Documentation critique sur les auteurs contemporains de langue française

Accueil » ...

Jacques Roubaud

    Né à Caluire-et-Cuire (Rhône) en 1932, l’éclectique Jacques Roubaud est à la fois mathématicien et poète, poéticien et romancier, auteur pour enfants et traducteur (liste non exhaustive). Il passe une partie de son enfance dans les Corbières et à Carcassonne avant de rejoindre Paris à la Libération. Prenant rapidement conscience de son « inaptitude à devenir un fils spirituel d’Aragon », il s’arrache vivement à la gravité post-surréaliste et travaille de concert avec Action Poétique et la revue Change. Dès 1966, il rejoint avec Georges Perec le premier cercle de l’Ouvroir de Littérature Potentielle (Oulipo), fondé par Raymond Queneau et François Le Lionnais. Depuis, traduit dans de nombreuses langues, le très prolixe Jacques Roubaud continue de revisiter avec aisance tous les genres et, en brouillant leurs frontières, se plaît à les renouveler. Sa poésie combine de façon inédite à la fois lyrisme et formalisme (Quelque chose noir, 1986, La Forme d’une Ville…, 1999, Churchill 40 et autressonnets de voyage, 2003). Avec La Vieillesse d’Alexandre (1978) ou Poésie, etc. Ménage (1995), Jacques Roubaud livre ses réflexions théoriques sur la poésie d’hier et ses avatars actuels. Les nombreux volumes d’une autobiographie marquée par le deuil se présentent comme un traité de mémoire chiffré et étiré dans le temps: Le Grand Incendie de Londres – La Destruction (1989), La Boucle (1995), Mathématique : (1997), Poésie : (2000), La Bibliothèque de Warburg (2002), Impératif Catégorique (2008). Quant à la trilogie consacrée à la Belle Hortense (1985, 1987, 1990), elle permet au roman de se lover autour de cette forme poétique qu’est la sextine. Texte après texte, Roubaud étoile et sédimente ainsi une œuvre devenue incontournable dans le paysage littéraire contemporain.

[NB : Seules les oeuvres et références postérieures à 1980 ont été retenues ici]

Liens externes :

La page consacrée à Jacques Roubaud sur le site de l'oulipo

Une bibliographie des textes de Roubaud (arrêtée à 1997) établie par Pierre Lusson, sur le site de La Licorne, revue de l'Université de Poitiers 


                                                                                                                   Responsable : Christophe Reig

Note :
Seules les cinq dernières références indexées sont affichées pour chacune des œuvres. Cliquez sur le lien « Liste de toutes les références » pour consulter la liste complète.

Documentation critique — références par œuvre

Graal Théâtre

  • TAYLOR, John, « A French Stage Costume for the Matter of Britain : Florence Delay and Jacques Roubaud's Graal Théâtre », Into the Heart of European Poetry, New Brunswick (New Jersey), Transaction Publishers, 2008, p. 347-351.

L'Enlèvement d'Hortense

  • RABY-RUIZ, Colette, et Luc RUIZ, « Six romans en quête d'enquête », dans Denis MELLIER et Gilles MENEGALDO, « La Licorne. Formes policières du roman contemporain », Poitiers, faculté des lettres et langues (vol. 44), 1998, p. 83-102.

L'invention du fils de Leoprepes : poésie et mémoire

  • SCEPI, Henri, « Éloge de la contrainte ou ce que peut le poème », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 31-46.

La Belle Hortense

  • RANNOUX, Catherine, « La Belle Hortense de Jacques Roubaud : contes et décomptes », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 65-76.
  • DELIGNON, Bruno, « Jeux de pistes dans La Belle Hortense », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 59-64.

La Boucle

  • MOURIER-CASILE, Pascaline, « Li(v)re, cette pratique (fragments d’une lecture inachevée des deux premières Branches du Grand Incendie de Londres) », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 77-90.
  • BARBEGER, Nathalie, « La Boucle :  du côté de Zazetski », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 91-100.
  • ROCHE, Anne, « Mémoire, deuil et intertexte dans La Boucle de Jacques Roubaud », Tangence, n° 45 (octobre 1994), p. 75-82.
  • SAMMARCELLI, Françoise, « Virtualité et complexité : à propos de La Boucle de Jacques Roubaud », Théorie, Littérature, Enseignement, n°14 (1996), p. 65-82.

La Fleur inverse - essai sur l'art formel des troubadours

  • BEC, Pierre, « Jacques Roubaud et les Troubadours », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 9-20.

La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le coeur des humains. Cent-cinquante poèmes 1991-1998

  • GÜELL, Monica, « Les sonnets dans La Forme d'une ville change plus vite, hélas, que le coeur  des humains : état des lieux »,  Mezura - Forme et Mesure, dossier « Cercle Polivanov : pour Jacques Roubaud / Mélanges », sous la direction de Éric BEAUMATIN, Pierre GETZLER, Pierre LUSSON, Françoise PITRAS et Léon ROBEL, n° 49 (2001), p. 195-207.
  • REIG, Christophe, « Jacques Roubaud, piéton de Paris – échantillons de mémoire urbaine », RELIEF -  Revue électronique internationale de littérature française, vol. 2, n° 1 (2008), p. 22-39.

Le Grand Incendie de Londres [toutes branches]

  • JAMES, Alison, « Jacques Roubaud and the Ethics of Artifice », French Studies, vol. 23, n° 1 (janvier 2009), p. 53-65.
  • WESTPHAL, Bertrand, « La surface du temps. Temporalité et indétermination dans : Lexikon Roman (A. Okopenko), Paysage peint avec du thé (M. Pavic), Le Grand Incendie de Londres (J. Roubaud) », dans Valérie-Angélique DESHOULIÈRES (dir.), Poétiques de l'indéterminé. Le caméléon au propre et au figuré, Clermont-Ferrand, Association des Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines (Littératures), 1998, p. 469-481.
  • POUCEL, Jean-Jacques, « Reciting from Memory : Destruction in Roubaud's The Great Fire of London », dans Peter CONSENSTEIN (dir.), A casebook on Jacques Roubaud’s The Great Fire of London, Dalkey Archive Press, Urbana-Champaign, 2003 [dossier en ligne]
  • THOMAS, Jean-Jacques, « Swing Troubadour: Roubaud's Self-Portrait », dans Peter CONSENSTEIN (dir.), A casebook on Jacques Roubaud’s The Great Fire of London, Dalkey Archive Press, Urbana-Champaign, 2003 [dossier en ligne]
  • BELLOS, David, « The Pact of London », dans Peter CONSENSTEIN (dir.), A casebook on Jacques Roubaud’s The Great Fire of London, Dalkey Archive Press, Urbana-Champaign, 2003 [dossier en ligne]

Le Grand Incendie de Londres. Récit, avec incises et bifurcations

  • DE FERRARI, Guillermina, « Representing Absence : The Power of Metafiction in Jacques Roubaud's Le Grand Incendie de Londres », Symposium : A Quarterly Journal in Modern Literatures, vol. 49, n°4 (1996), p. 262-273.
  • MOURIER-CASILE, Pascaline, « Li(v)re, cette pratique (fragments d’une lecture inachevée des deux premières Branches du Grand Incendie de Londres) », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 77-90.
  • CALSOYAS, Alexandria Maria, « Moi, une "matière" ? Systems and self in Jacques Roubaud's poetry and prose », thèse de doctorat, The Humanities and Social Sciences, University of California - Irvine, 2003, 176 f.
  • BOST, Bernadette, « L’oeuvre hors-champ, trois expériences d’écriture illimitée dans la littérature contemporaine », thèse de doctorat, département des lettres, Université Lyon 2, 1994, 299 f.

Mathématique :

  • SAMOYAULT, Tiphaine, « Autobiographie chapitre 3 – archétypes de la totalité et formes de la totalisation dans Mathématique : », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 101-114.

Poésie :

  • DURAND, Yves, « Jacques Roubaud ou la forme d’une vie », dans Jacques POIRIER et Gilles ERNST (dir.), Écriture de soi, lectures de l’autre,  Dijon, Éditions interuniversitaires de Dijon, 2002, p. 105-116.
  • BAETENS, Jan, et Bernardo SCHIAVETTA, « Digressions, insertions, divertissements et contraintes »,  Mezura - Forme et Mesure, dossier « Cercle Polivanov : pour Jacques Roubaud. Mélanges », sous la direction de Éric BEAUMATIN, Pierre GETZLER, Pierre LUSSON, Françoise PITRAS et Léon ROBEL, n° 49 (2001), p. 25-27.

Quelque chose noir

  • CONORT, Benoît, « Tramer le deuil : table de lecture de Quelque chose noir », La Licorne, dossier « Jacques Roubaud », sous la direction de Dominique MONCOND'HUY et Pascaline MOURIER-CASILE, no 40 (février 1997), p. 47-58.
  • PUFF, Jean-François, « Mémoire de la mémoire : Jacques Roubaud et la lyrique médiévale »,  thèse de doctorat, département des lettres, Université de Paris III - Sorbonne Nouvelle, 2003, 579 f.

[ensemble de l'oeuvre]

  • TAYLOR, John, « The Composition of Mourning (Jacques Roubaud) », dans Paths to Contemporary French Literature, volume 2, New Brunswick (New Jersey), Transaction Publishers, 2007, p. 140-148.
  • CHAUVIN, Andrée, « Jacques Roubaud. Réticences autobiographiques et art de mémoire », dans Bertrand DEGOTT et Marie MIGUET-OLLAGNIER (dir.), Écritures de soi : secrets et réticences, Paris, L'Harmattan, 2001, p. 67-88.
  • POUCEL, Jean-Jacques, « Jacques Roubaud's Intersections » , Site  - The Journal of Twentieth Century Contemporary French Studies, vol. 7, n°2 (automne 2003), p. 208-228.
  • DOISNEAU, Pascal, « Jacques Roubaud, lecteur de Raymond Queneau», Les Amis de Valentin Brû, vol. 38-39 (2005), p. 13-48.
  • CONSENSTEIN, Peter, « Jacques Roubaud--Life Mastered and Measured into a Masterpiece », dans Peter CONSENSTEIN (dir.), A casebook on Jacques Roubaud’s The Great Fire of London, Dalkey Archive Press, Urbana-Champaign, 2003 [dossier en ligne]

[Le cycle romanesque d'Hortense]