Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Volkswagen blues

Jacques Poulin, Volkswagen blues, Montréal, Québec / Amérique (Littérature d’Amérique), 1984, 290 p.

« En compagnie d’une jeune métisse indienne surnommée la Grande Sauterelle, un écrivain, Jack, part à la recherche de son frère Théo dont il est sans nouvelles depuis plusieurs années. Amorcé à Gaspé, au Québec, son voyage le conduira jusqu’à San Francisco, non sans un détour du côté de l’Amérique profonde, par la route des pionniers.
Volkswagen Blues est un road novel où l’on croise les fantômes de quelques “clochards célestes”. Si l’Amérique s’est construite dans la violence, Jack et la Grande Sauterelle récusent cet héritage et aspirent à la paix. C’est aussi un roman d’amour émouvant et feutré, tout en retenue, où domine - comme dans la conquête de l’Ouest - la soif de liberté.»
(Quatrième de couverture de l’édition de 1998 de Léméac Éditeur )

Documentation critique

SANAKER, John-Kristian, « Jacques Poulin, romancier historien - sans en avoir l’air », dans Beïda CHIKHI et Marc QUAGHEBEUR (dir.), Les écrivains francophones interprètes de l’Histoire. Entre filiation et dissidence, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang (Documents pour l’Histoire des Francophonies / Théorie, 10), 2006, p. 207-215. +++ Chapitre de collectif

###Extraits de l’introduction et de la conclusion, p. 209, 214
« [M]algré [un] côté intime, personnel […], Poulin est bien un écrivain qui écrit un chapitre important de l’histoire du Québec contemporain. », et ce, par les usages de la langue et de la littérature que relève l’auteur dans l’oeuvre de Poulin. Ces usages révéleraient que le « Québec n’existe pas comme enjeu, comme territoire à défendre, mais comme un élément stable et bien intégré dans la culture de l’Amérique du Nord ». Voilà ce que serait « l’apport poulinien à l’histoire de son pays ».

Porte également sur Les yeux bleus de Mistassini . ###

VANDERVOORT, Edith Biegler, « Subverting the Masculine Image in Jacques Godbout’s Salut Galarneau and Jacques Poulin’s Volkswagen Blues », dans Edith Biegler VANDERVOORT (dir.), Masculinities in Twentieth- and Twenty-First Century French and Francophone Literature, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars, 2011, p. 305-324. +++ Chapitre de collectif

DOLBEC, Nathalie, « Les contours du descriptif dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin », Canadian Literature, n° 216 (printemps 2013), p. 85-99. +++ Article de revue

NAVARRO PARDIÑAS, Blanca, « Phénoménologie de l’acte de lecture : l’exemple de Volkswagen blues de Jacques Poulin », Tangence, n° 36 (mai 1992), p. 52-62. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Nous nous proposons ici de travailler ce corpus, de reconstruire en fait un acte de lecture de Volkswagen Blues. Nous prendrons comme point de départ la théorie de Wolfgang Iser, de façon à explorer l’interaction entre le texte et le lecteur réel. »

Navarro Pardiñas, 1992, PDF ###

TREMBLAY, Roseline, « L’aventurier », dans L’écrivain imaginaire. Essai sur le roman québécois (1960-1995), Montréal, Hurtubise HMH (Cahiers du Québec, 138 / Littérature), 2004, p. 173-234. +++ Monographie

###L’auteure tente une typologie des personnages écrivains dans la littérature québécoise récente et sur la réflexion sur l’acte créateur que leur présence fictive soulève. Elle s’intéresse au cas de Jack Waterman dans Volkswagen blues.

(Voir la partie « Jacques Poulin ou la nostalgie du héros », p. 217-225) ###

PATERSON, Janet M., « Métissage et altérité: Volkswagen Blues et La petite fille qui aimait trop les allumettes », dans Figures de l’Autre dans le roman québécois, Québec, Nota bene (Littérature(s), 27), 2004, p. 105-136. +++ Chapitre de collectif

###Dans ce chapitre, l’auteure examine la nouvelle représentation de l’Autre qui se manifeste depuis 1980, où « l’Autre est une figure hétérogène, ambivalente, complexe. Il s’agit de personnages dont la nature plurielle modifie la représentation et la conceptualisation de l’Autre, de même que la question identitaire ». ###

DOLBEC, Nathalie, « D’un tableau l’autre: le parcours de l’ekphrasis dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin », Canadian Literature, n° 184 (printemps 2005), p. 27-43. +++ Article de revue

### Extrait de l’introduction
« Volkswagen Blues est un roman de la quête. Celle de Théo, menée par son frère Jack Waterman accompagné de Pitsémine (la Grande Sauterelle), en est le “motif prédominant” (Harel 176). Comme il se doit, la quête engendre un certain nombre de péripéties, parmi lesquelles revient la mise en présence de documents visuels, d’ordre pictural et éventuellement photographique, qui, sous le regard des deux protagonistes, donnent lieu à autant d’ekphrasis. Notre propos est de montrer que les trois ekphrasis relevées ci-dessus, loin d’être de “simple[s] auxiliaire[s] du récit” (Genette 58), rendent compte des vicissitudes de la quête, au même titre que la narration. »

Dolbec, 2005, PDF ###

MAGNAN, Lucie-Marie et Christian MORIN, « Volkswagen Blues », dans Lectures du postmodernisme dans le roman québécois, Québec, Nuit blanche éditeur (Littérature(s), 10), 1997, p. 191-194. +++ Monographie

###Les auteurs proposent des pistes de lecture qui montrent comment Volkswagen Blues s’apparente au mouvement postmoderne. ###

PARRIS, David L., « Cats in the Literature of Quebec. N’est pas chat qui le veut », British Journal of Canadian Studies, vol. 3, n° 2 (1988), p. 259-266. +++ Article de revue

###Résumé
« L’auteur remarque la présence insistante et récurrente du thème du chat dans la production romanesque québécoise des dernières années (1980-1988). Il s’interroge donc sur le rôle possible du chat dans quelques oeuvres, dont Volkswagen blues. »###

WINTERBURN, Mike, « “Américanité” in two Recent Quebec Novels », British Journal of Canadian Studies, vol. 3, n° 2 (1988), p. 277-284. +++ Article de revue

###L’auteur se propose d’examiner la façon dont Poulin aborde l’américanité dans Volkswagen blues.###

L’HÉRAULT, Pierre, « Volkswagen blues : traverser les identités », dossier « Jacques Poulin », Voix et images, vol. 15, n° 1 (n° 43 — automne 1989), p. 28-42. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Pour en arriver à déterminer la position de Volkswagen bluesdans le texte québécois et le discours identitaire [des années 1980], seront examinées d’abord les figures de la quête et du voyage, ensuite celle du métissage appliqué aux personnages et, finalement, quelques références littéraires. »

L’Hérault, 1989, PDF ###

LABONTÉ, René, « Québec-Californie : la Californie à travers la fiction littéraire québécoise », The French Review, vol. 62, n° 5 (avril 1989), p. 803-814. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Présente dans nos journaux et revues, la Californie l’est aussi dans la fiction québécoise. C’est pourquoi il est tout à fait légitime de se demander : comment la Californie apparaît-elle à travers l’imaginaire collectif québécois ? Je tenterai de répondre à cette question en ayant recours à des romans et nouvelles québécois [parmi lesquels figure Volkswagen blues]. Pour conduire cette analyse, je me situerai à un niveau para-littéraire, c’est-à-dire que je considérerai des oeuvres dites littéraires comme un document social, sans les envisager au plan esthétique, celui de la forme, de la cohérence ou de la convergence des procédés stylistiques.Dans un premier moment, je m’arrêterai à la Californie du dix-neuvième siècle, celle du pays de l’or ; puis dans un deuxième temps, je m’attarderai à une Californie beaucoup plus diversifiée, celle qui apparaît dans des œuvres publiées depuis 1955. »

Note : L’auteur traite plus particulièrement de Volkswagen blues aux pages 809-810.

Labonté, 1999, PDF ###

LEBLANC, Julie, « Le système pictural de Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Jean-Michel LACROIX, Simone VAUTHIER et Héliane VENTURA (dir.), Image et récit : littérature(s) et arts visuels du Canada, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 1993, p. 195-208. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque international organisé conjointement à Strasbourg du 22 au 24 octobre 1992 par le Centre interdisciplinaire d’études canadianistes de Strasbourg et le Centre d’études canadiennes de la Sorbonne Nouvelle.

Extrait, p. 198
« La prise en charge du système signifiant inscrit au sein de Volkswagen Blues de Jacques Poulin requiert que nous nous attardions à une série de questions d’ordre rhétorique (persuasion, véridiction, authentification), socio-historique (la conquête de l’Amérique, la poursuite des mythes, l’histoire de la colonisation) et sémiotique (l’intertextualité, l’historiographie, la postmodernité). Autrement dit, de façon à ce que les rapports entre la narrativité et l’iconicité soient traités de façon approfondie, il est nécessaire d’envisager le sytème pictural présenté dans ce roman, non pas comme un élément autonome sans rapport avec ce qui l’entoure, mais comme une structure supportée par l’appareil discursif, par l’entremise duquel l’image photographique se voit insuffler plusieurs signifiés. » ###

LAPOINTE, Jean-Pierre, « Sur la piste américaine : le statut des références littéraires dans l’oeuvre de Jacques Poulin », dossier « Jacques Poulin », Voix et images, vol. 15, n° 1 (n° 43 — automne 1989), p. 15-27. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Les références à la littérature - et en particulier à la littérature américaine - abondent dans l’oeuvre de Jacques Poulin. D’un roman à l’autre, des noms d’écrivains, des titres de livres, surgissent au détour d’un dialogue ou dans un repli de la trame narrative, cortège insolite dont le défilé semble procéder d’une volonté systématique de l’auteur, mais dans quelle intention au juste? S’agit-il, tel qu’il le laisse entendre, d’une énumération innocente de quelques ouvrages ou auteurs de prédilection […] ? Ou ne faut-il pas chercher à y voir au contraire un réseau d’indices qui invite le lecteur à un repérage attentif, voire à un décodage rigoureux ? » ###

MIRAGLIA, Anne Marie, « Lecture, écriture et intertextualité dans Volkswagen blues », dossier « Jacques Poulin », Voix et images, vol. 15, n° 1 (n° 43 — automne 1989), p. 51-57. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Que l’écriture se prenne souvent elle-même comme sujet des romans de Jacques Poulin est un phénomène incontestable. Mais nulle part est-ce aussi flagrant que dans son roman Volkswagen blues. C’est à la fois le récit de la quête d’un frère à travers le continent américain et le récit de lectures devenues écritures. Roman autoreprésentatif mettant en scène un couple assez curieux, un écrivain québécois âgé de 40 ans et une jeune Métisse, personnage avide de lectures, Volkswagen blues se réfléchit non seulement à travers un personnage écrivain, mais aussi à travers un personnage lecteur que j’appellerai le “lecteur fictif”. »

Miraglia, 1989, PDF ###

BEAUDOIN, Réjean et André LAMONTAGNE, « Un demi-siècle de réception critique de la littérature québécoise au Canada anglais : 1939-1989 », dans Denis SAINT-JACQUES (dir.), Tendances actuelles en histoire littéraire canadienne, Québec, Nota bene (Les Cahiers du Centre de recherche en littérature québécoise, 29), 2003, p. 85-105. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« Nous voulons […] signaler et comprendre les écarts les plus visibles dans les stratégies d’évaluation critique par rapport à l’institution littéraire québécoise : sur-représentation de certains auteurs (Carrier) au Canada anglais, sous-représentation d’autres (Ducharme), et quasi-silence sur un écrivain au statut par ailleurs consacré au Québec (Vadeboncoeur) ; différences notables de stratégies de lecture dans l’appréciation des oeuvres de Jacques Poulin. La sanction appréciative pèse sévèrement sur certains des romans de ce dernier, comme nous le verrons plus loin. »

Corpus retenu
Mon cheval pour un royaume, Jimmy, Le coeur de la baleine bleue, Les grandes marées et Volkswagen blues

Note : Volkswagen blues est traité plus particulièrement aux pages 98-102.
Étude publiée également dans Canadian Literature###

NAVARRO PARDIÑAS, Blanca, « La représentation de la lecture dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans François DUMONT et Frances FORTIER (dir.), Littérature québécoise : la recherche en émergence. Actes du deuxième colloque interuniversitaire des jeunes chercheur(e)s en littérature québécoise tenu les 13, 14 et 15 juin 1990 au Centre de recherche en littérature québécoise de l’Université Laval, Québec, Nuit blanche éditeur (Les Cahiers du Centre de recherche en littérature québécoise de l’Université Laval. Colloque, 1), 1991, p. 71-80. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« Les allusions au monde de la lecture sont très abondantes dans les premiers ouvrages du romancier, mais elles le sont trois fois plus dans son avant-dernier roman, Volkswagen blues. Le thème de la lecture acquiert une envergure telle qu’on pourrait même dire que ce roman-là n’existerait pas sans les lectures qui y sont représentées. […] Analysons donc les représentations de l’acte de lecture dans Volkswagen blues. » ###

WEISS, Jonathan M., « Une lecture américaine de Volkswagen blues », dossier « Jacques Poulin », Études françaises, vol. 21, n° 3 (hiver 1985-1986), p. 89-96. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« La lecture que nous proposons de Volkswagen blues ne sera […] pas l’analyse de ses influences américaines ; ceux qui ont lu Hemingway, Vonnegut, Brautigan, Salinger reconnaîtront ces écrivains dans le style et dans la thématique de l’oeuvre de Poulin. Cette lecture sera plutôt un rapprochement, une tentative de comprendre ce roman de Poulin à travers d’autres oeuvres (l’une américaine, l’autre canadienne-française).Car nous sommes convaincus que, au-delà de toute question d’influences, il y a entre les littératures québécoise et canadienne-française, et la littérature des États-Unis, une filiation […] qui englobe, du moins partiellement, l’inconscient collectif québécois. » ###

HÉBERT, Pierre, « Jacques Poulin : de la représentation de l’espace à l’espace de la représentation », dossier « Jacques Poulin », Études françaises, vol. 21, n° 3 (hiver 1985-1986), p. 37-53. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
Selon l’auteur, chaque oeuvre de Poulin « invite à une saisie unifiée de la production tout entière ». Il choisit pour sa part de l’aborder par le principe unificateur de l’espace. « Car si tout récit s’inscrit autant dans l’espace que dans le temps, ceux de Poulin marquent étroitement leurs événements par la spatialité, que ce soit le Vieux Québec, un chalet sur pilotis, une piste de course, une île ou un voyage de Gaspé à San Francisco. » Hébert propose ainsi, « de décrire l’articulation de base de l’espace chez Poulin, en dégageant certains invariants spatiaux qui constituent ce qui sera appelé l’eutopie ; [puis] de caractériser la spatialité de chaque récit dans une perspective respectant à la fois l’unité du concept d’eutopie et la position différentielle des oeuvres. » ###

DEMERS, Jeanne, « Besoin de tendresse, over ou Jacques Poulin conteur », Études françaises, dossier « Jacques Poulin », vol. 21, n° 3, (hiver 1985-1986), p. 27-35. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Le thème le plus récurrent dans les romans de Jacques Poulin est peut-être la narration d’une histoire. […] À quoi riment toutes ces histoires confiées le plus souvent à des narrateurs ? […] Si elles servaient à la fois de sondes et de bouteilles jetées à la mer ? Si elles assuraient au texte sa dimension chaleur, sécurité, tendresse, en jalonnant comme les cailloux blancs de Poucet, le sentier du retour à la maison ? Si elles rendaient ainsi possible la dérive - les risques… - du récit romanesque ? Si elles étaient enfin l’actualisation ponctuelle et concrète du grand roman de l’Amérique ? » ###

BONSIGNORE, Giacomo, « Jacques Poulin: une conception de l’écriture », dossier « Jacques Poulin », Études Françaises, vol. 21, n° 3 (hiver 1985-1986), 19-26. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Le problème de l’écriture et de la création littéraire est essentiel dans l’oeuvre de Jacques Poulin. L’auteur nous y propose une représentation de la condition intime de l’écrivain mais également - et surtout - un véritable discours sur l’écriture », que Bonsignore se propose précisément d’examiner. ###

MICHAUD, Ginette, « Récits postmodernes? », dossier « Jacques Poulin », Études françaises, vol. 21, n° 3 (hiver 1985-1986), p. 67-88. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Plutôt que de tenter une définition générale du postmodernisme en me servant des fictions de Poulin comme d’un réservoir d’exemples […], je préfère, plus modestement, m’abîmer dans quelques détails qui m’ont toujours fait l’effet d’énigmes. […] Je choisis donc comme points de départ de mon exploration limitée deux ou trois objets de lecture qui me paraissent avoir une indéniable portée critique, non seulement parce qu’ils problématisent l’activité de la lecture, mais encore parce que, mine de rien, ils sont le lieu de conflits ou de paradoxes internes caractéristiques de métafictions postmodernes. » ###

MARCOTTE, Gilles, « Histoire de zouaves », dossier « Jacques Poulin », Études françaises, vol. 21, n° 3 (hiver 1985-1986), p. 7-17. +++ Article de revue

###« Le difficile, sinon l’impossible, pour un personnage de Jacques Poulin, c’est de faire une fin. […] Toute histoire est “une histoire de zouaves […]”, c’est-à-dire quelque chose d’assez ridicule, de forcément naïf, irréfléchi, qui ne peut se terminer que dans la gêne, en queue de poisson. » Ce sont sur ces prémisses que Marcotte s’attache à évaluer l’absence de commencement et de fin dans l’oeuvre de Poulin, de même que la question récurrente de la vérité et de la présence. ###

ERTLER, Klaus-Dieter, « L’optique dans le dialogue interculturel : Les grandes marées et Volkswagen blues de Jacques Poulin », Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale, n° 6 (1995), p. 301-313. +++ Article de revue

###Extrait, p. 302
« Dans cette discussion, Siegfried J.Schmidt ajoute que la “culture” actuelle ne serait observable selon les catégories habituelles, puisque les médias ont augmenté la complexité de la société. Par contre, la perdifférentiation (=Ausdifferenzierung) de la société en des systèmes particuliers permettrait d’observer tout détail, mais cela à l’intérieur d’une culture spécialisée. Siegfried J. Schmidt parle même d’un éventuelle équation entre médias et culture.
La question qui se pose à nous dans le cadre de cette recherche est de savoir comment les deux textes les plus marquants de Jacques Poulin, Les Grandes Maréeset Volkswagen Bluess’inscrivent dans cette mouvance culturelle apparemment très complexe, et de quelle façon ils apportent “l’énergie” au système culturel québécois dont ils émanent. Comme tout texte littéraire, ils font partie d’un discours social particulier, en l’occurrence du discours social québécois de la fin des années 70 et du début des années 80. Au sein du système littéraire du Québec, les deux romans fonctionnent, chacun à sa façon, d’une part comme représentant de leur propre culture, d’autre part, comme observateur de la culture anglo-américaine. Mais dans l’analyse présentée ici, nous laisserons de côté ce premier volet auto-référentiel en privilégiant les mécanismes d’observation de l’autre culture. » ###

GAUVIN, Lise, « Glissements de langues et poétiques romanesques : Poulin, Ducharme, Chamoiseau », Littérature, n° 101 (février 1996), p. 5-24. +++ Article de revue

###Extrait
« [Je] propose de substituer à l’expression “littérature mineure” celle, plus adéquate me semble-t-il, de littérature de l’intranquillitié. La pratique langagière de l’écrivain francophone est fondamentalement une pratique du soupçon. Elle a donné lieu à une orientation critique que Jean Bernabé désigne sous le nom de glottocritique, soit “l’étude qui définit son projet et sa pratique par référence exclusive à la nature ontologiquement langagière des textes”. J’examinerai tout particulièrement, dans cette perspective, trois romans : Volkswagen Blues de Poulin, Dévadé de Ducharme et Texaco de Chamoiseau. Dans les œuvres choisies, il s’agira de percevoir comment le texte parle la langue, soit à la façon d’une isotopie distincte, soit par une série de procédés qui vont d’une représentation plus ou moins mimétique, stylisée ou fantasmée des langages sociaux à l’intégration festive des langages. Je tâcherai enfin de montrer dans quelle mesure les glissements de langues pratiqués par les romanciers affectent les poétiques romanesques. » ###

GONTARD, Marc, « Littérature et altérité dans Kamouraska d’Anne Hébert et Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Marc GONTARD et Maryse BRAY (dir.), Regards sur la francophonie, Rennes, Presses universitaires de Rennes (Plurial, 6), 1996, p. 315-322. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« Les littératures francophones sont toujours travaillées, explicitement ou implicitement par la question de l’“altérité”. Un espace francophone est fondamentalement dualiste et cette dualité est souvent conflictuelle. Que la langue française soit, comme au Maghreb, par exemple, la langue de l’Autre par rapport aux langues mères que sont l’arabe et le berbère ou que la langue française soit, comme au Québec, la langue de l’identité contre l’anglo-américain. Face à l’altérité, le moi peut avoir deux réactions opposées. Où [sic] il la rejette, par peur de l’acculturation, l’autre étant ressenti comme une menace, ou il se l’approprie dans un effet de métissage qui nous renvoie à une problématique postmoderne de l’identité. Ces deux positions symétriquement inverses apparaissent dans les deux romans sur lesquels porte ce travail: Kamouraskad’Anne Hébert et Volkswagen bluesde Jacques Poulin. Toutefois, c’est moins la problématique identitaire en elle-même qui m’intéressera dans ce bilan comparé des deux oeuvres que la manière dont elle régit la forme même du récit. » ###

HODGSON, Richard et Ralph SARKONAK, « Deux hors-la-loi québécois : Jacques Godbout et Jacques Poulin », Québec Studies, n° 8 (printemps 1989), p. 27-36. +++ Article de revue

###Extrait
Volkswagen blues de Jacques Poulin et Une histoire américaine de Jacques Godbout juxtaposent deux systèmes linguistiques (français et anglais) à l’intérieur d’un même énoncé, phénomène que l’on désigne par le terme « code-switching ». Ainsi, « la présente étude chercher à démontrer que le procédé du code-switching remplit dans ces deux romans québécois des fonctions qui constituent, au niveau de la forme, l’équivalent ou du moins le corrélatif de la mise en scène, au niveau de la fiction, de transgressions légales ». ###

LEMELIN, Jean-Marc, « Quatre pistes de lecture de Volkswagen blues », Moebius, n° 57 (automne 1993), p. 101-116. +++ Article de revue

###Extrait, p. 102
« La lecture qui est ici proposée se limitera quasi exclusivement au texte qui se trouve dans cet artefact ou ce témoin qu’est l’objet-livre […] ; il y aura donc accès à la grammaire de ce texte sans intermédiaire ou sans les médiations d’interprétations ou de lectures secondaires […] Nous ne suivrons guère ces pistes critiques de la topique éditoriale, c’est-à-dire de la présence du texte dans le livre ; nous allons plutôt emprunter les pistes plus théoriques et davantage pratiques d’une lecture primaire et non secondaire : 1) la piste de la voiture 2) la piste des oeuvres ou des textes 3) la piste des noms propres 4) la piste du nom propre ou la quête de l’identité […]. » ###

LEVASSEUR, Jean, « La quête des racines par l’exil : étude comparée de De quoi t’ennuies-tu, Évelyne? de Gabrielle Roy et de Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Marie-Lyne PICCIONE (dir.), Un pays, une voix, Gabrielle Roy, Talence, La maison des sciences de l’homme d’Aquitaine (Centre d’études canadiennes), 1991, p. 37-46. +++ Chapitre de collectif

###Actes du colloque des 13 et 14 mai 1987.

Extrait, p. 37
« À plus de vingt années d’intervalle deux auteurs franco-canadiens, Gabrielle Roy et Jacques Poulin, écrivirent chacun un récit où une quête des racines se faisait via un exil à travers les États-Unis, avec une destination commune : la Californie. […] Comment peut-on expliquer alors l’existence d’une idéologie en apparence semblable entre deux textes qui subirent et vécurent des pressions et des réalités sociales si différentes ? C’est ce à quoi j’essaierai de répondre au cours de cette brève réflexion, à travers l’étude des natures et des fonctions de l’exil et des racines dans [De quoi t’ennuies-tu, Évelyne ? et Volkswagen Blues] […]. » ###

MAILHOT, Laurent, « Volkswagen blues, de Jacques Poulin, et autres “histoires américaines” du Québec », dans Ouvrir le livre. Essais, Montréal, l’Hexagone (Essais littéraires), 1992, p. 299-309. +++ Monographie

###Extrait de l’introduction
L’auteur relève que, dans la littérature québécoise contemporaine, « l’espace du roman québécois éclate, se répand en tous sens (en toutes Amériques), en une configuration de déplacements, trajets, allers-retours, pour revenir sur lui-même et en sortir, renouveler sa forme, préciser ses mythes. Nous le verrons chez Jacques Poulin et d’autres romanciers. »

Porte également sur Les grandes marées. ###

MIRAGLIA, Anne Marie, « Le récit de voyage en quête de l’Amérique », Dalhousie French Studies, vol. 23 (automne-hiver 1992), p. 29-34. +++ Article de revue

###Extrait, p. 29
« Cet aperçu traite de trois récits de voyage aux États-Unis révélera que l’exploration de l’hybridité de l’identité québécoise prend, dans le roman des années 80, la forme d’une quête géographique et spirituelle à travers le continent nord-américain. Cette étude montrera aussi que le traitement de la francité et de l’américanité du Québécois implique historiquement les deux types de colons français qui ont peuplé l’Amérique : le sédentaire et le nomade. Par “francité” j’entends l’héritage linguistique et culturel français emporté du Vieux Monde, tandis que par “américanité” j’entends l’appartenance géographique, historique et spirituelle du Québec au continent nord-américain. »

Miraglia, 1992, PDF ###

PATERSON, Janet M., « Ni l’un, ni l’autre : l’ambivalence du discours de l’hétérogène dans Volkswagen blues », University of Toronto Quaterly, vol. 63, n° 4 (été 1994), p. 605-613. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« L’hétérogène sous ses différentes formes – métissage, pluralité, indétermination et androgyne – est devenu une problématique privilégiée dans de nombreux discours depuis le début des années quatre-vingt. […] Dans un tel climat, il me semble important d’examiner l’enjeu de l’hétérogène littéraire pour en déceler les valeurs et les positions idéologiques. Pour entamer ce genre de questionnement – qui pourrait viser toute une production littéraire – je vais m’attacher à Volkswagen blues de Jacques Poulin. »

Paterson, 1994, PDF ###

SAMOYAULT, Tiphaine, « Référence et post-modernité : Jacques Poulin », Littérature, n° 113 (mars 1999), p. 115-123. +++ Article de revue

###Extrait
« Il est des auteurs qui invitent à penser le jeu intertextuel en termes de référence, tant chez eux l’articulation entre livres et monde est étroite. Jacques Poulin est de ceux-là, qui entreprend, roman après roman, de consigner le monde par le biais de sa mise en mots. […] Je ne tenterai […] pas d’en proposer une nouvelle herméneutique, mais une contribution descriptive, qui s’attachera à présenter, autour d’une typologie à plusieurs entrées (lieu, forme, statut, fonction), les variables formelles des nombreuses références dans les trois derniers romans de l’auteur [Volkswagen blues, Le vieux Chagrin et La tournée d’automne] ». ###

MORENCY, Jean, « Chapitre V — Permanence du mythe américain dans le roman québécois contemporain: Jean-Yves Soucy, Robert Lalonde, Julien Bigras, Jacques Poulin », dans Le mythe américain dans les fictions d’Amérique. De Washington Irving à Jacques Poulin, Québec, Nuit blanche éditeur (Terre américaine), 1994, p. 189-224. +++ Monographie

###Extrait de la section « Volkswagen blues » aux pages 213-224
Selon l’auteur, il revient à Jacques Poulin « de composer le “grand roman de l’Amérique” et de réconcilier enfin, de manière on ne peut plus explicite, l’homme québécois avec sa destinée continentale. Ce roman total du voyage total, ce sera Volkswagen blues ». ###

VAUTIER, Marie, « Postmodern Myth, Post-European History, and the Figure of the Amerindian. François Barcelo, George Bowering and Jacques Poulin », Canadian Literature, n° 141 (été 1994), p. 15-33. +++ Article de revue

###Extrait
« Historiographic metafictions such as François Barcelon’s La Tribu, George Bowering’s Burning Water and Jacques Poulin’s Volkswagen Blues — all published in the early 1980s — investigate and destabilize the double problematic of myth and national identities. These novels flaunt their use of techniques considered as markers of postmodernist fiction in their challenges to history and to historiography, and their investigations of autoreferentiality ; intertextuality ; playful self-reflexivity ; parody ; irony ; and multiple, often contradictory retellings of the same event. They also thematize many concerns of postcolonial practice : the centre / margin debate ; place and displacement ; language, speech and silence ; written versus oral history ; and multiple challenges to eurocentric world views. » ###

ALLARD, Jacques, « Le voyage américain de Volkswagen blues : du texte au sexe », dans Le roman du Québec. Histoire. Perspectives. Lectures, Montréal, Québec Amérique, 2000, p. 257-273. +++ Monographie

###Extrait
Depuis 1980, l’idée américaine envahit le roman québécois. En témoigne Volkswagen blues, considéré comme le « roman repère ». Allard s’attache donc à le revisiter, « à partir des questions habituelles, concernant les propositions et leur textualisation (les figures et les formes privilégiées). […] Je voudrais ici profiter de ce nouveau roman du voyage pour examiner aussi l’espace représenté, jusque dans la composition même du roman, sa surface textuelle, car elle se fait ici ouvertement sexuelle. Je relèverai donc quelques éléments premiers du programme narratif, dirai un mot du contexte et entrerai ensuite dans le récit par ses entours avant de m’arrêter à l’espace central, sexué, du texte ». ###

HYMAN, Roger, « Writing Against Knowing, Writing Against Certainty ; or What’s Really Under the Veranda in Jacques Poulin’s Volkswagen Blues », Journal of Canadian Studies / Revue d’études canadiennes, vol. 34, n° 3 (automne 1999), p. 106-133. +++ Article de revue

###Résumé
« Cet article examine les attitudes face à l’Histoire dans le Volkswagen bluesde Jacques Poulin. Il situe le roman dans son contexte nord-américain et en fait à la fois un exemple de l’“américanité” et une enquête de l’“altérité”. L’article suit la progression de ses personnages alors qu’ils retracent et déconstruisent simultanément la vision colonialiste-expansionniste représentée par “le rêve américain”. L’article souligne dans le roman la tension entre les discours eurocentriste et autochtone comme étant créateurs et historiques, et les questions post-coloniales liées au pouvoir et à l’asservissement. Il dispose ces inquiétudes textuelles particulières dans le contexte plus large de la pensée “après l’holocauste”, la voyant particulièrement comme l’étude de la relation entre l’autorité historique et providentielle et la responsabilité morale individuelle, ainsi que comme une prise de position contre le fascisme. »

Hyman, 1999, PDF ###

LÜSEBRINK, Hans-Jürgen, « Frontera de cristal / Gläserne Grenze : Carlos Fuentes (Mexiko) und Jacques Poulin (Québec) als interkulturelle Grenzgänger », dans Wolfgang BRÜCHER (dir.), Grenzverschiebungen : Interdisziplinäre Beiträge zu einem zeitlosen Phänomen. Internationales Symposium des interdisziplinären Forschungsschwerpunktes « Grenzregionen und Interferenzräume » der Philosophischen Fakultäten der Universität des Saarlandes in Saarbrücken und Forbach 10.-12. Mai 2001, St. Ingbert (Germany), Röhrig Universitätsverlag (Annales Universitatis Saraviensis / Philosophische Fakultät), 2003, p. 147-164. +++ Chapitre de collectif

###S’articulant autour de la mémoire collective, cette étude compare La frontera de cristal de Carlos Fuentes et Volkswagen blues de Jacques Poulin. ###

VAUTIER, Marie, « Canadian Fiction Meets History and Historiography : Jacques Poulin, Daphne Marlatt, and Wayson Choy », Colby Quarterly, vol. 35, n° 1 (mars 1999), p. 18-34. +++ Article de revue

###Abstract
« This article examines three Canadian novels which provide different yet somewhat complementary approaches to the current theoretical discussions in English - and French speaking Canada regarding the strong presence of historiography, briefly defined as “the writing of history”, in fiction. Jacques Poulin’s Volkswagen Blues (1984, published in French despite its English title) recounts a trip across the American continent undertaken by a francophone Québécois writer and his part-Amerindian companion. From the Gaspé Peninsula in Quebec to San Francisco, they follow the famous Oregon Trail and reflect on the interaction of history and historiography. The second novel studied is Ana Historic (1988) by West Coast feminist writer Daphne Marlatt. Marlatt’s intriguing novel notes the absence of women in the records of the building of the city of Vancouver and investigates ways and means of writing women into history in a fictional work. The third texte, Wayson Choy’s The Jade Peony (1995), documents historical events such as the Depression and the Second World War against a backdrop of growing up in Vancouver’s Chinatown. » ###

PICCIONE, Marie-Lyne, « Au rendez-vous des doublures : Volkswagen blues de Jacques Poulin », Annales du Centre de recherches sur l’Amérique anglophone, vol. 21 (1996), p. 121-128. +++ Article de revue

###Extrait, p. 121
« Doublure : “acteur, actrice qui remplace le chef d’emploi en cas de besoin” affirme Le Robert, tandis que le Littré précise, perfide : “ce mot ne se prend guère qu’en mauvaise part. On dirait bien d’un bon acteur qu’il en double un autre, mais non pas qu’il en est la doublure”.
Cette dépréciation de la doublure trouve une illustration particulièrement pertinente dans la sature anti-romanesque des deux protagonistes de Volkswagen Blues. Venus de nulle part, sans passé, sans visage, sans véritable identité ces “voyageurs sans bagages” surgissent un beau jour à l’horizon du texte, voués à reproduire l’aventure des autres avant de s’enfoncer à jamais dans les limbes de l’inexistence… Version assagie du livre culte de toute une génération, énième variation sur la Conquête de l’Ouest, le roman n’a donc d’autre légitimité que celle que lui confèrent une intertextualité omniprésente et des sources livresques perpétuellement sollicitées.
Mais, dans un monde schizophrène où chacun vit par procuration, où l’on est soi que le temps d’être un autre, à grand renfort de jeux de rôles, tout concourt au vertige d’un dédoublement qui se nourrit des substitutions les plus inattendues : objet, animal, image mythique ou personnage historique deviennent tour à tour le miroir grossissant susceptible de révéler les personnages eux-mêmes.
Or, pour séduisant que soit ce tourbillon, il ne laisse pas de susciter questionnement et doutes. Cet investissement dans l’altérité est-il preuve de maturation intellectuelle, alors que la culture prend le pas sur la nature, ou révèle-t-il, au contraire, l’appauvrissement d’une inspiration désormais tarie, contrainte de puiser ailleurs qu’en soi-même “le mystique aliment qui ferait [sa] vigueur” ? » ###

DEITZ, Ritt, « Au bord de l’américanité : la fonction du voyage dans Volkswagen Blues », Iris. Journal of French Critical Studies, vol. 5, n° 2 (1991), p. 87-93. +++ Article de revue

###Extrait
« Ce n’est qu’au bout du voyage que l’on se tourne pour contempler la route qu’on a faite pour y arriver, et c’est à ce moment-là que la voir qu’on a suivie devient non seulement un moyen d’atteindre un terminus, mais l’essence même du voyage. Dans le roman de Jacques Poulin, Volkswagen Blues, publié à Montréal en 1984 aux Éditions Québec / Amérique, le voyage du protagoniste à travers le continent nord-américain est à la fois un chemin vers un but et une fin en elle-même. Tout en poursuivant son frère depuis longtemps disparu, le héros finit par voir son voyage comme une recherche du frère universel – c’est-à-dire de l’Américain – et de sa propre “américanité” en tant qu’écrivain nord-américain et francophone. L’aventure en minibus de Jack Waterman, le personnage principal du roman, provoque forcément des réflexions sur l’identité de l’écrivain nord-américain d’aujourd’hui, sur ses sources, sa vie, et son écriture. Pour mieux comprendre en quoi consiste cette “américanité”, il faut mettre en relief quatre aspects thématiques du roman : la voiture, la recherche d’un langage et d’un frère, le rôle des frontières, et la notion de l’écriture. » ###

BERNIER, France, « Du paratexte au texte : lire l’Amérique dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, département des littératures, Québec, Université Laval, 1998, 105 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
« Le pouvoir d’énonciation et d’annonciation du paratexte étant manifeste, la première partie du mémoire est consacrée à l’analyse minutieuse de l’illustration de la page couverture, du titre et de l’incipit. En deuxième partie, l’auteure cherche à remonter au moment où s’est inscrite l’Amérique dans l’oeuvre de Jacques Poulin et, par le biais des discours tenus par l’écrivain fictif, sa compagne et son frère Théo dans Faites de beaux rêves, Les grandes marées et Volkswagen blues, à cerner le sociogramme de l’Amérique. Les personnages pouliniens sont engagés dans une véritable quête identitaire qui laisse se profiler une Amérique du passé et une Amérique actuelle aussi violentes que luminescentes. L’Amérique est un mythe et les personnages qui s’y cherchent se découvrent une identité de plus en plus métissée, plurielle et ouverte à l’Autre en cette fin de XXe siècle. L’écrivain fictif et sa compagne, la lectrice, finissent par s’assumer et se retrouver en Amérique, la lecture et l’écriture leur ayant servi de boussoles. »

Bernier, 1998, PDF###

BOIVIN, Aurélien, « Volkswagen blues ou la recherche d’identité », dans Pour une lecture du roman québécois. De Maria Chapdelaine à Volkswagen blues, Québec, Nuit blanche, (Littérature(s), 7), 1996, p. 345-360. +++ Monographie

###Fiche de lecture du roman, dans laquelle l’auteur s’attache à la couverture, au titre, aux personnages, au décor, au temps, à la structure, aux principaux thèmes, au sens de l’oeuvre et à la réception critique.

Note: Cette fiche de lecture a préalablement paru dans Québec français, n° 97 (printemps 1995), p. 90-93. ###

SHODA-FUJIZANE, Yasuko, « Voyage et écriture chez Catherine Safonoff et Jacques Poulin », dans Martin DORÉ et Doris JAKUBEC (dir), Deux littératures francophones en dialogue. Du Québec et de la Suisse romande. Actes du colloque de Lausanne, 25-27 avril 2002, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 2004, p. 61-71. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« L’auteure présente quelques traits concernant le voyage et l’écriture chez Catherine Safonoff et Jacques Poulin, écrivains de la même génération. […] Chez Jacques Poulin, les personnages voyagent souvent en caravane, ce qui leur permet de garder certains éléments de la vie sédentaire. L’écriture, qui trace les étapes de leur voyage, révèle aussi les étapes de la conciliation de leur image idéale et de leur personnalité réelle. Malgré des points communs dans l’exploration du moi chez les deux écrivains (entre autres, l’humour), les questions identitaires diffèrent sensiblement. » ###

DUPONT, Nathalie, « L’altérité, témoin du postcolonialisme chez Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, département des lettres et communications, Université de Sherbrooke, 2001, 114 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Ce mémoire aborde le postcolonialisme littéraire en s’appuyant sur des notions théoriques traitant du postcolonialisme et du postmodernisme. Il tente également d’établir la distinction entre ces deux notions connexes en utilisant la figure de l’altérité comme notion différenciatrice.
L’explication du postcolonialisme se fait par une mise en corrélation de ce moment littéraire avec le postmodernisme, qui a fait l’objet de plus d’études. Ainsi, plusieurs ouvrages de références traitant plus particulièrement du postmodernisme tels que ceux de Janet Paterson et Jean-François Lyotard sont mis en relation avec ceux de Jean-Marc Moura et Marie Vautier, permettant ainsi d’établir les parallèles et les différences entre ces deux concepts trop souvent indistincts.
La figure de l’Autre vient ensuite jouer un rôle capital dans l’établissement d’une notion différenciatrice entre le postmodernisme et le postcolonialisme. Cette notion est étudiée suivant l’interprétation qu’en fait Bakhtine, soit une notion élargie où l’Autre prend le visage d’un protagoniste, du lectorat et s’immisce dans le texte par les figures littéraires telles que l’intertextualité et la mise en abîme. L’Autre étant une figure récurrente chez Jacques Poulin, plusieurs caractéristiques postcoloniales peuvent aussi s’y retrouver ; c’est ce qui explique le choix du corpus romanesque de ce mémoire.
L’analyse de deux romans de Jacques Poulin, Les grandes marées et Volkswagen blues, permet ensuite de montrer le fonctionnement d’un texte postcolonial tout en introduisant une lecture renouvelée de l’oeuvre poulienne. Ainsi, ce mémoire explique non seulement les différentes particularités du postcoionialisme mais démontre la possibilité d’une telle lecture de romans québécois. »

Dupont, 2001, PDF###

ROTHENBURGER, Sunnie Maye Justine, « Nation Creation, Nation Mutation : Hybridity in Wacousta and Volkswagen blues », mémoire de maîtrise, department of English, Dalhousie University, 2001, 177 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« John Richardson’s Wacousta and Jacques Poulin’s Volkswagen blues both occupy important, though different, places in Canadian literature. Significantly, both novels exemplify, in various ways, the concept of hybridity. Because these novels are so different, the fact that they are similar in terms of their presentation of hybridity suggests that hybridity is a concept which spans time, language, reception history, and other factors in Canadian literature. An exploration of hybridity in these two novels, as a study of hybridity as a recurring concept in the Canadian frame of mind, can provide important insight into the past, present, and future state of Canadian identity, and the concept of the Canadian nation.
I draw primarily on the work of Homi K. Bhabha in my exploration of hybridity, although I also use the observations of numerous Canadian critics. One of my main considerations is the importance of hybridity in blurring the categories of difference as they have been constructed by authority, and how this breaking down of rigidity and stability can encourage new ways of viewing the Canadian nation. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

O’BRIEN, Audrey, « Mythic Space in the Western World : A Study of Spatial Representation in French Novels of the Fin(s) de Siècle », thèse de doctorat, department of Modern Languages and Cultural Studies, University of Alberta, 2000, 226 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« The focus of this thesis is a comparison of spatial representation in a selection of francophone novels of the late nineteenth and late twentieth centuries with particular emphasis on the representation of spaces considered to have such special significance in Western culture that they can be called “mythic spaces.” In general these are spaces which are considered to stand in opposition to the social space of lived experience. Although the novels of both periods share a sense of fin de siècle pessimism, the thesis shows how the representation of these spaces, the island, the desert, America, Jerusalem and the natural world, is influenced by the sense of time and space current in the particular era in which the novels were written. The late nineteenth century novels of Jules Verne and Pierre Loti express a sense of shrinking space which is the result of the age of Imperialism. Those written in the late twentieth-century, including novels by Michel Tournier, Jacques Poulin, J. M. G. Le Clézio and Yves Berger, are influenced by the globalization of society and the hegemony of Western culture. W hereas the novels of the nineteenth century concentrate on geographically locatable space, those of the twentieth portray the same places as spaces of the imagination created by language. The thesis speculates on the implications regarding the status of myth in Western culture suggested by this transition from the representation of space as geographical to the recognition of space as textual area. »

Porte également sur Les grandes marées.

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

MOORE, Monica Leigh-Anne, « Coming and Going : The Effects of Displacement in Novels by Atwood, Poulin, Robin, Urquhart », mémoire de maîtrise, faculty of Graduate Studies, University of Western Ontario, 1999, 119 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« In the post-modern world, all nations, including Canada and Quebec, are cultural hybrids. Identities are also hybrid, as many different components contribute to their composition, including gender, class, race and nationality. Formed and transformed in a post-modern society, cultural and personal identities are as complex and fragmented as their social landscape. Geographical, cultural and social displacement offers a rich terrain for exploring the complexity of national and self definition. Displacement often results in a broadening of one’s perspective, providing insight into the “Other’s” point of view. Subsequently, crossing borders can lead to a recognition of the fluidity and multiplicity of both personal and collective identities. Jacques Poulin’s Volkswagen blues, Margaret Atwood’s Bodily Harm, Jane Urquhart’s The Underpainter, and Regine Robin’s La Quebecoite are four contemporary Canadian or Quebecois novels which explore personal displacement, each one illustrating how it affects both the process of identity formation and the individual’s perception of Canada or Quebec. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

ZAHND, Elizabeth A., « Images of the United States in Contemporary Narratives of Quebec and the Francophone Caribbean », thèse de doctorat, Department of French, University of Illinois at Urbana-Champaign, 1999, 150 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« This dissertation deals with Francophone American prose narratives of the 1980s and 1990s. I consider the various ways in which writers from Québec and the Caribbean use images of the United States as a vehicle for addressing the problems of cultural identity and alterity in the context of the Americas. Specifically, I establish that individual and national identities are negotiated in relation to a dominant United States. Part of my discussion explores how Francophone American novelists alternately choose to abrogate or appropriate of myths of the United States as a means of articulating their own “américanité”.
After an introduction in which the general problem and historical background are outlined, the first chapter addresses the role of myths in Volkswagen blues by Jacques Poulin and Une histoire américaine by Jacques Godbout. I show how both narratives are structured in such a way as to deconstruct utopian images of the United States and revalorize the history and cultural traditions of Québec. […] »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

GREENBERG, David S., « Catalysts of Closure », thèse de doctorat, department of Modern Languages and Linguistics, Florida State University, 1997, 116 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« This dissertation’s basic premise is that each novelist or playwright has a catalytic agent, a pattern of signs and anticipations which propels it from its beginning on to its logical closure, an adequate and appropriate conclusion which leaves the reader with a sense that nothing has been omitted. To illustrate this premise, catalytic agents are identified, namely colors (including nudity), black humor and dreams.
Colors serve as symbols in literature and certain colors have fixed meanings; therefore it is easy for the narrator to use these colors alone or in combination to set up a pattern of catalysts leading the reader toward the denouement. Four Zola novels from his Rougon-Macquart series and one Quebec novel, Volkswagen blues, by Jacques Poulin, are examined.
The section on black humor treats this catalyst for closure in Le grand cérémonial, a French post-absurd play by Fernando Arrabal and Les têtes à Papineau, a Quebec novel by Jacques Godbout. Both authors shock their readers into a state of disorientation through black humor.
Dreams are the catalyst in the two Quebec novels discussed in the third section, L’amélanchier by Jacques Ferron and L’enfant chargé de songes by Anne Hebert. The structure of the dreams, who dreams, what they dream about, how often the dreams occur and the relationship between dreams and daydreams all influence their use as signs and anticipations of closure.
This demonstration of how colors, black humor and dreams serve as catalysts for closure hopefully will serve as a tool for literary analysis and lead the reader toward a greater understanding and appreciation of a novel or play. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

WEISMAN, Adam Paul, « Postcolonialism in North America : Imaginative Colonization in Henry Thoreau’s A Yankee in Canada and Jacques Poulin’s Volkswagen blues », thèse de doctorat, Faculty of Arts and Sciences, Harvard University, 1995, 263 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« This thesis introduces the concept of imaginative colonization in postcolonial literary and cultural studies, which has a particular relevance to the literatures of North America. It argues that the postcolonial experiences of the former colonies of England and France in the Americas, particularly the United States and French Canada, have been primarily conditioned by their relations to each other and not by their relations to the former colonizing power. Imaginative colonization occurs when one former colony, using the means of the cross-border narrative and/or the postmodern recuperation of history, reimagines another not as an autonomous cultural entity, but as a feature of its own history, language, ideology, and even cartography.
Focussing especially on Henry Thoreau’s travelogue, A Yankee in Canada (1866) and Jacques Poulin’s postmodern novel, Volkswagen blues (1984), but taking into account the entire history of French Canadian-American relations, this thesis establishes that the practice of imaginative colonization in North American literatures is parallel but nonsynchronous: both American and French Canadian literature go through the same developmental stages of decolonization and postcolonial imaginative colonization, even though they do so in different centuries. The examples presented also indicate that imaginative colonization blurs the established dividing lines between works of fact and fiction and that it occurs in both French and English.
The idea of imaginative colonization contributes to the new field of North American studies by reconsidering the literatures of North America on a continental scale and in a comparative historical and linguistic context. The first section places Thoreau’s writing on colonialism into a national and continental historical frame that puts it in dialogue with the work of American historians from Mather and Ramsay to Bancroft and Parkman and with the writing of fugitive slaves and other international visitors to the Canadas. The second traces the decolonization of French Canadian writing from the literary influence of France in the 1960s and the subsequent emergence of an “américanité” movement in the French Canadian postmodernism of Aquin, Godbout, Brossard, and above all Poulin. It also examines the historical and cultural interplay of the French Canadian identities as “voyageur” and “habitant” in Canadian historical writing from Garneau and Groulx to Lanctôt and Ouellet. This interplay has crucial repercussions for the oppositional concepts of “Canadien” and “Québécois” that are at the heart French Canadian cultural politics today. » ###

MARTIN, Paul William, « The Pencil of the Sun : Photography in Contemporary Canadian Fiction », mémoire de maîtrise, Department of English / Department of French, University of Western Ontario, 1995, 123 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« In looking at the use of photography in Margaret Laurence’s The Diviners, Élise Turcotte’s Le bruit des choses vivantes, Michael Ondaatje’s Running in the Family, Jacques Poulin’s Volkswagen blues, Nicole Brossard’s Le désert mauve, and David Young’s Incognito, it is evident that, while there are significant similarities between the issues raised by photographs in these texts, there are three different “types” of photographs used to do so.
The first and most common type is the “fictional” photograph, a photograph which is not seen by the reader but is only described to him or her. Both The Diviners and Le bruit des choses vivantes use fictional photographs to examine how the protagonist’ imagining of “what the picture does not tell” relates to memory and to artistic creation. The second type is an “actual” photograph–an actual image seen by the reader–that illustrates the text. While the photographs in Volkswagen blues and Running in the Family do depict what is seen by the characters, they also “illustrate” such as the question of positivist notions of “truth” and “reality.” The third type, found in Le désert mauve and Incognito, is also an actual photograph, but it does not play a secondary or illustrative role to the written text. In fact, in both novels the photographs must be considered as separate “texts” within the larger text. These photographs, however, contribute significantly to the development of the themes of indescribability and uncertainty and to the novels’ metafictional investigation of the complexity of translation and autobiography. [Abstract shortened by UMI] »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

MORENCY, Jean, « Le mythe de l’Amérique dans le roman québécois et le roman états-unien : vers une définition d’un modèle mythique », thèse de doctorat, département des littératures, Université Laval, 1991, 344 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Cette thèse met en lumière la présence du grand mythe de l’Amérique, fondé sur l’idée du recommencement, dans le roman états-unien du XIXe siècle et le roman québécois du XXe siècle. L’auteur expose le mode d’apparition, de fonctionnement et d’évolution de ce mythe dans les deux corpus retenus, en expliquant comment celui-ci origine [sic] d’un conflit premier qui recoupe les grandes structures de l’imaginaire collectif, pour déboucher progressivement sur la résolution de ce conflit. L’auteur étudie donc tour à tour quelques oeuvres de fiction ayant marqué l’histoire littéraire des États-Unis, qui lui servent de points de référence dans son étude du dynamisme mythique, avant d’analyser selon la même perspective, mais sans faire appel au jeu des influences, dix romans québécois, de Louis Hémon à Jacques Poulin. »

Version remaniée de la thèse
MORENCY, Jean, Le mythe américain dans les fictions d’Amérique : de Washington Irving à Jacques Poulin, Québec, Nuit blanche (Terre Américaine), 1994, 258 p.

(Le dernier chapitre, « Permanence du mythe américain dans le roman québécois contemporain : Jean-Yves Soucy, Robert Lalonde, Julien Bigras, Jacques Poulin », aux pages 189-224, traite plus particulièrement de Poulin.) ###

MIRAGLIA, Anne Marie, « L’écriture de l’Autre chez Jacques Poulin », thèse de doctorat, Department of French, University of Toronto, 1990, 352 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« L’étude de l’œuvre de Jacques Poulin se fait dans cette thèse à l’aide de concepts-clefs provenant de quelques modèles de la communication linguistique et à l’aide des notions d’intertextualité et de dialogisme. L’analyse porte, en particulier, sur la représentation de la communication, de l’écriture et de la lecture du texte littéraire dans les romans pouliniens. J’examine le problème de la communication chez Poulin sur les champs linguistique, métadiégétique et diégétique afin de montrer que le texte poulinien tient compte de l’Autre, terme désignant ici le “destinataire” comme étant le lecteur aussi bien que la création littéraire d’autrui.
Je montre que le roman poulinien met en scène non seulement des personnages scripteurs (écrivain, raconteur, traducteur) mais aussi des personnages lecteurs que je désigne par “lecteur-fictif” lequel se différencie du concept de “narrataire” (Gérard Genette, Gerald Prince). Or le lecteur-fictif facilite l’insertion de phénomènes intertextuels. Ceux-ci participent à la production du roman et peuvent par cela en influencer la lecture, l’interprétation. Les romans de Poulin révèlent une conscience de la présence de  leur lecteur, de leur nature sociale, communicative et cela sur le plan linguistique, métadiégétique ainsi que sur le plan diégétique. L’œuvre poulinienne signale l’essence sociale du matériau verbal, le fait que l’Autre est détenteur du langage et que l’objet désigne intègre un déjà-dit. Aussi la production de l’énonce chez les personnages de Jacques Poulin se fait-elle a travers l’assimilation du discours d’autrui. Le métarécit absorbe non seulement des récits entendus ailleurs mais aussi des récits lus dans d’autres livres. Par extension, mon étude de Volkswagen Blues illustre que l’écriture de ce roman constitue une sorte d’absorption ou réécriture d’intertextes historiques et romanesques évoques par les lecteurs-fictifs du roman. Ceux-ci lisent des œuvres ayant des rapports avec leur voyage en Amérique et, par conséquent, avec le récit lui-même. Or je signale que ce discours sur l’Amérique n’est pas spécifique à Volkswagen Blues mais qu’il se retrouve dans d’autres romans québécois. L’étude de ces rapports dialogiques permet de situer ce texte vis-à-vis d’un certain contexte littéraire, culturel et social réfléchi dans la matière même du texte. » ###

BISTODEAU, Linda, « Quelques aspects de la mimesis géographique dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Gregorio C. MARTIN (dir.), Selected Proceedings of the Pennsylvania Foreign Language Conference (1991-1992), Pittsburgh, Duquesne University (Department of Modern Languages), 1995, p. 54-59. +++ Chapitre de collectif

LEAHY, David, « Running in the Family, Volkswagen Blues and Heroine : Three Post / Colonial Post-Modernist Quests ? », Kunapipi, vol. 14, n° 3 (1992), p. 67-82. +++ Article de revue

###Extrait
« In Michael Ondaatje’s Running in the Family, Jacques Poulin’s Volkswagen Blues, and Gail Scott’s Heroine protagonists, frequently doubling as narrators, set out on quests to discover places, people, histories, and personas which might provide a sense of belonging, strength, and psychic peace. None of them find what they initially anticipated and resolutions are more difficult than imagined. Given the current Eurocentric biased theoretical climate and some post / colonial resistances to it, the novels’ plots and their ‘uncentred, pluralistic, and multifarious’ content might be considered as either post-modernist or post / colonial at the expense of some kind of critical compromise. For instance, some post-modernist critics’ privilege, formalism, and / or ambivalence might blind them to the post / colonial historical roots or influences of these literary texts’ practices ; while some post-colonialist critics may object to the juxtaposition of novels set in Sri Lanka, Québec, and the United States as diluting he coherence of what constitutes the post / colonial politically and literature.
Cultural differences certainly demand vigilance against totalizing what defines texts as signs of post / colonial or resistance literature. But the sites of Sri Lanka, Québec and the United States in the novels in question do share common post-modernist ground in terms of how they are constructed to dramatize cultural imperialism, post / colonial relations of power, and imaginative strategies of resistance. » ###

ROBERTS, Paula, « Volkswagen blues : redécouvrir l’histoire américaine », Chimères, n° 21 (mars 1994), p. 49-65. +++ Article de revue

###Extrait
« La notion d’“Histoire” paraît indissociable de celle de “récit” : voilà le point de départ du “roman historique postmoderne”, dont la mission est de démontrer le caractère subjectif, arbitraire et incomplet de l’Histoire. Cette mission s’accomplit à travers plusieurs techniques telles que la mise en relief de la textualité de l’Histoire ; l’examination des points de vue “marginaux” et la subversion complémentaire de l’idéologie dominante ; et aussi l’exposition des lacunes et des inconsistances documentaires. Volkswagen Blues emploie toutes ces techniques pour réexaminer l’Histoire de l’Amérique du Nord. Ce roman d’une simplicité et d’une innocence désarmantes, récit d’un trajet de Gaspé à San Francisco pour chercher un frère perdu, pose en fait des questions sérieuses à l’égard des “faits” historiques, des questions très propres au postmoderne. C’est à travers l’intertextualité, la fragmentation structurale et l’expansion sémantique du mot “histoire” que Volkswagen Blues »###

BAYLE PETRELLI, Françoise, « Le refus de la ville dans les derniers romans de Jacques Poulin », dans Canada e Italia verso il duemila : metropoli a confronto. Atti del 9e Convegno Internazionale di Studi Canadesi, Milano, Schena editore (Biblioteca Della Ricerca, Cultura Straniera, 59), 1992, p. 171-201. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de la conclusion
« À travers ses romans, [Poulin] parcourt un itinéraire lent et tortueux qui rejette la ville déshumanisante au nom de la propre identité et qui intériorise la nature qui permet la communion avec l’Essence même de la vie, qui ouvre l’homme à des valeurs de générosité et de solidarité ». ###

HAREL, Simon, « L’Amérique ossuaire », dans Le voleur de parcours. Identité et cosmopolitisme dans la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Le Préambule (L’univers des discours), 1989, p. 159-207. +++ Monographie

HAREL, Simon, « La tentation cosmopolite », Voix et images, vol. 14, n° 2 (41 — hiver 1989), p. 281-293. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« Il sera ici question de la tentation cosmopolite dans le roman québécois, thématique de plus en plus présente: en témoignent certains récits de Jacques Poulin et de Jacques Godbout. Les textes qui m’intéressent, Volkswagen bluesde Poulin et Une histoire américaine de Godbout, se caractérisent tout d’abord par l’établissement d’un pacte interculturel liant les personnages québécois de ces récits à des acteurs définis comme périphériques. Ces personnages […] déstabilisent l’armature discursive de ces romans puisqu’ils contribuent à questionner la mise en place d’une assise rigide de l’identité. Pour les besoins de cette étude, je les définirai comme “étrangers”. De la même façon, l’extra-territorialité est le corrélat obligé de cette étrangeté du lieu qui permet un “désaisissement” ayant pour fonction d’interroger la singularité de l’identité québécoise. »

Note: Ce texte est la version remaniée du chapitre « L’Amérique ossuaire » dans son ouvrage Le voleur de parcours, chapitre qui traite de l’extra-territorialité et de la représentation du personnage étranger chez Poulin et Godbout. ###

MONTPETIT, André, « Le discours sur l’écriture dans l’oeuvre romanesque de Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, département des études littéraires, Université du Québec à Montréal, 1995, 100 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« L’objet de ce mémoire est l’analyse du discours sur l’écriture dans l’oeuvre de Jacques Poulin. Il s’agit avant tout d’une étude structurelle et thématique qui nous permet non seulement d’examiner les divers énoncés sur l’écriture dans chaque roman, mais de les situer dans l’ensemble du texte pour mieux en dégager le sens et la fonction. Nous formulons l’hypothèse que le discours sur l’écriture constitue un point nodal conduisant à une meilleure connaissance de l’oeuvre de Poulin tout en nous permettant d’en suivre l’évolution. Plus précisément, nous cherchons, à travers le discours sur l’écriture, à répondre aux questions suivantes: pourquoi écrire, comment le faire et quels sentiments animent le scripteur dans son rapport à l’écriture et à la vie. Dans notre analyse, nous considérons en outre le contexte d’énonciation, c’est-à-dire qui tient le discours, sur quel mode et à quelle fin. Nous vérifions également au passage si la pratique de Poulin correspond à son discours sur l’écriture. Enfin, nous examinons le rôle de trois autres éléments d’autoreprésentation qui servent à transmettre le discours poulinien, soit l’inscription des figures de l’écrit, l’intertextualité et le statut de l’écrivain. » ###

LAPOINTE, Jean-Pierre, « L’américanité du roman québécois contemporain : altérité exotique ou endotique », Études canadiennes / Canadian Studies (Talence), n° 33 (décembre 1992), p. 289-297. +++ Article de revue

###Extrait
« L’omniprésence de l’Amérique dans le corpus romanesque québécois et l’interrogation qu’elle suscite sont symptomatiques d’une ambiguïté de la conscience identitaire québécoise partagée entre la nécessité d’une continuité à soi et un appétit d’altérité, ressenti comme la promesse de la découverte de soi dans l’Autre. En étudiant la représentation de l’altérité américaine dans les romans de Jacques Poulin et de Jacques Godbout, l’auteur cherche à voir comme se conjuguent les notions de québécité et d’américanité. Il conclut que l’altérité américaine reste pour le moment plus exotique qu’endotique. »

Note: l’adresse indiquée ci-dessous pour la version numérique du document renvoie au numéro 33 de la revue d’Études canadiennes, qui exige le téléchargement du numéro en entier pour prendre connaissance de l’article de Lapointe.

Lapointe, 1992, PDF ###

NAVARRO PARDIÑAS, Blanca, « L’Amérique lunatique : représentation des États-Unis dans quatre romans québécois », dans Hélène NOIROT et Anne GIAUFRET (dir.), Actes du premier colloque des jeunes chercheurs européens en littérature québécoise (28 et 29 avril 1993), Paris, Centre de coopération interuniversitaire franco-québécoise, [s.d.], p. 31-38. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« La Californie, Hollywood, San Francisco… des noms qui font rêver. Les agences de voyages nous proposent les images les plus fascinantes. Le soleil, l’argent, l’été, l’idée parfaite du bonheur est représentée par cette Amérique solaire, resplendissante. La littérature contemporaine même rend compte de la fascination exercée par le Nouveau Continent. C’est le cas de La première personne (Pierre Turgeon, 1982), de Volkswagen blues (Jacques Poulin, 1984), L’été Rébecca (René Lapierre, 1985) et Une histoire américaine (Jacques Godbout, 1986). Il ne s’agit pas de la vaste Amérique d’autrefois mais d’une Amérique rétrécie. C’est l’Amérique de la métonymie: dire l’Amérique, c’est dire les États-Unis. Le Canada ne se confont [sic] pas avec son voisin. » ###

GAUVIN, Lise, « L’en-deçà des voyages : exploration de quelques romans québécois », dans Franca MARCATO-FALZONI (dir.), La deriva delle francofonie, vol. 4 : Autour de l’univers souterrain dans la littérature québécoise. Atti di seminari annuali di Letterature Francophone. Centro Interfacoltà Sorella Clarke dell’ Università di Bologna, Bagni di Lucca, 4-5 maggio 1989, Bologne, Éditrice CLUEB Bologna (Bussola, 7), 1990, p. 225-241. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« Dans le récit, dit […] Michel de Certeau, la limite “mène un double jeu. Elle fait le contraire de ce qu’elle dit” […]. Ainsi en est-il du voyage qui, comme la limite ou la borne représentés [sic], métaphorise les lieux de son discours. Le récit d’espace est une “langue parlée, c’est-à-dire un système linguistique distributif de lieux en tant qu’étant articulé par une focalisation énonciatrice, par un acte de la pratiquer” [Michel de Certeau]. C’est cette langue parlée dans le récit, cette focalisation énonciatrice que j’essaierai de retracer dans quelques voyages en anglophonie : Volkswagen blues de Jacques Poulin, Une histoire américaine de Jacques Godbout et Voyage en Irlande avec un parapluie de Louis Gauthier. » ###

MARCOTTE, Gilles, « Le temps du Matou », dans Écrire à Montréal, Montréal, Boréal (Papiers collés), 1997, p. 137-157. +++ Monographie

###Extrait de la conclusion
« […] il me paraît que le roman québécois des années 1980 crée un nouveau personnage, un nouveau type romanesque, qui se révèle avant tout par une façon particulière de vivre l’action. »

N.B. L’auteur aborde plus particulièrement Volkswagen blues aux pages 149-157. ###

PLOCHER, Hanspeter, « La littérature moderne du Québec. Son orientation vers le fantastique », dans Ingo KOLBOOM, Maria LIEBER et Edward REICHEL (dir.), Le Québec : société et cultures. Enjeux d’une francophonie lointaine, Dresden, Dresden University Press, 1998, p. 129-137. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« On essaiera […] de démontrer, par des exemples choisis, que la littérature franco-canadienne après 1945 ne se tournera que de manière hésitante et sporadique vers les catégories du fantastique, pour ainsi réfléchir sur les “ruptures” dans la conception de l’homme et du monde et sur la transition de l’ancien au nouvel ordre de la société. »

N.B. L’auteur aborde plus particulièrement Volkswagen blues aux pages 134-136. ###

NEPVEU, Pierre, « Conclusion. La pluralité des centres », dans L’écologie du réel. Mort et naissance de la littérature québécoise contemporaine, Montréal, Boréal, 1988, p. 211-220. +++ Monographie

###Dans la conclusion de son ouvrage qui prend notamment acte de l’éclatement de la littérature québécoise contemporaine, l’auteur considère que « le cas de Poulin demeure on ne peut plus éclairant pour la culture québécoise actuelle », en ce que « le vieux Volks [agit] comme une métaphore même de la nouvelle culture québécoise : indéterminée, voyageuse, en dérive, mais “recueillante” » ###

ROUSSEAU, Guildo, « La descente du continent », Revue internationale d’études canadiennes, n° 15 (printemps 1997), p. 67-84. +++ Article de revue

###Extrait
« Le transfert dans l’ordre de l’imaginaire et du mythe des solutions aux problèmes que l’homme ne parvient pas à résoudre effectivement est un phénomène commun à toutes les sociétés du monde. La persistance d’un tel phénomène dans l’univers mental du temps renvoie nécessairement à une vision du monde et du sujet humain dans le monde. C’est en quelque sorte l’étude mythocritique de ce “passage” du Temps à l’Espace — voire leur nécessaire confluence — que l’auteur cherche ici à mettre en lumière à partir d’une double hypothèse d’interprétation du Mythe de l’Amérique dans la littérature nord-américaine. L’analyse comparée d’un certain nombre d’œuvres littéraires américaines, canadiennes-anglaises et québécoises l’amène à examiner les polarités spatiales (Nord/Sud, Est/Ouest) comme autant de pôles inducteurs du pluralisme cohérent qui traverse les grandes images culturelles du temps, du lieu et de l’espace. La géographie imaginaire nord-américaine est d’abord pour l’auteur une “descente du continent” qui conduit à l’ultime anamnèse : au Léthé mythique dont la représentation symbolique, réactualisée à travers celle des grands fleuves du continent (le Saint-Laurent, le Mississippi, le Columbia, le Mackenzie, le Rio Grande …) constituerait l’une des topiques fondamentales de l’imaginaire géographique nord-américain.»

N.B. L’auteur aborde plus particulièrement Volkswagen blues à la page 73. ###

MIRAGLIA, Anne-Marie, « Texts engendering Texts : A Québécois Rewriting of American Novels », dans Elaine D. CANCALON et Antoine SPACAGNA (dir.), Intertextuality in Literature and Film, Gainesville, University Press of Florida, 1994, p. 49-60. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« The creative literary process is in itself often the subject of the novels of the Québécois writer Jacques Poulin. His novel VB, published in 1984, is simultaneously the story of Jack Waterman’s search for his brother Theo and that of the search and discovery of the novel’s genesis. Accompanied by a young Métis woman named la Grande Sauterelle, Jack Waterman’s quest takes him from Gaspé, Québec, across the United States via the Oregon Trail, and south to San Francisco, California. This spatial journey covering a number of Canadian and American literary intertexts. Jack Waterman’s journey parallels the pioneer’s quest for the American dream, and the novel echoes this search as it is represented in the American intertexts that compose it. » ###

CHASSAY, Jean-François, « Le “road book” : Jack Kerouac et le roman québécois contemporain », dans L’ambiguïté américaine. Le roman québécois face aux États-Unis, Montréal, XYZ (Théorie et littérature), 1995, p. 65-91. +++ Monographie

###L’auteur s’intéresse à la portée de la figure de Jack Kerouac dans le roman québécois contemporain.

Extrait, p. 76-77
« Dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin, un des romanciers québécois les plus marqués par les écrivains américains, les allusions à Kerouac apparaissent parfois plus explicites. Un écrivain, Jack Waterman, accompagné d’une femme surnommée la Grande Sauterelle, d’origine indienne, part de Gaspé, au Québec, vers San Francisco, à la recherche de son frère Théo disparu depuis des années. Paradoxalement, plus l’objectif se rapproche, plus le sens à donner au voyage devient équivoque. L’histoire de Théo se greffe peu à peu à celle des premiers colons partis vers l’Ouest, au point que les deux routes vont se confondre. Le lecteur est confronté à un questionnement sur le mythe et la mémoire (personnelle  et collective). Plongeant dans ce vaste texte que représentent les Etats-Unis, le moi de Waterman se mêle progressivement à l’environnement physique. […] »###

GIRAUDO, José Eduardo, « Mnémosyne en fourgonnette ou la poéthique de la mémoire : sur Volkswagen blues, de Jacques Poulin », Cadernos do IL, n° 9 (janvier 1993), p. 49-56. +++ Article de revue

###Extrait
« [La] reconnaissance de l’autre, la connaissance de soi à travers l’autre marque le double mouvement d’une mémoire qui est à la fois mémoire d’une identité et mémoire de la différence. De même, cette mémoire s’oriente aussi vers le passé, en suivant les traces d’un ethos possible, que vers le futur, en y projettant [sic]le sens éthique acquis. Dans ce sens-là, la reconnaissance des différences plutôt que leur effacement s’avère le fondement d’une identité dont les enjeux se trouvent quelque part dans un futur à la fois commun et pluriel. » ###

GAUVIN, Lise, « Littérature québécoise et francophonie : un statut particulier », La Licorne, n° 27 (automne 1993), p. 417-426. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction
« La littérature québécoise, aujourd’hui, affiche tous les signes d’une étonnante vitalité. Celle-ci repose en bonne partie sur une institution forte, relativement autonome, munie des instances de production et de légitimation nécessaires à son épanouissement. Je me propose de donner ici un aperçu de ces réseaux institutionnels qui, conjugués à un sentiment de la langue toujours extrêmement présent et prégnant, et à des problématiques spécifiquement littéraires, assurent un statut particulier à la littérature québécoise dans l’ensemble complexe et un peu flou qu’on nomme désormais francophonie. »

N.B. Volkswagen blues est étudié plus particulièrement aux pages 422-423.

Cet article est précédemment paru dans la revue Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese.###

ERTLER, Klaus-Dieter, « VII. Postmoderne und “écritures migrantes” - Die achtziger und neunziger Jahre », dans Kleine Geschichte des franko-kanadischen Romans, Tübingen, Gunter Narr Verlag (Narr studienbücher), 2000, p. 209-230. +++ Monographie

###Note : Volkswagen blues est étudié plus particulièrement dans la section « Die québécische “road-novel” - Jacques Poulin : Volkswagen blues.###

HUGGAN, Graham, « Territorial Disputes », dans Territorial Disputes. Maps and Mapping Strategies in Contemporary Canadian and Australian Fiction, Toronto, University of Toronto Press (Theory / Culture), 1994, p. 95-146. +++ Monographie

###Extrait
« The debunking of the cartographer as ‘hero’ in fictions […] provides the context for a demythologization of the past. This demythologization allows writers […] to effect a critique of the myths of cultural supremacy underlying European expansionist ventures into the New World. Two recent novels that […] debunk the cartographer as ‘hero’ are George Bowering’s Burning Water (1980) and Jacques Poulin’s Volkswagen Blues(1984). In both of these novels, maps feature as vehicles for the reconstruction of the (Western) historical imagination and for the revisioning of stereotypical European perceptions of the New World. »

Note : Volkswagen Blues est étudié dans la section « Demythologizing the Past: The Cartographer as ‘Hero’ », aux pages 111-118. ###

GASQUY-RESCH, Yannick, « Chapitre 4. Dire l’Amérique », dans Yannick GASQUY-RESCH (dir.) Littérature du Québec, Vanves, ÉDICEF (Histoire littéraire de la francophonie. Universités francophones), 1994, p. 243-250. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« Une des composantes les plus visibles de la littérature québécoise depuis les années quatre-vingts, est sa dimension américaine. […] À travers [les] affinités littéraires [de Volkswagen blues] avec les romanciers américains c’est non seulement une lecture géographique et historique qui est proposée du continent américain, mais une exploration de son imaginaire présenté comme un texte hétérogène et traversé de multiples voix. » ###

TARDIF, Véronic, « Le hockey dans l’imaginaire romanesque de Roch Carrier et de Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, département des lettres françaises, Université d’Ottawa, 2005, 114 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Résumé
« Depuis la fondation du club de hockey des Canadiens de Montréal, au début du XX e siècle, les Québécois se sont identifiés à cette équipe et plus particulièrement, au fil des époques, à certains joueurs, au premier rang desquels Maurice Richard, qui a atteint le statut de héros.Le hockey faisant partie de l’identité socioculturelle du Québec, nous nous sommes intéressée à la place qu’il occupe dans la littérature québécoise. Pour ce faire, nous avons choisi la perspective de l’imaginaire, défini notamment comme la manifestation d’un inconscient collectif d’où sont tirées des images servant de fondement à la création artistique. Ces images véhiculent ainsi des références culturelles propres à un peuple.Le choix de Roch Carrier et de Jacques Poulin s’est imposé à nous pour un certain nombre de raisons, la première étant, évidemment, la présence récurrente du hockey dans leurs romans publiés depuis les années 1960 jusqu’à aujourd’hui.Notre thèse met donc en relief les manières plurivoques de ces deux écrivains d’utiliser le hockey comme moteur de l’imaginaire dans leurs romans. »

Porte également sur Chat sauvage

Tardif, 2005, PDF ###

PICCIONE, Marie-Lyne, « Les références culturelles françaises dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Jean-Pierre BARDET et René DUROCHER (dir.), Français et Québécois : le regard de l’autre (Paris les 7, 8 et 9 octobre 1999), Paris, CCIFQ, 1999, p. 321-325. +++ Chapitre de collectif

###Extrait, p. 321
« Dans un roman intitulé Volkswagen Blues, brandissant l’étrangeté / exanéité de son titre comme un hiatus infligé à la francophonie, le statut de la référence culturelle française ne peut être qu’aléatoire. De fait, cette odyssée qui relate la traversée du contient américain est un hymne dédié à l’Amérique dont l’histoire, les hauts faits et même les méfaits illuminent un voyage par ailleurs assez terne, embrassant les héros d’une passion empruntée, aux antipodes de leur réserve coutumière. Il est donc légitime de se demander si cette américanité triomphante, voire dévorante, laisse subsister quelque espace propice à l’épanouissement ou, tout au moins, à la survie de la culture française. Or, quoique parcellisée, émiettée, marginalisée, la culture française, n’en est pas, pour autant niée. Cantonnée à des domaines biens précis, vouée à la nostalgie de l’« avant », elle est consubstantiellement liée à l’origine : origine d’un pays dont Jacques Cartier demeure l’emblème le plus représentatif ; origine d’une littérature magistralement initiée par les chansons de geste ; origine enfin d’une mémoire populaire émergeant de la nuit des temps pour trouver dans quelque ritournelle son expression la plus appropriée. »

###

GAUVIN, Lise, « Une surconscience opérante: les stratégies textuelles des années 80 », dans Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Boréal, 2000, p. 143-165. +++ Monographie

###Extrait de l’introduction
« Dans le domaine du roman, à partir des années 80 et à la faveur de modifications importantes dans l’horizon d’attente du public lecteur, les stratégies textuelles mises en oeuvre proposent une/des image(s) de la langue différente(s) de celles des années antérieures. Quelques exemples, choisis parmi les oeuvres d’auteurs dont la langue maternelle est le français, permettront de voir jusqu’à quel point sont présentes ou disparues les tensions visibles dans les récits déjà examinés, soit les guillemets, périphrases explicatives, excuses au lecteur (Beaugrand), ou tout autre procédé de marquage d’une esthétique réaliste ou régionaliste. […] Dans les oeuvres retenues, je chercherai encore à percevoir comment le texte parle la langue, soit à la façon d’une isotopie distincte, soit par une série de procédés qui vont d’un système de représentation plus ou moins mimétique, stylisée ou fantasmée de l’oralité des langages sociaux. »

Note: Volkswagen blues est étudié plus particulièrement aux pages 152-157. ###

HUE, Bernard, « Légendes et chansons du vieux monde dans le roman canadien d’expression française », dans Bernard HUE (dir.), Métissage du texte. Bretagne, Maghreb, Québec, Rennes, Les Presses universitaires de Rennes et Centre d’études des littératures et civilisations francophones (Plurial, 4), 1993, p. 271-280. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« L’idée de cette communication provient d’un banal constat: bon nombre de romans canadiens d’expression française, non seulement d’hier et des temps anciens, mais aussi, - ce qui ne laisse pas de surprendre, - d’aujourd’hui, de ces temps nouveaux nés avec la Révolution tranquille, utilisent, selon des procédures diverses, des légendes, des contes, des chansons populaires empruntés au fonds ancien, ou exceptionnellement au fonds moderne, du Vieux Pays. […] Nous proposons donc d’examiner quelques manifestations de ce phénomène qui correspond à l’expression d’une certaine forme de métissage littéraire et de dégager de cet examen, fondé sur quelques exemples significatifs, une réflexion, - sans prétendre ni à l’exhaustivité, ni à l’établissement de conclusions définitives, - sur la contradiction inhérente à ce type d’écriture. »

Note: Volkswagen blues est étudié plus particulièrement aux pages 276-278. ###

RICHARD, Chantal, « Vers une typologie de l’hétérolinguisme littéraire à la fin du XXe siècle en Amérique francophone », dans Jean MORENCY, Hélène DESTREMPES, Denise MERKLE et Martin PÂQUET (dir.), Des cultures en contact. Visions de l’Amérique du Nord francophone, Québec, Nota bene (Terre américaine), 2005, p. 249-263. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction
« Le fait d’intégrer des marques de l’anglais ou d’autres langues ou registres dans un texte français fut, au départ, l’expression littéraire d’une réalité sociolinguistique nord-américaine. Dans les meilleurs cas, cette expression est devenue une exploration du médium de l’écrivain comme artiste. Le recours aux multiples registres de langue - “réalistes” ou de pure invention littéraire - permet de nuancer le récit, enrichissant la lecture sémiotique du texte. »

Note : Volkswagen blues est étudié plus particulièrement aux pages 254-255. ###

SHEK, Ben-Zion, « The last twenty years », dans French-Canadian and Québécois Novels, Toronto, Oxford University Press, 1991, p. 100-133. +++ Monographie

###L’auteur aborde la question de l’américanité dans la littérature des années 1980 à partir du roman Volkswagen blues. ###

GALLAYS, François, « L’iconographie dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Diffractions. Romans et nouvelles du Québec, Orléans, David, 2000, p. 211-227. +++ Monographie

###L’auteur étudie l’iconotextualité dans Volkswagen blues###

CHAPMAN, Rosemary, « Chapter Four : Old Dreams and New Visions ? », dans Sitting the Quebec Novel. The Representation of Space in Francophone Writing in Quebec, Bern, Peter Lang, 2000, p. 213-269. +++ Monographie

###L’auteur pose l’hypothèse que Volkswagen blues de Jacques Poulin, parmi d’autres oeuvres qui ont suivi la défaite référendaire de 1980, présente l’aventure aux États-Unis et la dimension américaine du Québec comme une façon renouvelée d’envisager la question de l’identité. ###

BEKAT, Amina Azza, « Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Bouba Mohammedi TABTI (coordonnatrice), Littérature canadienne. Impressions de lecture, Blida-Algérie, Éditions du Tell, 2005, p. 93-96. +++ Chapitre de collectif

###Impressions de lecture laissées par Volkswagen blues.###

YELLÈS, Mourad, « Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Bouba Mohammedi TABTI (coordonnatrice), Littérature canadienne. Impressions de lecture, Blida-Algérie, Éditions du Tell, 2005, p. 97-102. +++ Chapitre de collectif

###Impressions de lecture laissées par Volkswagen blues. ###

GAUVIN, Lise, « Écriture, surconscience et plurilinguisme : une poétique de l’errance », dans Christiane ALBERT (dir.), Francophonie et identités culturelles, Paris, Karthala (Lettres du Sud), 1999, p. 13-29. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« Dans la mesure où il est répétition, redoublement, accumulation, l’imaginaire baroque appelle, comme la surconscience linguistique, une poétique du doute et de l’incertain. Une pratique du soupçon qui donne lieu, dans le domaine du roman, à ce que je désigne sous le nom de poétique de l’errance. Poétique qui fonctionne à plusieurs niveaux et que je me contenterai d’esquisser ici, à partir de trois exemples empruntés à des corpus différents. [J’ai] préféré pour l’instant m’en tenir à des oeuvres qui, fondées sur une isotopie de la langue, témoignent éloquemment de cette surconscience linguistique et de cet imaginaire baroque que je tente d’identifier. Il s’agit donc de Volkswagen blues de Poulin, de Texaco de Patrick Chamoiseau et de Vaste est la prison d’Assia Djebar. » ###

SIROIS, Antoine, « La quête du héros et la descente aux Enfers. Jacques Poulin : Volkswagen blues », dans Lecture mythocritique du roman québécois. Anne Hébert, Jacques Ferron, Jacques Poulin, Gabrielle Roy, Yves Thériault, Montréal, Triptyque, 1999, p. 75-90. +++ Monographie

###Extrait de l’introduction
Le roman mythologique, forme de récit à laquelle s’intéresse Antoine Sirois, fait parfois « allusion à un archétype décrit comme une structure commune à plusieurs mythes, sans en caractériser ou en nommer aucun. Ainsi, l’archétype de la quête poursuivie en ses diverses étapes par un héros, sur le modèle, parmi d’autres, de la recherche de la Toison d’or par les Argonautes. Joseph Campbell en a bien établi le tracé. Celui-ci est composé de l’appel de l’aventure et du départ, de l’initiation avec ses épreuves et du retour du héros enrichi d’une nouvelle sagesse qu’il voudra transmettre. Jacques Poulin illustre cette aventure initiatique dans Volkswagen blues ». ###

MORENCY, Jean, Le mythe américain dans les fictions d’Amérique : de Washington Irving à Jacques Poulin, Québec, Nuit blanche (Terre Américaine), 1994, 258 p. +++ Monographie

###Il s’agit de la version remaniée de la thèse :
MORENCY, Jean, « Le mythe de l’Amérique dans le roman québécois et le roman états-unien : vers une définition d’un modèle mythique », thèse de doctorat, département des littératures, Université Laval, 1991, 344 f. ###

NEPVEU, Pierre, « Un imaginaire interurbain », dans Lectures des lieux, Montréal, Boréal (Papiers collés), 2004, p. 103-117. +++ Monographie

###Extrait, p. 105-106
« La ville n’a […] cessé depuis deux siècles d’être un événement moral, philosophique, esthétique. […] Il suffit pour nous en convaincre de peser la masse d’écrits de toutes sortes consacrés aux villes depuis une trentaine d’années : l’objet urbain, qu’il soit littéraire, urbanistique, architectural, sociologique, suscite un discours abondant, passionné, obsessionnel. […] Il se passe là, me semble-t-il, quelque chose d’assez nouveau, le développement de ce que j’appellerais un imaginaire interurbain, expression dont ce n’est pas par pur hasard qu’elle a des résonances téléphoniques, car le téléphone, cette invention déjà ancienne de la modernité, demeure un formidable moyen de franchir l’espace entre les villes et de l’abolir […] ».

À partir de cette hypothèse d’un « imaginaire interurbain », l’auteur livre quelques exemples, dont celui de Volkswagen blues (p. 109-110). ###

CHASSAY, Jean-François, « Topographie du lecteur (explicite) dans le roman québécois contemporain », La Licorne, n° 27 (1993), p. 105-117. +++ Article de revue

###Extrait, p. 105
« Il ne s’agira pas dans ce court article d’ajouter au travail théorique qui s’accomplit actuellement sur la lecture mais, plus modestement, de proposer une topographie du lecteur dans le roman québécois contemporain. Le parcours n’aura rien d’exhaustif […] mais ouvrira plutôt des œuvres à partir de textes apparaissant représentatifs des différents motifs de cette mise en abyme. Pour circonscrire encore davantage le champ, cette figure du lecteur ne retiendra l’attention que dans les cas où celui-ci se voit concerné par des textes (dits) littéraires, s’affichant comme tel ou se définissant dans les romans selon des critères proches aux genres canoniques de la littérature. »

Porte également sur Les grandes marées.###

RICHARD, Chantal, « Analyse des alternances de langues par le logiciel Sphinx, le cas du roman Volkswagen Blues de Jacques Poulin », dans Sylvia KASPARIAN et James DE FINNEY (dir.), L’analyse des données textuelles : de l’enquête aux corpus littéraires, Moncton, Université de Moncton, 2004, p. 45-58. +++ Chapitre de collectif

###Résumé
« Cet objet d’étude visant à brouiller les frontières qu’est l’écriture hétérolingue nous a amené à adopter une démarche transdisciplinaire en combinant des notions linguistiques et littéraires avec l’analyse statistique par le logiciel Sphinx. Dans le but de décrire le fonctionnement des alternances de langues dans le roman, une typologie détaillée a été élaborée selon six variables. Cette typologie des formes et fonctions des alternances a servi à construire une grille d’analyse dans Eurêka qui nous a permis de coder chacune des 259 occurrences de L2 dans le texte. En tenant compte des liens possibles qui pourraient se manifester entre une forme et une fonction particulières, ces données ont par la suite été manipulées à l’aide de Sphinx dans le but d’arriver à une analyse multi-dimensionnelle des caractéristiques de l’anglais dans Volkswagen Blues. »

Abstract
« Heterolingual writing is a technique which intentionally seeks to blur linguistic borders and is thus not an easy object to study. I have therefore adopted a transdisciplinary approach combining linguistic and literary notions with statistical analysis aided by the software program Sphinx. In the context of a descriptive study of language shifting in the modern novel, I propose a detailed typology of the forms and functions of heterolingual writing based on six main variables. This typology led to the creation of a coding grid in Eureka which allowed the detailed characterization of the 259 occurrences of L2 in the text. Keeping in mind the associations that may become apparent between individual forms and functions, this data was also manipulated using Sphinx in order to produce a multi-dimensional analysis of the role played by English as a second language in the novel Volkswagen Blues.»

Richard, 2002, PDF ###

FINELL, Susanna, « The United States in the Literary Imagination of the Quebec Novel », Revue francophone de Louisiane, vol. 2, n° 2 (hiver 1987), p. 30-37. +++ Article de revue

###Extrait
« This attitude towards the United States – fascination or condemnation – sterns from Quebec’s position as a French enclave in an English-speaking continent. Quebecers can never ignore their close and powerful neighbour. This relationship is one-sided, however, for the American literary imagination can overlook French Canada quite easily. French-Canadian contributions to United States history or culture, whatever they were, seem to be lost in the American melting pot, revived once in a while, within a historical context. The creative imagination of the United States inescapably influences and shapes influences and shapes the French-Canadian consciousness. » ###

MARTONYI, Éva, « Le rêve américain : dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin », dans Fritz Peter KIRSCH et Waldemar ZACHARASIEWICZ (dir.), Perspectives interculturelles, Wien, Centres d’études canadiennes, 2001, p. 159-167. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« Le roman de Jacques Poulin appartient dès sa première parution aux ouvrages de la littérature québécoise récente qui ont été le plus abondamment analysés et discutés. La richesse et la complexité des thèmes traités par l’auteur justifient l’intérêt général porté à ce livre, d’autant plus que ceux-ci rejoignent les préoccupations générales de la critique littéraire d’aujourd’hui. Parmi les termes-clés utilisés par les critiques on peut retrouver aussi bien la notion de mythes modernes que celle de l’intertextualité ou celle de l’extraterritorialité.
La présente étude souhaitait enrichir la palette des interprétations en y ajoutant un aspect encore relativement peu discuté, celui de la dérision, de l’humour voire du pastiche. Après avoir parcouru notre chemin – celui de la distanciation et du rire voire du sourire – nous espérons être parvenus à dévoiler l’existence de nouveaux horizons dans le roman. » ###

BEAUDOIN, Réjean et André LAMONTAGNE, « La littérature canadienne de langue française », Revue francophone de Louisiane, vol. 7, n° 2 (automne 1993), p. 145-182. +++ Article de revue

###Cet article porte sur l’ensemble de l’oeuvre de Jacques Poulin - plus particulièrement sur Volkswagen blues et Le vieux Chagrin.###

SEGRELLES, Valérie, « La dimension indienne dans Volkswagen blues de Jacques Poulin : un exemple du roman québécois contemporain », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence (Aix-Marseille 1), 1998, 130 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

KALLA, Patrice, « La littérature québécoise contemporaine : corpus limité à Volkswagen blues de Jacques Poulin, Québec Amérique, 1984, Babel, 1998 », mémoire de maîtrise, département des lettres, Université de Paris-XII-Val-de-Marne, 2004, 86 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

VILLARD, Victoria, « Le héros à la recherche de lui-même dans quatre romans de Jacques Poulin : Les grandes marées (1979) [sic], Volkswagen blues (1984), Le vieux Chagrin (1989), La tournée d’automne (1993) : une approche littéraire », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université Jean Moulin (Lyon III), 2003, 113 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

CHARPIOT, Matthias, « Les fonctions du voyage dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, Centre International d’Études Francophones, Université Paris IV - Sorbonne, 2003, 101 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

PURDY, Anthony, « Memory Maps : Mnemotopic Motifs in Creates, Poulin, and Robin », Essays on Canadian Writing, n° 80 (automne 2003), p. 261-282. +++ Article de revue

###Abstract
« This essay examines the memory map - a mnemotopic motif that represents place as saturated with personal and cultural memory- in the work of visual artist Marlene Creates and in novels by Régine Robin and Jacques Poulin. Imbued with affect and heavy with sedimented experience, memory maps articulate a present suffused with the past and record the distributions of lived time in place. They are where stories are made and unmade. » ###

BOULESTEIX, Caroline, « Recherche d’identité par le voyage dans Volkswagen blues de Jacques Poulin », dans Dana PUIU (dir.), Identity and Alterity in Canadian Literature / Identité et altérité dans la littérature  canadienne, Cluj-Napoca (Roumanie) / Baia Mare, Risoprint / Canadian Studies Center / Centre d’études canadiennes, 2003, p. 25-28. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction, p. 25
« Il existe deux sortes de voyages dans le roman de Jacques Poulin : le déplacement du corps et le déplacement intellectuel. Jack et la Grande Sauterelle entreprennent de partir à la conquête des États-Unis comme l’avait fait Jacques Cartier. Les deux personnages voyagent en minibus Volkswagen sur la piste de l’Orégon. Mais le voyage n’est pas seulement physique puisque la tête se déplace aussi à travers l’écriture, la lecture et la musique. Mais quel est le but de ce départ ? Est-il toujours bon de vouloir savoir la vérité ? » ###

LINTVELT, Jaap, « Le voyage identitaire aux États-Unis dans le roman québécois », dans Jean MORENCY, Jeanette DEN TOONDER et Jaap LINTVELT (dir.), Romans de la route et voyages identitaires, Québec, Nota bene, 2006, p. 55-88. +++ Chapitre de collectif

###Extrait de l’introduction, p. 56-57
« Je me propose de présenter un panorama du voyage identitaire aux États-Unis dans une douzaine de romans, parus après 1980. Si le voyage amène les personnages à des réflexions sur l’identité culturelle québécoise, confrontée à celle de la société des États-Unis, le parcours mime souvent aussi l’évolution de leur identité personnelle. […] En général, les aspects thématiques suivants seront abordés : l’identité personnelle (le motif et l’effet du voyage) et l’identité culturelle (la vision des États-Unis et la vision du Québec). Après l’analyse successive des romans, selon l’ordre chronologique de leur parution, nous pourrons présenter une synthèse des principales caractéristiques du voyage identitaire ».

N.B.Le roman Volkswagen blues est étudié plus particulièrement aux pages 64-67. ###

DION, Robert, « Let’s Talk English Here. Les représentations de l’anglais dans Copies conformes et Volkswagen blues », dans Barbara BUCHENAU et Annette PAATZ (dir.), Do the Americas have a Common Literary History, Francfort / Berlin / Berne / Bruxelles / New York / Oxford / Vienne, Peter Lang (Interamericana), 2002, p. 427-447. +++ Chapitre de collectif

###Extrait
« Pour les besoins de l’analyse, j’ai retenu deux romans de la décennie 1980 : Copies conformes, de Monique LaRue (1989), et Volkswagen blues, de Jacques Poulin (1984). Ces deux oeuvres ont en commun d’avoir connu un large retentissement et, surtout, de se dérouler aux États-Unis, ce qui justifie l’omniprésence de l’anglais dans la fiction. Représentatifs de la tendance, assez répandue dans les années 1980, à situer l’action en-dehors de l’espace québécois, dans un territoire imaginaire beaucoup plus vaste (par exemple, la Californie d’Une histoire américainede Jacques Godbout, l’Inde des Silences du corbeaud’Yvon Rivard et le Berlin du Bateau d’Hitlerde Pierre Turgeon), les romans de LaRue et de Poulin permettent d’aborder la question de l’hétérolinguisme dans la perspective d’une internationalisation, tout au moins diégétique, de la littérature du Québec depuis vingt ans. Dans ces récits, l’enjeu n’est pas tant de rendre compte de la diversité montréalaise et québécoise, d’une culture de plus en plus composite et multiculturelle, que d’inscrire le Québec francophone dans le grand tout de l’Amérique. » ###

LAVOIE, Carlo, « Maurice Richard : du joueur à la figure », RSSI. Recherches sémiotiques / Semiotics Inquiry, vol. 22, n° 1-3 (2002), p. 211-228. +++ Article de revue

###Résumé
« À partir de la biographie Maurice Richard, l’idole d’un peuple de Jean-Marie Pellerin, la pièce de théâtre Un pays dont la devise est je m’oublie de Jean-Claude Germain et le roman Volkswagen blues de Jacques Poulin, nous proposons de nous attarder aux traits constitutifs de la figure de Maurice Rocket Richard et de suivre son évolution grâce aux traces qu’elle a laissées sur la scène de la fiction à partir du récit journalistique. L’aménagement discursif de cette figure pousse à étudier les occurrences d’un discours sportif en relation avec les autres discours qui le traversent et qu’il traverse au point de faire éclater la figure. Le stéréotype issu du récit journalistique qui faisait de Maurice Richard un héros combattant en Nouvelle-France se voit neutralisé par le contre-discours d’une autre figure, celle de l’Indien. » ###

SANAKER, John Kristian, « Jacques Poulin : l’art de la banalité, ou comment dire son amour mine de rien. Quelques remarques sur le dialogue de Volkswagen blues et de La tournée d’automne », Vives lettres, n° 10 (2000), p. 113-131. +++ Article de revue

MACFARLANE, Heather, « Road work : Theorizing the Road Trip Narrative in Anglophone, Quebecois and Indigenous Literatures in Canada », thèse de doctorat, Centre for Comparative Literature, Université de Toronto, 2007, 219 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

###Abstract
« As the title of J. Edward Chamberlin’s book, If This Is Your Land, Where Are Your Stories ? suggests, you must fill a physical landscape with a history on that land in order to make it yours. Geography describes the land, and history peoples it, just as memories connect you to place. This is why road trips are such a feature of Anglophone, Québécois and Indigenous writing in Canada, allowing the travelers to claim, at least symbolically, the land they cover. It is the intersection between history and geography that makes the trip so significant, and nourishes a sense of place, or reveals the lack of it. Examining the road trips undertaken therefore tells us much about the specific interests of the three general groups at the centre of this study. Their desire, and in some cases obligation to travel, the traveling companions and destinations they choose, and the histories they create on the land they are covering are indicative of their particular sense of place and nationhood within the country. The road trip narrative is a natural outcome of the nation’s obsession with geography, and its desire to insert, or reinsert itself in history in order to ensure continuity. This is true of the Canadian nation as a whole, and also of the three communities in question. In order to demonstrate this, I examine works by a variety of Anglophone, Québécois and Indigenous writers, including Gilles Archambault, Jeannette Armstrong, Jill Frayne, Tomson Highway, Linda Hogan, Scott Gardiner, Claude Jasmin, Robert Kroetsch, Lee Maracle, Jacques Poulin, Aritha van Herk and Paul Villeneuve. A comparative approach to literatures in Canada is the logical continuation of postcolonial studies in that it reveals the intricacies and specificities of various communities, contributing to a more complete understanding of multiple national collectivities. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest. ###

MORENCY, Jean, « Images de l’Amérindien dans le roman québécois depuis 1945 », Tangence, n° 85 (automne 2007), p. 83-98. +++ Article de revue

###Résumé
« Sans être omniprésente dans le roman québécois au XXe siècle, l’image de l’Amérindien a néanmoins joué un rôle significatif dans l’évolution de certaines thématiques romanesques, comme celles des grands espaces et de la nature rédemptrice. Les romanciers québécois ont souvent attribué à la figure de l’Amérindien une fonction symbolique dans le mouvement de prise de conscience de leur appartenance au continent américain. Cette image se révèle ainsi indissociable de l’expression et de la revendication d’une identité nord-américaine, cette dernière étant perçue comme résolument indistincte de l’identité française. Cet article vise à dégager quelques-uns des avatars de l’image de l’Amérindien dans le roman québécois de 1945 à nos jours, avatars qui ont été regroupés en deux grands ensembles : d’un côté, les Indiens proprement dits et, de l’autre, les Métis et les faux Indiens. »

N. B. Volkswagen blues est abordé plus particulièrement aux pages 95-96. ###

GUENTHER, Beatrice, « Land and Cityscape in Lise Gauvin’s and Jacques Poulin’s Narratives : Between Cultural Memory and L’invention du quotidien », dans Magali COMPAN et Katarzyna PIEPRZAK (ed.), Land and Landscape in Francographic Literature : Remapping Uncertain Territories, Newcastle, Cambridge Scholars, 2007, p. 60-87. +++ Chapitre de collectif

ROSENSTREICH, Susan L., « God the Father or Mother Earth ? Nouvelle France in Two Quebec Novels of the 1980s », L’esprit créateur, vol. 48, n° 1 (printemps 2008), p. 120-130. +++ Article de revue

###Résumé
« Jacques Poulin’s Volkswagen Blues and Le Premier Jardin by Anne Hébert, two novels published in Quebec in the 1980s, assimilate the representation of Nouvelle France to the experience of family ties. The authors first focus attention on the matter of origins, then consider the issue of destiny, both of the individual and of Quebec. »

Rosenstreich, 2008, HTML ###

MORENCY, Jean, « Dérives spatiales et mouvances langagières : les romanciers contemporains et l’Amérique canadienne-française », Francophonies d’Amérique, n° 26 (2008), p. 27-39. +++ Article de revue

###Résumé
« Dans cet article, Jean Morency étudie la survivance dans le roman québécois contemporain de la culture du Canada français, une culture caractérisée par sa relation particulière à l’espace nord-américain et sa remarquable mobilité géographique. Après avoir présenté les principales stratégies visant à inscrire le roman québécois dans le tissu géographique, social, culturel, linguistique et littéraire nord-américain, l’auteur tente de retracer, sur la base d’une hypothèse de nature psychosociale qu’il nomme le “retour de l’identité refoulée canadienne-française”, les modes de filiation établis entre quelques romanciers contemporains (Michel Tremblay, Jacques Poulin et Nicolas Dickner) et un certain imaginaire de l’Amérique canadienne-française. »

Corpus retenu
Volkswagen blues, La tournée d’automne et Les yeux bleus de Mistassini

Morency, 2008, PDF ###

SAPP, Robert, « Linguistic Vagabondage : The Driving Force in Jacques Poulin’s Volkswagen blues », Romance Notes, vol. 48, n° 3 (2008), p. 345-353. +++ Article de revue

###Extrait de l’introduction, p. 345
« Here [in Volkswagen blues], Poulin explores the rapport between language and identity that emerges from the collusion of Anglophone and Francophone cultures in North America calling into question the notion of a homogeneous self derived from language. This study explores the ambiguous rapport between language and identity in Volkswagen blues examining the use of English by otherwise Francophone characters within the context of Jacques Derrida’s conception of the otherness of language developed in Le monolinguisme de l’autre. Far from innocent, the choice of English is not merely a pragmatic recourse to the lange vehiculaire described by Deleuze and Guattari in Kafka : pour une littérature mineure, but a violent refusal of a past that has become unrecognizable. »

Sapp, 2008, PDF ###

YOTOVA, Rennie, « Jacques Poulin, Volkswagen blues (1984) », dans Pierre MOREL (dir.), Parcours québécois. Introduction à la littérature du Québec, Kichinez, Cartier, 2007, p. 144-155. +++ Chapitre de collectif

###Présentation générale du roman, qui s’attarde à la structure, aux personnages et aux aspects narratifs et thématiques. ###

GAUVIN, Lise, « Le palimpseste poulinien : réécritures, emprunts, autotextualités », Romanica Silesiana, n° 2 (2007), p. 190-203. +++ Article de revue

###Abstract
« The article focuses on a secret connivance between the author of Palimpsestes Gérard Genette and the novelist Jacques Poulin. It reveals how different modes of rewriting developed by Genette have been applied and reproduced in Poulin’s novels. The paper focuses on the rewriting of Defoe and Kerouac in Les grandes marées and Volkswagen Blues, on reference and borrowing in La tournée d’automne and autotextuality in La traduction est une histoire d’amour. » ###

DEN TOONDER, Jeanette, « Une littérature nord-américaine de langue française », dans Rachel KILLICK (dir.), Uncertain Relations: Some Configurations of the “Third Space” in Francophone Writings of the Americas and of Europe, Oxford, Peter Lang, 2005, p. 49-62. +++ Chapitre de collectif

BISTODEAU, Linda, « Sémantique littéraire de l’espace dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin », mémoire de maîtrise, Trois-Rivières, Université du Québec à Trois-Rivières, 1989, 159 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Bistodeau, 1989, PDF ###

SAPP, Robert Austin, « Family narratives and the transmission of heritage in transcultural novels », thèse de doctorat, The University of North Carolina at Chapel Hill, 2013, 207 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract
This dissertation examines the influence of the family on identity formation in Francophone literature. I focus on six novels by twentieth and twenty-first century authors from the Maghreb, the Middle East and Québec. The novels of Leïla Sebbar, Catherine Mavrikakis, Jacques Poulin, Abla Farhoud and Wajdi Mouawad feature the struggles of young, often immigrant, protagonists whose attempts to reconcile past and present within the family reflect on larger social themes of migration and cultural fusion in transcultural contexts. I consider the ambiguous role of the family in maintaining and propagating heritage in each. Specifically, I study the rupture of traditional means of preserving filial ties, such as a shared language and a common history, and examine the impact of this breakdown in transmission on identity formation in these texts. Taking into account sociological treatises on changing forms of the family, theories of immigrant literature and the transcultural exchange at work in twentieth and twenty-first century Francophone communities, I extend these arguments to read the altered representation of the family in Francophone novels as allegory for new conceptions of national identity.

Voir plus particulièrement le chapitre « The Brother as Other in Volkswagen Blues », p. 25-62. ###

THIBEAULT, Jimmy, « L’invention de la Franco-Amérique: la relecture de l’Histoire en histoires chez Antonine Maillet et Jacques Poulin », Québec Studies, n° 53 (printemps-été 2012), p. 9-27. +++ Article de revue

### Porte également sur Les grandes marées. ###

WEISMAN, Adam Paul, « Postcolonialism in North America: Imaginative Colonization in Henry David Thoreau’s A Yankee in Canada and Jacques Poulin’s Volkswagen Blues », Massachusetts Review: A Quarterly of Literature, the Arts and Public Affairs, vol. 36, n° 3 (automne 1995), p. 477-500. +++ Article de revue

### Weisman, 1995, PDF ###

DUSSAULT-FRENETTE, Catherine, « L’expression du désir féminin adolescent. Étude des (re)configurations des normes sexuelles genrées dans quatre romans québécois contemporains », mémoire de maîtrise, Universite de Sherbrooke, 2012, 153 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Les schémas sociaux de la sexualité, dans une société régie par le pouvoir patriarcal, s’élaborent selon une perspective androcentrée, qui nie aux femmes et aux filles la légitimité de leurs désirs. Longtemps posées en tant qu’objets d’un désir masculin, les femmes, accédant notamment à la subjectivité littéraire, redéfinissent depuis peu leur rapport au désir et à la sexualité. Considérant le moment d’entrée dans la sexualité comme crucial quant à la construction de l’identité sexuée, la présente recherche interroge la représentation du désir féminin chez des personnages d’adolescentes tirés de quatre romans québécois contemporains : Les fous de Bassan d’Anne Hébert (1982), Volkswagen Blues de Jacques Poulin (1988), L’île de la Merci d’Élise Turcotte (1997) et La petite fille qui aimait trop les allumettes de Gaétan Soucy (2000). À travers un cadre d’analyse constructionniste, regroupant la théorie des scripts sexuels (Gagnon), la construction sociale de l’identité de genre (Butler) et la théorie de l’intersubjectivité (Benjamin), cette étude vise à évaluer le potentiel agentif des personnages d’adolescentes dans l’expression de leur désir et l’expérimentation de leur sexualité. L’analyse littéraire du corpus choisi est soutenue par deux principaux objectifs : le premier consiste à' identifier, dans un premier temps, les scripts sexuels qui président à l’expression du désir féminin, et à statuer, dans un deuxième temps, s’il y a concordance ou discordance entre le discours et les comportements adoptés par les personnages féminins et les normes de genre véhiculées par les schémas sexuels dominants. Le second objectif réside dans l’examen des variations entre les représentations du désir féminin dans les œuvres écrites par des femmes et dans celles écrites par des hommes Chacun des romans faisant l’objet d’un chapitre, l’analyse approfondie de ceux-ci montre que tous les personnages féminins du corpus cherchent à inscrire leur désir au sein de scripts alternatifs — bien que marqués par l’hypotexte hétéronormé — aux scripts sexuels dominants, fondés sur la reconnaissance intersubjective. L’accession des jeunes filles du corpus au statut de sujet désirant, laquelle passe par la subversion des scripts sexuels dominants, s’avère toutefois ardue, tant sur le plan intrapsychique qu’interpersonnel, leur imaginaire étant colonisé (Roussos) par le discours patriarcal. Accordant la première place à l’analyse sémiotique du contenu romanesque, l’analyse vise ultimement à révéler la défaillance des discours dominants sur le sexuel, principalement en ce qui a trait à l’initiation sexuelle des jeunes filles.

Dussault-Frenette, 2012, PDF

Ce mémoire a été édité au éditions Nota bene en 2016 sous le titre L’expression du désir féminin dans quatre romans québécois contemporains. ###

CHARLOT, Adeline, « L’abolition de la dualité sexuelle chez Jacques Poulin : condition ou obstacle au bonheur ? Étude de Volkswagen blues et de La tournée d’automne », mémoire de maîtrise, département des littératures, Université Laval, 2007, 95 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé
Notre mémoire a pour objectif de déterminer le rôle de la dualité sexuelle chez les personnages mis en scène par Jacques Poulin dans Volkswagen blues et La tournée d’automne.
Les caractéristiques et les interactions entre hommes et femmes pouliniens, ainsi que leur évolution d’un roman à l’autre, constituent-elles un obstacle au bonheur à deux ou en sont-elles une condition sine qua non ? C’est sur cette question que se fondera notre mémoire, et nous verrons si le caractère ambivalent des personnages leur permet réellement d’être heureux ou si la négation des antagonismes sexuels ne représenterait pas au contraire un obstacle les empêchant d’accéder au bonheur.
Notre analyse sera menée à la lumière d’une approche thématique enrichie de théories telles que le postmodernisme, qui permettra d’aborder la thématique de l’identité sexuelle, indispensable pour comprendre les différentes formes de la dualité sexuelle, dans Volkswagen blues et La tournée d’automne, et l’enjeu représenté par une telle ambivalence dans la course au bonheur.

Charlot, 2007, PDF ###

HOTTE, Lucie, « Tanstextualité anglo-américaine. Volskwagen Blues de Jacques Poulin et L’Écureuil noir de Daniel Poliquin », dans Lise GAUVIN, Cécile VAN DEN AVENNE, Véronique CORINUS et Ching SELAO (dir), Littératures francophones. Parodies, pastiches, réécritures, Lyon, ENS Éditions (Signes), 2013. +++ Chapitre de collectif

KAŠTICKÁ, Daniela, « L’analyse du roman Volkswagen Blues de Jacques Poulin », mémoire de baccalauréat, Université Masaryk, 2009, 44 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Kaštická, 2009, PDF ###

SANAKER, John Kristian, « Volkswagen Blues de Jacques Poulin : pour une vision intérieure de l’Histoire », dans XVIe Congrès des Romanistes Scandinaves. +++ Article de revue

### Résumé
Le romancier québécois Jacques Poulin est un réaliste convaincu dans la mesure où il fait toujours un minutieux travail de recherche en vue de ne pas introduire des ’fautes’ dans la matière référentielle de ses romans. Ainsi, Volkswagen Blues est une véritable investigation historique par les références nombreuses à l’Histoire de l’Amérique du Nord – avant l’arrivée des Européens, pendant le règne français et après la conquête et la domination anglaises. Surtout son usage des langues contribue-t-il à nous donner une vision intérieure de cette Histoire. Roman d’expression française, Volkswagen Blues comporte de nombreux passages en anglais, toujours motivé par le contexte, ainsi qu’une masse non négligeable de noms indiens (chefs, tribus et lieux). L’aspect hétérolingue du roman contribue largement à en faire un roman historique complexe – et surtout un roman qui se propose de nous donner une vision des choses déterminée par le point de vue des principaux acteurs historiques eux-mêmes : Indiens, Français, Britanniques et autres immigrés.

Sanaker, 2006, PDF ###

BAKER, Rachel, « Transidentitaire : Sexe, Genre et Sexualité dans Volkswagen Blues de Jacques Poulin et Le Goût des Jeunes Filles de Dany Laferrière », The Arbutus Review vol. 5, n° 1 (automne 2014), p. 191-215. +++ Article de revue

### Résumé
À l’heure où les rôles de genre traditionnels sont invariablement réexaminés, déconstruits et réécrits, les conceptions de la masculinité et de la féminité prennent une importance majeure. Cet article examine la multiplicité des identités de genre dans la littérature québécoise contemporaine : Volkswagen Blues de Jacques Poulin et Le Goût des jeunes filles de Dany Laferrière. À partir d’un modèle transidentitaire basé sur des travaux théoriques d’Isabelle Boisclair et de Lori Saint-Martin, deux critiques littéraires québécoises, on examine la manière dont ces écrivains évoquent la masculinité et la féminité. Poulin et Laferrière abordent les questions du sexe et de l’orientation sexuelle, et celles du genre, de son identité et de son expression, créant des espaces où les corps oscillent souvent entre masculin et féminin et ont des qualités masculines et féminines qui apparaissent simultanément ou en alternance, ainsi rejetant un modèle binaire traditionnel du genre. À travers les devises narratives, les textes présentent des personnages qui occupent le continuum du genre et effectuent leurs identités en fonctions des contextes dans lesquels ils se trouvent. Enfin, ces œuvres encouragent le lecteur de s’interroger sur leur conception du genre, ce que veut dire être homme et ce que veut dire être femme.

Baker, 2014, PDF ###



Volkswagen blues (oeuvre)
TitreVolkswagen blues
AuteurJacques Poulin
Parution1984
TriVolkswagen blues
Afficheroui

Outils de la page

complaint