​index.html/​index.html?​id=6577|OUALLET,​ 2011, en ligne]]   *[[http://​revel.unice.fr/​loxias/​index.html/​index.html?​id=6577|OUALLET,​ 2011, en ligne]]

Outils de la page

complaint