Auteurs contemporains

Discours critique sur les œuvres de littérature contemporaine

Outils pour utilisateurs

Outils du site


Ying Chen - Ensemble de l'oeuvre

Documentation critique

LE BRAS, Yvon, « Écrire autrement au Québec : les romans de Ying Chen », Études canadiennes / Canadian Studies : revue Interdisciplinaire des études canadiennes en France, vol. 54 (juin 2003), p. 143-152. +++ Article de revue

TALBOT, Émile J., « Conscience et mémoire : Ying Chen et la problématique identitaire », Nouvelles études francophones, vol. 20, no 1 (printemps 2005), p. 149-162. +++ Article de revue

###

Résumé :

« Les textes de Ying Chen se présentent comme une méditation, en voie d’approfondissement au cours de romans successifs, sur les possibilités de la mémoire comme faculté constitutive du moi, une problématique promue au premier plan dans Immobile (1998), Le champ de la mer (2002) et Querelle d’un squelette avec son double (2003), où Chen envisage la transmigration de la subjectivité consciente d’un corps à un autre. Si dans les deux premiers de ces romans, Chen arrive à voir la mémoire comme le lien unique entre nos mois multiples, son roman le plus récent, Querelle d’un squelette avec son double, dévalorise le rôle de la mémoire comme garant de l’identité continue d’un moi qui s’avère, finalement, n’être qu’une illusion.» ###

MOISAN, Clément, et Renate HILDEBRAND, Ces étrangers du dedans. Une histoire de l’écriture migrante au Québec (1937-1997), Québec, Nota bene (Études), 2001, 364 p. +++ Monographie

LEQUIN, Lucie, « À la croisée des chemins », dans Lucie JOUBERT (dir.), Trajectoires au féminin dans la littérature québécoise (1960-1990), Québec, Nota bene (Littérature(s), no 17), 2000, p. 107-118. +++ Chapitre de collectif

LAPOINTE, Martine-Emmanuelle, « “Le mort n’est jamais mort”. Emprise des origines et conceptions de la mémoire dans l’oeuvre de Ying Chen », Voix et Images, vol. XXIX, no 2 (no 86 - hiver 2004), p. 131-141. +++ Article de revue

###

Résumé :

« Malgré un effacement progressif des indices référentiels, les romans récents de Ying Chen, soit L’ingratitude(1995), Immobile(1998) et Le champ dans la mer (2002), témoignent à leur manière de l’état de la société contemporaine : ils sont pénétrés par les discours sociaux et pourraient être qualifiés, bien paradoxalement d’ailleurs, de romans familiaux ou de « récits de filiation ». En effaçant les signes et les traces connus, en préférant l’oubli, en tentant de faire le deuil des origines et du passé, ils esquissent les contours d’une mémoire culturelle qui semble résister au monumental et préférer le non-chronologique, le silence et la faille aux grands récits collectifs.»

Abstract :

« Despite the progressive disappearance of referential elements, Ying Chen’s recent novels — L’ingratitude(1995), Immobile(1998) and Le champ dans la mer (2002) — bear witness, in their own way, to the state of contemporary society: they are imbued with social discourse and could be described, however paradoxically, as family novels or “filiation stories.” In erasing known signs and traces, in preferring forgetfulness, and in attempting to renounce origins and the past, they delineate the contours of a cultural memory that seems to resist the monumental and prefer non-chronological form, silence and rift over great collective narratives.»

LAPOINTE, 2004, HTML-PDF ###

BIRON, Michel, François DUMONT et Élisabeth NARDOUT-LAFARGE, avec la collaboration de Martine-Emmanuelle LAPOINTE, « 4. L’écriture migrante », dans Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2007, p. 561-567. +++ Monographie

###Voir plus spécifiquement la page 567. ###

YAMADE, Yuko, « Identity, Translation and Embodiment in Migrant and Minority Women’s Writings in Japan, English Canada and Québec », thèse de doctorat, département de littérature comparée, Université de Montréal, 2002, 231 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract :

« The present dissertation examines the identity formation and the roles of translation, embodiment and migrancy in women’s writings in Japan and North America–more specifically in English Canada, Quebec–in the 1980s and 1990s.

Chapter One examines the works of the Japanese writers Tsushima Yuko and Tawada Yoko. Tsushima and Tawada’s writings on migrancy translate Japanese folklore and Ainu (aboriginal people living in northern Japan, Hokkaidô) legends into a contemporary context. In the process, they give new meanings to oral traditions and classical literature, transcending the limits of time and space and questioning the meaning of the “third space” where they live and which they describe in their migrant texts. By so doing, they reveal the construction of their identities as women and as migrants.

Chapter Two examines the role of ethnicity in the formation of hyphenated identities in the works of Nikkei authors in North America and of Zainichi authors in Japan. Hiromi Goto, a Nikkei (Japanese Canadian) author in Canada and Yi Yang-ji, a Zainichi (resident Korean in Japan) author describe the formation of ethnic identity through a specific culinary culture and through the memory of the body and the senses. Though the process of identity formation is detached from the original homeland of the protagonists, ethnic culture plays a central role. In the work of these writers, ethnicity becomes a vehicle for transforming the host culture, in contrast to culinary culture and embodied memories whose impact remains confined and personal.

Chapter Three traces the impact of the feminist movement and of bilingualism on the work of contemporary migrant women writers in Québec.

The early works of Ying Chen, a Chinese migrant in Québec, avail themselves of feminist discourses to critique women’s position in China. Her “otherness” as a migrant also serves as a platform for articulating a strong critique of Québec culture. Régine Robin, who is Jewish and learned French in France, came to Québec in 1977. She is a sociologist and a(n) (im)migrant writer. Throughout her literary and critical works, she suggests an idea of “Hors-lieu,” which characterizes the status of (im)migrants in Québec and which situates them neither inside nor outside of Québec culture.

These characteristics of migrant Québécois women writers’ works address the need to question a certain isolationism or self-sufficiency in contemporary Québécois culture. Furthermore, in their recent works, these writers no longer address the question of migrant identity and minority politics, but rather write as Québécois who take an active part in their adopted culture. Thus, Ying and Robin seem to question the value of ethnic identification, suggesting new and productive directions for Québécois culture. The participation of women and minorities in culture has historically been neglected. Since the advent of second wave feminisms and of civil and minority rights movements–particularly since the 1980s and 1990s–women and minorities have been both visible and vocal, claiming for themselves a speaking position at the very centre of mainstream culture. My analysis posits that the work of these migrant and minority women writers allows readers to question their own identities in a postmodern and multicultural society. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest

###

COX, Stéphanie Michelle, « L’exil du moi dans l’écriture de Ying Chen », thèse de doctorat, Department of French, University of Louisiana at Lafayette, 2002, 277 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract:

« In this study I examine the questions of exile and identity in Ying Chen’s novels in order to discuss how her writing presents exile as a process which makes it difficult for the (the narrating) Self to integrate the text by the traditional means. In her writing, this Self, fragmented, plural and anonymous as a result of the loss of all referent associated with the origin, constantly repositions itself into language. Only then can it create its own space within language in order to project itself textually. For writers caught between two languages like Ying Chen, the way in which identity is defined directly affects the evolution of the inscription of the “I” into the text, in other words the textual manifestation of this new fragmented Self. While the immigrant writers of Québec share this problematic, I found it interesting to compare their perspectives on the problems of the traditional representation of alterity to that of certain women writers. Most importantly, I aim at undoing the association of Ying Chen’s works from a categorization which sets it into to a specific social context. Focusing on Chen’s last three novels, L’Ingratitude, Immobile and Le champ dans la mer, I analyze the spiral-like movement in her writing, which undertakes the deconstruction and reconstruction of the narrating Self’s identity. This dynamic engages her writing in a series of attempts at self-determination. Each novel takes the quest further while exploring the relationship of Self to the other as the primary referent: the mother, the father and the lover (or husband). This dynamic eliminates specific reference, such as space and time. Without these textual restraints, Chen’s writing dwells in memory as the only identifying reference. Through a process combining memory and fiction, Chen reconstructs her fragmented, plural and anonymous Self, thus contributing to the aesthetics exile writing. This study also aims at providing a new critical background for this author and others like her who defy categorization. I compare her to other women authors who also write from somewhere between the East and the West : Linda Lê, Shan Sa, Kim Lefèvre and Can Xue. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI - Proquest.###

FU, Roy Yong Le, « Struggling Productions : Ying Chen and the Representation of Cultural Identity in Quebec, 1992-1999 », mémoire de maîtrise, Department of Communication Studies, Concordia University, 2000, 82 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract:

« In this thesis I explore the definition of cultural identity as ‘representation’, that identities don’t exist as forms of fixed, absolute, and/or natural essence; instead, they are merely conceptual constructs, definitions of culture and cultural difference, produced in accordance with evolving historical situations and political intentions. I therefore examine a body of texts that constitutes representation of identity, in a specific historical - namely, ‘diaspora’ - context: the four novels published by Ying Chen, and the various critical and artistic responses inspired by these novels in Quebec. I argue that Chen’s literary representations of identity are primarily characterized by a progressive conceptual trajectory towards anti-essentialist definitions. Meanwhile, the various secondary texts tend to re-inscribe the author and her works according to the metaphors of ‘Chinese writer’ and ‘immigrant writer’. In the process, they inhibit key articulations in Chen’s works from effective circulation in the Quebecois cultural milieu. These circumstances, I argue, reflect the confrontation of two historically distinct and opposing discourses of identity, and indicate a broader historical struggle for power in the social realm. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement auprès de UMI - Proquest.###

BERNIER, Silvie, « Ying Chen : s’exiler de soi », dans Francofonia : Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, vol. 37 (automne 1999), p. 115-131. +++ Article de revue

DUBOIS, Christian, et Christian HOMMEL, « Vers une définition du texte migrant : l’exemple de Ying Chen », Tangence, no 59 (janvier 1999), p. 38-48. +++ Article de revue

DUBOIS, 1999, PDF ###

CHARTIER, Daniel, « Les origines de l’écriture migrante. L’immigration littéraire au Québec au cours des deux derniers siècles », Voix et Images, vol XXVII, no 2 (no 80 - hiver 2002), p. 303-316. +++ Article de revue

###

Résumé :

«Au cours des deux derniers siècles, plus de cinq cents écrivains ont émigré au Québec dans des conditions et des circonstances variées. L’apport de ces écrivains à la vie littéraire du Québec est  considérable : on constate que la part d’étrangers parmi les écrivains est deux fois plus importante que parmi la population en général. Quelquefois en marge des courants littéraires, parfois au coeur de la construction imaginaire nationale, les écrivains émigrés ont des parcours différents selon l’époque de leur arrivée, leur origine, leur langue et leur statut professionnel. De l’arrivée d’intellectuels révolutionnaires et de religieux ultramontains au XIXe siècle (Marie Le Franc, Louis Hémon), de la première vague d’immigration européenne de l’après-guerre (Monique Bosco, Marco Micone) à la diversification continentale de la fin du siècle (Ying Chen, Sergio Kokis, Tecia Werbowski), l’histoire de l’immigration littéraire incite à une relecture de toutes les frontières et des constituantes de l’histoire culturelle du Québec.»

Abstract:

« Throughout the past two centuries, over five hundred writers have emigrated to Quebec under a variety of conditions and circumstances. The contribution of these writers to Quebec literary life has been considerable: the proportion of foreigners among writers is twice as large as among the general population. At the edge of literary movements or at the heart of the construction of national imaginary systems, émigré writers have different trajectories depending on their time of arrival, origin, language and professional status. From the revolutionary intellectuals and ultramontane priests of the nineteenth century (Napoléon Aubin, Jules-Paul Tardivel) to the great travelers and exiles of the early twentieth (Marie Le Franc, Louis Hémon), from the first wave of European immigration after World War II (Monique Bosco, Marco Micone) to the continental diversification of the end of the century (Ying Chen, Sergio Kokis, Tecia Werbowski), the history of literary immigration impels us to reread the boundaries and elements of Quebec’s cultural history. »

CHARTIER, 2002, PDF ###

GAÏC, France, « Regard sur la femme et la société chinoise à partir de l’oeuvre de Ying Chen », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence (Aix, Marseille 1), 2000, 76 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

CROCQ, Stéphanie, « Écriture et exil. Analyse des oeuvres romanesques de deux écrivaines néo-québécoises : Ying Chen et Mona Latif Ghattas », mémoire de maîtrise, département des lettres modernes, Université de Provence (Aix, Marseille 1), 1995, 102 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

MAINDRON, André, « Ying Chen, une Québécoise assez Chinoise », dans Dana PUIU (dir.), Identity and Alterity in Canadian Literature / Identité et altérité dans la littérature canadienne, Cluj-Napoca (Roumanie), Risoprint, 2003, p. 99-108. +++ Chapitre de collectif

KATTAN, Naïm, « Les écrivains immigrants et les autres », Revue internationale d’études canadiennes, no 18 (automne 1998), p. 185-191. +++ Article de revue

MORENCY, Jean, Jeanette DEN TOONDER et Jaap LINTVELT (dir.), Romans de la route et voyages identitaires, Québec, Nota Bene (Terre américaine), 2006, 360 p. +++ Collectif

PARENT, Anne Martine, « Origines manquantes, origines en trop : héritage et filiation dans l’oeuvre de Ying Chen », dans Murielle Lucie CLÉMENT et Sabine VAN WESEMAEL (dir.), Relations familliales dans les littératures française et francophone des XXe et XXIe siècles. La figure du père, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 287-294. +++ Chapitre de collectif

« Le seul moyen de se sortir de cette impossible dialectique [héritage et non-héritage] semble être la solution de la narratrice : multiplier les origines et les héritages afin de les transcender. »

(Extrait de la conclusion, p. 294)

###

PRUTEANU, Simona Emilia, « Ying Chen et l’entre-deux scriptural : des Lettres chinoises à Immobile », Voix plurielles, vol. 5, n° 2 (décembre 2008) [en ligne]. +++ Article de revue

###

Résumé :

« Un trait caractéristique de plus en plus visible dernièrement dans l’écriture migrante québécoise, dont Ying Chen est une représentante de marque, est sa déterritorialisation: à la différence de la littérature de l’immigration des années 1980, piégée entre l’ici et l’ailleurs, l’écriture migrante contemporaine aborde des problématiques comme la quête identitaire sans avoir besoin de repères géographiques fixes. Cet article se propose de suivre la métamorphose de l’écriture de Ying Chen depuis Les Lettres chinoises jusqu’à Immobile (1999), vu que les romans les plus récents de cette auteure ne nomment plus de façon évidente l’espace de cet entre-deux scriptural (comme les premiers romans), mais ils le donnent à lire davantage. »

PRUTEANU, 2008, PDF ###

XAVIER, Subha, « Exiled Metaphors: Woman and Nation in Three Novels by Ying Chen », International Journal of Canadian Studies, vol. 31 (Spring 2005), p. 37-56. +++ Article de revue

CHAN, Hannah, « L’espace de l’entre-deux : une étude de l’exil dans l’œuvre de Ying Chen », mémoire de maîtrise, Department of Modern Languages and Cultural Studies, University of Alberta, 2012, 99 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract :

« Exile, a term that encompasses a variety of meanings, implies primarily an uprootal or a displacement towards something else: the departure from a point of familiarity towards the unknown. These days, in a world where individuals are increasingly mobile and métissés, this term no longer applies exclusively to the migratory experience. The feeling of otherness, longing for a lost past, and alienation lead to a sense of non-belonging in a state of in-betweenness. As a result, it comes as no surprise that exile is often at the centre of literary works where the act of writing becomes a means of reimagining this exilic experience. In the case of the works of Chinese writer, Ying Chen, the expression of exile moves progressively from a physical/geographical state to a psychological – or even – metaphorical, symbolic one. In this study, I will show the evolution of exile in Chen’s work through the lens of her changing writing aesthetic, which aims for abstraction. »

Résumé :

« L’exil, un terme qui comprend une variété de sens, implique d’abord un déracinement, un déplacement vers autre chose, vers l’inconnu. De nos jours, dans un monde où les individus deviennent de plus en plus mobiles, métissés et mondialisés, ce terme ne s’applique plus uniquement à l’expérience migratoire. L’altérité, la nostalgie d’un passé perdu et l’aliénation entraînent la perception de ne se sentir “chez soi” nulle part, pris dans un état de l’entre-deux. Il n’est pas surprenant par conséquent que l’exil soit souvent au cœur des ouvrages littéraires où l’acte d’écrire devient un moyen de réimaginer cette expérience exilique. Dans le cas de l’œuvre de l’écrivaine d’origine chinoise, Ying Chen, l’expression de l’exil se voit passer progressivement d’un état physique au sens géographique à un état psychique, voire métaphorique et symbolique. Dans cette étude, je montrerai l’évolution de l’exil chez l’auteure dans l’optique de sa poétique changeante qui achemine de plus en plus son œuvre vers l’abstraction. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest.

###

DE DIEGO MARTINEZ, Rosa, « Montreal : Mosaico cultural y lingüístico », dans Lidia ANOLL et Marta SEGARRA (dir.), Voix de la Francophonie (Belgique, Canada, Maghreb), Barcelone, Publicacions Universitat de Barcelona, 1999, p.177-185. +++ Chapitre de collectif

DE DIEGO MARTINEZ, Rosa, « L’Identité multiculturelle au Québec », dans Christiane ALBERT (dir.), Francophonie et identités culturelles, Paris, Karthala (Lettres du Sud), 1999, p.183-195. +++ Chapitre de collectif

DUPONT, Caroline, « La mémoire des origines chez Ying Chen et Amin Maalouf », dans Dahouda KANATÉ et Sélom K GBANOU (dir.), Mémoires et identités dans les littératures francophones, Paris, Harmattan (Critiques Littéraires), 2008, p.195-215. +++ Chapitre de collectif

ERTLER, Klaus-Dieter, « La configuration de l’histoire dans les écritures migrantes du Québec », dans Beïda CHIKHI et Marc QUAGHEBEUR (dir.), Les Écrivains francophones interprètes de l’Histoire : Entre filiation et dissidence, Berne (Suisse), Peter Lang (Documents pour l’Histoire des Francophonies), 2007, p. 513-533. +++ Chapitre de collectif

GREIF, Hans-Jürgen, « Quelle littérature migrante? », dans Québec français, n˚ 145 (2007), p.43-47. +++ Article de revue

### GREIF, 2007, PDF ###

HUOT, Marie-Claire, « Un itinéraire d’affiliations : l’écrivaine francophone Ying Chen », dans Culture française d’Amérique, 2002, p.71-89. +++ Article de revue

### Résumé :

« Les pages qui suivent présentent un itinéraire possible dans la venue à l’écriture de Ying Chen, d’une part d’un français classique à un français apatride; de l’autre, d’une mémoire chinoise à une mémoire délocalisée. En gros, ses deux premiers romans constituent le pôle initial, ses deux derniers le pôle final, actuel. »

(Extrait de l’introduction de l’article) ###

LAFAILLE, Marie-France, « Divers “Je” et divergence : Étude de récits de mémoires familiales d’immigrants chinois de première, deuxième et troisième générations », mémoire de maîtrise, département des lettres et communications, Université de Sherbrooke, 2006, 122 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé :

« Ce mémoire aborde des textes d’auteurs chinois canadiens, tous de générations d’immigrants différentes: Quatre mille marches et L’Ingratitude de Ying Chen, immigrante de première génération, Paper Shadows: A Chinatown Childhood de Wayson Choy, immigrant de seconde génération et The Concubines Children: Portrait of a Family Divided de Sky Lee, immigrante de troisième génération. Le travail débute avec une courte description de chacun des trois auteurs, de leur vie, ainsi que de leur oeuvre, pour ensuite se pencher brièvement sur le genre des textes étudiés dans le cadre de ce mémoire. Le thème principal de l’étude consiste en la variabilité des identités chinoises canadiennes sur plusieurs bases comparatives, mais principalement sur le degré d’acculturation ou de déculturation des auteurs, selon leur état d’immigrant de première, deuxième ou troisième génération. Les points de comparaisons, de divergences et de similitudes sont nombreux, mais nous nous pencherons ici sur trois thèmes centraux: La place que la communauté chinoise canadienne occupe dans la vie des auteurs, la relation avec le pays d’origine et enfin, la présence de la tradition confucianiste en tant que mode de pensée indissociable de la culture chinoise. »

La version PDF du mémoire est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest.

###

LAFFITTE- BOUVIER, Béatrice, « Francophonie chinoise : Langues et identités en tension dans les œuvres de Dai Sijie, Gao Xingjian et Ying Chen », dans International Journal of Francophone Studies, vol. 16, n˚3 (2013), p. 263-280. +++ Article de revue

### Abstract :

« This article focuses on the complex, contradictory and changing relations that are established between the different languages of three multilingual authors from China: Ying Chen, Dai Sijie and Gao Xingjian. After describing their particular linguistic situation (multilingualism in China and Chinese-French bilingualism in French-speaking areas), this article will attempt to situate them within the vast French-speaking literary area. Then, it will seek to elucidate how and to what extent they rely on the interaction of languages not only to create their own language but also to express the multiple modalities of their multilingual identity. This voluntary decentring of the initial language may reflect a search for both identity and a wish for linguistic emancipation. »

Résumé :

« Il sera question dans cet article des combinaisons complexes, mouvantes, contradictoires qui s’instaurent entre les langues du répertoire de trois écrivains plurilingues francophones originaires de Chine: Ying Chen, Dai Sijie, et Gao Xingjian. Après avoir décrit leur situation linguistique particulière (multilinguisme en Chine et bilinguisme français-chinois en milieu francophone), cette étude tentera de les situer au sein du grand ensemble à la fois un et composite que constitue l’espace francophone littéraire. Puis elle cherchera à élucider comment et dans quelles mesures ils s’appuient sur l’interaction des langues pour, non seulement créer un langage propre, mais aussi pour exprimer les multiples modalités de leur identité plurilingue. Ce positionnement volontairement excentré de la langue initiale pourrait correspondre à une recherche d’émancipation tant linguistique qu’identitaire. » ###

LEQUIN, Lucie, « Ying Chen et l’appel du risque », dans Tessera, vol.28 (2000), p.67-76. +++ Article de revue

### Abstract :

« Within the context of literary scholarship, argues Lucie Lequin, ethics is not so much a space for discussing morality or prescribed behaviours as a space for exploring meaningful departures from prevailing structures or “laws.” At once a site of questioning and of recognizing the latter structures, ethics is profoundly paradoxical. The works of Ying Chen, the essay suggests, are marked by this double movement: breaking with recognized structures on the one hand and searching for a happy medium or just balance on the other. In other words, transgressing social norms is enlightening and enabling but is not a source of salvation in any absolute sense. Completely unchecked, risk- taking leads to death; tempered by everyday life, it transforms and allows for the emergence of new values and ways of living. »

LEQUIN, 2000, PDF ###

LORRE, Christine, « The Poetics of Exile : A Comparative Study of Reception of Ying Chen’s Recent Novels in Canada and in France », dans Charlotte STURGESS et Martin KUESTER (dir.), Reading(s) from a Distance : European Perspectives on Canadian Women’s Writing, Augsburg (Allemagne), Wißner (Studies in Anglophone Literatures and Cultures), 2008, p.239-259. +++ Chapitre de collectif

LORRE, Christine, « Ying Chen’s ‘Poetic Rebellion’ : Relocating the Dialogue, in Search of Narrative Renewal », dans Eleanor TY et Christl VERDUYN (dir.), Asian Canadian Writing Beyond Autoethnography, Waterloo (Ontario), Wilfrid Laurier University Press, 2008, p.267-295. +++ Chapitre de collectif

MADDOX, Kelly-Anne Madeline, « Le roman québécois des années 1990 : Éléments fondamentaux de la problématique identitaire », thèse de doctorat, Dalhousie University, 2003, 278 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Abstract :

« The question of identity has been at the centre of Quebec literature since its very beginnings; Quebec writers continue to ponder their connection to the other and to search for a satisfactory means of defining the self. Our thesis examines the representation of identity during the 1990’s in fiction by seven Quebec novelists: Ying Chen, Abla Farhoud, Sergio Kokis, Yan Muckle, Pierre Samson, Lise Tremblay and Élise Turcotte. This study is divided into two sections: solitude and self-other relationships. In the first part, we explore exile and memory. Both physical exile and internal exile are characterised by distance, isolation and marginalisation vis-à-vis the self and the other. Memory is also a solitary experience. On the one hand, it is often in the context of the solitude brought on by exile that characters embark on a quest to understand their past. On the other hand, memory symbolizes the absence of the other. We discuss interpersonal relationships and creation in the second part of this thesis; these two topics represent for certain characters the possibility to move beyond their solitude and participate in the world. Identity is always defined in the context of self-other relationships, and these relationships are based on language and on ethics; a lack of communication can devalue one’s identity, whereas communication based on love and generosity is an affirmation of identity and serves as a testimonial to the profound respect which underlies all constructive human relationships. »

Résumé :

« Depuis ses origines, la littérature québécoise s’articule autour de la problématique identitaire ; les écrivains ne cessent de questionner leur rapport à l’autre et de chercher une définition satisfaisante de l’identité. Nous examinons la représentation de l’identitaire pendant les années 1990 à travers les écrits de sept romanciers : Ying Chen, Abla Farhoud, Sergio Kokis, Yan Muckle, Pierre Samson, Lise Tremblay et Élise Turcotte. Cette thèse se divise en deux sections : la solitude et les rapports entre soi et l’autre. La première partie se compose d’abord d’une exploration de l’exil et ensuite d’une étude de la mémoire. L’exil physique et l’exil intérieur se caractérisent par l’éloignement, l’isolement et la marginalisation vis-à-vis de soi et de l’autre. La recherche du passé est également une expérience solitaire. D’une part, c’est souvent dans le contexte de la solitude provoquée par l’exil que les personnages tentent de comprendre leur passé. D’autre part, la mémoire témoigne de l’absence de l’autre. Dans la deuxième partie, nous nous penchons sur les relations interpersonnelles et la création ; ces dernières représentent la possibilité pour certains personnages de dépasser la solitude et de participer au monde. L’identité se définit toujours dans le cadre des relations avec l’autre, et ce sont des relations basées sur le langage ainsi que sur l’éthique ; l’absence de communication peut dévaloriser l’identité alors qu’une communication basée sur l’amour et la générosité sert à affirmer l’identité et témoigne d’un respect profond qui sous-tend toute relation humaine positive. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest.

###

PARKER, Gabrielle, « Ying Chen : “un écart indicible” », dans Rosalind SILVESTER et Guillaume THOUROUDE (dir.), Traits chinois / Lignes francophones, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2012, p.141- 158. +++ Chapitre de collectif

PARKER, Gabrielle, « À mi-chemin entre deux mondes : Parcours féminins chez Ying Chen », Relief : Revue électronique de littérature française, vol.5, n˚2 (2011), p. 75-87. +++ Article de revue

### Résumé :

« Ancrée dans un itinéraire singulier, à l’intersection de mondes différents, l’œuvre romanesque de Ying Chen met en scène migration et mobilité comme représentations pertinentes de cheminements identitaires féminins et universels. L’auteure s’attache à explorer un entre-deux métaphorisé où les protagonistes sont en situation provisoire, depuis la narratrice en transit de La mémoire de l’eau (1992), jusqu’à celle, en pleine métamorphose, d’Espèces (2010). Ambiguïté que Chen a faite sienne, comme elle l’explique dans Quatre mille marches (2004): “je suis partie mais je ne suis pas arrivée. […] Je me trouve à mi-chemin entre mon point de départ et mon ailleurs” (p.40) »

PARKER, 2011, PDF ###

PARKER, Gabrielle, « Ying Chen : An Emblematic Trajectory », dans Contemporary French and Francophone Studies, vol.17, n˚5 (2013), p.521-528. +++ Article de revue

### Abstract :

« Ying Chen’s own crossing is evidently one of the mind, achieved “with the help of translations in the first instance, then through language learning.” Thus ocean-crossing is less a matter of geographical displacement than of travel through time, languages, and cultures: all components of the self. The reader is aware of two parallel trajectories: that of the female protagonist; that of the writer. Following the former on a fraught voyage that sees her crossing to and fro between lives, imagined or real, and witnessing her progress, the reader also becomes aware of the writer’s own project unfolding and evolving alongside. This essay interrogates those parallel journeys: that of a character determined not to fit within a specific time or place but to find an identity outside them, and that of an author in search of the style that will match the quest. The notion of “poethics” encompasses those two exemplary pursuits. Similarly, I argue that these journeys are inscribed in a limitrophe space, a bordering area open for exploration that simultaneously asserts separateness and shared proximity, a symbiotic environment that sustains the quest. »

PARKER, 2013, PDF ###

PARKER, Gabrielle, « Poétique de la distance : deux approches contrastées, Ying Chen et Aki Shimazaki », dans International Journal of Francophone Studies, vol. 16, n˚3 (2013), p. 303-327. +++ Article de revue

### Abstract :

« The paths followed by Aki Shimazaki and Ying Chen cross but do not meet; their writers’ journeys are equally different. Shimazaki weaves the development of her characters on a background of cultural, social and historical facts whilst stating that her main topic is the ‘human tragedy of a single person’. Her didactic intent is evident, the author choosing to explore universal topics through the prism of her own culture, thereby exploiting her own intercultural position. Conversely, Chen deems her Chinese origins irrelevant. She hopes her readers ‘do not seek to find out about [her] native country but rather to know themselves’. Her latest fiction situates her protagonists outside time and place coordinates. Both writers use the serial genre to develop their respective projects, but do so differently. Similarly, their distanced approach to their topic responds to distinct aesthetic positions. This article assesses how ethics, aesthetics and a generic instability combine into a singular poethics in each of the works examined. »

Résumé :

« Les itinéraires d’Aki Shimazaki et de Ying Chen se croisent sans se rencontrer et leurs parcours d’écrivaines divergent semblablement. Shimazaki tisse le développement de ses personnages sur fond de réalités culturelles et sociales et de faits historiques avérés tout en affirmant que son sujet principal est ‘la tragédie humaine d’un individu’. L’intention didactique est évidente, l’auteure choisissant d’explorer des thèmes universels au travers du prisme de sa propre culture, exploitant ainsi sa propre situation interculturelle. Pour Chen, au contraire, ses origines chinoises sont littéralement ‘hors thème’. Elle dit espérer être lue ‘non pas pour connaître [s]on pays natal mais pour se connaître’ soi-même (1997). Ses derniers romans situent les protagonistes en dehors des coordonnées temps et lieu. Si les deux romancières font appel à la forme sérielle pour développer leurs projets respectifs elles la déclinent différemment. De même, la distance que prend l’auteure par rapport à son sujet correspond à des positions esthétiques distinctes. Cette étude examinera comment l’éthique, l’esthétique et une instabilité générique se conjuguent dans une poéthique singulière pour chacune de ces deux œuvres. » ###

PARKER, Gabrielle, « An Illusory Journey : The Mermaid’s Trajectory in Ying Chen’s Fictions », dans Magie ALLISON et Angela KERSHAW (dir.), Parcours de femmes : Twenty Years of Women in French, Berne (Suisse), Peter Lang (Modern French Identities), 2011, p. 151-166. +++ Chapitre de collectif

PARKER, Gabrielle, « Les Récits de vie(s) chez Ying Chen : Vers une esthétique de la transduction », dans Irish Journal of French Studies, n˚8 (2008), p.87-108. +++ Article de revue

PAYETTE, Isabelle, « Étude des tensions au sein de la cellule familiale dans l’œuvre de Ying Chen », mémoire de maîtrise, Département des littératures de langue française, Université de Montréal, 2014, 119 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé :

« Alors que les premiers romans de l’auteure sino-canadienne Ying Chen pouvaient aisément être rattachés à l’écriture migrante, ses dernières publications s’inscrivent moins clairement dans ce corpus. Pourtant, la critique les aborde encore généralement à partir de cette perspective. La présente étude a pour but d’analyser les romans de Chen qui mettent en scène la « même » narratrice anonyme à partir d’une approche plus appropriée, c’est-à-dire le thème de la cellule familiale. Les écrits féministes sur le rôle de la femme dans la société patriarcale ainsi que ceux sur le récit de filiation façonnent le regard porté sur les tensions au sein de la famille au fil de cette analyse. Le corpus à l’étude se compose du roman Immobile, qui met en scène une femme rejetant la filiation au profit d’ancêtres imaginaires, Le Mangeur qui se concentre sur une paternité étouffante et Un enfant à ma porte qui relate l’échec de la maternité. »

Abstract :

« If the first novels of Chinese born Canadian author Ying Chen could easily be linked to migrant literature, her latest books do not fit so neatly into this corpus. However, critics generally still approach her work from that same perspective. This study aims to analyse Chen’s novels that depict the ‘‘same’’ anonymous narrator from a more appropriate viewpoint: the perspective of the family unit. The feminist works regarding women role within patriarchy and the critical studies on the narratives of filiation shape our own analysis of the tensions within the family in Chen’s novels. The corpus of study consists of Immobile, which rejects parentage in favour of imaginary ancestors, Le Mangeur, focusing on an overbearing fatherhood and Un enfant à ma porte, that recounts a failed experience of maternity. »

PAYETTE, 2014, PDF ###

PRUTEANU, Simona Emilia, « L’écriture migrante en France et au Québec (1985-2006) : une analyse comparative », thèse de doctorat, University of Western Ontario, 2009, 241 f. +++ Thèse de doctorat / mémoire de maîtrise

### Résumé :

« Cette thèse se situe dans le prolongement de travaux comme Ces étrangers du dedans: une histoire de l’écriture migrante au Québec 1937-1997 de Clément Moisan et Renate Hildebrand et L’Immigration dans le roman francophone contemporain de Christiane Albert. Alors que ces études sur le phénomene des écritures migrantes en France et au Québec constituent d’excellentes approches socio-historiques et thématiques, nos recherches adoptent une perspective nouvelle en envisageant l’écriture migrante en tant que genre littéraire ayant des traits thématiques et stylistiques qui lui sont propres.

Nos hypothèses sont formulées à partir d’un corpus compose de 25 titres ecrits par six auteurs dont trois publient au Québec (Sergio Kokis, Abla Farhoud, Ying Chen) et trois en France (Tahar Ben Jelloun, Malika Mokeddem, Linda Lê). Pour déceler les traits stylistiques et formels qui font de ces textes des représentants exemplaires d’un genre litteraire aux contours reconnaissables, nous avons recours a des théories comme celle d’Antoine Compagnon sur le “genre intrinsèque” ou celle de M.M. Bakhtine sur le chronotope, le texte migrant se caractérisant par ce que nous appelons “le chronotope de l’espace irrécuperable”.

À travers nos analyses s’esquisse une poétique de l’altérité se manifestant tant dans le rapport des personnages narrateurs avec la langue d’écriture que dans 1’exploration de l’espace de traverse que les personnages migrants s’aménagent et habitent. La theorie de Gérard Genette sur la transtextualité nous permet de mettre en relief le dialogue du genre migrant avec d’autres genres littéraires et de vérifier l’hypothèse selon laquelle l’identité migrante se construirait dans la transtextualité. »

La version PDF de la thèse est disponible pour les membres de communautés universitaires qui ont un abonnement institutionnel auprès de UMI-Proquest. ###

RODGERS, Julie, « Dualité de l’être chez Ying Chen », dans Dialogues Francophones, n˚17 (2011), p.81-91. +++ Article de revue

### Résumé :

« Dans cet article nous examinerons la dualité de l’être et le motif du double tels qu’ils sont représentés dans l’œuvre de Ying Chen, écrivaine franco-chinoise, sino-québécoise du vingt unième siècle. Nous analyserons ces thèmes sur plusieurs axes principaux : le double comme prolongement du soi; le double comme annihilation du soi; le double comme figure stylistique de l’écriture; le double à l’intérieur du soi; et le double comme moyen de comprendre le soi. »

Abstract :

« In this article, we will examine the concept of the two-fold self and the topos of the double in the works on Ying Chen, a French-Chinese, Chinese-Québécoise writer from the twenty-first century. We will analyse these concepts from a number of perspectives: the double as an extension of the self; the double as annihilation of the self; the double as a feature of literary style; the internal double; the double as a means of understanding the self. » ###

SILVESTER, Rosalind, « “L’odeur de l’eau est partout la même” : Ying Chen et l’identité migrante », dans Michael BROPHY et Mary GALLAGHER (dir.), La Migrance à l’œuvre. Repérages esthétiques, éthiques et politiques, Berne (Suisse), Peter Lang (Littératures de langue française), 2011, p.89-98. +++ Chapitre de collectif

SILVESTER, Rosalind, « Ying Chen and the ‘Non-Lieu’ », dans The Modern Language Review, vol.106, n˚2 (2011), p.407-422. +++ Article de revue

### Abstract :

« The French-language prose works of Ying Chen re-examine the idea of absolute cultural cores of being and belonging which has traditionally been associated with Chinese overseas literature. Her concept of identity, constantly in the process of becoming, can be understood through the various ways in which her own, and her characters’, ‘‘between-world’’ consciousness is expressed, namely through the portrayal of migration, the metaphors of shores and bridges, the themes of attachment and detachment, and the discussion of physical displacement and inner exile. The author’s theories on literary language, too, focus on in-between spaces, such as that between the real and the probable. »

SILVESTER, 2011, HTML ###

SILVESTER, Rosalind, « “Le récit de vie(s)” : Immobility and Fluidity in Ying Chen’s Works », dans Forum of Modern Language Studies, vol.43, n˚1 (2007), p.57-68. +++ Article de revue

### Abstract :

« The article explores the themes of fluidity and immobility in the works of Ying Chen, a francophone Chinese writer whose early texts are associated with “les écritures migrantes” of Quebec. From her third book, the narratives take on a post-death perspective and the narrator moves between her present existence and past lives, caught between places and times, and never finding coherence. It is this ambiguous situation which gives rise to original and sometimes paradoxical images and metaphors worthy of study. »

SILVESTER, 2007, PDF- HTML ###

SILVESTER, Rosalind, « Reincarnation in Ying Chen’s Works : Reality, Fantasy or Madness? », dans Margaret-Anne HUTTON (dir.), Redefining the Real : The Fantastic in Contemporary French and Francophone Women’s Writing, Berne (Suisse), Peter Lang (Modern French Identities), 2009, p.99-113. +++ Chapitre de collectif

SING, Pamela V., « Migrance, sensorium et translocalité chez Ying Chen et Kim Thúy », dans International Journal of Francophone Studies, vol. 16, n˚3 (2013), p. 281-301. +++ Article de revue

### Abstract :

« Critical discourse addressing the question of ‘migrant writing’ has most often privileged phenomena related exclusively to movement, whence the tendency to characterize the intercultural subject in relation to concepts such as exile, deterritorialization and dispossession. This article, centred on the most recent novels of two Asian francophone writers, Ying Chen and Kim Thúy, seeks to broach the subject from another angle. The author postulates that the coexistence of prose and poetic expression in a same text produces a tension that may be interpreted as the attempt to portray the migrant figure as an emplaced mobile subject. The study’s theoretical bases are grounded in the notions or concepts of sensual imagination and translocality. »

Résumé :

« La perspective communément adoptée pour penser la question identitaire chez les écrivains migrants privilégie les phénomènes liés exclusivement à la mouvance, ce qui explique la tendance à parler du sujet interculturel en rapport avec des concepts tels que l’exil, la déterritorialisation et la dépossession. Cet article adopte une autre approche en s’intéressant au traitement de la question chez deux écrivaines asiatico-francophones, Ying Chen et Kim Thúy. L’auteure postule que la coexistence de la prose et de l’expression poétique chez ces écrivaines produit une tension, expression de la tentative de parler à la fois de mouvance et d’ancrage dans un ‘chez-soi’. La base théorique de son étude emprunte à l’anthropologie son intérêt pour l’imagination sensuelle et à la géographie, le concept de la translocalité. » ###

YANG, Ziyan, « La figure de réincarnation, la sinité pulvérisée et l’identité hybride dans la “série fantôme” de Ying Chen », dans International Journal of Francophone Studies, vol. 16, n˚3 (2013), p. 329-352. +++ Article de revue

### Abstract :

« Ying Chen, iconic figure of Quebecois Migrant Writing, openly and repeatedly rejects the exotic label and avoids any essentialist speech on ethnicity. In her series of novels centered on a ‘ghostly’ narrator, Chinese sociocultural references are absent or rather pulverized. Among the very few elements that demonstrate a certain ‘Chineseness’, that of reincarnation, a Buddhist concept that might offer a plausible explanation of the narrator’s ‘madness’, turns out to be the most obvious one. However, the articulation of this ‘Chineseness’ is characterised by an ‘uncertainty’; or rather, it helps to render uncertain any identity, any narrative of identity and even the act of writing. This article examines this concept drawn from ‘Eastern wisdom’ in the light of Homi Bhabha’s postcolonial theory on hybridity. Hybridity, viewed by Bhabha as a Third Space where culture is formed as ‘a vision and a construction’, is also a place of confrontation and even exploitation of cultural capital. This study examines how Ying Chen uses, modifies and transforms the notion of reincarnation and aims to problematize the controversial concept of cultural hybridity. »

Résumé :

« Ying Chen, écrivaine emblématique de l’écriture dite migrante, affiche à plusieurs reprises son refus d’être ‘une personnalité exotique’ et son désir d’éviter le discours essentialiste de l’ethnicité. En effet, dans la série romanesque centrée sur une ‘narratrice fantôme’, les références socioculturelles chinoises disparaissent ou plutôt se pulvérisent. Parmi les rares éléments qui attestent une certaine ‘sinité’, la figure de réincarnation, notion bouddhiste qui soutient une explication plausible de la ‘folie’ de la narratrice, s’avère la plus évidente. Ceci dit, l’articulation de cette ‘sinité’ se caractérise plutôt par une ‘incertitude’ ou, mieux, elle contribue à rendre incertaine toute identité, tout récit identitaire et même l’acte d’écrire. Cet article étudie cette figure de la ‘sagesse orientale’ à la lumière de la théorie postcoloniale d’Homi Bhabha autour du concept d’hybridité culturelle. L’hybridité conçue par Bhabha comme un tiers espace où se situe la culture comme ‘vision et construction’, elle est également un lieu de confrontation et même d’exploitation du capital culturel. Cette étude s’intéresse à la manière dont Ying Chen utilise, modifie et transforme la figure de réincarnation à la croisée des pensées orientales et s’ouvre sur une problématisation du concept controversé. » ###

YEAGER, Jack A., « Bach Mai and Ying Chen : Immigrant Identities in Quebec », dans Susan IRELAND et Patrice J. PROULX (dir.), Textualizing the Immigrant Experience in Contemporary Quebec, Santa Barbara (Californie), Praeger, 2004, p.137-147. +++ Chapitre de collectif

CHEN, Ying, « L’arbitraire et l’approximatif », dans Catherine MORENCY (dir.), La littérature par elle-même, Québec, Éditions Nota Bene, 2005, p.23-27. +++ Chapitre de collectif

### Quatrième de couverture :

« À quelque quarante ans d’intervalle, deux questions sont posées à des écrivains du Québec :

“Quelles sont les conditions nécessaires au développement d’une littérature canadienne-française authentique ? Quels éléments dynamiques en assurent la vie et l’évolution ? ”

Ont répondu en 1962 : Gérard Bessette, Pierre de Grandpré, Jacques Ferron, André Langevin, André Laurendeau, Albert Le Grand, Jean Ménard, Jean-Guy Pilon, Gabrielle Roy, Yves Thériault, Paul Wyczynski

“ Au Québec, à quelle(s) responsabilité(s) la littérature est-elle aujourd’hui conviée ? ”

Ont répondu en 2005 : Marie-Claire Blais, Ying Chen, Gilles Cyr, Suzanne Jacob, André Major, Catherine Mavrikakis, Pierre Nepveu, François Ricard, Yvon Rivard, Larry Tremblay » ###

CHEN, Ying, « Ying Chen », dans Patrice Martin et Christophe Drevet (dir.), La langue française vue des Amériques et de la Caraïbe, Lunay (France), Zellige (Lingua), 2009, p.45-48. +++ Chapitre de collectif

### Quatrième de couverture:

« Ne pas être limité à un seul territoire a permis au français de se renouveler, de se métisser, de s’enrichir. De Buenos Aires à Montréal, de Bogotà à Port-au-Prince, de Mexico à Fort-de-France et Pointe-à-Pitre, vingt-cinq écrivains témoignent du rapport qu’ils entretiennent avec la langue française, dans leur vie et leur activité littéraire.

Pourquoi écrit-on en français? Dans quelle intention? Volonté de défendre son statut lorsqu’il est minoritaire, souci de faire entendre ses spécificités, ses particularismes, de préserver sa culture de l’uniformisation, les raisons sont multiples et diverses selon les pays et les écrivains. »

###

BERNIER, Silvie, « Ying Chen : s’exiler de soi », dans Les héritiers d’Ulysse, Montréal, Lanctôt Éditeur, 2002, p.83-105. +++ Monographie

### Quatrième de couverture :

« On les appelle écrivains immigrants, ou simplement migrants, venus d’ailleurs, expatriés, déplacés, déterritorialisés, nomades. Comme Ulysse soumis à la volonté des dieux, tous ont été tentés par le retour, réel ou imaginaire, constamment différé. Ils sont partis, revenus, ils ont connu des ports et des terres d’exil qui forment la carte fragmentée de leur pays intérieur. Depuis qu’ils ont franchi la frontière de leur monde, ils ont perdu la certitude de leur vérité. Voués à l’errance, ils habitent désormais l’univers du relatif, de l’ambiguïté, de la division, des questions sans réponse. Tout comme le héros de l’Odyssée échoué en terre de Phéacie, c’est de leur terre d’exil qu’ils ont donné forme aux récits de leurs vies, de leurs rêves, des pays réels ou inventés où le mythe est aussi vrai que le souvenir. » ###



Ying Chen - Ensemble de l'oeuvre (oeuvre)
TitreYing Chen - Ensemble de l'oeuvre
AuteurYing Chen
Parution9999
TriYing Chen - Ensemble de l'oeuvre
Afficheroui

Outils de la page

complaint