Documentation critique sur les auteurs contemporains de langue française

Accueil » ...

Jean Echenoz

Il ne faut rien croire de la notice biographique que produisait Jean Echenoz en 1988, à la demande de Jérôme Garcin, pour le Dictionnaire des écrivains contemporains de langue française [par eux-mêmes] :

« Jean Echenoz, né le 4 août 1946 à Valenciennes. Études de chimie organique à Lille, études de contrebasse à Metz. Assez bon nageur ».
                            (dans Jérôme Garcin (dir.), Paris, Éditions des Mille et une nuits, [1988] 2004, 417p.)

En fait, Jean Echenoz est né à Orange le 26 décembre 1947. On peut résumer, grâce à une chronologie rigoureuse de Christine Jérusalem (2006), un certain nombre de biographèmes : Père psychiatre. Petite enfance en Aveyron puis dans les Basses-Alpes. Études de sociologie à Aix-en-Provence. Installé à Paris en 1970. Lecture. Écriture. Jazz. Cinéma. Co-scénarise, en 1979, Le rose le blanc (avec Robert Pansard Besson). Publication, aux Éditions de Minuit, du Méridien de Greenwich (prix Fénéon). Cherokee (1983 : prix Médicis). L’équipée malaise (1986). L’occupation des sols (1988). Lac (1989 : Grand prix du roman de la Société des gens de lettres et premier Grand prix européen de littérature). Cherokee est adapté au cinéma (1h25 - Réalisation : Pascal Ortega; Scénario : Gérard Stérin). Lecture et rencontre de Patrick Manchette. Associé au groupe Banana (« fondé par acclamation le dimanche 11 avril 1993 à 18h30 » - il signe le manifeste ainsi : « Prix Médicis 1983 »). Nous trois (1992). Les grandes blondes (1995 : prix Novembre). Un an (1997). Je m’en vais (1999 : Prix Goncourt). Jérôme Lindon (2001). Au piano (2003).Ravel (2006). Courir (2008). Des éclairs (2010).

Liens externes :

- Recension d'articles et d'entrevues sur Jean Echenoz - ARGEC
- Voir aussi Remue.net
- On trouve aussi, en ligne, la monographie préparée par Christine Jérusalem pour l'association pour la diffusion de la pensée française (adpf): Christine JÉRUSALEM, Jean Echenoz, Paris,
Association pour la diffusion de la pensée française et Ministère des affaires étrangères (Auteurs), 2006, 74p.
- Documentaire mettant en scène Pierre Michon, Jean Echenoz, François Bon, Pascal Quignard ainsi que  Pierre Bergounioux, sur le blog de François Bon


                                                             Dossier élaboré par Francis Langevin - Responsable : Brigitte Fontille


Note : Seules les cinq dernières références indexées sont affichées pour chacune des œuvres. Cliquez sur le lien « Liste de toutes les références » pour consulter la liste complète.

Documentation critique — références par œuvre

Au piano

  • DIDIER, Béatrice, « Personnage et évocation musicale dans quelques romans du XXIe siècle », dans Aude LOCATELLI et Yves LANDEROUIN (dir.), Musique et roman, Paris, éditions Le Manuscrit (L'Esprit des lettres), 2008, p. 303-317.
  • BONNEMASON-RICHARD, Sébastien, « Les filiations insolites - Jean Echenoz, avant-garde l'air de rien », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 73-79.
  • RUBICHON, Jackie, « Au piano de Jean Echenoz : un roman néo-réaliste », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 53-62.
  • FOURNOU, Marie, « Représentations du féminin chez Théophile Gautier et Jean Echenoz, une postérité déroutante : de l'ascendance niée au renouvellement », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 37-51.
  • MURA-BRUNEL, Aline, « Balzac / Echenoz : un couple insolite », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 27-36.

Cherokee

  • LAPACHERIE, Jean-Gérard, « Quand le roman représente les conventions qui le régissent », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p.15-25.
  • VANONCINI, André, et Giovanni DOTOLI, « Cherokee de Jean Echenoz ou le roman retrouvé », Studi di letteratura francese, vol. 23 (1998), p. 175-184.

Je m'en vais

  • NARJOUX, Cécile, « Le point de la désillusion dans la prose narrative contemporain », Poétique, n° 163 (2010), p. 325-338.
  • FOURNOU, Marie, « Représentations du féminin chez Théophile Gautier et Jean Echenoz, une postérité déroutante : de l'ascendance niée au renouvellement », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 37-51.
  • BRUNEL, Pierre, « Jean Echenoz : Je m'en vais. L'art du bricolage en matière de roman », dans Glissements du roman français au XXe siècle, Paris, Klincksieck, 2001, p. 283-293.
  • MINUCCI, Marina, « Je m'en vais di Jean Echenoz », dans Gianfranco RUBINO (dir.), Letture del contemporaneo francesa, Rome, Bulzoni, 2004, p. 81-93.
  • BERRAZZOLI, Cristina, « Un match joué entre auteur et lecteur : d'Un an à Je m'en vais », dans Rosa GALLI PELLIGRINI (dir.), Stratégies narratives 2. Le roman contemporain, Bari / Paris, Schena / Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2003, p. 119-142.

Jérôme Lindon

  • FOURTON, Maud, « L'écrivain et son trouble : l'éditeur - à propos de Jérôme Lindon de Jean Echenoz », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 63-71.
  • BESSARD-BANQUY, Olivier, « L’édition selon Jean Echenoz », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 15-19.

L'occupation des sols

  • THIMONNIER, Charlotte, « Sur les ruines sacrées de l'image : L'occupation des sols de Jean Echenoz, Nel museo di Reims de Daniele del Giudice », Trans, no 2 (juin 2006), [en ligne].
  • HYPPOLITE, Pierre, « L'occupation des sols de Jean Echenoz ou l'occupation de l'espace architectural, iconique et littéraire», dans Pierre HYPPOLITE (dir.), Architecture, littérature et espaces, Limoges, Presses universitaires de Limoges (Espaces humains), p. 65-79.
  • BRUNEL, Pierre, « Sur un roman minuscule de Jean Echenoz : L'occupation des sols », Studi di letteratura francese, vol. 27 (2002), p. 161-167.
  • GERVAIS, Bertrand, « Chapitre II. Trois personnages en quête d'une figure », dans Figures, lectures. Logiques de l'imaginaire - tome I, Montréal, Le Quartanier (Erres essais, no 1), 2007, p. 57-76.
  • KERCKHOFF, Annette, « L'occupation des sols de Jean Echenoz. Une réflexion sur l'espace de l'écriture », Tangence, no 52 (septembre 1996), p. 40-52.

Lac

  • JÉRUSALEM, Christine, « Le loufoque : une écriture en pattes de mouche », dans Jean-Pierre MOURAY et Jean-Bernard VRAY (dir.), Figures du loufoque à la fin du XXe siècle. Arts et littératures, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne (Arts), 2003, p. 135-147.
  • CHASSAY, Jean-François, « La science en creux », Tangence, n°70 (automne 2002), p. 9-30.
  • WAGNER, Franck, « Le miroir et le simple (des récits postmodernes) », Oeuvres et critiques, vol. XXIII, n°1 (1998), p. 74-99.
  • CLOONAN, William , « Deep Down it's Real Shallow : Jean Echenoz's Lac and Postmodernity », Romance Notes, vol. 2, n°35 (1994), p. 171-177.

Le méridien de Greenwich

  • JÉRUSALEM, Christine, « Le Méridien de Greenwich de Jean Echenoz : Une machine à "remythifier" le temps », La Licorne, no 55 (2005), p. 91-107.
  • CHASSAY, Jean-François, « La science en creux », Tangence, no. 70 (automne 2002), p. 9-30.
  • DANGY, Isabelle, « L'obsession de la planète chez Echenoz », dans Arlette BOULOUMIÉ et Isabelle TRIVISANI-MOREAU (dir.), Le génie du lieu. Des paysages en littérature, Paris, Éditions Imago, 2005, p. 330-339.

Les grandes blondes

  • BRUNEL, Pierre, « Jean Echenoz, ou le travail sur un genre », dans La littérature française aujourd'hui. Essai sur la littérature française de la seconde moitié du XXe siècle, Paris, Vuibert (Idées et références), 1997, p. 196-201.
  • CARLAT, Dominique, « De la vertu critique de l'humour à l'ère industrielle de la reproduction : Les grandes blondes », Roman 20-50, dossier « Les grandes blondes, Un an et Je m'en vais de Jean Echenoz », sous la direction de Sidonie LOUBRY-CARETTE, no 38 (décembre 2004), p. 71-76.
  • DOUZOU, Catherine, « Les grandes blondes, roman hyperréaliste ? », Roman 20-50, dossier « Les grandes blondes, Un an et Je m'en vais de Jean Echenoz », sous la direction de Sidonie LOUBRY-CARETTE, no 38 (décembre 2004), p. 57-69.
  • BLANCKEMAN, Bruno, « Petite étude des Grandes blondes (Une écriture réversible) », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 21-27.
  • HOUPPERMANS, Sjef, « Les grandes blondes parmi les noirs : Jean Echenoz », dans Jan BAETENS et Dominique VIART (dir.), Écritures contemporaines 2 : états du roman contemporain, Paris / Caen, Minard (La revue des lettres modernes), 1999, p. 19-39.

Nous trois

  • LANGEVIN, Francis, « Enjeux et tensions lectorales de la narration hétérodiégétique dans le roman contemporain », thèse de doctorat, département des lettres et humanités, Université du Québec à Rimouski (en association avec l'Université Charles-De-Gaulle, Lille 3), 2008, 337 f.
  • BADIR, Yasmine, « ''He'' Who Knows Better Than ''I'' : Reactivating Unreliable Narration in Philip Roth's Human Stain and Jean Echenoz's Nous trois», dans Elke D'HOKER et Gunther MARTENS (dir.), Narrative Unreliability in the Twentieth-Century First-Person Novel, Berlin & New York, Walter de Gruyter («Narratologia», 14), 2008, p. 259-280.
  • DANGY, Isabelle, « L'obsession de la planète chez Echenoz », dans Arlette BOULOUMIÉ et Isabelle TRIVISANI-MOREAU (dir.), Le génie du lieu. Des paysages en littérature, Paris, Éditions Imago, 2005, p. 330-339.
  • PANAÏTÉ, Oana, « Les fins de l'écriture. Réflexion et pratique du style dans les oeuvres de Jean Echenoz et Pierre Michon », French Forum, vol. 31, no 2 (printemps 2006), p. 95-110.
  • HOUPPERMANS, Sjef, « Pleins et trous dans l'oeuvre de Jean Echenoz », dans Michèle AMMOUCHE-KREMERS et Henk HILLENAAR (dir.), Jeunes auteurs de chez Minuit, Amsterdam / Atlanta, Rodopi (Cahiers de recherches des instituts néerlandais de langue et de littérature française, n°27), 1994, p. 77-94.

Ravel

  • BONADEI, Enrico, « Ravel di Jean Echenoz : Tutta la tristezza del Boléro », Studi Francesi, vol. 53, n° 3 (2009), p. 585-593.

  • JERUSALEM, Christine, « Les boîtes à musique de Jean Echenoz ou le bruit du monde d'aujourd'hui », dans Aude LOCATELLI et Yves LANDEROUIN (dir.), Musique et roman, Paris, éditions Le Manuscrit (L'Esprit des lettres), 2008, p. 291-302.
  • LANGEVIN, Francis, « Enjeux et tensions lectorales de la narration hétérodiégétique dans le roman contemporain », thèse de doctorat, département des lettres et humanités, Université du Québec à Rimouski (en association avec l'Université Charles-De-Gaulle, Lille 3), 2008, 337 f.
  • SCHOENTJES, Pierre, « Jean Echenoz: du réel au romanesque et retour », dans Silhouettes de l'ironie, Genève, Droz (Romanica Gandensia), 2007, p. 209-223.

Un an

  • FOURNOU, Marie, « Représentations du féminin chez Théophile Gautier et Jean Echenoz, une postérité déroutante : de l'ascendance niée au renouvellement », dans Aline MURA-BRUNEL (dir.), Chevillard, Echenoz. Filiations insolites, Amsterdam, Rodopi (CRIN, vol. 50), 2008, p. 37-51.
  • DEMANZE, Laurent, « Lecture d'une séquence (Je m'en vais, pp.192-196) / Un an, pp.69-71) », Roman 20-50, dossier « Les grandes blondes, Un an et Je m'en vais de Jean Echenoz », sous la direction de Sidonie LOUBRY-CARETTE, no 38 (décembre 2004), p. 37-43.
  • DERAMOND, Sophie, « Un an de Jean Echenoz : d'une retraite minimaliste vers un espace poétique », Interval(les), vol. 1, no 1 (automne 2004), p. 125-135.
  • BERRAZZOLI, Cristina, « Un match joué entre auteur et lecteur : d'Un an à Je m'en vais », dans Rosa GALLI PELLIGRINI (dir.), Stratégies narratives 2. Le roman contemporain, Bari / Paris, Schena / Presses de l'Université Paris-Sorbonne, 2003, p. 119-142.
  • BRICCO, Elisa, « Le début et la fin : évolution d'une relation textuelle dans le roman contemporain ? », dans Andrea DEL LUNGO (dir.), Actes du Colloque "Le début et la fin. Une relation critique", organisé à Toulouse le Mirail, avril 2005, [Colloque en ligne].

[ensemble de l'oeuvre]

  • BARRÈRE, Anne, et Danilo MARTUCCELLI, Le roman comme laboratoire. De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion (Le regard sociologique), 2009, 373 p.
  • ASHOLT, Wolfgang, « Trauerarbeit der Moderne in Romanen von François Bon, Jean Echenoz und Marie Redonnet », dans Intertextualität und Subversivität. Studien zur Romanliteratur der achtziger Jahre in Frankreich, Heidelberg, Universitätsverlag C. Winter, 1994, p. 303-314.
  • BLANCKEMAN, Bruno, « Jean Echenoz : dérapages contrôlés », dans Jean-Pierre MOURAY et Jean-Bernard VRAY (dir.), Figures du loufoque à la fin du XXe siècle. Arts et littératures, Saint-Étienne, Publications de l'Université de Saint-Étienne (Arts), 2003, p. 127-133.
  • LECLERC, Yvan, « Autour de Minuit », Dalhousie French Studies, no 17 (automne-hiver 1989), p. 63-74.
  • JULLIEN, Dominique, « Jean Echenoz », Yale French Studies, n°75 (1988), p. 337-341.

« Vingt femmes dans le jardin du Luxembourg et dans le sens des aiguilles d'une montre »

  • SAEMER, Alexandra , « Le Luxembourg de Sophie Ristelhueber et de Jean Echenoz », dans Christine JÉRUSALEM et Jean-Bernard VRAY (dir.), Jean Echenoz : « une tentative modeste de description du monde », Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne et CIEREC (Lire au présent), 2006, p. 231-242.